8 mars, pour l’Égalité, la Dignité, la Liberté.

Re: 8 mars, pour l’Égalité, la Dignité, la Liberté.

Messagede Pïérô » 02 Mar 2015, 02:50

Poitiers

Dimanche 8 mars à 11h

Rassemblement aux Couronneries pour un temps de mobilisation localisée, d'informations et d'échanges avec les publics autour de la journée Internationale des femmes.



Mardi 10 mars

Projections de Yo Decido & Simone Iff suivies d'un débat avec des militantes au planning familial, Sabine Lambert, doctorante au GRESCO et Héloïse Morel, doctorante au CRIHAM, Anne Jollet, enseignante-chercheure au CRIHAM à l'université de Poitiers.

à 20h30, Espace Pierre Mendès-France, 1 place de la Cathédrale, Poitiers

Yo Decido, El tren de la Libertad
Production : Esther Garcia - 2014 - 42′
Ce documentaire a été réalisé par un collectif d'associations féministes. Des femmes cinéastes telles que Chus Gutiérrez, Gracia Querejeta, Mabel Lozano, Ana Diez et Georgina Cisquella ont tourné dans plusieurs villes européennes, Barcelone, Paris, Edimburg pour retracer les grandes actions de soutien à l'avortement contre le projet de loi anti-avortement du gouvernement espagnol.

Simone Iff
Film réalisé par Isabelle Taveneau, Zoé Liénard et Odile Magniez à l'initiative du Planning Familial.
Court métrage documentaire - Production des Yeux d'Izo - 2014 - 21′
À partir d'un entretien réalisé en 2014 avec Simone Iff, qui a aujourd'hui 91 ans, le film offre le portrait d'une femme engagée, et nous fait partager les convictions et les combats d'une génération de femmes.

Cette soirée est organisée en partenariat avec le collectif 8 mars de la Vienne, le centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l'art et musicologie (CRIHAM) et le groupe de recherche et d'études sociologiques du Centre-Ouest (GRESCO), de l'université de Poitiers.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22388
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: 8 mars, pour l’Égalité, la Dignité, la Liberté.

Messagede Pïérô » 03 Mar 2015, 01:23

Lille, 7 mars

Marche pour la Journée Internationale des Femmes

La marche pour la Journée Internationale des Femmes aura lieu le samedi 7 mars. Cette marche engagée et plurielle sera rythmée et festive :

- Rendez-vous de 13h30 à 14h30, place de l'Opéra, avec l'artiste Ratiba Mokri, crieuse publique

- 14h30 : début de la marche, avec la batucada Oyamba

- 16h30 : arrivée de la marche Salle Courmont, pour l'après-midi et la soirée militante et festive

A l'appel du Collectif du 8 mars (Chez Violette, Planning Familial de Lille, Osez le Féminisme!59, CIDFF, Femmes Solidaires de Lille, Maison des Femmes, Services Brunehaut, Stop Harcèlement de rue Lille, Observatoire de la parité 59/62, SOS Homophobie...)
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22388
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: 8 mars, pour l’Égalité, la Dignité, la Liberté.

Messagede bipbip » 04 Mar 2015, 12:18

Samedi 7 mars, Poissy (78)

Manifestation avec les femmes de Poissy

Venez nous rejoindre pour notre défilé annuel pour la journée internationale des droits des femmes
• Départ : 14h30 Place de la GARE de POISSY
• Arrivée : Place de la MAIRIE
à 16h SPECTACLES musicaux (Chorale, Gospel, zumba..)

Appel soutenu par
• l'Union Syndicale Solidaires Yvelines et
• Attac78 nord
Femmes des hauts de Poissy
Contacts: femmeshautspoissy@gmail

• Les Yvelines à la traîne : salaires des femmes moins 35% que ceux des hommes moins 26% en d'Ile de France, c'est déjà trop !
• Femmes doublement exploitées, doublement discriminées, doublement opprimées, ça suffit !
• Chômage, précarité, temps partiel imposé... on n'en veut plus !
• Harcèlement moral ou sexuel, y en a marre !
• Violence contre une, violence contre toutes !
• Le féminisme n'a jamais tué personne!
Le machisme tue tous les jours !
75 000 viols par an...
Violences conjugales,
Une femme meurt tous les 2 jours et demi:
C'est en France… Y a BASTA !
• L'égalité fille/garçon, ça s'apprend tout petit !
• Contraception, avortement libres et gratuits pour toutes ! En Espagne,
• Pologne, Irlande, Chypre comme en France !
• Nos corps, nos vies, nos choix !
• La loi Veil sur l'avortement, on y veille !
• Réouverture des centres d'IVG !
• 1re,2e,3e,4e génération, nous sommes toutes des filles d'immigrées !
• Femmes étrangères, Solidarité
• Vivent les luttes des femmes du monde entier !
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: 8 mars, pour l’Égalité, la Dignité, la Liberté.

Messagede Pïérô » 05 Mar 2015, 13:39

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22388
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: 8 mars, pour l’Égalité, la Dignité, la Liberté.

Messagede bipbip » 06 Mar 2015, 12:39

Perpignan

Collectif Droits des Femmes 66, soirée concert "femmes en lutte" ! samedi 7 mars à 20h au Centro espagnol

Le Collectif Droits des Femmes 66 organise cette année à l’occasion du 8 mars, journée internationale de lutte des femmes pour leurs droits, une soirée concert "femmes en lutte" ! Ce sera le samedi 7 mars à 20h au Centro espagnol (8, rue Pierre Talrich Perpignan). Au programme : "L’avant bras", un duo swing guinguette avec Virgile et Nazim du groupe Les Madeleines ! Avec également la chorale "Voix libres", des chants de luttes à reprendre en chœur !

Participation libre à partir de 5 euros.

http://www.cnt-f.org/cnt66/spip.php?article1068
Bar avec sandwichs et boissons.
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: 8 mars, pour l’Égalité, la Dignité, la Liberté.

Messagede Pïérô » 09 Mar 2015, 02:34

Inégalités hommes-femmes : les leurres du 8 mars

50 % de femmes députées ou chefs d’entreprise, pour quoi faire ? L’égalité hommes-femmes passe par une remise en cause du fonctionnement de l’entreprise, de la famille ou de l’école. Le point de vue de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

C’est devenu une tradition. Officialisée en 1977 par les Nations Unies, la Journée internationale des droits des femmes devient une sorte de fête de « la » femme aux relents commerciaux. Un rituel qui laisse un goût amer aux femmes les 364 jours restants, jours de « l’ » homme. En outre, cette journée est de plus en plus dévoyée par des marques qui y voient la célébration de l’idéal féminin. Enfin, une partie du discours féministe occulte totalement les inégalités sociales dont sont victimes les femmes de milieu populaire.

La récupération par la publicité prend de plus en plus d’ampleur. La journée internationale des droits des femmes se transforme alors en une célébration de l’image de « la » femme - ou de la « pouffe » - pour employer l’expression de Laurence Defranoux, journaliste à Libération. Un fabriquant de vêtements « équitables » propose une promotion spéciale, une franchise de fleuristes invite à « couvrir sa femme de fleurs », des bars et restaurants parisiens offrent une rose... Le 13 mars, Carrefour, gros pourvoyeur de temps partiel contraint pour les femmes, sponsorise la « Journée de la femme digitale » (sic). Il finance d’ailleurs le « Laboratoire de l’égalité ».

Les médias jouent un rôle dans cette mascarade. Ils dénoncent les inégalités hommes-femmes le 8 mars mais relayent tous les autres jours des publicités ou clips vidéos sexistes qui renforcent les stéréotypes sans se poser de questions. Les femmes doivent être belles et douces, prêtes à servir les hommes et à s’occuper des enfants. Exactement l’inverse des idéaux de celles qui ont combattu ces préjugés.

Le refus d’un modèle masculin de compétition

Le 8 mars est aussi l’exercice obligé du bilan des inégalités hommes-femmes. L’Observatoire des inégalités participe d’ailleurs à ce phénomène (lire notre article), comme il le fait tout au long de l’année (voir notre rubrique hommes-femmes). Pourtant, la plupart des états des lieux publiés s’en tiennent à une vision restrictive de la question, qui se résume au pourcentage de femmes en haut de la hiérarchie sociale, parmi les députés ou les chefs d’entreprise. Une partie de ceux et de celles qui se battent pour la progression des femmes parmi les élites s’accommode fort bien de la précarité dans l’emploi - qui touche les femmes peu qualifiées au premier chef - comme de la promotion des heures supplémentaires au détriment de la vie de famille. La parité fait souvent bon ménage avec la précarité. Quand elle ne sert pas à faire diversion.

Réduire le problème à l’accès des femmes aux postes de direction permet de combattre les inégalités entre les hommes et les femmes tout en défendant un modèle concurrentiel de société. Qu’importe la forme de la compétition, pourvu qu’elle soit « équitable » [1]. Cela permet d’éviter de débattre du fonctionnement de nos sociétés.

Les femmes sont peu nombreuses dans les sphères de direction, au niveau de l’entreprise comme dans la fonction publique. Mais cette situation ne reflète-t-elle pas, aussi, un refus, par les femmes, de rentrer dans le jeu d’un modèle de société d’hyper-compétition qui prévaut, en particulier dans le monde du travail ? Une partie des « inégalités » relève de choix assumés. Le temps partiel, par exemple, est très majoritairement choisi : seules 27 % des femmes en temps partiel indiquent souhaiter travailler davantage. Ce taux est sous-estimé : une partie des femmes ne veulent pas travailler plus car elles savent qu’elles n’ont aucune chance d’obtenir un temps plein, d’autres doivent assurer de trop lourdes tâches domestiques. Mais une majorité des femmes opte pour le temps partiel simplement pour se libérer du travail et non par aliénation ou parce que leur « nature » les prédispose à une moindre ambition. Ces choix résultent de leur socialisation : les filles, puis les femmes prennent aussi les décisions qu’on leur a appris à prendre, dans la famille ou à l’école notamment.

Cette socialisation ne leur apprend-elle pas, aussi, à résister au modèle masculin de société ? Il faut au moins s’interroger sur la question. Depuis le début des années 1990, la part des femmes dans le secteur de l’informatique diminue : ne peut-on pas y lire les conséquences de la dégradation des conditions d’emploi dans ce secteur ? La lenteur de la progression des femmes aux postes d’encadrement supérieur du secteur privé et leur forte présence dans la fonction publique peuvent aussi résulter du rejet d’une lutte forcenée pour le rendement, de la quête du pouvoir pour le pouvoir.

Transformer le modèle dominant

Il est facile d’évoquer la « nature féminine » pour refuser de voir les inégalités dont sont victimes les femmes. Mais les défenseurs de l’égalité hommes-femmes acceptent le plus souvent les inégalités sociales sans sourciller. Les hommes perçoivent environ 20 % de salaire de plus que les femmes, c’est scandaleux. Les femmes cadres touchent trois fois plus que les ouvrières, cela ne frappe pas grand monde. Cette insensibilité aux inégalités sociales, dont les femmes sont les premières victimes, constitue une vision élitiste du problème.

On ne peut espérer améliorer la situation des femmes dans le monde du travail sans lutter pour l’égalité des chances en même temps que l’on remet en cause les hiérarchies sociales. Combattre les inégalités entre les sexes passe par exemple par une limite au recours à la précarité et au temps partiel, par l’élévation du salaire minimum, par les restrictions aux heures supplémentaires, la réorganisation des rythmes de travail, etc. Pour cela, il faudrait concevoir l’égalité hommes-femmes non comme un alignement de la situation des femmes sur le modèle masculin, mais comme une transformation de ce modèle dominant. Les hommes y gagneraient largement.

Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités, est auteur notamment de « Déchiffrer la société française », éditions La Découverte, 2009.


Notes

[1] Le phénomène est exactement identique sur le thème de la « diversité » qui permet de mettre en avant les discriminations sans changer, au fond, ce qui fait les écarts selon l’origine.

http://www.inegalites.fr/spip.php?page= ... _groupe=15
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22388
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: 8 mars, pour l’Égalité, la Dignité, la Liberté.

Messagede bipbip » 12 Mar 2015, 15:03

Toulouse
La préfecture et le gouvernement contre les droits des femmes !

Comme chaque année pour la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, une manifestation unitaire était organisée à Toulouse. Cette manifestation se déroulait dans un contexte particulier, où les droits des femmes sont en net recul : fermeture de centres IVG, mais aussi menace de fermeture du Planning familial 31.

Mais non content d’attaquer quotidiennement les droits des femmes au travers de sa politique, et de mesures d’« austérité » qui s’en prennent avant tout aux femmes, le gouvernement et la préfecture sont allés plus loin dans l’abjection en faisant tout pour empêcher cette manifestation.

Résultat, les quelques 300 motivé•e•s ont été contraint•e•s de partir de Marengo par le bord du canal, encadrés par un dispositif policier hallucinant, avec des centaines d’agents de police tout au long de la manifestation, jusqu’aux brigades fluviales sur la canal.
Ce dispositif hallucinant et particulièrement viriliste pour l’occasion était du jamais vu sur une manifestation féministe, une sorte de bras d’honneur aux droits des femmes assumé ouvertement par le gouvernement et la préfecture.

Le NPA31 dénonce cette grave provocation contre la liberté de manifester et plus particulièrement contre les droits des femmes. Il réaffirme son engagement à lutter pour les droits des femmes, contre la fermeture du Planning familial 31, pour le libre accès à l’IVG, contre les violences faites aux femmes et plus généralement pour l’émancipation et l’égalité réelle entre hommes et femmes. Toulouse, le 8 mars 2015

http://www.npa31.org/actualite-politiqu ... emmes.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: 8 mars, pour l’Égalité, la Dignité, la Liberté.

Messagede Pïérô » 13 Mar 2015, 02:35

Paris
Si mon corps te fait bander, bande tes yeux !

Vendredi 13 février 2015, un vendredi noir de plus s’ajoute à l’innombrable série des violences faites contre des femmes en Turquie. Le corps d’Özgecan Aslan (20 ans) est retrouvé en partie brulé, deux jours après le signalement de sa disparition, à Mersin, dans le sud-est de la Turquie. Elle aurait été battue à mort alors qu’elle se défendait du viol dont elle était victime. Le 4 février en France, une étudiante de 22 ans a été violée dans le compartiment d’un train qui la ramenait à Melun, sous les yeux de nombreux voyageurs, personne n’a bougé. Les médias ne prêtent pas d’importance aux viols, ce ne serait que des faits divers.

Ce 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, la Marche Mondiale des Femmes a démarré sa quatrième action internationale. Avec le slogan « Nous resterons en marche jusqu’à ce que toutes les femmes soient libres », des femmes des 96 pays dans lesquels le mouvement est présent s’organisent pour continuer à dénoncer les causes qui oppriment et discriminent les femmes dans le monde entier. En même temps, dans les cinq régions, à travers un processus de formation politique féministe, un travail est mené afin d’identifier les menaces dont souffrent les femmes de chaque région, ainsi que pour construire collectivement les alternatives nécessaires pour édifier un monde plus juste. Cinq thématiques d’action : 1) justice climatique – souveraineté alimentaire, 2) violences contre les femmes, 3) montée des extrêmes – extrême droite et extrémismes religieux, 4) migrations et mondialisation, 5) travail des femmes et autonomie financière. Ce 8 mars, comme célébration du début de l’action, des militantes de tous les coins de la planète prennent les rues, élèvent leurs voix, leurs banderoles et jouent de la batucada pour une idée commune : « Nous restons en marche. »

Les féministes européennes donnent le départ de l’action internationale en appuyant les femmes Kurdes qui souffrent de la violence et de la militarisation qui se vit dans la zone d’une double façon : d’un côté, par le gouvernement turc, qui ne reconnaît pas leur droit à l’autodétermination, ni leur autonomie sur le territoire ; de l’autre côté, par l’intégrisme religieux de ce qui est appelé l’« État islamique », qui terrorise les populations de la zone, et atteint systématiquement les femmes, les dépouillant de tous leurs droits. Des centaines de femmes, de différentes parties du continent européen et d’autres continents, se sont réunies dans la ville turque de Nusaybin, au bord de la frontière syrienne, pour montrer leur appui aux femmes en lutte qui résistent chaque jour à la violence à laquelle elles sont exposées. Comme au début de l’histoire du 8 mars, les cris et les pas de cette lutte font toujours écho dans les rues du monde entier. Cette force révolutionnaire qui luttant contre les inégalités, le sexisme et toutes les sortes de violences, continue de grandir aujourd’hui et poursuit son chemin pour défendre toutes les valeurs humaines.
Ce début est également celui de la caravane féministe européenne qui parcourt le continent européen, depuis la Turquie jusqu’au Portugal, durant sept mois. Pendant tout ce temps, seront organisées de nombreuses activités, marches, rencontres avec des groupes de femmes, etc.

Cette journée du 8 mars, à Paris, était festive : des femmes de divers pays étaient au rendez-vous, des kurdes bien sûr pour dénoncer le féminicide, des turques aussi, des tunisiennes, des marocaines, des algériennes, des iraniennes, des irakiennes, des panafricaines, notamment. Mais aussi les Femens enchainées et enfoulardées par les religions pour toutes les dénoncer, les Lesbians of Color en colère contre les meurtres de leurs soeurs, aux côtés des mouvements et associations féministes et pro-féministes qui s’engagent dans la marche mondiale des femmes de 2015, dont le Collectif national pour les droits des femmes, la Maison des femmes de Paris, Encore féministes, le Rajfire, Femmes pour le dire-Femmes pour agir, les Chiennes de garde, Femmes solidaires, le Collectif féministe contre le viol, Zéromacho, le MFPF, Africa, l’Inter-LGBT (du moins en partie), et Femmes libres sur Radio libertaire qui arborait sa bannière toujours très photographiée.

Bien sûr, qu’une journée de solidarité ne suffit pas pour abattre le système de domination patriarcal qui conditionne nos vies mais les féministes et les pro-féministes savent qu’elles et ils ont à mener une lutte quotidienne dans tous les champs sociaux, économiques et politiques. Résistance et liberté ! Car un autre monde est possible !

Hélène Hernandez

http://www.monde-libertaire.fr/antisexi ... e-tes-yeux
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22388
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: 8 mars, pour l’Égalité, la Dignité, la Liberté.

Messagede Lila » 14 Fév 2016, 19:45

Appel à un 8 mars de lutte pour l’égalité femmes/hommes au travail et dans la vie !

Ce 8 mars : Luttons, Faisons grève, Manifestons, Rassemblons nous, Menons ensemble des actions festives et symboliques !

Le 8 mars, c’est la journée internationale de luttes pour les droits des femmes du monde entier !

Les luttes des femmes ont permis de conquérir des droits et de progresser vers l’égalité entre les femmes et les hommes.

La journée du 8 mars, qui célèbre l’histoire de ces luttes, est plus qu’un symbole. C’est la journée internationale de luttes pour les droits des femmes du monde entier. Ce n’est pas la journée de « la » femme, comme les médias se complaisent à le répéter. Nous refusons la récupération de cette journée à des fins commerciales, avec des messages publicitaires proposant de la « fêter » par un cadeau ou une distribution de fleurs sur le lieu de travail… sans doute pour mieux faire oublier, le reste de l’année, l’ampleur des inégalités qui restent à combattre.

Dans la société les femmes sont partout mais l’égalité nulle part !

Les femmes sont touchées par les inégalités de salaire et de retraite, par le temps partiel subi, la précarité, elles sont majoritairement en charge des tâches domestiques et familiales, minoritaires dans les postes de responsabilité politique ou économique. Elles sont trop souvent victimes de multiples formes de violences : viols, violences conjugales, violences sexistes et sexuelles au travail, lesbophobie, prostitution, agressions racistes, violences contre des femmes réfugiées. Les femmes sont les premières victimes des guerres.

Aujourd’hui plus que jamais nous devons nous rassembler, faire converger nos luttes pour l’égalité et contre toute forme de violence.
Les politiques d’austérité, la montée des extrêmes droites et le retour des extrémismes religieux imposent plus que jamais des régressions pour les femmes :
- La loi Rebsamen (dilution des rapports de situation comparée et des négociations égalité professionnelle), la loi Macron (travail du dimanche et de nuit), précarisent encore plus la situation des femmes
- La diminution drastique des dépenses publiques met en danger les services publics et touche particulièrement les femmes : menace sur les gardes d’enfants, sur l’accès au droit à l’IVG (150 centres IVG fermés en 10 ans), sur l’accès aux soins (notamment l’éloignement des services de maternité...)
- La diminution voire la fin des subventions publiques menace l’existence même des associations féministes qui œuvrent tous les jours pour les femmes
- Les courants extrémistes ont réussi à faire enterrer les ABC de l’égalité à l’école, et menacent le droit à l’IVG. Ils refusent la PMA pour toutes les femmes.

AGIR !!! RENDRE TOUTES LES LUTTES DES FEMMES VISIBLES !

Comme les coiffeuses et manucures du boulevard de Strasbourg, comme les femmes de chambre des grands hôtels, comme les femmes de ménage grecques, comme les femmes de Latelec en Tunisie, comme toutes les anonymes qui disent tous les jours STOP à toute forme de violence, comme toutes celles et ceux qui œuvrent chaque jour pour le droit des femmes, faisons entendre la voix des femmes !

Luttons pour obtenir l’égalité salariale, contre le temps partiel imposé et la précarité

Imposons le partage des tâches domestiques. Les femmes ne sont pas programmées génétiquement pour accomplir ce travail. Assez de la double journée !

Pour faire reculer le système patriarcal et obtenir l’égalité, aussi bien au travail, dans la famille que dans la société toute entière, le 8 mars ne doit pas être une journée sans lendemain. Plus que jamais, il doit s’inscrire dans une dynamique de mobilisations, de luttes et de revendications des femmes, ici et partout dans le monde,

Sur la base de ce texte, les signataires appellent à renforcer ou à créer partout des collectifs unitaires pour préparer ensemble des 8 mars de luttes, revendicatifs, féministes et syndicaux.

RASSEMBLEMENT LE 8 MARS A 12H30 DEVANT LE MEDEF, 55 AVENUE BOSQUET, PARIS 7ÈME, MÉTRO ÉCOLE MILITAIRE

ET POUR COURONNER LA JOURNÉE

MANIFESTATION LE 8 MARS AU SOIR, RDV 18 HEURES, FONTAINE DES INNOCENTS, MÉTRO LES HALLES. Nous irons jusqu’à St Lazare.

Faire parvenir les signatures ( d’organisations uniquement à collectifdroitsdesfemmes@gmail.com)

Premiers signataires : Collectif National pour les Droits des Femmes, ANEF, les Chiennes de Garde, Coordination Lesbienne en France, DIDF- Fédération des associations des travailleurs et des jeunes, Femmes Égalité, Maison des Femmes de Montreuil, Union syndicale Solidaires.


http://www.collectifdroitsdesfemmes.org ... article453
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2307
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: 8 mars, pour l’Égalité, la Dignité, la Liberté.

Messagede bipbip » 19 Fév 2016, 12:44

un 8 mars de lutte pour l’égalité femmes/hommes au travail et dans la vie

Le 8 mars, c’est la journée internationale de luttes pour les droits des femmes du monde entier. Les luttes des femmes ont permis de conquérir des droits et de progresser vers l’égalité entre les femmes et les hommes. Ce 8 mars : Luttons, Faisons grève, Manifestons, Rassemblons nous, Menons ensemble des actions festives et symboliques !

La journée du 8 mars, qui célèbre l’histoire de ces luttes, est plus qu’un symbole. C’est la journée internationale de luttes pour les droits des femmes du monde entier. Ce n’est pas la journée de « la » femme, comme les médias se complaisent à le répéter. Nous refusons la récupération de cette journée à des fins commerciales, avec des messages publicitaires proposant de la « fêter » par un cadeau ou une distribution de fleurs sur le lieu de travail… sans doute pour mieux faire oublier, le reste de l’année, l’ampleur des inégalités qui restent à combattre.

Dans la société les femmes sont partout mais l’égalité nulle part !

Les femmes sont touchées par les inégalités de salaire et de retraite, par le temps partiel subi, la précarité, elles sont majoritairement en charge des tâches domestiques et familiales, minoritaires dans les postes de responsabilité politique ou économique. Elles sont trop souvent victimes de multiples formes de violences : viols, violences conjugales, violences sexistes et sexuelles au travail, lesbophobie, prostitution, agressions racistes, violences contre des femmes réfugiées. Les femmes sont les premières victimes des guerres.

Aujourd’hui plus que jamais nous devons nous rassembler, faire converger nos luttes pour l’égalité et contre toute forme de violence. Les politiques d’austérité, la montée des extrêmes droites et le retour des extrémismes religieux imposent plus que jamais des régressions pour les femmes :
• La loi Rebsamen (dilution des rapports de situation comparée et des négociations égalité professionnelle), la loi Macron (travail du dimanche et de nuit), précarisent encore plus la situation des femmes
• La diminution drastique des dépenses publiques met en danger les services publics et touche particulièrement les femmes : menace sur les gardes d’enfants, sur l’accès au droit à l’IVG (150 centres IVG fermés en 10 ans), sur l’accès aux soins (notamment l’éloignement des services de maternité...)
• La diminution voire la fin des subventions publiques menace l’existence même des associations féministes qui œuvrent tous les jours pour les femmes
• Les courants extrémistes ont réussi à faire enterrer les ABC de l’égalité à l’école, et menacent le droit à l’IVG. Ils refusent la PMA pour toutes les femmes.

AGIR ! Rendre toutes les luttes des femmes visibles !

Comme les coiffeuses et manucures du boulevard de Strasbourg, comme les femmes de chambre des grands hôtels, comme les femmes de ménage grecques, comme les femmes de Latelec en Tunisie, comme toutes les anonymes qui disent tous les jours STOP à toute forme de violence, comme toutes celles et ceux qui œuvrent chaque jour pour le droit des femmes, faisons entendre la voix des femmes !

Luttons pour obtenir l’égalité salariale, contre le temps partiel imposé et la précarité.

Imposons le partage des tâches domestiques. Les femmes ne sont pas programmées génétiquement pour accomplir ce travail. Assez de la double journée !

Pour faire reculer le système patriarcal et obtenir l’égalité, aussi bien au travail, dans la famille que dans la société toute entière, le 8 mars ne doit pas être une journée sans lendemain. Plus que jamais, il doit s’inscrire dans une dynamique de mobilisations, de luttes et de revendications des femmes, ici et partout dans le monde,

Sur la base de ce texte, les signataires appellent à renforcer ou à créer partout des collectifs unitaires pour préparer ensemble des 8 mars de luttes, revendicatifs, féministes et syndicaux. Faite parvenir les signatures ( d’organisations uniquement à collectifdroitsdesfemmes@gmail.com)

Deux rendez-vous à Paris

Rassemblement le 8 mars à 12h30 devant le MEDEF, 55 avenue Bosquet, Paris 7e, métro École-Militaire.

Et pour couronner la journée, manifestation le 8 mars au soir, rendez-vous à 18 heures à la Fontaine des Innocents, métro les Halles. Nous irons jusqu’à Saint-Lazare.

Premiers signataires : Collectif National pour les Droits des Femmes, Alternative libertaire, ANEF, CGT, les Chiennes de Garde, Collectif20éme/Tenon, Coordination Lesbienne en France, DIDF- Fédération des associations des travailleurs et des jeunes, Femmes Égalité, Ensemble, Femmes libres, FSU, Les Effrontées, Maison des Femmes de Montreuil, NPA,UFAL, Union syndicale Solidaires.

http://alternativelibertaire.org/?un-8- ... -l-egalite
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: 8 mars, pour l’Égalité, la Dignité, la Liberté.

Messagede bipbip » 25 Fév 2016, 16:59

8 mars : Toutes et tous pour les droits des femmes !

Ci-joint deux versions du dernier bulletin de la commission femmes de Solidaires « spécial 8 mars et grèves de femmes » : La version 4 pages habituelle est accompagnée cette fois-ci d’une version recto/verso afin de pouvoir la tirer en tract si besoin pour les équipes : il s’agit d’un argumentaire pour cette action.
+ le préavis de grève et le tract de Solidaires Fonction publique.

http://www.solidaires.org/8-mars-Toutes ... des-femmes
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: 8 mars, pour l’Égalité, la Dignité, la Liberté.

Messagede Pïérô » 25 Fév 2016, 23:17

Tours, sur la question et programme 8 mars, émission radio :
http://demainlegrandsoir.org/spip.php?article1524
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22388
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: 8 mars, pour l’Égalité, la Dignité, la Liberté.

Messagede Pïérô » 28 Fév 2016, 13:23

Samedi 5 mars à Alenya (66)

Image

Le Collectif Droits des Femmes 66 à l'occasion de la Journée internationale de lutte des femmes pour leurs droits organise

une soirée "Femmes en lutte" en deux temps

* à 18h Table ronde sur le thème "Femmes et migrations"
avec Lola Chevalier, responsable la commission femmes de la FASTI.
A ses côtés, une avocate sera présente pour les aspects juridiques ainsi qu'une militante qui s'occupe de l'accueil des femmes sans papiers.
(salle Danielle Mitterrand)

* à 20h Soirée concert avec Les Fées NoMens,
3 femmes, 3 voix, 3 énergies qui se mêlent en chœur dans un répertoire de musiques actuelles et de chants du monde, un voyage sonore entre douceurs vocales et rythmes chaloupés
Paola Escudero, chanteuse et compositrice

http://lemurparle.blogspot.fr/2016/02/s ... lenya.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22388
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: 8 mars, pour l’Égalité, la Dignité, la Liberté.

Messagede Pïérô » 04 Mar 2016, 11:23

Plusieurs manifestations en Gironde autour du 8 mars

Samedi 5 mars : Happening Place de la Comédie et "zone anti-relous", à partir de 15h

Samedi 12 mars : Atelier non-mixte femmes "Les luttes des femmes au Kurdistan", à la Maison des Femmes de Bordeaux de 10h à 12h (avec le Collectif unitaire de solidarité avec le Kurdistan)

Samedi 12 et dimanche 13 mars : forum Femmes Créatives, par Femmes Solidaires, à La Teste

http://gironde.planning-familial.org/ac ... 2016-00170
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22388
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: 8 mars, pour l’Égalité, la Dignité, la Liberté.

Messagede Béatrice » 04 Mar 2016, 20:23

samedi 5 mars 2016 à MARSEILLE à 13 h Haut de la Canebière

Rassemblement pour célébrer la Journée de la Femme
Centre des Femmes Kurdes Arin Mirxan

On célèbre la journée international de la femme (8 Mars) le 5 Mars 2016 en haut de la Canebière à MARSEILLE !
Rassemblement à 13h !
L’organisation de la femme est une force de la société !

Venez nous joindre !

Centre Des Femmes Kurdes Arin Mirxan


https://www.facebook.com/Centre-Des-Fem ... 92/?ref=hl

Image
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2791
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

PrécédenteSuivante

Retourner vers Féminisme et LGBTI

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité