Contre les violences faites aux femmes

Re: Contre les violences faites aux femmes

Messagede Lila » 01 Jan 2017, 20:04

Affaire Sauvage: les féministes veulent davantage d’implication contre les violences conjugales

Le cas de Jacqueline Sauvage, graciée par François Hollande après avoir suscité une intense émotion dans le pays, devra se traduire par une amplification de la lutte contre les violences faites aux femmes, plaident les féministes à l’approche des échéances électorales.

à lire : http://www.liberation.fr/societe/2016/1 ... es_1538083
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1720
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: Contre les violences faites aux femmes

Messagede bipbip » 15 Jan 2017, 14:38

Quand Facebook censure les victimes de violence conjugale. Le combat de la page « Paye Ton Couple »

Depuis plusieurs jours, Facebook s’obstine à bloquer puis débloquer la page « Paye Ton Couple », créée il y a un an pour recenser les « Témoignages de sexisme et de violence verbale dans toute relation amoureuse ou sexuelle, y compris au sein du couple » - sur le même modèle que le tumblr « Paye ta fac » dont nous avons parlé récemment Que Facebook ne soit pas neutre, en censurant certains contenus plutôt que d’autres, n’est pas un fait nouveau. Facebook se fait déjà un malin plaisir à décider ce qui est censé être intéressant pour ses utilisateurs, à partir d’algorithmes savamment étudiés. Plus grave encore, les cas de censure de pages ou d’utilisateurs engagés contre les injustices sociales ou pour les droits des opprimés, sont récurrents, tandis que des pages de groupes d’extrême-droite ou incitant à la violence peuvent continuer à proférer leur haine. Rien d’étonnant donc, à ce que le réseau social s’en prenne à une page dénonçant les violences conjugales. Nous apportons notre soutien à la page « Paye ton couple » et saluons le travail mené par ses admins pour porter à la lumière du jour les témoignages de milliers de victimes du patriarcat, un combat que nous partageons et qui nous place résolument du même côté de la barricade. Nous relayons ci-dessous leur témoignage.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Face ... ndons-bien
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre les violences faites aux femmes

Messagede Fred1 » 28 Jan 2017, 08:17

Russie : les députés votent la dépénalisation des violences domestiques
https://m6info.yahoo.com/russie-les-deputes-votent-la-depenalisation-des-violences-domestiques-150748097.html
M6info M6info26 janvier 2017

Sous la pression du gouvernement et de l’Eglise orthodoxe, les députés russes viennent de dépénaliser les violences domestiques. Pour les membres du parti de Vladimir Poutine, il s’agit de laisser notamment les parents punir leurs enfants comme ils le souhaitent. Les organisations féministes s’insurgent.


:cafe:
Nous n’avons pas peur des ruines. Nous sommes capables de bâtir aussi.

Buenaventura Durruti
Fred1
 
Messages: 129
Enregistré le: 14 Déc 2015, 16:04

Re: Contre les violences faites aux femmes

Messagede bipbip » 05 Fév 2017, 13:56

Contre les violences faites aux femmes, à Rennes le 6 février à Fougères le 7 février et Nantes le 8 février 2017


Rennes lundi 6 février 2017

Réunion publique - Violences faites aux femmes : combattre le patriarcat, une perspective féministe libertaire !

Les violences faites aux femmes ont lieu dans la sphère privée, au travail, dans l’espace public. Aujourd’hui, avec l’approche des présidentielles, de nombreuses personnalités politiques s’autorisent à donner un avis sur la gestion du corps des femmes par d’autres (IVG, voile ou pas,....).

C’est pour proposer un espace d’échange afin de dénoncer les violences subies par les femmes et comment nombre de personnes instrumentalisent leurs corps qu’un débat aura lieu le 6 février 2017 à 19h30 au Papier Timbré.

Ce sera également l’occasion d’échanger autour de perspectives d’action pour le 8 mars, journée historique de lutte des femmes !


Image

http://rennes-info.org/Reunion-publique ... ces-faites
http://alternativelibertaire.org/?Contr ... s-aux,7213


Fougères le 7 février

AL Fougères organise une réunion publique contre les violences faites aux femmes. Avec des perspectives d’actions au programme ! Aux Urbanistes (salle Ernest-Feuvrier)

Les violences faites aux femmes ont lieu dans la sphère privée, au travail, dans l’espace public. Aujourd’hui, avec l’approche des présidentielles de nombreuses personnalités politiques s’autorisent à donner un avis sur la gestion du corps des femmes par d’autres (IVG, voile ou pas,....). C’est pour proposer un espace d’échange afin de dénoncer les violences subies par les femmes et comment nombre de personnes instrumentalisent leurs corps qu’un débat aura lieu le 7 février. Ce sera également l’occasion d’échanger autour de perspectives d’action pour le 8 mars, journée historique de lutte des femmes.


Image


Nantes mercredi 8 février

Réunion publique sur les violences faites aux femmes
Violences faites aux femmes : Combattre le patriarcat, une perspective féministe libertaire !


Les violences faites aux femmes font partie intégrante de notre ordinaire et de notre culture. Mais dans quelle mesure en est-on conscient-e-s ? Dans quelle mesure sont-elles banalisées ? Et comment peut-on les dénoncer et lutter ?

Inégalités hommes/femmes, discriminations sexistes, violences faites aux femmes, pour nous il s'agit d'un même système de domination : le patriarcat. La création d'un rapport de force féministe contre ce système et ceux qui le défendent est indispensable. Mais comment ?

Alternative Libertaire vous invite à en débattre le mercredi 8 février à 20h à la mairie de Doulon. (Arrêt de Tram 1 "Mairie de Doulon")

Afin de permettre à toutes et tous de venir participer à cette soirée, une garde d'enfants sera mise en place par les militant-e-s d'Alternative Libertaire de Nantes.

Image

http://www.alternativelibertaire.org/?C ... s-aux,7216
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre les violences faites aux femmes

Messagede Lila » 12 Fév 2017, 20:35

Les violences faites aux femmes relèvent-elles des faits divers ?

Presque chaque jour dans la presse, le harcèlement de rue, les agressions, les coups, les menaces, et jusqu’aux féminicides, sont reléguées à la rubrique judiciaire ou « faits divers ».

Or de quoi s’agit-il en vérité ? De faits isolés ? D’abus de boisson ? D’hommes qui n’ont pas pu résister à leurs mâles instincts ?

De par leur répétition, on peut difficilement admettre qu’il s’agisse de cas exceptionnels relevant d’un moment d’égarement.

De par les explications fournies lorsque ces « affaires » arrivent au tribunal on ne peut pas déduire que la boisson soit le motif de « dérapages » qui, par pure malchance, s’en prennent aux femmes.

Elle menaçait de Me quitter : tiens donc, la conjointe leur appartient et partir porte atteinte leur dignité ?

Elle avait obtenu que je ne vois plus Mes enfants : n’y a-t-il pas de motifs ayant conduit à cette mesure de précaution ? Croit-on vraiment que les violences conjugales ne sont pas aussi des violences faites aux enfants qui assistent, impuissant-es, à cette situation, même quand ils ne subissent pas eux mêmes les violences ?

Je passe sur tous les prétextes, mieux connus maintenant, dont le conjoint violent se targue pour justifier ses violences envers Sa conjointe.

La dernière explication ce jeudi 9 février 2017 laisse sans voix : elle ressemblait à Mon ex !

Ces hommes ne vivent pas en dehors de la société. Ils sont allés à l’école, ils ont côtoyé des collègues de travail, des voisin-es de palier, ils écoutent les informations à la radio ou à la télé, ils ont assisté à des matchs de foot ou joué à la pétanque.

C’est donc bien la société toute entière qu’il convient de questionner sur ce qu’elle fait, ou ne fait pas, pour qu’on en arrive là.

La moindre place faite aux femmes, au travail (inégalités de salaires persistantes), dans la vie courante (c’est le rôle de la femme de faire des enfants et de faire le ménage), dans la vie politique (quelles responsabilités donne-t-on aux femmes dans les assemblées ?), dans les religions (elles continuent à construire les différences entre les sexes), dans la presse (combien de femmes expertes interrogées, de tribunes écrites par des femmes), dans les manuels scolaires (n’a-t-on pas renoncé récemment aux ABC de l’égalité ?), dans les magasins (les jeux pour filles et pour garçons ne sont pas dans les mêmes rayons, bien séparés, les roses pour les unes, les bleus pour les autres) et dans l’espace public (combien de publicités sexistes diffusées ?), ce déni d’égalité entre les femmes et les hommes est encore bien présent dans notre société.

Qui pourrait croire que c’est sans conséquences sur les attitudes des hommes et des femmes ? Quand tout montre que ceux qui dirigent actuellement notre société résistent de toutes leurs forces aux changements ?

Que chaque avancée obtenue ne l’a été que grâce aux mobilisations. Et que les retours en arrière n’ont rien d’impossible, l’actualité internationale nous le démontre tous les jours.

Alors, de grâce, n’en rajoutons pas en ramenant les violences à des « faits divers ». Une rubrique « maux de la société » serait plus appropriée. Au delà de l’actualité, questionnons-en les ressorts profonds.

Aline Chitelman


https://entreleslignesentrelesmots.word ... ts-divers/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1720
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: Contre les violences faites aux femmes

Messagede Lila » 12 Mar 2017, 20:15

VIDEO - Viols, gestes déplacés, exhibitions... Les femmes en première ligne des violences sexuelles

DROITS DES FEMMES - A l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, ce 8 mars, l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) publie une enquête intitulée "Les femmes, premières victimes déclarées de violences physiques et sexuelles". Les résultats sont glaçants.

à lire : http://www.lci.fr/societe/journee-des-d ... 28333.html
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1720
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: Contre les violences faites aux femmes

Messagede bipbip » 16 Mar 2017, 17:26

« Violences faites aux femmes : la peur doit changer de camp » le 17 mars à Lisieux

Les violences faites aux femmes qu’elles soient physiques, sexuelles ou psychologiques ont pour effet d’isoler, d’humilier, et de dominer toutes les femmes. La création d’un rapport de force féministe est nécessaire. La peur doit changer de camp.

Les violences faites aux femmes qu’elles soient physiques, sexuelles ou psychologiques ont pour effet d’isoler, d’humilier, et de dominer toutes les femmes. Elles sont quotidiennes : en France, une femme décède tous les trois jours sous les coups de leur conjoint, 40 % des cas de violences conjugales débutent lors de la première grossesse, 23 % des demandes d’IVG sont directement liées à des violences, 20 % des femmes risquent au cours de leur vie de subir un viol ou une agression sexuelle (86 % des viols ou tentatives sont perpétrés par des proches)...

Image

Sifflées dans la rue, sous-payées au travail, frappées et asservies dans l’intimité, regardons-nous, parlons-nous pour briser le tabou des violences. Quand une femme est attaquée, c’est toutes les femmes qui sont visées et c’est toutes ensemble que nous devons nous défendre contre les violences de la société et masculines. Nous refusons avec toujours plus de force les inégalités qui produisent ces violences. Celles-ci n’ont qu’un but : maintenir les femmes dans l’oppression et l’exploitation.

Qu’elles soient « petites », « banales » ou « grandes », les violences qui sont faites tous les jours aux femmes contribuent à les menacer et à diffuser un sentiment perpétuel de méfiance et de vulnérabilité parce qu’elles subissent un système : le patriarcat. La lutte pour sa disparition est indispensable. La création d’un rapport de force féministe contre ce système et ceux qui le défendent est nécessaire. La peur doit changer de camp.

Infos pratiques : Suite à la journée internationale de la journée des femmes pour l’égalité des droits, le Collectif Alternative Libertaire du Pays d’Auge (CALPA) organise une soirée-débat intitulée « Violence faites aux femmes la peur doit changer de camp ». Elle se déroulera le vendredi 17 mars 2017 à partir de 20h salle Mozart à Hauteville (Lisieux).

Contact : paysdauge@alternativelibertaire.org

http://www.alternativelibertaire.org/?V ... -femmes-la
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre les violences faites aux femmes

Messagede Lila » 17 Avr 2017, 18:48

Violences conjugales - Pour la légitime défense différée !
Pétition : https://www.change.org/p/minist%C3%A8re ... custom_msg
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1720
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: Contre les violences faites aux femmes

Messagede Lila » 12 Juin 2017, 22:10

Vers la condamnation de la violence domestique comme une violation des droits humains (ONU)

Abidjan - La rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les exécutions arbitraires, Agnès Callamard, a déclaré que les gouvernements doivent s’attaquer aux taux de violence disproportionnés dont souffrent les femmes notamment en reconnaissant les attaques les visant comme des violations des droits humains et les meurtres domestiques comme une forme d'exécution arbitraire.

« Il est temps de reconnaître que les homicides liés au genre, tels que la violence domestique et intime, les 'homicides d'honneur' ou les meurtres de personnes LGBTQI, peuvent constituer des exécutions arbitraires », a déclaré Agnès Callamard sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, dans son premier rapport au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies.

« Les gouvernements doivent accorder une plus grande attention au rôle important que joue le genre dans la probabilité que les gens ont d'être arbitrairement privés de leur droit à la vie », a-t-elle souligné parce que selon elle, « la misogynie persiste à tous les niveaux de la société ».

Selon elle, les statistiques mondiales montrent que près de la moitié des femmes victimes d'homicides sont tuées par des membres de la famille ou des partenaires intimes, contre un peu plus de 5% des victimes masculines.

http://news.abidjan.net/h/616589.html
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1720
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: Contre les violences faites aux femmes

Messagede Lila » 25 Juin 2017, 20:02

En France, on meurt parce qu’on est une femme

On connaît tous cette statistique: une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint. Mais sa réalité est bien différente de ce que j'imaginais.

à lire : http://www.slate.fr/story/147429/mourir ... -une-femme



Violences
La situation des femmes dans le monde se dégrade

Réuni à Genève jusqu'au 23 juin, le Conseil des droits de l'homme des Nations unies estime qu'une femme sur trois est encore victime de violences dans le monde. Mais répertorier tous les cas d'abus est un travail titanesque et le chiffre pourrait être largement sous-estimé.

à lire : http://www.liberation.fr/planete/2017/0 ... de_1576777



Carte des #féminicides par (ex) compagnon 2017
https://www.google.com/maps/d/viewer?mi ... 999582&z=8
.
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1720
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: Contre les violences faites aux femmes

Messagede Lila » 02 Juil 2017, 16:41

220 femmes
tuées par leur conjoint,
ignorées par la société

enquête

Qui sont les victimes ?

Elles s'appelaient Géraldine, Christelle, Ninon, Marine, Carole, Myriam. Toutes sont mortes ces derniers mois sous les coups de leur mari, compagnon ou ex-conjoint. Leur décès a eu lieu dans l'indifférence générale, politique et médiatique. Les circonstances de la mort de ces femmes ont parfois été résumées en quelques lignes dans une dépêche AFP, comme autant d'événements anecdotiques. Les titres de presse régionale les ont systématiquement traitées dans la rubrique faits divers, qualifiant l'événement de «crime passionnel», de «différend conjugal» ou de «drame de la rupture». Autant d'euphémismes pour qualifier des homicides qui se produisent le plus souvent dans l'intimité du domicile conjugal, sans témoin. Les victimes n'ont parfois pas de prénom, pas de profession. Il arrive que seul leur âge et le mode opératoire de leur agresseur apparaissent: «étranglée», «battue à mort», «tuée par balle», au «couteau de cuisine» ou «à coups de fer à repasser». Des meurtres passibles de la réclusion criminelle à perpétuité (au lieu de 30 ans), le fait que l'auteur soit le compagnon ou l'ex-conjoint de la victime étant une circonstance aggravante. Après avoir vu passer, une nouvelle fois, l'un de ces titres sans que cela n'émeuve grand-monde, nous nous sommes demandé qui étaient ces femmes. Nous avons recensé les articles des journaux locaux, régionaux et nationaux, pour tenter d'en savoir plus sur ces victimes anonymes. Ce corpus n'est pas exhaustif : tous les cas n'ont pas été relayés par la presse, et quand ils le sont, c'est souvent de manière parcellaire. Ce travail permet de prendre conscience de ce que les chiffres ne disent pas : les noms, prénoms, âges, situations familiales, professions, mais aussi les circonstances de la mort de ces femmes, les éventuels antécédents ou le traitement judiciaire. Au total, Libération a enquêté sur 220 décès de femmes. Toutes ont été tuées par leur conjoint, leur mari ou ex entre 2014 et 2016.

à lire : http://www.liberation.fr/apps/2017/06/2 ... s-societe/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1720
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: Contre les violences faites aux femmes

Messagede Pïérô » 11 Juil 2017, 01:16

La honte !

Loiret : l'Etat met fin au dispositif d'aide aux femmes battues, faute d'argent

Depuis le 1er juillet, les deux postes d'assistants aux femmes victimes de violences conjugales ne sont plus financés par l'Etat.

Les femmes battues du Loiret doivent désormais se débrouiller seules. Depuis le 1er juillet, selon France Bleu Orléans, la préfecture du Loiret a mis un terme au financement de deux postes d'assistants sociaux qui intervenaient dans les commissariats et gendarmeries pour aider les femmes victimes de violences conjugales.

Ces postes d'«intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie» (ISCG) étaient financés via le Fonds interministériel de prévention de la délinquance depuis décembre 2015. Ces deux travailleurs sociaux, salariés de l'association Aidaphi, avaient accompagné pas moins de 425 femmes en 2016 dans le Loiret.


... http://www.leparisien.fr/societe/loiret ... 115553.php
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre les violences faites aux femmes

Messagede Lila » 30 Juil 2017, 19:13

Violence aux femmes : 29 milliards € de dégâts en Europe !

Jusqu'à 70 % des femmes sont victimes de violence au cours de leur vie. Selon les données de la Banque mondiale, le viol et la violence conjugale représentent un risque plus grand pour une femme âgée de 15 à 44 ans que le cancer, les accidents de la route, la guerre et le paludisme réunis. Plus encore lorsqu'elles sont handicapées puisque, selon un rapport de l'ONU, 4 sur 5 d'entre elles subissent des violences, rendues certainement plus vulnérables par leur situation de handicap ! C'est d'ailleurs pour cette raison qu'une association française, Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir (FDFA), inaugure, le 6 mars 2015, une plateforme d'écoute (numéro 01 40 47 06 06) destinée à leur venir en aide (lien ci-dessous).

Séquelles : troubles psychiques et physiques

A l'occasion de la Journée internationale de la femme, qui a lieu chaque année le 8 mars, c'est aussi un autre constat qui émerge : quel est l'impact de la violence faite aux femmes en termes de santé, à la fois physique et psychique ? Rappelons qu'une femme est tuée tous les 2 jours ½ en France. Mais combien souffrent de lésions traumatiques qui les laissent handicapées, parfois à vie ? 45 % de la violence contre les femmes se solde par des blessures physiques : fractures, commotions cérébrales, perforation du tympan, douleurs chroniques des articulations et des muscles… Une liste sans fin ! Mais celle des troubles psychiques est tout aussi alarmante : anxiété, crises de panique, évitements phobiques, colères explosives, dépression mais aussi troubles de la mémoire, de la concentration et de l'attention… Des séquelles en tous points semblables à un état de stress post-traumatique ! Or ces blessures psychiques sont le plus souvent méconnues et non diagnostiquées, les victimes restant seules, abandonnées sans soins avec des troubles qui se chronicisent, sans jamais être « réparés ».

29 milliards d'euros par an en France

Au-delà de l'impact humain, pourquoi ne pas prolonger cette analyse d'un point de vue purement financier ? En d'autres termes, quel est le coût de cette violence à la fois pour les institutions publiques, les individus et la société ? L'Europe a mené l'enquête. Une « Etude sur l'estimation du coût de la violence faite aux femmes dans l'Union européenne », publiée par l'Institut européen pour l'égalité des sexes (EIGE), extrapole les résultats d'une étude réalisée au Royaume-Uni. Verdict : plus de 29 milliards d'euros par an en France ! Une estimation qui atteint les mêmes niveaux dans toute l'Europe. « Les résultats appellent à des actions urgentes et coordonnées pour aider les femmes et les hommes sur la voie d'une société libérée de la violence faite aux femmes », a déclaré Virginija Langbakk, directrice d'EIGE.

Un impact nocif pour tous

Les coûts directs supportés par les victimes incluent les frais médicaux, la protection juridique et les programmes de support aux victimes. Les coûts indirects sont liés aux effets négatifs pour l'économie et la société et aux « pertes » générées pour venir en aide à la victime, notamment par le biais de prestations sociales. « Nous faisons face à des effets très nocifs pour la société et l'économie, indique Virginija Langbakk. Les victimes souffrent de séquelles physiques et psychologiques sur le long terme qui affectent leur vie quotidienne et réduisent leurs chances dans la vie économique. » C'est donc la société toute entière qui « met la main au porte-monnaie » chaque fois qu'un homme met la sienne dans le visage d'une femme…

© sabine hürdler/Fotolia


https://informations.handicap.fr/art-co ... 3-7554.php
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1720
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: Contre les violences faites aux femmes

Messagede Lila » 05 Aoû 2017, 20:27

Marie pour mémoire, tuée par Bertrand Cantat il y a 14 ans ....

.... et toutes les femmes victimes de #Féminicide suite à des #ViolencesConjugales

A ce jour, 75 femmes sont mortes tuées par leur (ex) conjoint depuis le 1r janvier 2017.

Nous ne vous oublions pas.

Image

https://www.facebook.com/sanscompromisf ... =3&theater
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1720
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: Contre les violences faites aux femmes

Messagede Lila » 18 Aoû 2017, 18:27

Les abus sexuels au sein du couple, une violence faite aux femmes à ne pas négliger

L’abus sexuel au sein du couple s’ajoute souvent à d’autres maltraitances conjugales. Il est plus courant qu’on le pense mais encore dénié tant par la société que par les victimes et leurs auteurs.
Déni et stratégie
L’abus sexuel une violence de l’ombre parce qu’elle touche à la sphère privée dans ce qu’elle a de plus intime. La notion du “devoir conjugal” laisse les femmes dans l’idée qu’elles doivent s’y soumettre coute que coute.

à lire : https://www.facebook.com/notes/sans-com ... 655716604/



Violences conjugales : "les hommes tuent leurs femmes pour les garder"

Deux femmes victime de violences conjugales en une semaine dans la Loire. D'abord une mère de famille, tuée à la Cotonne à Saint-Étienne le 5 août. Son conjoint a été mis en examen pour homicide volontaire. Et puis le drame de la Grand-Croix dimanche dernier, 13 août. Une femme a été tuée d’une vingtaine de coups de couteau. Son mari s’est rendu à la police quelques heures plus tard. La victime avait quitté le domicile conjugal depuis trois mois, avec ses quatre enfants.

Une période de rupture qui, souvent, s'avère très dangereuse pour Michelle Perrin, directrice de SOS violences conjugales dans la Loire : " Il y a des statistiques qui montrent que la période de séparation est une période à risque pour les femmes. La femme quitte un mari qui ne supporte pas que « sa chose » lui échappe. Les hommes tuent leurs femmes pour les garder. Pour dire : "Après moi, tu n’appartiendras pas à un autre." Alors que les femmes tuent leur mari pour s’en débarrasser. Très souvent, elles étaient déjà victimes de violences conjugales. Un jour, elles se vengent. C’est le coup de trop.

la suite : https://www.francebleu.fr/infos/faits-d ... 1502800116
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1720
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

PrécédenteSuivante

Retourner vers Féminisme et LGBTI

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité