Face à la xénophobie et la politique du pilori, manif 4 sept

...Sans Papiers, antifascisme...

Face à la xénophobie et la politique du pilori, manif 4 sept

Messagede Pïérô » 04 Aoû 2010, 14:58

Appel de nombreuses organisations, associations, syndicats à une manif le 4 septembre :

Face à la xénophobie et à la politique du pilori : liberté, égalité, fraternité

Une avalanche de discours et d’annonces provocatrices s’est abattue depuis plusieurs jours sur notre pays. Jusqu’au plus haut niveau de l’Etat, on entend des propos qui étaient jusqu’à présent l’apanage de l’extrême droite. Le président de la République , lui-même, montre du doigt des communautés et des groupes sociaux entiers, stigmatise les Roms, les Gens du voyage, les étrangers, les Français qui ne sont pas « de souche », les parents d’enfants délinquants, etc. Ce faisant, il ne lutte en rien contre la délinquance, qui est répréhensible pour tout individu sans distinction de nationalité ou d’origine : il met délibérément en cause les principes qui fondent l’égalité républicaine, alors que déjà une crise sociale et économique d’une extrême gravité menace la cohésion de la société tout entière.

En quelques jours, les plus hautes autorités de l’Etat sont passées de l’exploitation des préjugés contre les Gens du voyage au lien, désormais proclamé, entre immigration et délinquance, puis à la remise en cause de la nationalité française dans des termes inédits depuis 1945. Ce qui est à l’œuvre dans cette démarche s’inscrit dans une logique de désintégration sociale porteuse de graves dangers.

Il ne s’agit plus du débat légitime en démocratie sur la manière d’assurer la sûreté républicaine, mais bien d’une volonté de désigner comme a priori dangereuses des millions de personnes à raison de leur origine ou de leur situation sociale. Quelle que soit la légitimité que confère l’élection, aucun responsable politique n’a reçu mandat de violer les principes les plus élémentaires sur lesquels la République s’est construite.

Parce que le seuil ainsi franchi nous inquiète pour l’avenir de tous, nous, organisations associatives, syndicales et politiques diverses mais qui avons en commun l’attachement aux principes fondamentaux de la République laïque, démocratique et sociale, rappelons avec force que l’article 1er de la Constitution « assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion », et que toutes propositions qui méconnaîtraient cette règle fondatrice de la démocratie constituent une atteinte à la paix civile.

Nous n’accepterons sous aucun prétexte que le nécessaire respect de l’ordre public soit utilisé pour créer des distinctions entre les habitants de ce pays et désigner des boucs émissaires.

Nous appelons donc l’ensemble des citoyens de ce pays à manifester publiquement leur opposition aux stratégies de stigmatisation et de discrimination et aux logiques de « guerre » qui menacent le vivre ensemble. A cet effet, nous proposerons dans les prochains jours à la signature en ligne un « Appel citoyen » refusant toute politique de la peur ou de la haine. Et nous appelons à un grand rassemblement citoyen à l’occasion du 140e anniversaire de la République , le samedi 4 septembre Place de la République à Paris, à 14h00, et partout en France, pour dire ensemble notre attachement à la liberté, à l’égalité et à la fraternité qui sont et qui resteront notre bien commun.


Signataires : AC ! Agir ensemble contre le chômage, Les Alternatifs, Les amoureux au banc public, Association de défense des droits de l’Homme au Maroc (ASDHOM), Association France Palestine Solidarité (AFPS), Association des Marocains en France (AMF), Association nationale des Gens du voyage catholiques (ANGVC), Association républicaine des anciens combattants (ARAC), ATTAC, Autremonde, Cedetim, Confédération française démocratique du travail (CFDT), Confédération générale du travail (CGT), La Confédération Paysanne, La Cimade, Le Cran, Droit au logement (DAL), Emmaüs France, Europe Ecologie, Fédération pour une alternative sociale et écologique (Fase), Fédération des associations de solidarité avec les travailleurs immigrés (FASTI), Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale (FNARS), Fédération SUD Education, Fédération syndicale unitaire (FSU), Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR), FNASAT-Gens du voyage, Fondation Copernic, France Terre d’Asile, Gauche unitaire, Groupe d’information et de soutien des immigrés (GISTI), Les Jeunes Verts, Ligue des droits de l’Homme (LDH), Ligue de l’enseignement, Marches européennes, Médecins du Monde, Le Mouvement de la Paix, Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP), le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), le Parti communiste français (PCF), le Parti de Gauche, le Parti socialiste (PS), Réseau d'alerte et d'intervention pour les droits de l'Homme (RAIDH), Réseau Education Sans Frontière (RESF), SNESUP-FSU, SOS Racisme, Syndicat des avocats de France (SAF), Syndicat de la magistrature (SM), Union syndicale Solidaires, Les Verts.

Paris, le 4 août 2010


Alternative Libertaire n'a pas signé ce texte mais appellera à la manifestation, Il semble que la FA fera de même. Il suffit de lire ce texte pour comprendre pourquoi.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21983
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Face à la xénophobie et la politique du pilori, manif 4

Messagede Pïérô » 09 Aoû 2010, 07:18

Alors évidemment, et pas dans la même tonalité, Riposte Laique à commémorer aussi le 140e anniversaire de la République, ambiance apéro saucisson, "contre la charia": http://www.( )ripostelaique.com/Aperitif-republicain-le-4,4819.html . (enlever le ( ) pour accèder au lien)
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21983
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Face à la xénophobie et la politique du pilori, manif 4

Messagede Pïérô » 15 Aoû 2010, 13:11

Le Quotidien des Sans-Papiers, http://quotidiensanspapiers.free.fr/, lance un appel pour la constitution de collectifs Contre la xénophobie d’État partout en France en vue de la manifestation du 4 septembre – et au-delà, sur des bases qui me paraissent moins déconnantes :

ORGANISONS PARTOUT DES COLLECTIFS CONTRE LA XÉNOPHOBIE !

La Quotidien des Sans-Papiers lance un appel pour la constitution de collectifs Contre la xénophobie d’État partout en France en vue de la manifestation du 4 septembre – et au-delà

Réunions tous les dimanches après-midi (de 15h à 18h), dans toutes les villes et villages où l’initiative en sera prise.


CONTRE LA XÉNOPHOBIE D’ÉTAT

Réunion Contre la xénophobie

La campagne anti-Rroms, élargie à l’ensemble des « gens du voyage », a dépassé le seuil de l’admissible. On parle maintenant d’instituer la possibilité de « dénaturaliser » des personnes d’origine étrangère. Même pour un simple renouvellement de documents d’identité, les personnes nées à l’étranger ou de parents nés à l’étranger se voient opposer le mauvais vouloir de l’administration. Quant aux étrangers qui attendent leur régularisation souvent depuis de très nombreuses années, « ils doivent être reconduits à la frontière », martèle le Président de la République. Cette politique constitue un programme cohérent de xénophobie d’État.

Afin de réfléchir à cette situation inacceptable, et envisager les modalités d’expressions collectives ou l’organisation de solidarités actives, appelons à des réunions Contre la xénophobie d’État, partout en France – et même à l’étranger, pour manifester devant les ambassades.

À Paris, une réunion se tiendra à la librairie Lady Long Solo, 38, rue Keller, 75011 Paris, métro Voltaire ou Bastille.

Le principe pourrait être arrêté de réunions hebdomadaires, tous les dimanches après-midi, dans toutes les villes ou villages où des groupes de gens souhaiteraient s’assembler pour s’informer, réfléchir, débattre. S’informer sur l’actualité de l’action raciste entreprise par l’État. Réfléchir sur ce qu’il y a à faire dans une telle situation, quand on voit le pays où l’on vit s’instituer en nation xénophobe et mettre en pratique son discours de violence. Mais aussi débattre des problèmes que pose cette xénophobie d’État et de la xénophobie populaire à laquelle elle prétend s’adresser ou qu’elle tente de susciter.

Il s’agit de se réunir pour échanger des informations, faire un tract, préparer une manifestation, ou entreprendre quelqu’action que ce soit, en défense des Rroms, des sans-papiers, des demandeurs d’asile, ou de quiconque se trouve confronté à l’horrible entreprise raciste de l’État.

Un appel a été lancé par cinquante organisations (voir : http://nonalapolitiquedupilori.org) pour une manifestation, le 4 septembre 2010, destinée à se tenir dans le plus de villes possibles. À Paris, la manifestation devrait partir à 14 heures de la place de la République. Mais il reste à organiser d’autres manifestations dans d’autres villes. Tout collectif Contre la xénophobie d’État, se réunissant dans quelque ville ou village que ce soit, pourrait prendre l’initiative d’organiser ou de participer à des manifestations locales. Il y a trois dimanches, d’ici le 4 septembre, pour préparer cette journée de manifestation. Les collectifs contre la xénophobie pourraient travailler, en trois semaines, à inviter le plus largement possible, les amis, les collègues, les voisins à se joindre aux réunions contre la xénophobie d’État et à se mobiliser le 4 septembre. Mais au-delà du 4 septembre, c’est une campagne permanente qu’il faut soutenir, tant que durera cette guerre déclarée aux étrangers.

Pour élargir l’audience de ces réunions le collectif Contre la xénophobie d’État prévoit que celles-ci puissent être retransmises en direct par internet. Ceci afin de permettre à ceux qui n’ont pu se déplacer d’y assister et même d’intervenir (par écrit) dans les débats. (Un mode d’emploi pour la diffusion est en cours de préparation.) Nous diffuserons en tout cas la réunion qui doit se tenir ce dimanche à 15 heures dans le onzième arrondissement de Paris, à la librairie Lady Long Solo, 38, rue Keller. On tâchera à cette occasion d’expliciter les buts et l’état d’esprit d’un tel mouvement. Cette réunion sera diffusée sur le site du Quotidien des Sans-Papiers.


CONTRE LA XÉNOPHOBIE D’ÉTAT

Cet été 2010 aura été l’occasion d’un déferlement sans précédent de discours racistes de la part de Nicolas Sarkozy et de son gouvernement.

La campagne anti-Rroms, élargie à l’ensemble des « gens du voyage », a dépassé le seuil de l’admissible dans une démocratie.

Les discours populistes ont été aussitôt relayés par la police sur l’ensemble du territoire : la chasse aux gitans est ouverte.

Simultanément, le même gouvernement engageait au nom de la sécurité une deuxième campagne raciste, annonçant la remise en cause de la nationalité française pour des personnes « naturalisées » ou pour des personnes nées en France de parents d’origine étrangère.

On ne saurait être français et délinquant, affirment tranquillement des ministres – alors même qu’il est question de délinquance gouvernementale, et qu’on attend la démission de ministres, car on ne saurait être délinquant et ministre, ou président de la République.

Délinquant ou pas, on demande aujourd’hui aux français nés à l’étranger, ou de parents nés à l’étranger, de faire la « preuve » de leur nationalité pour un simple renouvellement de document d’identité. Les administration d’état civil sont chargées de pourchasser y compris les nationaux, dès lors qu’il y a suspicion de l’éventualité d’une origine étrangère.

Quant aux sans-papiers qui attendent leur régularisation depuis cinq, dix, quinze, vingt ans et même plus, le président répond : « La règle générale est claire : les clandestins doivent être reconduits dans leur pays. »

Avec la même énergie est annoncé, « d’ici fin septembre », le « démantèlement de l’ensemble des camps qui font l’objet d’une décision de justice ». « Là où cette décision de justice n’a pas encore été prise, nous engagerons des démarches pour qu’elle intervienne le plus rapidement possible. » Et, préjugeant par avance de ces procédures, il ose annoncer : « Dans les trois mois, la moitié de ces implantations sauvages auront disparu du territoire français. »

Quant aux véritables Roms, de Roumanie, des milliers chaque année sont incités à repartir « volontairement » avec une modeste aide de l’État. Ils reviennent parfois, en toute légalité, mais pour Sarkozy cela s’appellerait « un abus du droit à la libre circulation » – alors qu’il n’y a là qu’un effet de l’abus des procédures d’expulsion, à seule fin de « faire du chiffre ».

L’ensemble de cette politique constitue un programme cohérent de xénophobie d’État.

Afin de réfléchir à cette situation inacceptable, et envisager les modalités d’expressions collectives ou l’organisation de solidarités actives :

Réunion Contre la xénophobie d’État dimanche 15 août à 15 heures
à la librairie Lady Long Solo, 38, rue Keller, 75011 Paris métro Voltaire ou Bastille


Nous avions au niveau du Collecti AL 37 porté une initiative locale de ce type l'an dernier, à partir notamment du projet de loi Besson, sans grand résultat à part l'accord du NPA, je pense qu'il est opportun de prendre la balle au bond et qu'une dynamique à l'échelle nationale s'impose.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21983
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Face à la xénophobie et la politique du pilori, manif 4

Messagede Pïérô » 18 Aoû 2010, 16:51

Suite à cet appel et initiative en création de collectifs locaux, un blog vient d'être créé :

Au sujet de ce blog

Face à l’incroyable campagne raciste de l’État français, déclenchée cet été 2010, visant les Rroms, gitans, manouches, et les étrangers en général, jusqu’aux citoyens français qu’on parle de « dénaturaliser », s’est constitué un Collectif contre la xénophobie d’État, ce dimanche 15 août, qui appelle à la constitution de semblables collectifs dans toutes les villes et villages de France, partout où des gens souhaiteraient en prendre l’initiative.

Le collectif Contre la xénophobie d’État a décidé de créer ce blog afin de centraliser l’information sur l’actuelle chasse aux Rroms (et tenter de recenser dans un premier temps l’ensemble des opérations policières contre les camps « illégaux »). A été proposé aussi de rassembler ici les éléments d’une revue de presse (de préférence commentée).

Au-delà, le collectif Contre la xénophobie d’État propose le principe de réunions hebdomadaires, tous les dimanches, de 15h à 18h, pour réfléchir aux actions nécessaires pour résister à la sinistre entreprise gouvernementale en cours.


Collectif contre la xénophobie : http://contrelaxenophobie.wordpress.com/about/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21983
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Face à la xénophobie et la politique du pilori, manif 4

Messagede Pïérô » 19 Aoû 2010, 12:04

appel de L'UCIJ, "Uni(e)s contre une immigration jetable" pour le 4 septembre, et 8 pages d'analyse des déclarations sarkozystes et UMPistes de début août très intéressantes et éclairantes, en PDF :
http://www.contreimmigrationjetable.org ... finale.pdf
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21983
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Face à la xénophobie et la politique du pilori, manif 4

Messagede Pïérô » 19 Aoû 2010, 23:07

Communiqué d'Alternative libertaire :

Contre la politique du racisme d’Etat : solidarité !

Campagne antiRoms, déchéance de la nationalité française pour les « Français d’origine étrangère », pénalisation des parents de mineur-e-s délinquant-e-s… Sarkozy et l’UMP ont une fois de plus recours à leurs armes favorites : la haine, la division et la diversion. Tout cela pour faire oublier que leur politique ne profite qu’à une minorité de nantis, qu’elle met pour cela en faillite des pans entiers des secteurs productifs, des services publics, de la protection sociale, et qu’elle accule à la pauvreté une partie croissante des retraité-e-s, des travailleurs-ses et de leurs familles dont une partie est contrainte d’alimenter l’économie souterraine pour pouvoir vivre.

Cette opération de communication relayée complaisamment par des médias aux ordres ou amis vise à éloigner les caméras des affaires de financement du pouvoir par le grand capital et à faire oublier les mesures généreuses prises par Sarkozy et ses compères, permettant l’enrichissement illimité du camp du capital.

Cette politique relève d’une stratégie de communication visant à retenir ou à attirer l’électorat favorable aux thèses de l’extrême droite dans le giron de la majorité présidentielle en vue de l’élection de 2012. A ce titre, elle ne peut que favoriser cette dernière.

Elle constitue une escalade supplémentaire dans l’ignominie et relève d’une idéologie de plus en plus pétainiste.

Elle s’inscrit dans le droit fil d’une politique qui vise à amalgamer insécurité et immigré-e-s et à opposer ces derniers à une identité nationale présentée comme blanche et chrétienne.

Mais ce qu’il faut combattre également c’est une idéologie qui vise à faire croire que la réussite individuelle est la seule solution pour s’en sortir. Parce qu’elle met en compétition les salarié-e-s entre eux, elle est la négation de la solidarité, du respect de chacun-e et elle constitue un obstacle majeur au vivre ensemble.

Alternative libertaire appelle à participer partout en France aux rassemblements organisés le 4 septembre contre la campagne et la politique raciste de Sarkozy et de son gouvernement.

Nous ferons tout ce qu’il nous est possible pour que cette mobilisation ne soit pas un sursaut sans lendemain, mais qu’elle grandisse aussi bien contre le projet de loi Besson débattu à l’assemblée nationale à partir du 26 septembre visant à durcir la législation contre les sans-papiers que plus largement contre la politique au service du capital anti-immigré-e-s et sécuritaire.

Nous savons que pour cela les rassemblements et les manifestations pour nécessaires qu’ils soient ne sont pas suffisants et qu’il s’agit partout sans plus attendre de développer des réseaux de solidarité unitaires et ouverts à toutes celles et ceux que cette politique révolte si nous voulons battre ce gouvernement.


Alternative libertaire, le 19 août 2010
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21983
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Face à la xénophobie et la politique du pilori, manif 4

Messagede Pïérô » 22 Aoû 2010, 11:58

Premiers éléments concernant les manifs du 4 septembres, à suivre :


Paris : 14h place de la République
Lyon : 14h place des terreaux
Marseille : 14h30 Vieux Port
Bordeaux : 10h30, sur le parvis des droits de L'Homme
Mulhouse : 14h30 place de la réunion
Metz : 14h30 place de la république
Mantes la Jolie : 11h dvt la Sous Prefecture
Tours : 15h place Jean Jaures
Rennes : 14H place de la mairie
Bressuire (79) : 10h30 Place Notre Dame, cercle de silence, 11h prises de parole et défilé jusqu’à la préfecture
Limoges : 14h place de la République
Nantes : Place de la République
Mende
Nice
Grenoble
Toulouse
Strasbourg
Clermont Ferrand
Aix en Provence
Nime

Lille : le 3/09 en fin d'après-midi pour cause de grande braderie le 4
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21983
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Face à la xénophobie et la politique du pilori, manif 4

Messagede Pïérô » 23 Aoû 2010, 23:10

actualisation :

Paris : 14h place de la République
Lyon : 14h place des terreaux
Marseille : 14h30 Vieux Port
Bordeaux : 10h30, sur le parvis des droits de L'Homme
Mulhouse : 14h30 place de la réunion
Metz : 14h30 place de la république
Mantes la Jolie : 11h dvt la Sous Prefecture
Tours : 15h place Jean Jaures
Rennes : 14H place de la mairie
Bressuire (79) : 10h30 Place Notre Dame, cercle de silence, 11h prises de parole et défilé jusqu’à la préfecture
Limoges : 14h place de la République
Nantes : Place de la République
Rennes : Place de la Mairie 14H
Nancy : 14h place Stanislas
Limoges : 14h Place de la République
Mende
Nice
Grenoble
Toulouse
Strasbourg
Clermont Ferrand
Aix en Provence
Nime

Lille : le 3/09, 18h, pour cause de grande braderie le 4

.

Tract de l'union syndicale SUDs/Solidaires :

Le gouvernement prône l’exclusion, la haine, le rejet, la division …
Nous affirmons l’égalité des droits, la justice sociale, la solidarité !


Rafles, expulsions, dénonciations, stigmatisations d’une partie de la population, propos haineux, « propositions » totalement démagogiques et inapplicables : le gouvernement a franchi ces dernières semaines un cap dans la mise en œuvre d’une politique qui rappelle les heures les plus sombres de l’Histoire contemporaine.

La succession de déclarations contre les gens du voyage, contre les Roms, et l’amalgame éculé entre immigration et délinquance, sont de misérables calculs politiciens pour flatter une partie de l’électorat. Français-e-s d’origine étrangère et étranger-e-s sont désigné-e-s comme responsables de tous nos maux.

Cette radicalisation vers l’extrême-droite a aussi pour but d’essayer de faire passer au second plan des dossiers bien plus gênants pour les gouvernement : le projet de loi sur les retraites qui attaque directement tous les salarié-e-s, la multiplication des mesures antisociales qui visent à faire payer la crise par la seule population, l’affaire Woerth-Bettencourt, ses milliards d’euros, ses coffres en Suisse, ses enveloppes discrètes, …

Estrosi, « Ministre d’Etat », se permet de déclarer publiquement qu’il faut choisir entre « être français ou voyou » ; il est bien silencieux face à ces voyous de patrons qui jettent à la rue les salarié-e-s, escroquent la Sécurité Sociale, et, par les accidents du travail dont ils sont responsables, tuent au boulot des milliers de travailleurs/ses chaque année !

Le gouvernement a recours à la vieille tactique du bouc émissaire, et se sert des étrangers comme épouvantail. Ne laissons pas faire, stoppons cette dérive sans tarder !

Si les politiques d’immigration restrictives sont menées de concert dans toute l’Union Européenne, la France est le seul pays à avoir instauré un Ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, dont la longueur du titre dissimule mal la véritable vocation liberticide à l’égard des immigré-e-s. Eric Besson, succédant à Brice Hortefeux à la tête de ce ministère, restera comme le serviteur le plus zélé de cette politique sarkozyenne. Après l’échec du débat nauséabond sur l’identité nationale, la fermeture de la « jungle » de Calais, il lance une nouvelle réforme du Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA). Ce nouveau projet de loi introduit pour les étrangers des régimes d’exception qui vont au-delà des 3 directives européennes, déjà scandaleuses (directives Retour, Carte bleue européenne, Sanctions).

Encore plus détestable que la directive de la honte

La directive « Retour » (que nous qualifions de directive de la honte) prévoit que l’enfermement des migrants, menacés d’expulsion, peut durer jusqu’à 18 mois, mais recommande qu’elle soit la plus courte possible et limitée au risque de fuite du migrant pendant la préparation de son départ. Eric Besson fait du zèle et veut ajouter la possibilité d’allonger le temps en centre de rétention, en passant de 32 jours aujourd’hui à 45 jours, pour des motifs flous de « menace à l’ordre public ». De même, suite à l’arrivée de kurdes sur les côtes corses en janvier 2010, le gouvernement Sarkozy veut élargir le périmètre de la zone d’attente (espace où les étrangers sont en quelque sorte en transit en attendant l’autorisation ou non d’entrer sur le territoire national : il s’agit notamment des aéroports, gares, ports…) au « lieu de découverte des migrants jusqu’au point de passage frontalier le plus proche ».

Limitation du pouvoir du juge des libertés et de la détention

Le juge des libertés et de la détention, contrôle le respect des droits des personnes en cas d’arrestation, de placement en garde-à-vue et de maintien en centre de rétention ou en zone d’attente. Le projet Besson veut donner tout pouvoir à l’administration au détriment du juge, en passant de 48 heures à cinq jours le délai de sa saisine pour décider du bien fondé ou non de la rétention. Quant au cas de nullité pour irrégularité de procédure, celle-ci ne sera possible que si « elle présente un caractère substantiel et au eu pour effet de porter atteinte aux droits des étrangers », et qu’une seule fois, lors de la première comparution devant le juge.

Renforcement du bannissement de la forteresse européenne

L’instauration d’une interdiction de retour dans l’Union européenne, tirée de la directive Retour (pendant une période de 2 à 5 ans), peut se cumuler avec une Obligation de quitter le territoire français (OQTF). Et comme si cela ne suffisait pas, les quelques protections juridiques européennes reconnues aux migrants disparaissent du projet de loi Besson. Ce dernier ne reprend ni les possibilités de recours suspensif, ni les catégories de personnes protégées, ni les règles d’abrogation ou d’annulation de la mesure d’interdiction de retour. Quant au délit de solidarité et d’aide aux étrangers, il subsiste toujours et les poursuites sont toujours possibles.

Le marché aux esclaves qualifiés

La politique « d’immigration choisie » vise à favoriser l’immigration d’une main d’œuvre qualifiée (au minimum à BAC+3) en fonction des besoins du patronat. Mais, dans les branches dites « en tension » où les employeurs ne trouvent pas facilement des « nationaux » acceptant de travailler pour des salaires de misère, le patronat pratique la « délocalisation sur place » en surexploitant une main d’œuvre immigrée sans titre de séjour et sans droits sociaux. Les travailleurs sans papiers en grève pendant 9 mois en 2009/2010 l’ont magistralement dénoncé.

Ils et elles vivent et bossent depuis des années en France, elles et ils doivent être régularisés sur simple demande pour en finir justement avec le dumping social pratiqué par ces employeurs tirant profit de la « misère du monde ».

Citoyenneté sous condition

Les termes du débat entre « assimilation » et « intégration » sont au fondement des choix politiques en matière d’immigration. Depuis 2003, avec les lois Sarkozy, on est passé d’une conception intégrationniste impliquant pour l’Etat une obligation de stabilité juridique envers les étrangers résidant durablement en France, à une logique d’assimilation/injonction déniant toute légitimité à l’identité d’origine et conditionnant le droit de séjour à des gages de bonne conduite « républicaine ». Ce pouvoir discrétionnaire est symbolisé par le contrat d’accueil et d’intégration. En effet, ce « contrat » est un véritable jeu de dupes, car il s’impose aux étrangers mais sans aucun recours contre l’Etat qui ne favoriserait pas l’égalité de traitement avec ses propres citoyens. _
Au contraire, les immigrés sont toujours stigmatisés comme une menace pour la cohésion nationale. Dans le projet de loi Besson, ils doivent donner de nouveaux gages en signant une « charte des droits et des devoirs du citoyen français » et les conjoint-e-s de Français-e-s devront attendre 8 ans avant de pouvoir prétendre à la nationalité française.

Pour une riposte globale

Les combats du Réseau Education Sans Frontières contre l’expulsion des jeunes scolarisés et de leur famille, celui du collectif Uni(e)s Contre l’Immigration Jetable (UCIJ) contre les lois anti immigré-e-s, les campagnes contre le racket des cotisations sociales ou pour la suppression du Ministère de l’Immigration, les grèves des travailleurs et travailleuses sans papiers pour leur régularisation, ou encore les campagnes pour le droit de vote des immigré-e-s, sont autant de fronts de résistance indispensables, pour l’égalité des droits.

Mais si toutes ces batailles partielles permettent d’arracher de nouveaux droits, la question d’une lutte globale ciblant la logique d’ensemble des politiques anti-immigré-e-s et leur fondement idéologique devient cruciale pour qu’advienne un autre « vivre ensemble ». La création d’un front large de mobilisation contre les dernières mesures xénophobes et sécuritaires de Sarkozy est une avancée dans cette perspective. Cette unité doit se retrouver dans les entreprises et les localités pour agir ensemble, concrètement : pour des droits égaux en matière de travail, logement, éducation, santé, vote, protection sociale…


--------------------------------------------------------------------------------

Nous n’oublions pas la Première République de septembre 1792, qui fut proclamée suite à la révolution du 10 août 1792 et qui engendra la Déclaration de l’Homme et du Citoyen de juin 1793, porteuse d’une véritable égalité des droits. Nous savons aussi comment les troisièmes et quatrièmes Républiques, notamment à travers les guerres coloniales, mirent à bas ces principes.

Le gouvernement Sarkozy franchit aujourd’hui une ligne jaune que la droite n’avait pas osé piétiner depuis des décennies. L’article 1 de la Constitution proclame que la République « assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion » : et le gouvernement ose se réclamer de cette Constitution ?

--------------------------------------------------------------------------------

Face à la xénophobie d’Etat et à la politique du pilori
Contre la haine et la stigmatisation
Pour vivre ensemble autrement
Rassemblons-nous le 4 septembre



PDF : http://www.solidaires.org/IMG/pdf/2010_ ... d_etat.pdf
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21983
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Face à la xénophobie et la politique du pilori, manif 4

Messagede Pïérô » 27 Aoû 2010, 18:35

Comme je l'ai dit au début, Alternative Libertaire n'a pas signé le texte unitaire.
Dans "mondialisme.org", http://www.mondialisme.org/spip.php?article1530, Y C apporte une argumentation de ce point de vue:

4 septembre 2010 : « fêter » l’anniversaire de la IIIe République ou honorer les Communards ?

Une grande manif doit se tenir le 4 sep­tem­bre 2010, convo­quée par toute la gauche, les syn­di­cats, les asso­cia­tions anti­ra­cis­tes ou de sou­tien aux tra­vailleurs immi­grés, etc.

Cette date a été choi­sie parce qu’elle coïn­cide avec le 140e anni­ver­saire de la fon­da­tion de la Troisième République qu’il fau­drait « fêter » selon les orga­ni­sa­teurs de l’appel « Non à la poli­ti­que du pilori » (on trou­vera cette pétition insi­pide (1), pardon cet "appel citoyen", sur le site http://nona­la­po­li­ti­que­du­pi­lori.org/).

Curieusement, jusqu’ici aucun des his­to­riens ou des intel­lec­tuels qui fus­ti­gent Nicolas Sarkozy pour sa mani­pu­la­tion ou son igno­rance de l’Histoire n’a fait remar­quer que la Troisième République a été fondée sur le sang des Communards, les persé­cutions, les condam­na­tions à l’exil, au bagne et à la prison, quand ce n’était pas le poteau d’exé­cution décidé par les conseils de guerre qui sié­geront pen­dant les quatre pre­mières années de la Troisième République ou les cours pré­vô­tales qui fusillaient les hommes et les femmes pris les armes à la main.

Les réd­acteurs et les 30 000 signa­tai­res de l’appel "Non au pilori" ont com­plè­tement oublié les 20 000 morts de la Commune de Paris, les 38 000 arres­ta­tions, les 50 000 juge­ments qui se pour­sui­vront jusqu’en 1877, les 4000 per­son­nes expédiées au bagne, le tout pour quoi ?

Pour célébrer, le 4 sep­tem­bre 2010, la Troisième République…. des bour­reaux du peuple pari­sien.

Le citoyen­nisme, qui est l’idéo­logie domi­nante à gauche, est décidément bien un négati­onn­isme (à peine dis­si­mulé) de l’his­toire du mou­ve­ment ouvrier et de ses com­bats.

Le 4 sep­tem­bre 2010, si vous tenez à des­cen­dre dans la rue contre ce pléon­asme (faus­se­ment) naïf qu’est la « xénop­hobie d’Etat » (tout Etat est xénop­hobe, sinon il ne rem­plit pas sa fonc­tion essen­tielle : déf­endre la nation), criez au moins le nom des com­mu­nards et des pét­rol­euses !

Ayez une pensée pour le général Dombrovski mort sur les bar­ri­ca­des près de la rue Myrrha, Théophile Ferré, Louis Rossel et tous les ano­ny­mes exécutés par cette Troisième République que les réd­acteurs de l’appel "Non au pilori" vou­draient nous voir "fêter" le 4 sep­tem­bre 2010.

N’oubliez pas qui était Adolphe Thiers, le chef des Versaillais, celui qui a lancé 130 000 sol­dats contre les ouvriers et les arti­sans pari­siens, le pre­mier pré­sident de cette Troisième République qui a com­mencé aussi mal qu’elle a fini et que nos citoyen­nis­tes sans mém­oire vou­draient que nous fêtions en enter­rant une seconde fois les Communards.

Des conseils de guerre fusillant les Communards en sep­tem­bre 1870 aux pleins pou­voirs votés à Pétain en juillet 1940 par les trois quarts des députés socia­lis­tes, de la guerre du Rif aux mas­sa­cres et aux bagnes d’Indochine en pas­sant par les inter­ven­tions des armées franç­aises contre la révo­lution russe, des fichiers de l’immi­gra­tion les plus sophis­ti­qués de la planète aux lois res­trei­gnant (déjà) les droits des immi­grés, la Troisième République a une belle conti­nuité que les sans-mém­oire de la gauche s’apprêtent à "fêter" en toute bonne (in)cons­cience !

Y.C.

26/08/2010

Ni patrie ni fron­tières

1. Comme me le fait remar­quer jus­te­ment un lec­teur pers­pi­cace, cet appel contient des expres­sions inad­mis­si­bles comme la référ­ence au "néc­ess­aire res­pect de l’ordre public" (comme quoi la gauche nous prend pour des imbé­ciles quand elle prétend dén­oncer la poli­ti­que sécu­rit­aire de Sarkozy) et au res­pect de " la Constitution".

On rap­pel­lera aux sans-mém­oire de gauche que deux réf­orm­istes bon teint, Messieurs François Mitterrand et André Chandernagor, dénoncèrent, il y a déjà 40 ans, l’un dans "Le coup d’Etat per­ma­nent" (1964), l’autre dans "Un par­le­ment pour quoi faire" (1967), la Constitution de la Cinquième République comme tota­le­ment et viscé­ra­lement antidé­moc­ra­tique et pro­pice aux coups d’Etat et à toutes les manoeu­vres auto­ri­tai­res du gou­ver­ne­ment contre les "élus de la nation".

Même si nous ne croyons guère aux vertus de la démoc­ratie bour­geoise, la vacuité de cet appel permet de mesu­rer la régr­ession poli­ti­que de cette gauche réf­orm­iste qui a oublié même ses petits com­bats contre la Constitution de la Cinquième République.... et de l’extrême gauche (le NPA en tête) qui lui emboîte allég­rement le pas.

Quant à la phrase qui conclut l’appel et fait men­tion d"une "République que nous vou­lons plus que jamais, libre, égale et fra­ter­nelle" on se demande sur quelle planète vivent les réd­acteurs et les signa­tai­res de cet "appel".

La République des Bisounours, sans doute...


Par contre il nous semble important de ne pas être absents de cette mobilisation, d'y aller sur nos bases, et sur les bases qui peuvent aussi unifier et dont on trouvera aussi des éléments plus haut et notamment dans l'appel du "quotidien des sans papiers", et sur le site créé pour l'occasion, et appeller à la création de collectifs locaux, parce que dans ce domaine comme dans le domaine social en général, parce que c'est aussi de cet ordre du domaine social et pas que de la morale, il y a des dynamiques de luttes et des mobilisations à construire, et à faire converger. Localement, à Tours, nous appellons donc à la constitution d'un cortège libertaire pour la manif, ainsi qu'à la création d'un collectif local.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21983
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Face à la xénophobie et la politique du pilori, manif 4

Messagede Pïérô » 29 Aoû 2010, 00:40

actualisation 88 villes :

01 Bourg en Bresse, 14h00 au carrefour des rues Charles Robin, Foch, 4 septembre et du Bd de Brou
05 Gap, 11h00 place de la République
06 Nice, 14h00 place Garibaldi
06 Cannes, 14h30 devant le monument aux morts et la mairie
07 Privas, 10h30 devant la Préfecture
12 Rodez, 10h00 devant la préfecture
13 Marseille, 14h30 Vieux Port
13 Aix en Provence, 11h00 allées Provençales
13 Salon en Provence, 10h00 devant l’Hôtel de Ville
13 Arles, 11h30 bd des Lices
14 Caen, 14h30 place de la République
15 Aurillac, 11h00 Préfecture du Cantal, 2 cours Monthyon
17 La Rochelle, 11 h 00 cours des dames devant la grosse horloge
17 Saintes, 11h00 place Bassompierre
18 Bourges, 11h00 devant le monument de la Résistance, place du 8 mai
19 Brive, 10h30 devant la sous préfecture
19 Tulle, 15h30 devant la préfecture
19 Ussel, 15h00 devant la sous préfecture
20 Ajaccio, 17h00 devant la préfecture 21 Dijon, 14h00 place Darcy
21 Dijon, 14h00 place Darcy
22 Saint-Brieuc, 11h00 en haut de la rue Saint-Guillaume, près du manège, à 11h00
24 Périgueux, 11h00 Arbre de la Liberté (poste centrale)
25 Besançon, 15h00 place du Huit-Septembre
26 Valence, devant la Tour de l’Europe - Quartier Fontbarlettes (horaire ?)
27 Evreux, 15h00, devant la mairie
29 Brest, 10h30 place de la Liberté
30 Nîmes, 14h00 Maison Carrée
30 Alès, 17h00 devant le théâtre
30 Uzès, 11h00 Place de la Libération
31 Toulouse, 10h30 Esplanade des Droits de l’Homme – place du Salin
32 Auch, 10h30 Place de la Libération
33 Bordeaux, 10h30 parvis des Droits de l’Homme
34 Montpellier, 10h00 place de la Comédie
35 Rennes, 14h00 place de la Mairie
36 Châteauroux, 17h00 place de la République devant l’arbre des droits de l’Homme
37 Tours, 15h00 place Jean Jaurès
38 Grenoble, deux cortèges, 14h00 départ de la Villeneuve et 14h30 départ de la gare. Les 2 cortèges se rejoignent place André Malraux pour aller devant le Préfecture.
40 Mont de Marsan, 11h00 place St Roch
41 Vendôme, 11h marché couvert
42 Saint Etienne, 10h00 place Jean Jaurès
42 Roanne, 10h00 devant la sous-préfecture
43 Le Puy en Velay, 10h00 devant la préfecture
43 Le Chambon sur Lignon, 10h00 place de la Fontaine puis marche vers la place des Balayes
44 Nantes, 15h00 place du Commerce
44 Saint Nazaire, 15h00 Esplanade des Droits de l’Homme
45 Orléans, 15h00 place d’Arc
47 Agen, 10h00 bd de la République / place Jasmin
49 Angers, 10h30 à Angers, devant le palais de justice et défilé vers la préfecture
50 Coutances, 11h00 place Saint-Nicolas
50 Barenton, 17h30 devant la stèle érigée en 2008 en mémoire du camp de rétention des Tsiganes, sous Vichy !
51 Reims, 14h00 Fontaine de la Solidarité, place d’Erlon
54 Nancy, 14h00 place Stanislas
56 Lorient, 11h00 Place Aristide Briand
57 Metz, 14h30 place de la République
58 Nevers, 15h00 Place de la Résistance
59 Lille, le 3/09 à 18h00 pour cause de grande braderie le 4/09, Parvis des Droits de l’Homme (horaire ?)
59 Tourcoing, 15h00 Hôtel de Ville
60 Beauvais, 14h00 place Jeanne d’Arc
61 Alençon, 14h devant la Préfecture
62 Hénin-Beaumont, 16h30 devant l’Hôtel de Ville
63 Clermont Ferrand, 14h00 place Delille en direction de la préfecture
64 Pau, 11h00 place de l’Hôtel de Ville
64 Bayonne, 11h00 place de la Liberté
65 Tarbes, 14h30 Place de la Mairie67 Strasbourg, 16h00 place Kleber
67 Strasbourg, 16h place Kleber.
68 Mulhouse, 14h00 place de la Réunion
68 Colmar, 14h30 avenue de la République, devant l’entrée administrative de la Préfecture du Haut-Rhin
69 Lyon, 14h00 place Gabriel Péri (lieu du rv susceptible de changer)
70 Vesoul, 14h30 devant la mairie71 Chalon sur Saône, 14h00 Place de l’Hôtel de Ville
71 Chalons sur Marne 14 h 4 cortèges qui convergeront
73 Chambéry, 15h00 place Caffe
74 Annecy, 15h00 devant la Préfecture
74 Annemasse, 11h00 Parvis de l’espace Martin Luther King
74 Thonon 14h00 Place Aristide Briand
75 Paris, 14h00 place de la République
76 Rouen, 14h00 (ou 14h30) à l’église St Sever
76 Le Havre, départ en car pour aller manifester à Paris le 4 septembre + manifestation le vendredi 3 septembre devant la sous préfecture du Havre (horaire ?)
78 Mantes la Jolie, 11h00 devant la Sous Préfecture
79 Bressuire, 10h30 place Notre Dame – cercle de silence, 11h00 prises de paroles puis défilé vers préfecture.
79 Niort, 11h en bas de la Brèche sur l’esplanade la République
81 Castres, 9h30 place Jean Jaurès
83 Toulon, 10h00 place de la Liberté
83 Saint Maximin, 15h00 Place Martin Bidouré
84 Avignon, 10h30 devant la préfecture, bd Limbert
86 Poitiers, 14h00 devant le palais de Justice
87 Limoges 14h00 place de la République (avec la présence des marcheurs Saragosse-Bruxelles)
974 Saint-Denis de La Réunion, 14h00 place des droits de l’Homme Champ Fleuri

.

un texte sur le site de l'UJFP, http://www.ujfp.org/modules/news/articl ... oryid=787d , qui pose pas mal les choses aussi :

Depuis que la France est un pays d'immigration, une tradition xénophobe s'est mise en place, tradition qui perdure jusqu'à aujourd'hui, tradition à laquelle le pouvoir ne dédaigne pas d'avoir recours lorsque besoin est, l'exemple canonique étant celui du gouvernement de Vichy arrivé au pouvoir avec la débâcle française devant l'armée allemande en 1940, gouvernement qui propose de mettre en place ce qu'il appelle la Révolution Nationale.

On se rassure alors en renvoyant soit à l'extrême droite considérée comme la dépositaire ce cette tradition xénophobe, soit en renvoyant à une parenthèse malheureuse liée à l'invasion puis à l'occupation allemande, les chefs de la Révolution Nationale n'étant, suivant l'expression consacrée, que des collaborateurs au service de l'occupant.

A défaut de représenter la réalité, cette façon de renvoyer la xénophobie française à l'extrême droite ou à la collaboration avec le nazisme permet d'opposer une France républicaine ouverte et un France frileuse qui aurait peur de tout contact avec l'étranger; Jaurès d'un côté, Maurras de l'autre. Mais la République française ne se réduit pas à Jaurès et la xénophobie française n'est pas l'apanage de Maurras et de ses disciples.

Si l'on se borne à l'histoire récente, il faut constater combien les mesures contre les sans-papiers à travers les lois Pasqua, Debré, Chevènement (un homme de gauche dans un gouvernement de gauche) et Sarkozy ont contribué à la mise en place d'une xénophobie d'Etat qui n'est pas sans rappeler certains aspects des gouvernements de la Révolution Nationale que l'on pourrait résumer en parlant de "chasse aux métèques". Depuis les années quatre-vingt-dix du siècle dernier, cette politique s'est amplifiée et la chasse aux métèques est devenue l'une des tâches principales de la police française.
Une telle politique ne pouvait que renforcer la tradition xénophobe, y compris le renforcement d'icelle dans les services de l'Etat, autant l'administration que la police.

Les espoirs qu'avait fait naître, à tort ou à raison, la "marche pour l'égalité" de 1983, se sont évanouis pour laisser la place à une société de plus en plus discriminante envers les populations d'origine étrangère, fussent-elles françaises. C'est ainsi que l'on a vu fleurir les expressions d'immigrés de la deuxième, voire de la troisième génération, comme s'il fallait rappeler à des citoyens français le caractère insolite de leur appartenance à la nation française. La xénophobie remonte aujourd'hui au passé des individus. La Révolution Nationale de 1940 nous avait appris qu'on pouvait dénaturaliser des Français, l'idée revient aujourd'hui par la parole d'un président de la République qui s'imagine ainsi lutter contre la délinquance et imposer la sécurité.
On retrouve ici un autre poncif de la xénophobie française, l'amalgame "étranger = délinquant" et pour les adeptes de la xénophobie française, la naturalisation ne supprime pas la qualité d'étranger ; les naturalisés, voire leurs enfants ou leurs petits-enfants, restent des étrangers et par conséquent des délinquants potentiels. On comprend alors qu'un président soucieux de la sécurité des "vrais" Français propose de retirer la nationalité à ceux des délinquants qui n'ont pas assez de francité ancestrale. On comprend aussi que ses ministres et ses divers sbires en rajoutent pour montrer leur attachement à la xénophobie.

Renvoyer la xénophobie à la seule extrême-droite est une erreur. Si l'extrême-droite tient des discours extrêmes comme c'est son rôle, elle n'est pas au gouvernement et elle n'est en rien responsable des lois contre l'immigration mises au point par les ministres cités ci-dessus (Pasqua, Debré, Chevènement, Sarkozy) et votées par des parlementaires soumis.
Il est vrai qu'il ne faut pas comparer la politique des ministres cités et la politique de la Révolution Nationale sous peine de poursuites judiciaires. Ainsi s'ajoute à une politique xénophobe une atteinte à la liberté d'expression. Mais à cela s'ajoute un mensonge : celui de faire accroire au bon peuple que la Révolution Nationale s'est vu imposée sa politique par l'occupant, une façon d'exorciser les dérives xénophobes de la politique française. S'il n'y a pas Auschwitz, c'est acceptable. Une affirmation à la fois grotesque et scandaleuse.

Èt puis, pour revenir au présent, n'est-ce pas le gouvernement actuel qui a inventé un ministère de l'identité nationale et de l'immigration, faisant de l'identité nationale une affaire d'Etat et de l'immigration une affaire d'identité nationale. C'est dans ce cadre qu'un ministre de l'identité nationale et de l'immigration a cru devoir lancer un débat sur l'identité nationale, renforçant l'idée que cette identité nationale doit faire l'objet d'une définition officielle. On ne peut mieux mettre en avant la volonté xénophobe qui agite le gouvernement actuel. Les déclarations du président de la République et celle de son ministre de l'intérieur qui se croit obligé d'en rajouter s'inscrivent dans cette politique.

Une telle volonté politique de la part du président de la République et de ses sbires, ministres, députés et autres, appelle une réaction pour, sinon mettre fin à la tradition xénophobe française, du moins l'empêcher de nuire. D'autant que l'on sait que la mise au pas des étrangers, y compris les Français dont on dit qu'ils ne méritent pas la qualité de français, permet d'autres mises au pas, celle de tous ceux qui sont considérés comme indésirables par l'autorité politique.

C'est cela que nous rappelle ce poème d'un pasteur allemand, Marin Neimoller, opposant au nazisme.

Lorsqu'ils sont venus chercher les communistes
Je me suis tu, je n'étais pas communiste.
Lorsqu'ils sont venus chercher les syndicalistes
Je me suis tu, je n'étais pas syndicaliste.
Lorsqu'ils sont venus chercher les juifs
Je me suis tu, je n'étais pas juif.
Puis ils sont venus me chercher
Et il ne restait plus personne pour protester


rudolf bkouche
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21983
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

communiqué OCL- manif du 4 septembre

Messagede JPD » 29 Aoû 2010, 07:44

Tract/communiqué OCL sur la manifestation contre le racisme du 4 septembre




Ne soyons pas amnésiques


La date du 4 septembre pour cette manif antiraciste unitaire, a été choisie parce qu’elle coïncide avec le 140e anniversaire de la fondation de la Troisième République qu’il faudrait « fêter », selon les organisateurs de l’appel « citoyen » : « Non à la politique du pilori ».

Curieusement, jusqu’ici aucun des historiens ou des intellectuels qui fustigent Nicolas Sarkozy pour sa manipulation ou son ignorance de l’Histoire n’a fait remarquer que la Troisième République a été fondée sur le sang des Communards, les persécutions, les condamnations à l’exil, au bagne et à la prison, quand ce n’était pas le poteau d’exécution décidé par les conseils de guerre qui siégeront pendant les quatre premières années de la Troisième République ou les cours prévôtales qui fusillaient les hommes et les femmes pris les armes à la main.


Les rédacteurs et les 30 000 signataires de l’appel "Non au pilori" ont complètement oublié les 20 000 morts de la Commune de Paris, les 38 000 arrestations, les 50 000 jugements qui se poursuivront jusqu’en 1877, les 4000 personnes expédiées au bagne, le tout pour quoi ?


Pour célébrer, le 4 septembre 2010, la Troisième République des bourreaux du peuple parisien.

Le citoyennisme, qui est l’idéologie dominante à gauche, est décidément bien un négationnisme (à peine dissimulé) de l’histoire du mouvement ouvrier et de ses combats, comme de la politique de la République.

Ne soyons pas de ceux qui oublient que la politique actuelle vis-à-vis des Roms en général, comme la menace vis-à-vis de la perte de la nationalité, se situe en fait dans le droit fil de la tradition républicaine. Ceux qui prétendent le contraire et en appellent à cette tradition contre Sakozy sont des menteurs ou des ignorants. Cela fait plus de 200 ans que la République n’accorde pas les mêmes droits à tous ses « citoyens » et en particulier à ceux qu’elle nomme depuis 1978 les « gens du voyage » pour échapper à l’accusation de racisme.



Ce 4 septembre 2010, si nous descendons dans la rue contre ce pléonasme (faussement) naïf qu’est la « xénophobie d’Etat » (tout Etat tend à être xénophobe), rappelons au moins le nom des communards et des pétroleuses !

N’oublions pas qui était Adolphe Thiers, le chef des Versaillais, celui qui a lancé 130 000 soldats contre les ouvriers et les artisans parisiens, le premier président de cette Troisième République qui a commencé aussi mal qu’elle a fini et que nos citoyennistes de la gauche sans mémoire voudraient que nous "fêtions" en enterrant une seconde fois les Communards.



Souvenons-nous qu’après la Commune, des conseils de guerre fusillant les Communards en septembre 1870 aux pleins pouvoirs votés à Pétain en juillet 1940 par les trois-quarts des députés socialistes, des « lois scélérates anti-anarchistes » au « Carnet B » destiné à emprisonné tout opposant à la boucherie de 1914, des massacres coloniaux aux couvre-feu imposés aux Algériens en France qui débouchèrent sur le massacre de 1961, des fichiers de l’immigration les plus sophistiqués de la planète aux lois restreignant (déjà) les droits des immigrés aux carnets anthromométrique pour les « gens du voyages », la Troisième République et sa suivante la quatrième, ont une belle continuité que les sans-mémoire de la gauche célèbrent en toute bonne (in)conscience !

Toutes ces mesures, et il y en a bien d’autres, furent des mesures légales prises dans le cadre constitutionnel qui « assure l’égalité de tous les citoyens ».

Mais il ne s’agit pas seulement d’Histoire mais aussi de présent. Derrière cette amnésie se cachent à peine un objectif et une stratégie pour préparer 2012 et un grand front républicain destiné à remettre au pouvoir, à la place de l’actuel, ceux qui ont toujours mené les mêmes politiques sur tous les plans y compris celui de l’immigration, du racisme et du sécuritaire. Pour ce faire on nous refera le coup de la montée du fascisme et du racisme, comme en 2002, alors que précisément si la droite est aussi arrogante c’est parce que les 80 % que lui ont accordé alors les votants ont eu valeur de quitus pour mener à bien cette offensive politique au service du patronat et des grands groupes financiers.

Il est particulièrement significatif que quelques jours après ce 4 septembre aura lieu la manifestation sur les retraites (alors que tout est déjà joué sur ce terrain, sans combattre). On sait pourtant que le seul moyen d’enrayer le racisme et le fascisme c’est précisément le développement de grands mouvements sociaux. Il ne faut pas mélanger les choses, nous dit-on… Eh bien si, justement il faut les mélanger et les mélanger encore.

Ne marchons pas dans la combine. Nous ne chasserons pas Sarko pour mettre le PS à sa place, pas plus que n’importe qui. Nous ne serons pas amnésique vis-à-vis des années de plomb que furent les années Mitterrand que l’on voudrait nous faire oublier.

Oublions seulement nos nationalités et construisons un internationalisme contre les patrons, contre le capitalisme, pour le communisme.


Organisation communiste libertaire http://oclibertaire.free.fr/


Ci-dessous le tract maquetté pour reproduction
Fichiers joints
tract 4 septembre.pdf
(72.42 Kio) Téléchargé 38 fois
JPD
 
Messages: 331
Enregistré le: 30 Avr 2009, 04:20

Re: Face à la xénophobie et la politique du pilori, manif 4

Messagede berneri » 29 Aoû 2010, 16:53

Sans être d'accord avec le contenu du texte d'appel et la reference au 140 ème anniversaire de la republique de Thiers boucher de la commune, je pense qu'il est indispensable de répondre présent lors des manifestations prévues.
appel: http://nonalapolitiquedupilori.org/
appel d'AL: http://alternativelibertaire37.over-blog.com/
berneri
 
Messages: 380
Enregistré le: 20 Sep 2009, 18:58

Re: Face à la xénophobie et la politique du pilori, manif 4

Messagede leo » 30 Aoû 2010, 19:52

je mets ce texte là aussi parce qu'il croise les problématiques et les globalise un peu

http://forum.anarchiste-revolutionnaire.org/viewtopic.php?f=72&t=4115&p=56368#p56368
leo
 
Messages: 252
Enregistré le: 17 Avr 2009, 17:29

Re: Face à la xénophobie et la politique du pilori, manif 4

Messagede Pïérô » 01 Sep 2010, 23:11

Tract d'Alternative Libertaire :

Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21983
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Face à la xénophobie et la politique du pilori, manif 4

Messagede Pïérô » 02 Sep 2010, 23:05

liste actualisée :

3 Septembre :

- 08 Charleville-Mézières 18h Place de l’Hôtel de Ville
- 59 Lille 18h sur le Parvis des droits de l’Homme Place de la République
- 76 Le Havre 17h devant la sous-préfecture


4 Septembre :

- 01 Bourg en Bresse 14h00 au carrefour des rues Charles Robin, Foch, 4 septembre et bd de Brou
- 02 Fargniers 15h devant le musée de la Résistance
- 03 Moulins 10h place de la Mairie
- 03 Montluçon 10h place de le sous-préfecture
- 03 Vichy 15h les 4 chemins
- 05 Gap 11h Place de la République
- 06 Nice 14h place Garibaldi
- 06 Cannes 14h30 devant le monument aux morts et la mairie
- 07 Privas 10h30 devant la préfecture
- 08 Vouziers 10h signatures de pétition sur le marché puis à 11h30 rassemblement et déplacement vers la sous-préfecture
- 09 Foix 10h devant la préfecture
- 10 Troyes 12h Place de l’Hôtel de Ville
- 11 Carcassonne 10h Place Carnot et marche vers la Préfecture
- 11 Narbonne 11h devant les Halles
- 12 Rodez 10h devant la Préfecture
- 13 Marseille 14h30 Vieux Port
- 13 Aix en Provence 11h Aux Allées Provençales
- 13 Salon de Provence 10h Hotel de Ville
- 13 Arles 11h30 bd des Lisses
- 14 Caen 14h Place de la République
- 15 Aurillac 11h devant la Préfecture 2 cours Monthyon
- 16 Angoulème 15h Place de l’Hôtel de Ville
- 17 La Rochelle 11h Cours des Dames devant la grande horloge
- 17 Saintes 11h Place Bassompierre
- 17 Royan 11h30 place Charles de Gaulle
- 18 Bourges 11h place du 8 mai
- 19 Brive 10h30 devant la sous préfecture
- 19 Tulle 15h30 devant la préfecture
- 19 Ussel 15h devant la sous préfecture
- 20 Ajaccio 17h devant la préfecture
- 20 Porto-Vecchio 18h Place de la Mairie
- 21 Dijon 14h Place Darcy
- 22 Saint-Brieuc 11h00 rue St Guillaume près du manège
- 23 Guéret 10h30 devant la mairie
- 24 Périgueux 11h00 Arbre de la Liberté (poste centrale)
- 25 Besançon 15h Place de la Révolution
- 25 Montbéliard 13h30 sur le Parvis des Droits de l’homme
- 26 Valence 14h Tour de l’Europe quartier "Fontbarlettes"
- 27 Evreux 15h devant la mairie
- 28 Chartres 10h30 Place Chatelet puis venue à Paris
- 29 Brest 10h30 place de la Liberté
- 29 Quimper 10h30 place de la Résistance
- 30 Nîmes 14h00 Maison Carrée devant la médiathèque
- 30 Alès 17h00 devant le théâtre
- 30 Uzès 11h Place de la Libération
- 31 Toulouse 10h30 Esplanade des Droits de l’Homme – place du Salin
- 32 Auch 10h30 Place de la Libération
- 33 Bordeaux 10h30 parvis des Droits de l’Homme
- 34 Montpellier 10h00 place de la Comédie
- 34 Béziers 18h sur le site de la fête annuelle de La Plantade commémorant le 140 ème anniversaire de la proclamation de la République, inauguration d’un Arbre de la Liberté devant lequel chacun pourra prendre la parole
- 35 Rennes 14h00 place de la mairie
- 36 Châteauroux 17h Place de la République
- 37 Tours 15h00 Place Jean Jaurès
- 38 Grenoble 14h départ de La Villeneuve
- 38 Grenoble 14h30 départ de la gare –
………………………les deux cortèges se rassemblent place André Malraux
- 39 Dôle 11h devant la sous-préfecture
- 39 Saint-Claude 11h devant la sous-préfecture
- 39 Lons Le Saunier 11h devant la préfecture
- 40 Mont de Marsan 11h00 place St Roch
- 41 Vendôme 11h marché couvert
- 41 Blois 15h00 angle des rues des 3 Clés et du Commerce
- 42 Saint Etienne 10h Place Jean Jaurès
- 42 Roanne 10h devant la sous préfecture
- 43 Le Chambon sur Lignon 10h Place de la Fontaine
- 43 Le Puy en Velay 10h devant la Mairie
- 44 Nantes 15h00 place du Commerce
- 44 Saint Nazaire15h Esplanade des Droits de l’Homme
- 45 Orléans 15h00 place d’Arc
- 46 Cahors 11h Parvis de la mairie
- 47 Agen 10h00 bd de la République / place Jasmin
- 48 Mende 10h30 place de la République
- 49 Angers 10h30 place du Général Leclerc (devant le Palais de justice)
- 50 Coutances 11h place Saint Nicolas
- 50 Cherbourg 11h Place de la République (devant la mairie)
- 50 Saint Lô 11h devant la préfecture
- 50 Barenton 17h30 - au camp d’internement tzigane qui a existé sous Vichy
- 51 Reims 14h00 Place d’Erlon
- 52 Chaumont 11h devant la préfecture
- 54 Nancy 14h00 place Stanislas
- 56 Lorient 11h Place Aristide Briand
- 56 Vannes 11h devant la préfecture
- 56 Pontivy 11h devant la sous préfecture
- 57 Metz 14h30 place de la République
- 58 Nevers 15h Place de la Résistance
- 59 Tourcoing 11h parvis de l’Hôtel de Ville
- 59 Douai 9h entrée de Gayant Expo
- 59 Dunkerque 10h-12h30 rassemblement Marché central Place Jean Bart
- 59 Bailleul 11h-12h30 devant la mairie
- 60 Beauvais 14h00 place Jeanne Hachette
- 61 Alençon 14h devant la préfecture
- 62 Hénin-Beaumont 16h30 place de l’Hôtel de Ville
- 62 Boulogne sur Mer 16h00 devant la sous-préfecture
- 63 Clermont Ferrand 14h Place Delille
- 64 Bayonne 11h Place de la Liberté, Hôtel de Ville
- 64 Pau 14h30 devant la Préfecture
- 65 Tarbes 14h30 Place de la Mairie
- 66 Perpignan10 heures, rassemblement place du Puig
- 67 Strasbourg 16h Place Kléber
- 68 Mulhouse 14h place de la Réunion
- 68 Colmar 14h30 devant la Préfecture Av de la République
- 69 Lyon 14h00 place Bellecour
- 69 Villefranche 10h30 Place des Arts devant la Sous Préfecture
- 70 Vesoul 14h30 devant la mairie
- 71 Chalon sur Saone 14h Manifestations avec distribution de tracts et signature de pétition dès 14h place Charles De Gaule, place Saint Vincent, place de l’Hôtel de ville et place de l’ancien collège. Les 4 cortèges convergeront place de Beaune à 16h et iront vers la sous-préfecture.
- 72 Le Mans 15h Place de la République
- 73 Chambery 15h Place Caffe
- 74 Annemasse 11h complexe Martin Luther King
- 74 Annecy 15h devant la préfecture
- 74 Thonon 14h Place Aristide Briand
- 75 Paris 14h00 place de la République
- 76 Rouen 14h00 devant l’église St Sever
- 76 Le Havre départ en car pour aller manifester à Paris
- 78 Mantes la Jolie 11h00 devant la sous-préfecture
- 79 Bressuire 10h30 place Notre Dame – cercle de silence, 11h00 prises de paroles puis défilé vers préfecture.
- 79 Niort 10h30 en bas de la place de la Brèche
- 80 Amiens 14h30 place de l’Hôtel de Ville
- 80 Abbeville 14h30 place du Pilori
- 81 Castres 9h30 place Jean Jaurès
- 81 Albi 12h devant la préfecture
- 82 Montauban 10h30 devant la sous-préfecture
- 83 Toulon 10h Place de la Liberté
- 83 Saint Maximin 15h Place Martin Bidouré
- 84 Avignon 10h30 devant la préfecture, bd Limbert
- 85 La Roche sur Yon 10h30 Place Napoléon
- 86 Poitiers 14h devant le Palais de Justice
- 86 Châtellerault 11h Esplanade François Mitterand
- 87 Limoges 14h00 place de la République
- 88 Saint Dié 10h devant la mairie
- 88 Epinal 15h place des 4 nations
- 89 Joigny 18h rassemblement à la Maison citoyenne (s’inscrire maisoncitoyenne89@free.fr pour départ en car pour Paris)
- 90 Belfort 14h place Corbis
- 974 St Denis de la Réunion 14h Place des Droits de l’Homme
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21983
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Suivante

Retourner vers Luttes contre les frontières, racisme, xénophobie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité