la justice fait payer le mouvement social en silence (?)...

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 14 Déc 2017, 17:31

Appel du secours rouge arabe a soutenir son militant
pour le verdict politique du 15 decembre

Rassemblement de soutien le 15 decembre à partir de 11h00 Place Saint Michel, Paris

Rappelons les faits :

notre camarade Georges LOUIS a été arrêté le 10 octobre et remis en liberté le 13 octobre après avoir refusé la comparution immédiate. Accusé de « jet de projectiles » sur des flics et d'une « participation à un attroupement armé en vue de commettre des violences et des destructions avec cette circonstance d'être masqué et derrière une banderole », on lui reproche en fait d'avoir tenu la banderole du Front Social 75 : « Fronts sociaux / tous pour tous », la procureure réclame une détention provisoire pour ce crime infame mais le tribunal préfère un contrôle judiciaire et une interdiction de manifestation (afin d'éviter apparemment des émeutes insurrectionnelles à chaque mobilisation ! ) jusqu'à son procès le 24 novembre.

Ce jour-là un rassemblement de soutien est organisé Place Saint Michel pour Kajetan et lui. Une participation importante de l'Union Syndicale Commerce CGT de Paris, des camarades de sa section syndicale, des délégations du Front Social 75 et des camarades en grève du Holiday Inn de Clichy et des délégations du Secours Rouge International venues de Belgique, de Suisse et d'Italie permet aux deux camarades d'être accompagnés jusqu'à cette sinistre 23e chambre du tribunal correctionnel.

Si pour Kajetan la relaxe est accordée, ce n'est pas le cas pour Georges qui est littéralement accusé de tous les maux car ils n'admettent pas en réalité qu'un militant CGT choisisse avec ses camarades de travail de se situer en cortège de tête. Pour l'Etat ce n'est pas possible de rejoindre un endroit de la manifestation où l'étiquette politique ne compte plus, où la contestation est la plus forte et déterminée. C'est aussi le désir de se retrouver en dehors d'un autocollant ou d'un drapeau, de converger ensemble : syndicalistes, travailleurs, chômeurs, précaires, lycéens, étudiants. Qu'importe-le déroulé de la manif l'importance c'est l'unité face à la répression, au gaz, au Flash Ball. Et plus encore on peut se retrouver ensuite pour partager, discuter, agir comme à Nuit Debout et à présent au sein du Front Social.

Nous croyons que c'est sur ça que l'Etat et son couple infernal police/justice combattent avec acharnement les rebelles à son ordre social raciste, en dissuadant par la violence aveugle tous ceux qui veulent s'organiser loin d'un agenda institutionnel mortifère de manifestation mensuelle.

Macron est au début de son règne. Sa violence verbale, sa haine de classe signifie clairement que la guerre sociale n'est plus un simple slogan. Déjà l'an dernier les milliers d'arrestations et de condamnations ont marqué les esprits or à présent c'est bas les masques. L'entreprise idéologique est mise en place pour anéantir les fondements de tout lien social contestataire. Seule la concurrence à mort entre groupe, entre nous est valable pour lui et sa clique. N'oublions pas non plus les criminels en uniforme qui tuent dans les quartiers populaires, une loi « terroriste » votée pour nous combattre, un état d'urgence devenu la normalité de cet Etat de crise. En face une opposition parlementaire crapuleuse aussi fade qu'une lasagne au cheval. L'offensive macronien se poursuit à grande renforts de médias mainstream en forme de stratégie de choc qui rappelle sur bien des aspects les méthodes d'un certain Milton Friedman (économiste de l'école de Chicago et soutien fanatique de Pinochet et de Thatcher).

Pour nous le dilemme est tranché depuis longtemps. Nous n'allons pas attendre cinq ans pour passer à l'action et se retrouver sur un champ de ruine. A chacun de choisir mais le temps presse. C'est Maintenant qu'il faut être ensemble. Etre coude à coude derrière des milliers de banderoles, à résister, à conquérir, à occuper des lieux et à proposer autre chose qu'un bulletin de vote vermoulu qui laisse le choix entre deux haines de classe prêtes à utiliser tous les moyens pour nous casser. L'objectif c'est la fin de ce vieux monde pourri ou rien.

Pour résumer :
• Deux personnes (Alexis et Brandon) sont passés le 10 novembre (Le parquet a fait appel…) et doivent repassés le 22 décembre en civile dans le cadre du « casse » de la BRED.
• Deux personnes (Georges et Kajetan) sont passés le 24 novembre. Le délibéré pour la première aura lieu le 15 décembre (La procureure a requis six mois avec sursis simple et le versement de deux fois 800 euros en plus de 350 euros de dommages pour deux flics) et la seconde est relaxée.

https://paris.demosphere.eu/rv/58762
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 24112
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 16 Déc 2017, 19:16

Béthune

Permanence de la députée taguée, deux militants CGT convoqués au commissariat

Une quarantaine de cégétistes s’est rassemblée devant le commissariat de Béthune, ce jeudi après-midi, pour soutenir l’un des leurs convoqué suite à la plainte de la députée LREM Marguerite Deprez pour dégradations de sa permanence. En cause : un tag en marge de la manifestation du 12 septembre.

Ils étaient une quarantaine de cégétistes, avec sono et drapeaux, devant le commissariat de Béthune, ce jeudi après-midi. Venus soutenir Pascal Humez, de la CGT de la communauté d’agglomération de Béthune-Bruay Artois Lys Romane, convoqué pour être auditionné pour « dégradation volontaire par inscription de tags ». En cause: une inscription CGT sur la façade de la permanence de la députée Marguerite Deprez en marge de la manifestation contre la réforme du code du Travail. Le parvis de la mairie avait aussi été tagué mais aucune plainte n’avait été déposée.

... http://www.lavoixdunord.fr/280531/artic ... mmissariat
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 24112
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 16 Déc 2017, 20:17

4 mois de prison avec sursis pour.... avoir été frappés par la police

Frappés et arrêtés dans leur camion par la BAC : deux syndicalistes condamnés !

21 septembre 2017, à Nantes. Après une manifestation festive et déterminée contre les ordonnances de Macron, un camion de la CGT annonce publiquement une action symbolique : le défilé compte partir murer la permanence du député François de Rugy, traitre notoire et président de l'Assemblée Nationale.

La police bloque immédiatement le cortège et l’inonde de gaz lacrymogène pour l'empêcher de continuer. Par la force des choses, les manifestants décident d'utiliser sur place les parpaings et le ciment prévus pour l'action. Un grand "mur de la résistance" est érigé joyeusement et collectivement devant le square Daviais.

Après une heure de discussions enjouées et de musique, sur le lieu de l'action, la police décide de charger le rassemblement qui commençait pourtant à se disperser. C'est à ce moment que la BAC attaque directement un camion CGT, frappe plusieurs syndicalistes qui s'y trouvent et arrachent deux militants du véhicule pour les interpeller.

Plusieurs occupants du camion sont blessés par des coups de matraques et de poings, dont un octogénaire. Tous sont très choqués. Les deux hommes interpellés, âgés de 54 et 49 ans, sont placés en garde à vue et poursuivis pour "violences sans ITT" et "rébellion".

Le tribunal de Nantes les a condamné, ce jeudi 14 décembre, à une peine de quatre mois de prison avec sursis, et plusieurs centaines d'euros à payer à leurs agresseurs.

Une sentence lourde, et éminemment politique à l'encontre de syndicalistes coupables d'avoir mené une action conjointe avec la jeunesse et le cortège de tête. La répression jadis réservée aux habitants des cités, puis au mouvements lycéens, s'étend désormais à des portions de plus en plus larges de la population. Réagissons !


https://www.facebook.com/Nantes.Revolte ... KE&fref=nf
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 24112
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 18 Déc 2017, 11:15

Une retraitée combattant l’évasion fiscale sur le banc des accusés

Le 6 février 2018, Nicole Briend, militante de l’association Attac, ancienne proviseure de lycée, sera jugée à Carpentras. Son délit ? Avoir participé, en mars 2016, à une action citoyenne de « fauchage de chaises » dans une agence BNP Paribas pour dénoncer son implication dans l’évasion fiscale. Poursuivie pour « vol en réunion de chaises », elle encourt cinq ans de prison et 75 000 euros d’amende. « Ce procès intervient alors que les scandales financiers se multiplient (LuxLeaks, SwissLeaks, Panama Papers, Paradise Papers, ...) et démontrent à quel point l’évasion fiscale des multinationales et des ultra-riches est systémique, souligne Raphaël Pradeau, porte-parole d’Attac France. C’est grâce au courage des lanceurs d’alertes, des journalistes et des militants que nous mettrons fin à cette grave injustice fiscale. Pourtant ce sont bien trop souvent ces derniers qui se retrouvent sur le banc des accusés, et non pas ceux qui organisent la fraude et l’évasion fiscale. »

... https://www.bastamag.net/Une-retraitee- ... es-accuses
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 24112
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede Pïérô » 19 Déc 2017, 22:16

Procès de Rémi Filliau reporté au 15 juin

Le procès de Rémi Filliau est reporté au 15 juin 2018, car lors de l’audience du 15 décembre la salle du tribunal ne possédait pas d’écran vidéo afin de diffuser le film permettant de le disculper des violences dont il est accusé par un policier. Rémi Filliau est en effet poursuivi pour « rébellion » après une action non violente en clown au siège des Républicains en Marche. Il s’agissait de demander la signature par la France du Traité d’interdiction des armes nucléaires. Ce traité est porté par l’ICAN (Campagne Internationale pour l’interdiction des armes nucléaires), organisation qui a obtenu le dernier Prix Nobel de la Paix en 2017!

Rémi Filliau, dont l’action chez En Marche s’inscrivait dans la campagne de l’ICAN, risque la prison et une lourde amende…

Avec une quinzaine de clowns hommes et femmes, le militant avait voulu dénoncer le refus par le Président Macron d’engager la France sur la voie du désarmement nucléaire. En juillet dernier à l’ONU, 122 pays sur 192 ont en effet décidé d’adopter un Traité d’interdiction complète des armes nucléaires sur le modèle des deux Traités d’interdiction des armes chimiques et à sous-munition. Mais la France de Macron a refusé de soutenir ce Traité !

Rémi Filliau sera donc jugé au tribunal de Grande instance de Paris le 15 juin 2018 à 9h à la 28ème Chambre (au nouveau Tribunal de Grande Instance de Paris, porte de Clichy). Il a besoin de notre soutien à tous !
Rémi risque jusqu’à 15 000€ d’amende et un an de prison, suite aux allégations mensongères d’un policier l’accusant de violences à son encontre ! Rémi est pourtant reconnu comme un militant non-violent œuvrant depuis plusieurs années pour la Paix et la Justice aux côtés du Collectif des désobéissants, et de nombreuses personnes qui le connaissent pourront témoigner dans ce sens … Le Prix Nobel vient en outre confirmer la justesse de son engagement!

La vidéo qui prouve que Rémi n’a absolument pas pu marcher sur le policier, contrairement à ce que ce dernier prétend:

... http://www.desobeir.net/2017/12/18/proc ... u-15-juin/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20649
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 01 Jan 2018, 18:12

Deux militants CGT condamnés à 4 mois de prison pour avoir manifesté

Communiqué de l'UD CGT 44

Procès de nos deux camarades interpellés à la manifestation du 21 septembre dernier : un jugement politique pour l’exemple

En condamnant nos camarades à 4 mois de prison avec sursis, les juges du tribunal de Nantes ont confirmé la volonté politique du ministère public de faire des exemples pour tenter d’intimider l’ensemble du mouvement social. Manifester aujourd’hui, c’est prendre le risque d’être lourdement condamné.

Bien qu’il s’en défende en affirmant ne vouloir juger que les faits, le procureur a débuté son réquisitoire en pointant fortement 25 manifestations nantaises ayant entraîné des blessures policières et interrogeant l’un des camarades accusés sur le dispositif de service d’ordre de la CGT. Un double discours qui ne peut cacher les véritables intentions du ministère public, et donc du gouvernement, de sanctionner pour l’exemple.

Le procureur omet par ailleurs de dresser la liste des innombrables blessés côté manifestants dont les plaintes sont systématiquement classées sans suites. La justice serait-elle à deux vitesses selon que l’on soit du côté du pouvoir ou du côté des opposants à ses réformes ?

Plus que jamais nous dénonçons les stratégies préfectorales de maintien de l’ordre à Nantes qui, au lieu de s’attacher à maintenir la paix, créent un climat anxiogène et, parfois, répriment et provoquent.

Nous rappelons que l’interpellation de nos camarades s’est déroulée dans un contexte où la manifestation prenait fin et où tout le monde rentrait calmement chez soi. La préfecture, en ordonnant ces interpellations, prenait le risque de provoquer des tensions inutiles.

Alors que la CGT et d’autres travaillent depuis plusieurs mois à ce que les manifestations nantaises se déroulent dans un cadre pacifique, on peut légitimement se poser la question de la volonté préfectorale d’œuvrer à ce même objectif.

Le jugement d’aujourd’hui alimente cette stratégie de la tension. Nous étudierons dans les prochains jours, avec nos camarades, les suites juridiques que nous donnerons à ce jugement inique et politique.


http://lacgt44.fr/spip.php?article1620
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 24112
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 17 Jan 2018, 17:29

Marcus doit être libéré !

Paris vendredi 19 janvier 2018
à 19h, 73 rue Philippe de Girard, Paris 18e

Image

Pour avoir participé pacifiquement à un rassemblement en 2016 en marge de l'assemblée générale du groupe Bollore, Marcus a été frappé et arrêté par la police et condamné après 48h de GAV à 6 mois de prison ferme ! Son procès en appel aura lieu le 23 janvier à 13h30 devant la Cour d'appel de Versailles.

Voici ce que chacun-e d'entre-nous peut faire pour soutenir cet activiste dont tout le monde loue l'engagement politique et les qualités humaines :
• Venir échanger et rencontrer Marcus lors du repas de soutien organisé à Paris le vendredi 19 janvier à partir de 19h au 73, rue Philippe de Girard (75018). Lien vers la page de l'événement : https://lc.cx/gWhz
• Participer à la cagnotte pour que Marcus soit correctement défendu : https://www.lepotcommun.fr/pot/yvmb5mq2
• Venir au procès le mardi 23 janvier à 13h30 devant la Cour d'appel de Versailles (5, rue Carnot, 78000 Versailles)
• Partager la vidéo et le texte réalisés par Radical Cinema qui récapitulent les faits et les enjeux de cette affaire
https://radicalcinema.org/fr/20171231114004/

Nous avons 12 jours pour alerter le maximum de monde afin que Marcus ne soit pas condamné en catimini pour le seul fait de s'être opposé au pillage de l'Afrique par une multinationale telle que le groupe Bolloré.

#FreeMarcus

http://www.ism-france.org/communiques/M ... icle-20500
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 24112
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 18 Jan 2018, 16:18

LOI TRAVAIL : CONDAMNATION EN APPEL POUR NINA, JULES ET YVAN

Relaxé.e.s en première instance, la cour d’appel de Lyon a condamné mardi 16 janvier Nina, Jules et Yvan.

Entre les amendes, (1000 à 2000 euros chacun.e), les indemnités pour le député Jean-Louis Gagnaire et le 13ème mois pour les flics, illes devront verser au total plus de 6000 Euros. Jules est en plus condamné pour rébellion à "un agent dépositaire de l’autorité publique" et écope de quatre mois de prison avec sursis.

Rappel des faits ici https://lenumerozero.lautre.net/Jeudi-d ... nt-es-a-la (Manifestation du 12 mai 2016 contre la loi travail)

http://lenumerozero.lautre.net/LOI-TRAV ... ES-ET-YVAN
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 24112
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Précédente

Retourner vers Répression-anti-répression, résistance et soutien

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité