Initiatives contre repression et violences policières

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede Pïérô » 14 Fév 2015, 11:04

Journée contre les violences policières et d’état réussite à Montpellier

Le samedi 24 Janvier, une journée contre les violences policières et la répression étatique a été organisée à Montpellier par une Assemblée Générale qui s’est constituée pour s’organiser face aux arrestations, violences, expulsions, poursuites en justice, etc. que nous subissons dans nos luttes et notre quotidien.

La journée a démarré à 14h ; une centaine de personnes s’est rassemblée dans le quartier de Figuerolles et a manifesté vers la place centrale de la ville, scandant des slogans du type "la police tue, la police mutile", "c’est pas les immigrés qu’il faut virer, c’est le capitalisme et l’État policier", "police nationale, milice du capital", etc. La manifestation a été appuyée et accompagnée par les sons de la batucada militante de Montpellier, " la Battante".
Au cours de cette manifestation, non déclarée, les flics n’ont pas apparu, même si, selon des informations, ils étaient nombreux dans les rues adjacentes, prêts à intervenir.

A 17h, nous étions très nombreux-euses à nous retrouver au local militant "le Barricade" : avec les témoignages de Farid, du collectif "Urgence, notre police assassine", de Jonathan, du collectif "Angles Morts", et de plusieurs personnes ayant subies des violences policières et la répression de la part de l’État, nous avons échangé pendant trois heures sur le sujet.

La journée s’est terminée par un concert, et 160 € dans nos caisses de solidarité, ce qui est un début pour essayer de faire face collectivement aux frais de justice et aux peines prononcées.

Nous considérons que la journée était réussie ; dans un contexte défavorable suite aux attaques à Charlie Hebdo, nous avons contribué à rompre avec cette morose ambiance d’"union nationale" et à crier haut et fort que face à la répression Étatique, nous ne nous laisserons pas faire.

Suite à la réussite de cette journée, l’Assemblée Générale a décidé de constituer un réseau d’alerte en cas de répression, de mettre en place une caisse de solidarité pérenne, et de poursuivre la mobilisation.

https://iaata.info/Journee-contre-les-v ... s-577.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22435
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 18 Fév 2015, 12:38

Le Havre, samedi 21 février
14h
rassemblement en souvenir d'Abdoulaye

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 04 Mar 2015, 11:23

12 et 13 mars,
Forum Interfac sur les violences d’État
Deux jours de débat et une block party à Censier et Tolbiac

Depuis janvier 2015, on a le sentiment que tout s’accélère. Tandis qu’on assiste à la militarisation de l’espace public, les médias nous assurent qu’il s’agit de « protéger la démocratie et la liberté d’expression ». Pas le temps ni l’espace de se poser des questions, il faut accepter ce qu’on nous présente comme la volonté de « l’opinion publique ».

Pourtant, le climat sécuritaire imposé actuellement s’inscrit dans une logique qui n’est pas nouvelle, et qu’on est en droit de questionner.

En octobre dernier, Rémi Fraisse, opposant au barrage de Sivens, est tué suite à un tir de grenade offensive par la gendarmerie mobile. Il s’agit aujourd’hui de dénoncer ce crime, non pas comme une exception, mais comme étant la norme. Tous les jours, les forces de l’ordre administrent la violence de l’état aux cibles qu’il désigne : depuis les années 2000, 147 personnes tuées par la police ont été recensées.

Un comité Interfac s’est monté en novembre 2014 pour se rassembler, s’informer, et s’organiser collectivement face à des crimes inacceptables. Les universités sont censées être des lieux de partage et d’échanges des savoirs où ces problématiques doivent être abordées. Parti de ce constat, nous organisons dans les universités de Censier (Paris3) et Tolbiac (Paris 1), un forum sur les violences d’État.

Ce forum sera l’occasion, en réunissant une diversité de problématiques a priori éloignées, de montrer qu’elles relèvent en réalité de l’application d’une même logique d’État. Seront présent-e-s de nombreuses personnes et collectifs en lutte qui travaillent autour de ces questions, mais dont la parole est trop peu diffusée.


Le programme

JEUDI 12 MARS - CENSIER (PARIS 3), 13, rue Santeuil

- 9h-11h : petit-déjeuner / infokiosque (parvis)
- 11h-13h : Ouverture (salle 386)
- 13h-14h : buffet / infokiosque (parvis)
- 14h-15h30 : Tsiganes et nomades (salle 392)
- 16h-17h30 : Immigration et héritage colonial (salle D14)
- 18h-19h30 : Violences carcérales (salle D14)
- 19h30- 21h : Projection du film "La Tentation de l’émeute"

VENDREDI 13 MARS - TOLBIAC (PARIS 1), 90, rue de Tolbiac

- 9h30-11h30 : petit-déjeuner / infokiosque
- 11h30-13h : Grands projets (amphi J)
- 13h-14h : buffet / infokiosque (terrasses)
- 13h30-15h30 : Violences policières (amphi K)
- 15h30 : apéro / infokiosque

VENDREDI 13 MARS - 8, rue Godefroy-Cavaignac

- 18h-00h : Block Party - Do The Red Thing


http://paris-luttes.info/forum-interfac ... ces-d-2748
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede Pïérô » 07 Mar 2015, 15:06

Samedi 14 mars, Saint-Denis (93)

« Qui a tué Ali Ziri ? »

Soirée de soutien au collectif vérité et justice pour Ali Ziri

Centre social autogeré « l'Attieké », Bâtiment occupé, 31 bd Marcel Sembat, Saint-Denis

• 18h30 : Projection d'un extrait du film "Qui a tué Ali Ziri ?" /
Discussion avec le collectif Vérité et justice pour Ali Ziri
• 20h30 : concert : Première Ligne / Sitou Koudadje / Dino

Double verdict :
Non-lieu après la mort d'Ali Ziri et censure financière du film Qui a tué Ali Ziri ?

Le 11 juin 2009, Areski Kerfali, 61 ans et Ali Ziri, 69 ans sont interpellés par la police nationale d'Argenteuil, lors d'un contrôle routier. Ali Ziri quitte le commissariat dans le coma et décède à l'hôpital deux jours plus tard. L'explication donnée par la police et le procureur est : « décès suite à une malformation cardiaque ». Deux semaines après les faits, le juge d'instruction classe l'affaire sans suite. Un collectif d'habitants d'Argenteuil, Vérité et justice pour Ali Ziri se mobilise pour exiger une contre-expertise. L'autopsie révèle alors 27 hématomes et la mort par asphyxie suite à l'utilisation d'une technique d'immobilisation interdite depuis 2003.

Durant cinq années, le cinéaste Luc Decaster a filmé le combat de tous ceux qui refusent le procès bâclé, après cette mort que certains considèrent comme un lynchage. Ce film n'a bénéficié d'aucune aide et a été tourné et monté sans argent. Pour le finaliser, une campagne de soutien, dans laquelle s'inscrit cette soirée, a été lancée.


Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22435
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede Pïérô » 11 Mar 2015, 15:03

Mort de Lahoucine : Deux ans et toujours pas de changement !

Samedi 14 mars, Montigny-en-Gohelle (62)

Pour se souvenir et rendre hommage !

Pour exiger vérité et justice !

Pour obliger la juge à organiser une reconstitution !

Manifestons le 14 mars 2015 à 14h30 au départ de la rue Lassigny à Montigny-en-Gohelle* (Fosse 7)

Image

DEUX ANS ET TOUJOURS PAS DE CHANGEMENT!

Le 28 mars 2013, à Montigny-en-Gohelle (62), Lahoucine Ait Omghar est tué dans sa rue de 5 balles par la police. C'est le troisième jeune de ce quartier abattu par des policiers. Comme d'habitude, les flics se cachent derrière la légitime défense et les médias salissent la mémoire des victimes, alors qu'une fois encore, un jeune issu d'un quartier populaire est assassiné. Comme toujours, les familles restent seules face au silence de la justice et de l'État.

Le jeudi 19 mars aura lieu une décision importante concernant le dossier de Lahoucine. En effet la juge d'instruction a refusé une reconstitution et veut clôturer le dossier, alors que dans presque tous les cas quand il y a homicide, il y a reconstitution.

Pourquoi ce refus ? Y a-t-il quelque chose à cacher ?

Pour soutenir la famille et pour montrer que nous exigeons la vérité sur la mort de Lahoucine, soyons nombreux et nombreuses !

Et n'oublions pas les autres tombés aussi sous les coups et les balles de la police :
Riad Hamlaoui (2000, Lille)
Hakim Djelassi (2009, Lille)
Ali Ziri (2009, Argentueil)
Wissam Al Yamni (2012, Clermont Ferrand)
Amine Bentounsi (2012, Noisy-le-Sec)
Rémi Fraisse (2014, Sivens)
Bertrand Nzohabonayo (2014, Joué-les-Tours)

Pour plus d'infos :
http://labrique.net/numeros/numero-35-a ... les-corons
https://linsoumiselille.wordpress.com/2 ... opulaires/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22435
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede Pïérô » 12 Mar 2015, 02:05

Bordeaux - 14 au 26 mars
Journées Anti-répression

Image

http://clap33.over-blog.com/2015/03/bor ... ssion.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22435
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 27 Mar 2015, 15:25

Suis-je fichée par la police ? J’essaie de le savoir depuis trois ans

Le saviez-vous ? En France, on peut réclamer le contenu de certains fichiers de police. Mais la procédure est longue et pas complètement satisfaisante. Témoignage.

En 2011, j’ai tenté une expérience : demander l’accès à tous les fichiers de police, de gendarmerie et de renseignement me concernant. Pour exercer ce droit, la liste des fichiers est disponible sur le site de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil), à qui il suffit d’envoyer une lettre et la copie d’un titre d’identité.

La procédure est simple et très bien expliquée. A mesure que le nombre de fichiers croît, la liste s’allonge. Le 26 septembre 2011, je réclame mes données dans les fichiers suivants :

... http://rue89.nouvelobs.com/2014/09/10/s ... ans-254718
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 05 Avr 2015, 01:51

Communiqué de l’Assemblée des blessés, des familles et des collectifs contre les violences policières
CONDAMNÉ POUR VIOLENCES VOLONTAIRES ET FAUX ET USAGE DE FAUX : UN POLICIER PERD DEUX POINTS SUR SON PERMIS DE TUER

Dix ans au moins que nous nous faisons tirer dessus à coup de flashball et de lanceur de balles en diverses circonstances.
Dix ans que s’accumulent les blessures, les mutilations irréversibles et parfois la mort.
Dix ans d’humiliation, à vérifier l’impunité dont bénéficient les policiers à coup de classements sans suite, de non-lieux et de relaxes.

Le 20 mars dernier la cour d’assises de Mamoudzou, à Mayotte, a condamné un gendarme pour avoir éborgné un enfant de 9 ans en 2011 – c’est une première pour une cour d’assises. Il a été reconnu coupable de violences volontaires ayant entraîné une mutilation et une infirmité permanente et condamné à deux ans de prison avec sursis.

Aujourd’hui, Jean-Yves Césaire, le policier qui avait tiré sur Geoffrey Tidjani à Montreuil en 2010 alors qu’il participait à un blocus devant un lycée pendant le mouvement contre la réforme des retraites, a été reconnu coupable par le tribunal correctionnel de Bobigny de violences volontaires aggravées et de faux et usage de faux. Il a été condamné à un an de prison avec sursis, deux ans d’interdiction de port d’arme et un an d’interdiction d’exercer.

Si les lignes semblent bouger, ces peines sont finalement bien symboliques. Dans le premier cas, dès le lendemain du verdict le gendarme a pu reprendre sa triste fonction et son arme, et de nouveau tirer. Aujourd’hui en suspendant et désarmant temporairement Jean-Yves Césaire, la justice n’a fait que retirer au policier quelques points sur son permis de mutiler et de tuer, points qu’il pourra récupérer dans 2 ans. Dans deux ans il pourra tirer et mentir à nouveau.

Nous nous réjouissons cependant pleinement de la condamnation pour faux et usage de faux. Malgré une vidéo invalidant totalement les déclarations policières, Geoffrey et sa famille avaient dû longuement batailler pour que cette plainte pour faux soit instruite. Aujourd’hui la juge a dû reconnaître que les procès verbaux des policiers étaient un tissu de mensonges assermentés. Même si elle a réussi à ne jamais le dire explicitement, parlant avec prudence d’« habillage de la vérité », pour une fois la justice a admis que la police ment pour se couvrir, ce qui n’est pas une exception mais la règle.

Sans cette vidéo, c’est Geoffrey qui aurait été condamné sur la base des mensonges des policiers, et ceux-ci jamais poursuivis. Nous nous félicitons donc que les charges contre Geoffrey aient été abandonnées, et qu’il n’ait pas eu à subir l’affront d’une relaxe. Le policier bredouillant et mal à l’aise, et au delà tous ses collègues venus remplir la moitié de la salle en soutien, a dû rendre des comptes et subir les assauts que le procureur réserve habituellement aux petits délinquants. Ce sont eux, cette fois, qui ont dû écouter en silence un verdict en forme de rappel collectif à la loi et la déontologie. Que les policiers ne puissent plus tirer en se disant qu’ils seront couverts de toutes façons, qu’ils aient eux aussi quelque chose à perdre, que la peur les habite un peu, constitue une petite victoire.

Petite victoire quand tant de proches de personnes tuées par la police doivent faire face au déni de justice, aux mensonges policiers, aux non-lieux. Quand au sein de l’Assemblée des blessés, des familles et des collectifs contre les violences policières, on a vu les policiers ayant tiré sur Pierre, Casti, Quentin, Yann, Davy, Ayoub – tous blessés ou mutilés par des lanceurs de balles – blanchis par la justice, le plus souvent sans procès ni réelle instruction.

À propos des flashballs et LBD, la juge a admis qu’il « convient de s’interroger sur la pertinence du recours aux armes de type flashball » : « arme dangereuse », à la « fiabilité douteuse », dont l’usage est souvent « aventureux » et dont le « statut d’arme collective tend à déresponsabiliser ses usagers ». Elle a enfin pointé la banalisation de l’utilisation de ces armes, tout en insistant sur le fait que le tireur n’avait pas à l’utiliser hors contexte de « violences urbaines », laissant supposer que dans ce cas le policier aurait pu mutiler en toute impunité.

Ce procès a ainsi jeté une lumière crue sur les pratiques de la police en général, plus spécialement dans les quartiers populaires et tout particulièrement en Seine St-Denis. Déclaration de Jean-Yves Césaire : « le flashball ce n’est pas quelque chose d’inconnu en Seine-St-Denis ». Aurait-on assisté à de telles méthodes pour lever le blocus d’un lycée dans le centre parisien ?

Nous le répétons : dans la rue ou dans les manifestations, il n’y a pas de bon usage d’une arme comme le flashball. Blesser et terroriser sont ses objectifs et non ses dérives. Il n’y a qu’une seule manière d’arrêter la multiplication des mutilations qu’elle entraîne : désarmer la police.

En novembre dernier, nous avons décidé de constituer l’Assemblée des blessés, des familles et des collectifs contre les violences policières, pour se soutenir mutuellement et trouver ensemble les moyens d’entraver l’usage de ces armes. Nous n’avons pas peur. Nous poursuivrons tous les policiers responsables de blessures par des procédures pénales et attaquerons également devant le tribunal administratif l’autorité politique qui les arme. Faire qu’à chaque blessé, les policiers tireurs craignent pour leur poste et que l’État soit condamné. Dans les tribunaux ou dans les manifestations, dans les commissions parlementaires ou devant les usines d’armement, nous serons-là, déterminés à mettre en échec l’impunité et la violence policière.

LES POLICIERS NOUS BLESSENT
POURSUIVONS-LES !

Assemblée des blessés, des familles et des collectifs contre les violences policières, le 2 avril 2015

http://juralib.noblogs.org/2015/04/04/m ... olicieres/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 25 Avr 2015, 15:56

ACABADABRA et la police disparaîtra...

contre les violences de la police

DIMANCHE 26 AVRIL 16h30 à 22h Aux Francs Tireurs. 13 rue des Francs Tireurs La Courneuve Bus 150, 170, 173 RER B La Courneuve-Auberviliers Entrée prix libre

Après midi et soirée en soutien à des gens pris dans des procès pour dégradation de permanence PS et outrage à gardien de la paix (mon oeil).

Pour défendre des bouts de vie, des bouts de territoire, nous nous opposons aux forces de l’ordre.

A Paris, à Montreuil, après l’assassinat de Rémi Fraysse au Testet nous avons cru bon d’aller dénoncer les agissements de la police dans la rue. Dans cette période, nous nous sommes faits interpellés par la B.A.C à Montreuil. Nous sommes accusés d’avoir tagué dans l’immeuble du député socialiste Razzy Hamadi : ASSASSIN / REMI RIP. Le procès a été reporté au 16 mars 2016. Le parti socialiste n’est-il pas le parti au pouvoir qui a donné les ordres de lancer des grenades mortelles sur les contestataires au Testet ? Pourquoi poursuivre des personnes qui ne font que rendre visible les responsables d’un assassinat ? A Montreuil encore, une maison occupée s’est faite attaquée par des gros bras, envoyés par un propriétaire véreux, marchand de sommeil (voir le texte https://paris-luttes.info/la-moisy-...). Suite à l’attaque, la police viendra perquisitionner les lieux recherchant des "armes", des bombes lacrymogènes qu’ils n’ont jamais trouvées. Cette perquisition a été violente : une brigade d’intervention spéciale (GSI) brutalise toutes les personnes présentes. L’une d’entre elle, le seul africain du groupe, est traînée devant le tribunal pour outrage et violences contre agent dépositaire de l’ordre public. Procès reporté au 25 avril 2016. De nôtre côté nous avons également porté plainte contre le policier pour violence par agent dépositaire de l’ordre public, aucune suite n’a été donné à cette requête.

Dans ces deux histoires nous avons à faire aux forces de l’ordre et nous dénonçons le pouvoir qu’ils ont sur nous. Ils tuent, nous les dénonçons ; ils violentent et ils nous accusent de les avoir violenter, nous les attaquons. Ils possèdent ces pouvoirs parce qu’ils agissent impunément. La police est ce corps constitué qui, pour garantir le droit, dépasse sans arrêt les limites de celui-ci. Et pour lui permettre de dépasser ces limites, la justice du pays doit lui garantir une impunité quasi exemplaire. Et même quand ils sont punis, les policiers ont des peines ridicules. Ces derniers temps, deux policiers ont été condamnés par les tribunaux pour avoir éborgnés des enfants (Geoffrey 16 ans et Sannuir 9 ans). Mais les peines sont assorties de sursis et ils pourront retrouver leur travail. Quelles auraient été les peines de personnes lambda si elles avaient éborgné un enfant ? Cette impunité c’est aussi celle de tant de policiers qui ont assassiné, mutilé, blessé et qui pour la plupart ne sont même pas inquiétés. C’est contre ce pouvoir que de nombreux collectifs luttent, pour faire reconnaître aux yeux de tous qu’il y a eu faute, pour qu’il y ait des précédents. Nous pensons à Urgence notre police assassine, le collectif Huit juillet, Angles morts, Désarmons-les, Collectif pour Lamine Dieng, Vérité et justice pour Ali Ziri pour ne citer que quelques collectifs de région parisienne. C’est cette police, dans son pouvoir qu’elle a sur nous, que nous devons faire reculer pour trouver des espaces de liberté. Ils blessent, ils mutilent, ils tuent, poursuivons-les !

ACABADABRA et la police disparaîtra !

16h30 PRESENTATION/ECHANGES autour de : « Critique de la violence » de Walter Benjamin

Logique de l’impunité policière

C’est par ce texte des années 20 que nous essaierons de comprendre la logique de l’impunité policière, pour mieux la combattre.

Nous partirons d’une lecture et analyse de ce texte de Benjamin pour réfléchir sur la question de la violence de la police mais aussi de la question de la violence révolutionnaire. En effet Benjamin, propose de légitimer la violence révolutionnaire dans un système de droit en recherchant les contradictions dans le droit lui-même. Pour Benjamin, la grève par exemple rentre en contradiction avec le droit lui-même puisque si le droit de grève est poussé à son extrême, c’est le droit lui-même qui est remis en cause. Pour Benjamin la violence est toujours fondatrice en puissance d’un nouveau droit. La violence fondatrice et mythique, se doit de se conserver. Et là intervient la police qui conserve les limites du droit. Mais elle ne fait pas que le conserver, elle le fonde également. La police fonde un droit invisible qui permet garantir la survie du système de droit en place. C’est cette notion de fondation de droit qui nous intéresse plus spécifiquement et que nous discuterons notamment à travers la lecture de la Force de l’ordre, une anthropologie de la police des quartiers de Didier Fassin. Fassin a observé pendant plusieurs mois les pratiques d’une BAC de Seine St Denis. Il a décrit comment le pouvoir ferme les yeux sur les agissements violents, racistes, extra-légales de la BAC. C’est ce que Benjamin nomme la violence fondatrice de la police.

19h MANGER, ÇA CREUSE

20h PESTACLE ET MUSICALITES CONCERTINANTES

Tripes et Poils Conjonctions paramétriques entre crins de cheval et boyaux de mouton. Archer, cordes, violon et plus si affinité.

Acagouler dans les ères Pestacle de Trapèze (The Ex dans la cour des Francs Tireurs)

Biggy Samouraï Electro klezmer bang bang ! (Montreuil Moisy Marseille)


Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede Pïérô » 29 Avr 2015, 07:17

Samedi 2 mai, Noisy-le-Sec (93)

Marche - commémoration de la mort de Amine Bentounsi

Le 2 mai 2015 a 14h30 départ de la gare de Noisy le sec au tribunal de Bobigny.

Voilà déjà 3 ans que mon frère Amine a été tué d'une balle dans le dos par un policier Damien Sabounjian à Noisy le sec le 21 avril 2012. Damien Saboundjian a été mis en examen pour homicide volontaire, son avocat Merchat (avocat des policiers dans la mort de Zied et Bouna) plaide la légitime défense comme dans toutes les affaires ou des policiers sont responsables dans la mort d'une personne c'est leur premièr argument systématiquement.

En octobre 2014 nous avons appris la requalication des faits d'homicide volontaire" à "violence volontaire ayant entraîné la mort sans l'intention de la donner" ce changement s'appuie sur un expert en balistique qui dit " qu'un homme aurait pu se retourner en 1 fraction de seconde et mettre la vie de ce policier en danger. Dans cette affaire nous avons malheureusement pas eu l'aide de la vidéo comme aux "États Unis mort-walter-scott-famille-somme-police-americaine-rendre-comptes", pour démontrer que ce policier a abattu mon frère volontairement, il est comme même révoltant que les familles doivent se battre avec acharnement pour demander justice quand il s'agit de policiers mis en cause, malgré tous les témoignages et les éléments à charge contre ce policier. La déqualification des faits nous laisse un goût amer, néanmoins ce policier sera traduit devant les assises et sera jugé par un juré populaire au tribunal de Bobigny,

En attendant son procès il a obtenu sa mutation dans la région de Grenoble dont il est originaire suspendu de ces fonctions mais continue a percevoir son salaire par le ministère de l'intérieur, à la suite des pressions faite par les syndicats policiers pour le maintien de son salaire. L'avantage d'être au dessus des lois, on obtient beaucoup plus de privilèges de la part de la justice et de l'état quand un manifestant qui s'indigne de la mort d'un militant écologiste (Remy Fraisse) qui écope six mois de prison dont 2 mois ferme.

Justice égal pour tous? Réalité ou Utopie? Depuis 1 an que le dossier de l'instruction est clos nous attendons une date de jugement qui ne vient pas.

Pour toutes ces raisons nous seront déterminés à jamais pour la vérité et la justice.

Amal Bentounsi - Collectif Urgence notre police assassine


Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22435
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede sebiseb » 12 Mai 2015, 18:54

Je ne viens que épisodiquement sur le forum, mais en cherchant un peu je n'ai pas trouvé de discussion autour de cette vidéo postée par l'association Calais Migrant Solidarity ;

$apt-get install anarchy-in-the-world
$world restart
Avatar de l’utilisateur-trice
sebiseb
 
Messages: 1093
Enregistré le: 14 Aoû 2008, 13:51
Localisation: Île de France - Centre

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede Pïérô » 15 Mai 2015, 11:27

Saint-Denis (93), vendredi 15 mai

Rencontre avec les familles et collectifs qui luttent contre les violences d'Etat

A partir de 18h, Centre social L'ATTIEKE !
Centre social autogeré « l'Attieké », Bâtiment occupé, 31 bd Marcel Sembat, Saint-Denis (93)

En début de soirée, une discussion aura lieu de 18h à 20h30, avec projections et tables d'information. Elle sera suivie d'un repas et nous finirons la soirée dans une ambiance festive et musicale. Ce sera l'occasion d'échanger de de construire des liens qui nous permettent d'être plus forts et solidaires dans nos luttes.
Aucune limite pour se soutenir et avancer ensemble


Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22435
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede Pïérô » 18 Mai 2015, 10:19

Ce mardi 18 mai

Zyed et Bouna, appel à mobilisation nationale

Appel à mobilisation nationale

Le 27 octobre 2005 à Clichy-Sous-Bois, une dizaine d’adolescents qui sortent du foot sont interpellés par la police et prennent la fuite par peur d’un contrôle. Pris en chasse par plusieurs voitures de la BAC, Zyed, Bouna et Muhittin se réfugient dans un transformateur EDF. Vingt minutes plus tard, Zyed et Bouna meurent électrocutés. Muhittin, gravement brûlé, parvient à prévenir les secours.

Le 18 mai prochain, la cour d’appel rendra publique sa décision au sujet des deux policiers mis en examen dans cette affaire. Inculpés au départ pour mise en danger délibérée, la justice ne retient plus aujourd’hui que la non-assistance à personne en danger pour les deux seuls policiers mis en cause.

Après dix ans de batailles judiciaires et une relaxe confirmée une première fois en appel, quelque soit le verdict il ne sera jamais pleinement satisfaisant. Dans de trop nombreux cas les policiers mis en cause bénéficient d’une impunité judiciaire et sont traités comme des citoyens au-dessus des lois (Amnesty International, avril 2009).

Insultes, contrôles d’identité abusifs, brimades, mutilations, autant de pratiques qui constituent une violence quotidienne. Ali Ziri, Abou Bakari Tandia, Mohammed Boukrourou, Lamine Dieng… Nous ne parlons pas ici d’accidents ou de bavures, mais d’une violence d’Etat dont la justice se fait complice. Faut-il s’étonner des révoltes dans les quartiers populaires ?

Le 18 mai nous ne nous tairons pas ! Ces combats ne s’arrêtent pas aux portes des Palais de justice. Dans la rue, la lutte se construit et la solidarité s’organise.

Des familles et des collectifs se retrouveront
devant la cité judiciaire de Rennes à 14H30.


En île-de France, rassemblement à 19H devant
le tribunal de Bobigny, lieu de tous les non-lieux.

Au Havre, à Lyon, Lille, Reims, Tours,
Nantes,Toulouse, Montpellier et Marseille,
des rassemblements solidaires sont déjà prévus.


Rassemblons-nous devant tous les tribunaux de France
à partir de 19h pour montrer que nous n’oublions pas !

http://zyed-bouna-18-mai.com/

Lyon
http://rebellyon.info/Rassemblement-Zye ... apres.html

Tours
http://larotative.info/zyed-et-bouna-ap ... n-992.html

Nantes
https://nantes.indymedia.org/events/31505

Reims
https://reimsmediaslibres.info/Rassembl ... e-237.html

Toulouse
http://toulouse.demosphere.eu/rv/10761

Rennes
http://rennes-info.org/Rennes-Rassemble ... d-et-Bouna
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22435
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 19 Mai 2015, 09:59

Les policiers sont relaxés

Zyed et Bouna sont bel et bien « morts pour rien »

Le jugement des policiers mis en cause dans l’affaire de la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré aurait pu être l’occasion de montrer que l’impunité policière peut, parfois, être battue en brèche. Eh bien même pas. Le tribunal correctionnel de Rennes a tranché : les deux policiers mis en examen pour « non-assistance à personne en danger » bénéficient d’une relaxe définitive.

« Ce dossier, ce sont des enfants qui courent parce qu’ils voient la police et la police qui court parce qu’elle voit des enfants courir. Et la réalité de ce pays dans certains quartiers, c’est que le fait que l’on court quand on voit la police devient une infraction pénale. » Ainsi parlait Me Emmanuel Tordjman, un des avocats des familles de Zyed Benna et Bouna Traoré le 19 mars, devant le tribunal correctionnel de Rennes [1].

Son confrère, Me Jean-Pierre Mignard, avait pour sa part rappelé le contexte politique de l’époque : la politique du chiffre, exigée par le ministère de l’Intérieur — sous la direction de Nicolas Sarkozy, puis de Dominique de Villepin — qui réclamait arrestation sur arrestation pour montrer que la police « agissait ».

C’est cette politique qui a fait accuser les policiers Sébastien Gaillemin et Stéphanie Klein de « non-assistance à personne en danger » lorsqu’ils ont vu les deux enfants de Clichy-sous-Bois pénétrer dans un transformateur EDF, le 27 octobre 2005.

Quel était alors l’état d’esprit du policier Sébastien Gaillemin, qui observait la scène ? demandait Me Tordjman. « Il veut interpeller, il ne veut pas sauver. C’est cela qui caractérise l’abstention volontaire alors que le péril est imminent et réel. L’indifférence coupable des fonctionnaires de police, voilà le dossier ! »

Une relaxe, avait plaidé Me Mignard, serait un très mauvais signal donné à l’ensemble de l’institution policière. « Les familles vous disent : prenez-nous donc en considération, nous que l’on ne considère pas. Regardez-nous, nous que l’on ne voit pas. Écoutez-nous, nous que l’on écoute jamais. Il n’y a de meilleure preuve d’intégration que celle de ces familles qui attendent depuis dix ans la justice. Vous devez à la fois condamner et réconcilier. Les Français doivent savoir que, d’où que l’on vienne, on a droit à la loi. »

Le tribunal correctionnel a tranché. L’impunité policière peut continuer.

[1] Pascale Robert-Diard, « Zyed et Bouna : dix ans de colère à la barre » http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/20 ... -la-barre/, blog Chroniques judiciaires de Lemonde.fr

http://alternativelibertaire.org/?Zyed- ... el-et-bien
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Initiatives contre repression et violences policières

Messagede bipbip » 20 Mai 2015, 02:33

Lyon
Retour sur le rassemblement pour Zyed et Bouna
http://rebellyon.info/Retour-sur-le-ras ... ed-et.html

Bobigny
300 personnes pour Zyed et Bouna devant le tribunal de Bobigny
http://paris-luttes.info/400-personnes- ... bouna-3266


Justice pour Zyed et Bouna !

Le jugement du 18 mai relaxant les deux policiers lors du procès sur les circonstances de la mort de Zyed et Bouna en 2005 à Clichy Sous Bois ne peut que susciter l’indignation face à ce déni de justice.

Les enregistrements des échanges entre policiers lors des faits établissaient clairement qu’ils avaient conscience que ce n’étaient que des enfants paniqués et du danger qu’ils couraient en entrant dans la zone du transformateur.

Dix ans de procédure pour conclure à l’impunité des policiers cités à comparaitre est une insulte aux victimes et à leurs familles.

Il faut toute la haine raciste et de classe d’une Marion Maréchal Le Pen pour applaudir à ce jugement contre la « racaille ».

Le combat pour plus de justice sociale et plus de justice tout court pour tous les jeunes des quartiers à qui les politiques n’offrent aucun avenir fait partie du combat syndical.

http://www.solidaires.org/article51043.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Répression-anti-répression, résistance et soutien

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité