Pour le droit à l'avortement

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 24 Jan 2016, 19:36

La confidentialité et la gratuité de la contraception :
un droit qui reste à gagner pour les jeunes


Un rapport de l'IGAS montre que le secret médical et la gratuité de la contraception pour les mineurs.es sont mal appliqués. Il s'agit pourtant de droits essentiels.

Fin décembre, l’IGAS (Inspection générale des affaires sociales) a rendu public un rapport à ce sujet. D’après ce dernier, « moins de 1% des délivrances de contraceptifs aux mineures utilisent les mesures de gratuité et de secret ». En cause : une méconnaissance des dispositions par un grand nombre de professionnel-les de santé et par les jeunes.

Les besoins sont pourtant immenses : les jeunes ont peu de moyens financiers, voire pas du tout, et 1/5 des filles mineures aurait besoin d’un accès confidentiel à la contraception, toujours selon l’étude. Ces constats confortent les dispositions du projet de loi finances qui prévoit pour 2016 l’extension de la gratuité et la confidentialité de la contraception pour les mineures de plus de 15 ans.

Pour Le Planning Familial, la loi doit aller plus loin et inclure toutes les personnes mineures, y compris les moins de 15 ans, mais aussi les jeunes de 18 à 24 ans qui, dans une large proportion, ont une pratique sexuelle. Cela est d’autant plus important dans le contexte économique actuel, qui contraint de plus en plus de jeunes femmes en situation de précarité à se tourner vers des méthodes dites « naturelles », moins coûteuses, mais aussi moins efficaces [1].

Cette extension doit aller de pair avec la diffusion d’une information claire et précise, d'une éducation à la sexualité effective pour tous les jeunes, scolarisés ou non, comme le prévoit la loi de 2001, et par la mise à disposition de préservatifs gratuits.


[1] « La crise de la pilule en France : vers un nouveau modèle contraceptif ? » Nathalie Bajos, Mylène Rouzaud-Cornabas, Henri Panjo, Aline Bohet, Caroline Moreau, et l’équipe, Fécond, Population & sociétés, n° 511, mai 2014
[3] Loi n° 2001-588 du 4 juillet 2001 relative à l'interruption volontaire grossesse


Planning Familial : http://www.planning-familial.org/actual ... -pour-les-
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 31 Jan 2016, 19:36

Droit à l'avortement : la Loi Santé met fin au délai de réflexion obligatoire

La suppression du délai de réflexion obligatoire dans le cadre des demandes d'avortement est applicable dès aujourd'hui. Une revendication de longue date du Planning Familial !

Adoptée mi-décembre, la Loi Santé a été promulguée mercredi 27 janvier. Elle prévoit la mise-en-œuvre de plusieurs dispositions importantes relatives aux droits et à la santé des femmes.

En premier lieu, la suppression du délai de réflexion obligatoire dans le cadre des avortements, qui a été validée par le Conseil Constitutionnel, malgré l’offensive menée par des élus du groupe Les Républicains en septembre dernier. Il s’agit d’une demande de longue date du Planning, qui constatait sur le terrain que cette mesure ne faisait qu’ajouter aux difficultés d’accès à l’avortement, tout en maintenant les femmes dans un statut de mineures, jugées "irresponsables" ou "légères", incapables de peser leur décision.

Toujours dans l’optique de garantir l’accès à l’avortement, la loi va également permettre aux sages-femmes de pratiquer des avortements médicamenteux, pratique jusqu’ici réservée aux seuls médecins. Elle devrait par ailleurs améliorer l’offre de services de santé de proximité, en ouvrant la possibilité aux centres de santé de proposer à la fois des IVG médicamenteuses et instrumentales. Des textes additionnels sont attendus afin d’expliquer les modalités d’application de cette ouverture.

En sortant l’avortement de son régime médical et juridique spécifique, ces trois mesures en font véritablement un droit. En plus d’améliorer l’accès pratique aux services d’IVG, c’est un signal politique fort pour faire changer le regard sur cette démarche, en reconnaissant aux femmes leur capacité à décider par elles-mêmes.

Des avancées qui devraient être complétées dès le mois d'avril par le remboursement intégral de l'IVG et des actes médicaux associés (échographie de datation, examens biologiques, etc.).


http://www.planning-familial.org/actual ... re-0026032
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Pïérô » 04 Fév 2016, 23:20

À Toulouse, le droit à l'avortement ne va plus tout à fait de soi…

Un collectif pour la défense de l'accès à l'interruption volontaire de grossesses (IVG) tire la sonnette d'alarme. Faute de capacité d'accueil, les délais légaux sont parfois dépassés.

C'est un témoignage mis en ligne par la section syndicale CGT du centre hospitalier universitaire toulousain (CHU). En quelques mots, une infirmière raconte sa galère dans la soirée du 6 janvier, lors de laquelle elle s'est retrouvée seule pour s'occuper de 14 patientes dans le service gynécologie de l'hôpital Paule-de-Viguier, à Purpan. «Des malades qui souffrent, des équipes épuisées», qui pour les syndicalistes sont la conséquence de la restructuration engagée dans une unité, qui accueille notamment les interruptions volontaires de grossesse. «Il s'agit du seul service public d'accueil dans la région, plaide la CGT. Alors que nous venons d'obtenir le tiers payant à 100 % pour tous les actes en lien avec l'avortement, il ne s'agit pas d'en perdre l'accès». Le syndicat dénonce notamment des suppressions de lit et un manque de personnel.

... http://www.ladepeche.fr/article/2016/02 ... -fait.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Béatrice » 09 Fév 2016, 20:00


Soutien à la caisse de solidarité des avortements


Communiqué du Planninf Familial 13

P. est tombée enceinte par accident. Elle a découvert la grossesse après environ 2 mois et a pris rendez-vous dans un hôpital de Marseille. Elle s’est rendue aux deux premiers rendez-vous mais pas au suivant où l’aspiration devait être faite. Ce jour-là son "copain" l’a battue et séquestrée.

Mère d’un enfant de 5 ans, P. est en formation, vit difficilement d’un petit chômage, et n’a aucun moyen financier qui lui permette de financer son IVG en Espagne.
Victime de violences, sans parents ni soutien familial. Elle a des ami-e-s qui sont en difficultés financières autant qu’elle. Elle ne voit pas aujourd’hui comment s’en sortir.

La perspective de garder la grossesse est insupportable à P. dans la mesure où elle ne veut absolument pas qu’un enfant vienne crée un lien à vie entre elle et ce "copain" qui est maltraitant, et la menace en plus de partir avec l’enfant à l’étranger si elle s’avisait de le quitter. Il veut qu’elle garde la grossesse. Elle compte avorter en cachette et faire croire à une fausse-couche.

Elle va essayer, de son côté, de récupérer un peu d’argent par tous les moyens.

L’IVG en Espagne devrait s’élever à 1200 euros.

Soutien à la caisse de solidarité des avortements hors délai
Soutien à la caisse de solidarité des avortements hors délai du Planning Familial 13


Image

Quand, en France, une femme ne veut pas poursuivre sa grossesse et qu’elle dépasse le délai légal de 12 semaines de grossesse, elle a encore la possibilité de se rendre dans un autre pays d’Europe où la législation est différente et les délais plus longs, comme l’Espagne, l’Angleterre ou les Pays-Bas.

Encore faut-il pour cela qu’elle soit informée de cette possibilité et qu’elle en ait les moyens financiers et matériels.

Si l’IVG est depuis peu remboursé à 100% en France, un avortement à l’étranger coûte entre 600 et 2000 euros selon l’avancée de la grossesse ; il faut rajouter à ce montant le prix du trajet et parfois un hébergement.

Au Planning Familial 13, nous recevons certaines de ces femmes, les écoutons, les orientons et parfois les accompagnons. Trois ou quatre fois par an, nous rencontrons une femme qui ne dispose pas de la somme requise pour avorter à l’étranger. Nous l’aidons à hauteur des dons que nous recevons.

Cette caisse de solidarité pour les avortements à l’étranger a besoin d’être alimentée. Car c’est dans l’urgence que cet argent doit être récolté. Parce que tant qu’il existera des délais, des femmes se retrouveront hors de ces délais.

Parce qu’il est inacceptable que l’avortement soit une question d’argent. Parce que tant que nous ne disposerons pas de nos corps librement cette caisse de solidarité sera indispensable.

Faites un don !

Par chèque : à l’ordre du « Planning Familial 13 »
En espèces : en passant au local au 106 boulevard National, 13003 Marseille pendant les heures d’ouverture au public.
Par virement automatique : en prenant contact avec nous par mail

Qu’il vous paraisse petit ou gros, qu’il soit régulier ou non, TOUT DON EST IMPORTANT. Une attestation fiscale peut être remise sur simple demande au moment du don.


P.-S.

Sites d’information sur l’avortement :
- http://ivg.planning-familial.org
- http://parlons-ici.org
- http://www.ivg.gouv.fr
- http://www.leplanning13.org/
Retour en haut de la page
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2788
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede bipbip » 13 Fév 2016, 16:38

Paris, ce samedi 13 février 2016

Soirée de soutien pour
« La caisse de solidarité IVG hors délais »


Une soirée de projection, de débat, d'informations et de musiques pour la "caisse de solidarité I.V.G. hors délais 31".

à partir de 17h, CNT 33 RUE DES VIGNOLES 75020 PARIS

Le délai légal pour avorter en France est de 12 semaines de grossesse. Les femmes qui souhaitent interrompre leur grossesse au-delà de ce délai doivent se rendre dans d'autres pays comme l'Espagne, l'Angleterre ou encore les Pays-Bas, où la législation permet des délais plus longs.

La notion même de délai implique que des femmes ne seront pas dans les délais.
Pour avorter à l'étranger, encore faut-il être informée de cette possibilité et en avoir les moyens financiers et matériels. Aujourd'hui, un avortement en Espagne coûte entre 580 et 3 000 euros selon le stade de la grossesse. À cela il faut ajouter le prix du trajet et parfois d'un hébergement.

D'un point de vue légal, les hôpitaux et les médecins ne peuvent pas donner d'informations précises sur les cliniques à l'étranger. C'est pourquoi ils orientent les femmes vers le Planning familial.

Au Planning familial 31, nous recevons certaines des femmes qui souhaitent avorter à l'étranger, nous les écoutons, les orientons et parfois les accompagnons. Quand elles ne disposent pas de la somme requise pour accéder à l'avortement, nous faisons un appel aux dons auprès des adhérentEs du Planning familial, des réseaux amis et les aidons à la hauteur de ces dons. Le prix fixé dépendant du stade de la grossesse, nous avons très peu de temps pour trouver l'argent nécessaire.

Parce que pour nous il est inacceptable que le choix d'avorter dépende d'une question de moyens financiers, parce que nous souhaitons pouvoir aider des femmes en sortant de l'urgence, parce que l'accès à l'avortement est une des conditions pour les femmes de disposer librement de leur corps, nous avons mis en place une caisse de solidarité pour les femmes qui avortent à l'étranger.

Les dons peuvent se faire par chèques ou espèces. Si vous souhaitez alimenter de façon plus régulière la caisse de solidarité, vous pouvez faire des virements bancaires.

Planning familial 31 - 23, rue Moiroud, 31500 Toulouse
contact@planningfamilial31.fr
Tél. : 05 61 25 54 17

Projection, débat et musiques avec :
• LA FRACTION (chanson punk - Paris)
• APEUPRESK (approximativopunk - Bagnoleuil)
• THE FLUG (beat box punk - Banlieue)

http://collectifcontreculture.noblogs.org/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede bipbip » 11 Mar 2016, 18:37

Paris samedi 12 mars 2016

Avortement et mouvements anti-avortement aux Etats-Unis

Conférence débat dans le cadre de l'Ecole de La Rue, petite université populaire du groupe Louise Michel de la Fédération Anarchiste

à 16h, Bibliothèque La Rue, 10, rue Robert-Planquette, Paris 18e

Aux Etats-Unis, l'avortement est un droit constitutionnel depuis 1973. Malgré cela, le droit des femmes à disposer de leur corps n'a jamais cessé de subir des assauts d'une incroyable violence de la part de fanatiques religieux lourdement armés, de groupes de pression d'extrême droite et de gouverneurs républicains qui mettent en oeuvre un véritable harcèlement juridique pour rendre l'avortement quasiment impossible dans leurs états. Dans ce contexte, l'accès à l'IVG et à la contraception va constituer l'un des enjeux majeurs des élections présidentielles de novembre 2016.

http://www.groupe-louise-michel.org/L-a ... Etats-Unis
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 13 Mar 2016, 21:59

Les recherches Google sur les avortements clandestins devraient nous alerter

En 2015, il y a eu près de 700.000 requêtes sur le moteur de recherche pour des expressions comme «comment avorter soi-même» ou «acheter des pillules abortives en ligne» aux États-Unis.

Lorsque les statistiques manquent, il peut être intéressant de se tourner vers les recherches Google. Elles permettent de prendre la température de certains sujets, de révéler des manques. On pouvait ainsi voir que, plusieurs jours avant les élections régionales en France, les mots «Front national» étaient les plus recherchés en Paca et en Nord-Pas-de-Calais, où le parti a fait ses plus gros scores. Aux États-Unis, le gouvernement fédéral ferait donc bien de se pencher un peu sur les recherches associées aux avortements «faits maison», qui se sont multipliées depuis quelques années, rapporte Seth Stephens-Davidowitz, un ex-analyste de chez Google dans le New York Times.

«Les recherches Google montrent une demande souterraine pour les avortements faits soi-même, qui rappelle l’ère avant l’arrêt Roe v. Wade (arrêt de la Cour suprême des États-Unis en 1973 qui a reconnu l'avortement comme un droit constitutionnel, ndlr)», estime Seth Stephens-Davidowitz.

700.000 recherches en 2015

Par exemple, l'an passé, près de 119.000 personnes ont cherché «comment provoquer une fausse couche». 160.000 autres ont demandé comment obtenir des pilules abortives via des canaux illégaux en tapant des phrases comme «acheter des pilules abortives en ligne». Plus glauque, 4.000 personnes ont également cherché comment se faire avorter avec un cintre. En tout, selon l’analyste, près de 700.000 recherches ont été associées en 2015 à des méthodes d’avortements clandestins.

Cette recrudescence est directement liée aux lois anti-avortement qui ont récemment été votées dans plusieurs états. Alors que les recherches Google autour de l’avortement «Do it yourself» étaient à peu près stables entre 2004 et 2007, elles ont augmenté en 2008 à la faveur de la crise économique, et ont connu un grand pic en 2011, année où selon le Guttmacher Institute il y a eu le plus de lois anti-avortement. Cette année-là, 92 mesures répressives ont été votées :

La suite : http://www.slate.fr/story/115181/google ... etats-unis
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 17 Mar 2016, 20:06

L’avortement, un combat féministe toujours d’actualité !

Il aura fallu attendre une épidémie pour parler de l’avortement dans le monde. Début février 2016, la Haute Commissaire aux Droits de l’Homme de l’ONU a demandé aux gouvernements d’Amérique latine de libéraliser leurs lois sur l’avortement afin de donner aux femmes le choix de poursuivre ou non leur grossesse en cas de suspicion d’une contamination par le virus Zika. Les autorités locales avaient quant à elles préféré conseiller aux femmes de « ne pas être enceintes ». Comble de l’hypocrisie, dans des pays où l’avortement est encore considéré comme un crime et l’accès à la contraception extrêmement difficile voire inexistant.

L’avortement est pourtant une réalité : une grossesse sur cinq est interrompue de façon volontaire dans le monde. C’est aussi une liberté fondamentale qui fait partie du droit à la santé sexuelle et reproductive, inscrit dans des conventions internationales comme le programme d’action du Caire, auxquelles la quasi-totalité des Etats a souscrit il y a plus de vingt ans. L’accès à l’avortement sûr et légal, tout comme l’accès à la contraception, est une composante clef de la réussite des politiques de développement international, d’égalité des sexes, de lutte contre la pauvreté. Des femmes qui ont la capacité de faire leurs propres choix, de planifier leurs grossesses sont des femmes qui peuvent s’impliquer dans un parcours scolaire, subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs proches.

En dépit de ces engagements et des nombreuses recommandations de l’ONU, pour qui forcer une femme à poursuivre une grossesse est une violence à son encontre, de nombreux pays continuent à restreindre l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive dont l’avortement sûr et légal fait partie. L’Europe ne fait pas exception à la règle. En Pologne et en Irlande, la loi est toujours aussi restrictive. En Macédoine, au Portugal et en Espagne, le droit des femmes à disposer de leur corps est en sursis. Et bien que les attaques contre Le Planning américain aient été condamnées aux Etats-Unis par plusieurs décisions juridiques, le lobbying acharné des anti-choix a gagné le Parlement européen, où les attaques contre le droit à l’avortement et plus précisément contre les associations de planning familial se sont intensifiées.

Et en France ? Alors que plusieurs mesures phares ont été prises pour améliorer l’accès à l’avortement (suppression de la notion de détresse, remboursement à 100% et suppression du délai de réflexion entre autres), l’accès n’est toujours pas garanti dans tous les territoires du fait des restructurations hospitalières qui ont conduit à la fermeture de nombreuses maternités et centres IVG ; ni pour tous les publics, comme le montrent notamment les difficultés éprouvées par un certain nombre de femmes étrangères à avoir recours à une IVG totalement prise en charge et dans de bonnes conditions. Et le climat des dernières élections régionales n’augure rien de bon pour les droits des femmes. Pourtant, les droits sexuels, acquis de haute lutte et inscrits dans la loi grâce à notre mobilisation, sont un préalable à l’égalité femmes-hommes : contraception, avortement, éducation à la sexualité, lutte contre le VIH/sida sont indissociables et doivent s’appliquer de la même façon sur tout le territoire ! Les attaques répétées contre ces droits nous alertent, mais elles ne nous découragent pas ! – bien au contraire ! Nous, organisations féministes, associations d’éducation populaire, syndicats, associations familiales progressistes, organisations de défense des droits humains, sommes parmi celles et ceux qui, partout dans le monde, sont attaché.e.s à la défense des libertés fondamentales.

Nous nous mobilisons aujourd’hui pour demander que ces libertés soient pleinement reconnues et respectées, en France et en Europe. Pour ce faire, nous demandons en premier lieu la suppression de la double clause de conscience spécifique à l’IVG. Le code de la santé publique donne déjà le droit aux médecins de refuser de pratiquer des actes contraires à leurs principes, le maintien d’une clause spécifique pour l’avortement renforce la culpabilisation des femmes véhiculée par la société et rend plus compliqué l’accès à l’IVG. Rappelons qu’en Italie, où plus de 80% des médecins refusent de pratiquer l’avortement, la clause de conscience n’est pas un enjeu symbolique, mais un véritable problème de santé publique !

Nous exigeons que la prise en charge des femmes en demande d’IVG inclue le choix des méthodes, un accueil par un personnel formé et volontaire, avec des moyens suffisants pour prendre en charge toutes les demandes d’IVG.

De plus, face à un système de santé qui subit de plein fouet les baisses de crédits et la concentration croissante de l’offre de soins (avec, comme conséquence, le rallongement des délais d’attente, l’impossibilité de choisir la méthode d’interruption de grossesse ou le type d’anesthésie) nous réaffirmons que la défense du droit à l’IVG passe aussi par une attribution des moyens à la mesure des besoins. Toute politique progressiste qui n’est pas accompagnée par des moyens adéquats, est une politique illusoire.

Enfin, nous appelons aujourd’hui à une mobilisation européenne de toute la société civile pour que le droit à l’avortement soit enfin reconnu comme un droit fondamental par tous les Etats d’Europe : c’est un enjeu de santé publique, c’est un enjeu démocratique, c’est un enjeu d’égalité.

Oui à nos droits, tous nos droits, et à la liberté de choix d’avoir un enfant, ou non

Les signataires (jusqu’au 7 mars 18 h 45) :

Le Planning Familial

Act Up-Paris

ANCIC - Association Nationale des Centres d’IVG et de Contraception

CADAC - Coordination des associations pour le droit à l’avortement et à la contraception

CFDT

CGT

CNAFAL - Conseil National des Associations Familiales laïques

CNDF – Collectif national droits des femmes

CNT – Solidarité ouvrière

Fédération SUD Santé Sociaux

Femmes Solidaires

FIT- Une femme, un toit

La CLEF

LDH

Ligue de l’Enseignement

Osez le féminisme !

Réseau syndical international de solidarité et de luttes

Rupture

Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Béatrice » 02 Avr 2016, 21:56

Top 10 des propos les plus scandaleux sur l’IVG, y’a encore du boulot !


1 . "Ce n’est pas à l’Etat de réparer les inattentions des femmes." (Marion Maréchal Le Pen)

2 . "Il doit y avoir une certaine forme de punition pour les femmes qui avortent." (Donald Trump)

3 . "Ces femmes veulent un enfant sans le vouloir tout en le voulant." (Eric Zemmour)

4 . "Les avorteurs sont les fils et les petits-fils des monstres d’Auschwitz." (Michel Tournier)

5 . "L'avortement est plus grave que le viol d'enfants par des prêtres." (Fabio Martínez Castilla)

6 . "Les plannings familiaux ont été bien plus meurtriers pour les noirs que le Ku Klux Klan." (E. W. Jackson)

7 . "L'Etat prétend protéger les citoyens contre Daech et s'engage dans une campagne pro-IVG condamnant des innocents à la violence : illisible !" (Marc Aillet, évêque de Bayonne)

8 . "Le viol est moins grave que l'avortement." (Cardinal Giovanni Battista Re)

9 . "Si les bébés avaient des flingues, ils ne seraient pas avortés." (Steve Stockman)

10 . "Pendant que certaines égoïstes et d'autres nazies avortent ici, l'Espagne revient à la raison pour ne pas participer au plus grand génocide depuis 100 ans." (Jean-René Laget)

http://www.topito.com/top-propos-scanda ... n-du-monde
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2788
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 03 Avr 2016, 17:42

Projection/débat : panorama du droit à l’avortement en Europe

- 4 avril à 18h au Grand amphi de Lyon2 (campus des quais)
- 7 avril à 19h30 au Palais du travail de Villeurbane


Image

Panorame du droit à l’avortement en Europe, décryptage des lobbies anti-choix auropéens
Projection du documentaire : Yo decido, el trend de la Libertad

Signés par 80 réalisatrice, le documentaire "Yo decido" raconte la mobilisation des pro-choix en Espagne ou ailleurs pour le droit à l’avortement. Ce documentaire collectif et engagé revient sur les grandes actions menées contre le projet de loi anti-avortement du gouvernement Rajoy, en Espagne et ailleurs. L’occasion de revivre les manifestations du 1er Février, qui avaient réunies des diaines de miliers de femmes et d’hommes à travers l’Europe !

Collectif de défense de l’IVG dans le Rhone :
Le Planning Familial 69, Ligue des Droits de l’Homme, Femmes solidaires du Rhône, Femmes Egalité, ProfessionnelLEs des centres IVG, Cabiria, SUD Santé Sociaux, SUD éducation, Union Syndicale Solidaires Rhône, CGT Hôtel-Dieu, USDSAS CGT, Coordination CGT-HCL, Alternative Libertaire , CGA, NPA 69, Parti de Gauche, Ensemble,..
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Pïérô » 10 Avr 2016, 02:03

Paris, dimanche 10 avril 2016

Avortement en Pologne - soutenons les femmes polonaises

L'avortement, déjà très restrictif, est menacé d'être totalement interdit en Pologne.
Nous devons nous mobiliser, comme nous l'avions fait pour l'Espagne !

RASSEMBLEMENT DIMANCHE 10 AVRIL
15h - près de l'Ambassade de Pologne
sur l’esplanade des Invalides, entre la rue Talleyrand et la rue Saint Dominique.
Amenez un cintre, symbole des avortements clandestins, en signe de solidarité.

https://www.facebook.com/events/1543571 ... _tab=posts
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede bipbip » 10 Avr 2016, 13:08

Lyon,
Rassemblement Lundi 11 avril 2016

Laissez nos ovaires tranquilles ! Droit à l’avortement : Femmes de Pologne, d’Espagne, de France et d’ailleurs, unies dans le même combat !

Confortées par l’arrivée au pouvoir du parti ultra-conservateur Droit et Justice (PIS), l’Eglise polonaise et les organisations anti-choix lancent une bataille pour durcir la législation encadrant l’avortement dans le pays qui connaît déjà les lois les plus restrictives en la matière en Europe.

Quelle est la pratique actuelle en Pologne ?

L’avortement est illégal en Pologne depuis 1997. Les femmes Polonaises ne peuvent avorter que dans trois cas :
• Un risque avéré et réel pour la vie et la santé de la mère,
• Une grave pathologie du foetus,
• Si la grossesse fait suite à un viol. Pour y accéder, il faut deux attestations de deux médecins et en plus, en cas de viol, une attestation d’un procureur. Dans les faits, il est donc très difficile pour les femmes d’accéder à l’avortement, même dans ces situations.

Que prévoit le nouveau projet de loi ?

• Les femmes enceintes suite à un viol et les mineures seront obligé-e-s de poursuivre leur grossesse non désirée,
• Les femmes mises en danger de mort par leur grossesse n’auront pas de possibilité légale d’y mettre terme, une fausse couche pourra être pénalisée, et le "meurtre fœtal" ferait son entrée dans le code pénal,
• L’État aura le droit d’outrepasser les droits constitutionnels d’une personne pour protéger un "enfant non-né",
• Les tests prénataux amenant à un risque faible de fausse couche seront interdits et les médecins qui les pratiquent pourront être poursuivi-e-s en pénal.
• La pilule du lendemain sera considérée comme un avortement précoce et sera donc totalement interdite.
• Les médecins pratiquant l’avortement s’exposeront à des peines allant jusqu’à 5 ans de prison contre 2 ans actuellement.

Régressions et remises en question des droits des femmes !

Depuis 2008 en Europe, se sont multipliées les attaques contre les droits des femmes, notamment le droit à disposer de leur corps :
• Rejet du Rapport Estrela par le parlement européen en décembre 2013 (rapport non contraignant qui proposait notamment un accès sûr et légal à l’avortement ainsi qu’à la contraception ou à l’éducation à la sexualité) ;
• Remises en question de la pratique pour des raisons idéologiques ou économiques :
- En France, restructurations et fermetures de Centres d’Interruption Volontaire de Grossesse (CIVG) détériorant les conditions d’accueil et d’accès à l’avortement.
- Italie : 70% des médecins ont recours à la clause de conscience.
- Autriche, Lituanie, Slovaquie, République Tchèque.
• Remises en question par les lobbys anti-choix et régressions : Royaume-Uni (2012, 2015), Belgique (2015), Croatie (2015), Hongrie (2012, 2013), Suède (2008), Roumanie (2012, 2013), Pologne (2016).
• Ces attaques provoquent des « migrations » pour avorter, des inégalités socio-économiques, des avortements clandestins et les femmes sont réprimées !

Les féministes polonaises appellent à de larges mobilisations pour les soutenir : parce que rien n’est acquis en Pologne comme ailleurs, continuons fières et combatives les luttes féministes !

Rassemblement Lundi 11 avril 2016 à 19h devant le Consulat de Pologne 79 rue Crillon 69006 Lyon (métro Masséna)

Apportez vos pancartes avec vos mots de soutien pour les Polonaises ! Venez avec vos vieux cintres pour les accrocher aux portes du Consulat Polonais et faire un arbre à cintres !
L’association ASTRA demande de se mobiliser sur les réseaux sociaux en publiant des photos avec un cintre ou avec un panneau "Solidarity with Polish Women". N’oubliez pas le hashtag #ODZYSKACWYBOR sur twitter ("revendiquer son choix" en Polonais)

Collectif de Défense de l’IVG dans le Rhône : Le Planning Familial 69, Ligue des Droits de l’Homme, Femmes solidaires du Rhône, ProfessionnelLEs des centres IVG, SUD Santé Sociaux, SUD éducation, Union Syndicale Solidaires Rhône, USDSAS CGT, Coordination CGT‑HCL, Cabiria , NPA 69, CGA, Parti de Gauche, Ensemble.

https://rebellyon.info/Laissez-nos-ovai ... -a-l-16144
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede bipbip » 16 Avr 2016, 16:50

En 2016, obtenir la pilule du lendemain peut être un parcours de la combattante

Un pharmacien de Gironde avait déjà été suspendu par l’Ordre des pharmaciens (pour une semaine) en mars dernier car il refuse de vendre des contraceptifs. Mais son cas n’est malheureusement pas isolé : l’obtention de la «pilule du lendemain» reste souvent un parcours de la combattante. Certains pharmaciens refusent de la délivrer gratuitement -alors que la gratuité est obligatoire pour les mineures depuis 2002 – et d’autres jouent les épouvantails en prédisant stérilité et embolies pulmonaires à la jeune cliente.

https://communismeouvrier.wordpress.com ... ombattant/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33136
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 17 Avr 2016, 20:27

« Les Républicains » s’attaque au droit à la contraception dans les régions

Valérie Pécresse, la présidente « Les Républicains » de la Région Île-de-France a supprimé le budget du « Pass contraception ».

En Île-de-France, la menace qui plane sur le Pass contraception, qui permet à des jeunes d’accéder gratuitement à des consultations et moyens de contraception, s’est déjà concrétisée. Valérie Pécresse, sa présidente « Les Républicains », arguant que seuls 2 000 Pass avaient été distribués, l’a supprimé à l’occasion du vote du budget, la semaine dernière. Ce sont « les plus précaires parmi les jeunes, ceux qui ont le plus besoin d’un accompagnement spécifique, qui vont pâtir de cette suppression », a dénoncé, hier, sur France Info, Veronica Noseda, coordinatrice nationale du Planning familial. La région Auvergne-Rhône-Alpes pourrait emboîter le pas de l’Île-de-France : rue89lyon.fr a alerté en début de semaine sur la volonté de la majorité régionale d’enterrer le dispositif

La suite : http://www.humanite.fr/les-republicains ... ons-604789



#0PASSContraceptionCaNePassePas

Ensemble améliorons les PASS contraception

Le Planning défend l’égalité d’accès des jeunes à l’information et à la contraception sur tous les territoires, avec des PASS contraception dans toutes les régions !
Pas de suppression, mais plus d’information auprès des jeunes, avec une formation des professionnels pour plus d’efficacité !
Ensemble améliorons les PASS contraception.

http://www.planning-familial.org/actual ... as-0027493

https://www.facebook.com/hashtag/0passc ... 0771168282
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Pour le droit à l'avortement

Messagede Lila » 08 Mai 2016, 19:35

Soutenons Belén, argentine condamnée à 8 ans de prison pour un avortement supposé

Le 19 avril dernier, Belen, jeune femme de 27 ans, a été condamnée à 8 ans de prison par le tribunal de Tucuman en Argentine pour un avortement supposé, requalifié en “homicide doublement aggravé sur ascendant et trahison”. Osez le Féminisme ! s’insurge contre cette condamnation et affirme son soutien à la Campagne Nationale pour le Droit à l’Avortement Légal, Sûr et Gratuit en Argentine, qui lance aujourd’hui une campagne de soutien à Belen. Osez le Féminisme ! rappelle la nécessité de défendre le droit des femmes à disposer de leur corps et à accéder à l’IVG en toute sécurité.

La suite : http://osezlefeminisme.fr/soutenons-bel ... t-suppose/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

PrécédenteSuivante

Retourner vers Féminisme et LGBTI

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités