Pour le droit à l'avortement

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 19 Juil 2015, 23:04

Les femmes qui ont avorté ne le regrettent presque jamais

Les campagnes anti-avortements utilisent souvent l’argument d’un syndrome post-traumatique sur l’avortement pour justifier l’interdiction de cette procédure. Cependant, les résultats d’une nouvelle étude publiée dans PLOS ONE suggère qu’il n’y a aucune preuve que ce syndrome existe. Dans l’étude, 95 % des femmes qui avaient avorté ont déclaré qu’elles n’avaient jamais regretté leur décision.

De quoi tordre le cou aux « pro-life » (et autres culs bénis) et à leurs slogans de manifs destinés à culpabiliser les femmes. Foutez-nous la paix, nos corps n’appartiennent ni aux obscurantistes et autres réactionnaires, ni aux législateurs.

à lire : https://sanscompromisfeministeprogressi ... ue-jamais/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2322
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 25 Juil 2015, 21:17

Loi santé : le Sénat s’oppose à la suppression du délai de réflexion précédant une IVG

Encore devoir attendre… de ne plus avoir à attendre.. son IVG. Grosse déception !

Après le Portugal, la France fait aussi un pas en arrière. Les sénateurs se sont opposés jeudi à la suppression du délai de réflexion de 7 jours, voté en avril dernier par l’Assemblée Nationale.

« L’article 17 bis du projet de loi visait à supprimer le délai de réflexion imposé aux femmes qui procèdent à une intervention volontaire de grossesse (IVG). Pour ses détracteurs, ce délai de sept jours a tendance à placer la femme dans une position infantilisante et culpabilisante, et peut entraver l’accès à ce droit. Pour ses défenseurs, au contraire, il permet d’éviter de prendre « à la va-vite » une décision irrémédiable.
Par la voie d’un amendement adopté en commission, les sénateurs se sont opposés à la suppression de ce délai précédant une IVG. Ils considèrent que le sujet doit être débattu au cours de la prochaine révision des lois bioéthiques. »

Tout un programme pour s’opposer à la liberté des femmes de disposer de leur corps. Avant de franchir la porte d’un centre de planification (déjà de plus en plus rares) pratiquant des IVG, on a déjà suffisamment attendu et réfléchi.

https://sanscompromisfeministeprogressi ... t-une-ivg/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2322
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Béatrice » 18 Aoû 2015, 18:43

La lutte pour la dépénalisation de l’avortement prend de l’ampleur au Pérou

" Mercredi 12 août, des centaines de personnes ont manifesté dans les grandes villes du pays pour exiger la dépénalisation de l’avortement en cas de viol. Une question taboue dans ce pays laïc de 30 millions d’habitants, encore largement dominé par l’Eglise catholique. "

http://www.lesinrocks.com/2015/08/16/ac ... -11767398/
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2792
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 05 Sep 2015, 19:06

7 millions de femmes soignées pour des complications liées à un avortement risqué

Sept millions, c’est le nombre de femmes reçues dans les centres de soins des pays en développement, en 2012, pour des complications liées à un avortement risqué. L’estimation, réalisée par des chercheurs de l’Institut américain Guttmacher, est parue mercredi 19 août dans BJOG, journal international d’obstétrique et de gynécologie.

D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 800 femmes meurent chaque jour de complications évitables liées à la grossesse et à l’accouchement, de 8 % à 15 % de ces décès étant dus à des avortements à risque. Ces interruptions de grossesses non désirées, parfois tardives, sont réalisées dans de mauvaises conditions sanitaires, par des professionnels insuffisamment formés… dans le meilleur des cas.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/sante/article/201 ... iMMmjJO.99
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2322
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 20 Sep 2015, 17:45

IVG : le Sénat vote la suppression du délai de réflexion de sept jours

C'est une surprise. Bien que passé à droite,le Sénat a voté vendredi l'amendement gouvernemental supprimant le délai de réflexion de sept jours imposé aux femmes souhaitant une interruption volontaire de grossesse (IVG), dans le cadre de l'examen du projet de loi santé.

Cette mesure avait déjà été votée à l'Assemblée nationale. La commission des Affaires sociales du Sénat l'avait supprimée, mais 177 sénateurs ont voté un amendement de rétablissement du gouvernement, contre 151 opposés. Le groupe Les Républicains (LR) a voté contre, ainsi que 4 centristes. En revanche, 22 UDI-UC et l'ensemble des sénateurs de gauche ont voté pour.

suite : http://www.leparisien.fr/laparisienne/s ... 22%2Cd.d2s
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2322
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Pïérô » 27 Sep 2015, 14:48

Tours
Le jeudi 1er octobre à 20h aux Studio le Planning Familial, Osez le féminisme 37, Café des femmes, Collectif féministe PCF et le CNP proposent une projection-débat : IVG : 40 ans après, où en sommes nous ?

Le 17 janvier 1975 restera une date marquante dans la conquête des droits pour les femmes. Cette loi leur a donné la possibilité de disposer de leur corps, d’avoir enfin leur mot à dire dans la question de la procréation.

Toutefois 40 ans après, les femmes ayant recours à l’IVG ont encore socialement du mal à en parler : ce droit si revendiqué est souvent réduit à un silence mêlé de culpabilité et de diverses contraintes médicales, légales et administratives.

L’IVG demeure en 2015 un acte médical préjugé alors qu’il devrait s’agir d’un acte comme les autres : l’avortement fait partie intégrante de la vie des femmes, pourquoi devraient-elles avoir à prouver leur non-désir de grossesse ? À l’heure de la parité, faut-il encore être mère pour être une femme « accomplie » ?

Film-documentaire : IVG, 40 ans après d’Yves Campagna et Jean-François Raynaud (2015 – France – 52’). Suivi d’un débat avec le Dr Nathalie Trignol-Viguier, praticien hospitalier au centre d’orthogénie du CHRU de Tours et également membre du bureau de l’ANCIC (Association Nationale des Centres d’Interruption de grossesse et de Contraception).



Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22432
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 27 Sep 2015, 20:38

Le 28 septembre, journée mondiale pour la dépénalisation de l’avortement

Le 28 septembre, c’est la journée mondiale pour la dépénalisation de l’avortement.

Plus de 20 pays demanderont aux gouvernements de cesser de considérer les femmes et les jeunes filles qui souhaitent interrompre leur grossesse comme des criminelles.

Des dizaines de milliers de femmes meurent chaque année et des millions d’autres souffrent de complications à cause de lois restrictives qui contraignent les femmes et les jeunes filles à recourir à des avortements à risque.

Monde : 40 % des femmes en âge de procréer vivent dans des pays où l’avortement est interdit, limité ou inaccessible.

Amérique latine : le Chili, Haïti, le Honduras, le Nicaragua, le Salvador et le Suriname interdisent l’avortement. Toutefois, le Chili est sur le point d’inverser la tendance et de dépénaliser l’avortement.

Europe : en Irlande, le développement d’un mouvement en faveur d’une réforme de la législation sur l’avortement. L’Irlande est le seul pays européen – à l’exception de l’Andorre, de Malte et de Saint-Marin – à interdire l’avortement même en cas de viol, de malformation grave ou mortelle du fœtus ou de risque pour la santé de la femme.

https://sanscompromisfeministeprogressi ... vortement/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2322
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 03 Oct 2015, 16:14

Wallonie: interdiction dans les plannings familiaux de délivrer la pilule

Devient-on plus catholique que le pape en Région wallonne? C'est ce que pensent ceux qui dénoncent la situation actuelle dans les plannings familiaux. En Wallonie, il leur est interdit de distribuer les pilules contraceptives et pilules du lendemain, alors qu'à Bruxelles, c'est toléré.

Dans ce centre familial à Liège, le Centre Louise Michel, la distribution de la pilule du lendemain est courante. En vente libre chez les pharmaciens, de nombreuses femmes préfèrent se la procurer ici. Une aide nécessaire, pour elles. Une mission fondamentale, pour les centres. C'est ce qu'explique Claudine Mouvet, directrice du Centre Louise Michel : "Pour nous, ce qui est important par rapport à une pilule du lendemain, c'est discuter avec la personne qui vient la prendre, qu'elle soit jeune ou moins jeune, de discuter pourquoi elle a besoin de la pilule du lendemain, qu'est-ce qu'elle a comme contraception, qu'est-ce qu'elle envisage de prendre comme contraception. Donc pour nous, une distribution de la pilule du lendemain, c'est quelque chose qui prend du temps parce que ça doit être encadré et on essaye d'en profiter pour mettre en place une contraception plus générale. Ce qui n'est pas faisable dans une pharmacie".

La suite : http://www.rtbf.be/info/regions/liege/d ... id=9093950
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2322
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 04 Oct 2015, 17:21

Non coupables !

Maroc : 2 ans de prison. Malte : 3 ans de prison. Brésil : 4 ans de prison. Chili : 5 ans de prison. République démocratique du Congo et Indonésie : 10 ans de prison. Irlande : 14 ans de prison. Salvador : 40 ans de prison. Quel crime mérite donc des condamnations aussi lourdes ? Quel crime, dans ces pays, peut mener une femme à la case prison ? Avorter.
A ces pays, il faut rajouter ceux qui restreignent le droit d’interrompre volontairement une grossesse : autorisation du géniteur, autorisation parentale pour les mineures, avortement uniquement en cas de viol, de danger pour la vie de la “mère”, de malformation du foetus, tarifs prohibitifs, mesures “désincitatives”. Derniers exemples en date : l’Espagne qui restreint l’accès à l’avortement pour les femmes mineures ; le Portugal qui a voté une loi déremboursant l’acte et soumettant la femme qui désire avorter à des entretiens préalables humiliants.

Une femme qui désire avorter est donc considérée comme une femme coupable, coupable d’avoir eu des relations sexuelles hors mariages, coupable de vouloir le contrôle sur son propre corps, coupable de vouloir échapper au pouvoir patriarcal qui s’exerce sur l’utérus des femmes.

Alors que la France a connu des avancées ces derniers mois, garantissant un peu plus le droit d’avorter, il ne faut pas oublier que seul 39% de la population mondiale vit dans des pays où l'IVG pratiqué à la demande de la femme est autorisé. En ce 28 septembre, journée mondiale pour l’accès à l’avortement sûr et légal, un chiffre fait froid dans le dos : celui du nombre de femmes qui décèdent chaque année des suites d’un avortement clandestin. 47 000. Soit une femme toutes les 9 minutes. Parmi celles qui en réchappent, beaucoup devront vivre avec des séquelles, quand ce n’est pas l’incarcération qui les attend.

Criminaliser l’avortement ne réduit pas le nombre d’avortements. Criminaliser l’avortement tue. La culpabilité incombe aux autorités qui, par idéologie, dogmatisme, conservatisme, refusent qu’elles puissent avorter dans des conditions sûres et dignes. Les femmes qui avortent sont non coupables !

Il est temps que la mobilisation des associations féministes trouve un écho institutionnel. Comment est-il possible qu’en 2015, chaque pays membre de l’Union européenne aie sa propre législation sur le sujet ? Alors que l’UE a inscrit dans la Charte des droits fondamentaux l’abolition de la peine de mort, elle fait la sourde oreille quant à l’avortement. Or, nous l’affirmons, avorter est un droit fondamental ! Garantir l’avortement à l’échelle européenne, c’est non seulement garantir l’avortement sûr pour toutes les femmes d’Europe, mais aussi lutter pour l’avortement à l’échelle mondiale. Si l’UE inscrit le droit d’avorter dans la Charte, ce qui se passe actuellement en Espagne et au Portugal ne sera plus possible. L’Irlande, Malte et la Pologne ne pourront plus jeter dans la clandestinité les femmes qui désirent avorter. Si l’UE inscrit le droit d’avorter dans la Charte, elle affirmera sa position unanime sur le sujet, et une diplomatie européenne des droits des femmes pourra exister. Les pays opposés à l’avortement savent s’organiser pour faire capoter toute timide tentative d’avancée en la matière, à l’ONU notamment. Aux progressistes de s’organiser.

Nous voulons la liberté d’avorter pour toutes les femmes en Europe, car nous voulons la liberté d’avorter pour toutes, partout, sans condition et sans restriction. Mobilisons-nous pour faire pression sur l'UE !

Signataires
Claire Serre-Combe, Porte-parole d'Osez le féminisme ! (France)
Betty Lachgar, co-fondatrice de M.A.L.I. Mouvement Alternatif pour les Libertés Individuelles (Maroc)
Florentina Alarcón Hita, Présidente Fundación Mujeres (Espagne)
Maria José Magalhães, Présidente de UMAR (Portugal)


http://blogs.mediapart.fr/blog/claire-s ... -coupables
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2322
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 18 Oct 2015, 19:07

Lancement du numéro vert « Sexualités, Contraception, IVG » — 0800 08 11 11

« Sexua­li­tés, Contra­cep­tion, IVG », c’est le nom du nou­veau numéro vert natio­nal porté par le Plan­ning Familial

Le Plan­ning Fami­lial se féli­cite du lan­ce­ment du numéro vert « Sexua­li­tés, Contra­cep­tion, IVG » aujourd’hui, jour­née inter­na­tio­nale de lutte pour la dépé­na­li­sa­tion de l’avortement. Ce numéro natio­nal unique, ano­nyme et gra­tuit, est dédié aux ques­tions rela­tives à la sexua­lité, à la contra­cep­tion et à l’interruption volon­taire de gros­sesse (IVG). Il s’agit d’un outil indis­pen­sable pour réduire les inéga­li­tés et les dif­fi­cul­tés d’accès à l’information, et per­mettre ainsi le plein exer­cice de ses droits.

Ce nou­veau dis­po­si­tif est financé par le Minis­tère des Affaires Sociales, de la Santé et des Droits des Femmes, qui marque ainsi sa volonté de faire avan­cer le droit de choi­sir. Il est porté par Le Plan­ning Fami­lial, qui s’appuie sur son réseau de pla­te­formes régio­nales finan­cées par les ARS et/ou col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales, pour garan­tir un bon maillage ter­ri­to­rial et un ser­vice de proxi­mité, au plus près des réa­li­tés locales des appelant.es. En arti­cu­la­tion avec SIS asso­cia­tion, l’accueil télé­pho­nique sera assuré le lundi de 9h a 22h et du mardi au samedi de 9h à 20h par des écoutants.es formés.es par Le Plan­ning Fami­lial sur les ques­tions de droits et de santé sexuelle.

La mise en place d’un numéro unique répond à une reven­di­ca­tion de longue date du Plan­ning Fami­lial : l’accès égal de toutes et tous à une infor­ma­tion claire, exacte et sans juge­ment sur les ques­tions liées à la sexua­lité. L’IVG est incluse dans les com­pé­tences de ce numéro vert : il s’agit d’un signal fort qui fait de l’avortement un évé­ne­ment de la vie sexuelle des femmes au même titre que la contra­cep­tion, la gros­sesse, ou la pré­ven­tion des infec­tions sexuel­le­ment trans­mis­sibles. Cela contri­bue à lever le tabou sur l’IVG et par­ti­cipe à sa déstig­ma­ti­sa­tion. C’est la meilleure réponse aux stra­té­gies des opposants.es qui dif­fusent leurs mes­sages men­son­gers et culpa­bi­li­sants sur leurs sites inter­net et autres dis­po­si­tifs de com­mu­ni­ca­tion.
Seule l’implication dans la durée de tous les par­te­naires concer­nés par sa mise en œuvre tant au niveau local, régio­nal que natio­nal, garan­tira le suc­cès et l’efficacité de ce dis­po­si­tif.
Le Plan­ning sera au rendez-vous, pour que le droit de chaque femme à dis­po­ser de son corps soit effec­tif dans la réa­lité, et qu’aucune femme en France n’ait encore à se sen­tir cou­pable ou à se justifier.


http://blog.jevaisbienmerci.net/2015/10 ... -08-11-11/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2322
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 25 Oct 2015, 20:24

Statut légal de l’avortement dans le monde

Carte : https://www.monde-diplomatique.fr/carte ... ementlegal
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2322
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 29 Nov 2015, 19:56

Le Front National montre son vrai visage en région PACA !

Attaquer la liberté de milliers de femmes et d’hommes, jeunes et adultes, dans leurs choix de vie, en supprimant les moyens financiers aux associations qui permettent de développer l’accès à l’information et l’accompagnement dans la vie affective et sexuelle : voilà le programme du Front national proposé par Marion Maréchal-Le Pen lors d’une déclaration récente. Déclaration qui confirme les vraies intentions de ce parti de contrôler et d’assujettir les personnes dans leurs choix de vie, sans respect de leur autonomie, de leur identité de genre ou de leur orientation sexuelle. Déclaration en termes de menaces qui fait tomber les masques d’une « normalité républicaine » affichée par le Front National.

Le Planning Familial se bat à côté des associations LGBT pour que chacun.e puisse exercer en toute légitimité ses droits, tous ses droits, en fonction de sa situation et de ses convictions : cette lutte est plus que jamais d'actualité.

De l’atteinte à la liberté de la presse à celle du droit à disposer de son corps : ce projet de société liberticide, nous n’en voulons pas !


Planning Familial http://www.planning-familial.org/commun ... esse#24965
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2322
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 10 Jan 2016, 21:14

Depuis au mois décembre 2015, le site officiel http://www.sante.gouv.fr/ivg se trouvait plus bas dans les résultats de recherche Google que le sournois site ivg . net Ce dernier est un site anti-avortement, qui propose une écoute aux femmes enceintes préoccupées pour mieux les détourner de l’IVG.

Il faut faire remonter dans la liste Google le bon site en cliquant et recliquant dessus, et en le citant sur vos blogs ou sur vos réseaux sociaux.
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2322
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Pïérô » 13 Jan 2016, 09:25

Paris, mercredi 13 janvier 2013

Présentation

« Le Droit des femmes à disposer de leur corps »

Rendez-vous avec la Coordination des associations pour le droit à l'avortement et la contraception (CADAC) à l'occasion de la parution du livre coordonné par Valérie Haudiquet, Maya Surduts et Nora Tenenbaum, Le Droit des femmes à disposer de leur corps.

à 18h30, Auberge Notre-Dame, 69 quai de la Tournelle, Paris 5e

Le combat des femmes pour le droit à disposer de leur corps est un combat permanent. Le droit à l'avortement est toujours fragile. En Espagne, il a bien failli ne plus exister. Sans les manifestations massives, les femmes de ce pays ne pourraient plus accéder à ce droit.

Dans cet ouvrage, les auteures, membres de la Coordination des associations pour le droit à l'avortement et à la contraception (CADAC), restituent les réflexions et les mobilisations qui permettent aux femmes d'avancer dans la construction des rapports d'égalité entre les femmes et les hommes. En dépit d'indiscutables progrès, constatent les auteures, les femmes rencontrent des empêchements et des freins à la mise en pratique des droits acquis. Notamment en matière d'avortement et de contraception.

Ce livre en fait le constat et ambitionne d'apporter des éléments de réponse. Faisant le constat des difficultés à faire progresser les droits des femmes, ce petit ouvrage collectif interroge les transformations sociales et les choix économiques, sociétaux et politiques qui sont faits. Interrogeant la réalité du droit à la contraception et à l'avortement, les auteures jettent un regard sur le système de santé actuel, victime des coupes budgétaires et des politiques néolibérales. Elles font également le constat que, malgré les progrès techniques, l'inégale répartition des structures et des moyens sur le territoire, sans oublier les disparités sociales, sont autant de freins à l'exercice de droits inscrits dans la loi.

Il est donc ici question de la politique de santé et des priorités qui sont décidées. Enfin, les auteures observent combien le patriarcat reste dominant dans la société française et combien la culpabilisation des femmes face à l'avortement reste une arme aux mains des conservatismes.

Si la progression des droits des femmes fait progresser l'ensemble de la société, il s'agit donc de poursuivre la conquête, aujourd'hui inachevée, du droit des femmes à disposer de leur corps et donc de leur vie.


Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22432
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 17 Jan 2016, 19:48

L'ensemble des actes liés à l'IVG bientôt remboursé à 100%

L’intégralité des actes liés l'interruption volontaire de grossesse (consultations, analyses, échographies...) sera remboursée à 100% à partir du 1er avril, a annoncé ce 15 janvier la ministre de la Santé, Marisol Touraine, en visite dans un centre du Planning familial de Paris. La prise en charge à 100% de l'acte lui-même était en vigueur depuis 2013.

La ministre a dressé un premier bilan du programme national d'action pour l'accès à l'IVG, lancé au début l'an 2015 et "dont la majorité des mesures ont déjà été prises", a-t-elle assuré. Le projet de loi de modernisation du système de santé, voté en décembre, comprend aussi plusieurs mesures destinées à améliorer l'accès à l’IVG.

"Ces mesures seront mises en œuvre avant l'été", a précisé Marisol Touraine. Elles comprennent la suppression du délai de réflexion d'une semaine et le renforcement de l'offre de proximité. Les sages-femmes pourront également réaliser des IVG médicamenteuses et les centres de santé des IVG instrumentales, a-t-elle rappelé. Chaque Agence régionale de santé (ARS) devra formaliser un programme régional pour améliorer l’accès à l’IVG.

la suite : http://www.francetvinfo.fr/sante/grosse ... 70623.html
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2322
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

PrécédenteSuivante

Retourner vers Féminisme et LGBTI

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 5 invités