Page 13 sur 16

Re: Initiatives contre repression et violences policières

MessagePosté: 02 Juin 2017, 10:03
de bipbip
Toulouse
Vendredi de la solidarité contre les violences policières au CSA - 2 juin

Venez nombreux et nombreuses au vendredi de la solidarité du 2 juin pour soutenir le comité Vérité & Justice 31 !

Pour soutenir notamment Bagui Traoré, prisonnier de l’Etat et principal témoin du meutre d’Adama Traoré !

RDV 19h au Centre Social Autogéré, 15, rue Roquelaine.

https://iaata.info/Vendredi-de-la-solid ... -2093.html

Re: Initiatives contre repression et violences policières

MessagePosté: 07 Juin 2017, 00:51
de bipbip
Lyon
Repas contre les violences policières le 8 juin, en soutien au comité vérité et justice pour Mehdi

Depuis bientôt 6 mois déjà, le comité vérité et Justice pour Mehdi lutte pour qu’une enquête réelle et indépendante soit ouverte sur la responsabilité de la police dans la mort de Mehdi 28 ans qui venait de fêter la naissance de sa fille et rentrait en scooter à Vaulx-en-Velin avec deux amis. Afin de lancer de nouvelles actions et de payer des avocats, un repas de soutien est organisé le jeudi 8 juin à 19h30 à l’Atelier des Canulars.

On vous attend ce Jeudi 8 Juin à partir de 19H30 à l’atelier des canulars pour un Repas contre les violences policières en soutien au comité vérité et justice pour Mehdi

Repas Prix libre - Table de presse - Bar

Collectif Dar Harraga et Groupe Antifasciste Lyon et Environs

Pour en savoir plus sur l’histoire de Mehdi et les luttes qui sont menée, vous pouvez suivre la page fb ici https://www.facebook.com/VeriteEtJusticePourMehdi/ou/et lire tous les articles publié sur Rebellyon ici https://rebellyon.info/+-Verite-et-Justice-pour-Mehdi-+

https://rebellyon.info/Repas-contre-les ... s-le-17883

Re: Initiatives contre repression et violences policières

MessagePosté: 10 Juin 2017, 14:58
de bipbip
2009-2017 : commémoration du 8e anniversaire de la mort d’Ali Ziri.

Communiqué de presse du Collectif Vérité et Justice pour Ali Ziri. Le 11 juin 2009, Monsieur Ali Ziri décédait suite à son interpellation par la police nationale lors d’un contrôle routier. Rassemblement le 10 juin à Argenteuil.

Le 11 juin 2009, Monsieur Ali Ziri décédait suite à son interpellation par la Police Nationale lors d’un contrôle routier. D’après les conclusions de l’autopsie de l’Institut Médico-légal de Paris, qui a relevé 27 hématomes sur le corps, il est mort asphyxié suite au « pliage » exercé sur lui par les policiers. Or, 7 années de combat judiciaire ont abouti le 16 février 2016 au rejet du pourvoi en Cassation porté par la famille, avec cette conclusion : « il n’est ainsi pas possible de retenir une cause certaine de la mort d’Ali Ziri ».

L’affaire est actuellement devant la COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L’HOMME, dont nous attendons qu’elle condamne la France pour l’utilisation par les policiers d’une technique d’immobilisation létale – le pliage -, théoriquement interdite depuis 2003. Nous continuons d’exiger vérité et justice pour Monsieur Ali Ziri et pour tous les morts aux mains de la police dont les familles et les collectifs se sont vus opposer des non-lieux. Se joindront à nous dans cette commémoration Assa Traoré, Amal Bentounsi, Ramata Dieng, et des représentants d’autres familles de victimes.

Le Collectif appelle à un rassemblement devant l’Hôtel de Ville d’Argenteuil pour un hommage sur le lieu de l’interpellation Samedi 10 juin 2017 à 15h.

Halte aux violences et à l’impunité policières !


https://paris-luttes.info/communique%CC ... se-du-8273

Re: Initiatives contre repression et violences policières

MessagePosté: 11 Juin 2017, 01:41
de Pïérô
[Meaux] Le standard téléphonique du commissariat indisponible pour cause de solidarité

Suite à l’arrestation d’Amal Bentounsi, fondatrice et animatrice du collectif "Urgence notre police assassine", le standard du comico de Meaux a été assailli d’appels demandant la libération de notre camarade, selon Europe 1 http://www.europe1.fr/faits-divers/la-f ... ue-3354566.

Une action invisible, qui a sans doute joué à libérer Amal Bentounsi plutôt que de jouer l’épreuve de force.

À bon entendeur !

https://paris-luttes.info/meaux-le-stan ... ue-du-8319

Re: Initiatives contre repression et violences policières

MessagePosté: 18 Juin 2017, 20:18
de bipbip
Paris lundi 19 juin 2017

Ciné débat « Qui a tué Ali Ziri ? »

La Fabrik, 23 rue du Docteur Potain, Paris 19e

• 19h30 : projection du film « Qui a tué Ali Ziri ? »
• 21h00 : débat en présence de
- Luc Decaster, militant réalisateur
- Salomé Linglet, lutte contre le contrôle au faciès
- et des militants du Collectif Ali Ziri

Image

http://collectif-ali-ziri.over-blog.com ... ance-legal

Re: Initiatives contre repression et violences policières

MessagePosté: 19 Juin 2017, 12:04
de bipbip
Rencontre débat à St Etienne : comment se renforcer face à la police et à la justice ?

Suite à un premier rendez vous en mai, voici un deuxième moment de discussion et d’échanges.

Lors de mouvements de contestations, au cours de luttes auxquelles nous pouvons participer, ou dans notre vie de tous les jours, nous pouvons être confronté-es aux flics, et à la justice.
Ceux-là ont pour fonction de réprimer, de faire disparaître la déviance et la contestation... pour que chacun-e accepte le monde tel qu’il est.

Interpellation, convocation, garde-à-vue, procès, incarcération...
Dans ces situations on ne sait pas toujours ce qu’il est possible de faire, ce qui nous rend encore plus vulnérables.

La peur et l’isolement nous affaiblissent aussi.

C’est pourquoi nous proposons un temps d’échange et de discussion, pour partager nos expériences et nos réflexions.
Nous ne sommes pas des spécialistes et ne voulons pas non plus déléguer ces questions à des spécialistes, car nous pensons qu’elles font partie des luttes.
Nous voulons mettre en avant la résistance à la répression, la solidarité, l’autonomie dans nos pratiques et nos luttes, et des fonctionnements anti-autoritaires.

Rencontrons-nous pour évoquer nos expériences, questionnements, afin de nous enrichir mutuellement, et nous renforcer !

Comment se renforcer face à la police et à la justice ?
Mardi 20 juin de 19h00 à 21h30
Rdv sur le quai de la gare du clapier

https://rebellyon.info/Rencontre-debat- ... t-se-17970

Re: Initiatives contre repression et violences policières

MessagePosté: 21 Juin 2017, 09:11
de bipbip
Paris vendredi 23 juin 2017

Le Front social organise une soirée-débat contre la répression policière et mini-concert d'HK

à 19h, Annexe Varlin de la Bourse du travail
(annexe Charlot / Temple), 29 boulevard du Temple, ou 85 rue Charlot, Paris 3e

https://paris.demosphere.eu/rv/55870

Re: Initiatives contre repression et violences policières

MessagePosté: 24 Juin 2017, 18:03
de bipbip
Brigade Anti Rafle (B.A.R) : Affronter, Agir, Espérer

Appel à Réunion à la Bourse du Travail mardi 27 juin de 18 à 22H (salle Jean Jaurès).

La Brigade Anti Rafle (BAR) est née en 2016, pendant un Été policier

Pour faire face, et par rage.

Pour empêcher l’Etat de constituer toujours plus, par des contrôles au faciès géants, suivis d’enfermements, et en détruisant des biens, des Autres.

La BAR c’est pour dire : « Nous sommes ensemble, vraiment. Et donc… Nous sommes ensemble, même, surtout quand la Police débarque ».

Les membres de la BAR ont conscience que la principale menace raciste pesant sur les étranger.es illégalisés de ce pays, et contre les Noirs, les Arabes, ou les Rroms de France n’est pas Marine Le Pen, mais le locataire de la place Beauvau. Ce constat vaut quelque soit le gouvernement en place.

Lundi prochain, M. 23 ans afghan enverra un dossier à l’OFPRA, il sera moins bien traité qu’un demandeur d’asile lambda. Il est en « procédure accélérée », défavorable pour lui car, quelques jours après son arrivée en France et alors qu’il dormait à la rue, il a reçu une Obligation de Quitter le Territoire Français. Raflé.

La BAR est née pendant un Été policier après un Printemps lacrymogène

Pour faire quelque chose et en finir avec l’impuissance.

Elle a perturbée ou rendu caduques des rafles en faisant fuir des gens ou en se mêlant à eux.

Elle a suivi les camions policiers, en taxi, en vélo, ou en voiture.

Elle a découvert des commissariats réservés aux étranger.es, elle s’est glissée dedans ou s’est rassemblée devant pour remplir des papiers, des dossiers d’aide juridictionnelle et pour récolter des témoignages.

Elle a fait de l’information sur les campements, à Stalingrad, à Jaurès, à Gare du Nord à Barbes, à Château Rouge.

Elle a fait annuler des Obligations de quitter le Territoire Français ou des placements en rétention.

Elle a témoigné, dénoncé, rendu visible, une chasse à l’homme à l’abri des regards et des opérations policières de masse [1] en plein jour qui ne sont toujours pas consignées dans les registres municipaux.

La BAR a pris des coups. Il y a des procès en cours. Elle a appris à se défendre.

Les données qu’elle a récolté et les actes qu’elle a posés, ont permis à des gens de demander l’asile en France, ont aidé à des actions collectives contre les gouvernant.es et ont créé des liens solides avec nombre d’éxilé.es.

La BAR est née pendant un Eté policier, prélude à un Automne liberticide

Hier, les rafles fonctionnaient de pair avec la mise en place du centre de tri de Mme Anne Hidalgo en concertation avec Emmanuelle Cosse et Bernard Cazeneuve.

Devant France Trottoir d’Asile, métro Jaurès, J. qui a dormi 85 jours à la rue nous racontait il y a 10 jours que « pour entrer dans ce camp, tu es obligé de sentir, de goûter un peu de gaz ».
Les rafles n’ont jamais cessé en Banlieue, dans les gares de France ou à Calais.
Ces jours ci elles s’accentuent. Dans la capitale des gyrophares le prétexte du moment c’est les JO :« Il faut « nettoyer les rues » nous dit-on.

Hier, Scander un tunisien qui allait se marier avec une française a été expulsé de force après avoir passé 31 jours dans une prison pour étranger.es à Vincennes.Son crime ? Charger son pass Navigo à Gare de Lyon. Raflé comme celles et ceux qui cherchent du Wifi à Garde l’ Est.

La BAR est née pendant un Eté policier, miroir d’un Hiver sécuritaire

Elle a l’ambition de grossir et de faire des petit.es, partout.

Être membre de la BAR ne nécessite aucune capacité physique, aucune compétence particulière.

A nos actions nous avons vu des femmes et des hommes du quartier, jeunes, vieux, de toutes origines et tous milieux sociaux.

C’est la rencontre et le mélange de populations inégalement raflables qui fait notre force.

La BAR est une armée de gens ordinaires et de n’importe qui, à l’image du monde tel qu’il est en bas de chez toi. A l’image du monde tel qu’il n’est pas à l’Elysée, à l’Assemblée Nationale, ou à la tête des des grandes entreprises.

La BAR est née pendant un été policier pour conjurer les saisons blanches et sèches

Elle a l’ambition de reconquérir les quartiers où la Police va trop pour aider les habitant.es à se défendre et se protéger les un.es les autres.

Ces trop-go-zones, où « Abbas » et « hawa (l’air) » (comme disent les Soudanais.es et les Erythren.es pour désigner les bleus) prennent leurs aises, c’est d’abord Chez Nous.

Nous voulons que partout, dans cette France en guerre permanente votée à la quasi-unanimité et dans l’indifférence, cette France où les militaires se baladent le doigt sur la gâchette, on complote, on manifeste, on dise, qu’ils et elles entendent, voient, ressentent : "Hey, laisse pas trainer ton flic ! »

Nous voulons que la volaille en képi, les barbouzes en kakis et celles et ceux qui les commandent se sentent filmés, surveillés, jugés en permanence.

Il n’y a que cela qui empêchera la police de venir chercher A.R soudanais dans son centre d’hébergement francilien à 2h30 du matin pour l’expulser la veille de la fin de « son Dublin » comme cela est arrivé la semaine dernière.

Il n’y a que cela qui stoppera les ballets pleins de morgue de la Bac ou des GPSR qui jouent aux cowboys devant les vendeurs à la sauvette.

« By any means necessary »

L’État d’Urgence gangrène désormais aussi le droit commun qui nous protégeait déjà si peu. C’est la preuve que toutes les marges de manœuvres que nous abandonnerons seront perdues.

L’Etat est illégal. Aussi, la BAR » s’autorise à faire tout ce qu’elle jugera utile et légitime pour arriver à ses fins.

Veiller, Informer Résister, Exister, Répondre (V.I.R.E.R). C’est notre plan d’action.
Calais, la Roya, Clichy-sous-bois, Paris, Mohamed Moussa, Ali ziri, Khalil, Théo Luaka, Ibrahim, Adama Traoré, La loi Travail, Lamine Dieng, Notre Dame des landes, 47 [2], tant de chiffres, de noms, de corps et de larmes.

Ces dernières années nombreux sont celles et ceux qui déplorent, constatent.

Les perspectives prennent la forme de meetings, de « coups » et de tribunes où trop souvent, l’entre soi satisfaits des un.es, fier.es d’en être parfois à juste titre, dispute à la déprime des autres conscient.es d’être trop peu.

Nous pleurons nos blessé.es, nos mort.es, nos camarades et nos déporté.es.
Mais, honorer les nôtres c’est avant tout faire, pour sauver nos peaux.

Dans les quartiers, sur les campements, dans les bidonvilles, autour des gares, dans les centres d’hébergements et les Prahda, nous irons, pour changer de saison.

إلى الأمام ! [3]
La BAR est née au cœur d’un Eté policier.
Elle a grandi dans un Automne lacrymogène et a traversé l’Hiver sécuritaire.
La BAR est née au cœur d’un Eté policier
Nous préparons le Printemps en respirant nos rêves

Lachapelle.debout@gmail.com


Notes

[1] Plus de 4000 arrestations, 500 OQTF qu’on a fait passer pour des « promesses d’hébergements », 135 personnes placées en rétentions dont des mineurs.

[2] En 10 ans, 47 hommes désarmés sont morts à la suite d’une intervention des farces de l’Ordre.

[3] En Avant !


http://paris-luttes.info/brigade-anti-r ... onter-8396

Re: Initiatives contre repression et violences policières

MessagePosté: 07 Juil 2017, 00:29
de Pïérô
Paris, vendredi 7 juillet 2017

Procès de Nico, violences policières

9h, Palais de Justice de Paris, Île de la Cité, 4 boulevard du Palais
(prévoir d'être en avance pour passer les contrôles à l'entrée du Palais de justice).

Procès de Nico au TGI de Paris, à la 30ème chambre correctionnelle. Pour rappel, Nico a reçu des coups de matraque lors d'une manifestation de migrants entre Jaurès et Stalingrad en août dernier. Lors de l'audience précédente, en février, la juge avait demandé une confrontation avec les CRS qui l'ont frappé et qui ont ensuite déposé plainte. Ces CRS toulousains seront en visioconférence. Soyons nombreux pour manifester notre solidarité !

https://paris.demosphere.eu/rv/56129

Re: Initiatives contre repression et violences policières

MessagePosté: 30 Juil 2017, 16:16
de bipbip
Versailles (78) mercredi 2 août 2017

Warren se voit mourir

Elvis, Whaid, Akram, Yassine, Foued ces dernières semaines c'est au tour de Warren aujourd'hui.

Une nouvelle affaire qui démontre que toutes ces Violences ne sont pas des cas isolés mais bien une Violence structurelle et institutionnelle.

Dimanche 25 juin 2017 , il est aux alentours de 14h00 sur une petite route derrière l'école des petits près à Élancourt, Warren est sur son scooter il est en règle, porte son casque il roule à 30 km /heure.

Il s'aperçoit qu'une voiture du type Mégane marron dorée qui accélère à son niveau et veut le percuter, il ne comprend pas, il l'esquive de justesse et tourne à gauche, devant lui à pied un policier en civile sans aucun brassard de police le met en joue avec son arme de service il s'arrête comprend qu'il s'agit d'un policier présente ses papiers de la le Policiers lui assène un coup de crosse à la tête, s'ensuit des coups et des insultes; il est menotté et trainé à côté d'un arbre alors qu'il est couché face contre terre, un autre policier continue à lui porter des coups à la tête.

Interpellé il est emmené au commissariat de Trappes, Warren ne se doute pas de ce qu'il va vivre pendant 24 heures.

Pendant le trajet du commissariat, alors qu'il est menotté et mis dans la voiture de ses bourreaux, le conducteur roule à vive allure, Warren n'est pas attaché avec la ceinture de sécurité, son corps fait des vas et viens entre les policiers qui le projettent violemment à plusieurs reprises à l'arrière de la voiture.

Entre-temps un policier municipal vient sur les lieux pour identifier Warren, le policier affirme que ce n'est pas lui.

Warren soulagé pense qu'il va pouvoir sortir et dit aux policiers « je vous l'ai dit je n'ai rien à voir, il vous l'a confirmé que ce n'est pas moi »

Le plus virulent d'entre eux lui répond « ce n'est pas grave, tu 'as essayé de me tuer en me fonçant dessus avec ton scooter, je vais porter plainte contre toi. »

Il est mis dans la salle de la fouille, 5 policiers sont présents, l'un d'entre eux le plus virulent lui dit « tu as insulté ma mère. »

Warren choqué de cette question lui répond « Mais pas du tout c'est vous qui m'avait insulté et me frappé alors que je n'ai rien fait.

Le policier qui lui avait déjà porté des coups sur la vidéo le saisit par le cou et pratique une clé d'étranglement, Warren commence à suffoquer, 4 policiers présents se marrent et dès qu'ils voient que Warren commence à perdre connaissance le deuxième policier donne le signal qu'il faut arrêter, Warren s'effondre au sol pendant que les policiers ricanent, ils le laissent reprendre son souffle et réitère la clé d'étrangement à 5 reprises.

Warren impuissant dans la salle où il n'y a aucune caméra, se voit mourir.

Il ressortira que le lendemain avec de nombreuses contusions et une convocation au tribunal de Versailles les 2 aout 2017 à 16h30, pour une plainte déposée par ses bourreaux qui ont décidé d'épargner sa vie.

Sa maman a décidé de ne pas en rester là, nous a contactée par l'intermédiaire d'une amie qui avait publié sur son profil la vidéo en réponse à sa publication elle avait reçu plusieurs menaces insultes racistes par des Policiers qui feront également allusion à l'affaire de Theo.

Sa famille se constitue partie civile et fait le signalement auprès de l'IGPN.

Nous serons solidaires et serons présents le 2 AOUT 2017 à 16h30 au tribunal de VERSAILLES.

Pour ne plus inverser les rôles, ces pratiques meurtrières ont fait beaucoup trop de victimes dans les geôles des commissariats de France qui ont été masqué comme des suicides.

#JeFilmeLaPolice
#SoutienAWarren
#Rendez-Vous le 2 Aout 2017 tribunal de Versailles


https://www.facebook.com/Urgence.notre. ... 522740572/

Re: Initiatives contre repression et violences policières

MessagePosté: 26 Aoû 2017, 16:26
de bipbip
Action de soutien à Robin et contre la violence de l’état

A la suite de la manifestation du 15 août, au cours de laquelle plusieurs d’entre nous furent blessé.e.s, il nous a été difficile de savoir comment réagir à une telle violence.

Alors que les lettres de soutien à Robin affluent, nous avons décidé de réaffirmer le nôtre grâce à des banderoles. L’une a été accrochée face à la fenêtre de sa chambre d’hôpital, l’autre dans le bois Lejuc, toujours occupé malgré la volonté des autorités de tuer la résistance par la peur.

Nous refusons de laisser l’état nous intimider et de se déresponsabiliser quant à ses actions.

Au même moment, le gouvernement Macron vient de passer commande pour 22 millions d’euros « de grenades de maintien de l’ordre et moyens de propulsions à retard » sur 4 ans.

Plus la répression est forte, plus il est nécessaire de lutter.

Image

http://vmc.camp/2017/08/24/action-de-so ... -de-letat/

Re: Initiatives contre repression et violences policières

MessagePosté: 07 Sep 2017, 17:45
de bipbip
Dimanche 10 septembre 2017 à Bar-le-Duc (55)

Rassemblement contre les violences policières et pour l’interdiction des grenades assourdissantes

à 14h devant la gendarmerie de Bar-le-Duc.

Suite à la manifestation du 15 août à Bure qui a fait de nombreux blessés graves parmi les manifestants, un rassemblement est organisé à Bar-Le-Duc, dans la Meuse, ce dimanche 10 septembre à 14h, afin de soutenir Robin, réclamer l’interdiction des grenades dites "assourdissantes", et dénoncer la violence des forces de l’ordre, qui mutilent en toute impunité.

30 personnes ont été blessées, dont trois personnes grièvement blessées, dont Robin, qui a été hospitalisé car une grenade a explosé sur son pied. Son pied a été perforé par la grenade, laissant un cratère de 10 cm par 13 sur une profondeur de 2 à 3 cm (voir l’article des médics de Bure, avec la photo). Il s’agit d’une blessure très grave, causée par une arme de guerre qui est présentée comme étant "non-létale".

Le 15 aout 2017, des centaines de manifestants ont convergé à Bure dans le but de s’opposer au projet de poubelle nucléaire de l’état français. Vent debout contre cette farce mortifère, ils venaient affirmer, jeunes et vieux, agriculteurs et étudiants, enfants et grands parents, leur opposition déterminée. La gendarmerie mobile décidera de les empêcher de manifester sur le chemin prévu. Ils décident donc de rejoindre leur but à travers champs. Leur objectif était de rejoindre le site archéologique néolithique d’importance majeure mis à jour sur l’emprise du projet, afin de dénoncer sa minimisation par la mafia nucléaire.

Au bout de plusieurs heures de marche, la gendarmerie mobile décide de nouveau de freiner la progression des manifestants. Pour ce faire, et tandis que ceux-ci ne représentaient en rien un danger pour eux ou une quelquonque infrastructure, ils tireront au milieu des champs et de la foule des dizaines de grenades assourdissantes qui feront de nombreux blessés, et ce pendant que les gens refluaient. Ces tirs de grenades ont été effectués par des fusils lanceurs de grenades, à des dizaines de mètres de leurs cibles. L’une d’entre elle a touché Robin au pied, lui causant encore actuellement d’atroces douleurs et un futur à jamais modifié. Malgré cela, il ne perd pas espoir et encourage tous les hommes et femmes, en lutte maintenant ou plus tard, à ne pas céder à la fatalité policière et à la peur et à continuer de lutter sur tous les fronts, contre le nucléaire et contre le monde qui va avec.

La grenade aurait pu le tuer, lui ou un autre, si elle avait explosé près de sa tête, comme cela a été le cas pour Rémi Fraisse, mort à Sivens d’une grenade offensive, explosant dans son dos, interdite depuis. Une grenade offensive comportait 100g de TNT. La GLI F4, la grenade assourdissante qui a touché Robin et tant d’autres en contient 25g. Quel différence y a t-il, à en juger par les blessures profondes et irréversibles infligées ? Aucune, cela dépend juste de l’endroit où tombe la grenade.

Malgré cette tragique actualité, et tous les mutilés et morts provoqués par les armes de la police, Macron et sa clique viennent de commander pour 22 millions de grenades lacrymogènes et explosives en tout genre, disant "commander l’arsenal nécessaire pour 4 ans de maintien de l’ordre". Cette annonce, à quelques jour du coup d’envoi d’un nouveau mouvement social d’ampleur contre la casse des acquis sociaux, de la part d’un gouvernement qui sabre les budgets sociaux et accompagne les plus riches, et mutile ses opposants à peine 2 mois après avoir été élu, a un goût amer et dégueulasse.

Afin de ne pas laisser Robin et les autres mutilés seuls face à l’injustice,

Afin de montrer que malgré les armes et les abus des forces de l’ordre, nous serons toujours là, solidaires et determinés à poursuivre nos luttes,

Afin d’exiger l’interdiction de ces grenades semeuses de mort,

Retrouvons-nous ce dimanche 10 septembre à 14h devant la gendarmerie de Bar-le-Duc.

Soyons nombreux, emmenons des pancartes et des banderoles, retrouvons-nous pour soutenir Robin et les autres.

Rien ne nous arrêtera.


https://manif-est.info/Rassemblement-co ... s-304.html

Re: Initiatives contre repression et violences policières

MessagePosté: 25 Sep 2017, 11:33
de bipbip
Bruxelles mercredi 27 septembre 2017

Non aux violences policières : Soutien au Procès de Benjamin

Stop Répression

12h30, Palais de Justice, Place Poelaert, Bruxelles

Lors de la nuit du nouvel an, vers 3h20 du matin, alors que la soirée commençait à toucher à sa fin, Benjamin a été agressé par des policiers. Lui et deux amis s'amusaient avec des pétards dans la rue. Deux policiers (sur les quatre) leur ont confisqué le sac contenant les pétards, au motif qu'un arrêté du bourgmestre les interdit pour la nuit du Nouvel An.
Benjamin qui ne contestait pas l'interdiction leur a simplement demandé de récupérer le sac pour retourner dans la fête privée de laquelle ils venaient. Les policiers ont refusé. Benjamin a insisté et c'est à ce moment-là qu'un policier l'a pris au cou sans raison. Son collègue, le plus jeune l'a accompagné en lui donnant des coups de pied au niveau du ventre et des côtes. Les deux policiers avaient également sortis leur matraque. L'ami de Benjamin qui souhaitait filmer la scène en a été empêché par une autre policière restée plus loin.

Benjamin leur a ensuite demandé leurs numéros de matricule. Comme seule réponse, le plus jeune l'a aspergé de sa bombe-spray lacrymogène en pleine figure. Lorsque Benjamin leur a dit qu'il allait porter plainte au « comité P », les deux policiers (alors en train de s'en aller) se sont mis à courir vers lui, à toute vitesse, agressifs. Benjamin apeuré, a tenté de fuir mais les policiers l'ont rattrapé, saisi par la capuche de sa veste, mis au sol puis frappé à coups de pieds dans l'abdomen, dans le dos, les côtes et le ventre mais surtout donné des coups de matraques dans ses jambes. Tout ça sans relâche pendant plusieurs minutes.

Ses deux amis n'ont pas pu lui venir en aide, car les deux policières les maintenaient violemment à distance.Incapable de se défendre, Benjamin a été forcé de leur dire qu'il ne porterait pas plainte car c'était leur condition pour qu'ils arrêtent de le tabasser.

Dès le lendemain, Benjamin a porté plainte et les policiers ont été identifiés. Benjamin a opté pour la médiatisation de l'affaire au maximum. Ce qui a eu comme conséquence que les quatre policiers (deux hommes et deux femmes donc), ont rédigé deux rapports des faits… contradictoires (a révélé le Comité P) ! Les témoignages des faits de ses amis, et également celui d'un inconnu passant dans la rue, eux, concordent sur l'ensemble des points centraux. Ainsi, deux d'entre elleux sont poursuivis et le procès aura lieu ce mercredi 27 septembre 2017 !

Nous appelons à nous rassembler massivement ce mercredi 27 septembre à 12h30 devant le Palais de Justice de Bruxelles afin de soutenir Benjamin et s'opposer fermement à l'impunité de la police qui accumule les abus et la violence sans jamais être inquiétée. Police partout, justice nulle part !
Notre force et notre détermination se montreront dans le nombre !

Nous appelons également toute organisation, association, collectif,.. à signer cet appel (via FB ou mail stop.repression.be@gmail.com), à participer et à mobiliser !

Premiers signataires :
Campagne Stop Répression
JOC Bruxelles
Jeunes anticapitalistes (JAC)
LCR / SAP
Occupy Brussels Belgium
Indignez-Vous.be
Nuit Debout BXL
Observatoire des Libertés Sociales de Belgique
Comité des parents contre les violences policières à Molenbeek

https://bxl.demosphere.eu/rv/12623

Re: Initiatives contre repression et violences policières

MessagePosté: 02 Oct 2017, 11:01
de bipbip
L’union sud Loire CGT porte plainte après la manif du 21 septembre

Le syndicat dénonce les conditions dans lesquelles deux militants ont été interpellés, à l’issue de la manifestation du 21 septembre à Nantes.

Jeudi 21 septembre, deuxième mobilisation contre la réforme du Code du travail. Les manifestants avaient été empêchés par les forces de l’ordre de se rendre jusqu’à la permanence de François de Rugy. Ils avaient alors érigé un mur, au rond-point de la rue Gaston Veil, face au CHU, que les policiers ont ensuite détruit.

La manifestation se terminait, quand des policiers de la brigade anticriminalité ont interpellé deux hommes, soupçonnés d’avoir lancé des projectiles contre les fonctionnaires.

L’interpellation a eu lieu dans le camion de l’union locale du sud Loire qui s’apprêtait à partir. Le conducteur du véhicule à qui les policiers ont voulu prendre les clefs et son passager de 86 ans ont été blessés. Ils ont eu respectivement, 2 et 7 jours d’ITT.

L’union locale a réagi en portant plainte pour violences. Les deux militants eux seront jugés le 14 décembre au tribunal correctionnel de Nantes. La CGT appelle déjà à une mobilisation.

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la- ... re-5280359

Re: Initiatives contre repression et violences policières

MessagePosté: 25 Oct 2017, 22:22
de Pïérô
Mobilisation contre les violences policières en banlieue le 28 Octobre

Une grande mobilisation à venir : rendez-vous le 28 Octobre à 14h devant le TGI de Bobigny à l’initiative de la page Facebook Justice pour Théo

Le samedi 28 octobre 2017 à 14H00 à Bobigny, nous réclamerons Justice, nous dirons STOP aux brutalités, humiliations, provocations, viols et assassinats commis par certains policiers peu scrupuleux.

Nous demanderons Justice pour Théo, et Justice pour tous car nous sommes désormais tous concernés par ce fléau.

Face à la multiplication des crimes et délits et pour que tout cela cesse, soyons solidaires et refusons de rester sans réaction.

Que vous veniez de Paris ou d’ailleurs, c’est ensemble que nous dirons stop à l’injustice et l’impunité des coupables de bavures, d’assassinats, de viols.
Il est temps que cela change.

Justice pour Théo
Justice pour tous

https://paris-luttes.info/mobilisation- ... ences-8787