"Une banale affaire de moeurs": le viol.

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

Messagede Lila » 08 Jan 2017, 19:47

Quand l’agresseur est ton amoureux

Le court métrage-choc Pour vrai dépeint la réalité, souvent occultée, du viol conjugal

La culture du viol existe dans les chambres à coucher du Québec. C’est ce qu’a voulu montrer Mara Joly, cette comédienne et réalisatrice de 30 ans, avec son court métrage coup-de-poing Pour vrai qui circule présentement sur les réseaux sociaux.

Ayant été elle-même victime d’agression sexuelle conjugale pendant des années, son film, dont les images sont très dures à regarder, abolit le mythe de l’agresseur monstrueux rencontré dans une ruelle sombre. «Dans bien des cas, des femmes se font agresser par leur conjoint dans l’intimité de leur chambre, une réalité trop souvent ignorée», explique la réalisatrice. Bien que le sujet demeure tabou, Mara Joly espère que son film éveillera les consciences: «Trop de femmes subissent ces agressions, elles ont le droit de dire non! Il faut briser la loi du silence et ouvrir le débat sur le viol conjugal!»

la suite : http://www.journaldequebec.com/2017/01/ ... n-amoureux
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1720
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

Messagede Lila » 15 Jan 2017, 19:51

30% des hommes prêts à violer une femme s'ils ne risquaient rien

L'étude fait froid dans le dos. Selon une enquête menée par un chercheur canadien pour l'Université de Montréal, près d'un tiers des hommes seraient prêts à violer une femme s'ils étaient certains que celle-ci ne porterait pas plainte.

à lire : http://www.directmatin.fr/monde/2016-11 ... ien-742094
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1720
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

Messagede bipbip » 09 Fév 2017, 15:42

Impunité
En France, moins de 2% des affaires de viols aboutissent à une condamnation en cour d’assises

Malgré la réprobation dont le viol semble faire l’objet, ce crime reste très peu puni en France. Peu de victimes portent plainte, et la majorité des affaires ouvertes sont ensuite classées. Alors que le viol est passible des assises, la plupart des dossiers aboutissent au tribunal correctionnel pour « agression sexuelle », quand le chef d’accusation n’est pas requalifié en « violences volontaires » comme c’est le cas dans l’affaire d’Aulnay-sous-Bois. Comment expliquer un tel déni de justice ? Pour y répondre, des sociologues et des juristes ont examiné 400 dossiers judiciaires. A l’intolérable manque de moyens de la Justice s’ajoute un défaut de formation des policiers ou des juges, ainsi qu’une suspicion quasi-systématique envers les victimes.

... http://www.bastamag.net/En-France-moins ... mnation-en
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

Messagede Lila » 12 Mar 2017, 19:44

« Le viol reste un crime impuni »

Différentes affaires illustrent à nouveau la difficulté des victimes de violences et de harcèlement sexuels à faire valoir leurs droits. Cela doit changer, explique dans une tribune au « Monde » le Collectif féministe contre le viol.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/201 ... S2W6XYp.99


Appel, à témoigner, aux victimes de Viol et ou de la Correctionnalisation
https://lacorrectionnalisationduviol.wo ... alisation/

La correctionnalisation du viol, la négation d’un crime
https://lacorrectionnalisationduviol.wordpress.com/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1720
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

Messagede bipbip » 22 Mar 2017, 08:26

Justice, vous avez dit justice ?

À propos du verdict scandaleux et incompréhensible de la cour d’assise de Nanterre du 17 mars 2017 qui a acquitté 7 jeunes accusés de viol en réunion en 2011 sur une adolescente de 14 ans

Le verdict scandaleux de la cour d’assise des mineurs des Hauts de Seine rendu le 17 mars 2017 3, jette une lumière crue sur la réalité catastrophique du traitement judiciaire des viols, et sur le déni et la culture du viol 3 qui sont trop souvent à l’oeuvre au sein de la justice.

... https://blogs.mediapart.fr/muriel-salmo ... it-justice
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

Messagede bipbip » 25 Mar 2017, 18:48

Culture du viol : Les 7 mineurs acquittés devront passer devant la cour d’appel

Le parquet vient de faire appel de la décision de la Cour d'Assises des Hauts-de-Seine qui avait acquitté sept jeunes accusés de viol sur une jeune femme de 14 ans. Derrière les faits terribles de cette affaire, c'est la culture du viol qui est mise sur le devant de la scène par ce procès.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Cult ... ur-d-appel
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

Messagede bipbip » 24 Avr 2017, 10:35

Agression sexuelle par un soldat français au Burkina Faso : la clémence de la justice

Encore une démonstration que l’échelle des peines est très mobile ! Et que la justice burkinabée n’est souveraine que si l’Etat français y consent...

En juin 2015, un militaire des forces spéciales françaises déployées au Burkina Faso dans le cadre d’une opération antiterroriste s’est livré à des attouchements sur deux fillettes de 3 et 5 ans. Assez sûr de son bon droit et pour se filmer et pour oublier la caméra chez la mère d’une des fillettes, il a été dénoncé à l’ambassade de France puis aux autorités burkinabées qui ont laissé la justice française s’en occuper.

Imagine-t-on un militaire africain se rendant coupable de pareils actes en France laissé aux bons soins de la justice de son pays ?

Les armées violent et ce n’est pas la première fois, et très certainement pas la dernière fois, que des militaires français sont accusés d’agression sexuelle en Afrique. Et ce n’est pas la première fois non plus qu’une quasi impunité « sanctionne » ces comportements.

Rentré en France, l’agresseur n’a pas été incarcéré et a été jugé mardi 18 avril, poursuivi pour "agressions sexuelles sur mineurs de 15 ans" et "enregistrements d’images présentant un caractère pornographique de mineurs de 15 ans". Pour des faits passibles de dix ans de prison, le procureur a demandé deux ans dont dix-huit mois avec sursis. Le verdict sera rendu en juin.

Rappelons qu’en novembre 2016, un jeune homme a pris trois mois ferme pour vol d’un fromage dans un supermarché alors qu’il avait faim.

Une enfant d’Afrique violentée = un fromage volé… Voilà ce que nous dit la justice patriarcale, raciste et de classe.

Détruisons le patriarcat et toutes ses armées !

Alternative libertaire, le 22 avril 2017

http://www.alternativelibertaire.org/?A ... ence-de-la
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

Messagede Lila » 01 Mai 2017, 19:41

Culture du viol

Le viol n’est pas une inconduite

Mythes et mensonges dans les médias de masse

Pour la majorité de la population, le droit est un domaine de savoir difficile d’accès. Il revient donc aux médias de vulgariser les questions juridiques d’importance sociétale. Dans ce contexte, il est essentiel que les journalistes transmettent à la population des informations fiables, exemptes de biais et de mythes, notamment en matière d’agressions sexuelles. Malheureusement, c’est rarement le cas.

à lire : https://ricochet.media/fr/1787/le-viol- ... s-de-masse
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1720
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

Messagede Lila » 14 Mai 2017, 18:15

Plainte pour viols classée sans suite sans enquête : la Belgique condamnée

La Belgique a été condamnée mardi par la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) pour le classement sans suite d'une plainte pour viols et attentats à la pudeur sans qu'une enquête soit menée de façon sérieuse et approfondie. La CEDH avait été saisie, en décembre 2008, d'une plainte pour défaut d'enquête déposée par une ressortissante belge résidant à Bruxelles. La plaignante dénonçait le classement sans suite par la justice de ses plaintes pour viols et attentats à la pudeur commis par un collègue de travail en 1996 et 1998.

à lire : http://www.dhnet.be/actu/belgique/plain ... 051335008e
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1720
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

Messagede Lila » 12 Juin 2017, 21:59

ROUEN
Un metteur en scène accusé de viols en pleine représentation

Jeudi soir, des dizaines de tracts ont été jetés d’un balcon par plusieurs personnes portant des masques à tête de chats, à l'opéra de Rouen (Seine-Maritime): "Ils étaient entre trois et six et étaient entrés légalement avec des billets", a déclaré le secrétaire général-adjoint de l’opéra rouennais, Laurent Bondi.

Collectif "Sauvages comme Jacqueline"

Ces tracts étaient signés du collectif "Sauvages, comme Jacqueline". Ils portaient des accusations de viol à l'encontre du metteur en scène de la soirée, Laurent Laffargue, 48 ans, directeur artistique et metteur en scène, originaire de Gironde.

Jeudi soir, des dizaines de tracts ont été jetés d’un balcon par plusieurs personnes portant des masques à tête de chats, à l'opéra de Rouen (Seine-Maritime): "Ils étaient entre trois et six et étaient entrés légalement avec des billets", a déclaré le secrétaire général-adjoint de l’opéra rouennais, Laurent Bondi.

Collectif "Sauvages comme Jacqueline"

Ces tracts étaient signés du collectif "Sauvages, comme Jacqueline". Ils portaient des accusations de viol à l'encontre du metteur en scène de la soirée, Laurent Laffargue, 48 ans, directeur artistique et metteur en scène, originaire de Gironde.

Laurent Laffargue est accusé de "viol" dans des tracts distribués pendant son spectacle. Photo AFP
Laurent Laffargue est accusé de "viol" dans des tracts distribués pendant son spectacle. Photo AFP

"Laurent Laffargue a violé notre amie. Il en a agressé d’autres (...). Nous aimons l’opéra mais nous l’attaquons quand il protège en son sein des violeurs", pouvait-on lire sur les tracts.

Les protestataires ont ensuite pris la fuite après avoir déclenché deux alarmes, ce qui a donné lieu à une évacuation massive du public.

Une enquête ouverte... sur la distribution des tracts

La représentation a pu avoir lieu, avec près d’une heure de retard, le public devant à nouveau passer les contrôles de sécurité.

Depuis, le parquet de Rouen a ouvert une enquête "portant notamment sur l’entrave à la manifestation artistique", a indiqué le procureur de la République.

Un "problème", "en état d'ébriété"

Sur le plan des accusations de viol, le directeur de l’opéra, Frédéric Roels, confirme qu’il y avait eu "un problème" avec le metteur en scène il y a plusieurs jours: "J’ai été averti par mes équipes d’un comportement déplacé de Laurent Laffargue, tard en soirée, vis à vis d’une personne de la production", a-t-il dit.

"Je suis intervenu pour que le metteur en scène ne soit plus en contact avec cette personne", ajoutant qu’il "était visiblement en état d’ébriété" au moment des faits - ce qui, au regarde de la loi, constitue une circonstance aggravante de toute atteinte sexuelle.

la suite : http://www.leprogres.fr/faits-divers/20 ... esentation


"Depuis, le parquet de Rouen a ouvert une enquête "portant notamment sur l’entrave à la manifestation artistique", a indiqué le procureur de la République"
"Une enquête ouverte... sur la distribution des tracts"
et le viol ???? :roll:
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1720
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

Messagede bipbip » 18 Juin 2017, 21:03

«Le viol est un sujet tabou, c’est sale, on a honte»

Depuis le début du procès de l’ancien avocat Sidney Amiel, accusé de viol et d’agressions sexuelles devant la cour d’assises de Versailles, elle se présente chaque matin les yeux rougis et les traits tirés, s’assoit au premier rang des parties civiles et écoute en silence. Hier matin, Françoise (1) s’est présentée face aux trois magistrats et aux six jurés désignés par le sort et a parlé. D’une voix douce, souvent entrecoupée de sanglots et de silences, elle a raconté ce qu’elle avait tu pendant sept ans. A son mari, à sa famille, à ses amis. «Le silence est tellement confortable, dit-elle. On n’a que soi à gérer. Quand on parle, on doit aussi gérer les autres.» Depuis qu’elle a mis des mots sur ce qui lui est arrivé, Françoise a divorcé de son mari, s’est brouillée avec sa sœur. «Pour vos proches, le viol est un sujet tabou. C’est sale, on a honte, on a du dégoût.»

... http://chroniquesdepalais.blogspot.fr/2 ... le-on.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22381
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

Messagede Lila » 25 Juin 2017, 19:00

L'ex-avocat Sidney Amiel condamné à 10 ans de prison

L'ancien ténor du barreau, qui a nié tout au long du procès, n'a pas convaincu les jurés. Il a été reconnu coupable de viol et d'agressions sexuelles.

Pour la défense, c'était « parole contre parole ». Elle n'a pas été suivie. L'ancien avocat du barreau de Chartres Sidney Amiel a été condamné vendredi par la cour d'assises des Yvelines à 10 ans d'emprisonnement pour un viol et plusieurs agressions sexuelles ou tentatives, une peine conforme à celle requise jeudi par l'avocat général. L'ancien poids lourd du barreau de Chartres, 67 ans, qui comparaissait libre, n'a eu de cesse de nier les accusations au cours des trois semaines d'audience.

Deux clientes, une collaboratrice et une secrétaire l'accusaient de les avoir agressées au sein de son cabinet ou d'avoir tenté de le faire. Son ex-belle-fille avait pour sa part dénoncé des attouchements, alors qu'elle était adolescente, dans le cadre familial. « Les faits reprochés sont aggravés par sa qualité d'avocat », ce qui « aurait dû le pousser à se contrôler », avait estimé jeudi l'avocat général. « Ces choses-là peuvent être soignées, il n'a rien fait. »

la suite : https://amp.lepoint.fr/2137832
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1720
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

Messagede Lila » 25 Juin 2017, 19:30

Oise : son père la viole chaque semaine pendant six ans, sa famille la renie

C’est une famille déchirée qui se retrouve pendant deux jours devant la cour d’assises de l’Oise, à Beauvais. Jusqu’à ce jeudi soir, Michel* doit y répondre de viols aggravés et d’agressions sexuelles aggravées commis sur une de ses deux filles, Virginie*, mineure au moment des faits. Des viols qui auraient eu lieu entre 1996 et 2001, au domicile familial, à Trosly-Breuil, puis à Couloisy.

Les rapports sexuels imposés à sa fille se seraient produits le plus souvent dans la chambre parentale, à une fréquence d’« une fois par semaine », selon la victime. Après avoir reconnu l’ensemble des accusations devant les enquêteurs, cet ancien éclusier à la retraite n’admet plus aujourd’hui que des « attouchements », qui auraient commencé vers l’âge de 5 ans. Des caresses sur la poitrine, dans le dos ou le bas du ventre, ainsi que des masturbations « de temps en temps ».

la suite : http://www.leparisien.fr/trosly-breuil- ... 051920.php
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1720
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

Messagede Lila » 25 Juin 2017, 19:47

Podcasts radio Ecoutez et soutenir les victimes de viol

Invité : Emmanuelle Piet, présidente du CFCV (Collectif Féministe Contre le Viol)

à écouter : http://www.vivrefm.com/podcasts/fiche/1 ... es-de-viol
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1720
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: "Une banale affaire de moeurs": le viol.

Messagede Lila » 02 Juil 2017, 15:42

FICTION - Le procès du viol

Le parcours de deux femmes brisées qui pendant quatre années menèrent une lutte vitale aux côtés de Gisèle Halimi, leur avocate, pour que le viol soit reconnu comme un crime.

Aujourd’hui Affaires sensibles/la Fiction vous propose « Le Procès du Viol »
•Une émission proposée par Christophe Barreyre
•Écrite par Leslie Menahem
•Réalisée par Sophie-Aude Picon

Une nuit de l’été 1974, Anne Tonglet et Araceli Castellano sont violées et torturées par trois hommes alors qu’elles font du camping sauvage dans la calanque de Morgiou à Marseille.

En 1978, les avocates des victimes, Anne-Marie Krywin, Marie-Thérèse Cuvelier et Gisèle Halimi ont obtenu le renvoi de l’affaire devant une cour d’Assises, les procès pour viol relevaient jusque là de la correctionnelle. Au terme de débats houleux, les deux jeunes femmes furent accusées d’avoir été consentantes par les trois hommes qui les avaient violées. Pour des journalistes présents lors du procès, « le seuil de l’insupportable avait été franchi ».

C’est autour de ce procès, connu comme « Le Procès d’Aix en Provence », que de nombreuses femmes osent enfin prendre la parole dans la rue, dans les journaux et à la télévision pour dénoncer les violences dont elles sont victimes.

Cet événement marquera une étape dans la prise de conscience par la société de la gravité du viol. En 1980, le viol est devenu un crime puni de 15 ans de réclusion criminelle.

Pour autant, à peine10% des femmes violées osent porter plainte aujourd’hui en France. Le procès du viol met en lumière le courage de ces femmes dont les mots ont su leur sauver la vie.

Une émission à écouter : https://www.franceinter.fr/emissions/af ... p=1&xtcr=1
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1720
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

PrécédenteSuivante

Retourner vers Féminisme et LGBTI

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités