Page 1 sur 9

"Une banale affaire de moeurs": le viol.

MessagePosté: 03 Oct 2009, 04:16
de Vilaine bureaucrate
Illustration avec le cac Polanski:

Pétition pour Roman Polanski

Nous avons appris avec stupéfaction l’arrestation par la police suisse de Roman Polanski à son arrivée samedi 26 septembre 2009 à Zürich (Suisse), alors que celui-ci se rendait à un Festival de cinéma qui devait lui décerner un prix pour l’ensemble de sa carrière.

Cette arrestation fait suite à un mandat d’arrêt américain prononcé contre le cinéaste en 1978, dans une affaire de mœurs.

Les cinéastes et auteurs français, européens, américains et du monde entier, tiennent à affirmer leur consternation. Il leur semble inadmissible qu'une manifestation culturelle internationale, rendant hommage à l'un des plus grands cinéastes contemporains, puisse être transformée en traquenard policier.

Forts de leur extraterritorialité, les festivals de cinéma du monde entier ont toujours permis aux œuvres d'être montrées et de circuler et aux cinéastes de les présenter librement et en toute sécurité, même quand certains États voulaient s'y opposer.

L'arrestation de Roman Polanski dans un pays neutre où il circulait et croyait pouvoir circuler librement jusqu’à ce jour, est une atteinte à cette tradition : elle ouvre la porte à des dérives dont nul aujourd'hui ne peut prévoir les effets.

Roman Polanski est un citoyen français, un artiste de renommée internationale, désormais menacé d’être extradé. Cette extradition, si elle intervenait, serait lourde de conséquences et priverait le cinéaste de sa liberté.

Les cinéastes, acteurs, producteurs et techniciens, tous ceux qui font le cinéma du monde, tiennent à lui manifester leur amitié et leur soutien.


Les signataires:

Erika Abrams, Fatih Akin, Yves Alberty, Stephane Allagnon, Woody Allen, Pedro Almodovar, Gianni Amelio, Wess Anderson, Michel Andrieu, Roger Andrieux, Jean-Jacques Annaud, Tomas Arana, Frédéric Aranzueque-Arrieta, Alexandre Arcady, Fanny Ardant, Asia Argento, Marie-Hélène Arnau, Darren Aronofsky, Olivier Assayas, Alexander Astruc, Gabriel Auer, Zdzicho Augustyniak, Alexandre Babel, Vladimir Bagrianski, Lubomila Bakardi, Fausto Nicolás Balbi, Eleonor Baldwin, Jean-François Balmer, Alberto Barbera Museo nazionale de Torino, Luc Barnier, Christophe Barratier, Ernest Barteldes, Carmen Bartl, Pascal Batigne, Anne Baudry, Juan Antonio Bayona, Xavier Beauvois, Liria Begeja, Matthieu Béguelin, Gilles Behat, Jean-Jacques Beineix, Marco Bellochio, Yannick Bellon, Florence Bellone, Monica Bellucci, Véra Belmont, Jacqueline Belon, Jean-Marc Benguigui, Djamel Bennecib, Luc Béraud, Jacob Berger, Alain Berliner, Gael Garcia Bernal, Pascal Berney, Xavier Berry, Bernardo Bertolucci, Giuseppe Bertolucci, Jean-Marie Besset, Marlène Bisson, Arnstein Bjørkly, Lucien Blacher, Virginie Blanc-Brude Bard, Jean-Marc Bloch, Léa Bloch, Catherine Boissière, Anne-Sylvie Bonaud, Olivier Bonnet, Thierry Boscheron, Renata Bosco, Freddy Bossy, Patrick Bouchitey, Cédric Bouchoucha, Paul Boujenah, Frédéric Bourboulon, Katia Boutin, Ian Brady, Jacques Bral, Sophie Bramly, Paulo Branco, Patrick Braoudé, Guila Braoudé, Edwin Brienen, Adrien Brody, Isabelle Broué, Max Brun, Merima Bruncevic, Anne Burki, André Buytaers, Emilie Buzyn, Anthony Byrne, Marco Cacioppo, Gerald Calderon, Monica Cannizzaro, Peggy Carajopoulou-Vavali, John Carchietta, Christian Carion, Henning Carlsen, Jean-Michel Carré, Esteban Carvajal Alegria, Lionel Cassan, Bryan Cassiday, Miss Catadler, Mathieu Celary, Teco Celio, Muriel Cerf, Dabiel Chabannes, Thierry Chabert, Chagi, Jean-Yves Chalangeas, Daniel Champagnon, Christophe Champclaux, Georges Chappedelaine , Fabienne Chauveau, Claire Chazal, Patrice Chéreau, Brigitte Chesneau, Michel Chevalier, Mishka Cheyko, Catherine Chiono, Catherine Chouchan, Elie Chouraqui, Elie Chouraqui, Souleymane Cissé, Jean- Pierre Clech, Henri Codenie, Robert Cohen, Catherine Colassin, Suzanne Colonna, Jean-Paul Commin, Anne Consigny, Alain Cophignon, Alain Corneau, Jérôme Cornuau, Guy Courtecuisse, Miguel Courtois, Antoine Courtray, Guillaume Cousin, Morgan Crestel, Rudyard Cretenet, Dominique Crevecoeur, Penelope Cruz, Alfonso Cuaron, Estelle Cywje, Frédéric Damien, Sophie Danon, Olivier Dard, Luc et Jean-Pierre Dardenne, Isabelle Dassonville, Bruno de Almeida, Bruno de Almeida, Marion de Blaÿ, François de Lamothe, Hervé de Luze, Artus de Penguern, Valérie de Saint-Do, Virginie De Wilde, Olivier Debert, Viviane Decuypere, Guillermo del Toro, Benoît Delmas, Michel Deloore, Jonathan Demme, Nicolaine den Breejen, Ruud den Dryver, Louisa Dent, Edwin Dervaux, Dante Desarthe, Romain Desbiens, Sophie Deschamps, Thomas Desjonquères, Alexandre Desplat, Chris Devi, Rosalinde et Michel Deville, Guillaume D'Ham, Christelle Didier, Kathrin DiPaola, Claire Dixsaut, Julien Doger, Xavier Dolan, Ariel Dorfman, Jean Douchet, Jean Douchet, Fabrice du Welz, Marina Duarte Nunes Ferreira, Danièle Dubroux, Marc Dufrenois, François Duhamel, Sissi Duparc, Jean Dusaussoy, Georges Dybman, Daniel Edinger, Arne Eickenberg, Yaniv Elani, Gerónimo Elortegui, Gerónimo Elortegui, Elrem, Sam Enoch, Peter Lucas Erixon, Ernest, Ann Eyckmans, Jacques Fansten, Joël Farges, Gianluca Farinelli (Cinémathèque de de Bologne), Etienne Faure, Maud et Romain Ferrari, Michel Ferry, Jean Teddy Filippe, Aurélie Fiorentino, Alan Fischer, Martine Fitoussi, Sebastian Fleischhacker, Joy Fleury., Michael Flynn, Hugues Fontenoy, Scott Foundas, Werner Fraai, Jean-Robert Franco, Stephen Frears, Marion Frelat, Thierry Frémaux, Marc Freycon, Nadine Fruchard, Sam Gabarski, Jean Francois Gaillard, René Gainville, Sara Gandolfi, Matteo Garone, Yves Gasser, Tony Gatlif, Catherine Gaudin-Montalto, Jean-Marc Gauthier, Costa Gavras, Nathalie Geiser, Lizi Gelber, Isabelle Gély, Jean-Marc Ghanassia, Alain Gil, Véronique Gillet, Terry Gilliam, Christian Gion, François Girault, Stéphane Gizard, Nelson Gonzalez, Carlos Miguel Bernardo González, Christophe Goumand, Michel Gras, Eric Gravereau, Martin Gregus, Thierry Grizard, Florent Guézengar, Marc Guidoni, Marta Gutowska, Mikael Håfström, Ronald Harwood, Dimitri Haulet, Geert Heirbaut, Buck Henry, Nicole Herbaut de Lamothe, David Heyman, Laurent Heynemann, Joshua Highfield , Dominique Hollier, Isabelle Hontebeyrie, Frédéric Horiszny, Robert Hossein, Jean-Loup Hubert, Wendy Hudson, Alejandro Gonzalez Inarritu, Gilles Jacob, Eric et Veronique et Nicolas Jacquelin, Just Jaeckin, Thomas Jahn, Olivia Janik, Jean-Baptiste Jay, Anne Jeandet, Marie Jergan, Alain Jessua, Renate Jett, Sébastien Jimenez, Arthur Joffé, Pierre Jolivet, Kent Jones (World Cinema Foundation), Peter Josy, Alexandra Julen, Paola Jullian, Roger Kahane, Pierre Kalfon, Elisabeth Kalinowski, Reena Kanji, Nelly Kaplan, Wong Kar Waï, Nicolas Kermel, Darius Khondji, Ladislas Kijno, Muriel Kintziger, Richard Klebinder, Jonathan Klein, Harmony Korinne, Jan Kounen, Chantal Krakowski, Sylvia Kristel, Diane Kurys, Elzbieta Kusak-Majchrzak, Emir Kusturica, Irene Kuznetzova, Jean Labadie, Eliane Lacroux, Eric Lagesse, Michel Laigle, Stéphane Lam, John Landis, Claude Lanzmann, David Lanzmann, André Larquié, Pauline Larrieu, Jacques et Françoise Lassalle, Marc Latil, Carole Laure, Christine Laurent-Blixen, Pierre Laville, Emilien Lazaron, Eric Le Roy, Pierre Le Scouarnec, Fábio Leal, Vinciane Lecocq, Patrice Leconte, Linda Lefebvre, Béatrice Lefoulon, Delphine Legros, Claude Lelouch, Ann Lemonnier, Julieta Lencina, Alain Lenglet, Gérard Lenne, Les Nanaqui, Larry Levine, Charlotte Levy, Lorraine Lévy, Pierre et Renée Lhomme, Katarzyna Lipinska, Jean-Claude Irving Longin, Marceline Loridan-Ivens, Michael Louis Wells, Boris Loundine, Rachel Lowenstein, Catalina Lozano, Hugo Luczyc-Wyhowski, Flore Luquet, Laurence Lustyk, David Lynch, Bania Madjbar, Krzysztof Majchrzak, Laurent Malet, Tim Malieckal, Guy Malugani, Erling Mandelmann, Michael Mann, Yvon Marciano, François Margolin, Jean-Pierre Marois, Tonie Marshall, Alain Martin, Sandrine Martin, Danielle Martinetti, Florent Martinez, Didier Martiny, Mario Martone, Thierry Mathelin, Christine Mathis, Esmeralda Mattei, Nicolas Mauvernay, Yannick Mazet, Christopher, Spencer et Claire Mc Andrew, Natalie Mei, Guillermo Menaldi, Mathieu Mercier, Muriel Mercier, Frédéric Mermoud, Laura Metaxa, Allison Michel, Radu Mihaileanu, Jean-Louis Milesi, Claude Miller, Lionel Miniato, Nelly Moaligou, Jean - Marc Modeste , Mario Monicelli, Jeanne Moreau, Frédéric Moreau, Sarah Moreau-Flament, Gael Morel, Omayra Muñiz Fernández, Stephanie Murat, Christian Mvogo Mbarga, Anna N.Levine, Charles Nemes, Juliette Nicolas-Donnard, Sandra Nicolier, Rachel Noël, Rui Nogueira, Olivier Nolin, Alejandra Norambuena Skira, Fabrice Nordmann, Fabrice O. Joubert, Marc Obéron, Michel Ocelot, David Ogando, Mariana Oliveira Santos, Szentgyörgyi Ottó, Martine Pagès, Eric Pape, Abner Pastoll, Alexander Payne, Nicola Pecorini, Richard Pena (Directeur Festival de NY), Lindsey Pence, Olivier Père, Suzana Peric, Jacques Perrin, Cesare Petrillo, Thomas Pibarot, Michel Piccoli, Arnaud Pierrichon, Stéphane Pietri, Anne Pigeon Bormans, Samuel Pinon, Claude Pinoteau, Michele Placido, Sabrina Poidevin, Agnès Catherine Poirier, Jean-Yves Potel, Stéphane Pozderec, Harry Prenger, Jean et Marie Prévost, Gilbert Primet, Marie-Hélène Raby, Philippe Radault, Tristan Rain, Florence Raphaël, Florence Raphel, Jean-Paul Rappeneau, Joseph Rassam, Rolandas Rastauskas, Brett Ratner, Raphael Rebibo, Carol Reid, Jo Reymen, Laurence Reymond, Yasmina Reza, Christiane Rhein, Jacques Richard, Dominique Robert, Margarita Robski, Jean-Jacques Rochut, Christian Rogler, Yannick Rolandeau, Paul Rondags, Avital Ronell, Frank Roozendaal, Graciela Rosato, Elisabeth Roudinesco, Kontochristopoulou Roula, Laurence Roulet, Joshua Rout, Paolo Roversi, Isabelle Ruh, Martin Ruhe, Sonia Rykiel, Anita S. Chang, Esteban S. Goffin, JOAQUÍN Sabina, Marc Saffar, Ludivine Sagnier, Gabriela Salazar Scherman, Walter Salles, Jean-Paul Salomé, Jean-Frédéric Samie, Marc Sandberg, Léo Scalpel, Jerry Schatzberg, Richard Schlesinger, Daniel Schmidt, Georg Schmithüsen, Julian Schnabel, Pierre Schoendoerffer, Barbet Schroeder, J. Neil Schulman, Pierre Schumacher, Pierre-Alexandre Schwab, Ettore Scola, Luis Gustavo Sconza Zaratin Soares, Martin Scorsese, Carole Scotta, Steven Sedgwick, Andrea Sedlackova, Frank Segier, Michèle Seguin-Sirhugue, Guy Seligmann, Elis Semczuk, Lorenzo Semple Jr, Julien Seri, Joël Séria, Catherine Sermet, Ken Seton-Vyhnal, Sophie Sharkov, Boris Shlafer, Antoine Silber, Pierre Silvant, Charlotte Silvera, Noel Simsolo, Christophe Sirodeau, Abderrahmane Sissako, Beatrice Sisul , Petter Skavlan, Marcin Sokolowski, Loïc Sorel, Paolo Sorrentino, Vassilis Sourapas, Roch Stephanik, Karen Stetler, Denise Stieglitz, Guillaume Stirn, Bernard Stora, Gérard Stum, Jean-Marc Surcin, Tilda Swinton, Piotrek Szymanek, Jean-Charles Tacchella, Radovan Tadic, Mickael Tanguy, Danis Tanovic, Bertrand Tavernier, André Techiné, Cécile Telerman, Harold Alvarado Tenorio, Marie-Ange Terrier, Alain Terzian, Christian Texier, Jean-Paul Thaens, Valentine Theret, Virginie Thévenet, Pascal Thomas, Jeremy Thomas, Marc Thomas Charley, Cyril Thurston, Giuseppe Tornatore, Serge Toubiana, Daniel Treichler, Nadine Trintignant, Julie Turcas, Mitja Tušek, Tom Tykwer, Alexandre Tylski, Stephen Ujlaki, José Antonio Valdés Peña, Jaques Vallotton, Phil van der Linden, Betrand van Effenterre, Leopold van Genechten, Christophe van Rompaey, Dorna van Rouveroy, Elbert van Strien, Vangelis, Alessio Vannetti, Lucília Verdelho da Costa, Christian Verdu, Jean-Pierre Vergne, Sarah Vermande, Julien Veyret, Francesco Vezzoli, Régine Vial, Vivien Villani, Marc Villemain, Jean-François Villemer, Daria Vinault, Verde Visconti, Alain Vorimore, Thomas Vossart, Gilles Walusinski, Eric Watton, Monika Weibel, Dominique Welinski, Wim Wenders, Andy Whittaker, Anaïse Wittmann, A Wolanin, Margot Wolfs, Peter Woltil, Arnaud Xainte, Steve Yeo, Paule Zajdermann, Christian Zeender, Terry Zwigoff.



Et les organisations professionnelles:


- l'Académie des César
- l’API (Association des producteurs Indépendants)
- l'ARP
- l’ARRF – Association des Réalisateurs et réalisatrices de Films - Belgique
- la Cinémathèque Française
- la Cinémathèque de Dijon / Cinémathèque Jean Douchet
- le Festival de Cannes
- le Festival des Rencontres internationales du cinéma de patrimoine de Vincennes
- le Fonds Culturel Franco Américain
- le Groupe 25 images
- Members of the European Producers Club
- la SACD
- Le Bureau National du SFA
- le SPI
- Le Syndicat National des Techniciens de la Production Cinématographique et de Télévision
- l'Union des producteurs de films
- L’équipe du dernier film de Roman Polanski « Ghost »
- Pathé
- Scott Foundas (LA Weekly)

et
le ministre de la culture



"J'ai rencontré Roman Polanski en 1977, quand j'avais 13 ans. J'étais en quatrième cette année-là, quand il a dit à ma mère qu'il voulait prendre des photos de moi pour une revue française. C'est ce qu'il a dit, mais en fait, après avoir pris des photos de moi dans la maison de Jack Nicholson à Mulholland Drive (Los Angeles, Californie), il a fait quelque chose d'un peu différent. Il m'a donné du champagne et du Quaalude (un puissant sédatif). Et il a abusé de moi. Ce n'était pas du sexe consenti, en aucune façon. J'ai dit non, de manière répétée, mais il ne voulait rien entendre. J'étais seule, et je ne savais pas quoi faire. J'avais peur et, avec le recul, j'avais la chair de poule (...) C'est dur de se souvenir exactement de tout ce qui s'est passé (...)."


http://www.tayyar.org/Tayyar/News/PoliticalNews/fr-FR/128986115821096404.htm

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

MessagePosté: 03 Oct 2009, 08:29
de raspoutine
il est a noter que polanski n'a été condamner a l'epoque de 48 jours de prison, et j'ai toujours été supris par le bareme des peines de prison, ou le viol est finalement traiter sur la meme echelle que l'atteinte au marchandise ! la marchandise en question, le corps(feminin dans l'ecrasante majorite des viols) semblent suivant les epoques et les cas considerer avec plus ou moins de valeurs, mais la justice le traite de la meme façon !
sinon, sur cette affaires, c'est bien pitoyable ; et quand je pense que il y en a qui voudrait encore sauver le statut d'artiste...
le pauvre polansky, il faut monter au crenaux parce que c'est un cineaste "talentueux" ! cela prouve bien que tout ces connard et connasses savent tres bien qu'il y a une justice de classe, et ce qu'il reclament c'est le respect de cette justice a deux vitesse !
Luc et Jean-Pierre Dardenne

hahah !
et il y en a encore pour venter les merites du cinema "social"

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

MessagePosté: 03 Oct 2009, 10:11
de RickRoll
J'ai entendu sur une émission de cinéma à la radio, que c'était une chose injuste, pour une si petite affaire qui date de si longtemps, que Roman Polanski soit encore embêté. "Elle semble s'en être plutôt bien remise", disait la présentatrice.
Mais bon sang ! C'est un viol ! Pas un vol à la tire !
Et ça ne m'étonne pas du ministre de la culture Mitterrand, lui qui avait avoué dans un livre son goût pour les petits garçons thaïlandais.

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

MessagePosté: 03 Oct 2009, 19:57
de Seitanarchist
il est a noter que polanski n'a été condamner a l'epoque de 48 jours de prison, et j'ai toujours été supris par le bareme des peines de prison, ou le viol est finalement traiter sur la meme echelle que l'atteinte au marchandise !


Tu penses qu'il aurait du y rester ?
T'es pas contre la prison ?

Tout cet engouement pour "l'artiste" me débecte. "Le cinema, une grande famille". :gerbe:
Et si il y a bien eu viol (ce qui est fort probable) ce mec est un porc comme un autre :
Mais j'entends par là que je ne sais pas si c'est forcement utile de hurler avec les loups.

Que ce soit d'un coté Conh bendit qui dit "il doit payer" (monsieur est bien placé pour parler quand on connait les rumeurs qui tournaient à son sujet, lui qui n'a jamais "payé") et les autres ou alors les charlots (le terme me semble approprié, ce sont des clowns tristes) qui soutiennent "l'homme et l'artiste".

Après moi je vois la dedans deux choses :
- D'un coté le cas de la fille/femme violée qui est complètement occulté dans l'affaire. Il n'y en a que pour monsieur polanski...
- De l'autre un déchainement médiatique sur fond de pseudo-débat télévisuel avec comme climat politique un gouvernement obsédé par les
questions sécuritaires.

Et franchement, pour vouloir débattre de ça ici, en ces circonstances : je crois qu'il va falloir faire preuve d'un peu de sens critique.

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

MessagePosté: 04 Oct 2009, 10:26
de raspoutine
Tu penses qu'il aurait du y rester ?
T'es pas contre la prison ?

ce n'est pas le propos !
une fois entendu que l'on est contre la prison(ce qui dans les faits est d'ailleurs une position toutes théorique assez facile a tenir),je trouve que le barème des peines de la justice est bien révélateur de ce qu'elle est vraiment: un systeme qui ne sert qu'a protéger les marchandises et leurs libres circulations ! et la place du viol dans ce systeme, illustre assez bien comment la justice de classe appréhende le corps : une marchandise comme les autres !
4 ans pour ça :http://www.generation-nt.com/arnaque-nigeriane-cour-rennes-prison-actualite-89721.html
4 ans pour ça :http://www.lanouvellegazette.be/regions/verviers/2009-05-15/verviers-4-fermes-violeur-702411.shtml
il ne s'agit pas de dire que polansky doivent aller en taule !
mais parler hurler avec les loups, tu exagère carrément !
ce n'est pas le faits divers qui est a commenter, mais bien ce soutien aveugle du troupeau d'intellectuelles et d'artistes, de gauche pour la plupart !
on ne les entend jamais rien dire sur les vraies scandales qui chaque jours ont lieu dans le systeme judiciaire(peut être deux, trois d'entre eux ont il bougé pour julien coupat quand même), et là on a même le ministre de la culture qui hurle au scandale !
c'est indécent, mais surtout cela démontre qu'ils savent très bien quelle est le vrais rôle de la justice ; et derrière le fait que toute leurs indignations repose sur le fait que polansky soit un réalisateur de renom, il faut y voir clairement qu'ils s'indignent du fait que la justice de classe a été bafoué en tant que justice de classe !
après voir des noms comme ken loach, ou les frères dardennes, cela en dit long sur leurs cinéma de faux cul !

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

MessagePosté: 04 Oct 2009, 18:10
de Vilaine bureaucrate
En effet, la justice de classe est sexiste. Une femme risque plus pour un même délit ou crime. Une femme compte moins en tant que victime qu'un homme, de même qu'un noir prends plus qu'un blanc.
Ca me fait penser a cet evenement: "Jean-Marie Demange, député UMP de la 9e circonscription de la Moselle, à Thionville, a tué son ancienne compagne avec une arme à feu en 2008 avant de se donner la mort à son domicile de Thionville (Moselle).
François Grosdidier, président de l'UMP de la Moselle avait expliqué à la presse que ce député était "très affecté par la perte de la mairie qu'il vivait", ce qu'il a vécu comme étant un échec personnel."

Ce député avait eu droit a une minute de silence a l'assemblée nationale et a tout les hommages, certes, Seitanarchist, je suis contre tout les parlementaires mais cet evenement est révélateur, on pouvait alors lire dans le nouvel obs' "c'est une perte pour l'UMP, et c'est un drame, un drame pour sa famille, un drame pour la famille de la femme qu'il a malheureusement assassinée. C'est un événement comme on aimerait ne jamais avoir à en vivre"
Ce qui est grave est que le nom de cette femme n'apparait nul part, "c'est l'amante", "l'ex-compagne", et non pas: karine albert.
De meme que l'argument de l'affaire passionnelle est une excuse juridique (?), morale.. Il était ravagé par l'amour heiin...
http://forum.anarchiste-revolutionnaire.org/viewtopic.php?f=65&t=925&p=16721&hilit=%C3%A9lu+UMP#p16721

Je suis d'accord le viol est normalisé, le viol est un crime sexiste ici et dans la majeure partie des cas.
Je pense qu'il faut envisager ces artistes comme une catégorie du pouvoir, non?

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

MessagePosté: 04 Oct 2009, 19:58
de Seitanarchist
Ce qui est grave est que le nom de cette femme n'apparait nul part, "c'est l'amante", "l'ex-compagne", et non pas: karine albert.
De meme que l'argument de l'affaire passionnelle est une excuse juridique (?), morale.. Il était ravagé par l'amour heiin...
viewtopic.php?f=65&t=925&p=16721&hilit=%C3%A9lu+UMP#p16721


Oui ça date mais je m'en souviens. Je suis tout à fait d'accord, mais en fait je n'avais pas compris ce que voulait dire le blob (mea culpa).
Le prétexte de l'amour et du crime passionnel et de leur banalité dénotent simplement du caractère profondément réactionnaire des conceptions de l'amour et de la justice.
Tuer ou faire du mal à quelqu'un qu'on aime ce n'est pas un acte d'amour, c'est un acte de propriétaire.

Je suis d'accord le viol est normalisé, le viol est un crime sexiste ici et dans la majeure partie des cas.


oui absolument. Après je n'aime pas le terme crime, qui renvoie à la justice entant qu'institution, je lui préfère les termes "violences" ou "dominations" qui sont plus pertinents.

Je pense qu'il faut envisager ces artistes comme une catégorie du pouvoir, non?


Ah ben ça... " la culture " au sens dominant. Les carcans culturels, le pouvoir moral conféré par ceux et celles qui font parti du "monde de l'art", et la petite immunité qui va avec etc.
C'est sur que si c'était le pauvre inconnu, sinon des services de police, vivant à la cité de 3000 sans diplôme et sans emploi, et pas roman polanski le réalisateur américain, ils s'en fouteraient pas mal de son cas les " artistes ".

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

MessagePosté: 05 Oct 2009, 08:19
de FRED
VB a écrit:Ca me fait penser a cet evenement: "Jean-Marie Demange, député UMP de la 9e circonscription de la Moselle, à Thionville, a tué son ancienne compagne avec une arme à feu en 2008 avant de se donner la mort à son domicile de Thionville (Moselle).


Il y a quant même eu une volonté de transformé se député en victime, ça deviens un habitude a l'ump, mais ça devient compliqué quant c'est deux membres de l'upm qui sont sur le grille, ta deux "victimes", et la les médiat ont du mal a trancher.
Je pense que ont a compris le respect qu'ont c'est gens pour la vie.
Néant
L'histoire du pauvres député qui a tout perdu et qui se flingue, ça a plus de gueule que des réfugier qui eux veule vivre, et qui y sont empêcher par des "victimes" officiel et médiatique.

Pour l'histoire polansi du vioole sur mineure, c'est la premier foi que l'on a le récit de la victime, il y avais des bruit de détournement de mineure, le restes était complètement occulté, enfin se qui est sur c'est que se type n'est pas un "victime" non plus.

aar a écrit:JJesuiss d'accord le viol est normalisé, le viol est un crime sexiste ici et dans la majeure partie des cas.
Je pense qu'il faut envisager ces artistes comme une catégorie du pouvoir, non?


Bonne question?

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

MessagePosté: 10 Oct 2009, 13:36
de Vilaine bureaucrate
FRED a écrit:Il y a quant même eu une volonté de transformé se député en victime, ça deviens un habitude a l'ump, mais ça devient compliqué quant c'est deux membres de l'upm qui sont sur le grille, ta deux "victimes", et la les médiat ont du mal a trancher.
Je pense que ont a compris le respect qu'ont c'est gens pour la vie.

Ce n'est pas propre a l'UMP, je crois que ce genre de shéma transcende, les partis, le orgas de tout types et individus.

RR a écrit:Et ça ne m'étonne pas du ministre de la culture Mitterrand, lui qui avait avoué dans un livre son goût pour les petits garçons thaïlandais.

Sur Frédéric Mitterand :arrow: les jeunes garçons thailandais: http://www.telerama.fr/scenes/frederic-mitterrand-la-carte-paillettes-de-nicolas-sarkozy,44517.php

Je crois qu'il s'agit de "jeunes garçons", et pas de "petits garçons" dans le texte ecrit pas F.M., il faudrait déterminer l'age, impossibilité de le faire. On a le discours autobiographique du dominant, on ne peut rien dire de plus, car aucune preuves, on peut extrapoler, ce qui ne serait plus le cas F.M. et ça deviendrait aussi interessant, car il faut dépersonnaliser le pb, la prostitution pédophile en Thailande est importante..
Le tourisme des prostitueurs, occidentaux dans ces pays est a la fois racial, et ou le prostitueur trouve les individus les plus serviles en raison du contexte social, eco, et politique, afin d'assouvir ses soifs de dominations et de contraindre des individus a des actes "sexuels".
En d'autres terme, la coercition par la force, ou par abus est délégué au systeme et la domination patriarcal et économique et sociale qui est plus profitable dans ses pays là...

Le témoignage honnete (vu son statut social et ses actes hors cadre hexagonal, il peut se le permettre) de FM est interessant, car il confirme les études sur les prostitueurs et leurs motivations:
" Tous ces rituels de foire aux éphèbes, de marché aux esclaves m'excitent énormément."
Ce qui excite le prostitueur, est la servitude complete des individus qu'il abuse, c'est a dire aussi sa toute puissance, il est maitre, jusqu'a decider de vie ou de mort parfois, de battre ou séquestrer les prostitué-e-s en question.. Ce qui le galvanise c'est aussi leurs quantités et leurs dispositions... d'ailleurs plus loin on peut lire:

"La profusion de garçons très attrayants, et immédiatement disponibles, me met dans un état de désir que je n'ai plus besoin de refréner ou d'occulter. L'argent et le sexe je suis au coeur de mon système, celui qui fonctionne enfin car je sais qu'on ne me refusera pas (…) La morale occidentale, la culpabilité de toujours, la honte que je traîne volent en éclat ; et que le monde aille à sa perte, comme dirait l'autre (…). "
Dans ce passage, nous avons les plaintes du dominant, qui se plaind de "la culpabilité et la honte", mince fardeau, et surtout ce genre de déclaration illustre le violeur et présumé pédophile, dans une pose de triomphaliste, il n'a aucune preuve contre lui..il le sait, il ne risque rien, il le sait.
Au niveau des plaintes du dominant: FM. Ministre sur TF1: http://www.agoravox.tv/article.php3?id_article=23861

citation extraite de:

Les « gosses » ne sont pas des enfants, mais des étudiants
C'est du chapitre « Bird », le surnom d'un garçon rencontré en Thaïlande, que sont extraits les passages incriminés. De quoi est-il question ? Des ses voyages en Asie. Le chapitre s'ouvre sur sa rencontre avec un « garçon ». Le mot est répété tout le long du chapitre. « Les garçons » ou « les gosses ». Ils sont ainsi décrits :

« J'imaginais Tony Leung à 20 ans (Tony Leung est un acteur hongkongais né en 1958. Dans cette phrase, il faut comprendre “il ressemble à Tony Leung à 20 ans”, ndlr)

La plupart d'entre eux sont jeunes, beaux, apparemment épargnés par la dévastation qu'on pourrait attendre de leur activité. J'apprendrai plus tard qu'ils ne viennent pas tous les soirs, ont une petite amie, sont souvent étudiants et vivent parfois même avec leur famille qui prétend ignorer l'origine de leur gagne-pain. »


Il ne s'agit donc pas d'enfants, mais d'étudiants. D'ailleurs, lorsqu'un rabatteur lui propose « young boys, no trouble, very safe », il décline et se fait cette réflexion :

« Je mesure le chemin parcouru par la réputation des Français, depuis le french-lover hollywoodien des années 30 au pédophile planqué des années 2000. »


Ce que décrit Frédéric Mitterrand dans ce chapitre, ce sont des errances éthyliques. Tristes. Sordides. Il sait ce que la fréquentation de bars à prostitués a de peu glorieux et l'écrit :

« Contrairement à une assertion généralement colportée il y a peu de ruines sexuelles occidentales parmi le public, la clientèle est en majorité locale, d'âge moyen, bien convenable et sort en bande légèrement arrosée au whisky-coca. »


« Evidemment j'ai lu ce qu'on a pu écrire sur le commerce des garçons d'ici et vu quantité de films et de reportages ; malgré ma méfiance à l'égard de la duplicité des médias je sais ce qu'il y a de vrai dans leurs enquêtes à sensation ; l'inconscience ou l'âpreté de la plupart des familles, la misère ambiante, le maquereautage généralisé ou crapahutent la pègre et les ripoux, les montagnes de dollars que cela rapporte quand les gosses n'en retirent que des miettes, la drogue qui fait des ravages et les enchaîne, les maladies, les détails sordides de tout ce trafic.


Je m'arrange avec une bonne dose de lâcheté ordinaire, je casse le marché pour étouffer mes scrupules, je me fais des romans, je mets du sentiment partout, je n'arrête pas d'y penser mais cela ne m'empêche pas d'y retourner. Tous ces rituels de foire aux éphèbes, de marché aux esclaves m'excitent énormément. La lumière est moche, la musique tape sur les nerfs, les shows sont sinistres et on pourrait juger qu'un tel spectacle, abominable d'un point de vue moral, est aussi d'une vulgarité repoussante.

Mais il me plaît au-delà du raisonnable. La profusion de garçons très attrayants, et immédiatement disponibles, me met dans un état de désir que je n'ai plus besoin de refréner ou d'occulter. L'argent et le sexe je suis au coeur de mon système, celui qui fonctionne enfin car je sais qu'on ne me refusera pas (…) La morale occidentale, la culpabilité de toujours, la honte que je traîne volent en éclat ; et que le monde aille à sa perte, comme dirait l'autre (…).

Je sais aussi très bien que tout cela n'est qu'une sinistre farce que je me raconte à moi-même. J'ai beau résister, le mensonge se délite quand je prends l'avion du retour, le réel me remet le nez dans ma merde dès que j'arrive à Paris, le remords m'attrape et ne me lâche plus d'une semelle, rendu furieux par la peur d'avoir failli perdre ma trace. »


S'ensuit le récit de sa nuit avec Bird, dont il dit tomber amoureux. Le long du chapitre, il ne sera question que de le retrouver :

« A-t-il deviné que je l'ai vraiment aimé le temps d'un éclair et que j'ai eu tant pitié de lui, de moi, de toute cette histoire qu'il ne m'était pas possible de continuer et de le laisser comme ça dans un tel abandon. »



Frédéric Mitterrand a donc bien été un touriste sexuel parmi d'autres à Bangkok. Il raconte aussi d'autres bars, d'autres amours tarifées dans d'autres villes, dont Paris. La prostitution, il en dit qu'elle est « comme une autre sorte d'amour qui circule entre les êtres, malgré tout ».

Interrogé à plusieurs reprises dès 2005
Déjà interrogé à ce sujet en 2005, lors de la sortie de son livre, il s'était défendu d'avoir eu des relations avec des petits garçons et s'il reconnaissait des passages « glauques » et « moches », le ministre de la Culture disait avoir voulu un récit de vérité.

Dans deux extraits exhumés par Arrêt sur images et datant de l'époque de la sortie du livre, il admet avoir eu recours au prostitués. A Franz-Olivier Giebert qui lui demande s'il a mauvaise conscience à Bangkok, il répond :

« Ça dépend, c'est pour ça que je ne pouvais pas faire l'économie de ce chapitre, parce que je ne sais pas, et ne sachant pas encore maintenant je pense qu'il est plus honnête de le dire. (…) Si je n'avais pas écrit ce chapitre, j'aurais menti. Et le but de ce livre était de ne pas mentir et de ne pas mentir à moi-même. »

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

MessagePosté: 10 Oct 2009, 14:16
de Vilaine bureaucrate
FM témoin de moralité http://www.marianne2.fr/Mitterrand-temoin-de-moralite-de-deux-violeurs_a182392.html

L'affaire a fait la une du Quotidien de la Réunion de ce jour :

Frédéric Mitterrand a effectué, en mars dernier, un témoignage de moralité (plus une promesse d'embauche à l'Académie de France à Rome) pour défendre deux mineurs, dont son filleul, fils d'un couple d'amis, dans une affaire de viol collectif.

La victime, une jeune fille de 16 ans, a été violée par plusieurs jeunes sous la menace d'un couteau. Une affaire qui a déjà été jugée mais qui revient en appel à la fin du mois d'octobre
.

Mais il vient au secours de ces deux mineurs violeurs en écrivant son témoignage sur du papier à entête de la Villa Médicis — où il officiait — alors qu'il n'agit là qu'en tant que personne privée. En outre, dans son témoignage écrit, le ministre, qui ne l'était pas à ce moment-là, engage l'organisme dont il avait la charge - la Villa Médicis - dans un soutien aux deux jeunes criminels puisqu'il propose de leur organiser des stages sur mesure en vue de faciliter leur réinsertion : « En tant que directeur de l'Académie de France à Rome, je m'engage personnellement à faciliter toute mesure de réinsertion. »


A noter au passage Mariane:
"Ensuite parce que même s'il s'agit encore de sexualité, l'attitude de l'ancien directeur de la Villa Médicis est surtout condamnable... ect "

Un viol collectif, de la sexualité?

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

MessagePosté: 11 Oct 2009, 14:09
de Vilaine bureaucrate
Une emission sur le viol sur France 2: (je ne l'ai pas vu en entiere) elle mérite d'etre TRES critiquer, je crois.

Présent:
un juge
un flic
un avocat
une femme qui représente les interets des victimes (assos ou psy) je ne sais pas

et a part des victimes.

Plus de 150 000 femmes sont violées chaque année en France mais moins de 4 % d’entre elles portent plainte.

Qu’est ce qu’un viol, au sens physiologique et judiciaire ? De quels moyens les médecins disposent-ils pour établir les faits ? Que doivent faire les victimes pour que cette agression ne reste pas sans suite ? Comment évaluer le préjudice subi ? Et le traiter ?

Des centres spécialisés prennent aujourd’hui en charge ces victimes et les associations comme les structures médicales, policières et judiciaires apportent un gros effort d’écoute et d’accueil.

Une distorsion gigantesque, dont l’explication ne se résume pas à la culpabilité ou à la peur de porter plainte. C’est que nous expliqueront les invités de Christophe Hondelatte : des femmes victimes de viol, des médecins, des psychiatres spécialisés dans l’accueil et le traitement des victimes.

Le débat abordera aussi la question de la preuve parfois difficile à apporter, notamment quand une parole s’oppose à une autre.

Des policiers, des avocats, des magistrats interviendront aussi dans le débat.



La video :arrow: http://programmes.france2.fr/viol-la-parole-aux-victimes/index.php?page=article&numsite=4358&id_article=12788&id_rubrique=4361

Soutenir un.e survivant.e d'agression sexuelle

MessagePosté: 17 Juin 2010, 20:28
de Roro
Borchure intéressante trouvée sur infokiosques.

http://infokiosques.net/spip.php?article793

Bonne lecture !

Re: Soutenir un.e survivant.e d'agression sexuelle

MessagePosté: 17 Juin 2010, 23:57
de raspoutine
Si vous êtes une personne qui vit et évolue sur cette planète, vous connaissez quelqu’un qui a survécu à une agression sexuelle. Le nombre de femmes, hommes et personnes trans (c’est-à-dire des personnes qui ne rentrent pas dans un système de genre binaire mâle/femelle) qui subissent des agressions sexuelles est inconnu, ceci à cause des phénomènes de silence culturel, mise en doute de la parole de la personne, et de la peur d’encore plus de violence autour du viol.

et bien pour une foix j'aime pas la generalité qui est faite, je crois que l'agression dont les femmes sont victime est carrement a part, et parler des hommes victimes, bien que cela existe et pas qu'un peu me laisse perplexe !

Neuf principes pour le soutien aux survivant-e-s :

1/ La santé et la sécurité d’abord
2/ Restaurer le choix
3/ Croire
4/ Se taire et se laisser guider
5/ Pas de violence supplémentaire
6/ Connaître ses limites
7/ Rester impliqué-e et rester flexible
8/ Il ne s’agit pas de vous. Il ne s’agit pas de vous. Il ne s’agit pas de vous
9/ Travailler pour comprendre le processus de survie

je comprend pas le 2, et dans le 7 je comprend pas flexible !

Re: Soutenir un.e survivant.e d'agression sexuelle

MessagePosté: 18 Juin 2010, 01:14
de Roro
Pour le 2) :

Illes partent du postulat selon lequel le viol est un vol du choix. Du coup, illes disent qu'il faut rétablir la possibilité pour la personne d'avoir le choix, pour qu'elle retrouve le pouvoir qu'on lui a pris lors du viol. Selon eux/elles, c'est un moyen de faire en sorte que la personne reprenne confiance en elle et "aille mieux".

Pour le 7) :

Principe 7 : RESTER IMPLIQUÉ-E ET RESTER FLEXIBLE

Se remettre d’une agression sexuelle ne se fera pas en une journée. Cela signifie qu’il y aura des hauts et des bas, des bonnes périodes et de périodes difficiles. Un-e survivant-e peut passer par beaucoup de ces phases au cours d’une seule journée. Votre présence et votre stabilité tout au long de ces transitions est fondamentale.

Le processus d’ « aller mieux » de chaque personne est différent. N’abandonnez pas quelqu’un s’il semble que les choses ne vont pas s’améliorer tout de suite. Essayer autre chose. L’impact positif que vous aurez/pouvez avoir et plus important que ce que vous pensez, alors ne vous éloignez pas et ajustez le mode de soutien que vous apportez quand il devient clair que vous en avez besoin.

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

MessagePosté: 30 Aoû 2010, 19:39
de raspoutine
je vient tomber sur un texte halucinant sur le blog du monde libertaire !
http://www.monde-libertaire.fr/expressions/item/13212-lune-ado-est-violee-r
il y a quand meme des choses pas tres tres clair ces dernier temps avec le ML !