Rapports de pouvoir, sexisme, viols, en milieu militant

Re: Rapports de pouvoir, sexisme, viols, en milieu militant

Messagede bipbip » 16 Aoû 2017, 16:37

Menaces de mort, violences et agressions sexistes, c'est out !

CALL OUT : Menaces de mort, violences et agressions sexistes : virons Gaël de nos milieux.

Nous adressons ce texte à toute personne ayant été, étant ou pouvant être en contact direct ou indirect avec un dénommé Gaël C, afin qu’elle soit informée de ses agissements extrêmement graves depuis maintenant un an.

Quelques jours avant la rentrée de septembre 2016, à Nantes, Gaël a été violent envers sa compagne, ce qui lui a valu une exclusion du groupe militant dans lequel il luttait auparavant. Il est alors allé vivre à Paris quelques mois, où il a frayé avec des militantEs, avant de rentrer à Nantes, chassé là encore suite à un comportement violent envers une femme, entre autre camarades.

Depuis plusieurs mois, cette même personne a multiplié les menaces, de mutilation et de mort à l’encontre des camarades nantaisEs qui l’avaient exclu à la rentrée 2016, menaces d’une rare violence qui se sont intensifiées en juin et juillet, et qui ont été notamment publiées sur sa page facebook ainsi que sur des groupes fermés tels que Blocus Paris Banlieue.

Début juillet 2017, il tente d’agresser une copine, mais en est empêché et ne fait que jeter un seau d’eau sur elle.

Le 22 juillet 2017, alors qu’il est en service dans le restaurant où il bosse, il aperçoit dans la rue une autre copine et la menace violemment, lui promet qu’il l’aurait « défoncée » s’il n’était pas en service, et qu’il la tuera, elle et « les autres », avant de lui cracher au visage, en plein coup de feu du midi. De nombreuses personnes sont alors mises au courant et nombreuses sont celles qui continuent à le soutenir.

Le 07 août à 23h30, Gaël agresse par surprise des camarades attabléEs autour de bières en terrasse d’un bar. Dans une ville où 4 personnes ont été touchées au visage par les tirs de la police, il s'en prend à un camarade mutilé en visant son œil valide, tout en vociférant qu’il lui « crèvera son œil », il frappe ensuite une camarade à la mâchoire et une deuxième copine au bras, aux cris de « salopes », « pédales », etc... avant d’être mis en fuite. Selon les témoins, il est muni d'une arme, type bague de combat. Il a la volonté de blesser. Quelques heures après, Gaël agresse pour la seconde fois dans la soirée le même groupe de personnes, frappant au sol un autre copain avant de mettre un poing à une troisième copine et de cracher au visage d'une quatrième. Il prend la fuite en croyant entendre une sirène au loin, qui s’avérera être celle d’une ambulance qui passait dans la rue.

Nous apprendrons plus tard que Gael C. est allé se faire notifier un important arrêt de travail dès le lendemain, sans doute pour se prémunir lâchement. Agressions sexistes, menaces de mort, attaques à caractère politique : plus rien ne différencie les agissements de Gaël de celles d'un militant d'extrême droite.

Voici une liste de faits concrets, qui selon nous, est suffisamment éloquente pour que ce mec soit banni de nos milieux. Nous estimerons désormais que les personnes qui continuent de soutenir et fréquenter, de communiquer, d’être en relation avec Gaël, s’en font ses complices. En faisant comme si de rien n’était, ces personnes cautionnent et permettent ses agissements fascistes.


https://nantes.indymedia.org/articles/38340
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 20671
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Rapports de pouvoir, sexisme, viols, en milieu militant

Messagede bipbip » 14 Sep 2017, 15:22

Aggression sexiste dans la manif parisienne

Communiqué suite à l'agression violente de 5 femmes à la manifestation parisienne du 12 septembre 2017 par le SO de la CGT

Aggression sexiste dans la manif parisienne

Ce mardi 12 septembre, lors de la manifestation parisienne contre la loi travail XXL, des membres du service d'ordre (SO) de la CGT ont agressé des militantes féministes. L'une d'entre elles a fini aux urgence, avec des contusions à la tête, un cocard (contusions avec hématomes de la pommettes à l'arcade) et une entorse au poignet gauche. Chacune d'entre elles souffre de multiples contusion et hématomes.

«À la fin de la manifestation nous regardions les cortèges passer lorsque un membre du SO nous a invectivée. Lorsque l'une d'entre nous a réagi à leurs propos sexistes,les membres du SO (environ une vingtaine d'hommes) se sont déployés sur nous cinq. »

«J'ai été frappée au visage, un des membres du SO m'a empoignée par derrière avant de m'envoyer un coup de poing au niveau de l'oeil droit. J'ai voulu me dégager, mais ils se sont mis à plusieurs pour me tenir et l'un d'entre eux m'a violemment tordu le bras, ils m'ont alors frappée à coups de casque sur la tempe et sur le haut du crâne. Dès le premier impact j'ai entendu mes amies hurler et réagir.»

«J'ai vu ma camarade se faire frapper au visage par aux moins trois hommes. J'ai voulu aller la défendre et là j'ai été saisie à la gorge par derrière, mise à terre et maintenue au sol. Au moins deux hommes ont commencé à me porter et me tirer vers l'intérieur du SO. Mes camarades leurs ont criés de me lâcher mais ont dut intervenir physiquement et me tirer afin de me libérer, les hommes me maintenant au sol refusant de lâcher prise, cela, alors que j'étais deja blessée à la main droite suite à un débris de grenade"

«Voyant ma camarade être frappée au visage, je me suis aussitôt dirigée vers elle. J'ai été immobilisée par plusieurs hommes du SO, et poussée violement au niveau de la poitrine. Je me suis retournée et vois une autre camarade mise à terre et portée vers le milieu du cortège. Je me suis dégagée et j'ai hurlé qu'ils la lâchent. J'ai tiré le bras de l'un des hommes qui l'a tenait. iI l'a lâchée et j'ai été poussée sur le côté. Autour de nous il y avait au moins 10 hommes qui nous bloquaient et regardaient faire»

«J'ai voulu intervenir pour défendre ma camarade mais j'ai été immédiatement agrippée par l'épaule et balayée d'un coup de pied par un membre du SO de la CGT qui m'a jetée à terre dans l'eau»
«J'ai vu que mes camarades étaient en difficulté, j'ai voulu approcher Dess hommes du SO m'ont repoussée violement au point de raviver la douleur d'une entorse que j'avais au doigt "

Nous, militantes féministes libertaires de différents collectifs, organisations et syndicats, condamnons fermement cette agression d'une incroyable violence.

Nous notons la solidarité totale des membres du SO de la CGT entre eux, y compris quand il s'agit de passer à tabac des militantes féministes.

Nous nous inquiétons de l'absence totale de réactions des manifestants face à cette scène et ce qu'elle signifie en terme de banalisation des violences faîtes au femmes.

La peur doit changer de camp, y comprid dans nos manifestations.

Nous notons que le milieu militant produit des agressions sexistes, reproduit les violences patriarcales et tolère les plus graves agressions contre les femmes. Nous insistons sur le fait que les manifestations comme tout autre cadre collectif doivent être des lieux ou les femmes peuvent se rendre sans craindre pour leur intégrité morale et physique.

Nous demandons aux collectifs, organisations et syndicats une condamnation claire de notre agression et des méthodes employées par les membres du SO de la CGT.

Toucher à lune d'entre nous c'est toucher à toutes!

La lutte des classes est féministe !


https://nantes.indymedia.org/articles/38518
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 20671
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Rapports de pouvoir, sexisme, viols, en milieu militant

Messagede bipbip » 16 Sep 2017, 15:36

Image

La peur doit changer de camp !

Lors de la manifestation parisienne contre le loi travail du 12 septembre dernier, des membres du service d’ordre de la CGT, ont violemment tabassé des militantes féministes.

Ces militantes dénonçaient des propos sexistes tenus par une partie de ce SO, et ce n’est pas la première fois que ce type de problème est soulevé. L’une des militantes a fini aux urgences, et les autres souffrent de multiples contusions et hématomes.

Il nous faut encore aujourd’hui rappeler que rien ne justifie les violences envers des femmes. Il est par ailleurs inacceptable que des arguments sur de soi-disantes divergences politiques soient utilisés pour expliquer de tels actes. Certaines d’entre elles sont des militantes syndicalistes et politiques actives, présentes dans toutes les luttes auprès des travailleur-se-s, des migrant-e-s, des précaires... Penser que, sous prétexte que ce sont des femmes plutôt jeunes, elles ne sont pas légitimes pour être reconnues comme telles est indécent.

Mais quand bien même ces femmes ne militeraient nulle part, les violences patriarcales exercées resteraient totalement condamnables.

La solidarité masculine et machiste est encore beaucoup trop présente, même dans les milieux militants. Elle ne doit pas trouver de terrain fertile chez nous. Ce syndicat ne peut se permettre de laisser se reproduire de la part de certains de ses membres ce qu’il faut changer et combattre. Dans le cadre de la prise en compte des dimensions multiples de la lutte à mener, la teneur des slogans employés prend toute son importance comme les attitudes intolérables de certains de ses membres.

Alternative Libertaire affirme son soutien à ces camarades violentées avec lesquelles nous menons le combat pour mettre à bas le capitalisme et le patriarcat.

Alternative Libertaire, le 12 septembre 2017

http://www.alternativelibertaire.org/?L ... er-de-camp
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 20671
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers Féminisme et LGBTI

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités