Projet loi terrorisme, Non à la surveillance généralisée !

Projet loi terrorisme, Non à la surveillance généralisée !

Messagede Pïérô » 12 Avr 2015, 00:56

Lundi 13 avril, Paris

Rassemblement « Non à la surveillance généralisée ! »

Les débats sur le projet de loi relatif au renseignement débuteront lundi 13 avril 2015 à l'Assemblée nationale.

Le gouvernement a fait le choix de confisquer le débat démocratique en soumettant ce texte à la procédure accélérée et en entretenant la confusion sur l'objet de ce texte, présenté à tort comme une loi antiterroriste. L'urgence décrétée renvoie dans l'ombre le véritable sujet : les pouvoirs de surveillance de l'État sur les citoyens.

La communication gouvernementale ne doit pas nous tromper : en fait d'encadrement, ce projet entérine les pratiques illégales des services et légalise, dans de vastes domaines de la vie sociales, des méthodes de surveillance lourdement intrusives. Le texte ajoute des moyens de surveillance généralisée comparables à ceux de la NSA dénoncés par Edward Snowden, sans garantie pour les libertés individuelles et pour le respect de la vie privée.

Création de « boîtes noires » destinées à scanner le Web indistinctement, collecte de masse de données personnelles, durée de conservation allongée jusqu'à cinq ans pour certaines données, opacité des moyens d'exploitation de ces données…

Les méthodes de surveillance sont massives, le contrôle inconsistant. Le texte issu de la commission des lois porte un déséquilibre liberticide : l'usage de techniques de surveillance est entre les mains de l'exécutif, sans contrôle solide. La Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement, soi-disant garante des libertés, ne disposera ni des pouvoirs ni des moyens nécessaires pour accomplir sa mission. Le Premier ministre pourra toujours passer outre son avis, et elle ne pourra rien interrompre par elle-même. Le gouvernement se refuse à assurer un contrôle systématique et indépendant a priori des demandes des services et organise un contrôle a posteriori illusoire. La saisine du juge administratif restera aléatoire et la procédure asymétrique, les principes processuels fondamentaux cédant devant le secret défense.

Tous les citoyens sont concernés : non seulement parce que les méthodes relèvent de la surveillance de masse, mais aussi parce que le texte étend dangereusement le champ d'action des services spécialisés. La surveillance pourra s'abattre sur les mouvements sociaux et politiques, au titre de la « prévention des violences collectives » et sur tout citoyen ou mobilisation qui, dénonçant des pratiques industrielles néfastes, porterait atteinte aux « intérêts économiques ou industriels essentiels de la France ». Ce projet est une menace pour les libertés politiques et les mobilisations à venir.

La liberté et la sûreté, droits naturels et imprescriptibles reconnus par la Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen sont en péril.

Citoyens et parlementaires doivent refuser ce simulacre de débat et exiger une discussion démocratique protégeant chacun contre les dérives d'une société de surveillance et assurant un contrôle strict et indépendant de l'activité des services de renseignement.

L'Observatoire des libertés et du numérique (OLN) vous appelle à amplifier le mouvement de contestation actuel contre ce projet de loi, en nous rassemblant nombreux le lundi 13 avril 2015 à 12h30, place Edouard Herriot, à Paris, à l'appel des associations et syndicats suivants :

Observatoire des libertés et du numérique :
Cecil, Creis-Terminal, La Quadrature du Net, LDH, Syndicat des avocats de France, Syndicat de la Magistrature

Autres signataires:
Amnesty International, Attac, Fondation Copernic, Solidaires
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21805
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Projet loi terrorisme, Non à la surveillance généralisée

Messagede bipbip » 13 Avr 2015, 02:44

Montpellier

Rassemblement lundi 13 avril 18 h place de la Comédie

contre la loi sur le renseignement,

pilonnage de nos libertés individuelles et collectives


Le projet de loi sur le renseignement, que le gouvernement a décidé de faire passer en procédure accélérée, légalise en effet clairement la surveillance généralisée et constitue une menace grave pour nos libertés.

En dehors de toute enquête judiciaire, les agents des services de renseignement pourront désormais sonoriser des véhicules, des habitations, des bureaux, y placer des caméras, poser des balises de géolocalisation, consulter le contenu des ordinateurs et des messageries sur Internet.

Cette loi donne la possibilité d'éplucher en temps réel les données informatiques, y compris les conversations sur Skype, les messages instantanés sur Facebook et Twitter.

Cette liste n'est pas exhaustive. Sous couvert de lutte antiterroriste, l'État français se prémunit contre toute velléité d'opposition aux politiques de casse sociale. En effet, alors que chacune des nouvelles mesures économiques détériore nos conditions de travail et de vie, nous appauvrit un peu plus au profit des classes dominantes que sont les actionnaires et le patronat, l'État se dote d'outils supplémentaires pour organiser le contrôle et la répression de la population, en durcissant et élargissant considérablement son arsenal législatif.

Ne laissons pas faire.

Nous appelons à un rassemblement ce lundi 13 avril, à 18h, Place de la Comédie, jour où ce projet de loi commencera à être débattu à l'Assemblée.

Exigeons le retrait de ce projet de loi et de toutes les lois sécuritaires et liberticides !

Résistons à la criminalisation des mouvements sociaux !


Coordination des Groupes Anarchistes, CNT éducation 34, Ensemble!, Ligue des Droits de l'Homme, Parti de Gauche, SAF Montpellier, MRAP Montpellier et des individu-e-s
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Projet loi terrorisme, Non à la surveillance généralisée

Messagede Pïérô » 14 Avr 2015, 01:32

Paris : mobilisation contre la loi renseignement/surveillance

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21805
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Projet loi terrorisme, Non à la surveillance généralisée

Messagede Banshee » 15 Avr 2015, 23:12

Loi sur le renseignement : Un Patriot Act à la française

Après les assassinats de janvier 2015 le gouvernement compte faire voter en urgence une nouvelle loi antiterroriste. Celle-ci constitue une grave atteinte aux libertés publiques dans un contexte de répression politique systématisée.

La loi sur le renseignement actuellement en discussion est la 18e loi antiterroriste depuis 1986 et fait suite à une précédente loi votée à l’automne 2014. Le terme de Patriot Act mobilisé dans les médias fait référence aux mesures liberticides décidées par le gouvernement américain après les attentats du 11 septembre 2001, sous couvert d’« union nationale » et au nom de la lutte contre le terrorisme.

Pour autant cette nouvelle loi est loin de faire consensus et de nombreuses associations et syndicats dénoncent un nouveau recul des libertés publiques.


Une loi liberticide

Un des principaux aspects de cette loi est d’abord de massifier le renseignement policier à ­l’échelle de la population en instaurant différents dispositifs de « captation massive de données ».

Ainsi les opérateurs privés Internet (fournisseurs ou moteurs de recherche) devront détecter et signaler, sur demande des services de renseignement, les « successions suspectes de connexion ».

Autre exemple : ­l’utilisation de « fausses antennes-relais » permettant de siphonner les données des téléphones et ordinateurs dans un périmètre donné sera légalisée.

Cette loi légalise un certain nombre de pratiques effectuées habituellement en toute illégalité par la police. C’est un des éléments clé de la communication gouvernementale sur cette loi : « En légalisant, on permet un contrôle de ces pratiques. » Mais en réalité cette légalisation va amplifier les pratiques de flicage.

Ainsi l’installation de logiciels espions, la pose de caméra ou de micro dans des lieux privés ou encore la pose de balises GPS sur un véhicule seront facilitées d’autant plus que la plupart de ces pratiques qui étaient en théorie soumises au contrôle d’un juge seront possibles sur simple décision administrative.

Le fait de créer un énième comité de contrôle – ici Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité (CNCIS) – ne fait guère illusion et servira surtout à recaser quelques bolos en manque de strapontins.

Une loi autoritaire

Cette loi est une loi politique qui vise à permettre aux classes dominantes d’accroître le contrôle policier des désordres sociaux. Rappelons qu’aux États-Unis la très grande majorité des dispositions soi-disant antiterroristes ont été utilisées pour d’autres raisons. Sur 11.129 demandes de perquisitions liées à ce dispositif, seules 51 avaient trait au terrorisme, la majorité étant liées à des affaires de trafic de drogue.

Une loi politique

Cette dimension politique de la nouvelle loi se révèle notamment par le fait qu’elle élargit les motifs légaux de surveillances des individus : aux motifs comme ceux de la « prévention du terrorisme », de la « criminalité organisée », elle rajoute les motifs d’« intérêts essentiels de politique étrangère » ou celui des « violences collectives pouvant porter gravement atteinte à la paix publique ». Un ensemble de termes-valises dans lequel les services de renseignement pourront faire entrer n’importe quel individu ou comportement.

C’est dans cette dimension que s’inscrit la loi. Depuis plusieurs mois, une vague de répression s’abat sur les mouvements sociaux : interdiction et répression violente de manifestations, de réunions publiques, d’actions syndicales, développement des mesures policières et autoritaires (voir encadré).

Cette loi rajoute une pièce à l’édifice. Celui d’une classe dominante en perte de légitimité. L’arsenal technologique sécuritaire a cette vertu de punir, de surveiller de la manière la plus secrète qui soit. C’est en ce sens que la mobilisation contre cette loi doit s’inscrire dans une campagne générale contre les atteintes aux libertés publiques.

Tristan (AL Toulouse)


http://www.alternativelibertaire.org/?L ... gnement-Un

L'amendement de Christian Paul à l'Assemblée Nationale
"Si les abattoirs avaient des vitres, tout le monde deviendrait végétarien ! ", Paul McCartney
Avatar de l’utilisateur-trice
Banshee
 
Messages: 260
Enregistré le: 25 Aoû 2014, 11:44

Re: Projet loi terrorisme, Non à la surveillance généralisée

Messagede Banshee » 15 Avr 2015, 23:22

Loi Renseignement : le gouvernement feint de corriger les « boites noires »

Dans un amendement de dernière minute, face à la gronde suscité par les fameuses boites noires, le gouvernement tente d’amender le projet de loi sur le renseignement. Problème, les mesures proposées sont bien en retrait.

Le mouvement Ni Pigeons ni Espions aura-t-il raison des boites noires ? Pas si sûr. Selon le projet de loi (L. 851‑4), rappelons que le premier ministre sera en capacité d'autoriser la mise en place d’algorithmes afin de prévenir et renifler de potentielles menaces terroristes. Ces appareils, installés chez les opérateurs, FAI, hébergeurs et sites, feront des traitements automatisés sur les métadonnées, « sans procéder à l’identification des personnes auxquelles » elles se rapportent.

Alors que le texte suscite une importante gronde parmi les intermédiaires, le gouvernement, qui les a rencontrés ce matin, a déposé aujourd'hui une rustine pour tenter d’arrondir les angles. Elle dit :

« Dans le respect du principe de proportionnalité, l’autorisation du Premier ministre précise le champ technique de la mise en œuvre de ces traitements. Cette dernière ne permet pas de procéder à l’identification des personnes auxquelles ces informations ou documents se rapportent, ni au recueil d’autres données que celles qui répondent aux critères de conception des traitements automatisés.

Les conditions prévues à l’article L. 861-3 sont applicables aux opérations matérielles effectuées pour cette mise en œuvre par les opérateurs et les personnes mentionnées à l’article L. 851-1. Les dispositions de l’article L. 821-5 ne sont pas applicables à cette technique de renseignement. »

Une fausse bonne nouvelle pour les Ni Pigeons Ni Espions

C'est technique, mais en clair, cela ne va pas changer grand chose. Si la boîte noire ne pourra être mise en œuvre dans le cadre d’une procédure d’urgence (821-5), l’amendement dit aussi que l’algorithme ne pourra rien avaler d’autre que les données correspondants aux critères des traitements automatisés. Pas de quoi fouetter un chat ! Certes, il est également fait référence à l’article L861-3 pour expliquer les conditions matérielles de déploiement (en fait l’actuel article 242-9 du code de la sécurité intérieure). Mais cet article ne va pas beaucoup bien loin :

« Les opérations matérielles nécessaires à la mise en place des [techniques de surveillance,] dans les locaux et installations des services ou organismes placés sous l'autorité ou la tutelle du ministre chargé des communications électroniques ou des exploitants de réseaux ou fournisseurs de services de télécommunications ne peuvent être effectuées que sur ordre du ministre chargé des communications électroniques ou sur ordre de la personne spécialement déléguée par lui, par des agents qualifiés de ces services, organismes, exploitants ou fournisseurs dans leurs installations respectives ».

Selon le gouvernement, les opérateurs auront la possibilité de s’assurer par eux-mêmes que les données de contenu seront exclues de la mise en œuvre de ces traitements (exposé des motifs). Mais c'est faux : l'article 242-9 prévoit surtout que les opérations matérielles pourront être mises en oeuvre par les intermédiaires concernés, pas qu'ils pourront regarder dans la boîte noire, nuance... En gros, ils installeront la boite sur cette table ou dans ce coin, mais pas davantage.

Au-delà, cet amendement n'est qu'une simple redondance, un rappel de l'autorisation programmée, rien de plus musclé. Pas sûr donc que cela éteigne le mouvement de contestation, notamment chez ceux inquiets des potentialités de surveillance généralisée.


http://www.nextinpact.com/news/93839-lo ... noires.htm
"Si les abattoirs avaient des vitres, tout le monde deviendrait végétarien ! ", Paul McCartney
Avatar de l’utilisateur-trice
Banshee
 
Messages: 260
Enregistré le: 25 Aoû 2014, 11:44

Re: Projet loi terrorisme, Non à la surveillance généralisée

Messagede bipbip » 23 Avr 2015, 14:21

Nantes, ce jeudi 23 avril

Nos libertés individuelles sont en danger, réagissons !

La nouvelle loi sur le renseignement est actuellement examinée à l'Assemblée Nationale. Cette loi est liberticide, permet la surveillance de masse et vise tout le monde, pourtant peu de personnes ont réagi pour le moment. Il faut cependant faire vite puisque le gouvernement a décidé (tout comme pour la loi Macron) de faire passer ce texte en procédure accélérée pour ne pas nous laisser le temps de réagir.

Nous vous invitons donc à nous rejoindre à B17 (17 rue Paul Bellamy à Nantes), jeudi 23 avril, à 18h30, pour vous présenter ce texte, pour ouvrir le débat sur l'impact de cette loi sur nos libertés individuelles et pour décider ensemble de la manière dont nous voulons réagir.

https://nantes.indymedia.org/events/31391
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Projet loi terrorisme, Non à la surveillance généralisée

Messagede Pïérô » 25 Avr 2015, 10:54

Loi sur le renseignement : le Manifeste des 110 000 contre le « Big Brother » français

Thomas Guénolé (politologue) et Katerina Ryzhakova (communicante) sont co-initiateurs de la pétition citoyenne contre le projet de loi renseignement, qui a déjà recueilli plus de 100 000 signatures. Dans une tribune au Monde, ils expliquent leur démarche.

... http://www.lemonde.fr/idees/article/201 ... u1AyOmQ.99
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21805
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Projet loi terrorisme, Non à la surveillance généralisée

Messagede bipbip » 26 Avr 2015, 00:56

Loi sur le renseignement : halte au pilonnage des libertés individuelles et collectives !

Le projet de loi sur le renseignement dévoilé en mars par le gouvernement vient s’inscrire dans la continuité des lois sécuritaires dont s’arme l’État pour affermir son pouvoir, quelles que soient les tendances politiques des gouvernant-e-s.

Cette loi, en gestation depuis presque un an, fait suite à celle « contre le terrorisme » promulguée en novembre 2014, dont nous avions déjà dénoncé le caractère liberticide et hautement répressif. Le gouvernement s’appuie maintenant sur la pseudo union nationale post-attentats de Paris pour renforcer son discours « antiterroriste », faire valoir la légitimité de cette loi liberticide au nom de la « sécurité », et décider de la faire voter en procédure accélérée.

Alors que chacune des nouvelles mesures économiques (ANI, Pacte de responsabilité, loi sur les retraites, loi Macron, etc.) accentue la casse sociale, détériore nos conditions de travail et de vie, et nous appauvrit un peu plus au profit des classes dominantes que sont les actionnaires et le patronat, l’État durcit et élargit son arsenal législatif, afin d’organiser le contrôle et la surveillance généralisée de la population.

Loin d’être exhaustif, voici un aperçu de quelques unes des nouvelles mesures particulièrement alarmantes :

- En dehors de toute enquête judiciaire, les agents des services de renseignement pourront désormais mettre sur écoute des véhicules, des habitations, des bureaux, y placer des caméras, poser des balises de géolocalisation, consulter le contenu des ordinateurs et des messageries sur Internet.

- De nouveaux moyens d’investigation seront mis en œuvre : droit à l’utilisation des Imsi-catchers, appareils qui permettent de capter toutes les communications téléphoniques dans un périmètre donné.

- Cette loi donnera la possibilité d’intercepter en temps réel les données informatiques, y compris celles concernant les conversations et les messages instantanés. Le gouvernement veut également pouvoir contraindre les entreprises gérant les réseaux sociaux et les moteurs de recherche sur Internet à livrer certaines données de leurs client-e-s.

- Les boîtes noires, nouveaux dispositifs informatiques, seront installées par les services du renseignement chez les opérateurs de communications électroniques et fournisseurs de services afin de détecter, par un traitement automatique, une succession suspecte de données de connexion.

Ces méthodes pourront être utilisées dans un cadre très large, et nous pourrons tous et toutes en faire l’objet. Les champs d’application sont en effet étendus « à la défense et à la promotion des intérêts économiques, industriels et scientifiques majeurs de la France », à la « prévention du terrorisme », « de la criminalité et de la délinquance organisée », ou encore à « la prévention des atteintes à la forme républicaine des institutions, des violences collectives de nature à porter atteinte à la sécurité nationale ou de la reconstitution ou d’actions tendant au maintien de groupements dissous ».

Sous couvert de lutte antiterroriste, c’est bien contre tout mouvement de contestation sociale et politique que l’État se prémunit, renforçant son rôle de protecteur des classes dominantes, de garant de leurs privilèges, de bras armé du capitalisme.En assurant les cadres de notre exploitation, en organisant la précarité généralisée et le creusement des inégalités sociales, ce sont l’État et le capitalisme qui menacent tout d’abord notre sécurité.

Exigeons le retrait de ce projet de loi et de toutes les lois sécuritaires et liberticides !

Résistons à la surveillance, à la répression, et à la criminalisation des mouvements sociaux !

http://rebellyon.info/Loi-sur-le-rensei ... te-au.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Projet loi terrorisme, Non à la surveillance généralisée

Messagede bipbip » 28 Avr 2015, 11:43

Lyon

Mobilisation samedi 2 Mai contre la loi sur le renseignement

Alors que la loi sur renseignement va être votée le 5 mai prochain, un appel à rassemblement est lancé pour le samedi 2 Mai à 15h place des Terreaux. Soyons nombreux à nous mobiliser contre l’État sécuritaire et pour le rejet de cette loi qui nie nos libertés !
Pour ceux qui n’auraient pas bien compris les conséquences de cette loi sur nos vies, voici un petit choix de textes et des liens pour approfondir la réflexion.

http://rebellyon.info/Mobilisation-same ... re-la.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Projet loi terrorisme, Non à la surveillance généralisée

Messagede Pïérô » 01 Mai 2015, 12:24

Paris, lundi 4 mai

Rassemblement contre le projet de loi renseignement

« Non à la surveillance généralisée ! »


Lundi 4 mai 2015, à partir de 18h30
Esplanade des Invalides (sortie métro Invalides) à Paris

Le 5 mai, les députés sont appelés à voter le projet de loi renseignement. Les débats ont eu lieu du 13 au 16 avril dans le cadre de la procédure d'urgence. A l'issue de cet examen, le texte soumis au vote consacre un dispositif liberticide, qui expose tous les citoyens à la surveillance des services de renseignement, quasiment sans contrôle, et met en danger toutes les mobilisations sociales et politiques.
• Légalisation massive des pratiques illégales des services de renseignement, permettant une surveillance large et très intrusive pour la vie privée des citoyens.
• Extension du champ d'action du renseignement intérieur et extérieur, y compris dans des objectifs sans aucun lien avec le terrorisme.
• Collecte généralisée des données sur Internet, traitées par des algorithmes.
• Surveillance sans aucun contrôle des communications qui passent par l'étranger, alors que de très nombreux serveurs utilisés par des Français sont installés à l'étranger.
• Conservation très longue des données collectées.
• Contrôle des services de renseignement aux seules mains du pouvoir politique (premier ministre), avec avis consultatif d'une commission.

La communication gouvernementale ne doit pas nous tromper : en fait d'encadrement, ce projet entérine les pratiques illégales des services et met en place, dans de vastes domaines de la vie sociale, des méthodes de surveillance lourdement intrusives. Le texte donne aux services de renseignement des moyens de surveillance généralisée comparables à ceux de la NSA dénoncés par Edward Snowden, sans garantie pour les libertés individuelles et le respect de la vie privée.

Tous les citoyens sont concernés : ce projet qui assoit encore davantage la criminalisation de l'action syndicale ou sociale est une menace pour les libertés politiques et les mobilisations à venir. La liberté et la sûreté, droits naturels et imprescriptibles reconnus par la Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen sont en péril.

Citoyens et parlementaires doivent refuser ce simulacre de débat et exiger une discussion démocratique protégeant chacun contre les dérives d'une société de surveillance et assurant un contrôle strict et indépendant de l'activité des services de renseignement.

L'Observatoire des libertés et du numérique (OLN) vous appelle à amplifier le mouvement de contestation actuel contre ce projet de loi, en nous rassemblant nombreux le lundi 4 mai 2015, à partir de 18H30, Esplanade des Invalides.

https://sous-surveillance.fr/#/

Signataires (au 24 avril) :

OLN (Cecil, Creis-Terminal, LDH, La Quadrature du Net, Syndicat de la magistrature, Syndicat des avocats de France) - ATTAC - Amnesty International - Mrap - CSF - CGT - CGT Police Paris - DAL - Fondation Copernic - SNPES/PJJ - SNEPAP/FSU - SUD - SOLIDAIRES - SNJ - SNJ/CGT - SNUCLIAS/FSU
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21805
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Projet loi terrorisme, Non à la surveillance généralisée

Messagede Pïérô » 04 Mai 2015, 10:41

Autres rassemblements ce lundi 4 mai

Le Mans, à 17h45, Place de la préfecture

Toulouse, à 18h30 Square Charles de Gaulle

Bordeaux, à 19h Place Pey Berland
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21805
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Projet loi terrorisme, Non à la surveillance généralisée

Messagede bipbip » 18 Mai 2015, 02:46

Montpellier, mardi 19 mai

Infos/Débat sur la loi « Renseignement »

Participant-e-s : Coordination des Groupes Anarchistes, CNT éducation 34, CIMADE, Ensemble!, Ligue des Droits de l'Homme, NPA, le Parti de Gauche, MRAP Montpellier, RESF34,...

Le projet de loi sur le renseignement, en cours d'adoption, vise à donner les cadres législatifs pour organiser, étendre et renforcer la surveillance généralisée et le contrôle de masse de la population. Au vu de l'étendue de ses motifs d'application,nous sommes tous et toutes concerné-es.

Plusieurs organisations et associations se sont donc réunies pour informer de son contenu liberticide et déconstruire le discours gouvernemental mettant en avant la lutte antiterroriste et la sécurité.

Nous vous invitons toutes et tous à un débat ce mardi 19 mai à 19h, à l'espace Martin Luther King (Louis Blanc), durant lequel nous pourrons nous informer, échanger, mais également envisager des perspectives de lutte.


Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Projet loi terrorisme, Non à la surveillance généralisée

Messagede Pïérô » 07 Juin 2015, 20:12

Lundi 8 juin, Paris

Rassemblement « Non à la surveillance généralisée ! »

contre le projet de loi renseignement


Lundi 8 juin 2015 à partir de 18h, place de la République à Paris.

Le 9 juin, le Sénat est appelé à voter le projet de loi sur le renseignement. Les débats ont eu lieu depuis le mois d'avril dans le cadre de la procédure d'urgence. Malgré une opposition citoyenne qui est allée en s'amplifiant, le texte soumis au vote consacre un dispositif qui expose les citoyens à des mesures de surveillance de masse, mises en œuvre dans l'opacité, sans contrôle réel et met en danger les mobilisations sociales et politiques comme le droit d'informer et d'être informé.
• légalisation massive des pratiques illégales des services de renseignement, permettant une surveillance large et très intrusive pour la vie privée des citoyens
• extension du champ d'action du renseignement intérieur et extérieur, y compris dans des objectifs sans aucun lien avec le terrorisme
• collecte généralisée des données sur Internet, traitées par des algorithmes
• surveillance sans aucun contrôle des communications qui passent par l'étranger, alors que de très nombreux serveurs utilisés par des Français sont installés à l'étranger
• conservation très longue des données collectées
• contrôle des services de renseignement aux seules mains du pouvoir politique (Premier ministre), avec avis consultatif d'une commission

La communication gouvernementale ne doit pas nous tromper : ce projet entérine les pratiques illégales des services secrets et met en place des méthodes de surveillance lourdement intrusives. Le texte donne aux services de renseignement des moyens de surveillance généralisée comparables à ceux de la NSA dénoncés par Edward Snowden, sans garantie pour les libertés individuelles et le respect de la vie privée.

Tous les citoyens sont concernés : ce projet est une menace pour les libertés fondamentales et les mobilisations politiques et sociales. La liberté et la sûreté sont en péril. Citoyens et parlementaires doivent refuser les dérives d'une société de surveillance !

Nous avons été des milliers le 4 mai esplanade des Invalides et dans de nombreuses villes de province contre ce projet de loi.

Amplifions le combat en nous rassemblant encore plus nombreux le lundi 8 juin 2015 à partir de 18h, place de la République à Paris !

Sous-surveillance.fr

Signataires :
OLN (Cecil, Creis-Terminal, LDH, La Quadrature du Net, Syndicat de la magistrature, Syndicat des avocats de France) - ATTAC - Amnesty International - Mouvement Utopia - Mrap - CSF - CGT - CGT Police Paris - CGT Insertion-Probation - DAL - Fondation Copernic - FSU - Genepi - SNPES/PJJ - SNEPAP/FSU - SUD - SOLIDAIRES - SNJ - SNJ/CGT - CFDT Journalistes - SNUCLIAS/FSU - OIP - Survie - UNEF - Confédération Paysanne
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21805
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Projet loi terrorisme, Non à la surveillance généralisée

Messagede bipbip » 16 Juin 2015, 12:20

#occupy DGSI

Après l'Assemblée nationale, la loi sur le renseignement a donc été validée par le Sénat à une forte majorité. Les lois scélérates sont toujours votées à de « larges majorités ». C'est quelques années plus tard que l'on s'avise de l'erreur commise. Quand il est trop tard. Quand le mal est fait, et entré dans les mœurs.

La loi sur le renseignement, c'est malgré tous les dénis gouvernementaux le coup du Patriot Act, avec quatorze ans de retard. Fort heureusement, nous avons pu voir ce que cela donnait, depuis le temps. Nous sommes déjà plus d'une décennie après la « loi sur le renseignement ».

Donner aux services de renseignement le pouvoir d'intercepter tout ce que bon leur semble, cela donne la NSA et donc Snowden, la NSA et le scandale de la NSA. C'est un fait désormais établi : les milliards d'interceptions du programme PRISM ont permis en tout et pour tout de déjouer « peut-être un » attentat, et en réalité aucun. C'est donc que le but de la surveillance de masse n'est pas de déjouer des « attentats terroristes », mais la surveillance de masse elle-même ; le « terrorisme » sert de prétexte à une tout autre politique.

L'étrange raisonnement qui consiste à dire « puisque la police a telle ou telle pratique illégale, autant la légaliser » plutôt que d'en déduire, ce qui serait tout de même plus logique, qu'elle doit cesser d'avoir ces pratiques, relève d'une sidérante démission devant la souveraineté policière. Si la sous-direction antiterroriste se mettait à régulièrement torturer des suspects « afin de déjouer des attentats », dirait-on : « il n'y a qu'à légaliser la torture » ? Dire oui, c'est la guerre d'Algérie. Ou les extraordinary renditions de la CIA après le 11 septembre, dont le Sénat américain a jugé à l'automne dernier que les États-Unis y avaient « perdu leurs valeurs ». C'est, à l'autre bout, la même logique devenue folle qui fait conclure à des parlementaires que pour éviter que des manifestants ne soient blessés par la police, il n'y a qu'à leur interdire de manifester.

Avant de donner un pouvoir sans contrepartie aux services de renseignement, avant de mettre la police antiterroriste à l'abri de tout contrôle et de tout recours, il n'est pas mauvais d'écouter ce que ces gens-là disent de leur « métier ». Ainsi cet Alain Chouet, qui dirigea le Service de renseignement de sécurité de la DGSE : « C'est ne rien comprendre que d'accuser les services secrets de faire « dans l'illégalité ». Bien sûr qu'ils font « dans l'illégalité ». Ils ne font même que cela. C'est leur vocation et leur raison d'être. Le renseignement se recueille en violant ou en faisant violer la loi des autres.(…) Considérant cette fin, il va de soi que les moyens mis en œuvre seront en rapport : manipulation, séduction, corruption, violence, menace, chantage, au terme d'un processus qui aura mis à nu toutes les facettes de l'objectif visé, pénétré son intimité, exploité toutes ses vulnérabilités ». Sommes-nous sûrs de vouloir faire un chèque en blanc à ce genre d'individu, comme le fait la loi sur le renseignement ?


Depuis que la DCRI existe, on n'a connu d'elle que des scandales, des ratages et des mensonges sur ses ratages. un village Elle a même dû se rebaptiser DGSI pour faire oublier la si mauvaise réputation qu'elle s'était faite en si peu d'années d'existence. La loi sur le renseignement est essentiellement faite pour que de futurs scandales à son sujet ne sortent pas, et pour verrouiller une situation sociale métastable, un contexte politique tendant vers l'ingouvernable.

Le train de lois et de propositions de lois toujours plus féroces que le gouvernement multiplie depuis les attentats de janvier s'apparente à une offensive omnilatérale profitant de l'état de choc de la population. Une conseillère du ministre du Commerce britannique, n'écrivit-elle pas à ses collègues, dans l'heure qui suivit l'attentat du 11 septembre : « C'est un très bon jour pour faire ressortir et passer en douce toutes les mesures que nous devons prendre » ? Loi Macron, Rebsamen, sur le renseignement, réforme du droit d'asile, loi anti-squat, etc., font système. Elles sont autant de fronts ouverts simultanément dans une sorte de blitzkrieg social. Dans ce dispositif, la loi sur le renseignement fonctionne comme un verrou, un verrou contre les révoltes logiques ; et puisque c'est la DGSI qui sera en charge de « gérer » les mouvements naissants, les dissidences potentielles et les futures interdictions de manifester, c'est devant ses locaux que nous proposons de manifester le jour de la fête de la musique.

Allons voir où sont ceux qui nous surveillent !
Prenons la rue à ceux qui nous préfèrent chacun chez soi !
Faisons connaissance au nez et à la barbe de ceux qui nous connaissent si bien !

Nous appelons donc tous ceux qui luttent contre les nouvelles lois, tous ceux pour qui elles ne passent pas, tous ceux qui refusent de simplement subir l'offensive gouvernementale actuelle, à se réunir pour un banquet et une vaste assemblée populaire au pied du siège de la DGSI (84, rue de Villiers, Levallois-Perret), de midi à 18h, le dimanche 21 juin.

N'hésitez pas à ramener de quoi partager un repas un poulet , et vos instruments de musique. Si vous voulez co-signer cet appel, inviter votre fanfare, ou amener votre cuisine mobile : ☞contact@occupydgsi.com



Les signataires de l'appel

• Confédération Paysanne
• Solidaires
• Syndicat de la Magistrature
• Ligue des Droits de l'Homme
• Fédération Anarchiste
• Parti de Gauche
• Alternative Libertaire
• Syndicat des Avocats de France
• Syndicat National des Journalistes
• La Quadrature du Net
• Collectif "Sortir du silence"

http://www.occupydgsi.com/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Projet loi terrorisme, Non à la surveillance généralisée

Messagede bipbip » 22 Juin 2015, 03:38

« Occupy DGSI » : un pique-nique contre la loi renseignement
http://rue89.nouvelobs.com/2015/06/21/o ... ent-259880

Loi renseignement : partie de campagne à la DGSI
Plus de 150 personnes ont pique-niqué ce dimanche à Levallois-Perret, pour protester contre l'adoption prochaine du projet de loi sur le renseignement.
... http://www.liberation.fr/societe/2015/0 ... si_1334150

Un pique-nique sous les fenêtres de la DGSI contre la loi sur le renseignement
Des centaines de personnes ont participé dimanche à un pique-nique devant la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) à Levallois-Perret, près de Paris, pour dénoncer le projet de loi controversé sur le renseignement qui doit être voté la semaine prochaine.
... http://france3-regions.francetvinfo.fr/ ... 52899.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Suivante

Retourner vers Répression-anti-répression, résistance et soutien

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité