Luttes en prison et au dehors

Re: Luttes en prison et au dehors

Messagede bipbip » 16 Mar 2018, 20:41

Témoignage débat avec Jean-Marc Rouillan sur la prison

Toulon samedi 17 mars 2018

Jean Marc Rouillan interviendra sur la prison Samedi 17 Mars à 19h au Local
(6 rue corneille, 83000 Toulon).

Son témoignage en tant que personne ayant subit la répression ne peut qu’être intéressant par ses analyses du système carcéral. Ça nous permettra aussi d’échanger sur les moyens de lutter aujourd’hui, de se rendre compte des luttes passées, présentes et à venir et des violences du pouvoir exercées sur les militant(e)s.

Débat important en ces périodes où la répression s’abat tout azimut sur les différentes
composantes des luttes sociales (grévistes, migrant(e)s, zads – nddl,
bure...–, squatteurs, etc.)

http://www.millebabords.org/spip.php?article31470
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32068
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Luttes en prison et au dehors

Messagede bipbip » 25 Mar 2018, 13:22

Journées contre la taule et la répression à Nancy

POUR PROLONGER

Lundi 26 mars à 19h au CCAN : projection du documentaire "Le fond de l’air est bleu" qui témoigne de la situation actuelle face à la police, en particulier depuis l’institution d’un état d’urgence qui se prolonge. En présence de 2 personnes du collectif Activideo.

Mercredi 28 mars à 20h, librairie Quartier Libre de Nancy : projection du film documentaire "317" (documentaire d’un collectif qui recueille les témoignages de la repression et des 317 gardé.es à vue en novembre 2015 lors de la Cop 21). En présence d’une personne du collectif.

https://manif-est.info/Journees-contre- ... y-456.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32068
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Luttes en prison et au dehors

Messagede bipbip » 05 Avr 2018, 14:02

Journée de discussion sur les perspectives de lutte anticarcérale

Ivry-sur-Seine (94) samedi 7 avril 2018
à 10h, Vaydom - CSA, Centre Social Autogéré d'Ivry, 37 rue Marceau

Nous nous nourrirons de témoignages de luttes passées et présentes, de l'extérieur comme de l'intérieur ou dans une dynamique de va-et-vient entre les deux. Suivra une discussion sur les perspectives de luttes anticarcérales à Paris et ses alentours. Le samedi 7 avril, à partir de 10H au Centre Social Autogérée Vaydom (37 rue Marceau, 94200 Ivry-sur-Seine, M7 Pierre&Marie Curie / T3 Maryse Bastiée)

Personne ne peut être assuré.e de n'avoir jamais à subir la prison, que ce soit en étant enfermé.e ou à travers ses proches. Il faut garder en tête que la prison, ainsi que la police et la justice en amont, dirigent leur répression spécifiquement contre les personnes qui ne veulent pas rester à leur place de dominé.e. La prison représente la sanction ultime de l'arsenal répressif par lequel l'État cherche à anéantir toute envie de débrouille, de refus, de révolte. A l'extérieur, la crainte du passage en taule ou l'espoir d'un contrôle judiciaire moins strict te fais accepter de travailler gratos pendant des TIG ou encore de normaliser ta vie en fonction de leur morale. A l'intérieur des murs, la carotte des remises de peines, l'espoir d'une cellule en régime ouvert ou le bâton du mitard permettent à l'administration pénitentiaire d'obtenir le calme à peu de frais. Par cette gradation des sanctions la justice et l'administration pénitentiaire trient, isolent, pour mieux maintenir chacun-e sous contrôle, et qu'on devienne nos propres flics.

Même si ce constat du rôle de la prison dans la bonne marche de ce monde est plutôt partagé au sein des luttes anticapitalistes et libertaires, on peine à s'y attaquer réellement. Notre rapport à la prison se cantonne souvent à l'urgence : celle de l'antirépression pour éviter que des camarades s'y retrouvent enfermé-e-s, ou bien du soutien quand certain-e-s se retrouvent dedans. Même si ces formes d'entraide et de solidarité sont nécessaires et bienvenues, elles restent un privilège dont ne disposent pas tou-te-s les prisonnier.e.s et ne devraient pas se substituer à une dynamique de lutte contre la taule.

La lutte anticarcérale doit être dirigée contre la prison et son enfermement, mais aussi contre le système de surveillance et de gestion des populations qu'elle sous-tend. On ne peut pas se contenter de murs repeints, de douches qui ne sentent plus la pisse et de l'éloignement des rats. On ne peut pas souhaiter substituer à la prison la surveillance électronique, ou l'assignation à résidence. Il est temps que les luttes anticarcérales reprennent force et détermination. Il est temps que la prison soit considérée autrement que comme un simple outil de répression des luttes. La prison est au cœur des logiques d'exploitation et d'oppression, c'est pourquoi il faut la combattre.

Nous proposons une journée de discussion et de réflexion sur cette thématique. Nous nous nourrirons de témoignages de luttes passées et présentes, de l'extérieur comme de l'intérieur ou dans une dynamique de va et vient entre les deux. Ces témoignages précéderont une discussion sur les perspectives de luttes anticarcérales à Paris et ses alentours. On pense par exemple aux différents projets carcéraux actuels, comme le plan de construction de nouvelles prison où bien la réouverture prochaine de la prison de la Santé.

Programme de la journée :
• 10h - extraits du film « COPEL : Une histoire de révolte et de dignité » (2017)
• 11h30 - intervention sur les luttes à l'intérieur
• 13h - repas
• 14h - discussion autour de la lutte contre la maxi-prison à Bruxelles
• 15h30 - discussion sur les perspectives de luttes anti-carcérales

N'hésitez pas à apporter vos gâteaux, on fournit le thé et le café !

https://paris.demosphere.eu/rv/61185
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32068
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Luttes en prison et au dehors

Messagede bipbip » 26 Avr 2018, 15:07

Soirée projection-discutions
Galères de Femmes (90 mn) 1993 de J-M Carré
Suivi d'une rencontre avec une ancienne détenue

Angers vendredi 27 avril 2018
à 20h30, l'Etincelle, 56 boulevard du Doyenné

On pourra discuter de l'enfermement, et aussi peut être partager sur les luttes dans/autour des prisons!

Synopsis: Fleury Mérogis est la plus grande prison de femmes d'Europe. Ce long métrage documentaire trace les portraits de sept femmes pendant leurs détentions puis dans leur tentative de réinsertion. Au-delà de leur quête de vie et de liberté, la solitude, l'angoisse, les difficultés... Identité et paroles : une profonde réflexion sur le problème de l'emprisonnement et de la réinsertion.

https://murmure.noblogs.org/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32068
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Luttes en prison et au dehors

Messagede bipbip » 02 Mai 2018, 12:53

Un nouveau rassemblement anti-carcéral a eu lieu ce jeudi devant la prison de Villeneuve lès Maguelone

Une vingtaine de personnes se sont réunies hier soir devant la prison de Villeneuve-lès-Maguelone pour se faire entendre des détenus, en ramassant des pierres au bord de la route qui longe la prison et en les tapant sur la barrière de sécurité. L’objectif de cette action, organisée par l’assemblée de Montpellier contre les violences d’État et pour les libertés, est de soutenir « les enfermés des quartiers populaires que l’on voudrait invisibles, les militants enfermés pour leurs engagements, et toutes celles et ceux qui subissent la répression d’État et l’injustice des lois du capital. » Des prisonniers ont répondu avec les moyens du bord, en criant ou en faisant tournoyer des linges aux barreaux de leurs cellules. À Montpellier, la répression est d’actualité : la semaine dernière, un homme a été condamné à trois mois de prison ferme pour « participation à un attroupement armé » suite à la manifestation du 14 avril, et un lycéen d’origine ivoirienne a été condamné à un mois de prison ferme sous prétexte qu’il aurait fourni des « faux-papiers » aux autorités. La plupart de ceux qui sont condamnés à de la prison par le tribunal de Montpellier sont amenés à la « maison d’arrêt » de Villeneuve-lès-Maguelone, qui compte 900 détenus pour seulement 550 lits.* La nourriture y est infecte, les personnels soignants sont insuffisants, certains matons se comportent comme des bourreaux, les détenus sont incités à prendre des cachets et travaillent pour 2€ de l’heure au profit de la multinationale Sodexo.

... http://www.lepoing.net/un-nouveau-rasse ... maguelone/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32068
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Luttes en prison et au dehors

Messagede bipbip » 18 Juin 2018, 08:22

Contre l’isolement carcéral ! En solidarité avec Fabrice

Depuis six ans, l’administration pénitentiaire torture Fabrice Boromée à l’isolement. Le 21 juin, montrons notre solidarité envers Fabrice et opposons nous à cette torture qu’est l’isolement carcéral.

Depuis 2012, Fabrice Boromée subit l’enfermement dans les quartiers d’isolement des prisons en métropole. Depuis six ans, ses conditions de détention doivent être qualifiées de torture. Ce traitement inhumain a été mis en place par l’Administration Pénitentiaire après que Fabrice ait refusé de se soumettre à l’arbitraire carcérale qui lui interdisait d’assister à l’enterrement de son père en Guadeloupe. Depuis, Fabrice ne demande qu’une chose : être transféré en Guadeloupe auprès de ses proches. Face au silence de l’administration, il s’est révolté de nombreuses fois pour se faire entendre, notamment avec des prises d’otage. Alors qu’il était entré en prison pour une peine de huit ans, il a pris des rallonges de peines à la pelle, il a aujourd’hui encore trente ans à faire. C’est toujours la même chose avec l’administration pénitentiaire si tu refuses leur arbitraire, la répression est sans appel.

Enfermé et exilé de force en métropole Fabrice subit une double-peine, comme de nombreux autres détenu.e.s originaires des territoires qu’il est convenu d’appeler les "DOM-TOM". Outre la répression carcérale, leur situation révèle un des aspects de la domination coloniale que l’État français continue d’imposer aux populations de ces territoires. A l’isolement et très éloigné de ses proches, Fabrice n’a de contacts quasiment qu’avec les surveillants casqués...

Depuis un an, plusieurs articles de presse ont été écrits sur sa situation mais celle-ci n’a pas changé : la mesure d’isolement n’a jamais été levée. Au contraire, il a subi à St Maur et à Moulins des conditions extrêmement difficiles, dignes des anciens QHS (Quartiers de Haute Sécurité) soit-disant abolis (menottage systématique, escortes suréquipées et violentes, refus de le laisser voir le médecin ou l’aumônier dans des conditions décentes, repas jetés par la trappe…). Il y a quelques mois Fabrice refusait de sortir de la douche, demandant à la direction de respecter ses engagements pour son transfert. La seule réponse a été de lui envoyer les ERIS (le GIGN de la prison) qui ont balancé une grenade assourdissante dans la douche de quelques mètres carrés. Ces violences de l’administration lui ont fait perdre l’ouïe d’une oreille.

L’isolement carcéral, véritable torture, a des conséquences très graves sur sa santé et son moral. Il a eu des attaques cardiaques, il se plaint de migraines permanentes, sa vue baisse, il s’exprime moins bien, il perd le goût de vivre... Ces agissements ignobles sont validés par le ministère de la Justice et des médecins complices.

Le directeur de la Maison Centrale de Moulins avait promis à Fabrice un transfert « en mars », puis « avant l’été » et maintenant il lui dit « dans l’été, pas avant septembre ». Ces mensonges, ces promesses non tenues entraînent de faux espoirs qui le détruisent encore plus.
Le directeur de la MC de Moulins a assuré à Fabrice qu’il serait transféré avant l’été. C’est pourquoi nous appelons chacun et chacune à montrer sa solidarité avec Fabrice et tou.te.s ceux et celles qui sont au QI (Quartier d’isolement)contre leur volonté dès le début de l’été, si le 21 juin le transfert n’est pas mis en œuvre.
Individuellement ou par groupes affinitaires, dehors ou dans les prisons, multiplions les prises de paroles, les actions de revendications et de soutien.

Nous ne les laisserons pas tuer Fabrice Boromée !

Des opposant(e)s à la prison et ami(e)s de Fabrice

P.-S.
Pour lui écrire :
Fabrice Boromée – n° d’écrou 15964 ;
Maison Centrale de Moulins – QI – les godets
03400 Yzeure


https://paris-luttes.info/contre-l-isol ... l-en-10376
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32068
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Luttes en prison et au dehors

Messagede bipbip » 20 Juin 2018, 15:05

Du son qui met la pression contre toutes les prisons

Paris jeudi 21 juin 2018
à partir de 19h Place des Fêtes

Alors qu'on est toujours plus nombreu.ses à être confronté.es à la prison, que l'État planifie la construction de nouvelles taules et qu'il étend toujours plus hors les murs son contrôle sur nos vies grâce aux contraintes judiciaires et aux peines « alternatives », affirmons notre désir de ne jamais voir une autorité décider de notre liberté !

10 ans après l'incendie à Vincennes de la plus grande prison pour étranger de France, retrouvons nous, contre toutes les prisons et le monde qui les produit

le 21 juin sur la place des fêtes (Paris 19e)
•rassemblement à 19h
•déambulation à 21h

C'est le son qui met la pression
C'est l'oppressé centre la répression
Y a plus d'maître ici, plus d'MC's.

Le maton nous guette
La prison est en bas de chez nous.
Elle s'immisce en tout, se mêle de tout, se ressent partout,
centrale, sans bruit, sans rien d'écrit.
Face à chaque révolte, partout, elle menace toutes et tous.

Puis elle s'étend hors ses propres murs,
s'incarne dans des caméras, des cimentiers, des architectes, des citoyens-vigilants.
La ville elle même se transforme en vaste champ de contrôle.

L'état en construit toujours plus, où les rénovent,
et parce qu'au mitard ca sent la civière,
que l'état est au bout de la corde
Et que c'est toujours la même merde derrière la
dernière couche de peinture.

https://paris-luttes.info/du-son-qui-me ... ntre-10467
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32068
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Luttes en prison et au dehors

Messagede bipbip » 23 Juin 2018, 19:31

[PARIS]11 interpellations et au moins trois garde-à-vues suite à la déambulation contre toutes les prisons

Alors que le rassemblement s’est bien passé, que les diverses prises de paroles ont lié la lutte contre l’isolement de Fabrice Boromée, le « plan justice », la nouvelle prison de la santé, la « loi collomb », les incendies de voitures de matons à fresnes et à valence, et la révolte contre tous les autorités, nous sommes parti-es en déambulation.

Après une centaine de mètres, les flics se rapprochent au pas de charge, au moins aussi nombreux que la toute petite centaine de présent-es. Malgré la tentative de rester au maximum tou-te-s ensemble, et alors que l’on sonnait la dispersion, vu leur présence trop proche, les keufs ont décidé arbitrairement d’interpeller 11 personnes.

... https://paris-luttes.info/11-interpella ... oins-10527
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32068
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Luttes en prison et au dehors

Messagede bipbip » 28 Juin 2018, 16:40

Radio et prison : écoute collective et présentation de revue

Rouen vendredi 29 juin 2018
20h La Conjuration des fourneaux

À l’occasion de la soirée de soutien à la Legal Team de Rouen, présentation du dossier « radio et prison » de la Revue de l’Écoute de Syntone, et écoute collective d’une création sonore produite lors d’un atelier dans une prison française.

La radio sur la prison. La radio en prison. La radio contre la prison. Traversant volontiers les plus hautes murailles et les barreaux les mieux scellés, la radio entretient des liens multiples avec la prison – mais qu’en dit-elle exactement, qu’en sort-elle, qu’y apporte-t’elle, comment la prison la questionne-t’elle et comment cette relation s’est-elle construite ?

Image

Radio et prison

Traversant volontiers les plus hautes murailles et les barreaux les mieux scellés, la radio entretient des liens multiples avec la prison – mais qu’en dit-elle exactement, qu’en sort-elle, qu’y apporte-t-elle, comment la prison la questionne-t-elle et comment cette relation s’est-elle construite ? Nous travaillons à le comprendre au fil d’un dossier « radio et prison », qui commence dans le numéro 14 de la revue de l’Écoute et qui se poursuivra en juin puis à l’automne sur Syntone.fr.

La radio sur la prison : chroniques de créations sonores centrées sur l’univers de l’enfermement. La radio en prison : évocation de ces situations où le dispositif s’inverse, où le studio s’installe à l’intérieur de l’enceinte pour émettre vers l’extérieur. La radio contre la prison : quand la parole circule, d’autres réalités apparaissent, qui mettent à mal le récit institutionnel sur la vie incarcérée – un rôle de relais et de lancement d’alerte qui se voit essentiellement assuré par des antennes associatives.

À lire pour l’instant :

"« La galère s’amuse » : quand la radio escamote la prison" (2018)
http://syntone.fr/la-galere-samuse-quan ... la-prison/

En 2014-2015 étaient créées au sein de la maison d’arrêt des Baumettes, à Marseille, cinq histoires sonores de 5 à 8 minutes qui détonnaient – et détonnent toujours – par rapport aux productions radiophoniques couramment réalisées en milieu carcéral. À l’occasion de leur mise en ligne intégrale sur le site d’Oufipo et du lancement de notre dossier radio et prison1, retour sur Hey Jo, comment tu vois le problème ?, de Radio Baumettes.

- « Radio Baumettes, un espace de liberté en milieu fermé » (2017)
http://syntone.fr/radio-baumettes-un-es ... ieu-ferme/

* Bienvenue aux Baumettes, centre pénitentiaire de Marseille situé à deux pas des Calanques. Depuis 2002, des détenus s’essayent à la radio diffusée sur le canal interne de l’établissement.

https://a-louest.info/Radio-et-prison-470
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32068
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Luttes en prison et au dehors

Messagede bipbip » 02 Aoû 2018, 17:34

Rassemblement en hommage à Lucas Harel, mort dans la prison de Fleury-Mérogis.

Samedi 4 août à 10h se tiendra un rassemblement en hommage à Lucas Harel devant la Maison d’Arrêt de Fleury Mérogis. Lucas Harel est mort samedi 21 juillet à Fleury-Mérogis, certainement après un passage à tabac par les matons. Ses proches exigent la vérité et la justice. Ce rassemblement aura lieu après un premier rassemblement le mardi 24, et une marche à Épinay-sous-Sénart samedi dernier.

Les organisateur-ices invitent celleux qui souhaitent venir, soit à se rendre directement devant la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, soit à aller à 9h30 place des Cinéastes (sur le parvis de l’ex allée Abel Glance) à Epinay-sous-Sénart, véhiculé-e ou non. Aussi, iels incitent à porter des vêtements noirs, éventuellement blancs.

Justice pour Lucas

P.-S.
La page fb justice pour Lucas https://www.facebook.com/Justice-Pour-L ... 773139683/.
La cagnotte pour aider la famille https://www.leetchi.com/c/un-frere-dece ... a-soutenir

https://paris-luttes.info/fleury-rassem ... ucas-10649
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32068
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Luttes en prison et au dehors

Messagede bipbip » 02 Sep 2018, 18:29

Rassemblement de solidarité avec les prisonnier-e-s en lutte et contre toutes les prisons !

Paris, samedi 8 septembre 2018

Parce que l’enfermement nous concerne tous et toutes, à l’intérieur comme en dehors des murs, parce qu’il peut nous toucher nous ou nos proches, parce qu’on pense que ça ne solutionne rien du tout, et parce que se révolter contre cette société est une nécessité, nous appelons à un rassemblement à Paris, Place des Fêtes, le 8 septembre à 14h.

Pas une semaine ne se passe sans que la question de la taule ne soit affichée dans les médias : évasions plus ou moins spectaculaires, question de la "radicalisation", des décès à répétition qu’on explique simplement par la surpopulation carcérale, etc. (Comme si le vrai problème n’était pas l’enfermement et les matons mais juste un « souci d’organisation »...) Cette surmédiatisation prépare le terrain pour nous faire gober la pilule de la future réforme pénitentiaire.
L’État prévoit, entre autres, la création de 7 000 places supplémentaires à l’ombre avant 2022. C’est dans ce contexte que la maison d’arrêt de la Santé a récemment été rénovée et sera fonctionnelle dès cet hiver.
Qu’on ne s’y trompe pas, dans la prison il n’y a rien à réformer. Elle est toujours là pour enfermer celles et ceux qui ne rentrent pas dans le rang, celles et ceux qui refusent l’exploitation.

Afin de nous contraindre à nous soumettre à leurs règles, ils asservissent, humilient, frappent et tuent jour après jour. Ces derniers temps, on pense notamment à Jawad, tué par les matons à la MA de Seysses en avril, et à Lucas, tué en juillet dans les mêmes circonstances à Fleury-Mérogis.
Ces soi-disant suicides ont tout de suite été dénoncés par les autres prisonniers, qui ont refusé de réintégrer leurs cellules en protestation contre ces meurtres à peine déguisés. L’écho s’est aussi fait sentir à l’extérieur, de jour comme de nuit, aux abords des prisons ou dans les quartiers où de nombreuses personnes ont exprimé leur solidarité.

Ailleurs dans les taules américaines, la résistance est vive depuis le début de l’année. En janvier, des prisonniers se sont mis en grève contre le travail forcé en taule dans au moins sept prisons de Floride, en mai et juillet derniers deux prisons du Missouri ont connu des émeutes pendant lesquelles des prisonniers ont détruit des bâtiments et, depuis juin, des prisonnier.e.s de tout le pays ont appelé à une grève nationale entre le 21 août et le 9 septembre 2018 contre l’esclavage en prison.

Parce que l’enfermement nous concerne tous et toutes, à l’intérieur comme en dehors des murs, parce qu’il peut nous toucher nous ou nos proches, parce qu’on pense que ça ne solutionne rien du tout, et parce que se révolter contre cette société est une nécessité, nous appelons à un rassemblement à Place des Fêtes le 8 septembre à 14h.


https://paris-luttes.info/rassemblement ... avec-10687
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32068
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Luttes en prison et au dehors

Messagede bipbip » 20 Sep 2018, 20:47

Nouveau YOYO n°1

Yoyo, journal de lutte contre les barreaux.
Depuis paris-banlieue sortie en setembre du 2e numéro, le n° 1.

Edito du n°1.

Yoyo
c’est un petit journal qui s’énerve contre toutes les taules.

Pour transmettre notre conviction que l’enfermement n’est pas là pour maintenir « notre sécurité » mais celle d’un système qui fonctionne sur l’écrasage de gueules. Et réaffirmer notre désir de voir tout ça détruit.

Mais avant ça, le yoyo c’est une des nombreuses débrouilles qui existent à l’intérieur. C’est un petit mot qui t’arrive par la fenêtre de la cellule de la part d’un-e voisin-e. C’est un peu de tabac en cadeau en attendant la prochaine cantine. C’est le bigo que tu récupères après l’avoir mis à l’abri en prévision d’une fouille de cellule. C’est l’héritage que tu reçois d’un-e pote qu’est libérable. Plus précisement, le yoyo c’est la technique qui consiste à se passer des trucs d’une cellule à une autre grâce à des cordes lestées qui se balancent entre les fenêtres.

Une technique qui permet de ne pas avoir à demander la permission aux maton-ne-s, un contact entre les prisonnièr-e-s loin de leurs yeux scrutateurs. C’est pour ça qu’ils posent des caillebotis et plexiglas sur les fenêtres, qui entravent autant la lumière que les possibilités.

Dans la tripotée des nouvelles prisons qui vont être construites, on se doute que toujours plus de moyens seront imaginés pour réduire la marge de manoeuvre des taulard-e-s. Ce plan de construction qu’on approfondit un peu ici, vendu comme les précédents sous une couche de vernis humaniste, n’est rien d’autre qu’un perfectionnement supplémentaire du contrôle et de l’enfermement. Encore plus de prisons, encore plus de monde enfermé, toujours plus de limites aux révoltes et aux solidarités.

Que ce soit un yoyo ou une tentative d’évasion, les résistances quotidiennes déplaisent et doivent être matées. Heureusement, malgré tous les efforts du pouvoir, les rébellions continuent de fleurir ici et là, comme par exemple aux États-Unis.
Nous vous en donnons encore de petites bribes dans ce numéro. D’ailleurs, pas sûr que ça se bouscule aux entretiens d’embauche de l’administration pénitentiaire (AP) si la coupe du monde de crâmage de voitures de maton-ne-s se met à susciter autant de passions que le foot. Ni si chaque fois qu’un détenu meurt sous leurs coups les réactions hostiles ne se font pas attendre dedans et dehors, comme cet été à Fleury-Mérogis.

Et même si la tendance est à toujours plus de monde entre quatre murs, de temps en temps un événement vient faire légèrement baisser les chiffres de manière inattendue.
Par exemple quand un hélicoptère se pose dans la cour d’honneur de la prison de Réau.
On espère juste que Rédoine Faïd aura réussi à envoyer ses meilleurs films de gangsters à la cellule d’à côté avant de s’évanouir dans la nature.

yoyojournal@riseup.net


https://paris-luttes.info/nouveau-yoyo-no1-10758
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32068
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers Répression-anti-répression, résistance et soutien

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité