Initiatives contre repression et violences policières

Initiatives contre repression et violences policières

Messagede Nico37 » 21 Jan 2009, 18:20

Journée anti répression Nancy 22/25 janvier

JOURNEES ANTI-REPRESSION du 22 au 25 janvier 2009 à Nancy


Répression (N,F in Wikipedia.fr)
==========
* La répression pénale est l'acte de sanctionner des infractions. * En politique, la répression désigne le fait de réprimer et de prendre
des mesures punitives vis à vis des attitudes contrevenant aux lois ou aux options d'un pouvoir politique en place, empêchant la protestation ou un
soulèvement collectif par la contrainte ou la violence.
* Repression est un album du groupe Trust.

La répression, qu'elle soit policière ou pénale, est un ensemble de mesures/dispositifs mis en place par le pouvoir pour faire taire celles et ceux qui voudraient le contester. La répression sert à punir, mais aussi à dissuader par la peur toute tentative de remise en question de ce pouvoir.
L'omniprésence du discours sur l'insécurité de Sarkozy ne fait que renforcer ces dispositifs et leur banalisation.

- Depuis 2001, mise en place d'un nombre impressionnant de lois sécuritaires : Lois Perben II, Loi sur la Sécurité Interieure, Loi sur la Sécurité Quotidienne, lois antiterroristes...
- Usage banalisé d'armes par la police (Taser, Flashball...)
- Le fichier EDVIGE (Exploitation Documentaire et Valorisation de l'Information GénéralE), se propose de ficher la population selon ses activités politiques, sa sexualité, ses origines sociales et culturelles ou encore sa religion.
- Rafle de sans-papiers : quota fixé a 26000 expulsions en 2008, ouverture de nouveaux Centres de Rétention, etc.
- Impunité des flics assassins coupables de bavures.
- Dispersions régulières des manifs à coup de gaz lacrymogènes.
- Couvre-feu en banlieue.
- Vidéosurveillance à tous les coins de rue.
- Allongement de la durée de garde à vue jusque 6 jours.
- Bouclage policier des quartiers populaires.
- 560 000 fichages ADN depuis 2003.
- Tabassage de jeunes par les forces de l'ordre lors des dernières manifestations lycéennes.
- Accusation d'association de malfaiteurs à visée terroriste pour deux jeunes qui transportaient des fumigènes en janvier 2008.
- Intervention policières musclées dans les écoles primaires, collèges et lycées (rafles de sans papiers, recherche de cannabis, etc.)
- Biométrie
- 3000 jeunes de 13 à 18 ans séjournent chaque année en prison.
- Lois anti-jeunes visant à empécher les rassemblements notamment dans les halls d'immeubles.
- Chasse aux pauvres avec le délit de "mendicité agressive".
- Campagne médiatique sur la "mouvance anarcho-autonome d'ultragauche" permettant la surveillance intensive de personnes sans autres motifs que leurs opinions politiques.
- Peine plancher : peines de prison ferme automatiques pour tous les délits mineurs en cas de récidive.
- Ouverture de 7 Etablissements Pénitenciaires pour Mineurs depuis 2007.
- Surpopulation carcérale : jusqu'à 3 détenus pour 1 place dans certaines prisons.
- Nettoyage au karsher.
- Augmentation de 42% des condamnations pour "outrage et rébellion" en 10 ans.
- Licenciements de syndicalistes pour avoir fait grève.
- Promotion de la délation et création des "citoyens-relais".
- Criminalisation des prostituées avec la création du délit de "racolage passif".
- Utilisation des lois anti-terroristes pour poursuivre des militants politiques sans aucune preuve.

Nous vous invitons quelques jours pour se rencontrer, s'informer, échanger, réflechir et s'organiser sur ce thème.

PROGRAMME
=========

Jeudi 22 janvier
----------------
18h00 : Projections de courts-métrages sur la répression
21h00 : Concerts de soutien avec Edwige, Morve, Avorton congénital, Menopose, Rosapark, D.E.C

Vendredi 23 janvier
-------------------
18h00 : Manifestation contre la répression et la criminalisation des mouvements sociaux, place Stanislas
20h00 : Apéro dinatoire organisé par le Comité nancéen de soutien aux inculpé-e-s de Tarnac ; concert de la Chorale des Sans Noms
21h00 : Les Monologues du Vagin, pièce de théatre basée sur des témoignages de femmes, à propos de leur corps et de leur sexualité

Samedi 24 janvier
----------------
17h00 : Atelier de self-defense juridique : connaître les lois, nos droits, et comment réagir face à la police et face à la justice
21h00 : Concerts de soutien avec Le Nouveau Détective, Strong as Ten Casko-Bol, La place du mort

Dimanche 5 janvier
------------------
15h00 : Table ronde de discussions, lectures de textes, partages d'expériences
19h00 : Restaurant végétarien
21h00 : Petits et grands spectacles (jonglages, musiques, jeux, etc...), suivis d'une boum


Infos Pratiques
===============
Il y aura de quoi boire et manger tout au long des activités. Toutes les activités sont à prix libre (tu donnes ce que tu veux/peux) et les concerts sont à un prix conseillé de 4 euros. L'argent sera reversé au comité de soutien aux inculpé-e-s de Tarnac.

Toutes les actions auront lieu au : CabaRé pression 5 impasse du caveau Nancy

CONTACT
=======
Passez au lieu lors des activités !
Par mèl : caba-re-pression@riseup.net Page web : caba-re-pression.noblogs.org


* - * - *

Quand ils sont venus rafler les sans-papiers, je n'ai rien dit, j'avais des papiers.
Quand ils ont imposé le couvre-feu aux banlieusards, je n'ai rien dit, je vivais au centre-ville.
Quand ils ont enfermé les "anarcho-autonomes", je n'ai rien dit, je ne faisais pas de politique.
Quand ils sont venus me chercher, il n'y avait plus personne pour protester.
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Initiatives contre repression et violences policières

Messagede JPD » 16 Nov 2010, 04:16

Appel de Poitiers pour une Journée nationale d’actions
contre la répression et les violences policières le 19 mars 2011


Le Forum antirépression organisé à Poitiers par le Comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux, les 13 et 14 novembre,
a réuni des membres de différents collectifs existant à Toulouse, Bordeaux, Périgueux, Saint-Nazaire, Tours, Blois, Poitiers et Paris.


Face à la multiplication des intimidations, violences policières, interpellations, condamnations de toutes sortes qui dessinent un peu partout un ordre policier généralisé, est sortie des discussions l’idée d’une journée de mobilisation en France contre les politiques sécuritaires en cours ou à venir.

Les participants au forum de Poitiers appellent donc tous les collectifs et les personnes luttant contre la répression à faire du samedi 19 mars 2011 une Journée nationale d’actions contre les politiques sécuritaires, au travers d’initiatives qu’ils auront décidées localement, afin de faire connaître et de développer les diverses luttes existantes en favorisant leur coordination, et de construire une mobilisation contre toutes les formes de répression.

________________

Merci de diffuser cet appel massivement autour de vous. Nous avons créé un groupe de discussion afin de donner suite à cet appel et de coordonner collectivement cette journée. Pour inscrire un collectif aller sur http://fr.groups.yahoo.com/group/codecoantirep ou envoyer un mail à codecoantirep-subscribe@yahoogroupes.fr ou encore contacter]antirep86@free.fr

--------------
JPD
 
Messages: 328
Enregistré le: 30 Avr 2009, 05:20

violences policières, décès de Mahamadou Marega.

Messagede Pïérô » 02 Déc 2010, 11:57

Un Malien de 38 ans est mort lundi soir prés de Paris après avoir reçu deux tirs de Taser tires par des policiers qui tentaient de le maitriser lors d'une interpellation.

Déclaration du CSP92 :

Chasse aux sans papiers:
« Ici on expulse plus, mais on tue ! »


C'est un évènement très grave et dramatique;

Le CSP 92 condamne fermement le comportement de la police de colombes sur cette action dramatique qui s'est soldé par la mort d'un des notre, un sans papiers de notre mouvement parce que sans droit, parce que sans protection. Le CSP 92 exige du Ministre de l'Intérieur Monsieur Brice Hortefeux la suspension immédiate du policier en attendant la mise en place d' une enquête claire et transparente sur la mort de notre frère sans papier malien. Ce policier a lance a bout portant ses décharges élèctrique à partir de son jouet appelé " Taser " sur un être sans défense parce que venus d'ailleurs, parce que sans papiers tout simplement.

Le TASER est une arme criminelle, elle a fait l'objet de plusieurs dénonciations par un grand nombre de personnalités politiques parmi eux Mr Olivier Besancenot, l'utilisation de cette arme comme un joujou reste sous la responsabilité de son utilisateur car ce n'est pas à cause d'une simple dispute entre 2 personnes que la police est obligée de sortir son arsenal de guerre, Il y a d'autres moyens moins dangereux que la police aurait du utilisé à ce moment. Le CSP 92 appelle l'ensemble du mouvement des sans papiers et invite toutes les organisations, les partis politique, les personnalités anti Taser entre autre Mr Olivier Besancenot et autres personnalités à un Rassemblement devant la Préfecture de Nanterre afin d'exiger du Préfet des hauts de seine la vérité sur cette mort tragique du sans papiers des hauts de seine. Une réunion aura lieur le Samedi 4 décembre à 15 h à Boulogne Billancourt siège du CSP 92 afin de préparer ce Rassemblement.

Rassemblement - Mercredi 8 décembre 2010 à 13 h devant la Préfecture des Hauts de seine à Nanterre.

Le CSP 92
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21217
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: violences policières, décès de Mahamadou Marega.

Messagede Pïérô » 27 Déc 2010, 02:36

Appel à rassemblement ce mercredi 29 Décembre 2010 à 10h :

Mercredi 29 Décembre 2010 à 10h, RDV : Place Saint-Augustin Paris 8ème, M°Saint-Augustin (9)

D'après les médias, dans la nuit du 29 au 30 Novembre 2010, à Colombes, Mahamadou MAREGA a été poursuivi,Électrocuté par deux décharges de Taser, matraqué et asphyxié par du gaz lacrymogène alors qu'il était encadré par plusieurs policiers. Et l'autopsie a révélé du sang dans les poumons de Mahamadou MAREGA.D'après les témoins, Mahamadou MAREGA a été traîné vivant à l'intérieur de l'ascenseur de l'immeuble par les policiers. Mahamadou MARÉGA est mort dans cet ascenseur alors qu'il avait les pieds et les mains entravés.

Que s'est-il passé dans cet ascenseur loin du regard des voisins ?
Mahamadou MAREGA a t-il été frappé mortellement ?

Suite à cette mort suspecte, l’existence de cet homme a été réduite par les médias sans la moindre considération, au qualificatif déshumanisant de "sans papier d’origine malienne". Comme si son statut administratif justifiait ce drame. En regardant la télévision, la famille de Mahamadou MAREGA était loin de se douter qu’il s’agissait de leur enfant. Les parents apprendront l’identité de la victime, bien plus tard, par des habitants du quartier…Mais, cette nuit là, c’est bien la vie d’un Être Humain qui a été définitivement brisée, pas "un bien meuble".
Parce que nous ne voulons plus voir mourir mystérieusement entre les mains de la police un autre "sans papierd’origine malienne", ou un autre "Lamine DIENG" (mort dans des circonstances tout aussi troubles en juin 2007), le "Collectif Vérité & Justice pour Mahamadou MAREGA" appelle à une mobilisation pacifique pour demander à ce que toute la lumière soit faite sur cette sordide affaire et que Justice lui soit rendue. Ce sera pour nous l’occasion de rappeler que tous les Humains sont censés être égaux au delà de leurs origines et de leur situation administrative.Mahamadou MAREGA n'aurait-il pas pu être interpellé sans
perdre la vie ?
Ces deux dernières semaines, deux personnes ont trouvé la mort suite à une intervention policière. Mahamadou MAREGA aurait pu être chacun d’entre nous…
Demain, à qui le tour ?

1 mois plus tard, l'enquête préliminaire est encore en cours.
La plainte de la famille ne peut aboutir tant que cette enquête reste inachevée.
Le Procureur Courroye déclare attendre les conclusions définitives du rapport d'autopsie, ce qui bloque aussi la contre-expertise voulue par la famille et maintient le corps de Mahamadou MAREGA sans statut à l'institut médico-légal. Par contre, le Procureur Courroye a délivré le permis d'inhumer à l'institut qui presse la famille de procéder aux obsèques, une décision contradictoire. La famille exige auparavant les résultats de cette enquête et une contre-expertise pour connaître la vérité sur la mort de leur fils.

Le collectif "Vérité et Justice pour Mahamadou Marega " appelle donc à cette mobilisation pour protester contre les déclarations scandaleuses de Brice Hortefeux. En effet, le Ministre de l'intérieur s’est empressé de qualifier Mahamadou Maréga de "forcené", justifiant ainsi l’intervention violence de l'intervention policière et ce, sans même attendre les conclusions de l’enquête.
Le cortège se dirigera ensuite vers le Ministère de la Justice pour protester contre le blocage de la plainte que la famille de Mahamadou Maréga a déposé auprès du TRIBUNAL de NANTERRE (92).

Mobilisons nous, en mémoire des victimes de violences policières !
Pour plus d’informations :
facebook.com/collectif.ma madoumarega
http://collectif-vjp-mmarega.blogspot.com CONTACT :
collectif.mamadoumarega@gmail.com

Liste des associations signataires :
ACD (Association Culture et Développement), AJEP (Avenir, Jeunesse, Education, Partage), AJKF(Association des Jeunes Kassonkés de France), ANC (Alliance Noire Citoyenne), AVI du 26 août 2005 (Association des Victimes de l'Incendie du 26 août 2005), Balimaya Sindjiya, CNJMF (Conseil National de la Jeunesse Malienne de France), CSP 92 (Collectif des Sans-papiers du 92), Étoile Montante, Génér’Actions Unies, Grigny Jeune Espoir, Khorekefi, MJDPS (Mouvement des Jeunes pour la Démocratie, la Paix et a Solidarité), le collectif « Vérité et Justice pour Lamine DIENG », le MIR (Mouvement International pour les Réparations), le CO-10MAI (Comité d'Organisation du 10 Mai), MPP (Mouvement pour le progrès), Shomari, Parlement d’union de la jeunesse Kongo, 83ème avenue. CNSP.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21217
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Journée(s) contre repression et violences policières

Messagede Pïérô » 16 Mar 2011, 01:21

Les 13 et 14 novembre 2010, différents collectifs anti-répression de France se sont réunis lors du « Forum anti-répression » de Poitiers.
A l'issue de dernier, il a été décidé d'une journée nationale d'action commune contre la répression, les violences et les abus policiers.

Appel de Poitiers pour une Journée nationale d’actions
contre la répression et les violences policières le 19 mars 2011


Le Forum antirépression organisé à Poitiers par le Comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux, les 13 et 14 novembre, a réuni des membres de différents collectifs existant à Toulouse, Bordeaux, Périgueux, Saint-Nazaire, Tours, Blois, Poitiers et Paris.

Face à la multiplication des intimidations, violences policières, interpellations, condamnations de toutes sortes qui dessinent un peu partout un ordre policier généralisé, est sortie des discussions l’idée d’une journée de mobilisation en France contre les politiques sécuritaires en cours ou à venir.

Les participants au forum de Poitiers appellent donc tous les collectifs et les personnes luttant contre la répression à faire du samedi 19 mars 2011 une Journée nationale d’actions contre les politiques sécuritaires, au travers d’initiatives qu’ils auront décidées localement, afin de faire connaître et de développer les diverses luttes existantes en favorisant leur coordination, et de construire une mobilisation contre toutes les formes de répression.

http://www.antirep86.fr/2010/11/15/appe ... mars-2011/

Initiatives

Poitiers :

À bas toutes les politiques d’exclusion et de répression !

Avec la Loppsi 2 ou “loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure”, la France vient d’accrocher son 42e texte législatif à sa panoplie du tout-sécuritaire. Au programme des gouvernants, le renforcement d’un système répressif global visant à surveiller, contrôler, diviser, isoler, punir. En effet, si à première vue la Loppsi 2 pourrait apparaître comme un véritable “fourre-tout” parce qu’elle porte sur des sujets très divers, elle présente une réelle cohérence en “performant” le package répressif déjà utilisé contre les pauvres et les “marginaux”, c’est-à-dire les “non-conformes” aux volontés des dirigeants politiques et économiques parce que “non rentables”. Et cette “performance de la sécurité intérieure” passe par l’élargissement des personnes dans le collimateur du pouvoir : ce ne sont plus seulement les
jeunes étiquetés “anarcho-autonomes” (ou autrement, selon les modes), les habitants immigrés ou français des quartiers populaires et les précaires,
mais plus largement les salariés dès qu’ils et elles manifestent la volonté de se battre. Autrement dit, on retrouve là une stigmatisation des “classes
dangereuses” – tandis que les sociétés du CAC 40 renouent avec des bénéfices records (82,5 milliards d’euros ont été “gagnés” en 2010 par les plus grandes entreprises françaises cotées en Bourse).
Par la nouvelle loi sécuritaire, la vidéo*surveillance et le fichage de la population sont généralisés, l’incitation à la délation encore accrue. Votre enfant de 13 ans peut se voir imposer un “couvre-feu individuel” ; votre logement ou votre voiture peut héberger un mouchard informatique à votre insu ; les contrôleurs de bus ou de métro peuvent manu militari faire descendre tout fraudeur dans les transports “publics”. La “sécurité” continue d’être privatisée, et sont recréées des milices privées dont votre “citoyen-relais” de voisin peut faire partie. Les sanctions pour non-respect des règles s’alourdissent, pendant que se réduisent les possibilités pour les juges de sanctionner les illégalités des procédures de police lors des interpellations. Des comportements ne faisant jusqu’ici pas l’objet de condamnations entrent dans la sphère des actes punis par la loi (comme la vente à la sauvette, ou encore la vie en “habitat précaire” – caravanes, roulottes, yourtes… – qui donne aux autorités carte blanche pour éliminer bidonvilles, campements de sans-abri ou squats), etc.

Objectif des dirigeants avec de telles dispositions – au “pays des droits de l’homme” comme dans les autres États occidentaux : ne plus laisser un seul espace des sociétés “modernes”, donc marchandes, non contrôlé par les pouvoirs publics. Sur de telles bases, le fameux “droit d’asile” français a depuis belle lurette été relégué dans les livres d’école : de droite comme de gauche, la classe politique ne l’utilise même plus comme écran de fumée pour masquer la réalité de la forteresse Europe qui s’est construite à coups d’expulsions et de reconduites à la frontière. Aux oubliettes de l’Histoire, donc, les valeurs ringardes d’hospitalité et de solidarité, quand il s’agit de “faire face” à la menace labellisée “islamiste” ou “terroriste” !
En France, les mots d’ordre “répression” et “exclusion” se perçoivent jusque dans l’organisation du territoire, en particulier de ses villes. Deux exemples concernant Poitiers l’illustrent bien :
- d’une part, la politique d’urbanisme suivie par le maire PS Alain Claeys – notamment le Cœur d’agglo qui lui est si “cher”, et qui va effectivement coûter la peau des fesses aux contribuables tout en ouvrant la porte à de juteux partenariats public-privé. Ce relookage de quartiers historiquement bourgeois en vitrine-musée pour gens friqués – avec la présence à proximité d’une ligne à grande vitesse pour attirer une certaine clientèle touristique ou d’affaires – va encore accentuer la spécificité du centre-ville par rapport aux cités qui l’entourent, avec leurs populations pauvres. Les quartiers d’”habitat social” tels que les Trois Cités et Bel-Air ont déjà montré comme leur réaménagement pouvait s’intégrer dans une politique de contrôle, de surveillance et de gestion sécuritaire. Au final, le centre-ville et sa périphérie populaire n’auront plus guère pour point commun que l’extension (prévue ou en cours) de la vidéo-surveillance et du contrôle policier ;
- d’autre part, l’attitude de M. Claeys en matière d’immigration : tout en disant ne pas vouloir “entrer dans des débats politiques”, il a déclaré en décembre 2010 la “guerre aux passeurs” et à leurs “agissements inacceptables” en… frappant d’un “arrêt d’insalubrité” onze immeubles au centre-ville et dans le quartier de la gare ; et il a précisé que, si la chasse aux réseaux clandestins était une mission de l’État, il se tenait “à disposition du préfet pour évoquer, ensemble, les modalités d’une tâche difficile”.

Alors, pour voir comment lutter efficacement, dans cette société de classe, aussi bien contre la “politique d’immigration” violente et raciste menée par le gouvernement que contre ses mesures de répression et d’exclusion à l’égard d’une part grandissante de la population, retrouvons-nous pour débattre – et, avant, rebaptisons ensemble quelques rues de Poitiers, de façon à montrer la réalité qu’elles traduisent !

Retrouvons-nous samedi 19 mars* :
- à 14 heures devant les Cordeliers, côté Notre-Dame, pour renommer entre autres les places du Marché, du Palais-de-Justice et de la Liberté en places de l’Exploitation-Marchande, de l’Injustice et de la Répression…
- à 16 heures dans la salle Jouhaux de la Maison du peuple, pour débattre sur la politique du tout-sécuritaire et les moyens de la contrer. Diverses interventions lanceront la discussion – notamment sur : la politique sécuritaire et de l’immigration menée en France ; la vidéo-surveillance ; les contrôles dans les transports ; la politique du PS en matière de sécurité ; la répression touchant les salarié-e-s et les syndicalistes, en particulier pour refus du prélèvement d’ADN ; le harcèlement de militant-e-s sur Poitiers.


Image


Bordeaux :

Dans le cadre de la journée nationale contre la répression et les violences policières, le C.L.A.P33 propose de rendre hommage aux victimes de ces exactions.

Du monde, du soutien seront les bienvenus !

9H30 - « A toutes nos victimes »
TRAM contre l’Oubli via Marché du Grand Parc (10H30) / Marché St Michel - Capucins (11H30)
Départ 9H30 Espace Accueil Tram Quinconces (Allées de Munich) - Portez vos tracts !

Image

***
16h - Mani’festive, « Que fait la police ? » - Place Stalingrad (lion bleu)
Manifestation pacifique, non violente, bruyante et humoristique.
Présents, joyeux, solidaires, nous occupons le terrain inspirés des slogans les plus loufoques (voir pièce jointe).
La distribution de vos tracts d’infos et revendicatifs est fortement encouragée !
Le Droit Au Logement 33 et la C.N.T Syndicat des Travailleurs et des Précaires d’Aquitaine ont proposé de signer cet appel.
Si vous souhaitez en faire autant, signalez vous : collectif.clap33@gmail.com.^

Image

21h - Et on presse sur la détente ! - Bar Les Amis du billard, 19 rue Saint James
Un point juridique sur la Loppsi2, dernière en date d’une rafale de lois sécuritaires répressives accroissant toujours le pouvoir policier au détriment de nos libertés et droits fondamentaux avec la Ligue des Droits de l'Homme.
Discussions/Rencontres/Auberge espagnole et on finit en musique avec Juju aux platines !




Lyon :

Image

Samedi 19 mars à 15h

Débat répres­sion des mou­ve­ments sociaux, forme de résis­tan­ces.
Inauguration d’un expo photo sur le mou­ve­ments d’octo­bre 2010

à Lyon, La Plume Noire, 8 rue Diderot.

De la répres­sion poli­cière à la ter­reur d’État : Lyon, octo­bre 2010

Le mou­ve­ment contre la réforme des retrai­tes a pris à Lyon, à la fin du mois d’octo­bre, une ampleur sans pré­cé­dent, entre blo­cage économique des gré­vis­tes et mani­fes­ta­tions lycéen­nes. Face à ce phé­no­mène, aux liens se tis­sant entre les dif­fé­rents acteurs de cette lutte et aux des­truc­tions maté­riel­les qu’occa­sion­nè­rent les mani­fes­ta­tion en centre ville (les fameux « cas­seurs » des jour­naux télé­vi­sés), la pré­fec­ture et l’État ont répondu avec un déploie­ment poli­cier iné­galé : 800 CRS et gardes mobi­les, BAC, blin­dés de la police avec lance à eau, héli­co­ptère, GIPN, etc..

Il ne s’agit plus là de faire face à ce que la police appelle de la « casse » en niant ainsi la dimen­sion poli­ti­que des actes - à ne pas donner la parole aux « cas­seurs » il est facile pour les médias de nier l’aspect poli­ti­que de cette casse – mais bien d’orches­trer une répres­sion totale et impi­toya­ble sur les contes­ta­taire, une véri­ta­ble ter­reur d’Etat, dont le but est avant tout de stop­per net le mou­ve­ment. La meilleur preuve de cette évolution reste l’enfer­me­ment jeudi 21/11, pen­dant plu­sieurs heures, de plus de 600 per­son­nes sur la place Bellecour, trans­formé en prison à ciel ouvert, où pleu­vait lacrymo et lance à eau, sans pos­si­bi­lité de répit ou de sortie. Notons que cet « empri­son­ne­ment à ciel ouvert » fut occulté par les médias dont les camé­ras se trou­vait pour­tant sur place.

Le bilan de ces jours de lutte a de quoi faire peur : plus de 300 arres­ta­tions en moins de deux semai­nes et des dizai­nes de bles­sés. Depuis, les condam­na­tions pleu­vent : prison pour beau­coup, dom­mage & inté­rêt pour les poli­ciers, amen­des, etc… Les condam­na­tion les plus absur­des se suc­cè­dent : un jeune homme pour avoir jeté un sac de feuille morte sur un poli­cier, un autre, étudiant, pren­dra 6 mois ferme car il est consi­déré comme un « authen­ti­que cas­seur », la police ayant retrouvé dans sa poche un tract de « conseil en mani­fes­ta­tion » (tracts dif­fu­sés en début de mani­fes­ta­tion, la CGA en a dif­fusé de sem­bla­bles), pour comble un refus de pré­lè­ve­ment ADN aug­men­tera sa peine de 2 mois ferme. La volonté de faire des exem­ples en bri­sant des vies est évidente. Depuis octo­bre, parmi les dizai­nes et dizai­nes de per­son­nes atta­quées par la machine judi­ciaire, seules trois ont été relaxées !

Pendant ce temps la pré­fec­ture ment sciem­ment sur l’action de la police, repris en chœur par les mass médias. Elle nie les bles­sés, par­fois graves (frac­tu­res mul­ti­ples, asphyxie, crise d’angoisse, etc), pour­tant nom­breux dans les hôpi­taux où la police n’a pu que les voir passer.

Face à cette répres­sion nos deux armes sont la soli­da­rité face à la machine judi­ciaire et l’infor­ma­tion face aux men­son­ges média­ti­ques. Soutenir les nom­breux inculpés, par notre pré­sence lors des procès ou par notre sou­tien finan­cier (voir le tra­vail effec­tué par la caisse de soli­da­rité) et conti­nuer à dif­fu­ser l’infor­ma­tion sur ce qui c’est réel­le­ment passé à lyon, loin des cari­ca­tu­res média­ti­ques de la presse bour­geoise.

La soli­da­rité et l’infor­ma­tion sont des armes, nos armes !

Appel de Poitiers pour une Journée natio­nale d’actions contre la répres­sion et les vio­len­ces poli­ciè­res le 19 mars 2011

Le Forum anti­ré­pres­sion orga­nisé à Poitiers par le Comité poi­te­vin contre la répres­sion des mou­ve­ments sociaux, les 13 et 14 novem­bre, a réuni des mem­bres de dif­fé­rents col­lec­tifs exis­tant à Toulouse, Bordeaux, Périgueux, Saint-Nazaire, Tours, Blois, Poitiers et Paris.

Face à la mul­ti­pli­ca­tion des inti­mi­da­tions, vio­len­ces poli­ciè­res, inter­pel­la­tions, condam­na­tions de toutes sortes qui des­si­nent un peu par­tout un ordre poli­cier géné­ra­lisé, est sortie des dis­cus­sions l’idée d’une jour­née de mobi­li­sa­tion en France contre les poli­ti­ques sécu­ri­tai­res en cours ou à venir.

Les par­ti­ci­pants au forum de Poitiers appel­lent donc tous les col­lec­tifs et les per­son­nes lut­tant contre la répres­sion à faire du samedi 19 mars 2011 une Journée natio­nale d’actions contre les poli­ti­ques sécu­ri­tai­res, au tra­vers d’ini­tia­ti­ves qu’ils auront déci­dées loca­le­ment, afin de faire connaî­tre et de déve­lop­per les diver­ses luttes exis­tan­tes en favo­ri­sant leur coor­di­na­tion, et de cons­truire une mobi­li­sa­tion contre toutes les formes de répres­sion.

Pour retrou­ver les -nom­breux- arti­cles publiés sur rebel­lyon autour du mou­ve­ment sur la réforme des retrai­tes, voir le dos­sier mou­ve­ment d’octo­bre 2010 : http://rebellyon.info/+-Mouvement-sur-l ... tes-+.html

Coordination des Groupes Anarchistes
La plume noire, 8 rue Diderot , 69001 Lyon



Périgueux :

Image

Image


Paris :

Victimes de violences policières : unissons nous

Appel aux familles des victimes de violences policières et aux survivants
Pour une mobilisation contre l'impunité.
Face à la multiplication des violences policières,
Face à la multiplication du nombre des mort entre les mains de la police,
Pour la mémoire des victimes défuntes,
à toutes les victimes de la police et de la justice.

Marche « Vérité & Justice »

LE 19/03/2011 À 15H
SUR LA PLACE SAINT-AUGUSTIN PARIS 8EME,
MÉTRO SAINT-AUGUSTIN (LIGNE 9)

À l'occasion de la journée internationale de lutte contre les violences policières, s'est formée une coalition des familles de victimes mortes entre les mains de la police en région parisienne pour lancer un appel général à toutes les familles ayant perdu un parent pendant une opération de police.

Afin de rompre l'isolement des familles victimes de la police, afin de dénoncer l'impunité des policiers face à la Justice, nous appelons toutes les familles de victimes et tous les survivants à une marche pour la Vérité et la Justice le 19 mars 2011

Pour que l'opinion publique sache que ces abus de pouvoir, qui conduisent à la mort de plusieurs personnes par an, ne sont pas des « faits divers » locaux mais un phénomène de société passée sous silence depuis des décennies.

La police est en guerre contre la population que le gouvernement criminalise.
La brutalité policière et l'impunité sont constamment justifiées en dénigrant les victimes.


Les policiers sont placés au dessus des citoyens "ordinaires" qui sont contraints d'être sous leur autorité.

Par le pouvoir qui leur est donné, Ils peuvent soumettre n'importe lequel d'entre nous à l'arbitraire que cela soit par le biais d'arrestation, d'incarcération et/ou de violences physiques et/ou morales qui sont de longues dates courantes en France.

De fait, il n'est pas équitable de mettre des personnes au dessus des autres, qu'il y ait des vies plus importantes que d'autres, c'est cela qui incite à l'abus de pouvoir.

Combien de temps va t-on laisser la police faire justice elle-même, en exécutant n'importe qui ?
Si la peine de mort a été abolie et que la police est formée à appréhender des personnes sans les tuer :
Nul ne doit être exécuté par la police et ces crimes ne peuvent pas rester impunis.

Ne restons plus muets face aux interpellations, multiplions les témoignages publics, défendons ce qui reste des droits citoyens face à ces abus de pouvoir meurtriers.

Faisons face à l'Injustice et à l'Impunité, soyons Solidaires les uns avec les autres pour exiger
Vérité et Justice à la mémoire et à l'honneur de toutes les victimes de la brutalité policière.
Pour que la population du pays prenne conscience qu'elle doit agir dans son ensemble.

Appel lancé par les familles de victimes tombées sous les violences policières : Abdelhakim AJIMI, Mickaël COHEN, Lamine DIENG, Mahamadou MAREGA, Abou Bakari TANDIA, Bouna TRAORÉ et Zyed BENNA, Laramy SOUMARÉ et Moshin, Reda SEMMOUDI, Ali ZIRI, Yakou SANOGO, Baba TRAORÉ, Féthi TRAORÉ, Louis MENDY.

INFOS : http://collectif-vjp-mmarega.blogspot.com/ - http://coucxx.skyrock.com/
MAILS : collectif-laminedieng@hotmail.fr - collectif.mamadoumarega@gmail.com
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21217
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Journée contre repression et violences policières, 19 ma

Messagede bipbip » 17 Mar 2011, 13:19

Saint-Nazaire :

Journée anti-répression du 19 mars 2011 à saint-Nazaire

Venez tester vos connaissances sur plus de 10 ans de lois répressives en jouant au « Pas d'Loi »
Place de l'Amérique Latine, dès 16 heures,
un jeu de l'oie surdimensionné qui vous interrogera sur les libertés auxquelles on veut nous obliger à renoncer


La loi Hortefeux / LOPPSI 2 ( loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure) s'inscrit dans un contexte d'inégalités et de répressions sociales majeures.

Fourre-tout hétéroclite et illisible de 142 articles, ce texte annonce un nouveau et inquiétant modèle de société.

Cette loi attaque et limite les libertés de tout le monde, sans que la population n'en ait été réellement informée. Populations pauvres et précarisées, jeunes, étrangers, militants, internautes sont particulièrement visés

Cette loi concrétise le fantasme de l'ennemi intérieur et assimile tout acte de contestation à une atteinte à l'état. Elle affaiblit la prévention et les garanties judiciaires.

Les treize articles censurés par le conseil constitutionnel le 10 mars dernier ne doivent pas faire oublier les 129 autres !

Cette loi s'inscrit dans la logique de plus de 10 ans de lois répressives qui prétendent s'attaquer à l'insécurité mais qui en fait renforcent l'insécurité sociale et remettent en cause des droits sociaux pour tous.

Depuis sa fondation en février 2009 , le CODELIB ( comité de défense des libertés fondamentales) s'efforce d'informer la population, de mener des actions pour dénoncer ces lois et leurs dérives inhérentes. Nous refusons que notre pays s'engage dans un nouvel ordre judiciaire et policier, basé sur la défiance, le contrôle et la répression .

C'est pourquoi dans le cadre de la journée nationale anti-répression du 19 mars 2001, décidée lors du forum des comités anti-répression début décembre à Poitiers, le CODELIB propose une action politico-ludique, place de l'Amérique Latine, dès 16 heures, un jeu de l'oie surdimensionné qui vous interrogera sur les libertés auxquelles on veut nous obliger à renoncer
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27135
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Journée contre repression et violences policières, 19 ma

Messagede Pïérô » 18 Mar 2011, 02:34

Toulouse :

Image



Reims :

Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21217
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Journée contre repression et violences policières, 19 ma

Messagede kuhing » 18 Mar 2011, 14:53

Rassemblement demain samedi 19 mars à Grasse , RV place du cours 14h , mobilisation qui se poursuit suite à l'assassinat d'Hakim par la police il y a presque deux ans maintenant.
kuhing
 

Re: Journée contre repression et violences policières, 19 ma

Messagede Roro » 20 Mar 2011, 00:37

Bordeaux :

Manif d'à peine 100 personnes. Tensions internes découlant de l'organisation et de la manière de faire la manif (l'idée c'était une manif "blague" avec slogans (de merde) type "la fouille annale ça fait pas mal", "police partout justice plus tard" et autres joyeusetés "rigolotes" (parait-il...)). Résultat : mobilisation très faible.

Une personne arrêtée (il portait une matraque selon les flics, peut pas dire me suis cassé de ce truc au bout de 10 minutes), placer en cellule de dégrisement (1g7 d'alcool), sortira probablement demain dans la matinée.

Bref, journée pourrie !
La Nature n'a fait ni serviteurs ni maitres, c'est pourquoi je ne veux ni commander ni recevoir d'ordres.
Avatar de l’utilisateur-trice
Roro
 
Messages: 760
Enregistré le: 15 Juin 2008, 19:28

Re: Journée contre repression et violences policières, 19 ma

Messagede Carton » 20 Mar 2011, 00:45

{EDITà]
Modifié en dernier par Carton le 07 Mai 2015, 21:03, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur-trice
Carton
 
Messages: 10
Enregistré le: 08 Déc 2010, 12:24

Contre répression et violences policières

Messagede Pïérô » 04 Mar 2012, 13:00

appel de Poitiers à faire du samedi 17 mars 2012 une Journée nationale d’actions contre les politiques sécuritaires.

Appel de Poitiers à une Journée nationale d’actions,
le 17 mars 2012, contre la répression et les violences policières,


Le troisième forum antirépression organisé à Poitiers par le Comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux a rassemblé plus d’une centaine de personnes les 26 et 27 novembre. Après le bilan positif qui a été tiré de la Journée nationale d’actions faite le 19 mars 2011 à l’appel du deuxième forum antirépression poitevin, et alors que la multiplication des intimidations, violences policières, interpellations, condamnations de toutes sortes continuent de dessiner un peu partout un ordre policier généralisé, s’est imposée l’idée d’une nouvelle journée de mobilisation en France contre les politiques sécuritaires en cours ou à venir.

Les participant-e-s au forum de Poitiers appellent donc tous les collectifs et toutes les personnes luttant contre la répression à faire du samedi 17 mars 2012 une Journée nationale d’actions contre les politiques sécuritaires, au travers d’initiatives décidées localement, afin de faire connaître et de développer les diverses luttes existantes en favorisant leur coordination, et de construire une mobilisation contre toutes les formes de répression.

Les personnes assemblées lors du forum antirépression soutiennent également l’appel du Collectif liberté pour les inculpé-e-s du 15 novembre de Toulouse et ont décidé de le relayer pour multiplier les initiatives dans le cadre d’une semaine de mobilisation, du 10 au 17 décembre. Ce afin d’exiger, d’une part, la libération des quatre personnes mises en détention depuis le 16 novembre à la maison d’arrêt de Muret (sur l’accusation d’avoir mené à Labège, le 5 juillet dernier, l’action contre la Protection judiciaire de la jeunesse visant à dénoncer l’accentuation de la répression contre les mineurs) ; et, d’autre part, l’arrêt des inculpations pour ces personnes ainsi que pour une cinquième actuellement en liberté sous contrôle judiciaire.

Pour tout contact : Comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux – antirep86@free.fr



Bordeaux :

Image


Lille :

Journée contre la répression policière

Parce qu’elle te contrôle quand t’as une gueule qui lui revient pas !

Parce qu’elle veut tout savoir sur toi : ton sexe, tes origines, ta sexualité, ta religion, tes opinions, ton ADN, tes empreintes…

Parce qu’elle refuse l’asile alors que c’est elle qui a fait fuir les gens de leur pays !

Parce qu’elle te soumet à un système qui ne te correspond pas !

Parce que, vu des beaux quartiers, elle a l’apparence de la « sécurité » mais qu’elle n’est qu’intimidation quotidienne dans les quartiers populaires !

Parce qu’elle te tabasse lors de tes révoltes et de tes manifs !

Parce que, quand t’es gréviste, elle est toujours là pour essayer de t’intimider ou d’entraver tes actions !

Parce que ce pays l’exporte à l’étranger comme un savoir-faire !

Parce qu’elle ne veut pas être filmée et prise en photo quand elle agit !

Parce qu’elle fait peur et résigne !

Chaque année depuis 1997, vers le 15 mars, le COBP (Collectif Opposé à la Brutalité Policière) organise des manifestations dans les rues de Montréal, et cette journée de protestation s’est étendue à de très nombreux pays.

En France, alors que la multiplication des intimidations, violences policières, interpellations, condamnations de toutes sortes continuent de dessiner un peu partout un ordre policier généralisé, s’est imposée l’idée d’une nouvelle journée de mobilisation contre les politiques sécuritaires en cours ou à venir.

À Lille, le CRRIMMS, Collectif de Résistance à la Répression et à l’Intimidation des Militants et des Mouvements Sociaux, répond à cet appel international.

Nous dénonçons !

• Nous dénonçons les morts suspectes après une interpellation (en 2008 on compte 11 morts suspectes de la part de la police et cinq blessés graves, en 2009 on compte 5 morts, 5 blessés, en 2010, 9 morts suspectes, 5 blessés).

• Nous dénonçons les morts suspectes déguisées sous forme de suicide en prison !

• Nous dénonçons les contrôles d’identité de manière générale mais surtout les contrôles d’identité au faciès !

• Nous dénonçons la chasse aux sans papier-e-s et aux migrant-e-s à Lille, Calais, Angres, Norrent-Fontes, Steenvoorde, et partout ailleurs !

• Nous dénonçons le racisme et la violence de l’institution policière qui est au service des intérêts des plus riches et des classes dirigeantes !

• Nous dénonçons la multiplication des lois et des projets sécuritaires qui restreignent les libertés. Et 50 ans après la fin de la guerre d’Algérie, nous dénonçons les techniques répressives contre-insurectionnelles nées et testées durant cette guerre qui visent aujourd’hui à toujours plus nous contrôler et nous ficher par tous les moyens !

• Nous dénonçons la violence pendant les mouvements sociaux comme ce fut le cas en octobre 2010 à l’égard des lycéen-nes sur qui des chiens furent lâchés à Lille, Roubaix, Tourcoing !

• Nous dénonçons la multiplication des procès et des amendes pour les grévistes et militant-es des mouvements sociaux (Xavier Mathieu pour avoir refusé la prise ADN) !

• Nous dénonçons la censure à l’égard du site copwatch et de toute personne voulant filmer ou prendre en photo les forces répressives !

• Nous dénonçons toute répression qui vise à nous soumettre et à nous faire taire !

Notre silence ferait de nous toutes et tous les complices de l’État policier !

Le métier de policièr-e est dangereux ?

On nous dit souvent que le métier de policier-e est dangereux. Pourtant selon le site « victimes du devoir », le nombre de mort-es dans la police est stable depuis une dizaine d’années. On en comptait 3 en 2002, 9 en 2003 et 2004, puis 2 en 2005 et 2006, 6 en 2007, 5 en 2008 et 7 en 2009, 6 en 2010 et 4 en 2011. Nombre dérisoire au regard du nombre de morts liées aux accidents de travail : 144 dans la construction et 134 dans l’industrie entre 2002 et 2004.

En même temps les policier-es ont de plus en plus tendance à se considérer comme des « justiciers », ce qui légitime selon eux l’usage de la violence lorsqu’il y a « dérives » ou « bavures » de leur part.

Si on compare, un-e ouvrier-e qui commet une faute grave est licencié-e, et un-e policier-e qui fait perdre un œil à un-e jeune lycéen-ne ou cause une blessure mortelle se fait seulement muter. L’impunité dont jouissent les policier-es reste un facteur important pour que ce système d’injustice sociale puisse fonctionner, car c’est cette impunité qui leur permet d’employer la violence en sachant pertinemment qu’ils ne risquent pas grand-chose.

La police protège-t-elle tout le monde ? L’usage de la violence est-il propre à ce métier ?

La police se définit surtout comme « maintien de l’ordre ». Quel ordre ? Un ordre inégalitaire, celui d’une société organisée sur la domination économique et politique d’une minorité sur une majorité qui se fait exploiter toute sa vie. Il ne faut pas oublier que la police française a été créée sous Louis XIV, au même moment que l’instauration du code noir de l’esclavage. Son but était de chasser les mendiant-es, et donc assurer la sécurité des dominant-es.

Aujourd’hui encore, les violences policières sont ciblées ; elles touchent essentiellement les pauvres, les immigré-es, mais aussi les jeunes, les militant-es politiques, les « déviant-es », les insoumis-es…

Prenons l’exemple des jeunes. Human Rights Watch publie dans son rapport du 2012 que les jeunes issus des minorités, dont des enfants de moins de 13 ans, font fréquemment l’objet de contrôles comprenant des interrogatoires prolongés, des palpations portant atteinte à leur intimité… Ces contrôles arbitraires peuvent avoir lieu même en l’absence d’un signe quelconque d’infraction.

La Commission nationale de déontologie de la sécurité a également publié en 2008 une étude recensant des exemples de « violences illégitimes » des forces de l’ordre envers les moins de 18 ans. Recours excessif à la force lors d’une interpellation, fouille de sécurité injustifiée ou placement en rétention administrative comparable à de la maltraitance. Depuis sa création en 2000 la Commission a traité 75 dossiers concernant des mineurs (environ 10% du total).

Or est-ce que quelqu’un-e peut imaginer que Jacques Chirac ou Lilliane Bettencourt, si tant est qu’un jour on vienne les chercher, puissent être l’objet d’un traitement pareil au moment de leur interpellation ? Ce n’est pas possible parce que les policier-es ont intégré la nature de leurs client-es ; ils savent très bien reconnaître à qui ils ont à faire.

Les démonstrations de forces de sécurité, leur présence partout et la violence utilisée, plutôt qu’à nous protéger, sert plus à nous inculquer la peur et la suspicion ainsi qu’à nous apprendre la place qui nous est réservée dans cette société.

Programme de la journée Samedi 17 mars 2012

. 10h30 – Table ronde sur la répression (place Martin Luther King, Lille Sud)

. 14h – Départ manifestation (place Martin Luther King, Lille Sud)

. 17h30 – Assemblée populaire (place Degeyter, Lille Fives)

. 19h30 – Repas collectif (place Degeyter, Lille Fives)

. 21h30 – Projection plein air (place Degeyter, Lille Fives)

Collectif contre la répression et l’intimidation des militants et des mouvements sociaux (CRRIMMS), Collectif Vérité et Justice, Groupe des anarchistes de Lille et environs (GDALE).
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21217
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Journée contre répression et violences policières, 17 ma

Messagede vertamur » 06 Mar 2012, 21:33

salut,
je trouve dommage que rien ne soit fait justement sur paris..
et le crimms fonctionne bien..A priori, sur lille, ca ne décolle pas aux niveaux de l'implication des populations
des quartiers..il y a d'un autre coté la campagne contrôle au faciès mais qui a le mérite de poser le problème
http://stoplecontroleaufacies.fr/slcaf/page-d-exemple/
claude
vertamur
 
Messages: 2
Enregistré le: 21 Juil 2011, 18:47

Re: Journée contre répression et violences policières, 17 ma

Messagede Pïérô » 08 Mar 2012, 14:08

Il y a une dimension internationale :

Manifestation contre les violences policières à Bruxelles.

RDV Jeudi 15 mars 2012 Place Debrouckére Bruxelles.

Dans le cadre de la Journée Internationale contre les brutalités policières, la manifestation servira de plateforme pour mettre en évidence les cas, de plus en plus nombreux, de violence de la police. En effet, depuis la répression du camp No Border, les abus de la police vont crescendo en parallèle avec l’intensification des luttes. Mais il n’y a pas que la police politique qui est de plus en plus violente, dans les quartiers le racisme, la violence et l’arbitraire sont la règle depuis longtemps.

Le désespoir social alimenté par les gouvernements et leur austérité nourrit la peur qui sert à son tour à justifier toujours plus de police ainsi qu’une police toujours plus armée et donc plus violente. Les violences policières se multiplient tout comme les mouvements étudiants, ceux des jeunes des quartiers populaires, le mouvement des indignés,... qui en sont les premières victimes. Le mouvement syndical aussi fait de plus en plus souvent face à des astreintes ou même à des réquisitions de travailleurs afin de casser des grèves.

La surveillance et le fichage se généralisent, les armes « non létales » justifient l’usage de la violence pour tout et n’importe quoi et l’impunité des abus renforce le sentiment de toute puissance des agents. La manifestation permettra aussi de porter toutes les revendications liées à un meilleur contrôle de la police.

Non au racisme dans la police
Contre la répression des mouvements sociaux
Non au tout sécuritaire
Non aux Tasers et Flashball
Protection des libertés (lutte contre les caméras, portiques, etc...)

La Journée Internationale de la brutalité policière est née en 1997 à l’initiative du COBP (Collectif Opposé à la Brutalité Policière), un collectif basé à Montréal au Canada. Il organise depuis 15 ans une manifestation autour du mot d’ordre : « qui nous protège de la police ? »

A l’initiative de la JOC

Organisations qui soutiennent l’appel : Ligue des droits de l’homme, Égalité, GSARA, Vie Féminine Bruxelles, Parti Socialiste de Lutte - Linkse Socialistische Partij, Jeunes CSC Bruxelles, ASBL asbl declik, Étudiants FGTB ULB, Désobéissance civile Belgique, Parti Communiste, ASBL Joseph Jacquemotte, Comité pour l’annulation de la dette du Tiers Monde, Ligue Communiste Révolutionnaire - Socialistische Arbeiderspartij, Jeune Anti Capitaliste, Attac ULB, Secours Rouge, African Socialist International, Action pour la paix, Le Mouvement International de la Réconciliation et l’ Internationale des Résistant-e-s à la Guerre.

Stop-repression.be

http://www.facebook.com/events/326554934036717/
--------------

Bruxelles : http://www.facebook.com/events/326554934036717/
Montreal : http://cobp.resist.ca/nouvelles/tout-un ... r-pression
Toronto : http://www.facebook.com/events/300504366672363/
Vancouver : http://www.facebook.com/events/156582077769255/
Dallas : http://www.facebook.com/events/393882277303843/
Israel : http://www.facebook.com/events/330470750330808/
Angers : http://www.facebook.com/events/331167833560586/



je ne suis pas sur facebook, si quelqu'un-e peut relayer les infos et appels qu'il y a là il y aura possibilité d'ouvrir un topic dans la partie internationale du forum


Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21217
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Journée contre répression et violences policières, 17 ma

Messagede Pïérô » 13 Mar 2012, 11:50

Bordeaux :

Bordeaux, le collectif Contre Les Abus Policiers (C.L.A.P33) vous propose :

Samedi 17 mars - 10h - Hommage aux Victimes
Rassemblement Parvis des Droits de l'Homme (Devant le tribunal)
Départ du "Tram contre L'Oubli" pour Mérignac
http://www.dailymotion.com/video/xiico6 ... from=embed

Samedi 17 mars - 19h30 - Concert solidaire - Soutien aux amendéEs de la place St Michel
Bar-Tabac de St Michel
Avec L'Orchestre Poétique d'Avant-guerre ( O.P.A)
http://www.opa33.org/

Dimanche 18 mars - 19h30 - Projection/Débat
Au Samovar - 18 rue Camille Sauvageau (Quartier St Michel)

A noter que nous serons présents au rassemblement de convergences des luttes qui aura lieu le samedi 17 mars à 13h Place de La Victoire.


Image



Poitiers

Dans le cadre de second appel de Poitiers, Antirep86 organise un débat sur les luttes anticarcérales depuis les années 1980 en présence de Nadia Menenger, et la projection du film “La raison du plus fort” réalisé par Patric Jean samedi 17 mars à partir de 16h30 à la Maison du Peuple (Salle Jouhaux 21 Bis rue Arsène Orillard)

Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21217
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Journée contre répression et violences policières, 17 ma

Messagede Pïérô » 15 Mar 2012, 01:58

Montpellier :

Parce qu'elle te contrôle quand t'as une gueule qui lui revient pas !
Parce qu'elle veut tout savoir sur toi : ton sexe, tes origines, ta sexualité, ta religion, tes opinions, ton ADN, tes empreintes…
Parce qu'elle refuse l'asile alors que c'est elle qui a fait fuir les gens de leur pays !
Parce qu'elle te soumet à un système qui ne te correspond pas !
Parce que, vu des beaux quartiers, elle a l'apparence de la « sécurité »mais qu'elle n'est qu'intimidation quotidienne dans les quartiers populaires !
Parce qu'elle te tabasse lors de tes révoltes et de tes manifs !
Parce que, quand t'es gréviste, elle est toujours là pour essayer de t'intimider ou d'entraver tes actions !
Parce que ce pays l'exporte à l'étranger comme un savoir-faire !
Parce qu'elle ne veut pas être filmée et prise en photo quand elle agit !
Parce qu'elle fait peur et résigne !
Parce que la répression, c'est pas seulement la police!

Ca y est, c'est bientôt la fin de la trêve hivernale. Dans ce contexte d'expulsion des logements locatifs ou non, une journée contre la répression aura lieu le 17 mars dans de nombreuses villes. Le collectif anti-repression de Montpellier organise donc une après midi de rencontres et de débats au local Minga (10bis rue Dom Vaissette).

Nous vous invitons à participer à cet évènement ainsi qu'à diffuser l'information.

13h - 15h : tables rondes : comment s'organiser face aux différentes formes que prend la répression? (surveillance, enfermement, expulsions des logements, chasse aux sans papiers, censure,…)

A partir de 15h : loto de soutien à la caisse de solidarité contre la répression, avec de nombreux lots super « intéressants » à gagner !
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21217
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Suivante

Retourner vers Répression-anti-répression, résistance et soutien

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 1 invité