Tarnac : quand la répression s’appelle anti-terrorisme

Re: Tarnac : quand la répression s’appelle anti-terrorisme

Messagede bipbip » 10 Mar 2018, 21:31

VIDEO. Tarnac : "La justice s'est acharnée", affirme Julien Coupat

Serait-ce l'un des plus grands fiascos de l'antiterrorisme français ? Procès-verbaux truffés d'erreurs, accusation de faux, témoignage truqué : "Envoyé spécial" révèle comment l’enquête sur ladite "affaire de Tarnac" a très vite dérapé et comment les services secrets auraient fabriqué de toutes pièces un soi-disant chef terroriste.

Après dix ans d’anonymat, c’est la première fois qu’il accorde un long entretien filmé et qu’il accepte de montrer son visage. Jusqu’alors, on ne le connaissait qu’à travers une photo de mauvaise qualité : Julien Coupat, 43 ans, accusé en 2008 d’être le chef d’une organisation terroriste internationale, revient sur toutes les zones d'ombre de ce que les médias ont appelé "l’affaire de Tarnac".

... https://www.francetvinfo.fr/faits-diver ... 41660.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29800
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Tarnac : quand la répression s’appelle anti-terrorisme

Messagede Pïérô » 12 Mar 2018, 12:46

Procès Tarnac : Yldune Lévy espère "huit relaxes", et dénonce dix ans de "manipulation policière"

À la veille de son procès, Yldune Lévy s’explique pour la première fois sur France Inter, sur cette procédure dite "de Tarnac" qui lui "pollue l’existence" depuis dix ans. Elle détaille comment, selon elle, l'enquête a écarté les éléments à décharge pour "fabriquer une culpabilité".

Yldune Lévy est jugée à partir de mardi pour des dégradations commises le 8 novembre 2008 sur une ligne TGV en Seine-et-Marne, association de malfaiteurs et refus de prélèvement ADN. Elle revient pour la première fois sur France Inter sur cette procédure qui lui « pollue l’existence » depuis dix ans. Parce qu’elle craint d’être "assaillie par les médias", mais ne veut pas se cacher. Surtout, parce qu’elle entend pendant ces trois semaines d’audience dénoncer "les méthodes antiterroristes", avec les sept autres prévenus d’un "groupe de Tarnac" qui relève selon elle d’une "fiction politique, policière, puis judiciaire et médiatique".

ÉCOUTER | L'interview intégrale d'Yldune Lévy avec Sara Ghibaudo
https://www.franceinter.fr/justice/proc ... -policiere
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21616
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Tarnac : quand la répression s’appelle anti-terrorisme

Messagede bipbip » 13 Mar 2018, 04:32

Procès Tarnac : la décision
Mardi 13 mars s’ouvre le procès des inculpés dits « de Tarnac » au terme d’une procédure judiciaire de dix ans. Il y sera longuement question des preuves matérielles devant avérer que ces hommes et femmes se sont rendus coupables d’association de malfaiteurs et d’actes de sabotage, de la biographie des inculpés, de leurs convictions politiques, de leur implication dans l’internationalisme communiste et anarchiste, de leur dangerosité idéologique, de leur détermination à mener une existence conforme à leurs idées, etc., mais aussi d’un procès-verbal truffé d’inexactitudes et d’extravagances, d’un faux témoignage avéré et pourtant maintenu contre vents et marées comme élément à charge, et de bien d’autres zones d’ombre, incohérences ou mascarades d’une police anti-terroriste manifestement malhabile, soit par incompétence, soit par manque de conviction.
... https://lundi.am/Proces-Tarnac-la-decision

Mardi 13 mars s’ouvre le procès de l’affaire dite « de Tarnac »
Mardi 13 mars à 13h30 s’ouvre le procès de l’affaire de Tarnac dans la salle des criées du TGI de Paris.
Si de nombreuses personnes ont annoncé leur présence à 13h30, un rassemblement à 18H devant le tribunal circule sur les réseaux sociaux :
https://www.facebook.com/events/223262085078695/
... https://lundi.am/Mardi-13-mars-s-ouvre- ... -de-Tarnac
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29800
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Tarnac : quand la répression s’appelle anti-terrorisme

Messagede bipbip » 14 Mar 2018, 16:33

VIDEO. Tarnac : "La justice s'est acharnée", affirme Julien Coupat

Serait-ce l'un des plus grands fiascos de l'antiterrorisme français ? Procès-verbaux truffés d'erreurs, accusation de faux, témoignage truqué : "Envoyé spécial" révèle comment l’enquête sur ladite "affaire de Tarnac" a très vite dérapé et comment les services secrets auraient fabriqué de toutes pièces un soi-disant chef terroriste.

Après dix ans d’anonymat, c’est la première fois qu’il accorde un long entretien filmé et qu’il accepte de montrer son visage. Jusqu’alors, on ne le connaissait qu’à travers une photo de mauvaise qualité : Julien Coupat, 43 ans, accusé en 2008 d’être le chef d’une organisation terroriste internationale, revient sur toutes les zones d'ombre de ce que les médias ont appelé "l’affaire de Tarnac".

... https://www.francetvinfo.fr/faits-diver ... 41660.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29800
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Tarnac : quand la répression s’appelle anti-terrorisme

Messagede bipbip » 14 Mar 2018, 17:55

Procès Tarnac : désinvolte, Julien Coupat remporte la première manche face à la justice

Ce mardi 13 mars a eu lieu l'ouverture du procès du groupe de Tarnac, constitué de militants libertaires, dont le célèbre Julien Coupat, et accusé de terrorisme en 2008. Les huit prévenus ne sont plus jugés que pour le sabotage d'une ligne SNCF. Le journaliste Dominique Verdeilhan nous en dit plus.

En duplex depuis le palais de justice de Paris, le journaliste Dominique Verdeilhan revient en détail sur le déroulé de la première journée de procès de Tarnac, le groupe de militants qui avait saboté une ligne SNCF en 2008. "Il est assez rare de voir un prévenu arriver à son procès avec un sourire et une décontraction aussi affichés, alors qu'on encourt quand même cinq ans de prison", commente Dominique Verdeilhan, en référence à l'attitude de Julien Coupat, le plus emblématique de ses militants. "Julien Coupat n'hésitera pas, ostensiblement, à regarder en l'air lorsque la présidente du tribunal s'adressera à lui, et n'hésitera pas non plus à plaisanter avec ses sept coprévenus", ajoute-t-il.

... https://www.francetvinfo.fr/faits-diver ... 55320.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29800
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Tarnac : quand la répression s’appelle anti-terrorisme

Messagede bipbip » 16 Mar 2018, 18:15

« Pourquoi nous continuons de soutenir les inculpés de Tarnac »
Dans une tribune au « Monde », un collectif de personnalités parmi lesquelles Alain Badiou ou Rony Brauman estime que le procès qui s’est ouvert le 13 mars montre que l’Etat a mis en œuvre des moyens démesurés pour empêcher la contestation.
... http://www.lemonde.fr/idees/article/201 ... _3232.html

Tribune du Monde : « Pourquoi nous continuons de soutenir les inculpés de Tarnac »
Dans une tribune au « Monde », un collectif de personnalités parmi lesquelles Alain Badiou ou Rony Brauman estime que le procès qui s’est ouvert le 13 mars montre que l’Etat a mis en œuvre des moyens démesurés pour empêcher la contestation.
... http://www.revolutionpermanente.fr/Trib ... -de-Tarnac
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29800
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Tarnac : quand la répression s’appelle anti-terrorisme

Messagede bipbip » 19 Mar 2018, 17:38

Procès de Tarnac

Compte-rendu d’audience, jour 3 et 4 par Serge Quadruppani.

Le procès de l’affaire dite de « Tarnac » s’est ouvert le 13 mars dernier au tribunal de grande instance de Paris. Il devrait se tenir jusqu’au 30 mars, juste avant le grand déménagement du tribunal aux Batignolles.
C’est une affaire vieille de dix ans née dans le gyron de la DCRI. On a vu les dernières années, les pratiques de ce service de renseignements, aujourd’hui devenu DGSI, continuer d’opérer dans de nombreux dossiers à charge contre des manifestants. S’il ne s’agit plus ici de qualification terroriste, c’est bien l’ensemble du dispositif anti terroriste, de la SDAT au juge d’instruction qui a oeuvré à ce que 8 personnes se trouvent actuellement renvoyées devant un tribunal correctionnel pour des motifs allant de l’association de malfaiteur en lien avec des dégradations, recel de faux à refus de prélèvement ADN. Si nous avons consacré une entière édition papier à cette affaire, retraçant les dix années de défense des mis en cause et de soutien de ces derniers, c’est qu’elle en dit long sur l’époque dans laquelle elle a lieu. Son procès est pour nous un moment important.
Afin de couvrir et de rendre compte des audiences qui s’annoncent très denses, Lundi Matin a invité des écrivains à se relayer sur les bancs du public, dans le but de saisir les enjeux politiques multiples qui vont se jouer à l’audience.
Serge Quadruppani s’est rendu au troisième et quatrième jour du procès, il nous raconte comment le tribunal se débat face à une défense qui s’est arrogé le droit à une égalité de parole.

... https://lundi.am/Proces-de-Tarnac
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29800
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Tarnac : quand la répression s’appelle anti-terrorisme

Messagede bipbip » 25 Mar 2018, 17:18

« Affaire Tarnac » : Des premières audiences qui confirment le scandale d’État

À l’heure où ces lignes sont écrites, le « procès Tarnac » entre dans sa deuxième semaine. L’occasion de revenir sur ce qui aurait dû être le procès des dérives politiques, policières et judiciaires de l’obsession « antiterroriste ».

Les prévenuEs sont au nombre de huit. Premier élément notable, seul deux d’entre elles et eux sont poursuivis pour les faits à propos desquels « l’affaire Tarnac » a éclaté il y a près de 10 ans, à savoir le sabotage de caténaires sur des lignes TGV.

On trouvera toujours quelque chose à vous reprocher

En effet, ainsi que le relevait le site Lundi matin le 19 mars, « pourquoi Elsa H., Bertrand D., Manon G., Christophe B., Mathieu B., Benjamin R. ont été pendant 10 ans sous instruction et se retrouvent aujourd’hui devant le tribunal ? Les deux premiers (officiellement) pour leur participation à une manifestation ayant dégénéré à Vichy (« association de malfaiteurs »), les deux suivants pour possession de cartes d’identité perdues ou volées et de fausses factures (« recel de faux documents »), les deux derniers pour « refus de se soumettre au prélèvement d’empreintes génétiques » ». On est loin, bien loin, des discours apocalyptiques de 2008 et du « terrorisme en bande organisée », et l’on constate surtout que lorsque la « justice » a décidé de faire de vous un symbole, elle trouvera toujours quelque chose à vous reprocher, même si cela n’a plus rien à voir avec les accusations initialement portées.

« Destruction de la société » ou « dégradations en réunion » ?

Des accusations qui ont été, en outre, considérablement « revues à la baisse » pour les deux autres prévenuEs, Julien Coupat et Yildune Lévy, notamment depuis que la Cour de cassation a, en janvier 2017, écarté définitivement la qualification terroriste dans cette « affaire ». La Cour estimait alors « [qu’]il n’existe pas de charges suffisantes permettant de retenir que les infractions […] auraient été commises en relation avec une entreprise individuelle ou collective ayant pour but de troubler gravement l’ordre public par l’intimidation ou la terreur ». Souvenons-nous qu’à époque le parquet affirmait, en l’attribuant au « groupe de Tarnac », que le livre l’Insurrection qui vient ne laissait « aucun doute quant à la finalité de renverser par la violence l’État et détruire la société occidentale actuelle ». Yildune Lévy et Julien Coupat sont aujourd’hui poursuivis pour « association de mafaiteurs » et… « dégradations en réunion », et donc jugés en correctionnelle.

Témoins anonymes ou… absents

Dix ans après la spectaculaire arrestation du « groupe de Tarnac », « l’affaire » ressemble surtout à un scandale d’État : témoins manipulés, preuves fabriquées, mensonges policiers. Et la première semaine d’audience le confirme, avec entre autres les témoignages anonymes, par visioconférence, de certains des protagonistes (enquêteurs de la sous-direction antiterroriste), ou l’absence de certains « témoins » dont les « informations » avaient pourtant pesé lourd dans les enquêtes, à l’instar du flic-espion britannique Mark Stone/Kennedy.

Il y a un an, un haut magistrat confiait à Libération, à propos de cette « affaire », « [que] le pouvoir de l’époque avait besoin d’une menace intérieure pour justifier sa réforme du renseignement ». Le moins que l’on puisse dire est que le procès en cours confirme ces propos, et montre une fois de plus que les autorités sont prêtes à tout, y compris le mensonge et la manipulation, lorsqu’il s’agit de justifier les attaques contre les libertés démocratiques.

Julien Salingue


http://www.anti-k.org/2018/03/24/%e2%80 ... ale-detat/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29800
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Tarnac : quand la répression s’appelle anti-terrorisme

Messagede bipbip » 12 Avr 2018, 15:04

les principaux prévenus du «groupe de Tarnac» relaxés par la justice

Les principaux protagonistes de l'affaire Tarnac, jugés pour des faits de dégradation de matériel ferroviaire et d'association de malfaiteurs, ont été relaxés ce jeudi 12 avril 2018. Alors qu'ils avaient été présentés en 2008 par les pouvoirs publics comme des terroristes en puissance de la mouvance « anarcho-autonome », la Cour de cassation avait déjà écarté, en janvier 2017, la qualification terroriste.

Ce jugement du tribunal correctionnel de Paris met fin à neuf années d'une
procédure interminable, au fil desquelles le dossier s'était considérablement vidé constitue un véritable camouflet pour les services de police. « L’audience a permis de comprendre que le groupe Tarnac était une fiction », a ainsi résumé la présidente du Tribunal.

Après avoir vu les accusations de terrorisme s'éloigner en janvier 2017, Julien Coupat et Yildune Lévy ont été relaxés jeudi des poursuites de sabotage d'une ligne SNCF et d'association de malfaiteurs, dans le procès du groupe de Tarnac.

Tout juste sont-ils reconnus coupable d'avoir refusé un prélèvement biologique. Mais ils ont été dispensés de peine.

... http://www.rfi.fr/france/20180412-franc ... evy-relaxe
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29800
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Tarnac : quand la répression s’appelle anti-terrorisme

Messagede Denis » 12 Avr 2018, 21:49

Réaction d’Yldune Lévy : « La seule chose à retenir, c’est qu’il ne faut jamais cesser de se battre contre les machines à broyer... Se battre contre les machines à broyer, que ce soit les tractopelles à Notre-Dame-des-Landes ou pour l’occupation des facs ! »

https://france3-regions.francetvinfo.fr ... 57373.html
Qu'y'en a pas un sur cent et qu'pourtant ils existent, Et qu'ils se tiennent bien bras dessus bras dessous, Joyeux, et c'est pour ça qu'ils sont toujours debout !

Les Anarchistes !
Avatar de l’utilisateur-trice
Denis
 
Messages: 1059
Enregistré le: 16 Sep 2011, 22:07
Localisation: Oraison, Alpes de Haute Provence, le zéro-quatre

Re: Tarnac : quand la répression s’appelle anti-terrorisme

Messagede bipbip » 20 Avr 2018, 07:40

Tarnac : les leçons d’un naufrage
En relaxant les huit prévenus, la juge a rappelé les bases de l’Etat de droit et nous tend un miroir édifiant sur dix années de dérive de l’antiterrorisme.
Il y aurait une certaine commodité à considérer le naufrage judiciaire de l’affaire de Tarnac comme un épisode isolé. Il serait rassurant et confortable de n’y voir qu’un accident de l’histoire déclenché, en 2008, par la guerre des polices ou par les emballements fantasmatiques de responsables politiques, au premier rang desquels la ministre de l’intérieur de l’époque sarkozyste, Michèle Alliot-Marie. Mais le jugement prononcé jeudi 12 avril par le tribunal correctionnel de Paris envers huit personnes, militants de la gauche radicale ou supposés l’être, nous tend au contraire un miroir édifiant sur dix années de dérives ininterrompues de l’antiterrorisme français.
... http://www.lemonde.fr/idees/article/201 ... bsqSQso.99

Procès Tarnac : le verdict - Par Ivan Segré
Farce soit par ailleurs rendue à la justice
Julien Coupat et Yldune Lévy, ainsi que cinq autres inculpés du « groupe de Tarnac », ont donc été relaxés. Comme je l’écrivais à l’issue de la seconde semaine du procès, un tel verdict était attendu, dès lors que le président du tribunal, madame Corinne Goetzmann, avait magistralement mis à nu le ressort sophistique de l’accusation.
... https://lundi.am/Proces-Tarnac-le-verdict
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29800
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Tarnac : quand la répression s’appelle anti-terrorisme

Messagede bipbip » 13 Mai 2018, 17:03

Tarnac - Présumé coupable quand l’antiterrorisme déraille

Dix ans de procès et 27 000 pages pour aboutir à... une relaxe. Telle est la décision de la justice dans le dossier du groupe de Tarnac après le sabotage d’une ligne SNCF le 7 novembre 2008.

Cette émission est une rediffusion du 28 août 2016. Nous recevions alors le journaliste Laurent Borredon du Monde , auteur du blog Tarnac une instruction française http://tarnac.blog.lemonde.fr/. Vous pouvez ré/écouter son entretien ici https://www.franceinter.fr/emissions/af ... -aout-2014

https://www.franceinter.fr/emissions/af ... 9-mai-2018
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29800
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers Répression-anti-répression, résistance et soutien

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités