Contre le système prostitutionnel: libertaire vs libéral

Re: Contre le système prostitutionnel: libertaire vs libéral

Messagede Lila » 27 Nov 2016, 20:21

Prostitution : « La marchandise femme est exploitée par le capitalisme le plus dur en écrasant les prix »

Au cours d’un colloque à Strasbourg confrontant la réalité de la prostitution en France et en Allemagne, médecins, psychiatres, associations d’accueil et une ancienne prostituée, ont décrit les ravages qu’entraîne la prostitution sur la santé physique et psychique des femmes qui y sont soumises.

Le but de ce colloque n’était pas de relancer le débat permanent sur la légitimité ou non de la prostitution, mais de faire des constats. Notamment entre deux pays frontaliers où la prostitution a des statuts juridiques différents : la France, où depuis avril 2016, la loi instaure la pénalisation des clients, et l’Allemagne, pays frontalier, où la prostitution a pignon sur rue. Importants également, les discours qui soutiennent les pratiques.

Celui, par exemple, pour qui la prostitution est un mal nécessaire qui protège le reste de la société où, sans cette tolérance, les viols progresseraient ( ce qu’aucun chiffre ne montre). Cette manière de voir entérine de vieux clichés sur les hommes qui hantent les sociétés européennes depuis des siècles, « entre autres l’idée selon laquelle l’homme est un prédateur sexuel avec des besoins irrépressibles auxquels il faut un exutoire, » explique Grégoire Théry, l’ancien secrétaire général du mouvement du Nid qui se définit comme « lobbyiste » d’une cause - il a joué un rôle important pour faire avancer le projet de loi que la France vient d’adopter.

Faux également pour lui, l’argument selon lequel, autoriser les établissements de prostitution, permettrait de mieux contrôler la santé des prostituées et d’éviter la prostitution clandestine. « En Allemagne et aux Pays-Bas, l’ouverture des bordels n’a pas empêché le développement de la prostitution à l’extérieur, » explique Grégoire Théry, qui conteste également le point de vue consistant à considérer la prostitution comme un métier, dont il s’agit d’améliorer les conditions d’exercice - en consacrant notamment des moyens et un personnel médical dédié pour surveiller la santé des prostituées, comme c’est le cas en Allemagne. « La conséquence dramatique, explique Grégoire Théry, c'est qu’on banalise la prostitution. Cette approche dite pragmatique qu’on retrouve en Allemagne et aux Pays-Bas, entraîne la légalisation de fait de la prostitution. »

La suite : http://www.humanite.fr/prostitution-la- ... t-les-prix
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Contre le système prostitutionnel: libertaire vs libéral

Messagede Lila » 04 Déc 2016, 20:14

Comment la prostitution est devenue le secteur professionnel le plus moderne au monde

Quand la nouvelle est tombée, que la vice-présidente d’une des « organisation de travailleuses du sexe » consultée par Amnesty International pour sa politique sur la prostitution avait été condamnée pour trafic d’êtres humains et proxénétisme, beaucoup d’abolitionnistes ont été consternées, mais pas surprises. Car « Les droits des travailleuses du sexe » sont de plus en plus un euphémisme pour désigner les droits des proxénètes, des propriétaires de bordels et des hommes qui paient pour du sexe.

Le discours du « travail du sexe » a fait en sorte que « le plus vieux métier » devienne la profession la plus moderne du monde. La prostitution n’est plus considérée comme un vestige moyenâgeux patriarcal – elle est subversive, libératrice, et même féministe. Pour le mouvement des femmes, la prostitution a été mise en avant comme le droit d’une femme sur son propre corps ; pour les néolibéraux, comme un symbole de la libre-entreprise ; pour la gauche, comme un « travail du sexe » nécessitant des syndicats et des droits du travail ; pour les conservateurs, un accord privé entre deux personnes consentantes, hors de toute intervention de la société ; pour le mouvement LGBT, comme une sexualité exigeant son droit à l’expression.

La prostitution est devenu une sorte de caméléon, s’adaptant à toutes les idéologies. Et lorsque la gauche embrasse la prostitution comme un « travail », c’est sans la compréhension marxiste du travail comme une chose intrinsèquement aliénante qui devrait être abolie, et qui provient de la perte pour les travailleur-es de la possibilité de choisir leur propre vie. L’autre élément absent est la clairvoyance sur la façon dont le capitalisme se déploie dans toujours plus de dimensions de notre vie, nous amenant à voir nos corps et nos esprits comme seulement des matières premières.

Le discours du travail du sexe était à l’origine marginal, issu d’un milieu politique créatif et chaotique de Californie. Il prit de l’importance quand il fut publicisé par le gouvernement néerlandais pour préparer le terrain à la re-légalisation de l’industrie du sexe. Les Pays-Bas, avec son industrie du sexe florissante, avait de toute évidence un intérêt économique à taxer cette dernière. L’idée selon laquelle la prostitution est un métier comme un autre devint bien pratique. Mais si la prostitution devait être considéré comme un métier, l’existence de syndicats était cruciale, et l’organisation Rode Draad devint le premier syndicat de ce genre connu dans le monde.

la suite : https://entreleslignesentrelesmots.word ... -au-monde/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Contre le système prostitutionnel: libertaire vs libéral

Messagede Lila » 11 Déc 2016, 20:25

« Certains « travailleurs du sexe » militants sont en réalité des proxénètes. »

Certains proxénètes, certains acheteurs de sexe et certains gouvernements ont pris la décision qu’il est raisonnable de s’attendre à ce que certaines femmes tolèrent l’exploitation sexuelle et les agressions sexuelles afin de survivre. La plupart du temps, ces femmes sont pauvres et la plupart du temps elles sont marginalisées à cause de leur ethnie ou parce qu’elles sont racisées. Les hommes qui les achètent ou les violent, ont beaucoup plus de ressources et de pouvoir social qu’elles. Par exemple, un touriste prostituteur canadien au sujet des femmes Thaï, commente : ‘’Ces filles doivent se nourrir n’est-ce pas? Je les aide à mettre du pain sur leur table. Je contribue. Elles mourraient de faim si elles n’étaient pas des putes’’. [2]

Cet auto-renforcement darwinien évite la question: Est-ce que les femmes ont le droit de vivre sans le harcèlement et l’exploitation de la prostitution, ou est-ce que ce droit est réservé seulement à celles qui ont un privilège de classe ou de couleur de peau? ‘’Vous obtenez ce pour quoi vous payez, sans avoir à endurer un ‘non’’’, explique un consommateur. [3] Les femmes non prostituées ont le droit de dire ‘non’. Nous avons une protection légale contre le harcèlement et l’exploitation sexuelle. Pourtant, tolérer les abus sexuels fait partie de la description de tâches dans la prostitution.

Un des plus grands mensonges est que la prostitution est volontaire. S’il n’y a aucune preuve de force contre elle, son expérience est considérée comme volontaire et ‘consentante’. Un client dit : ‘’Si je ne vois pas de chaîne à sa jambe, je suppose qu’elle a fait le choix d’être là’’. Mais la majorité de la prostitution de nos jours est ce que les abolitionnistes allemandes appellent de la prostitution de pauvreté. En gros, elle a faim, elle ne peut trouver un travail et elle n’a pas d’alternatives. L’argent des prostituteurs ne fait pas disparaître ce que l’on sait sur la violence sexuelle, la violence conjugale et le viol. Qu’elle soit légale ou non, la prostitution est extrêmement dommageable pour les femmes. Les femmes prostituées ont les plus hauts taux de viol, d’agressions physiques et de meurtres de toutes les femmes jamais étudiées. Selon une étude néérlandaise, 60% des femmes dans la prostitution légale avaient subi des agressions physiques, 70% avaient été menacées d’agression physique, 40% avaient subi de la violence sexuelle et 40% avaient été forcées d’entrer dans la prostitution légale. [4]

Depuis la dernière décennie, après avoir rencontré des centaines d’acheteurs de sexe de cinq pays (EUA, GB, Inde, Cambodge et Écosse), nous sommes en mesure de regarder plus précisément les comportements et attitudes qui attisent la misogynie de la prostitution et nous comprenons mieux quelles sont les motivations de ces hommes. Le comportement typique de l’acheteur de sexe est ce refus de voir sa participation dans la déshumanisation des femmes lorsqu’il humilie, harcèle verbalement ou sexuellement ou paie pour forcer une femme à performer des actes sexuels qu’elle ne ferait pas autrement.

La suite : https://ressourcesprostitution.wordpres ... roxenetes/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Contre le système prostitutionnel: libertaire vs libéral

Messagede Lila » 18 Déc 2016, 19:22

“Il y a des gens qui considèrent la prostitution comme étant moins chère et plus sûre qu’un.e amant.e”

Professeur titulaire de Droit Constitutionnel à l’Université de Cordoue et membre du Réseau Féministe de Droit Constitutionnel et du Réseau des Hommes pour l’Egalité, Octavio Salazar donne ce mardi à la Casa Junco, à partir de 19 heures, la conférence intitulée “Pourquoi les hommes vont-ils aux putes ?” dans laquelle, en utilisant des références cinématographiques, il développera une réflexion sur pourquoi les hommes vont dans des bordels.

– Quels exemples de films allez-vous utiliser dans votre conférence ?

— Le cinéma se base normalement sur l’invisibilisation des clients ; il y a beaucoup de films où les femmes prostituées sont les personnages principaux, mais dans la plupart des films les clients n’apparaissent que d’une façon très secondaire, ils sont traités de manière acritique, il n’y a aucun film où ce rôle de sujet prostitueur est remis en question. J’ai essayé de jouer avec quelques films évidents, comme “Pretty Woman”, parce que je pense qu’il incarne l’exemple suprême de la relation qui s’établit entre une femme prostituée et un archétype de sujet masculin élevé au plus haut degré. Je me centrerai aussi sur le film “Princesses” de Fernando León de Aranoa, où il y a une vision extrêmement paternaliste sur ces femmes et où l’invisibilité la plus absolue des clients apparaît.

– Pourquoi les hommes vont dans des bordels ?

— Dès qu’on analyse la prostitution, on met l’accent sur les femmes prostituées, quelle est leur situation, s’il faut légaliser ces relations comme une nouvelle relation de travail, s’il faut la protéger, s’il faut l’interdire… mais on oublie l’élément essentiel de cette relation, la prostitution existe parce qu’il y a des individus qui y ont recours. Il faut analyser la question depuis plusieurs angles, il faut s’interroger sur comment le fait d’avoir recours à la prostitution a aussi un lien avec une certaine conception de la masculinité, sur comment la masculinité hégémonique a appréhendé les relations sexuelles, sur comment, malgré le fait que la prostitution puisse supposer une atteinte à l’intégrité physique ou morale des femmes, il y a beaucoup d’hommes qui pensent que cela n’a aucun type de conséquence et que cela fait partie des relations habituelles entre les deux sexes, et même sur comment le fait d’aller voir des prostituées contribue à définir et redéfinir cette masculinité. Aller aux putes devient maintenant une sorte de cérémonie collective et une manière de réaffirmer sa virilité.

– Il y a un profil type de client ?

— J’ai sélectionné quelques scènes de “Le Loup de Wall Street”, qui se passe dans le milieu de la finance et de la bourse, là où le fait d’engager des prostituées et faire des orgies et des fêtes fait partie des célébrations de l’ensemble de ces hommes puissants. Il y a des profils très différents : les hommes qui voient des prostituées parce que sur leur lieu de travail cela finit par devenir une célébration collective, ceux qui sont mariés et qui utilisent la prostitution comme façon ponctuelle pour avoir des histoires hors mariage, et le jeune homme qui va essayer, dans une sorte d’initiation sexuelle…

– Et celui qui a un besoin sexuel, j’imagine…

— C’est une justification qui se donne plus a posteriori, dire que les hommes ont comme un désir de sexe irrépressible et qu’ils doivent avoir recours à la prostitution. En fait, ce qui se passe vraiment c’est que, depuis des siècles, la construction de ce modèle de masculinité s’est faite en parallèle à celle d’un modèle de féminité chosifiée, où la femme est instrumentalisée, à la disposition des désirs masculins, et c’est cela qui a été perpétué au fil du temps. Et à l’époque actuelle, qui a l’air d’être libérale d’un point de vue sexuel, la prostitution, loin de disparaître, continue à être très présente, parce que nous avons assimilé qu’elle fait aussi partie de ce circuit de libertés. On lance l’argument selon lequel si les femmes se prostituent, c’est parce qu’elle choisissent librement cette voie professionnelle.

La suite : https://tradfem.wordpress.com/2016/12/1 ... e-amant-e/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Contre le système prostitutionnel: libertaire vs libéral

Messagede Lila » 01 Jan 2017, 20:18

« la prostitution instaure une forme de légalisation du viol »

Soumission de l’association Femme&Libre à la consultation d’opinion sur l’approche d’ONU Femmes concernant le travail sexuel, le commerce sexuel et la prostitution.

Par Yael Mellul, juriste, présidente de Femme&Libre, association Loi 1901 de lutte contre les violences faites aux femmes, 66 avenue Victor Hugo, 75116 Paris, France. [1]
et
Lise Bouvet, politiste, membre de Femme&Libre et responsable du collectif Ressources Prostitution, réseau international d’intervenants sur l’industrie du sexe.[2]

Cette soumission (1495 mots, hors notes et annexes) à la consultation d’ONU FEMMES se base sur notre expertise croisée des violences sexuelles faites aux femmes et du système prostitutionnel, dans la continuation de nos interventions[3] en faveur de la législation française du 13 avril 2016 [4].

à lire : https://ressourcesprostitution.wordpres ... n-du-viol/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Contre le système prostitutionnel: libertaire vs libéral

Messagede Lila » 08 Jan 2017, 20:42

Collusions du protestantisme et du pseudo-féminisme Vert dans le soutien au proxénétisme allemand.

Des avancées émancipatrices, une citoyenneté nouvelle dans une Europe pacifiée, c‘était ce que promettaient les fondateurs du parti écologiste des Verts lors de sa création en 1982 en Allemagne.

Ce parti a en effet défendu toutes les causes qui ont fait avancer la société depuis 30 ans, en particulier les libertés dans le domaine de la vie intime: ils ont milité pour les droits des homosexuels, le droit à l‘avortement (qui n‘est toujours pas autorisé en Allemagne, juste dépénalisé), la liberté d’accès à la contraception.

Le parti des Verts a toujours été favorable aux femmes voulant s‘engager dans la vie politique, proposant des gardes d‘enfants pendant congrès et réunions.

Les Verts furent le 1er parti à introduire des quotas de femmes à tous ses niveaux, validant ainsi tout au long de son histoire démocratique interne un principe constamment contesté par toutes les autres structures, au nom même de la démocratie.

Depuis leurs débuts, la pensée émancipatrice des libertés individuelles dans tous les domaines a mené les Verts à se fourvoyer sur certaines questions: dans les années 1980, un certain nombre de pédocriminels noyautent l‘organisation, y font entendre leur voix, donnent à leurs crimes un vernis de respectabilité en les déguisant en orientation sexuelle. Ils pervertissent l‘idée de liberté et légitiment l‘exploitation et la destruction des plus faibles : les enfants.

Ces errements idéologiques portés par une aile très puissante (et très masculine) du parti font fuir un certain nombre de femmes, qui dès lors organisent la défense des victimes de violences sexuelles en dehors du parti. Depuis les années 1990 la ligne officielle du parti n‘est plus favorable à la pédocriminalité et la protection de l‘enfance a retrouvé la priorité qu‘elle n‘aurait jamais du perdre, forçant les dirigeants à se distancer de leurs positions passées et en éloignant certains.

La suite : https://ressourcesprostitution.wordpres ... -allemand/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Contre le système prostitutionnel: libertaire vs libéral

Messagede bipbip » 15 Jan 2017, 15:36

Extension et limites de l’exemple suédois

Prostitution, la guerre des modèles

Au nom de la lutte contre les violences faites aux femmes, la Suède est devenue, le 1er janvier 1999, le premier pays à pénaliser l’achat de services sexuels, tandis que d’autres, comme l’Allemagne en 2001, choisissaient de légaliser les maisons closes. Quinze années de recul permettent d’observer les effets de ces deux approches opposées de la prostitution.

... http://www.monde-diplomatique.fr/2017/01/IRIGOYEN/56976
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33028
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Contre le système prostitutionnel: libertaire vs libéral

Messagede Lila » 22 Jan 2017, 20:11

3 documentaires sur la prostitution au Canada

À l’ONF, plusieurs cinéastes ont exploré le sujet de la prostitution et ses côtés sombres. En effet, la prostitution comporte son lot de risques : abus, dépendance, violence, proxénétisme… pour ne nommer que ceux-là. Les documentaires suivant abordent ses questions difficiles et nous invitent à la réflexion.

à voir : http://blogue.onf.ca/blogue/2017/01/16/ ... ntent=blog
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Contre le système prostitutionnel: libertaire vs libéral

Messagede bipbip » 02 Fév 2017, 20:40

Les différents visages de la prostitution par petites annonces

Indépendantes, « escortes » en tournée internationale, « masseuses » en salon, réseaux très locaux… les annonces de Vivastreet esquissent le portrait de la prostitution en ligne.

Impossible pour une majorité de ne pas se prononcer sur le sujet. De la loi instaurant un délit de « racolage passif » en mars 2003, à la loi instaurant la pénalisation du client en avril 2016, la prostitution est régulièrement au coeur des débats sans jamais faire consensus. C’est que la figure de la personne en situation de prostitution est encore très mal connue. D’autant qu’aujourd’hui, la majorité de la prostitution en France est invisible. Elle passe dorénavant par Internet, notamment par Vivastreet, deuxième site de petites annonces français derrière Le Bon Coin.

Le site se distingue de son concurrent par ses rubriques « Services adultes - Erotica » et « Services adultes - Erotica Gay ». Toutes deux rassembleraient près d’un tiers des personnes se prostituant en ligne à temps plein, si l’on s’appuie sur les estimations du Mouvement du nid, association abolitionniste – favorable à l’interdiction de la prostitution. Travailleuses du sexe revendiquées, mineures victimes de la traite des êtres humains : au travers de ces annonces, Le Monde a tenté de discerner les nuances de la prostitution en ligne en France.

... http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/art ... Qu0OMD8.99
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33028
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Contre le système prostitutionnel: libertaire vs libéral

Messagede Lila » 05 Fév 2017, 20:57

Dealers de femmes : le proxénétisme dans les cités, nouvelle activité florissante

“Ça rapporte bien” : le proxénétisme est devenu dans les cités chaudes la nouvelle activité florissante, après le trafic de drogues et les braquages. Des filles perdues qui rêvent d’ascension sociale se projettent en Zahia et sont récupérées par des caïds ahuris par la facilité de ce commerce pour eux égal aux autres. Enquête sur ces jeunes proxénètes et “leurs filles”.

à lire : https://sanscompromisfeministeprogressi ... orissante/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Contre le système prostitutionnel: libertaire vs libéral

Messagede Lila » 12 Fév 2017, 21:45

“Les hommes ne veulent pas voir ce qui se cache derrière la prostitution”

Interview de Richard Poulin par Irene Hernández Velasco pour El Mundo.es, publiée initialement le 2 janvier 2017 sur El Mundo.

Richard Poulin arrive à l’interview avec un badge sur le revers de sa veste qui montre clairement quels sont ses principes: “Aucune femme ne naît pour être pute”, un slogan qui reprend le titre du livre écrit par la colombienne Sonia Sánchez, une survivante de la prostitution. Parce que ce Canadien, professeur émérite de l’UFR de sociologie et d’anthropologie à l’Université d’Ottawa et auteur de nombreux livres et études sur la prostitution et la traite d’êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle, est considéré comme un des plus grands spécialistes mondiaux dans ce domaine.

à lire : https://tradfem.wordpress.com/2017/02/0 ... stitution/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Contre le système prostitutionnel: libertaire vs libéral

Messagede Lila » 19 Fév 2017, 20:50

La prostitution et la culture du viol sont indissociables

par Rose Sullivan, survivante de la prostitution et fondatrice du Collectif d’aide aux femmes exploitées sexuellement et survivante

Lors d’une manifestation contre les violences sexuelles à l’Assemblée natinale du Québec, le 15 février 2017, Rose Sullivan a prononcé ce discours sur la culture du viol.

à lire : http://sisyphe.org/spip.php?article5358 ... o.facebook
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Contre le système prostitutionnel: libertaire vs libéral

Messagede Lila » 06 Mar 2017, 01:07

« Et je suis écœurée de vous, les partisans de la prostitution ! »

Après avoir lu une interview de la lobbyiste pro-prostitution Stephanie Klee, Huschke Mau, une femme sortie de la prostitution, en a eu assez et répondu ce qui suit : « Je suis l’une de ces prostituées volontaires si souvent vantées », écrit-elle. « Et je suis écœurée de vous, les partisans de la prostitution. »

à lire : http://huschkemau.de/fr/2016/11/29/et-j ... stitution/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Contre le système prostitutionnel: libertaire vs libéral

Messagede Lila » 12 Mar 2017, 22:05

Vendre son corps, tout se vend...


Démantèlement d'un réseau qui vendait la virginité d'une mineure 7000 dollars en Espagne

La police espagnole a annoncé samedi avoir démantelé à Marbella (sud) un réseau de prostitution qui vendait sur internet la virginité d'une mineure pour 5000 euros (environ 7000 dollars canadiens).

L'enquête a abouti à l'arrestation de sept personnes pour prostitution, exploitation sexuelle et détournement de mineurs, ainsi qu'à "la libération de la mineure, de 16 ans, dont la virgnité était offerte au prix de 5000 euros", a indiqué la police dans un communiqué.

Le réseau proposait différents services sexuels à domicile, dans la station balnéaire de Marbella, en Andalousie (sud).

à lire : http://quebec.huffingtonpost.ca/2017/03 ... 95454.html
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Contre le système prostitutionnel: libertaire vs libéral

Messagede Lila » 26 Mar 2017, 20:38

Propagande pro prostitution : une étude de cas.

La propagande de la prostitution, par Rae Story, écrivaine et survivante de la prostitution

« Et si tous les autres acceptaient le mensonge que le Parti imposait –si tous les fichiers contaient la même histoire- alors le mensonge passait dans l’Histoire et devenait vérité. ‘Celui qui contrôle le passé’ scandait le slogan du Parti, ‘contrôle le futur : celui qui contrôle le présent contrôle le passé ». George Orwell

« Il ne serait pas impossible de prouver avec assez de répétition et une compréhension psychologique des personnes concernés, qu’un carré est en fait un cercle. Ce ne sont que de simples mots et les mots peuvent être moulés jusqu’à ce qu’ils revêtent des idées et se déguisent. » Goebbels

Récemment, l’ECP – The English Collective of Prostitutes (Le collectif Anglais des Prostituées) – a lancé une campagne émotive appelée Make Mum Safer (Plus de Sécurité pour Maman), qui floute les frontières entre prostituées et profiteurs. La campagne a publié un film, banal, mielleux, et émotionnellement manipulateur qui mettait en scène une poupée utilisée à la place d’une mère qui va travailler en tant que prostituée mais qui est tuée parce qu’elle doit travailler toute seule. Dans la rue.

Le film est utilisé pour défendre la décriminalisation de l’industrie du sexe, mais dans la tradition de propagande de Sergei Eisenstein*, il demande une chose verbalement, tout en exposant une autre différente visuellement. C’est une puissante technique qui bien évidemment manipule les émotions des participantEs qui soutiennent la campagne.

la suite : http://clas.pe.hu/spip.php?article360
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

PrécédenteSuivante

Retourner vers Féminisme et LGBTI

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité