Marche Mondiale des Femmes, réseau international

Re: Marche Mondiale des Femmes, réseau international

Messagede Lila » 12 Juin 2016, 18:21

Rencontre Européenne de la Marche Mondiale des Femmes Vigo – 27 – 28 et 29 Mai 2016 DÉCLARATION FINALE

Nous, femmes militantes de la Marche Mondiale des Femmes réunies en Galice, après plusieurs journées de réflexion, de débats et d’échanges sur la situation internationale alarmante – guerres, attaques de la droite avec les coups d’Etat, répression des Mouvements Sociaux, criminalisation des luttes, assassinats de femmes activistes, banalisation des violences envers les femmes, restrictions des libertés, militarisation de l’espace public, stratégies de la peur, précarité du travail, marchandisation des biens communs et des corps – nous voulons exprimer :

• Notre solidarité avec les femmes kurdes et leur peuple qui résistent aux attaques criminelles de Daesch et de l’Etat turc. Nous pensons plus particulièrement a Seve Demir et à ses compagnes. Nous pensons aussi à Berta Caceres, à toutes celles qui sont mortes pour avoir lutté pour leur idéal ainsi qu’à toutes les prisonnières politiques assassinées ;

• Notre dénonciation de la complicité de l’UE qui vend des armes, à travers ses Etats membres, finançant la déstabilisation de la zone et exploitant les ressources naturelles ;

• Notre refus de la politique européenne concernant les refugié-es. Nous exigeons : la fin de la guerre, l’ouverture des frontières, la garantie de la circulation sécurisée des réfugié-es, l’élimination des quota, l’accueil de toutes les refugié-es, tant politiques qu’économiques ;

• Notre préoccupation et notre refus de la crise environnementale provoquée par le système capitaliste déprédateur. Nous refusons aussi la spoliation des ressources naturelles organisée par les entreprises multinationales dans toute la planète ;

• Notre dénonciation de l’avancée de l’extrême-droite qui met en danger la démocratie dans le monde. Récemment, nous avons pu en avoir un exemple au Brésil avec le coup d’Etat capitaliste, machiste et raciste ;

• Notre colère face aux violences, la persécution, la déportation, la criminalisation et les assassinats dont sont victimes les femmes activistes qui défendent nos droits et veulent développer une vie soutenable.

• Notre dénonciation du chantage que la Banque Centrale Européenne et le FMI exercent sur les différents pays, particulièrement La Grèce, le Portugal, l’Etat Espagnol, au nom de l’austérité, en promouvant des politiques que dégradent la vie des femmes et des nos populations.

Nous remercions les femmes de la Coordination Nationale Galicienne de MMF qui nous ont accueilli et ont travaillé pour rendre possible notre rencontre. Nous exprimons notre solidarité avec les femmes de Galice, particulièrement Laura Bulgaho qui est accusée pour sa lutte en défense des migrant-es, mais aussi victime des attaques récentes contre les activistes pour les droits des lesbiennes.

Ce monde n’est pas celui que nous voulons construire. Nous voulons un monde de Paix, démilitarisé, un monde sans murs qui séparent, un monde où la vie humaine a plus de valeur que l’argent. Nous voulons construire un monde où les petites filles puissent jouer sans craindre d’être violées, assassinées ou capturées ; un monde où les femmes ne seront plus victimes de violences sexistes, de comportements machistes.

Notre futur, c’est la solidarité internationale. Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous serons en marche.


https://marchemondialedesfemmesfrance.o ... /#more-862
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1824
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: Marche Mondiale des Femmes, réseau international

Messagede Lila » 24 Juil 2016, 19:28

LA MARCHE MONDIALE DES FEMMES CONTRE LE MILITARISME, L’INTÉGRISME ET LA VIOLENCE

L’accroissement de la militarisation, de l’intégrisme et de la violence est de plus en plus évidente et secoue la vie des femmes et des communautés, partout dans le monde de différentes manières. L’intégrisme religieux et culturel ne cesse d’accroître la terreur, la mort et l’oppression, et cela développe les groupes d’extrême-droite qui deviennent rapidement de plus en plus puissants.

En revanche, les gouvernements capitalistes utilisent les prétextes de sécurité nationale et de lutte contre le terrorisme pour prendre le contrôle sur les ressources naturelles, limiter l’immigration, limiter les droits civiques et criminaliser la protestation.

C’est le cercle vicieux dans lequel nous sommes aujourd’hui coincé-es : l’intégrisme se nourrit de l’intégrisme, la violence est payée avec plus de violence, les guerres sont «empêchés» avec le renforcement des forces militaires. Et, pendant ce temps, des peuples innocents, des familles, des communautés, des civils venant du monde entier subissent les conséquences de cette folie.

Le 14 juillet un sanglant massacre a eu lieu à Nice (France) avec un bilan total de 84 personnes tuées et 303 blessées. Partout dans le monde, les réactions à cet événement tragique suivent le chemin du choc des civilisations et suggèrent la nécessité de plus de contrôle et plus de militarisation.

En Turquie, le 15 juillet, des militaires ont annoncé prendre le pouvoir et ont déclaré le couvre-feu. Le Président Erdogan a rapidement profité de ce coup d’État manqué pour lancer une campagne de chasse aux sorcières contre son opposition, non seulement les soldats impliqués dans le coup d’État, mais aussi procureurs, journalistes, juges, syndicalistes et membres du personnel enseignant. Les islamistes radicaux occupent les rues, les forces démocratiques ont été opprimées et les femmes sont constamment intimidées par les partisans d’Erdogan.

Plus de 200 personnes ont été tuées et le pire semble être encore à venir parce que la purge s’étend à nombreux secteurs. Dans les derniers jours, environ 6.000 personnes ont été emprisonnées, et bien d’autres encore ont été licenciées ou suspendues de leurs fonctions. C’est le cas de 9 000 officiers de police, 2 700 juges et 15 000 agent-es de l’éducation. Les licences de 24 chaînes de télévision et de radio ont été également révoquées.

Le gouvernement oppressif d’Erdogan a amené la Turquie dans le chaos et le conflit pendant les dernières années, et il semble que la tentative de coup d’État est utilisée pour maintenir sa dictature islamo-fasciste et pour accroître le contrôle, la répression de toute opposition et la suppression des droits de l’homme dans le pays.

Nous, Marche Mondiale des Femmes, nous dénonçons une fois encore la militarisation, l’augmentation des dépenses de l’armée et la stratégie de lutte contre la violence avec plus de violence. Nous savons que ces stratégies apporteront seulement plus d´affliction aux femmes et communautés dans le monde entier et nourriront les fondamentalismes. Cela n’est pas le monde que nous voulons.

Aujourd’hui, nous envoyons toute notre solidarité et notre force à toutes nos soeurs de la Marche Mondiale des Femmes en Turquie qui sont les défenseures de première ligne de la démocratie et les droits des femmes. Nous manifestons également notre solidarité aux Kurdes et aux peuples et aux communautés vivant en Turquie.

• Nous exigeons immédiatement du Président Erdogan et de son gouvernement qu’il cesse les détentions secrètes et arbitraires, la torture et les purges politiques dans le pays. Toute mesure prise par le gouvernement doit se conformer à la déclaration Déclaration universelle des droits de l’homme et d´autres protocoles internationales signés par la Turquie.

• Nous demandons à la communauté internationale, spécialement à l’ONU et à l’Union européenne, de suivre de près la situation afin de s’assurer que l’état de droit est respecté, qui soient aussi respectés les droits de l’homme et d’éviter que la Turquie s’entraîne dans une situation de plus en plus chaotique et de plus en plus conflictuelle.

La Marche Mondiale des Femmes est solidaire avec les femmes et les peuples de la Turquie, de la France et tous les pays souffrant des maux de la violence, de l’intégrisme, du terrorisme et de la militarisation.

En marche jusqu’à que toutes les femmes peuvent vivre en paix, justice et liberté.


https://marchemondialedesfemmesfrance.o ... /#more-986
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1824
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: Marche Mondiale des Femmes, réseau international

Messagede Lila » 24 Aoû 2016, 19:18

Forum Social Mondial 2016 à Montréal : Déclaration de la Marche Mondiale des Femmes

Le Forum social mondial s’est tenu du 9 au 14 août 2016 à Montréal au Québec, que nous reconnaissons comme le territoire autochtone non cédé du peuple Mohawk. Cette reconnaissance vise à rendre visible la colonisation des territoires sur lesquels nous sommes et à prendre la responsabilité collective, comme personnes non-autochtones, des enjeux qui affectent les peuples autochtones aujourd’hui.

Nous, les femmes de la MMF, dénonçons les refus de visa pour plusieurs militantes et militants provenant majoritairement de pays du Sud. Nous dénonçons les politiques migratoires restrictives de nos gouvernements qui contribuent à criminaliser les militantes et militants des mouvements sociaux. Cette situation a empêché la présence de leaders qui mènent des luttes de résistance contre le capitalisme, le patriarcat, le racisme et le colonialisme, dans leur pays respectif.

La rencontre des militantes de la MMF a permis de constater, encore une fois, à quel point les luttes menées par chacune à l’échelle locale sont liées et s’inscrivent dans un contexte global pour la défense pour nos corps, de la Terre et des territoires.

Nous, les femmes de la MMF, dénonçons le coup d’État au Brésil et la mise en place d’un gouvernement de droite, sexiste, raciste, autoritaire (liberticide), qui bénéficie de la complicité des médias, qui contribue à criminaliser les mouvements sociaux tout en refusant de parler de coup d’État (« impeachment »). Les femmes du Brésil résistent, avec une présence importante de jeunes militantes qui se mobilisent en développant la formation politique féministe, par exemple à travers des occupations d’écoles secondaires qui ont permis d’élargir les prises de conscience et la résistance. De plus, au Brésil, comme dans plusieurs pays d’Amérique latine et d’Europe, les féministes luttent pour revendiquer le droit d’accès pour toutes les femmes à l’avortement, et le droit fondamental à disposer de leurs corps.

Au Brésil et dans les Amériques, après 10 ans de débat sur la Zone de libre-échange des Amériques (ZLÉA), quelques mouvements à gauche s’organisent à travers une « Journée continentale pour la démocratie et contre le néolibéralisme ». C’est une étape importante pour développer la solidarité internationale anticapitaliste et anti patriarcale afin d’articuler les mouvements sociaux entre les pays. Elle se terminera par une grande mobilisation le 4 novembre avec le thème « Aucun pas en arrière! ».

Aux États-Unis, les militantes de la MMF se mobilisent contre les politiques de leur pays qui affectent les femmes et les populations marginalisées, aux États-Unis et partout dans le monde, dans une perspective anti-impérialiste. Elles travaillent pour le renforcement du leadership des femmes et des hommes qui sont les plus marginalisé.e.s et les personnes directement affectées par les différents systèmes d’oppression. Elles travaillent également à développer les connaissances des enjeux qui touchent les personnes Queer-LGBTQ en vue d’une plus grande inclusion de ces préoccupations au sein du mouvement des femmes et de la MMF.

Nous, les femmes de la MMF, sommes solidaires des femmes palestiniennes dans leurs luttes contre la colonisation et pour la libération de leur territoire occupé. Nous dénonçons la répression violente exercée contre le peuple palestinien, et particulièrement contre les femmes qui sont au cœur de la résistance pour leur droit à l’autodétermination.

Nous sommes solidaires également de la lutte menée par les femmes sahraouies pour la récupération de leur territoire.

Dans les autres pays du monde arabe, les femmes sont au cœur des mouvements populaires qui défendent la démocratie en revendiquant l’accès pour toutes à l’éducation, à la santé, à la participation politique et citoyenne. Les féministes de ces pays travaillent pour que les lois garantissent une égalité réelle pour toutes les femmes. Avec elles, nous dénonçons la montée des fondamentalismes religieux et les effets dévastateurs des politiques impérialistes.

Les militantes de la MMF au Québec sont extrêmement fières d’accueillir des camarades et des companeras de partout dans le monde dans des espaces où est née la MMF en 1998, et de pouvoir partager avec elles les enjeux actuels pour les femmes du Québec. Dans un contexte de montée de la droite conservatrice, les féministes se mobilisent pour contrer les mesures d’austérité et la privatisation des services publics qui appauvrissent encore davantage les femmes et les personnes marginalisées. De plus, elles résistent particulièrement pour préserver l’eau, source de vie, et dénoncent l’exploitation effrénée des ressources naturelles, et ce, en solidarité avec d’autres mouvements sociaux.

Au sein de la MMF du Québec, les femmes autochtones et non-autochtones développent des liens de confiance et de solidarité et travaillent à décoloniser les relations entre nos peuples. Nous appuyons les luttes des femmes autochtones pour le droit à l’autodétermination et appuyons la tenue d’une véritable enquête sur l’assassinat et la disparation des femmes autochtones, qui mette en lumière l’impact du sexisme et du racisme dans la vie des femmes et des communautés.

Nous, les femmes de la MMF, avons participé aux différents ateliers et actions organisées dans le cadre du FSM pour dénoncer les changements climatiques, toutes les formes de violence envers les femmes, les politiques de privatisation et les mesures d’austérité, la montée des fondamentalismes, le contrôle et la militarisation des territoires à des fins capitalistes, les effets des migrations forcées et la fermeture des frontières de la part des pays occidentaux qui sont à l’origine de ces déplacements.

En sortant de l’échec de la COP21, tandis que nos gouvernements continuent d’autoriser la Terre à brûler, il est important que nous continuions de porter les voix et les solutions des femmes des communautés les plus touchées par les impacts climatiques des décisions désastreuses de nos gouvernements.

La montée de la droite réactionnaire et des fondamentalismes n’est pas isolée dans chaque pays, mais est liée à la crise mondiale engendrée par le capitalisme qui créé et alimente les violences racistes et sexistes partout dans le monde.

Nous, les femmes de la MMF, participons aux actions de résistance contre l’industrie extractive et l’impunité dont bénéficient les multinationales et, parmi elles, un grand nombre d’entreprises canadiennes qui exploitent les ressources naturelles, détruisent la vie, exproprient les communautés et criminalisent les défenseuses et défenseurs de la Terre et des droits humains.

Nous soulignons le rôle de leader joué par les femmes dans toutes ces luttes dans les différents pays dans le monde, du Honduras aux Philippines en passant par la République démocratique du Congo, pour résister aux compagnies minières et aux gouvernements responsables de l’assassinat et de la disparition de nombreuses militantes et militants qui résistent.

Nous rendons hommage à notre companera Berta Caceres, féministe autochtone qui s’est opposée à la construction de barrages dans son pays, au Honduras, assassinée sauvagement ainsi que plusieurs de ses compagnons de lutte en mars dernier. Deux de ses filles, Bertita et Laura, sont présentes au FSM à Montréal pour porter la voix de leur mère. Nous affirmons avec elles que la lutte continue : « Berta n’est pas morte, nous sommes toutes Berta ! Berta vit, la lutte continue ! »

Les femmes de la MMF se donnent rendez-vous en octobre prochain à Maputo au Mozambique pour tenir la 10ème Rencontre internationale de la MMF. Nous y poursuivrons la construction de nos alternatives féministes et le renforcement de nos solidarités féministes.

Nous serons en marche jusqu’à ce que toutes les femmes soient libres !

La MMF au FSM 2016 à Montréal


https://marchemondialedesfemmesfrance.o ... es-femmes/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1824
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: Marche Mondiale des Femmes, réseau international

Messagede Lila » 06 Nov 2016, 20:06

Réunion Internationale de la Marche Mondiale des Femmes en octobre 1016 à Maputo au Mozambique
Déclaration

Femmes en résistances, construisons des alternatives pour un monde meilleur !

Nous, les femmes de la Marche mondiale réunies à Maputo au Mozambique en octobre 2016, luttons contre l’hétéro-patriarcat, le capitalisme et le colonialisme et contre toutes les formes d’inégalités et de discriminations. Nous revendiquons nos droits pour reprendre le contrôle de nos corps, notre terre et nos territoires.

De ce monde chaotique, nous croyons qu’un autre monde est possible. Ensemble nous travaillons à construire nos alternatives féministes renforçant ainsi notre mouvement.Les femmes vivent dans un contexte où les fondamentalismes religieux et politiques, la répression et la criminalisation des activistes, la persécution, les assassinats, la violence domestique et sexuelle, les conflits militaires, affectent leur vie et les empêchent de vivre dans un monde de paix d’égalité et de justice. Nous dénonçons le trafic sexuel, l’utilisation de nos corps dès l’enfance et nous luttons pour revendiquer le droit d’accès pour toutes les femmes à l’avortement.

Nous nous opposons aux transnationales qui détruisent la nature, exploitent nos corps et menacent notre santé. Ces transnationales s’accaparent la nature, nos territoires et sont responsables du changement climatique et des crises politiques, économiques et environnementales.

Nous sommes inquiètes de la destruction de la terre, l’exploitation des ressources naturelles et dénonçons la monoculture qui appauvrit les femmes. Nous construisons l’éco-féminisme, l’agro-écologie et la souveraineté alimentaire comme alternatives du bien-vivre.

Nous rendons hommage aux femmes qui ont été assassinées sauvagement de par le monde pour leur implication féministe, écologiste et/ou politique. Nous sommes solidaires de toutes les femmes qui luttent pour leur territoire, pour leur auto détermination, pour leur liberté.

Nous incluons toutes les défenseuses de la terre qui au péril de leur vie luttent pour l’accès aux ressources naturelles et contre les extractions minières et pétrolières. Nous construisons un éco-féminisme où les ressources de la terre ne sont pas accaparées et où la vie des femmes est protégée.

Le capital financier, les mesures d’austérité et la privatisation produisent la pauvreté et les violences envers les femmes. À la MMF nous travaillons à augmenter le pouvoir et l’autonomie économique des femmes. Nous croyons à la redistribution de la richesse et à l’économie solidaire.

Nous dénonçons la montée des fondamentalismes religieux et les politiques impérialistes et nous souhaitons un monde juste, sans oppression, sans aucune force militaire, où les femmes et les peuples ont droit à l’autodétermination et où les droits humains sont respectés.

Les 100 déléguées, venues de 40 pays, réunies à Maputo au Mozambique avons échangé sur nos différentes réalités, nos différents contextes économiques et politiques et grâce à nos sœurs mozambicaines qui nous ont raconté les situations dans lesquelles elles luttent nous avons compris que leur réalité était également celle des femmes de nombreux autres pays.

Nous condamnons la répression violente exercée contre les peuples et les femmes kurdes, sahraoui et palestiniennes et sommes solidaires de toutes les femmes qui luttent contre la colonisation.

Nous sommes toutes solidaires des femmes, qui sont emprisonnées, torturées, qui subissent des souffrances atroces et qui dans les conflits armés sont vendues, violées et tuées.
Le mouvement de la Marche mondiale des femmes trouve sa force dans la diversité. Et s’engage à une plus grande inclusion des minorités ainsi que des femmes en situation de handicap ou autres femmes marginalisées.

Notre volonté de travailler de manière intergénérationnelle se traduit par notre démarche volontariste, inclusive pour intégrer les jeunes femmes dans toutes nos instances.

Réunies à Maputo, les femmes de la MMF affirment leur solidarité avec les femmes lesbiennes et bisexuelles et décident d’inclure, dans leurs formations, dans leur réflexion et leurs actions les expériences et analyses de ces femmes. Elles se donnent comme objectif de favoriser la visibilité lesbienne.

Les guerres, les famines, la pauvreté jettent sur les routes de l’exil les réfugiés qui subissent les pires violences. La Marche Mondiale des Femmes se solidarise avec toutes les femmes réfugiées. Elle dénonce le racisme des pays dits d’accueil et exige la destruction des murs qui s’élèvent partout.

La situation économique catastrophique, la montée de la droite, les violences politiques, les gouvernements répressifs, produisent un monde violent, injuste et sans avenir.

La situation que vivent les femmes est le résultat des effets du système capitaliste, patriarcal et colonialiste. Dans ce contexte hostile, nous répliquons par nos alternatives.

Nous résistons à la répression et nous nous auto-organisons pour passer à l’action et établir des liens avec les mouvements sociaux. Nous résistons pour un monde meilleur basé sur les valeurs de la MMF qui sont l’égalité, la justice, la paix, la solidarité et la liberté.

Nos alternatives développent l’autonomie et l’auto défense des femmes et des peuples pour un bien-vivre et pour la durabilité de la vie. La formation politique féministe est l’outil que nous privilégions.

Les femmes unies en résistances mènent des luttes contre le capitalisme, l’hétéro-patriarcat, le racisme et le colonialisme et construisent des alternatives pour un monde meilleur.

Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous serons en marche.


https://marchemondialedesfemmesfrance.o ... #more-1228
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1824
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: Marche Mondiale des Femmes, réseau international

Messagede Lila » 04 Juin 2017, 16:37

Déclaration Marche Mondiale des Femmes France à l’issue de son Assemblée générale

Après l’échéance de la 4ème Marche de 2015, on aurait pu croire pouvoir souffler un peu, mais
l’actualité politique, sociale, environnementale et sociétale ne nous en a pas donné l’occasion.
Partout dans le monde, nous assistons plus que jamais à de réels reculs et régressions des droits
humains et à la montée en force des intégrismes, des conflits armés, des politiques d’austérité,
de la corruption, des scandales financiers, de l’évasion et de la fraude fiscale.
La banalisation de la violence - culture du viol, harcèlement de rue, discrimination sexuelle,
prostitution, esclavage sexuel… - s’accentue, ramenant les femmes à des objets sexuels
disponibles et soumises, que ce soit dans nos sociétés occidentales, patriarcales et capitalistes
ou dans les régions où sévissent des intégrismes religieux d’état ou terroristes.
Tous les jours, des femmes se lèvent pour l’égalité, pour leur liberté, pour leurs droits, pour
être des personnes humaines à part entière, avec un vrai statut personnel et un rôle important
dans la société, pour protéger la nature et agir contre la dévastation de la planète, bien souvent
au péril de leur vie.

En 2016, nous avons voulu rendre hommage à ces femmes activistes militantes, assassinées
partout dans le monde, sans oublier celles qui se battent encore aujourd’hui contre l’Etat
Islamique au Kurdistan, celles qui se battent pour la reconnaissance de leur territoire au Sahara
et en Palestine.
La terrible conséquence des conflits armés actuels en Syrie, Kurdistan, Turquie, Iran, mais
aussi l’extrême pauvreté, la famine, le manque de soins, la guérilla et la corruption dans beaucoup
de pays d’Afrique, sont les migrations de populations entières fuyant leur pays, abandonnant
tout dans l’espoir de trouver une meilleure vie en Europe. La mort est la plupart du temps au
rendez-vous, au cours ou à la fin du voyage, mais aussi l’enfer des camps de rétention, l’hostilité
des autorités, la fermeture des frontières, le rejet… Là aussi, les femmes subissent doublement
ces souffrances car, fragilisées, seules, parfois avec des enfants, elles sont une proie facile,
violées, exploitées, sans ressources à la merci de tous les prédateurs.
Nous avons dénoncé ces injustices et, dans les départements, nous travaillons localement avec
les collectifs de solidarité avec les migrant-es pour un meilleur accueil des femmes et des
enfants, pour la protection des mineur-es et leur intégration dans les établissements scolaires,
pour l’obtention de papiers et d’un vrai statut de réfugié-es.
Par ailleurs, les régressions sont aussi de plus en plus importantes dans nos propres sociétés
occidentales, par exemple, en matière de droit à l’IVG, en Espagne et en Pologne dernièrement.
Une véritable mobilisation européenne a porté ses fruits pour faire reculer le gouvernement
espagnol il y a 3 ans et nous a donné l’idée d’une vraie campagne à l’échelle de l’Europe pour un
droit égal à la dépénalisation, uniformisé, inscrit dans les textes européens.
Les régressions et reculs sociaux dans toute l’Europe, à cause des politiques d’austérité menées
depuis plusieurs années, touchent plus particulièrement la vie des femmes, déjà impactée par les
inégalités professionnelles et politiques - pas de réelle parité, persistance du plafond de verre,
carrière morcelée, temps partiel, etc… - et ce, notamment, en Grèce, avec d’incessantes coupes
dans les budgets sociaux au profit des banques ; en France, avec de nouvelles lois cassant le
Code du travail, etc…
Nous sommes de presque tous les combats et luttes aux côtés des associations féministes,
organisations et syndicats, revendiquant la justice sociale, contre le patriarcat et le capitalisme
qui enferment les femmes dans des rôles prédéfinis d’infériorité. Nous dénonçons la politique de
diminution des financements publics aux organisations qui viennent en aide aux femmes victimes
de violences, de harcèlement partout dans la société, et ce à cause de restrictions budgétaires,
d’économies dans les dépenses publiques (politiques d’austérité obligent), qui ne touchent
pourtant pas les budgets militaires…
En même temps, nous sommes toujours mobilisées, en France comme à l’échelle internationale,
sur les dates suivantes :
- Le 9 janvier, commémoration des assassinats des militantes, féministes, syndicalistes,
écologistes et luttant pour la liberté de leur peuple ;
- Le 6 février, contre toutes les mutilations sexuelles ;
- Le 8 mars, pour les Droits des femmes ;
- Le 24 avril, en hommage aux victimes du Rana Plaza, détruit en 2013 et à toutes les ouvrières
exploitées dans le monde ;
- Le 21 septembre, pour la Paix ;
- Le 17 octobre, contre la misère ;
- Le 25 novembre, contre les violences faites aux femmes.
Cette année 2016 a vu l’élection d’un président américain « de tous les dangers », ne laissant que
très peu de place à l’espoir d’un monde meilleur… Avec lui, un des pays les plus puissants de la
planète va réduire les droits des femmes à peau de chagrin, la protection de la nature à une

utopie de rêveur, et la Paix à un doux souvenir. Face à ce danger, les femmes du monde entier se
sont levées dans un mouvement de solidarité international inédit, une date pour le mouvement
féministe.
En France, nous n’avons été guère mieux loti-es avec un choix cornélien bien déprimant ! Entre le
projet néo libéral de casse sociale d’Emmanuel Macron et la politique d’extrême droite
liberticide et dangereuse de Marine Le Pen. Une seule certitude : nous devons continuer à lutter
et à résister aux reculs sociaux. Nous devons continuer à exiger du nouveau gouvernement un
vrai Ministère des Droits des Femmes, de vrais financements pour les organisations et
associations féministes qui luttent pour l’égalité, contre les violences et une participation
paritaire à la vie politique.
Cependant, notre implication dans le réseau mondial, nous permet d’avoir une vision globale et
d’agir en coordination avec les femmes en lutte dans le monde entier. Notre action multiplie les
capacités de faire connaître les résistances que les femmes construisent. Aujourd’hui, plus que
jamais, la MMF se doit d’être présente sur tous les fronts, d’être vigilante et de ne rien laisser
passer, renforcer son réseau, ses alliances, utiliser tous les moyens de communication pour
informer et mobiliser.
Nous voulons construire un autre monde de paix et de solidarité, d’égalité et de justice,
construire des ponts pas des murs. Plus que jamais : tant que toutes les femmes ne seront pas
libres, nous serons en marche !

https://marchemondialedesfemmesfrancedo ... 2b0337.pdf
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1824
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: Marche Mondiale des Femmes, réseau international

Messagede Lila » 02 Juil 2017, 15:34

Être une femme NE PEUT PAS être vivre dans un État de guerre constant!

Le samedi 3 juin, les militantes de la Marche Mondiale des Femmes se sont rejointes pour 24 heures d’action de solidarité pour la paix dans le monde entier.

La violence et la terreur se propagent très rapidement dans le monde.
L’offensive conservatrice et la militarisation de la vie quotidienne des femmes sont devenues une tendance commune partout.

la suite : https://marchemondialedesfemmesfrance.o ... -constant/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1824
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: Marche Mondiale des Femmes, réseau international

Messagede Lila » 08 Oct 2017, 22:09

Déclaration de la MMF Europe - Bruxelles

Nous, de la Marche Mondiale des Femmes, en réunion européenne à Bruxelles, continuons d’être en lutte contre l’hétéro-patriarcat, le capitalisme, le colonialisme, le racisme, et contre toutes les formes d’inégalités et de discriminations. Nous revendiquons nos droits, pour le contrôle de nos corps, de notre terre et de nos territoires, et souhaitons éradiquer les inégalités structurelles économiques entre les pays du Nord et du Sud. Nous exigeons des politiques de développement qui réparent la dette historique due aux rapports de colonisation et à l’impérialisme des pays riches du Nord. Les champs d’action actuellement urgents sont multiples compte-tenu de la situation de crise sociale et politique en Europe et dans le monde. Parmi ces urgences, nous avons choisi deux thèmes principaux d’actions pour l’année à venir :

1 - L’avortement
La campagne pour le droit et l’accès à l’avortement engagée au cours de cette année, pour les droits des femmes à décider d’avoir un enfant quand elles veulent, avec qui elles veulent, si elles le veulent, a produit des mobilisations dans de nombreux pays ou territoires. Une manifestation a eu lieu à Bruxelles avec des délégations de différents pays d’Europe, le 28 septembre à Bruxelles. er octobre 4 La montée des intégrismes religieux et des extrémismes politiques menacent les droits des femmes là où ils existent et empêchent l’avancée de nouveaux droits là où lavortement n bien là o son acc relatives au système de santé, limitent les services permettant l’accès des femmes à l’IVG. Le droit à l’IVG doit être inscrit comme un droit fondamental Pour le contrôle de nos corps, pour le choix de nos vies, pour la liberté d’enfanter ou pas Nous maintenons notre mobilisation

2 – L’immigration
Nous réaffirmons notre volonté d’ouvrir des frontières et le droit à la liberté de se déplacer et de s’établir partout. L’immigration est la conséquence de diverses formes de violences que les femmes subissent dans leur pays d'origine : les famines, la pauvreté, les guerres, les effets de l’accaparement des ressources naturelles par les multinationales, la dégradation de l’environnement, ainsi que des violences de genre. Au cours de leur voyage, vers et en Europe, les femmes et les filles sont exposéEs à des formes de violences de genre extrêmes : violences physiques, viols et abus sexuels, prostitution, enlèvements par des réseaux de traite d’êtres humains, risque de devenir des femmes sans papiers conséquent, les difficultés que connaissent les réfugiées sont aussi nombreuses que graves. De plus, dans certains pays aux frontières de l’Europe où transitent énormément de personnes, les centres d’accueil sont mal adaptés aux besoins des femmes, qui n'obtiennent pas toujours la protection dont elles ont besoin. Cette situation n’est pas prise en compte par les politiques nationales et européennes, et, à contrario, les coupes budgétaires affectent le travail d’associations de femmes qui soutiennent les migrantes dans leurs luttes contre les violences sexistes et l’exclusion.

Nous revendiquons :
• L’élimination de la corruption des gouvernements qui s’enrichissent sur le dos de leurs populations, manipulés et alimentés par les banques et les gouvernements du Nord ;
• La dénonciation de la responsabilité des gouvernements européens dans la gestion déplorable des populations migratoires ;
• Les moyens de mettre en place la sécurité physique, psychique et morale des femmes qui doit être garantie à toutes les étapes du processus migratoire ; • Une veuille constante pour que la dignité et les droits des êtres humains soient respectés ;
• La capacité pour les associations d assurer un r concret en matière de santé sexuelle et reproductive, daccompagnement dans des situations de violences, ou encore d’appui aux démarches d’intégration des femmes migrantes. Cela passe par des financements suffisants pour les associations, particulièrement des femmes, qui assument ce travail indispensable ;
• Reconnaitre les violences faites aux femmes dans leurs parcours migratoire comme motif d’asile ;
• Arrêter immédiatement les renvois des femmes dans un pays tiers. Par ailleurs, nous réaffirmons notre solidarité avec les femmes en Turquie où la situation d’urgence mise en place par le gouvernement turc menace gravement les droits des femmes. Nous demandons la libération immédiate de toute et tous les prisonnièr-e-s politiques. Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous continuerons à marcher !


https://marchemondialedesfemmesfrancedo ... 2b0340.pdf
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1824
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: Marche Mondiale des Femmes, réseau international

Messagede Lila » 26 Déc 2017, 22:04

Rencontre Europénne MMF

Les déléguées de la Marche Mondiale des Femmes se sont réunies pour discuter de l'élaboration de la campagne "Avortement, les femmes décident". Cette campagne lutte pour le droit à l'avortement dans toute l'Europe. Elle continuera en 2018.

Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1824
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Précédente

Retourner vers Féminisme et LGBTI

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité