la justice fait payer le mouvement social en silence (?)...

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 16 Jan 2017, 16:54

Soutien à Houssam El Assimi

Mardi 17 janvier prochain devant la 28ème chambre du TGI de Paris, se tiendra le procès de Houssam El Assimi, membre du collectif La Chapelle Debout !, qui risque d’aller en prison pour avoir aidé des migrant.e.s à la rue.

Nous, membres des différents collectifs de soutien aux exilé.e.s, demandons que soient abandonnées les poursuites contre Houssam El Assimi et contre toute personne qui ne fait que manifester partout en France de la solidarité envers les exilé.e.s.

Rassemblement à partir de 8h30, Palais de Justice de Paris
28e chambre correctionnelle, Île de la Cité, 4 boulevard du Palais, Paris 1er

...
. https://paris-luttes.info/extension-du- ... rafle-7362
. https://www.change.org/p/procureur-du-t ... arit%C3%A9
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21510
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede Pïérô » 16 Jan 2017, 23:05

Repression, UD CGT Calvados, UL CGT Hérouville

Le 17 janvier, le Secrétaire Général de l’UL CGT Caen est convoqué au tribunal de Caen concernant un tract fait lors de la mobilisation contre la loi Travail.

https://ulcgtherouville.wordpress.com/2 ... la-relaxe/

Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20048
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 17 Jan 2017, 10:11

Strasbourg
Contre la répression : Nouveau rassemblement de soutien aux 6 d’Haguenau

Six syndicalistes d’Haguenau sont poursuivis pour une simple opération escargot sur le contournement d’Haguenau le 19 mai 2016, dans le cadre d’une journée nationale de grève et d’action contre la loi « travail » ! Petit rappel des faits : Appel à soutien aux « Six de Haguenau » (le retour !)

Le procès, reporté le 9 novembre suite à une erreur de procédure du procureur, devrait cette fois enfin avoir lieu le mardi 17 janvier. Face à cette criminalisation de l’un des moyens d’action syndicaux les plus élémentaires, il est impératif d’afficher une solidarité massive !

ABANDON IMMEDIAT DES POURSUITES CONTRE LES 6 DE HAGUENAU

Derniers jours pour signer la pétition : http://soutien6haguenau.wesign.it/fr

Pour soutenir les 6 d’Haguenau, l’intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires, CNT appelle à un

rassemblement de solidarité mardi 17 janvier 2017 de 8H à 12H devant le Tribunal de Grande Instance de Strasbourg, 1, quai Finkmatt

http://www.alsace.alternativelibertaire ... article868
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21510
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 18 Jan 2017, 09:34

Jeudi 19 janvier 2017 à Paris

Solidarité avec Gildo
Rassemblement - Contre la criminalisation de l'activité syndicale
à 8h30, Palais de Justice de Paris

Solidarité avec Gildo

Suite aux actions revendicatives contre la loi « Travail », de nombreux manifestants sont convoqués devant les tribunaux dont Gildo, agent territorial et militant de la CGT du syndicat « Plaine Commune ». Nous serons de nouveau à ses côtés pour son procès le 19 janvier à 9h devant la 24ème chambre correctionnelle du tribunal de Paris.

Le gouvernement porte une lourde responsabilité dans la criminalisation de l'action syndicale. Cela confirme nos craintes, renforcées depuis la promulgation de l'état d'urgence, sur le respect des libertés individuelles et collectives fondamentales. La longue liste des militants poursuivis en justice démontre que ces craintes sont plus que fondées.

Aucun citoyen attaché aux valeurs de la République ne peut accepter la criminalisation du mouvement social et de l'activité syndicale notamment à l'heure où la financiarisation de l'économie ne cesse de porter atteinte aux conditions de travail et d'emploi de la population tant en France qu'au niveau mondial. Ce sont les fondements mêmes de notre démocratie qui sont atteints lorsque les libertés syndicales sont attaquées avec une telle violence.

Afin de permettre aux personnels de la Fonction publique territoriale de participer à cette initiative, la Fédération CGT des Services Publics dépose un préavis de grève de 0 à 24h pour la journée du 19 janvier 2017, couvrant l'ensemble des agents de la Fonction Publique Territoriale.

La CGT exige la relaxe des militants syndicaux poursuivis en justice dans le cadre de leur activité syndicale. La CGT revendique une loi d'amnistie concernant les condamnations pénales, les sanctions disciplinaires et l'arrêt des poursuites en cours, en relation avec les mouvements sociaux et l'activité syndicale et revendicative, survenus après le 17 mai 2002, date d'effet de la dernière loi d'amnistie.

L'UD, l'UL Saint-Denis et la Fédération appellent à un Rassemblement de soutien

Jeudi 19 janvier à partir de 8h30

Devant le tribunal de Paris, Métro Cité


https://paris.demosphere.eu/rv/52283
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21510
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede Pïérô » 18 Jan 2017, 22:18

Prise de parole lors du rassemblement de soutien à Franck Mérouze devant le tribunal de Caen le 17 janvier 2017

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20048
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 21 Jan 2017, 15:44

Video Strasbourg

Hier matin quelques 200 militants de différentes organisations syndicales se sont rassemblés devant le TGI de Strasbourg pour exiger la relaxe pour les 6 camarades poursuivis dans la cadre de la lutte contre la loi travail en mai dernier.

Le 19 mai dernier dans le cadre de la lutte contre la loi travail l’intersyndicale CGT - FO et Solidaires appelait sur le secteur de
l’Union Locale CGT de Haguenau à un rassemblement pour protester contre la décision du gouvernement de faire passer la loi en force à travers le 49-3 et pour demander l’abrogation de cette dernière.

A l’issue de ce rassemblement, 6 camarades de Haguenau (4 de la CGT, de 1 de FO, 1 de Solidaires) ont fait l’objet de poursuites par le
procureur de la république et ont été convoqués hier matin devant le TGI de Strasbourg.

Que leur reproche-t-on ?

D’avoir omis de déclarer le rassemblement auprès de la préfecture et d’avoir organisé un barrage filtrant sur l’autoroute pendant quelques
instants.

Ce jour-là il y avait plus de 200 salariés au rassemblement. 6 d’entre eux ont été poursuivis arbitrairement.

Durant toute la procédure l’UD CGT du Bas-Rhin ainsi que les branches professionnelles concernées avaient organisé le soutien aux camarades et avaient sollicité avec la confédération une audience auprès du
Garde des Sceaux.

L’appel de la CGT est resté sans réponse ce qui démontre tout le mépris que le gouvernement porte à l’encontre des organisations
syndicales et en particuliers envers la CGT.

A l’issu des débats de l’audience le procureur a requis 2.000 € d’amende contre 5 camarades et 1500 contre le 6ème mais ne demande pas
l’inscription de ces condamnations au casier judiciaire.

Casser du militant, briser des élans sociaux, créer des peurs, la répression syndicale reste un des moyens patronal pour freiner le
développement du syndicalisme.

Ainsi, certains militantes et militants de la CGT, de par leur engagement, sont traités comme des délinquants. Ils sont trainés devant les tribunaux, comme nos 6 camardes ce matin.

Jamais dans notre département un responsable syndical a été poursuivi pour avoir omis de déclarer un rassemblement.

Jamais dans notre département un responsable syndical a été poursuivi pour avoir organisé un barrage filtrant sur une route.

Pour la première fois dans ce département, un gouvernement de surcroit élu sous une étiquette de gauche a demandé à son procureur que soient requises des peines d’amendes à l’encontre de syndicalistes dont le seul crime a été participer avec leurs syndicats à des actions contre la loi dite travail.

Une justice qui place le militant syndical au rang de délinquant est une justice de classe.

La criminalisation de l’action syndicale et militante est la réponse d’un gouvernement qui veut faire plier le monde du travail devant les
exigences des actionnaires et qui n’a eu de cesse de répondre à toutes
les exigences du MEDEF.

Non Le Président Hollande ne fait pas la chasse à la finance comme il l’avait prôné mais aux militants syndicaux et en particuliers ce matin
aux 6 camarades d’Haguenau.

L’UD CGT du Bas-Rhin apporte son total soutien aux six camarades injustement convoqués et demande une nouvelle fois leurs relaxes.

Il est plus qu’urgent d’en finir avec ces dérives.

Les cris d’alarme que lancent les salariés, leur détresse sociale doivent être entendue.

Comment en démocratie pourrait-on voir perdurer l’impunité des uns et la criminalisation des autres, salariés, syndicalistes, luttant pour plus de justice sociale et plus de démocratie ?

Il est temps que les travailleuses et les travailleurs se réveillent pour mettre un terme à ces agissements, non pas en votant pour un parti qui attise les peurs et toutes les haines. Mais en se mobilisant dans les entreprises pour en finir avec le capitalisme qui gangrène notre société.


https://www.facebook.com/cgtud67/videos ... 806776080/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21510
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede Pïérô » 21 Jan 2017, 21:03

Un intermittent condamné pour délit de solidarité avec les intérimaires

Un membre de la Coordination des Intermittents et Précaires, N-Rick, vient d’être condamné en appel à 3 mois de prison avec sursis pour violence, 1 mois de prison avec sursis pour refus de prise d’empreinte ADN et prise du nom d’un tiers et 600 € de dommages et intérêts pour sa participation à une action d’occupation de l’Hôtel Lutetia [1].
Nous refusons cette condamnation et assurons N-Rick de notre soutien présent et de notre solidarité à venir.

Le 18 septembre 2014, à l’appel de la CIP-IdF et d’autres organisations, dont la CGT spectacle et la CGT Interim, le chantier du Lutetia était occupé. Par cette action, nous intervenions contre la mise en application de la convention chômage qui mettait en pièce les droits des intérimaires et signait un pas de plus en direction de la précarisation de tous les chômeurs. Nous étions également intervenus contre les conditions d’emploi sur les chantiers parisiens : lors d’une précédente occupation, celle du chantier de la Philarmonie, nous avions ainsi pu rencontrer des ouvriers polonais détachés payés 5 euros de l’heure.
L’occupation pacifique de ce chantier avait aussi pour but de nuire financièrement au groupe Vinci, qui, rappelons-le accessoirement, est également le maître d’œuvre du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et de tant d’autres infrastructures.

À l’issue de l’occupation, N-Rick a été retenu par la police et gardé à vue la nuit suivante. Il y a un an de cela, il a été jugé en première instance, en son absence et en l’absence de son avocat. Après appel, il voit sa condamnation confirmée et les peines aggravées.

Nous ne nous étendrons pas sur le mépris manifesté constamment durant l’audience par le procureur et par le juge pour les motivations de notre action et à l’encontre des témoins appelés par la défense, qui a parfaitement démontré que le dossier était vide : rien ne prouve qu’il y ait eu violences à l’égard d’un vigile gardant le site, ni qu’elles auraient pu être le fait de N-Rick. Le seul tort de ce dernier est d’avoir été là, et d’être facilement reconnaissable. De nombreuses preuves de la non-violence d’N-Rick ont été apportées au procès : des lettres de témoignages des participants à l’action, des témoins de moralité attestant de sa non-violence, revendiquée depuis longtemps, la vidéo de l’évènement filmé par N-Rick dont les deux mains tiennent la caméra, l’enregistrement audio des appels au calme de la part d’N-Rick durant les évènements, deux témoins oculaires affirmant qu’il n’a pas et ne pouvait pas frapper ce vigile. Bref, 2h30 d’explications et de démonstration... que le juge a balayées d’une condamnation.

Ce que condamne le tribunal, c’est un acte de solidarité. Qu’un intermittent apporte son soutien aux intérimaires est à son sens non seulement absurde, mais condamnable.
Ce dont témoigne aussi ce jugement, c’est de la radicalisation des gouvernements. À peine manifestée, toute opposition se doit d’être réprimée. L’instauration de l’état d’urgence et sa banalisation crée un climat autoritaire et une logique d’accentuation permanente de la répression. L’accélération de ce processus est patente pour tous ceux qui ont participé aux récents mouvements sociaux. Ce long virage autoritaire augure d’un sombre avenir.
Nous rappelons au souvenir de tous les gardes à vue et les poursuites contre Loïc, qui en juin dernier lors de l’occupation de Medef avait eu pour seul tort d’avoir été molesté par le chef de la sécurité de cette organisation patronale, et contre sept autres personnes accusées suite à cette action de « dégradations en réunion » imaginaires [2]. Nous rappelons au souvenir de tous les procès dont font l’objet les personnes solidaires des migrants [3].

Par ailleurs, la liste des violences policières s’allonge, violences tolérées ou à peine condamnées, violences encouragées du sommet de l’Etat et dûment équipée par des armes en nombre croissant [4], violence revendiquée lors de la mort de Rémi Fraisse en 2014. Par-delà les manifestants et militants, précaires, syndiqués et non-syndiqués, c’est la très grande majorité de la population qui est visée : « Ouvre ta gueule, on saura te la fermer. »

Nous ne nous résoudrons ni à la précarisation générale, ni à la mise au pas de la société, ni à la criminalisation de l’action collective.

Refusons l’intimidation, continuons à manifester notre solidarité avec les personnes aux prises avec la police et la justice et avec ceux qui se dressent contre cet ordre social radicalisé.

Soyons présents en nombre au TGI de Paris lors des audiences du 6 février à 13H30 Chambre 1 pole 8 (procès contre des personnes solidaires des migrants intenté par Emmaüs) et du 10 février à 13H (procès suite à l’occupation du Medef).

La Coordination des Intermittents et Précaires d’Ile-de-France


Notes :
[1] Convention Unedic, du palace au palais de justice
http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=8003
[2] Nous ne mobilisons pas pour le 8 décembre, nous demandons le report du procès
http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=8408
[3] Procès en appel contre Emmaüs le 3 octobre - Contre la chasse aux migrants et la répression de leurs alliés, solidarité !
http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=8354
[4] Pas de paix
http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=8399


http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=8458
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20048
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 22 Jan 2017, 15:29

Répression anti-syndicale. Journée de procès ordinaire sous Etat d’urgence

Les actions en justice continuent de pulluler contre les militants du mouvement anti-loi travail. Pas moins de quatre audiences étaient prévues jeudi dans plusieurs villes de France.

Mardi, c’était à Strasbourg. Ce jeudi 19 janvier, c’est aux Palais de justice de Paris, de Nice, de Boulogne-sur-mer que la loi travail s’invite encore. A travers les militants opposés à son application qui défilent devant les tribunaux. A Paris, une cinquantaine de syndicalistes CGT de la fédération des services publics et de l’Union départemental de Seine-Saint-Denis sont venus soutenir l’agent territorial Gildo. « C’est extrêmement courageux d’être venu malgré ce froid, apprécie le syndicaliste. Je ne suis pas tout seul. Cela reste une action collective. » Ils étaient six d’ailleurs à être poursuivis, présents à peu près au même moment le 5 juillet dernier devant l’Assemblée nationale pour protester contre le recours au 49.3 par Manuel Valls pour imposer la loi travail. Jugés séparément, quatre ont été relaxés. Un autre est convoqué le 7 février. Gildo, lui, devait être auditionné en septembre 2016.

... http://www.humanite.fr/repression-anti- ... nce-630798
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21510
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 30 Jan 2017, 12:34

Antoine et François : Procès à Douai le 2 février

Vous aussi signez l’Appel ci-dessous : http://liberezantoine.org/

Justice pour Antoine et François Antoine, militant de la CGT et libertaire de Valenciennes, est un-e des nombreux-ses opposant- es à la loi Travail à avoir fait les frais de la répression aux ordres du gouvernement et du patronat au printemps 2016.

Alors qu’il se rendait à une manifestation syndicale le 17 mai 2016 à Lille et qu’il tenait le drapeau de son union locale CGT Valenciennes, il a été violemment plaqué au sol par 3 policiers et mis en état d’arrestation. Pour avoir participé à cette manifestation, il a passé 3 semaines en détention préventive et a été condamné à 10 mois de prison avec sursis et 2 ans d’interdiction de manifestation dans le département du Nord.

La mobilisation locale, nationale et internationale autour de son affaire a permis d’éviter une peine plus lourde à l’instar de celles qui ont frappé des centaines d’opposant-e-s dont plusieurs sont toujours en détention dans un contexte marqué par l’état d’urgence. Plusieurs témoignages et articles de presse ont alors démontré que l’accusation était montée de toutes pièces et que le gouvernement plus minoritaire que jamais dans l’opinion ne pouvait s’imposer que par la répression et l’intimidation afin d’empêcher le développement de la mobilisation.

Lors de l’audience les avocats d’Antoine ont également pointé les contradictions et les incohérences de l’accusation, ainsi que les irrégularités dans la procédure. Cette affaire est donc bien politique. François, présent à la même manifestation, a aussi payé le prix de cet acharnement gouvernemental, policier et judiciaire. Il a été condamné à 6 mois de prison avec sursis et 2 ans d’interdiction de manifestation dans le Nord. Antoine ayant décidé de faire appel de sa condamnation, l’affaire sera rejugée, jeudi 2 février 2017 devant la cour d’appel de Douai.

Aussi il est important que d’ici là et plus particulièrement ce jour-là la solidarité s’exprime en faveur d’Antoine et de François, afin que ce procès ne soit pas celui de deux opposants poursuivis pour leurs convictions, mais bien celui des responsables de la casse du code du Travail et de cette stratégie de la tension qu’ils ont voulu pour masquer le désaveu massif dont ils font toujours l’objet de la part de l’immense majorité des travailleuses et travailleurs.

Nous appelons donc à un rassemblement
de soutien à Antoine et à François
Jeudi 2 février à 13h00
Devant la cour d’appel de Douai
Justice et relaxe pour Antoine et François !

http://www.communisteslibertairescgt.or ... vrier.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21510
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 02 Fév 2017, 20:37

Lundi 6 février 2017

Le lundi 6 février, 3 personnes passeront en procès en appel parce qu’en août 2015 elles sont allées rendre visite à des migrant-e-s en grève de la faim contre leurs conditions d’hébergement dans le centre Emmaüs Solidarité de Pernety dans le 14ème arrondissement

17 janvier, au centre Emmaüs dit de mise à l’abri, un sens particulier de l’hospitalité

Le lundi 6 février, 3 personnes passeront en procès en appel parce qu’en août 2015 elles sont allées rendre visite à des migrant-e-s en grève de la faim contre leurs conditions d’hébergement dans le centre Emmaüs Solidarité de Pernety dans le 14ème arrondissement. Des personnels du centre, soutenus par Emmaüs solidarité qui, main dans la main avec la ville de Paris et la préfecture, ont instrumentalisé ce qui n’a été qu’un banal acte de solidarité, ont porté plainte contre ces camarades, les accusant de séquestration pour être resté-es aux côté des migrant-es en grève de la faim qui avaient initié un sit-in de protestation dans le centre.

L’objectif de cette instrumentalisation est de réprimer et de criminaliser l’action de soutien aux migrant-e-s et la critique des conditions "d’accueil" et d’hébergement qui leur sont imposées. En effet, Emmaüs est l’acteur incontournable de ce que l’Etat appelle "la mise à l’abri" des personnes réfugiées mais qui est en fait une organisation de l’invisibilisation et la planification d’un tri dont l’objectif est d’aboutir à un maximum d’expulsions.

Concernant cette mise à l’abri, il suffit d’aller faire un tour vers la porte de la Chapelle là où se dresse le centre dit de premier accueil dont la mairie de paris a confié la gestion à Emmaüs pour comprendre que la gestion humanitaire dont se targue l’association est non seulement étroitement liée aux logiques sécuritaires du point de vue des objectifs à atteindre (invisibiliser, mettre à l’écart, déshumaniser des catégories de personnes décrétées indésirables) mais également du point de vue des méthodes (maltraitance et humiliation, violence verbale et physique systématique).
Pour celles et ceux qui en douteraient, vous pouvez visionner ce petit moment saisi sur le vif le 17 janvier par Taranis news :




https://paris-luttes.info/17-janvier-au ... it-de-7406
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21510
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 03 Fév 2017, 23:22

Liste non exhaustive de procès, condamnations, poursuites, discriminations et sanctions sur les onze derniers mois à l'encontre de 1892 militants, manifestants, grévistes et syndicalistes

https://www.facebook.com/luttesinvisibl ... 90934273:0
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21510
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 04 Fév 2017, 14:05

La relaxe pour les sept opposants à la loi Travail jugés par le tribunal correctionnel de Dijon

Sept jeunes opposants à la loi Travail comparaissent ce lundi devant le Tribunal correctionnel de Dijon. Le 31 mars dernier ils ont participé à une manifestation très tendue. Le tribunal leur reprochait de ne pas avoir quitté le mouvement au moment où il dégénérait. Ils ont tous été relaxés.

... https://www.francebleu.fr/infos/faits-d ... 1485808201
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21510
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 04 Fév 2017, 16:47

Procès en appel d'Antoine Chauffaud, le militant CGT interpellé pendant les manifestations anti-loi Travail

Antoine Chauffaud, ce jeune militant CGT interpellé pendant qu'il manifestait contre la loi Travail, passait ce jeudi devant la Cour d'appel de Douai. Lui et son comité de soutien espèrent que le justice reviendra sur sa condamnation à 10 mois de prison avec sursis, injustifiée selon eux.

... http://france3-regions.francetvinfo.fr/ ... 89357.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21510
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 05 Fév 2017, 15:53

Soutien à Marianne Thomas

Peut-on encore être enseignant-e de philosophie et engagé-e ? Soutien à Marianne Thomas

Enseignante de philosophie au lycée de Foix j’ai l’année dernière participé à de nombreuses manifestations avec des lycéen-ne-s contre la loi El Khomri. Malheureusement un seul de mes collègues enseignant-e-s participe à des manifestations avec les élèves ; je suis donc souvent la seule adulte avec eux et, pour cela, la cible privilégiée des forces de l’ordre.

Le 24 mars 2016 nous avons fait une belle manifestation avec slogans, débrayage de cours, lancer d’œufs... mais le tout sous la surveillance et le harcèlement de deux policiers en civil, ce qui m’a valu un procès avec trois chefs d’inculpation : organisation d’un rassemblement non déclaré, outrage à agents, incitation à la rébellion. Pour un peu je me prendrais pour Socrate ou pour Louise Michel !

Le procès s’est déroulé le 11 octobre dans une ambiance tendue puisqu’il a eu lieu à huis clos (alors qu’un comité de soutien voulait y assister) et que la procureure n’a cessé de m’interroger sur mes idées plutôt que sur les faits. Elle a aussi indirectement formulé sa conception idéologique de la philosophie puisqu’elle s’est indignée que j’ai pu participer à des "actes d’incivilité" avec les élèves alors même que les notions de "morale, société, justice" étaient au programme des classes de terminales. Je ne lui ai pas fait l’affront de lui rappeler que le béaba de ce cours est de distinguer le "légal" et le "légitime" ni que le citoyennisme moderne n’a rien à voir avec ce que les philosophes appellent un citoyen (membre du souverain et du pouvoir législatif).

Le délibéré du procès a été rendu le 6 décembre 2016, satisfaisant sur tous les points les demandes de la procureure : 3000 euros d’amende et trois mois de prison avec sursis pour le pénal plus 1500 euros (en tout) pour les deux policiers qui étaient partie civile. Un des chefs d’inculpation (incitation à la rébellion) a tout de même disparu. Cette condamnation est très lourde et mon avocat m’a conseillé de faire appel.

Sur les conseils de mes élèves j’ai aussi fait un appel par internet pour récolter les fonds nécessaires aux nouveaux frais d’avocat (1800 euros) et à l’organisation d’une fête de solidarité (2000 euros). Le lien est le suivant www.lepotcommun.fr/pot/skla9zbd

Si vous souhaitez qu’il existe encore des professeur-e-s de philosophie qui défendent en acte les idées qu’ils ou elles enseignent (l’année dernière j’enseignais aux terminales littéraires le manifeste du parti communiste de Marx !), des professeur-e-s solidaires avec les élèves en lutte cette caisse de soutien s’adresse à vous.

Sans soutien collectif nous serons soit réduit-e-s au silence soit licencié-e-s.

Pour celles et ceux qui ne souhaitent pas passer par internet on peut envoyer des chèques de soutien à l’ordre de "fonds d’action soutien marianne" à l’adresse : Solidaires 09 fonds d’action 21 rue des chapeliers 09000 Foix

Si la somme récoltée dépasse les frais nécessaires pour l’avocat et la fête elle sera versée à une caisse collective de solidarité pour soutenir d’autres inculpé-e-s du mouvement social.

Pour de plus amples informations sur ce procès vous pouvez consulter le site IAATA (Toulouse) et le site de la radio La locale (Saint Girons 09)

Marianne Thomat


http://www.questionsdeclasses.org/?Peut ... a-Marianne
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21510
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 08 Fév 2017, 09:32

Le Havre mercredi 8 février 2017

rassemblement de soutien au TGI Le Havre suite aux manifs contre la Loi Travail

"Le 8 février prochain, à 13h30, deux étudiants rouennais sont convoqués au TGI du Havre pour avoir participé à la manifestation régionale du 9 juin 2016 au Havre ! Nous devons être présents en masse ce jour-là pour montrer notre soutien à ces jeunes qui ont combattu avec nous cette loi scélérate. Plus largement encore, c'est en apportant notre soutien total aux jeunes, aux privés d'emplois, aux habitants des quartiers défavorisés qui subissent les répressions, que nous créerons la convergence des luttes ! Nous en avons besoin pour être plus forts, nous en aurons besoin demain ! Quel que soit le gouvernement à venir, l'année 2017 s'annonce chargée d'un point de vue social." Extrait des voeux de l'Union des syndicats CGT du Havre pour 2017.

https://rouen.demosphere.eu/rv/2524
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21510
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Répression-anti-répression, résistance et soutien

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité