Refus du prélèvement ADN

Re: Refus du prélèvement ADN

Messagede clateuf » 20 Fév 2018, 22:03

Communiqué de la Fédération Anarchiste
https://monde-libertaire.net/?article=Solidarite_avec_Fabien_de_lOrganisation_Anarchiste

Solidarité avec Fabien de l'Organisation Anarchiste

La fédération Anarchiste apporte tout son soutien à Fabien G. militant anarchiste au groupe  "Nosotros" de l’Organisation Anarchiste qui a refusé de donner son ADN et se retrouve devant le Tribunal d'Instance. Le 16 novembre 2017, il avait été arrêté lors d'une table d’information sur le compteur Linky puis  placé  en garde-à-vue  au  commissariat  de St-Gaudens  durant  7  heures dans l'unique but de ficher son ADN. Nous appelons à aller le soutenir lors de sa comparution devant le Tribunal d'Instance de Saint-Gaudens (en Haute-Garonne), le 1er mars 2018,à partir de 14h. Nous ré-affirmons notre opposition à ces méthodes de fichage liberticide quelles qu'elles soient, notamment le fichage ADN et demandons la relaxe pour Fabien G.
Pour le soutenir financièrement une caisse  de  solidarité  afin  de répondre  aux  dépenses  afférentes  à cette affaire a été mise en place :
Cercle d’Etudes Sociales au CCM Perpignan-Castillet 10278 08962 00022006141 48

18/02/2018 - La fédération Anarchiste
Avatar de l’utilisateur-trice
clateuf
 
Messages: 124
Enregistré le: 01 Mar 2015, 20:55

Re: Refus du prélèvement ADN

Messagede bipbip » 24 Fév 2018, 20:39

Fichage ADN : Vous n’aurez pas ma fleur

C’est l’histoire d’un harcèlement judiciaire. Celui de Fabien, militant à qui la justice réclame sa cartographie génétique pour nourrir le FNAEG, fichier national à gueule de Golem. Rencontre avec un rétif qui a refusé de saliver sur commande.

De son sac, Fabien sort un journal constitué de deux feuilles A3 pliées en deux. Le brûlot s’appelle Nosotros. Il est sous-titré : Journal apériodique du groupe anarchiste du Cominges – Froid 2017 – prix libre. Sur la une, des flics casqués saisis sur le vif et cette citation empruntée à Vian : « La police est sur les dents, celles des autres évidemment ! » Les flics, Fabien connaît. Le 16 novembre 2017, alors qu’il anime à Saint-Gaudens (Haute-Garonne) une table de presse sur les dangers du compteur Linky, quatre policiers déboulent. Fabien est « invité » au commissariat pour signer un papier. En toute cordialité, le jeune anar est menotté sous « l’œil stupéfait des passants », comme il précise. Un vieux avec qui Fabien s’entretenait de la cochonnerie d’Enedis tente de calmer l’affaire. Mauvaise idée. Traîné lui aussi au comico, il en sera quitte pour un rappel à la loi. Chez les flics, c’est la fête. La bleusaille se congratule d’avoir enfin mis le grappin sur « le mec à béret ». Tout à leur joie, ces messieurs de l’ordre se lâchent : « Anarchiste de merde », « Sale gaucho »... Et comme promesse : « On va t’envoyer à la maison d’arrêt de Seysses. »

Fabien réalise que la signature qu’on lui demande est d’un genre particulier. Génétique. On en veut à son ADN. Sauf que le militant n’a pas l’intention de cracher sur un buvard, ni de se laisser badigeonner l’intérieur de la joue. Il est des intimités moléculaires qu’on ne partage pas avec n’importe qui. Dehors, les soutiens s’organisent et donnent de la voix. Pas habitués à ce genre de pression, les képis de Saint-Gaudens finissent par lever la garde à vue au bout de sept heures. Le squatteur mal rasé est finalement libéré avec un rendez-vous au tribunal d’instance de Saint-Gaudens le 1er mars. Alors qu’il avale un gorgeon de bière, on lui demande : « S’ils t’ont arrêté à ce moment-là, c’est qu’il y a eu un précédent ? » Fabien esquisse un sourire : « Oui. Le parquet de Toulouse avait demandé mon fichage ADN suite à un procès que j’ai eu il y a un an et demi. C’était durant le mouvement contre la loi Travail. Je m’étais opposé à l’interpellation d’un sans-abri qui se faisait un peu violenter par une patrouille vers le Capitole. J’ai essayé d’intervenir de la manière la plus pacifique possible, mais c’est parti en mini-émeute. J’ai été jugé et condamné. » « Pour quel motif ? » Sur le visage de Fabien, un second sourire, tirant sur l’espiègle : « Pendant la bousculade, la radio portative du flic est tombée par terre et je me suis un peu barré avec... » Ce type est un aristocrate de la litote. Il précise dans la foulée : « Sans forcément réfléchir ! Je me suis fait arrêter un peu plus loin, je l’ai rendue, mais c’était trop tard. Ils m’ont embarqué pour vol, rébellion, violence. » Alors qu’il est entravé, une policière hurle qu’il lui fait mal. Grossière ruse flicardière pour gratter quelques dommages et intérêts lors du jugement. Las, le juge prononcera la relaxe pour l’accusation de rébellion avec violence, mais retiendra le vol. Aux mains de la police toulousaine, Fabien joue déjà la tête de pioche. « J’ai refusé la signalétique, la prise d’empreintes digitales et de voir la procureure. »

Une menace permanente

Jugé au printemps 2016 pour l’affaire toulousaine, Fabien se fait donc à nouveau serrer un an et demi après. A-t-il commis un nouveau délit ? Un second vol inopiné de radio policière ? Que nenni. Rien. On en veut juste à sa salive. Fabien explique : « Aujourd’hui, on peut te demander ton ADN pour environ 150 délits. Au départ, la mesure a été créée pour les délinquants sexuels. Maintenant elle est appliquée aussi bien pour un tag que pour un vol de pomme. » Le jeune homme raconte le cas d’un militant toulousain pris dans une boucle infernale : « Il s’est chopé deux procès pour refus d’ADN, avec à chaque fois 1 000, 2 000 € d’amende. Et il a encore deux autres procès à venir pour le même motif. C’est toujours la même séquence : on le place en garde-à-vue, on lui demande son ADN, il refuse, procès. C’est une épée de Damoclès qui plane en permanence au-dessus de sa tête. »

Le FNAEG est l’acronyme pour Fichier national automatisé des empreintes génétiques. Une jospinade créée pendant la cohabitation de 1998, qui répertorie aujourd’hui le profil génétique de quelque 3 422 786 pékins (chiffres de l’année 2016). Durée de conservation des données : 40 ans. Une paille. La liste des délits concernés va des atteintes sexuelles sur mineur aux vols et escroqueries en passant par les crimes contre l’humanité. Sont exclus les délits routiers et… les délits financiers. « La peine maximale que j’encours est d’un an d’emprisonnement et 15 000 € d’amende. Dans les faits, il faut plutôt s’attendre à une amende de 500 à 1 000 € et quelques mois de sursis », résume Fabien. La menace de prélèvement ADN est une arme très efficace pour harceler et mettre sur la paille des militants jugés trop remuants. Ce 6 février, Nicole Briend, militante d’Attac Comtat Venaissin (Vaucluse), est ainsi convoquée devant le tribunal de grande instance de Carpentras, à la suite d’une action visant à dénoncer la fraude fiscale bancaire. Le 17 mars 2016, elle avait participé à une opération de « fauchage de chaises » d’une agence BNP Paribas. Elle risque cinq ans de prison et 75 000 € d’amende pour vol en réunion et refus de prélèvement ADN.

Le 22 juin 2017, la France s’est pourtant pris un petit coup de règle sur les doigts par la Cour européenne des droits de l’homme. À l’origine de l’affaire, un paysan basque de la Confédération paysanne qui, lors d’une manif’ en 2008, avait menacé la bleusaille avec son pébroque. Condamné à deux mois avec sursis, il était convoqué dans la foulée pour prélèvement d’ADN. D’appel en appel, l’affaire a traîné huit ans avant que les hautes instances européennes qualifient le fichage massif de pratique non « nécessaire dans une société démocratique ». « Mon affaire dépasse le cadre militant ou syndical : il y a plus de trois millions de gens fichés en France. On va vers une justice scientifique avec l’ADN comme reine des preuves, analyse Fabien. Une justice de classe, puisque l’ADN ne concerne pas les délits d’évasion fiscale ou d’abus de biens sociaux des cols blancs. On fiche les précaires, les pauvres. On n’essaie plus d’avoir des aveux ou d’autres preuves : l’ADN a parlé et c’est fini. Tu bois une bière en manif et tu jettes ta cannette ; puis cette dernière est balancée sur la gueule d’un flic et c’est toi qui seras accusé. L’ADN, on en laisse partout. » Fabien énonce alors quelques cas d’erreurs judiciaires liées à des mauvaises séquences d’ADN. Erreur de manipulation, d’étiquetage ou d’analyse ; ADN pollué ou dégradé. Pas forcément médiatisées, les bourdes génétiques ne sont pas toujours anecdotiques. Début 2013, le département de médecine légale new-yorkais était ainsi saisi d’une stupéfiante requête. Suite à des soupçons de négligence et de mauvaises manipulations d’échantillon d’ADN, 800 cas de condamnations pour viol devaient être revues [1].

Difficile question répressive

L’avocat de Fabien entend baser la défense de son client sur la discrimination politique et s’appuyer sur la condamnation de l’État français par la Cour européenne. Disproportion entre fichage et gravité des faits commis. Non-respect de la vie privée. Durée de conservation des données génétiques excessive. Les éléments à charge ne manquent pas. Sur Saint-Gaudens, le militant et ses soutiens essaient de sensibiliser le populo. Mais le trauma terroriste a distillé son venin anxiogène. En 2018, la pieuvre sécuritaire est toute à ses aises pour déployer ses tentacules dans une indifférence de chloroforme. Fabien : « Le soutien populaire autour de la question répressive n’a aujourd’hui plus rien d’évident. C’est la logique de la peur qui prédomine. Les gens me disent : ‘‘ On comprend que c’est un peu extrême, ce qui vous arrive, mais en même temps avec le terrorisme… ’’ Ou encore : ‘‘ Pourquoi vous vous inquiétez si vous n’avez rien à vous reprocher ? ’’ » On repense alors au chanteur. Cet irréductible libertaire qui bramait joliment au siècle dernier : « Vous n’aurez pas ma fleur / Celle qui me pousse à l’intérieur » https://www.youtube.com/watch?v=LLhksIMfjNE [2].


Notes

[1] « New York Examines Over 800 Rape Cases for Possible Mishandling of Evidence », article mis en ligne sur le site du New York Times le 10/01/2013.

[2] « Vous n’aurez pas ma fleur », chanson de François Béranger datant de 1978.

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33078
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Refus du prélèvement ADN

Messagede bipbip » 27 Fév 2018, 21:31

Procès de Fabien

Rassemblement, pique-nique et animations

jeudi 1er mars 2018 à Saint Gaudens (31)

Image

Depuis novembre et son arrestation par la milice saint-gaudinoise, Fabien et ses soutiens organisent localement l’information autour de la question du fichage ADN et de la répression étatique et policière à l’égard des militant-e-s et précaires de tous horizons. En effet, on a plus besoin de grand chose pour demander l’ADN du moindre péquin, la loi est permissive et justement la police se permet ! Déjà plus de 3 millions du fiché-e-s ADN en France...

Ainsi Fabien, comme tant d’autres, refuse de cracher. A la clé un procès, des frais de justice, du temps à se défendre et moins pour attaquer. C’est le jeu de la répression et le fichage est là pour frapper, placer son épée de Damoclés au-dessus des révoltés. Au programme, amendes, sursis ou peines aménagées...

La Cour Européenne des Droits de l’Homme ayant condamné en juin dernier l’État français sur la base d’une disproportion du fichage ADN et d’une sévère atteinte à la vie privée, Fabien entend bien exiger sa relaxe !

Rendez-vous donc le 1er mars, devant le TGI de Saint Gaudens !

Contre leurs lois sécuritaires !

https://iaata.info/Rassemblement-de-sou ... -2418.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33078
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Refus du prélèvement ADN

Messagede bipbip » 03 Mar 2018, 18:10

Le refus du fichage ADN en procès à Saint-Gaudens

La procureur de la République n’a réclamé aucune peine contre Fabien, un militant anarchiste ayant refusé le prélèvement de son ADN en novembre dernier. La décision a été mise en délibéré par le tribunal correctionnel de Saint-Gaudens en Haute-Garonne. Jugement le 15 mars.

... https://rapportsdeforce.fr/societe/refu ... s-03021644
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33078
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Refus du prélèvement ADN

Messagede bipbip » 05 Mar 2018, 21:31

Refus du fichage ADN, en avant pour la relaxe !

Le 1er mars dernier, Fabien, militant anarchiste, comparaissait au Tribunal de Grande Instance de Saint Gaudens pour refus du fichage ADN. Premier bilan !

... https://iaata.info/Refus-du-fichage-ADN ... -2442.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33078
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Refus du prélèvement ADN

Messagede bipbip » 14 Mar 2018, 16:43

Procès de Fabien - Rendu de la décision !

Saint-Gaudens jeudi 15 mars 2018
à 14h, Tribunal d'Instance, Place du Palais

Refus du fichage ADN, en avant pour la relaxe !

Le 1er mars dernier, Fabien, militant libertaire, comparaissait au Tribunal de Grande Instance de Saint Gaudens pour refus du fichage ADN. Dehors, ils étaient une bonne centaine devant le tribunal à afficher leur soutien à Fabien, poursuivi pour refus du prélèvement ADN. Militants politiques, syndicalistes, anarchistes, individus, membres de collectifs, faucheurs volontaires et bien d'autres présents par solidarité. En face, une dizaine de flics s'assurant que la bouffe de soutien ne se transforme pas en émeute totale !...

Dès 14h, Fabien est appelé à la barre afin de justifier son refus d'être placé dans le Fichier National Automatisé des Empreintes Génétiques (FNAEG). La parole est fréquemment coupée, mais des convictions parviennent à se frayer un chemin jusqu'aux oreilles des juges. A son tour la procureur ne demandera pas de peine, laissant aux juges le soin de décider. L'argumentaire reste peu convaincant, hésitant, peinant à défendre un droit français en berne, condamné sur ce point en juin 2017 par la Cour Européenne des Droits de l'Homme.
L'avocat de Fabien, confiant, assène sa plaidoirie. En effet ce procès est bien politique, le fichage est un débat de société et il convient d'en discuter ici et maintenant. Critique, entre autres, de la durée excessive de conservation des profils ADN (40 ans), de l'impossibilité d'effacement des fiches, de l'automatisation prochaine de la justice, des atteintes à la vie privée, etc... Et l'homme ajoute pour conclure, "une chose n'est pas juste parce qu'elle est loi mais elle doit être loi parce qu'elle est juste", dixit Montesquieu !

Au final, le délibéré sera rendu le 15 mars prochain. Les juges décideront-ils de relaxer le militant sur la base des réquisitions de la Cour Européenne des Droits de l'Homme ou choisiront-ils de suivre le parquet de Toulouse en condamnant malgré tout ?...

Quoi qu'il en soit, rendez-vous pour qui peut le 15 mars à 14h devant le Tribunal de Grande Instance de Saint-Gaudens afin de soutenir Fabien et de décider ensemble des suites de la solidarité. Quoi que décident les juges, la lutte continue !"

Contact : col.resistances.comminges[at]laposte.net

https://comminges.demosphere.eu/rv/7072
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33078
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Refus du prélèvement ADN

Messagede bipbip » 18 Mar 2018, 17:21

Procès de Fabien, relaxe à St Gaudens !

Le 1er mars dernier, Fabien, militant anarchiste, comparaissait au tribunal de St Gaudens pour refus du fichage ADN. Le 15 mars, en récompense aux trois derniers mois d’info, de sensibilisation, de lutte et de résistance, Fabien est relaxé !

Jeudi 15 mars, les quelques militants présents pour s’informer de la décision de justice n’ont pas bien compris ce qui se décidait là. "Fin des poursuites"... En bref, Fabien est relaxé quant à son refus du fichage ADN !

Ainsi donc, oui nous pouvons refuser, oui nous nous devons de refuser ces mesures sécuritaires qui visent à toujours plus contrôler, à nous caser l’un après l’autre dans leurs fichiers de classe. Ce procès, ça n’est pas seulement la victoire d’un seul militant, c’est aussi une victoire pour tous ceux et celles qui refusent et refuseront qu’on les enferme dans des cases, qu’on aille jusqu’à prélever leurs gènes, jusqu’à ficher leurs données les plus intimes.

Allez ! Après trois mois de projections, de tables de presse, d’articles dans les gazettes, de formations à l’autodéfense juridique, pour le moment on va souffler un peu, les commingeois vont savourer la victoire comme il se doit ! En attendant la relaxe de toutes les victimes de leurs lois fliquantes, en attendant que toutes ces jurisprudences fassent effet domino et foutent le bordel dans tous les comicos !

Seule la lutte paie !


https://iaata.info/Proces-de-Fabien-rel ... -2477.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33078
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Refus du prélèvement ADN

Messagede bipbip » 02 Avr 2018, 18:36

Fichage ADN : harcèlement judiciaire

Patrick subit la repression et l’harcelement judicière pour refus de prélévement d’ADN. Rassemblement de soutien le 5 avril 2018 au tribunal de Mende, boulevard Henri Bourrillon.

Le 25 juillet 2014, Patrick est verbalisé par la gendarmerie pour détention et usage de stupéfiants (en l’occurrence des pieds de cannabis). Au cours de son audition à la gendarmerie, il refuse de se soumettre au prélèvement ADN. Il comparaît au tribunal de Mende le 2 octobre 2014, écope de 600 € d’amende pour le cannabis et est relaxé pour l’ADN.

Le procureur général fait immédiatement appel de la décision. Patrick est convoqué à la cour d’appel de Nîmes le 28 mai 2015, il est cette fois-là condamné à 1000 € d’amende pour le cannabis et à 2 mois de prison avec sursis pour le refus de prélèvement ADN.

Il dépose un pourvoi en cassation, le 26 novembre 2015, sa demande d’aide juridictionnelle est rejetée, il dépose un recours contre cette décision, qui sera rejeté le 22 mars 2016. Ne pouvant payer un avocat en cassation, Patrick dépose un mémoire personnel le 27 avril 2016. Le 4 juin 2016, le conseiller rapporteur émet un avis défavorable, le pourvoi en cassation est définitivement rejeté le 5 octobre 2016, la condamnation en appel est donc validée.

Le 17 novembre 2017, Patrick est une nouvelle fois convoqué à la gendarmerie pour se soumettre au prélèvement ADN, il refuse encore. Le 14 décembre 2017, il reçoit un courrier lui ordonnant de payer son amende de 1000 € ainsi que 380 € de frais de justice. Le 25 janvier 2018, il est convoqué au tribunal en vue d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC). Après avoir consulté son avocat, il refuse la CRPC.

Le 5 avril 2018, il est convoqué pour une audience en correctionnelle au tribunal de Mende.

Le refus de prélèvement ADN : un délit perpétuel

Non content de condamner les gens pour refus de prélèvement, l’État s’arroge par la loi la possibilité de réclamer de nouveau l’ADN de la personne dans un délai d’un an après exécution de sa peine. Si elle refuse encore de se soumettre, cette personne s’expose aux mêmes poursuites judiciaires qu’auparavant, avec bien sûr l’aggravation pour récidive.

L’acharnement de l’État à remplir le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG) par tous les moyens (près de 3 millions de personnes fichées à ce jour) est bien révélateur des enjeux réels de ce fichier : le contrôle des populations pauvres et/ou « déviantes », marginalisées par le rouleau compresseur de l’économie capitaliste.
Le FNAEG est relié, grâce au super-logiciel AJDRCDS (Application judiciaire dédiée à la révélation des crimes et délits en série), à l’ensemble des différents fichiers policiers et judiciaires (80 en 2011, dont 45 non légiférés) et à tous les fichiers d’administration publique ou privée (Pôle Emploi, CAF, MSA, Impôts, Sécurité sociale, Base Élèves, opérateurs téléphoniques, banques, etc.). Il participe ainsi à ce maillage, de plus en plus serré, d’informations collectées, grâce à la massification de l’électronique et d’internet (les réseaux sociaux sont également passés au crible).
Les différentes lois antiterroristes de ces dernières années renforcent cet arsenal de contrôle. La loi d’octobre 2017 sur la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme en est le dernier acte.

L’État exerce une surveillance incessante sur nos vies

Il s’agit de préserver les valeurs essentielles qui fondent et entretiennent les inégalités sociales : respect de l’autorité, propriété privée, travail, morale bourgeoise. Son rôle n’est autre que de défendre la classe des possédants, ses intérêts et ses valeurs.

Ce ne sont pas les dérives d’un système qui glisserait vers un autre (fasciste ou totalitaire), c’est l’État démocratique qui adapte sa gestion de la population aux impératifs économiques, et développe des technologies de contrôle de plus en plus totalisantes qui, à leur tour, deviennent des marchés juteux.

Aujourd’hui, beaucoup sont écrasés et n’arrivent pas à relever la tête sous le poids de la machine judiciaire, chacun essaie de gérer son affaire au mieux tant que c’est possible.
La frénésie législative de cette dernière décennie, en augmentant le nombre de crimes et délits, a logiquement augmenté le nombre de prévenus à la barre des tribunaux.
Actuellement, de plus en plus de gens résistent, refusent le fichage et font appel, parfois avec succès, à la Cour européenne .de.s droits de l’homme (affaire Ayçaguer).

Le refus d’être enregistré dans le FNAEG est un acte d’insubordination et de protection face à la logique du fichage génétique.
Luttons pied à pied, collectivement, pour faire reculer cette loi liberticide. Des solidarités sont à construire et à multiplier pour sortir de l’isolement et du cloisonnement dans lesquels le système cherche à nous maintenir.
Lutter sur le seul terrain juridique ne suffit pas, des rapports de force sont à construire, en multipliant les mobilisations, en faisant circuler l’information, en organisant ensemble la résistance.

Ne nous laissons plus faire !

Rassemblement de soutien : le jeudi 5 avril a partir de 14h devant le tribunal de Mende.


https://lepressoir-info.org/spip.php?article1211
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33078
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Refus du prélèvement ADN

Messagede bipbip » 12 Avr 2018, 15:59

Fichage génétique : une nouvelle relaxe

Bruno Strée, un faucheur inculpé dans une action de destruction de tournesol muté [1], avait refusé de donner son empreinte génétique (ADN). Poursuivi par le ministère public, il a été relaxé le 10 avril 2018 par le Tribunal de Foix.

... https://www.infogm.org/france-fichage-g ... lle-relaxe
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33078
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Refus du prélèvement ADN

Messagede bipbip » 21 Avr 2018, 12:11

Face à la répression, la solidarité paie ! Continuons la lutte contre tous les fichages et lois sécuritaires !

Nous avions relayé l’appel à la solidarité avec notre camarade Fabien, militant libertaire de Saint-Gaudens, en procès pour avoir refusé un prélèvement d’ADN : http://unautrefutur.org/refus-fichage-a ... te-fabien/

Une forte mobilisation s’était alors organisée pour le soutenir et refuser le fichage. Le 15 mars dernier, notre camarade a obtenu la relaxe ! Voici ci-dessous son communiqué.

Relaxe à Saint Gaudens, une victoire contre toutes les fichages !

Le 1er mars 2018, je comparaissais au Tribunal de Grande Instance de Saint Gaudens pour m’être opposé au fichage ADN, fichage ordonné par le parquet de Toulouse. Le 15 mars, après délibération, la justice rend enfin sa décision. Victoire politique, relaxe et fin des poursuites !

Pour rappeler les faits, en juin 2016 j’étais jugé sur Toulouse pour une tentative de diversion ratée alors que je m’opposais à une interpellation policière brutale d’un gars de la rue. Bilan, un mois de taule avec sursis… En octobre de la même année, le parquet toulousain devait estimer que ça n’était pas assez, cette épée de Damoclès au-dessus de ma nuque. De là s’établira une fiche de recherche ordonnant le prélèvement de mon « matériel génétique ». L’anti-terrorisme en pratique ! Le 16 novembre 2017, soit un an plus tard, la recherche aboutit enfin et une patrouille est dépêchée pour m’interpeller lors d’une table informant des dangers du compteur Linky sur la ville de Saint Gaudens. Menottes aux poignets, quelques heures en cellule, et à la clé une convocation en cour correctionnelle pour me justifier du refus de rajouter mon nom et mes gènes à leur fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG).

Trois mois plus tard, les juges prononcent ma relaxe, s’alignant ainsi sur les réquisitions de la Cour Européenne des Droits de l’Homme. En juin 2017, ladite cour condamnait la France, dénonçant un fichage génétique disproportionné, souvent injustifié, ainsi qu’une conservation des fiches de quarante ans quel que soit le délit, sans possibilité d’effacement. Depuis, les services policiers continuent malgré tout de fliquer à tout-va, remplissent le fichier national à coup de millions d’inscrits, envoient devant les tribunaux celles et ceux qui s’opposent à cette mesure ultra-sécuritaire. Et les peines pleuvent, le plus souvent à l’abri des regards.

Toutefois et au grand dam des flics tout-puissants, à Saint Gaudens le collectif unitaire Résistances en Comminges a fait du foin, et ce jusqu’au procès. Rassemblement devant le commissariat pendant la séquestration policière autrement appelée garde-à-vue, appel des syndicats locaux pour une libération immédiate, soutien des groupes politiques, des collectifs et associations du coin, de personnalités militantes, articles dans les quotidiens régionaux, dans la presse alternative, sur le net, projections, débats, formation à l’autodéfense juridique, bouffe de soutien, création d’une caisse anti-répression, tables d’information, mises en scène, tractages, signatures de pétition, jusqu’au rassemblement convivial et solidaire le jour de l’audience.

Victoire collective, donc, plus qu’individuelle, résultat d’une bataille menée à bon nombre de bras !

Cependant, s’il convient de s’enthousiasmer d’un combat au dénouement pour une fois heureux, gardons tout de même en tête les camarades encore poursuivis et traînés devant les juges pour leur refus du flicage génétique, celles et ceux prochainement en galère, ainsi que les victimes quotidiennes de la répression policière et étatique, notamment dans les quartiers. Songeons également à celles et ceux qui en taule n’ont pas le choix et se voient prélever de force leurs données les plus personnelles, ces gènes qui les définissent intimement.

Ainsi il convient de poursuivre la lutte, pour eux, pour elles, pour nous toutes et tous ! Car l’ordre sécuritaire avance à grand pas, prenant appui sur la peur populaire, la psychose apprise, les médias charognards, fouineurs de faits sordides, un état d’urgence scellé dans le béton de la loi, un peuple soumis prêt à n’avoir plus aucune
autre liberté que celle d’errer parmi les caméras de « vidéo-protection » dans des villes sans âme, sous le regard de militaires surarmés.

Le constat reste certes affligeant, mais ne nous privons pas de savourer la victoire présente ! En attendant que les relaxes fleurissent ici et là, que toutes ces jurisprudences passent effet domino ! Restons vigilants et solidaires les uns vis-à-vis des autres ! Refusons autant que faire se peut de rentrer dans leurs cases, d’alimenter
leurs fichiers ! Montrons-leur que nous portons la liberté jusque dans nos gènes !

F


http://unautrefutur.org/face-a-la-repre ... uritaires/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33078
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Refus du prélèvement ADN

Messagede bipbip » 01 Juil 2018, 21:57

Contre le fichage, organisons-nous collectivement !

Alors que la répression des mouvements sociaux se fait de plus en plus intense et que le contrôle policier des populations passe avant tout par le fichage généralisé de celles-ci, nous souhaitions lancer une procédure collective de défichage, en nous constituant en collectif pour demander l’effacement de nos données dans les fichiers TAJ, FAED et FNAEG.

Alors que la répression des mouvements sociaux se fait de plus en plus intense, il est d’autant plus important de renforcer notre solidarité. Celle-ci s’incarne déjà par les soutiens lors des interpellations, devant les commissariats, dans les tribunaux, au travers des caisses collectives. Mais l’ordre policier se poursuit au-delà encore. Avec la multiplication des garde-à-vues, nous assistons à une intensification du fichage dans les différents fichiers de police : presque systématiquement, les flics, les procureurs et les juges font tout pour récupérer nos empreintes et notre ADN. Si une stratégie collective efficace peut être le refus de se soumettre à ces opérations, nous devons aussi penser collectivement aux façons d’agir une fois le fichage effectué.

Pour cela, nous avons décidé de lancer un collectif anti-fichage dont les objectifs seront à la fois de s’entraider pour les démarches administratives d’effacement mais aussi de lancer des actions et des réflexions autour des questions du fichage policier. Ce collectif se réunira un lundi sur deux à partir de 20h. La prochaine réunion aura lieu le 2 juillet au CICP (21 ter rue Voltaire, 75020), date à laquelle nous réunirons nos demandes de consultation des fichiers de police et affinerons nos stratégies. Nous appelons toutes les personnes concernées par le contrôle policier à nous rejoindre ! On a tou.te.s une bonne raison de ne pas vouloir laisser nos empreintes et notre ADN entre les mains de la police.

Lors de la dernière réunion nous avons mis au point un ou plusieurs modèles de lettres pour demander d’abord le droit d’accès pour consulter les fichiers de polices nous concernant (voir à la fin de l’article), et ensuite de faire des « demandes effacement ». La réunion du 2 juillet permettra notamment de les réunir et de s’organiser collectivement pour payer les frais des lettres recommandées.

... https://paris-luttes.info/contre-le-fic ... nous-10548
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33078
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Refus du prélèvement ADN

Messagede bipbip » 01 Sep 2018, 18:52

Soutien REFUS ADN

Mende (48) jeudi 6 septembre 2018
à 14h, Tribunal de Mende, Boulevard Henri Bourillon

Image

PDF : https://gard.demosphere.eu/files/docs/f ... lename.pdf

https://gard.demosphere.eu/rv/4726
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33078
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Refus du prélèvement ADN

Messagede bipbip » 09 Oct 2018, 17:22

Refus du fichage ADN

Refus du fichage ADN, nos luttes continuent !

La résistance au fichage génétique se poursuit, les procès s’enchaînent et, bien heureusement, ces derniers temps les relaxes pleuvent !

Malgré une condamnation de l’État français par la Cour Européenne des Droits de l’Homme en juin 2017 concernant la généralisation du fichage ADN, rien n’a changé, aucun décret n’a été pondu. Ainsi, les flics continuent de remplir le fichier national et de placer les récalcitrant(e)s devant les juges...

Nous, un petit nombre de militantes et militants, proposons notre appui et nos connaissances sur la question à qui serait poursuivi en justice ou encore convoqué par les bleus pour cracher sa génétique sur leurs buvards. A qui a refusé ou souhaite refuser d’alimenter leur arsenal sécuritaire.
Nous ne sommes pas des spécialistes, seulement des individus en cours de procédure judiciaire et/ou déjà passé(e)s devant les tribunaux pour le simple motif d’avoir refusé d’être fiché(e)s. Bien forcé(e)s malgré nous d’avoir dû bosser des mois sur cette problématique, nous savons que c’est un beau merdier à dénouer et que ça fait toujours plaisir d’avoir du soutien au sortir d’une garde-à-vue ou lorsqu’on reçoit sa lettre de convocation. Des conseils, des pistes, des numéros d’avocat.e.s sympathisants, des jurisprudences, rendus de décision de justice, etc...

Bref, pour celles et ceux qui auraient besoin d’aide ou bien qui auraient vent d’autres emmerdé(e)s par les flics et la justice concernant leur refus, une adresse mail : resistancefichageadn@autistici.org

Un blog, également, que nous essaierons de mettre à jour en fonction de comment tout ça évolue : https://resistancefichageadn.noblogs.org/

CONTRE LA RÉPRESSION, LA SOLIDARITÉ EST NOTRE ARME !


https://manif-est.info/Refus-du-fichage ... t-768.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33078
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers Répression-anti-répression, résistance et soutien

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité