Contre les violences faites aux femmes

Contre les violences faites aux femmes

Messagede FRED » 24 Avr 2009, 10:57

Adresse Association femmes batue.

Contacts > Numéros de téléphone de proximité
France Belgique

France

04
Tout le département des Alpes de Haute Provence SOS Violence Conjugale 04
Equipe mobile sur tout le département, voir le site
http://www.sosviolenceconjugale04.org 04.92.75.35.54

06
Nice
Femmes Battues
81, rue de France - Bureau 312
06000 Nice
accueilfemmesbattues@hotmail.com
04.93.52.17.81
06
Cagnes sur Mer Association I.S.I
53 avenue de Verdun
06800 Cagnes sur Mer
isi.association-isi@wanadoo.fr
04.93.20.20.67

10
Troyes
SOS Femmes Battues - Solidarité Femmes
3 bis rue Voltaire
10000 Troyes
sf.troyes@wanadoo.fr 03.25.73.26.26

13
Marseille
SOS Femmes
14 bd Théodore Thurner
13006 Marseille
sosfemmesmarseille@wanadoo.fr
04.91.24.61.50
13
La Ciotat
Les Abeilles
Route Ceyreste
13600 La Ciotat
04.42.83.13.62
13
Istres
Heures Claires
4 rue Alfred Courbon
13800 Istres
04.42.55.46.87

19
Brive
SOS Violences Conjugales
11 rue Ségéral Verminac
19100 Brives
05.55.88.20.02

21
Dijon
Solidarité Femmes
4 rue du Chancelier Hospital
21000 Dijon
03.80.67.17.89

22
Saint-Brieuc
Accueil Femmes
30 bis rue du Dr Rochard
22000 St Brieuc
02.96.33.54.79

23
Guéret
SOS Femmes Solidarité
7 rue de Paris
23000 Guéret
05.55.52.46.46

24
Périgueux
SOS Femmes
120, Boulevard du Petit Change
24000 Périgueux
sos.femmes.dordogne@wanadoo.fr
http://www.sos-femmes-dordogne.com/
05.53.35.03.03

25
Besançon
Solidarité Femmes
27 rue Mégevand
25000 Besançon
03.81.81.03.90

30
Alès
Association Gardoise Femmes Accueil Solidarité
26 rue Benoît Belon 1er étage
30100 Ales
04.66.86.85.51

31
Toulouse
APIAF
31 rue de l'étoile
31000 Toulouse
05.61.63.71.82
Toulouse Vivre Autrement ses Conflits
AVAC
17, rue Peyras
31000 Toulouse
avac.toulouse@free.fr
http://avac.toulouse.free.fr
Ecoute, psychothérapie, accompagnement psychologique, groupes de parole (hommes et femmes dans les violences familiales et conjugales).
05.61.21.05.28
Toulouse SAVIF
2 rue St Jean
31000 Toulouse
05.61.25.16.13
Toulouse Olympe de Gouges
43 rue Jean des Pins
31300 Toulouse
05.62.48.56.66

33
Cenon
Centre Flora Tristan
Centre Emeraude av. Vincent Auriol
2ème étage entrée Sud Porte E
33000 Cenon
05.56.40.93.66

34
Montpellier
Foyer E. Buissonade
6 rue Pierre Fermaud
34000 Montpellier
04.67.58.07.03

38
Grenoble
Solidarité Femmes
6, Galerie de l'Arlequin
38100 Grenoble
solidarite.femmes.gre@wanadoo.fr
http://solidaritefemmes.free.fr
04.76.40.50.10
Vizille et Sud Isère Osez dire non aux violences conjugales
Nous sommes des bénévoles ayant connu l'enfer des violences conjugales.
Nous aidons les femmes en les écoutant, en les accompagnant dans leurs démarches (certificats médicaux, dépôts de plaintes, etc.). Nous avons mis en place des protocoles avec les CCAS pour les femmes victimes de violences conjugales et économiques : ils prennent en charge plusieurs nuits d'accueil suivant les mairies si vous devez partir en urgence.
osezdirenonauxviolencesconjugales@wanadoo.fr 04.76.68.01.05
06.66.51.85.72

42
Saint-Etienne
Solidarité Femmes Loire
28 rue Francis Baulier
42000 Saint-Etienne
04.77.25.89.10

44
Nantes
SOS Femmes
3 rue Vauban
44100 Nantes
02.40.12.12.40

Chateaubriand
SOS Femmes et enfants maltraités
8 rue Anna de Noailles
44110 Chateaubriand
02.40.28.07.11

47
Villeneuve-sur-Lot
Maison d'Accueil des Femmes
6 rue Darfeuille
47300 Villeneuve-sur-Lot
05.53.70.57.76

49
Angers
SOS Femmes
35 rue St Exupéry
49100 Angers
02.41.87.97.22

51
Reims Association Contre les VIolences faites aux Femmes (ACVIF)
MJC Maison Blanche
41, bd des Bouches du Rhône
51100 Reims
03.26.86.56.32

52
Saint-Dizier
SOS Femmes Accueil
http://www.sosfemmes.com
03.25.06.50.70

57
Metz
Thémis Solidarité Femmes
6 bis rue aux Orssons
57000 Metz
03.87.75.29.30

59
Dunkerque SEDIRE
77 rue de Soubise
59140 Dunkerque
03.28.26.46.75

60
Compiègne
SOS Violences Femmes
03.22.52.09.52

63
Clermont-Ferrand
SOS Femmes Battues
3 rue du Mal Joffre
63000 Clermont Ferrand
04.73.29.32.20

64
Bayonne Les Mouettes
14 rue Jacques Lafitte
64100 Bayonne 05.59.46.16.50
66
Perpignan Antenne Départementale d'Intervention sur les Violences Adultes Domestiques
45 rue Virgile Diaz
66000 Perpignan
Ouvert les lundis de 12h à 17h, le mardi de 9h à 16h, le mercredi de 9h à 15h, le jeudi de 9 à12h et de 14 à 18h, et le vendredi de 14h à 17h.
L'ADIVAD est géré par l'association APEX
Même adresse
Tél. 04.68.66.09.03 - Fax : 04.68.66.04.41
Email : apex.adivad@wanadoo.fr
Site web : http://apex.adivad.free.fr 04.68.63.50.24
(sur rendez-vous)
L’Escale
Accueil de jour pour femmes victimes de violences
45 rue Virgile Diaz
66000 Perpignan
Heures et jours d’ouverture : les lundi 12h-17h ; mardi 9h-16h ; mercredi 9h-15h ; jeudi 9h-12h/14h-18h ; vendredi 14h-17h.
Email : apex.adivad@wanadoo.fr
Site web : http://apex.adivad.free.fr
04.68.63.50.24

67
Strasbourg
Centre Flora Tristan
2 rue de Phalsbourg
67000 Strasbourg
03.88.35.25.69
Strasbourg
SOS Femmes Solidarité
9 quai Finkwiller
67000 Strasbourg
03.88.24.06.06

68
Saint-Louis
Soutien Femmes Battues
29A rue de Huningue
68300 Saint-Louis
04.89.70.02.21

69
Saint-Fons
Femmes Information Liaison
8 av. Henri Barbusse
69190 Saint-Fons
04.72.89.07.07
69
Villeurbanne
VIFF
04.78.85.76.47

71
Le Creusot
Association Femmes
03.85.56.27.47
Le Creusot AFEDI
36 rue St Henri
71200 Le Creusot
03.85.73.01.90

73
Chambéry
SOS Femmes Violences
Maison des Associations
73000 Chambéry
04.79.33.95.85

74
Thonon-les-Bains La Margelle
14 chemin du Martinet
74200 Thonon-les-Bains
04.50.70.00.08

75
Paris
Foyer Louise Labé
01.43.48.20.40
Paris Vivantes
Association disoute à la suite du décès de sa fondatrice. Sept. 2005
Soutenue par le Collectif féministe contre le viol, association de victimes de viols. Créée par une victime, pour les victimes, l'association organise des groupes de paroles, des activités, sorties, sensibilisation de l'opinion publique ...
Paris Fédération Nationale Solidarité Femmes
32/34 rue des Envierges
75020 Paris
01.40.33.80.90
Paris HAFB Espace Solidarité
17 rue Mendelssohn
75020 Paris 01.43.48.18.66
Paris HAFB Foyer Louise Labé
14 rue Mendelssohn
75020 Paris 01.43.48.20.40

77
Meaux
SOS Femmes Information
100 rue Fbg Saint Nicolas
77100 Meaux
01.60.09.27.99
Lieusaint
Le Relais
96 rue de Paris
77127 Lieusaint
01.60.60.89.70

78
Les Mureaux
Du côté des Femmes
01.34.74.31.37

80
Amiens
SOS Violences Femmes
03.22.52.09.52

81
Albi Maison des Femmes
28, rue de Genève
81000 Albi
05.63.49.48.00

84
Carpentras
Solidarité Femmes
73 rue P Parrocel Cité du Parc
84200 Carpentras
04.90.60.36.84

85
La Roche-sur-Yon
Femmes en Difficulté
14 rue Paul Doumer
85000 La-Roche-sur-Yon
02.51.62.18.05
La Roche-sur-Yon
Accueil Urgence
BP 712
85017 La-Roche-sur-Yon
02.51.47.77.59

90
Belfort
Solidarité Femmes
23 rue de Mulhouse
90000 Belfort
03.84.28.99.09

91
Evry
Foyer Solidarité Femmes
5 square Gutenberg
91000 Evry
01.60.78.45.66
Massy Paroles de Femmes E Mespoulès
1 square Yves du Manoir
91300 Massy 01.69.20.30.50

92
N° d’écoute départemental Femmes Victimes de Violences 92 01 47 91 48 44
Chatillon
Centre Flora Tristan
142 av. de Verdun
92320 Chatillon
01.47.36.96.48
Gennevilliers
L'Escale
8 rue Henri Barbusse
92230 Gennevilliers
01.47.33.09.53

93
Bondy
SOS Femmes
128 rue Baudin
93140 Bondy
01.55.89.00.88

95
Cergy-Saint-Christophe
Maison des Femmes
31 rue du Chemin de Fer
95800 Cergy-St-Christophe
01.30.73.51.52
Sarcelles Centre Accueil Femmes
5 allée Lecomte du Nouy
95200 Sarcelles 01.30.73.51.52


A signaler l'existence d'un Centre d'Accueil, de Consultations et de Soins pour les mineures victimes d'abus sexuel à Agen (47). Contact : M. BOQUILLON. Les frais d'hébergement peuvent être pris en charge par les services de l'Aide Sociale à l'Enfance du département d'origine de la mineure.
05.53.47.20.02


Belgique

Espace P
(P pour prostitution) Rue des Plantes 116, 1030 Bruxelles
02 / 219.98.74
Collectif contre les Violences Familiales et l'Exclusion Rue des Soeurs de Hasque 9, 4000 Liège
04 / 223.45.67 ligne d'urgence ouverte 24heures/24
Le Collectif pour Femmes Battues Rue de Bouvy 9, 7100 La Louvière
064 / 21.43.33
Kontakstätte für Frauen (francophone) Neustrasse 63, 4700 Eupen
087 / 74.42.41
Ecoute Enfants
103
SOS Inceste Belgique Rue Jean Paquot 65 A - 1050 Bruxelles
02 / 646.60.73
Enfance Maltraitée
Liège
04 / 226.60.40
SOS Enfants Rue de la Liberté 56 - 4020 Liège
04 / 342.27.25
SOS Enfants-Parents
Enfance Maltraitée Rue de Broucheterre 41 - 6000 Charleroi
071 / 332.581
071 / 312.106
* « Nous n’avons pas peur des ruines. Nous sommes capables de bâtir aussi.

Buenaventura Durruti
FRED
 
Messages: 308
Enregistré le: 15 Juin 2008, 18:05
Localisation: Paris

Contre les violences faites aux femmes

Messagede Pïérô » 23 Oct 2011, 09:33

5 nov manif droits des femmes, contre les violences

Manifestation nationale Bastille Paris samedi 5 novembre 14h30

Image

Appel

Marches mondiales des femmes

CONTRE LES VIOLENCES AU « PAYS DES DROITS DE L’HOMME »,
OÙ SONT LES DROITS DES FEMMES ?


MANIFESTATION nationale Bastille Paris samedi 5 novembre 14h30

La domination masculine imprègne l’ensemble des rapports sociaux entre les sexes. Elle distribue le pouvoir et les places de façon complètement inégalitaire entre les femmes et les hommes : au travail, dans la représentation politique, à la maison, dans le sport, les médias, les arts et la culture. Par tout les femmes doivent se battre pour l’égalité. Les affaires récentes impliquant des hommes politiques ont mis en évidence un déni profond des violences faites aux femmes. Les insultes sexistes, les propos méprisants ont fusé et occupé écrans et colonnes de journaux. À l’heure actuelle, la confusion est grande entre libertinage et violence sexuelle, entre drague et harcèlement sexuel, entre relation sexuelle et viol. Ces affaires sont médiatisées uniquement en raison de la célébrité des hommes concernés. Les violences envers les femmes sont quotidiennes et universelles sur l’ensemble de la planète. Elles sont l’expression des rapports de domination exercés par les hommes sur les femmes dans le système patriarcal.

Les violences, toutes les femmes connaissent : elles peuvent aller crescendo, de l’insulte au meurtre, en passant par le viol, du sexisme ordinaire au crime...

C’est la main aux fesses dans le métro et les sifflets méprisants dans la rue
C’est la fille obligée de s’habiller en jogging pour avoir la paix
C’est la femme menacée d’un mariage forcé
C’est la femme qui rentre à 2 heures du matin et qui regarde sans cesse derrière elle pour voir si personne ne la suit
Ce sont les coups, injures, insultes, menaces, humiliations, viols par le conjoint,
C’est la lesbienne qui est violée pour lui apprendre ce qu’est « un homme, un vrai »
C’est la copine, au travail, harcelée constamment par son chef qui veut la faire « passer à la casserole »
C’est la voisine qu’on entend crier et pour laquelle on hésite encore à appeler la police
C’est la femme qui n’a jamais pu dire que son père l’a violée dans sa jeunesse et que cela a fichu sa vie en l’air
C’est la femme immigrée qui ne peut rien dire contre les violences de son mari quand son titre de séjour dépend de lui
C’est la femme violée dans un conflit armé qui réclame l’asile en France
C’est la mère de 3 enfants qui vit seule et est contrainte de se prostituer pour boucler les fins de mois
C’est la fille violée par plusieurs garçons, que ce soit dans une cave, un salon ou lors d’un bizutage
C’est la femme qui meurt sous les coups d’un conjoint ou d’un ex conjoint...

Nous, féministes individuelles, associations féministes, syndicats et partis politiques, tenons à réaffirmer que la lutte contre les violences faites aux femmes est une lutte première pour atteindre l’égalité réelle entre les femmes et hommes, et que nous continuerons à la mener envers et contre tout. Nous réaffirmons que les violences sexuelles ne sont pas du domaine du privé, du domaine de la drague et de la séduction. Elles sont du domaine public car elles tombent sous le coup de la loi.


NOS REVENDICATIONS :

Pour lutter contre les violences, pour signifier l’interdit, il faut des lois à la fois ambitieuses et pleinement mises en oeuvre. Il faut donc avoir la ferme volonté politique de voter des lois efficaces et de les appliquer en se fixant comme tout premier objectif d’informer, de sensibiliser, de convaincre. Ce n’est pas le cas de la énième loi contre les violences votée, grâce à nos mobilisations, en juillet 2010.
Malgré des avancées, elle est en effet incomplète parce que de nombreuses revendications ont été laissées de côté lors des débats législatifs. En outre, les premières remontées sur son application semblent pour le moins « contrastées »...

ÇA SUFFIT !

Parce que les violences ne doivent pas être une fatalité pour les femmes, nous exigeons, comme en Espagne, une loi cadre contre les violences faites aux femmes.

Nous exigeons aussi que des moyens soient dégagés pour permettre un contrôle de l’application des lois sur les violences faites aux femmes. Nous exigeons qu’une commission de contrôle multipartite soit mise en place où siègeraient les pouvoirs publics, des parlementaires et des associations de défense des droits des femmes.
Enfin, nous exigeons que les associations féministes conservent les missions de service public auprès des victimes qui leur sont conférées, ce qui implique non seulement le maintien des moyens financiers qui leur étaient accordés mais aussi leur augmentation. Il est hors de question que l’État se désengage ! Si des missions de service public sont transférées aux collectivités territoriales, le budget doit suivre !


TOUT DE SUITE NOUS EXIGEONS :

. des campagnes d’information et de sensibilisation pérennes auprès de tous les publics et la mise en place d’une véritable éducation non sexiste à tous les niveaux de l’éducation nationale
. une formation spécifique et obligatoire en matière de prévention et de prise en charge des violences faites aux femmes pour tout-e-s les professionnel-le-s concerné-e-s
. la possibilité que toutes les femmes en danger de violences soient protégées, de par la loi, et non seulement celles victimes de violences conjugales ou menacées de mariage forcé.
. le changement dans le code pénal et le code du travail de la définition du harcèlement sexuel. Le harcèlement sexuel c’est, comme le dit l’Union Européenne, un « comportement non désiré à connotation sexuelle »
. la délivrance ou le renouvellement dans les plus brefs délais du titre de séjour pour les femmes étrangères victimes de violences conjugales.
. le statut de réfugiée pour toute femme demandant l’asile parce que victime de violences sexistes, sexuelles ou lesbophobes
. l’abrogation du délit de racolage et la mise en œuvre d’une politique de pénalisation du client de la prostitution.
. une réelle politique de logements prioritaires pour les femmes en danger.
. la mise en place d’un Observatoire national des violences qui étudie, impulse, évalue les politiques menées


SIGNATAIRES

Collectif national pour les Droits des Femmes, Actit, Agir contre le chômage, Les Alternatifs, Alternative Libertaire, Anef, Appel-Egalité, Association pour les Droits des Femmes du 20e, Association Groupe Cadre de Vie, Atalante Vidéo, Attac, Cadac, Centre LGBT Paris Ile de France, CGT, Les Chiennes de garde, Collectif féminin masculin de Vitry, Collectif féministe contre le viol, Collectif féministe Handicap, Sexualité, Dignité, Collectif Féministe « Ruptures » et Réseau Féministe « Ruptures », Collectif mixité CGT des Bouches du Rhône Collectif région parisienne pour les Droits des Femmes, Collectif Val de Marne de lutte contre les violences faites aux femmes, Comité de vigilance et de suivi pour l’application de la loi du 9 juillet 2010, Commission nationale Droits des Femmes du Parti socialiste, Coordination lesbienne de France, Elu-e-s contre les violences faites aux femmes, Europe Écologie Les Verts, FASTI, Fédération nationale Solidarité Femmes, « Femmes libres » Radio Libertaire, Femmes solidaires, FIT, une femme, un toit, FSU, Gauche Unitaire, Initiative Féministe Européenne France, Lesbiennes of Color, Ligue des Droits de l’Homme, Ligue des Femmes Iraniennes pour la Démocratie, Maison des Femmes de Montreuil, Marche Mondiale des Femmes, MJCF, NPA, Osez le féminisme, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, Planning Familial, RAJFIRE, SOS Sexisme, Stop Précarité, Unef, Union Syndicale Solidaires

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: 5 nov manif droits des femmes, contre les violences

Messagede Pïérô » 24 Oct 2011, 23:14

manif nationale = mobilisation hexagonale ! :D

Un départ unitaire est organisé au départ de Tours

Rendez vous le samedi 5 novembre à 9h30, Place Loiseau d’Entraigues à Tours
Tarifs:
. Précaires, étudiant-es , chômeurs-euses: 5 euros
. Salarié-es: 12 euros (souscription en plus si vous le pouvez)
Réservez vos places avant le mercredi 2 novembre auprès de : 06 63 20 88 60
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: 5 nov manif droits des femmes, contre les violences

Messagede Béatrice » 27 Oct 2011, 18:39

Manifestation nationale certes mais centralisée sur la capitale et il est regrettable qu'il en soit ainsi ! Les nombreuses associations et organisations qui appellent
à cette mobilisation là ne pouvaient-elles pas prévoir , des manifestations dans les plus grandes villes de France ?
Car en matière de mobilité , c'eût permis à de nombreuses personnes d 'y participer plus facilement . Et lorsq'on vit à l'autre extrémité de l'hexagone , alors là cela relève
du parcours du combattant !( en ce qui me concerne , vivant dans les Alpes-de-Haute-Provence : " le trou du cul du monde " , il me faudrait d'abord rejoindre la ville de Digne
à 45km de mon lieu d'habitation puis ensuite effectuer un trajet d'une durée d'environ 20h aller-retour ! )

Alors ayant dit cela , je pense que peut-être se posait un problème d'ordre organisationnel mais aussi financier , puis peut-être aussi pour d'autres raisons qui
m'effleurent la pensée mais que je préfère taire , car malgré tout , cette manifestation va avoir malgré tout le mérite d'avoir lieu et en matière des droits à l'égalité des
femmes et des violences exercées sur elles , le moins que l'on puisse dire est que tout reste à envisager mais surtout à entreprendre dans le domaine des luttes .

( Et pour ma part , je resterai dans la frustration de ne pouvoir y être présente pour les raisons que je viens d'évoquer )
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2735
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: 5 nov manif droits des femmes, contre les violences

Messagede Pïérô » 27 Oct 2011, 23:43

Il y a une initiative locale à Lyon : http://rebellyon.info/Halte-aux-violences-sexistes.html.

C'est pas tout près de chez toi non plus, mais çà rapproche. :wink:
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: 5 nov manif droits des femmes, contre les violences

Messagede MélusineCiredutemps » 28 Oct 2011, 12:23

Juste une petite bémol par rapport à cette manifestation et à "l’ambiance" globalement très malsaine de la ville hyper bourgeoise qu'est Lyon. Je m'exprime en connaissance de cause (ce pourquoi je fais partie d'un petit groupe de personnes qui essaient de créer un espace et des outils de luttes libertaires en banlieue qui soient autonomes vis à vis des lyonnais-e-s).
C'est organiser par le CNDF de Lyon, constitué notamment de partis politiques et d'orgas qui n'ont pas remis en question, ne serait-ce qu'une seconde, leur collaboration avec le PS après le 14 mai (malgré l'attitude très agressive ultra machiste, raciste et anti-prolétaire de ce dernier contre Nafissatou Diallo) au nom d'une simulacre d'antifascisme de façade... D'ailleurs, évidemment cette collaboration était malsaine dès le départ si on tient compte des politiques racistes et sécuritaires menées et défendues par le PS depuis les années 80. Certaines de ces orgas ont d'ailleurs eu l'occasion, il y a quelques années, de saboter des initiatives du CLAS (pour la défense du droit à l'avortement) alors que, naïvement, nous les avions invité à se joindre à nous. Les orgas soit disant "anarchistes" qui font systématiquement alliance servile avec ces orgas-là ont exactement les mêmes pratiques politiciennes dignes des partis électoralistes. Lyon est vraiment un secteur nauséabond... Évidemment comme d'habitude, ces braves gens à la bonne conscience bien proprette, on pris soin de faire comme si le CLAS n'existait pas... Mais à présent, de toute façon n'étant pas atteint-e-s par leur servitude, leur mondanité et leur manque de cohérence et n'ayant pas la mémoire courte, nous n'aurions pas répondu à leur invitation. La vraie solidarité avec toutes les victimes des violences machistes ne tolère pas qu'on en néglige une seule, ni qu'on collabore avec des collabos !
MélusineCiredutemps
 

Re: 5 nov manif droits des femmes, contre les violences

Messagede Béatrice » 28 Oct 2011, 17:45

Et à la suite de cette mobilisation , le 25 novembre 2011 dans le cadre de la " Journée Internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes " ,
la CGT s'y associera en organisant des actions de mobilisation et de prévention au sein des entreprises .


http://www.cgt.fr/Luttons-contre-les-vi ... et-le.html
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2735
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: 5 nov manif droits des femmes, contre les violences

Messagede Pïérô » 07 Nov 2011, 00:43

Communiqué de presse du CNDF
dimanche 6 novembre 2011

6000 personnes ont manifesté hier à Paris contre les violences faites aux femmes, rassemblées à l’initiative du Collectif national pour les Droits des Femmes et de plus de 60 organisations signataires, associations féministes, syndicats et partis politiques de gauche et d’extrême gauche.

Avec les affaires DSK, Tron et Mahéas, est apparue au grand jour, après 40 ans de luttes des féministes contemporaines, les entraves, que nous connaissions, à la prise en compte des violences faites aux femmes en France. L’expression d’un sexisme décomplexé, l’ignorance des conséquences de ces violences, la suspicion récurrente contre les victimes, ont provoqué l’indignation des féministes et avec elles d’un grand nombre de personnes en France. Parallèlement, se manifestent des résistances évidentes à l’application de la loi du 9 juillet 2010, dernière en date des lois contre les violences obtenues grâce à la mobilisation des féministes.

C’est pour réagir de façon unitaire et massive contre cette situation que cette manifestation s’est déroulée de la Bastille à Matignon. Nous avions demandé un rendez vous au Premier Ministre . Cette demande n’a pas été honorée, nous la réitérons : la lutte contre les violences n’est pas un fait divers, c’est un phénomène sociétal qui s’appuie sur toutes les inégalités exercées à l’encontre des femmes. Elles doivent être « traitées » au plus haut niveau.

Surtout nos revendications restent entières : une loi cadre, comme en Espagne, un contrôle de l’application des lois sur les violences par le biais de la création d’une commission de contrôle multipartite : pouvoirs publics, parlementaires et associations, et que les associations féministes de soutien aux victimes conservent les missions de service public qui leur sont conférées avec notamment une augmentation de leurs moyens financiers. Nous revendiquons en outre des mesures qui ont trait à l’amélioration de la loi du 9 juillet 2010.

La lutte contre les violences faites aux femmes est un enjeu de démocratie dans notre société. Elle continuera tant que ces violences seront perpétrées.


Cela faisait du monde quand même, d'autant qu'il y a eu peu de montées de province.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre les violences faites aux femmes

Messagede Béatrice » 19 Nov 2011, 20:19

La MMF ( Marche Mondiale des Femmes contre les violences et la pauvreté ) appelle à un rassemblement " festif "
le 25 novembre 2011 entre 12h et 14h sur le Vieux-Port de Marseille :


Courrier de la MMF N° 188 Spécial 25 NOVEMBRE
Les violences faites aux femmes : ça suffit !
À Marseille :
- entre midi et 14 heures : rassemblement sur le Vieux-Port avec tambours, banderoles, musique etc ;
- à 15 h à l’Alcazar film débat : "Violences Conjugales : Comment en Sortir"
- d e 17h à 21h aux Docks des Suds : Soirée festive et village associatif
- le samedi 26 novembre, manifestation au Perthus. Il reste quelques places dans le car qui partira de la gare Saint Charles à 6h30.

PDF - 310.6 ko
Courrier-MMF-N°188

Bonjour, voici le Courrier de la Marche Mondiale des Femmes N° 188 Toutes nos excuses pour les informations qui n’ont pu passer, la rédactrice est malade.

Voir aussi sur le site : http://www.mmf-france.fr

SOMMAIRE

1 - Prostitution BASTA YA, ça suffit ! – Manifestation le 26 novembre à la Jonchera au Perthus !

2 - 8ème Rencontre Internationale de la Marche Mondiale des Femmes aux Philippines – Page 3

3 - Abolition 2012 : Pour l’adoption d’une loi d’abolition du système prostituer – Appel et Pétition – Page 3

4 - Plan de rigueur : double peine pour les femmes – Page 4

5 - « Grand prix de la fessée, de la tarte et du sexisme ! » - Page 4

6 - Pourquoi nous sommes contre la GPA – Page 6

7 – Débat : Quelle place pour les femmes dans la révolution syrienne ? – 29 novembre – Page 6

8 - Politiques publiques en matière de prostitution - Convention abolitionniste et appel « Abolition 2012 » - Page 7

9 - Film sur « La couverture géante » : Appel à souscription – Page 7

10 - Films : séances : Sous les plis du drapeau rouge – Page 7

11 – Livre : « 40 ans de slogans féministes – 1970 – 2010 » - Page 8

12 - Exposition Nelly Trumel – page 8

13 - Nouvelles vidéos sur Teledebout - Page 8

14 - Radio-Libertaire – Emissions Femmes Libres - Page 8

SPECIAL 25 NOVEMBRE :

- 15 - Rassemblement 25 novembre Paris – Page 8

- 16 - Les violences faites aux femmes : ça suffit !- rassemblement à Montreuil 25 novembre – Page 9

- 17 - Colloque sur les violences conjugales les 25 et 26 novembre 2011- Page 9

- 18 - Colloque : Construire ensemble une réponse cohérente et efficace contre les violences faites aux femmes – 30 novembre – Page 9

- 19 - Colloque : Luttons contre le féminicide – Page 10

- 20 - Lutte contre les violences faites aux femmes : dispositifs,pratiques et perspectives en Île-de-France – 25 novembre - Page 10

- 21 – A Marseille – Page 11

- 22 - A Lille – Page 11

- 23 - A Strasbourg – Page 11
impression Imprimer cet article
Partager cet article sur vos réseaux sociaux :


http://www.millebabords.org/spip.php?article19023
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2735
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Contre les violences faites aux femmes

Messagede Béatrice » 25 Nov 2011, 10:49

Communiqué de presse de la Coordination française de la Marche Mondiale des femmes :
Coordination Française Marche Mondiale des Femmes

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Tant qu’une femme sera victime de violences, nous marcherons !

En ce 25 novembre, nous nous levons une fois de plus pour dénoncer les violences envers les femmes encore très fréquentes et très graves en 2011. Dans notre lutte contre toutes ces violences, nous voulons cette année particulièrement dénoncer deux phénomènes qui les encouragent : la marchandisation du corps et de la sexualité des femmes, l’impunité des agresseurs.

Non à la marchandisation du corps des femmes et de leur sexualité

La marchandisation du corps et de la sexualité des femmes fait que celles-ci sont considérées et traitées comme des choses, des objets que l’on peut vendre ou acheter. Les publicités sexistes, la pornographie, la prostitution, la traite des femmes en sont des exemples manifestes. Les messages répétitifs et dégradants qui envahissent notre quotidien renforcent des mythes et préjugés tenaces qui minimisent, voire normalisent la violence et portent atteinte à l’intégrité, l’autonomie et la dignité de toutes les femmes, Et portent la confusion dans l’esprit des plus jeunes notamment qui n’acceptent pas l’évidence que « quand une femme dit Non c’est Non ! »

Pour que justice soit rendue aux femmes victimes de violences, l’impunité des agresseurs doit cesser

Dans notre société et dans nos institutions - comme celle de la justice, l’affaire DSK en est un exemple criant - perdure une résistance à reconnaître l’ampleur et l’impact des violences envers les femmes. Ce refus s’explique entre autres par la puissance et la persistance du machisme dans la société française. Le peu de mises en a accusation des agresseurs a un effet désastreux sur toutes les femmes victimes de violences et a pour effet de les décourager de porter plainte.
De surcroît, quand elles parlent, on ne les croit pas. Quand elles tentent de se défendre, on les traite d’hystériques, de menteuses, de chercher l’argent ou la célébrité.

Alors, ça suffit !! Les violences sexistes et machistes sont un fléau de notre société, il faut y mettre fin de toute urgence !
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2735
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Contre les violences faites aux femmes

Messagede Béatrice » 25 Nov 2011, 19:18

Communiqué de l'association " Les Poupées en Pantalon " , dans le cadre de journée de la Marche Mondiale contre
les violences faites aux femmes de ce jour :

http://lespoupeesenpantalon.blogspot.com/
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2735
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Contre les violences faites aux femmes

Messagede Pïérô » 06 Nov 2013, 02:16

Appel à manifestation le samedi 9 novembre à Paris

Manifestation contre les violences fascistes et racistes envers les femmes

Devant la répétition incessante depuis cet été de violences physiques : une jeune femme voilée qui a perdu son bébé, l’appel au viol d’une jeune militante du Parti de Gauche, l’agression sexuelle d’une jeune femme voilée et l’agression au cutter d’une militante de l’Unef, pour ne citer que les exemples les plus médiatisés d’une longue liste de violences racistes, fascistes et homophobes, nous ne restons pas passif-ve-s.

Belles, moches, petites, grandes, vieilles, jeunes, blanches, non-blanches, juives, musulmanes, athées, chrétiennes, lesbiennes, hétéros, cisgenres, trans, militantes, fêtardes, couches-tôt, en dépit de nos diversités, les agressions, les violences dont nous sommes victimes prennent toujours les mêmes formes : c’est avant tout notre corps qui est visé.

Nous ne voulons pas occulter les autres formes que prennent les violences fascistes, il ne s’agit pas de les hiérarchiser, mais il nous a paru nécessaire de montrer que lorsqu’elles touchent spécifiquement les femmes, elles sont de nature différente et doivent être prises en compte de manière différente : les hommes sont des adversaires, les femmes sont des proies que l’on chasse et que l’on piège.

Montrons à nouveau notre détermination à ne pas laisser passer ces actes qui ne doivent pas être traités comme des faits divers faisant partie de notre quotidien, organisons-nous ensemble pour les combattre, organisons la solidarité ! Autodéfense féministe !

Venez nombreux-ses le samedi 9 novembre, la manifestation est mixte et tous les groupes et organisations qui le souhaitent sont invité-e-s à venir en tant que tel-le-s.

Rendez-vous à la sortie du métro Belleville à 13h30, en direction de l’hôpital Tenon à Gambetta.


Appel rédigé le lundi 4 novembre par des militantes féministes et des militantes antifascistes.

http://lahorde.samizdat.net/2013/11/05/ ... es-femmes/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre les violences faites aux femmes

Messagede Pïérô » 08 Nov 2013, 00:30

Manifestation annulée, remplacée par une réunion
Manifestation contre les violences fascistes et racistes envers les femmes

Nous avons pris la décision d'annuler la manifestation, mal préparée, mais cette expérience ne nous sera pas inutile, nous donnons rendez-vous à celles et ceux qui auraient voulu se greffer à cette initiative, malgré toutes les critiques (bienvenues) qu'elles/ils auraient pu formuler à venir tout de même à Belleville samedi à 13h30, pour construire une lutte plus réfléchie et organisée sur les questions portées par la manifestation.

Cette réunion ne sera bien sur pas ouverte aux hommes cisgenre.

Rendez-vous à la sortie du métro Belleville à 13h30.
http://www.demosphere.eu/rv/29033
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre les violences faites aux femmes

Messagede Béatrice » 16 Nov 2013, 20:43

Appel unitaire à manifestation à Paris le samedi 23 novembre 2013 à 14h30 à Montparnasse

Appel unitaire
2013, les violences contre les Femmes continuent !
Manifestons Paris samedi 23 novembre 2013, 14h30, Montparnasse

Les violences faites aux femmes nous concernent toutes et tous. Elles ont lieu dans tous les milieux sociaux, dans tous les territoires, dans tous les pays. Elles sont universelles car les inégalités femmes/hommes, la domination masculine, sont universelles. Elles prennent différentes formes : viols et autres agressions sexuelles, violences conjugales ( physiques mais aussi psychologiques, économiques, sexuelles), harcèlement sexuel, mutilations sexuelles, prostitution, mariage forcé, lesbophobie, violences contre les femmes en situation de handicap, de vulnérabilité économique,
femmes migrantes étrangères souvent victimes de double violences, etc.

Les conséquences de ces violences sont accrues dans un contexte économique et social très dégradé où il est plus que difficile de trouver du travail, une formation, ou se loger. Cette violence sociale se caractérise par des attaques généralisées contre l’ensemble des droits et des services
publics, une politique d’austérité qui fragilise et précarise encore plus les femmes. Elle suscite aussi l’émergence d’une nouvelle droite et la recomposition de forces réactionnaires de droite et d’extrême droite à l’offensive depuis le mouvement du mariage pour toutes et tous. Celles ci
véhiculent une idéologie lesbophobe, homophobe mais également raciste et antisémite. A une société qui se voulait solidaire succède une société d’inégalités et de divisions accrues.

Les mouvements féministes dénoncent fortement, depuis des décennies, toutes ces formes de violences.

La loi doit poser l’interdit, protéger et secourir les victimes et empêcher leur revictimisation.
Pourtant, le parcours de justice des victimes est toujours aussi difficile, et beaucoup d’ auteurs de violences continuent de bénéficier d’ impunité. Ceci décourage beaucoup de femmes de porter plainte.

Le dispositif législatif, arraché de longue lutte par les mouvements féministes, reste incomplet etmal appliqué par manque de moyens, de volonté politique et de cohérence globale .
Par exemple : les victimes de viol ou de harcèlement sexuel ne peuvent bénéficier de l’ordonnance de protection qui empêcherait un violeur ou harceleur de les approcher ; les conséquences engendrées par les violences ne sont pas prises en compte au travail ; l’éducation non sexiste et non lesbophobe n’est toujours pas gravée dans le marbre des programmes à chaque niveau de la scolarité ; aucune réforme de la procédure pénale n’est prévue alors que même que l’expérience démontre sa totale inadaptation pour les femmes victimes de violence ; Les décisions concernant l’exercice de l’autorité parentale lors des séparations tiennent peu ou pas compte des violences conjugales.

Plus, le projet de loi « pour l’égalité entre les femmes et les hommes » qui doit passer à l’Assemblée nationale en décembre, après avoir été voté au Sénat à la mi septembre, n’intègre aucunement les violences comme facteur d’inégalité.

Pire : le Sénat a voté en dernière minute, en dehors de l’avis du gouvernement, un amendement « visant à préserver l’autorité partagée et à privilégier la résidence alternée pour l’enfant en cas de séparation des parents ». Pas d’accord en cas de violences perpétrées sur la mère et/ou sur les enfants ! On ne peut être un conjoint violent et un bon père ! Les femmes qui s’éloigneront pour se mettre en sécurité ou dénonceront des violences sexuelles sur leurs enfants seront passibles de sanctions.
Cet amendement a été inspiré par ceux que l’on appelle les « masculinistes », ceux qui se juchent sur des grues pour obtenir la résidence de leurs enfants alors que justement cette résidence a pu leur être retirée lorsqu’ils sont auteurs de violences ! Nous demandons son retrait !

Le projet de loi « pour l’égalité entre les femmes et les hommes » doit prendre en compte les revendications des féministes. Celles ci s’appuient sur la réalité de ce que vivent les femmes victimes de violences et non sur des stéréotypes patriarcaux, sexistes et lesbophobes.

Nous réclamons, comme en Espagne, une loi-cadre contre les violences faites aux femmes.
Nous réclamons, entre autres : l’extension de l’ordonnance de protection à toutes les femmes victimes de violences ; la prise en compte des conséquences des violences au travail par la mise en œuvre de mesures concrètes, que l’éducation non sexiste et non lesbophobe soit inscrite dans les programmes scolaires ; une réelle politique de logements prioritaires pour les femmes victimes de violences, la création et le renforcement de centres d’hébergement et d’accueil dédiés et gérés par des associations spécialisées ; l’obtention d’une carte de résidente pour tout femme demandant l’asile parce que menacée ou victime de violences lesbophobes et/ou de violences sexistes et/ou de violences sexuelles, l’interdiction de la résidence alternée lors d’un divorce en cas de violences sur les femmes ou les enfants.

Une autre loi est en préparation « renforçant la lutte contre le système prostitutionnel ». Déposée à l’Assemblée par le groupe de la Gauche Démocratique et Républicaine et par le groupe socialiste, cette proposition de loi reconnaît, conformément à la tradition abolitionniste de la France, que la prostitution est une violence. Elle n’est ni un choix, ni un métier. En toute logique, elle vise à interdire tout achat d’un acte sexuel, à réprimer et responsabiliser l’auteur des violences, promoteur et bénéficiaire de l’industrie mondialisée du sexe. En toute logique, elle abroge le délit
de racolage qui fait peser le poids de la répression sur les victimes. Cette proposition de loi constitue une avancée d’importance.
Mais cette proposition de loi ne considère l’achat d’un acte sexuel que comme une contravention de 5ème classe. Nous réclamons que cela soit un délit.
De plus, par cette proposition de loi, les personnes prostituées étrangères, qui constituent l’immense majorité des personnes prostituées, doivent pouvoir bénéficier d’un droit au séjour garanti et pérenne, qui ne soit pas conditionné à un dépôt de plainte, quand elles souhaitent se libérer de cette oppression. Cet accès au titre de séjour doit être de plein droit et non soumis au pouvoir discrétionnaire des préfets.
En outre, le « parcours de sortie de la prostitution » et les mesures sociales l’accompagnant, doivent être précisés et renforcés et des moyens importants doivent y être consacrés. A cet égard la proposition de loi n’offre aucune garantie de financement et seule la loi de finance permettra de
mesurer l’engagement de l’État à venir enfin en aide aux personnes prostituées.
Nous réclamons une loi globale abolitionniste engageant enfin la France auprès des personnes prostituées et contre le système prostitueur. Nous réclamons un renforcement de la lutte contre le proxénétisme et contre la traite.

Pour porter ces revendications jusqu’à l’Assemblée Nationale, toutes et tous à la manifestation
samedi 23 novembre 2013, 14h30 Montparnasse.

Premiers signataires : Collectif National pour les Droits des Femmes, CADAC, Ailes-Femmes du Maroc, APEL- Égalité, Association ALFA de Nantes, Association Contre le Bizutage, Association Droits des Femmes 20e, Association Femmes Intercultures Femmes d’Afrique, CGT - SDFE, les Chiennes de Garde, Collectif féministe contre le viol, Collectif des Libanais Laïcs en France, Collectif de Pratiques et de Réflexions Féministes « Ruptures", Collectif Tenon, Collectif Val- de-Marne de lutte contre les violences faites aux femmes, les efFRONTé-e-s, l’Égalité c’est pas sorcier, Féminisme Enjeux théâtre de l’Opprimé, Femmes solidaires, Gauche unitaire, Fédération Nationale Solidarité Femmes, Femmes pour
le Dire Femmes pour Agir, Ligue des Femmes Iraniennes pour la Démocratie, Maison des Femmes de Montreuil, Marche Mondiale des Femmes Paris Ile de France, Mémoire traumatique et victimologie, Mouvement du Nid, Osez le Féminisme, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, le Planning Familial 75, RAJFIRE, Réseau Féministe « Ruptures », SOS Femmes Alternative-Centre Flora Tristan, SNUEP-FSU, Zero Impunity, ZINE pour les femmes kurdes...

http://www.millebabords.org/spip.php?article24808
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2735
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Contre les violences faites aux femmes

Messagede Pïérô » 22 Nov 2013, 12:22

L’origine de la date du 25 novembre

Le 25 novembre 1960, les 3 sœurs Patricia, Minerva et Maria Teresa Mirabal, militantes dominicaines sont assassinées sur les ordres du dictateur Trujillo. Les sœurs Mirabal symbolisant aussi bien la résistance d’un peuple que la résistance des femmes, il a été décidé lors de la première rencontre féministe pour l’Amérique Latine et les Caraïbes en 1981 de faire du 25 novembre la Journée de l’élimination de la violence à l’égard des femmes. En 1999, l’ONU a adopté une résolution visant à faire du 25 novembre la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

http://mixcite.rennes.free.fr/spip.php?article133


Angers
Ce vendredi 22 novembre
marche de nuit non-mixte contre les violences sexistes et sexuelles, à l'appel du collectif "d'égal à égales".
Départ devant fleur d'eau à 20h

Image

Image

http://libertaires49.over-blog.com/arti ... 00835.html


Besançon

Image



Tract d'Alternative Libertaire
Féminisme

Liberté = abolition du système prostitueur

C’est un système qu’il faut abolir. 110.000 euros net par an, c’est, en moyenne, ce que rapporte une prostituée au réseau de proxénétisme qui l’exploite, en Europe. En France, cela représenterait un chiffre d’affaires d’environ 3 milliards d’euros. Tout cela sous la menace des coups, des viols, de la toxicomanie, à raison de 10 à 15 passes par jour. En France, la soumission à un réseau de traite concerne plus de 85 % des prostituées. C’est ce système qu’il faut abolir, en cassant le marché de la prostitution.

Comment abolir ?

En premier lieu, en faisant reculer la misère.
- par le droit au logement ;
- par le droit à un revenu pour toutes et tous (ne serait-ce que l’accès au RSA pour les moins de 25 ans)
- par la liberté de circulation des migrant.e.s (qui, forcé.e.s à la clandestinité, sont une proie idéale pour les proxénètes).
- par l’éducation des hommes à des rapports non sexistes.

Le problème, c’est que quel que soit le discours féministe du gouvernement PS-EELV, sa politique d’austérité sape la protection sociale et donc aggrave la pauvreté, et qu’il refuse obstinément de régulariser les sans-papiers…

Éduquer les hommes

En France, 12 à 18% des hommes ont déjà participé au système prostitueur une fois dans leur vie. Si une partie d’entre eux sont d’irréductibles cyniques, parfaitement conscients de ce qu’ils font, beaucoup préfèrent se voiler la face et adhérer aux mythes glamour, strass et paillettes qui entourent la prostitution. C’est sur la froide réalité qu’il faut leur ouvrir les yeux. Le patriarcat ne reculera qu’en changeant les mentalités.

Délit de « racolage » : abrogation !

Il faut abroger le délit de racolage, "actif" comme "passif" (loi de 2003), qui soumet les prostitué.e.s à la pression policière. Les responsables de ce système d’exploitation, ce ne sont pas elles, mais les prostitueurs (proxénètes et "clients").

Et la « liberté » ?

La liberté, ce n’est pas le libéralisme. Le « droit à la pute » revendiqué par certains "salauds" autoproclamés ou des féministes en carton comme Élisabeth Badinter, ce n’est que la liberté du plus fort, la monétarisation de la domination patriarcale.

Des prostitué.e.s indépendant.e.s se disent « fières d’être putes » ? Nous ne les contredisons pas. Mais on ne peut, au nom de ce particularisme, renoncer à la lutte contre le système proxénète, qui concerne 85 % des prostitué.e.s.

De la même façon, nous militons pour une société dénucléarisée, malgré l’indignation de certains salarié.e.s d’EDF qui croient défendre leur emploi ; et nous nous opposons à la libéralisation du travail du dimanche, bien que certains salarié.e.s veuillent casser ce verrou pour améliorer leur revenu.

Des droits sociaux ? Oui, mais attachés à l’individu, pas à un "métier", ni à un « statut », car le statut de « travailleur.se du sexe » serait une bénédiction pour l’industrie du proxénétisme.

La fausse bonne idée de la libéralisation

En Allemagne, où a été créé, en 2002, un statut de "travailleur.se du sexe", seule une infime minorité de prostitué.e.s (0,011 %) y a adhéré. La vérité de la libéralisation et du « statut » est qu’ils ont décomplexé les « clients », et permis aux réseaux proxénètes de prospérer : ils contrôlent aujourd’hui 400.000 prostituées en Allemagne, contre environ 20.000 en France

http://www.alternativelibertaire.org/sp ... rticle5573
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Suivante

Retourner vers Féminisme et LGBTI

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités