Violences gynécologiques

Violences gynécologiques

Messagede Lila » 25 Juin 2017, 20:08

Violences gynécologiques : selon le Pr Israël Nisand, « les femmes devraient davantage porter plainte »

Les violences gynécologiques et obstétricales, de plus en plus dénoncées par les femmes, sont-elles le fait de quelques mauvais soignants ou d’une conception hyper-médicalisée de l’accouchement qui donne le pouvoir aux médecins ? Préparation des femmes à ce qui peut mal se passer, prise en compte du consentement, mauvais vécu de l’accouchement… Nous avons posé la question au patron des gynécologues : le Pr Israël Nisand, chef du service gynécologique des hôpitaux de Strasbourg, élu en janvier Président du Collège national des gynécologue et obstétriciens français. Il estime que ces violences sont le fait de « brebis galeuses » et qu’il vaut mieux « changer de médecin » que d’essayer de les changer. Des propos qui risquent de faire réagir.

à lire : http://www.elle.fr/Societe/Interviews/V ... te-3494222
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2140
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Violences gynécologiques

Messagede Lila » 30 Juil 2017, 19:59

Césariennes à vif, épisiotomies imposées… Le grand tabou des violences durant l'accouchement

De plus en plus de mères osent témoigner des violences obstétricales qu'elles ont subies, malgré la difficulté de dénoncer de telles pratiques. Franceinfo a recueilli leurs paroles.

L'accouchement, le plus beau jour de la vie d'une femme ? "C'est en tout cas l'impression qu'on a quand on lit les témoignages de jeunes mamans sur Internet", reconnaît Ana. Mais pour cette trentenaire qui a eu un garçon en mars, la réalité a été un peu moins heureuse. "La venue au monde de mon fils a été l'une des pires expériences de ma vie. J'ai été maltraitée, humiliée, et rien ne nous prépare à ça." Sept mois plus tard, la jeune femme souffre encore de stress post-traumatique. Ana a cherché des histoires semblables à la sienne – en vain –, puis a fini par se renfermer sur elle-même. Pourtant, depuis quelques années, ce qu'Ana a vécu porte un nom : la violence obstétricale.

"Cela va de la parole insultante et du refus d'information aux gestes autoritaires, qu'il s'agisse d'une immobilisation forcée, d'une épisiotomie non consentie ou d'une péridurale refusée, énumère l'ancien médecin et blogueur Martin Winckler à franceinfo. Tout ce qui, de près ou de loin, contraint la femme enceinte à subir quelque chose contre son consentement ou viole son droit élémentaire à la pudeur et sa sensibilité."

la suite : http://www.francetvinfo.fr/sante/cesari ... or=CS1-746
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2140
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Violences gynécologiques

Messagede Lila » 05 Aoû 2017, 21:32

Un livre sur la grossesse demande aux femmes de ne pas faire leur "chochotte"

Après la controverse sur l'épisiotomie, le débat sur les violences obstétricales revient avec un livre, qui évoque les touchers vaginaux lors de l'accouchement, et suggère aux femmes de "penser à autre chose". Un conseil leur est donné: ne pas faire sa "chochotte". Une forme de mépris, dénonce une blogueuse.

La controverse sur les violences obstétricales redémarre de plus belle. Après la polémique sur le taux d'épisiotomies, et alors que Marlène Schiappa a demandé un rapport au Haut Conseil à l'égalité sur la pratique, un livre vient relancer le débat sur les violences que subissent les femmes lors de l'accouchement. Initialement publié en 2009, le guide intitulé La Grossesse des paresseuses évoque, avec une légèreté dénoncée par certains internautes, les touchers vaginaux qui permettent d'évaluer la dilatation du col de l'utérus.

la suite : http://www.bfmtv.com/societe/un-livre-s ... 28956.html
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2140
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Violences gynécologiques

Messagede Lila » 18 Aoû 2017, 19:59

Contre les violences gynécologiques, la lutte prend corps

Après la dénonciation par la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa du nombre d’épisiotomies pratiquées en France, la polémique enfle. Accouchements violents, examens traumatisants, mépris, manque de dialogue… La parole des femmes se libère et les praticiens font face à une volée de critiques.

à lire : http://www.liberation.fr/france/2017/08 ... ps_1590109
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2140
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Violences gynécologiques

Messagede bipbip » 09 Sep 2017, 20:09

« Un médecin m’a proposé de violer une vieille dame »

Un témoignage remet en lumière les violences gynécologiques

En réponse à la tribune publiée dans Le Monde d’un obstétricien criant à « l’hystérie » face à la levée du voile sur les violences gynécologiques « Elsa Déchezeaux », étudiante en médecine, témoigne de sa propre expérience. Et montre que le consentement des patientes est loin d’être toujours pris en compte.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Un-t ... cologiques
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Violences gynécologiques

Messagede Lila » 10 Sep 2017, 18:08

Stop aux violences gynécologiques et obstétricales!

Pétition : https://www.change.org/p/stop-aux-viole ... A9tricales
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2140
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Violences gynécologiques

Messagede Lila » 01 Oct 2017, 17:17

Quand les gynécos sont brutaux
Témoignages

Sept personnes ont accepté de nous raconter les brutalités, physiques ou verbales, qu’elles ont subies dans le cadre de soins gynécologiques. A commencer par les mots qui leur ont été adressés.

à lire : http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/no ... olere.html
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2140
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Violences gynécologiques

Messagede Lila » 08 Oct 2017, 22:27

Violences obstétricales : un guide juridique pour accompagner les femmes enceintes

La Fondation des Femmes publie "Accouchement : mes droits, mes choix", un guide juridique gratuit pour mieux informer les futures mamans. Une initiative motivée par le récent débat autour des violences obstétricales.

Alors que le débat sur les violences obstétricales ne faiblit pas, et dans l'attente du rapport du Haut conseil à l'égalité sur le sujet commandé par Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'égalité femmes-hommes, la Fondation des Femmes prend les devants et publie "Accouchement, mes droits, mes choix."*

Ce guide juridique, "à remettre entre les mains de toutes les femmes enceintes", dixit la fondation, a pour but de leur faire connaître leurs droits en matière de suivi de grossesse et d'accouchement, mais aussi de leur donner des outils pour savoir comment imposer leurs choix.

Épisiotomie, examens gynécologiques non consentis... Un guide qui remet les choses à plat

En effet, depuis quelques mois, il ne se passe pas une semaine sans que l'on entende ou lise des témoignages de femmes ayant subi une épisiotomie sans leur consentement ou un examen gynécologique humiliant. Des violences physiques ou verbales longtemps passées sous silence et que les femmes n'osaient pas dénoncer jusqu'alors.

la suite : http://www.marieclaire.fr/guide-juridiq ... ign=buffer
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2140
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Violences gynécologiques

Messagede Lila » 26 Déc 2017, 21:39

CAFÉMINISTE #7 – « Non aux violences obstétricales ! » avec Marie Hélène Lahaye



Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2140
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Violences gynécologiques

Messagede bipbip » 08 Mar 2018, 22:40

Maltraitance

A l’hôpital, « nous sommes dans une logique fordiste : les femmes doivent accoucher à la chaîne »

« Beaucoup sont convaincus du fait que les femmes se sont battues pour accoucher à l’hôpital, mais ce n’est pas du tout le cas. » Derrière cette fausse évidence combattue par Marie-Hélène Lahaye, auteure du livre Accouchement, les femmes méritent mieux, se cache l’histoire d’une médicalisation à l’extrême de l’accouchement : l’usage d’hormone pour accélérer le travail, comme le recours exagéré à la péridurale ou aux épisiotomies, dont les conséquences ressemblent parfois à celles de l’excision, dessinent le portrait d’un hôpital plus soucieux de productivité que du respect des femmes. En lieu et place de cette maltraitance qui laisse des traces, des alternatives existent pourtant. Entretien.

... https://www.bastamag.net/A-l-hopital-no ... -accoucher
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Violences gynécologiques

Messagede Pïérô » 02 Mai 2018, 20:55

Soirée de soutien au financement d’un documentaire sur les violences gynécologiques

Montpellier, jeudi 3 mai 2018
à 20h, Librairie La Mauvaise Réputation, 20 rue Terral

Image

Paye (pas) ton gynéco

Projection-débat sur les violences gynécologiques

En soutien au financement du court-métrage documentaire, la CGA (Coordination des Groupes Anarchistes) accueille la réalisatrice Nina Faure et le collectif Paye ton gynéco pour une soirée de projection en avant-première, suivie d'une discussion autour de la gynécologie, du consentement et de la ré-appropriation du corps.

http://unautrefutur.org/evenements/soir ... ologiques/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21805
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Violences gynécologiques

Messagede Lila » 03 Juin 2018, 21:17

Accouchement : la parole des femmes sur les « violences obstétricales » se libère

La secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a commandé un rapport sur le sujet, qui déclenche une tempête dans le milieu médical.

Six ans ont passé depuis que Magali a donné naissance à son premier enfant. « Je n’ai rien oublié, c’est un tel traumatisme », relate la jeune femme, qui a requis l’anonymat. Dès son arrivée à la maternité ce jour-là, on la prévient : il y a beaucoup d’accouchements en même temps. Seule dans une chambre, elle souffre au point de perdre connaissance deux fois. « On m’a dit : “Taisez-vous madame, vous ne pouvez pas avoir aussi mal.” Je n’ai eu aucune prise en charge, aucune surveillance. »

Quand elle sort dans le couloir pour réclamer d’aller en salle de prétravail, l’accouchement est en fait imminent. Elle est auscultée : il est trop tard pour une anesthésie péridurale. Elle enfantera dans la douleur, avec forceps et épisiotomie (incision du périnée censée prévenir une déchirure plus grave). « Un des pires jours de ma vie », souffle-t-elle.

Le plus dur à supporter, ce n’était pas la souffrance physique, mais les mots des soignants : « On m’a dit que je poussais mal, que je ne faisais pas assez d’effort. Ma douleur était niée, j’étais complètement culpabilisée. » A 40 ans, elle essaie d’avoir un deuxième enfant, dans l’angoisse, car elle « ne veu[t] plus accoucher ».

Les récits comparables se multiplient depuis que la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes a dit vouloir lutter contre les « violences obstétricales », le 20 juillet au Sénat. L’expression a déclenché une tempête. En outre, il n’y a pas en France 75 % d’épisiotomie en moyenne comme Mme Schiappa l’a alors indiqué mais moins de 30 % (44 % pour le premier enfant, 14 % ensuite). L’ordre des médecins ne s’était pas privé de dénoncer des propos « mal documentés ».

la suite : https://www.lemonde.fr/sante/article/20 ... -33281034-
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2140
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Violences gynécologiques

Messagede Lila » 19 Juil 2018, 18:19

[CP] Rapport du HCE sur les actes sexistes durant le suivi gynécologique et obstétrical : une étape importante dans la lutte contre les violences misogynes dans les soins

Osez le Féminisme ! salue le travail du HCE à l’occasion de la publication de son rapport sur les actes sexistes durant le suivi gynécologique et obstétrical qui marque une étape importante dans la reconnaissance, notamment institutionnelle, de l’existence et de l’ampleur des violences dans ces domaines. .

Le rapport du HCE donne une place primordiale aux témoignages de femmes soignées ; non, les femmes qui dénoncent ces violences ne sont pas des cas isolés, elles ne sont ni folles, ni douillettes ni n’importe quel autre qualificatif utilisé pour disqualifier leur parole. L’ampleur des actes répertoriés demande des réponses ambitieuses : nous espérons que les 26 recommandations formulées pour mettre fin aux actes sexistes décrits seront prises en compte par les autorités compétentes.

Ces recommandations sont articulées sur trois axes :

la reconnaissance de l’existence et de l’ampleur des actes sexistes dans le suivi gynécologique et obstétrical ;
la prévention des actes sexistes ;
la facilitation des procédures de signalement et la condamnation des actes sanctionnés par la loi.

Cependant, les violences misogynes dépassent largement le seul cadre du suivi gynécologique et obstétrical et concernent tous les types de soins. Les examens et actes pratiqués sans consentement, sans explications, parfois sans justification médicale ; l’absence de prise en compte de la douleur, de l’inconfort, de l’opinion des femmes sur leur propre santé ; les injonctions, les humiliations, le mépris, les violences sexuelles sont aussi monnaie courante dans les cabinets des médecin.e.s généralistes, des dentistes, des psychologues… Ces violences misogynes sont omniprésentes dans l’ensemble des parcours de soins des filles et des femmes.

Il nous semble donc essentiel, pour lutter contre les violences commises dans le cadre de soins, d’élargir l’analyse féministe à la santé de manière globale et de lutter contre le morcellement des femmes par la médecine : nous ne sommes pas juste un appareil génital, des dents ou un organe mais des personnes, entières. C’est en tant que personnes que nous avons besoin d’être prises en compte par les professionnel.le.s de santé et soignées.

C’est pourquoi Osez le Féminisme ! travaille sur la santé des filles et des femmes : meilleure prise en compte des spécificités des filles et des femmes, lutte contre les agresseurs parmi les professionnels de santé, soins des psychotraumatismes, formation des professionnel.le.s de santé, place des filles et des femmes dans la recherche médicale, tous ces sujets seront abordés dans notre campagne. Deux questionnaires à destination des soignées et des professionnel.le.s de santé sont en ligne jusqu’au 31 juillet. Leur traitement permettra de connaître les ressentis des soignées et des professionnel.le.s sur tous ces sujets.

Pour continuer à construire une santé féministe, nous vous donnons rendez-vous cet automne !


http://osezlefeminisme.fr/cp-rapport-du ... les-soins/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2140
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: Violences gynécologiques

Messagede bipbip » 17 Sep 2018, 12:20

Violences gynécologiques

Paye (pas) ton gynéco : documentaire sur les violences gynécologiques

Sorti en juin dernier, le documentaire Paye (pas) ton gynéco de Nina Faure aborde sans concession la question des violences gynécologiques. Interview d'une documentariste féministe et militante !

... http://www.revolutionpermanente.fr/Paye ... cologiques

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05


Retourner vers Féminisme et LGBTI

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités