la justice fait payer le mouvement social en silence (?)...

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede Pïérô » 30 Juin 2017, 11:10

Saint-Soline (79) 30 juin et 1er juillet 2017

Week-end de soutien contre la répression


Image

Salut salut

Malgré quelques soucis d'organisation (Rome ne s'est pas faite en un jour), le week-end de soutien « Festoyons contre la répression » se tiendra bien aux Petites Aubuges, commune de Sainte Soline (79120) du côté de Melle, dans le sud des Deux-Sèvres.

Nous vous attendons dès vendredi soir avec votre lampe frontale, vos bottes, votre pull et votre eau (important car le lieu n'est pas relié à l'eau courante) pour un week-end de fête, de musique, de discussions, de conspirations, de formation et surtout d'anti-répression.

Le programme a subi quelques modifications, ce sont les aléas de l'organisation collective. Ainsi les groupes Habemus Papam, Prolétariat Mondial Organiseyyy et Anomalie ne font plus partie de la programmation de ces soirées. En revanche, iels seront remplacéEs au pied levé par Basstico et peut-être d'autres, qui sait (d'ailleurs si t'es motivéE, passe donc un petit mail à antirep79@riseup.net).

La formation street medic sera bien assurée par l'équipe nantaise samedi à partir de 14 heures (pour celleux qui seront levéEs) et suivie de projections … avant de reprendre encore en musique.

Ce week-end se veut plutôt ouvert et ta bonne volonté est la bienvenue. Que tu aies à proposer un spectacle, un stand, de la bouffe, de la boisson, ton savoir-faire ou juste ta bonne volonté, pour nous ça le fait tant que ça reste dans un esprit non-marchand. En outre, nous tenons à ce que tout reste à prix libre sur le site.

Pour le confort de touTEs (et notamment des espèces protégées qui vivent dans cette zone humide) nos amiEs quadrupèdes devront rester attachéEs. Afin de ne pas faire cramer la forêt, nous vous demanderons de ne pas faire de feu sur le camping.

C'est comment qu'on y va ?

Pour venir, c'est très simple (enfin pas tant que ça mais bon c'est faisable). Si tu viens de Nantes, tu mettras deux heures par l'autoroute via Niort, 2 heures 30 via la nationale via Cholet, Bressuire et Parthenay. Si tu viens de Bordeaux, c'est 2 heures 30 via Angoulême. Si tu viens de la Rochelle, c'est 1 heure 30 via Niort. Si tu viens de Poitiers, c'est moins d'une heure (et ouais, poitevinE, ramène-toi donc). Et de Niort, c'est à peine 45 minutes si tu roules vite.

Dans tous les cas, à partir de Melle, il faut suivre Lezay et traverser le village en question (qui est aussi celui où vous trouvez le dernier supermarché, le dernier tabac et le dernier distributeur alors soyez prévoyantEs). Après ça tu prends Sainte-Soline, tu traverses encore et tu suis la D15 comme si t'allais à Pers ou à Sauzé-Vaussais sauf que tu tournes à droite au bout d'environ 2 ou 3 km, juste après un chemin réservé aux agris. Normalement on aura fait du fléchage à partir de Lezay mais on n'est pas à l'abri de la malveillance de nos opposantEs politiques qu'iels portent uniforme ou pas.

Si tu sais pas trop comment venir, y a un pad pour que les genTEs fassent du covoit. A vous de voir si cet outil peut servir. C'est ici : https://pad.riseup.net/p/concertantirep79 Si t'es pauméE ou que tu galères en stop pas loin, tu peux appeler l'infoligne : 06 53 32 49 23. Là-bas ça capte pas bien mais laisse un message au pire.

Si tu viens pas (ou si tu viens mais que t'as grave de la maille) tu peux nous donner des sous ici : https://www.lepotcommun.fr/pot/khe84hnq et/ou demander à ton syndicat, ton asso, ton parti de donner, c'est pour la bonne cause;) !

Dans tous les cas, n'hésite pas à faire tourner tout ça et ramène ta fraise, on t'attend !


https://poitiers.demosphere.eu/rv/1240
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20048
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 06 Juil 2017, 17:46

Toulouse
[CAMé] 9 mois ferme pour la manif d’entre deux tours : procès en appel

Suite au premier tour des élections présidentielles, une personne arrêtée pendant la soirée était passée en comparution immédiate le lendemain même et avait écopé de neuf mois de prison ferme. Le procès en appel a eu lieu le mercredi 28 juin. Compte-rendu du Collectif AutoMédia Etudiant.

... https://came2016.wordpress.com/2017/06/ ... -28062017/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 14 Juil 2017, 17:32

Hambourg, soutien militants arrêtés

Caisse de solidarité avec un parisien arrêté à Hambourg
Un parisien a été arrêté à Hambourg lors de la mobilisation autour du sommet du G20, puis incarcéré en Allemagne, il risque plusieurs semaines de prison préventive dans l’attente de son jugement. Une caisse de soutien a été créée pour les frais de soutien et de défense.
... https://paris-luttes.info/caisse-de-sol ... ec-un-8474

Soutien avec un camarade Lyonnais en détention à Hambourg
Le jeudi 6 juillet à Hambourg, lors de la mobilisation contre le sommet du G20, un camarade proche de notre Groupe Antifasciste Lyon et Environs a été interpellé par les groupes anti-émeutes Allemands sans raisons apparentes. 
Après plus de 48 heures de garde à vue abusives, car illégales, il a été incarcéré pour une durée minimum de deux semaines avant de voir le juge des libertés. Suite à cela il risque de rester en détention dans l’attente de son jugement.
... https://rebellyon.info/Soutien-avec-un- ... s-en-18042
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 16 Juil 2017, 17:49

Article proposé [Keufmobile en feu] 17 juillet : Audience sur le maintien en détention et les contrôles judiciaires


Le 17 juillet à 13 heures 30 dans la 16ème chambre du tribunal de grande instance de Paris se tiendra l'audience relais sur la détention provisoire des personnes incarcérées et sur les contrôles judicaires avant le procès en septembre, dans l'affaire de l'incendie de la voiture de flic à Paris en mai 2016.


Vendredi 16 juin dernier la demande de mise en liberté du compagnon incarcéré depuis février dans l'affaire de la voiture de police incendiée quai de Valmy en mai 2016 a été rejeté par les juges.
Vendredi 16 juin 2017 se tenait une demande de remise en liberté du compagnon incarcéré depuis février dans l'affaire de la voiture de police incendiée quai de Valmy en mai 2016.

Depuis, lors de l'appel du renouvellement du maintien en détention prononcé à la clôture du dossier, la chambre de l'instruction a également rejeté sa demande.

Le 17 juillet aura lieu l'audience relais qui décide du prolongement ou non de la détention provisoire en attendant le procès. Même s'il semble que les juges veuillent garder sous les verrous les trois dernier.e.s mis.e.s en examen encore en détention jusqu'au procès qui aura lieu du 19 au 22 septembre prochain, cette audience publique reste l'occasion pour nous de montrer notre solidarité avec l'incendie de la voiture et les copain-es entre les mains de la justice.

Rendez vous 17 juillet à 13h30 devant la 16ème chambre du tribunal de grande instance de Paris
Liberté pour toutes et tous !


https://nantes.indymedia.org/articles/38193
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 19 Juil 2017, 08:33

Rennes
Communiqué du CoCoCrimS à propos du procès du 21 juin

Le collectif contre la criminalisation du mouvement social revient sur l’affaire du pommeau de douche.
https://expansive.info/Arme-a-feu-contr ... -du-27-505

La décision du tribunal de Rennes, le 21 juin, de condamner lourdement les personnes arrêtées à la suite de la manifestation du 27 avril vient conclure un épisode de plus dans l’escalade et la dramatisation des dispositifs administratifs, policiers et judiciaires destinés à museler le mouvement social à Rennes.
Alors que la manifestation du 27 avril était joyeuse et spontanée, le dispositif policier, encore une fois imposant et menaçant, était destiné à empêcher physiquement toute expression du "ni Le Pen ni Macron" entre les deux tours de la présidentielle mais aussi de faire peur afin de dissuader les manifestants d’y revenir. Résultat, un cortège sous tension, sans autre issue que le pont Feval vers le sud, là où un policier a pointé son arme en direction des manifestants. Son geste a été banalisé, les manifestants condamnés...

Un mois plus tard , le 30 mai, un dispositif policier massif et coordonné est intervenu dans plusieurs domiciles avec des méthodes d’une grande brutalité, brutalité digne d’une opération contre le grand banditisme ; là encore , la dramatisation a été de mise dans l’intention de frapper les esprits, de faire peur.
Vient ensuite l’incarcération des accusés à l’issue de leur présentation en comparution immédiate : le fait de garder le silence, de demander le report de leur procès, leur a été explicitement reproché et semble justifier naturellement, pour le juge, leur mise en détention provisoire. Entorse manifeste aux droits de la défense, droits piétinés à nouveau lors d’une autre audience le 2 juin concernant la même manifestation :
deux personnes témoignant en faveur de l’accusé se voient prises à parti par le juge, menottées et éférées immédiatement devant un juge d’instruction pour faux témoignage ! Par chance, elles seront simplement désignées comme "témoins assistées".

Quant au verdict du 21 juin, la lourdeur des peines au regard de la faiblesse des accusations, le peu de consistance des charges ainsi que le recours au "profil" des accusés, marquent la volonté de faire un exemple, de taper fort afin de tenter de faire taire la contestation...

Nous ne renoncerons pas .
Nous continuerons à nous mobiliser pour la construction d’un mouvement social contre les mesures annoncées par le gouvernement Macron, et cela comprendra notre défense des camarades accusés, l’exigence de libérer le manifestant incarcéré, l’abandon des poursuites et l’amnistie pour les condamnés.


https://expansive.info/Communique-du-Co ... 1-juin-547
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 20 Juil 2017, 17:52

9 mois de prison avec sursis pour Mickaël au Havre

Mardi avait lieu au Havre le jugement de Mickaël pour dégradations de la voirie, de biens publics et mise en danger de personne. Un jugement pour finir de casser le mouvement des agents territoriaux du Havre. Retour sur le mouvement.

... http://www.revolutionpermanente.fr/9-mo ... l-au-Havre
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 21 Juil 2017, 11:58

3716 PROCES OU CONDAMNATIONS POLITIQUES EN FRANCE EN 15 MOIS CONTRE LES MILITANTS SYNDICALISTES, LES GREVISTES, LES MANIFESTANTS CONTRE LA LOI TRAVAIL, LES JEUNES DE QUARTIER...

Liste non exhaustive de procès, condamnations, poursuites, discriminations et sanctions sur les 15 derniers mois à l'encontre de 3716 militants, manifestants, grévistes et syndicalistes...

... https://www.facebook.com/luttesinvisibl ... 66627528:0
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede Pïérô » 23 Juil 2017, 02:36

Grenoble: deux membres de la CGT assignés en justice par leur employeur

Deux membres de la CGT étaient assignés en justice, ce jeudi 20 juillet, par leur direction suite à des dégradations ayant eu lieu lors de mouvements de grève à l'hôpital psychiatrique de Saint-Egrève, au printemps dernier. Leurs collègues étaient venus les soutenir devant le tribunal de Grenoble.

Assignés en justice par leur direction, ces deux membres de la CGT ont pu compter sur le soutien de la quarantaine de collègues, devant le tribunal de grande instance de Grenoble (Isère)

Depuis plusieurs mois, des membres du personnel de l'hôpital psychiatrique se rassemblent pour contester la réorganisation du travail imposée par la direction. Un mouvement qui a donné lieu à des dégradations dans l'enceinte de l'hôpital.

Par conséquence, la direction demande des indemnités suite aux frais engagés. Les dommages et intérêts réclamés s'élèvent à 26 000 euros.

Pour l'avocat de la défense, "il n'y a pas de preuves et la CGT n'est pas responsable des dégradations constatées". Pour le syndicat attaqué, l'intention de la direction va au-delà d'une demande d'indemnité. La défense demande le rejet de l'intégralité des accusations portées à l'encontre des deux secrétaires CGT.

La décision du juge des référés interviendra le 17 août prochain.

... http://france3-regions.francetvinfo.fr/ ... 00609.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20048
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 26 Juil 2017, 02:56

Soutien à un camarade breton arrêté au G20

Un camarade a été interpellé par la police anti-émeute à Hambourg, lors du G20, et placé en détention pendant plusieurs jours. Ce camarade a fait plus de 48h de garde à vue au centre d’enfermement de Gesa ouvert pour l’occasion, mais aussi dans deux autres prisons plus classiques, étant donné le nombre important d’arrestations.

Les chefs d’inculpations nous inquiètent car on l’accuse d’une tentative d’homicide sur des agents de police, pour des jets de projectiles. Cette catégorisation disproportionnée et abusive au regard des faits reprochés ne nous surprend pas tellement. L’indignation des médias bourgeois et des personnalités politiques, réclamant vengeance à corps et à cris contre ceux qui ont perturbé leur petite sauterie laissent à penser qu’ils vont chercher à faire un exemple de nos camarades arrêtés.

Même si notre ami a eu la chance d’éviter la préventive, notre démarche se place dans la même logique que les autres caisses de soutien déjà lancées pour des camarades encore emprisonnés. Pour nous la lutte contre le G20 n’est pas terminée et comme d’autres nous avons besoin de votre aide pour préparer la défense et une éventuelle condamnation. A cet effet nous lançons une cagnotte de soutien en espérant que des amis inconnus voudront bien nous aider. Évidemment si par chance les poursuites étaient abandonnées ou les sommes levées trop importantes (qui sait ?), nous reverserons l’intégralité aux autres caisses de soutien.

Notre caisse de soutien : https://www.lepotcommun.fr/pot/t3aue5t7

https://brest.mediaslibres.org/spip.php?article775
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 27 Juil 2017, 20:56

Dénoncer les bourreaux n’est pas un crime

Tad et Tro sont deux étudiants d’origine arménienne poursuivis par la justice française pour « violences volontaires avec préméditation ou guet-apens ». L’un pour avoir lancé du jus de grenade sur l’ambassadeur de Turquie en France en mars 2015, l’autre pour avoir filmé la scène. Leur action spectaculaire visait à dénoncer le négationnisme de l’État turc sur le génocide arménien, ainsi que les violations massives des droits humains par Ankara. Ils ont besoin de notre soutien.

Il y a 102 ans, la Turquie se rendait coupable du génocide des Arméniens. Ces crimes sont, à ce jour, restés impunis. Aujourd’hui, deux militants français d’origine arménienne réclamant justice, sont poursuivis par la justice française.

Qu’ont-ils fait pour mériter cela ?

Les faits qui leur sont reprochés sont, pour l’un, d’avoir lancé de l’eau colorée en rouge sur l’ambassadeur de Turquie en mars 2015 et, pour l’autre, d’avoir diffusé la scène sur les réseaux sociaux. Après quarante-huit heures de garde à vue, ces militants seront jugés le 17 octobre 2017 pour « violences volontaires avec préméditation ou guet-apens ».

Si la « violence » que représente ce jet d’eau n’est que symbolique, la violence de l’État turc est, elle, tout à fait réelle. En 1915, l’État turc a planifié et mis en œuvre l’extermination de 1,5 million de personnes, le tiers de la population arménienne vivant sur son territoire. Le génocide des Arméniens s’est accompagné d’une politique de spoliation des biens des victimes, puis d’une destruction, en voie de parachèvement aujourd’hui, des lieux de vie collective, du patrimoine et de la culture des Arméniens de Turquie. Ces crimes sont restés jusqu’à nos jours sans châtiment.

... http://alternativelibertaire.org/?Denon ... s-un-crime
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 05 Aoû 2017, 17:54

3739 POURSUITES OU CONDAMNATIONS POLITIQUES EN FRANCE EN 16 MOIS

Liste non exhaustive de procès, condamnations, poursuites, discriminations et sanctions sur les 16 derniers mois à l'encontre de 3739 militants, syndicalistes, manifestants, grévistes....

... https://www.facebook.com/luttesinvisibl ... 2642577877
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 18 Aoû 2017, 15:16

Soutien à Rémi, convoqué au commissariat pour une action contre Macron

Le 8 août dernier, à l’occasion de la commémoration des bombardements d’Hiroshima et Nagasaki, des militants antinucléaires et des clowns s’invitèrent au siège d’En Marche à Paris, pour interpeller le Président de la République quant à la non-signature par la France du traité d’interdiction des armes nucléaires, signé par 122 Etats en juillet. Le Président Macron refuse d’engager la France sur la voie du désarmement nucléaire, sa responsabilité est historique !

Suite à cette action non-violente et humoristique, sa majesté Macron s’est employé à faire convoquer par la police un militant participant à l’action… La police a même été jusqu’à téléphoner aux parents du militant pour être certain que celui-ci n’était pas parti en vacances!

Rémi est donc convoqué au commissariat du 13ème arrondissement de Paris le jeudi 7 septembre à 14h.
Un rassemblement pacifique et non-violent, en hommage aux victimes du nucléaire, est organisé devant le commissariat à 13h30 le 7 septembre à l’adresse suivante: 144 boulevard de l’hôpital, 75013 Paris (Métro Place d’Italie).

Le communiqué des « clowns en marche arrière ».
http://www.desobeir.net/2017/08/08/les- ... en-marche/

Pour aider Rémi à payer ses frais d’avocat.
https://www.helloasso.com/associations/ ... tre-macron

Cette action eu lieu à l’occasion du jeûne-action contre l’arme nucléaire, organisé comme chaque année par le collectif « Armes nucléaires stop » et soutenu par le Réseau Sortir du nucléaire, le Mouvement de la Paix, le collectif des Désobéissants, le Mouvement pour une Alternative Non-violente et la Maison de vigilance.

Contact: Rémi 06 30 13 35 30

http://www.desobeir.net/2017/08/17/sout ... re-macron/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 22 Aoû 2017, 12:44

Procès à venir pour l'incendie de la voiture de flics quai de Valmy

Du 19 au 22 septembre prochains, 9 personnes passeront en procès, accusées de l'attaque d'une voiture de flics quai de Valmy à Paris le 18 mai 2016. Deux attendent toujours en taule, dont l'une depuis maintenant plus d'un an, tandis que six autres sont sous contrôle judiciaire et que la dernière est encore recherchée.

Du 19 au 22 septembre prochains, 9 personnes passeront en procès, accusées de l'attaque d'une voiture de flics quai de Valmy à Paris le 18 mai 2016. Deux attendent toujours en taule, dont l'une depuis maintenant plus d'un an, tandis que six autres sont sous contrôle judiciaire et que la dernière est encore recherchée.
Ce jour-là, en plein mouvement contre la « loi travail », des policiers se rassemblent place de la République pour geindre contre la « haine anti­-flics ». Une vrai provocation après deux mois de manifestations réprimées à coup de lacrymos, de grenades, de matraque, d'arrestations. Une contre­-manifestation est appelée et interdite, mais elle s'élance malgré tout dans les rues de Paris, croisant sur son passage une voiture sérigraphiée avec deux flics à son bord, qui est attaquée puis brûlée.
Pour beaucoup, ce geste a donné de l'air. Comme ça donne de l'air quand ça pète à Beaumont suite à l'assassinat d'Adama Traoré, à Aulnay suite au viol de Théo, ou quand une voiture de police crame à son tour devant le comico du 19e le soir du meurtre de Shaoyo Liu, ou encore quand les rues d'Hambourg s'embrasent pendant le G20. Comme ça donne de l'air chaque fois que sont renvoyées aux flics un peu de l'humiliation et des brutalités qu'ils infligent au quotidien.

La justice frappe souvent fort quand ses larbins en bleu sont attaqués. C'est que justice et police sont toutes deux au service de l'État et des puissant?e?s de ce monde, pour perpétuer l'ordre des choses basé sur l'exploitation, le racisme, le sexisme, l'homophobie, ... et qu'il ne faudrait pas avoir l'impression de pouvoir changer les choses.
Alors il faut mettre sous contrôle par la menace de la prison ceux et celles qui, par choix ou par nécessité, sortent des chemins balisés du travail, de la consommation, de la soumission au pouvoir.
Les moyens à leur disposition sont toujours plus nombreux. Que ce soit l'annonce de la construction de dizaines de nouvelles prisons pour enfermer toujours plus, la légalisation à venir de l'état d'urgence permanent, ou encore la nouvelle loi sur la légitime défense des flics. Tout ça à coup de « c'est pour votre sécurité », dans l'acceptation générale, ou presque.

C'est dans ce contexte que le procès va se dérouler, certainement sous une forte pression médiatique où il s'agirait d'en faire un procès exemplaire, celui du mouvement contre la loi travail et plus généralement d'une hostilité diffuse contre la police particulièrement palpable ces derniers temps.
Face à ça, à nous de ne pas nous laisser museler. Exprimons notre solidarité avec celles et ceux qui subissent la répression pour des actes de révolte qu'on partage. Ne laissons pas la salle d'audience aux journalistes et aux parties civiles dont Alliance, syndicat de police ayant appelé à la manifestation du 18 mai 2016, toujours prompt à s'afficher dans les médias pour des campagnes racistes et sécuritaires.
Faisons vivre notre solidarité également dans la rue. Ici ou ailleurs, ne laissons pas la justice condamner dans l'indifférence, sabotons la chaîne du contrôle et de l'enfermement, opposons-nous au flicage de nos vies et aux diverses mesures qui visent à le rendre total et permanent.

Liberté pour les inculpé-e-s de la voiture de flics brûlée le 18 mai 2016 !

Liberté pour tou-te-s !

Procès tous les jours à 13H30 du 19 au 22 septembre, 14e chambre du TGI de Paris, métro Cité.
RDV à venir prochainement pour des discussions et autres initiatives solidaires !


https://nantes.indymedia.org/articles/38368
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 28 Aoû 2017, 11:32

[Antirep Nantes] CR des procès du 16 août 2017

Mercredi 16 août, 4 personnes passaient en procès au TGI de Nantes. Elles s'étaient faites embarquées lors de la manif du 7 mai qui faisait suite au second tour des élections présidentielles.

... https://nantes.indymedia.org/articles/38393
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 21570
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede Pïérô » 03 Sep 2017, 01:12

Halte à la répression à Poitiers comme ailleurs !

Une manifestation contre la loi travail s’était soldée à Poitiers par une action de solidarité envers les cheminots, alors en grève : 400 à 600 personnes avaient occupé les voies ferrées pendant plus d’une heure, sans dégradation. Puis la répression s’est abattue sur 11 d’entre elles… de sensibilité anticapitalistes et/ou libertaires.

En 2016 s’est déroulée une importante mobilisation contre la loi travail dans toute la France : pendant plus de quatre mois, des centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue et ont fait grève contre le projet gouvernemental de casser le code du travail. La liberté de manifester a été mise à mal par une très forte répression – comme l’a reconnu lui-même le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, dans un communiqué du 19 juin 2016 où il faisait état de 1 800 personnes interpellées à cette date (dont une centaine déjà jugées et condamnées en com- parution immédiate en trois mois). Et comme l’a constaté un rapport d’Amnesty International, qui a recensé 155 manifestations interdites en dix-huit mois et a rappelé que « manifester est un droit, pas une menace ».
A Poitiers, l’intersyndicale CGT-FO-FSU-Solidaires-CNT-UNEF-SGL avait appelé le 19 mai à une manifestation jusqu’à la gare, et décidé de mener alors une action d’occupation des voies ferrées en soutien aux cheminots en grève au plan national. Cette action a été réalisée avec succès par 400 à 600 personnes pendant près de deux heures, et elle s’est déroulée jusqu’à la fin dans le calme et sans aucune dégradation, selon les modalités décidées par l’intersyndicale 86. Puis la manifestation a repris son cours jusqu’au parvis de la gare, où elle s’est dispersée.
Or onze personnes désignées comme appartenant aux milieux anticapitalistes et/ou libertaires – milieux stigmatisés par les pouvoirs publics poitevins depuis les bris de vitrines et graffitis réalisés pendant une manifestation anticarcérale, le 10 octobre 2009 au centre-ville de Poitiers – ont ensuite été convoquées au commissariat de police le 28 juin, dans le cadre d’une enquête sur « des faits d’entrave à la mise en marche ou circulation d’un véhicule de chemin de fer et autres » après une plainte de la SNCF.
Nous, les onze personnes convoquées, dénonçons le ciblage politique qui a été opéré là. La police a en effet pointé dans la presse, quelques jours après la manifestation du 19 mai, la présence de « militants de l’ultragauche » dans ses rangs, et déclaré craindre leur violence ainsi que celle de « groupuscules radicaux extérieurs » – sans pouvoir bien sûr apporter la moindre preuve de ses dires, notamment concernant la violence... et pour cause : Poitiers n’en a connu aucune lors du mouvement contre la loi travail. De plus, l’appartenance de deux d’entre nous à l’union syndicale Solidaires 86 montre que les pouvoirs publics veulent faire un exemple en s’attaquant à des mi- litants syndicalistes très actifs dans les luttes actuelles et passées.
C’est pourquoi nous avons déclaré à l’officier de police judiciaire et à la presse : « Que nous nous rendions ou non à la convocation au commissariat de Poitiers le 28 juin, nous ne répondrons à aucune des questions posées par la police et resterons déterminés, unis et mobilisés contre cette loi ! » Un rassemblement de 150 personnes – soulignant qu’elles aussi elles y étaient, sur les voies le 19 mai – a eu lieu le 28 juin devant le commissariat en soutien aux onze convoqués, dont les trois d’entre nous qui se sont présentés à la convocation. Mais l’« affaire » n’en est pas restée là : les huit autres personnes ont de nouveau été convoquées au cours des mois suivants, à tour de rôle interpellées à leur domicile ou à leur travail puis placées en garde à vue. Et maintenant, alors que la loi travail 2 de Macron va accélérer cette politique ultralibérale, il y a ce procès qu’un huissier est venu nous signifier, à neuf d’entre nous à ce jour, pour le 17 novembre au tribunal correctionnel de Poitiers, sous les inculpations d’avoir « pénétré, circulé, ou stationné, sans autorisation, dans les parties de la gare SNCF non affectées à la circulation publique » et d’avoir « refusé de se soumettre aux opérations de relevés signalétiques, notamment de prise d’empreintes digitales et photographies nécessaires à l’alimentation et à la consultation des fichiers de police ».
Nous sommes opposé-e-s aujourd’hui à la loi travail 2 et à l’Etat d’urgence permanent comme nous nous sommes opposé-e-s hier à la loi travail et à l’Etat d’urgence.
Nous nous insurgeons contre la « sélection » opérée par la police pour exercer une vengeance contre certains milieux anticapitalistes et/ou libertaires poitevins en continuant de les harceler par des convocations au commissariat et des gardes à vue, jusqu’à ce grotesque procès.
Plus largement, nous ne sommes pas dupes de la manœuvre des gouvernants, qui cherchent toujours à distinguer partout, en France comme ailleurs, les bons et les mauvais manifestants et manifestantes, et nous luttons contre toute pénalisation des mouvements sociaux, toute tentative d’intimidation faite à l’encontre de personnes mobilisées contre la politique antisociale du gouvernement, et le fichage généralisé qu’il recherche.

HALTE À LA CRIMINALISATION DES MOUVEMENTS SOCIAUX ET À LA RÉPRESSION À POITIERS COMME AILLEURS !

Nous vous invitons à une première réunion pour constituer un COMITÉ DE SOUTIEN sur la base de ce texte,
lundi 4 septembre à 18 h 30,
à la Maison de la solidarité (22 rue du Pigeon-Blanc) à Poitiers.

Pour tout contact : soutien-poursuivies-poitiers chez protonmail.com


http://www.oclibertaire.lautre.net/spip.php?article1984
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20048
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

PrécédenteSuivante

Retourner vers Répression-anti-répression, résistance et soutien

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités