la justice fait payer le mouvement social en silence (?)...

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 08 Mai 2017, 19:25

Nîmes jeudi 11 mai 2017

Rassemblement de soutien-procès loi Travail
Nîmes - Jeudi 11 mai - 8h
Devant le tribunal (Boulevard des Arènes)
Départ d'Alès en co-voiturage, à la Bourse du travail, à 6h45

Du 9 mars au 15 septembre 2016, des manifestations et autres actions déterminées sont menées contre la loi travail. Dès le début du mouvement social, l'Etat use de la violence pour casser les blocages et disperser les manifestations. La détermination de l'Etat à ne pas laisser le mouvement se développer est particulièrement forte dès les premières actions. Les blessés et interpellés sont nombreux, rien d'étonnant au vu des moyens dont disposent les flics (matraques, flashballs, gaz, grenades, etc...). Au niveau national, ce sont des milliers de personnes arrêtées, dont certaines écopent de peines de prison ferme ou avec sursis, d'autres se voient soumises à des "peines alternatives" (Travail d'Intéret Général, assignation à résidence, interdiction de manif ou
de séjour...).
Rien que sur Alès, 4 personnes sont interpellées le 23 avril suite à un collage d'affiches. Lors de la manifestation du 17 mai, une action de blocage de la sous-préfecture a été réalisée par plusieurs centaines de personnes dont deux sont arrêtées quelques jours plus tard. L'un d'eux est un collégien, convoqué pour jet de projectile. La deuxième personne, accusée d'avoir cadenassé le portail lors du blocage, est condamnée à 280 heures de TIG. Durant la manifestation du 19 mai, deux personnes ont le bras cassé dans une tentative d'interpellation de la BAC et de la police nationale. Le 26 juin, ne trouvant pas d'autre prétexte, les flics embarquent un manifestant pour un jet de pétard, il sera condamné à 3 mois de sursis, 250 € de dommages et intérêts et 350 € de frais de justice.
Au niveau national, le 15 septembre, dernière journée de mobilisation contre la loi travail, est particulièrement encadré par la flicaille, l'Etat voulant mettre un terme au mouvement social et surtout empêcher sa reprise. Ce jour-là, à la fin de la manif à Alès, une partie du cortège se dirige vers le lycée JBD pour aller soutenir les lycéens qui veulent tenter de bloquer leur bahut. Comme tout au long de la manif, les flics nombreux devancent les manifestants. Gazeuses et flashballs en mains, les keufs démontent violemment la barricade qui tente de s'ériger. Dans la cohue, un pavé est lancé face à ces provocations. Pour les flics, il fallait un coupable. Une casquette trouvée dans un sac crée la preuve idéale. Malgré les multiples caméras utilisées par les flics ce jour-là, le moment où le pavé est jeté disparaît miraculeusement des bandes. Le parquet décide de poursuivre le camarade à la casquette.

Le 11 mai 2017, ce compagnon passe en procès en appel. Accusé de jet de projectile sur les "forces de l'ordre", il est relaxé en première instance mais dans la foulée, le parquet fait appel de cette décision, comme on pouvait s'y attendre. Après l'avoir soutenu lors de son premier procès, nous entendons bien confirmer notre solidarité devant le tribunal de Nîmes, le jeudi 11 mai.
L'utilisation de cette violence "légale" a pour objectif de faire peur, de briser toute résistance à notre exploitation et de miner nos capacités d'offensive. Il nous importe d'affirmer notre solidarité aux personnes touchées par la répression sans tomber dans le piège de l'innocence et de la culpabilité. N'oublions pas que la police nous contrôle et nous humilie tous les jours, que la justice a pour but le maintien de notre exploitation. La répression est indispensable aux bourgeois et à nos gouvernants pour le maintien de leurs intérêts. Nous subissons tous les jours l'exploitation et la domination, la répression ne s'arrête pas en fin de manifestation, elle se poursuit au quotidien. Des mobilisations ont eu lieu, notamment suite à l'agression de Théo à Aulnay, la mort de Rémi au Testet, celle d'Adama dans le Val-d'Oise ou celles de Zyed et Bouna à Clichy-sous-bois. À nous de les développer face aux violences et à la répression policière. Il est important de se défendre collectivement, d'affirmer notre solidarité, de ne pas laisser de personnes isolées face à la police et à la justice.
Une attaque contre l'un d'entre nous, c'est une attaque contre tous !
Liberté pour tous !

Carapace (Collectif Anti-Répression, Anti-Prison à Alès, Cévennes et Environs) est un collectif d'auto-défense, ouvert à tous et toutes, pour résister à la police, la justice et l'enfermement. Il a pour objectif de développer la solidarité et des outils de lutte afin de briser l'isolement et de construire des rapports de force face à la répression.
Pour nous contacter, rencontrer…: carapace30@riseup.net

https://gard.demosphere.eu/rv/4007
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 19817
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 10 Mai 2017, 02:49

Guingamp. Procès loi Travail : 170 manifestants, samedi [VIDEO]

Samedi, quelques jours avant le procès à Guingamp, 170 manifestants se sont retrouvés pour apporter leur soutien aux quatre prévenus du procès loi Travail.

En effet, ils sont poursuivis pour « entrave la mise en marche ou la circulation d’un train », entre le 19 mai et le 24 juin 2016, à la gare de Plouaret.

Vendredi matin, les trois hommes issus de la gauche indépendantiste et un militant actif de Nuit debout Lannion seront jugés à Guingamp. Parmi les manifestants, la CNT, FSU, le PCF, Front de Gauche, NPA, la Gauche indépendantiste bretonne, France Insoumise, Sud, Solidaires, Nuit debout…

Mais également l’union locale CGT de Guingamp qui « demande à la Chancellerie de fournir un interprète » aux prévenus qui ont l’intention de se défendre en breton.

... http://www.ouest-france.fr/bretagne/gui ... eo-4975207
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 19817
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 11 Mai 2017, 20:49

La répression du mouvement contre la loi Travail continue ! Soutien à Elli, Victor et Yoann !

Trois militants ayant participé au mouvement contre la loi Travail subissent eux aussi la répression judiciaire suite à leur engagement du printemps dernier. Convoqués par la police, ils ont refusé le fichage ADN et pour cela la justice s’acharne et les poursuit.

Pour lutter contre ces politiques répressives devenues monnaie courante, nous appelons à un rassemblement de soutien le jour de leur audience : mardi 23 mai à 13h devant le Tribunal de Grande Instance de Saint-Étienne.

Dans ce contexte, suite aux attaques annoncées de la présidence Macron, l'unité et la solidarité du mouvement social doivent être notre priorité ! Une caisse de solidarité est gérée depuis plus d'un an dont les comptes sont communiqués en toute transparence sur internet. Déjà de nombreuses dépenses ont été engagées, il faut continuer de l'alimenter !

Face à l’(in)justice de classe, face aux capitalistes : unité, riposte sociale et populaire !

Les organisations politiques, syndicales et des individu-e-s contre la loi Travail !

Premiers signataires :
CTPEP-CGT, UL CGT Saint-Étienne, JC, Comité Antifasciste Saint-Étienne,


Pétition : https://www.change.org/p/cgt-precaires- ... u/20235578

https://www.facebook.com/events/205921579920365/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 19817
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 14 Mai 2017, 13:41

Bretagne : Les 4 inculpés de Plouaret relaxés

Les quatre inculpés de Plouaret (voir notre article précédent https://secoursrouge.org/Bretagne-Une-c ... inculpes-a) ont été relaxés. Ils étaient accusés d’avoir bloqué un train dans le cadre du mouvement contre la Loi Travail. Une soixantaine de manifestants étaient présents en solidarité lors de l’audience ce matin.

https://secoursrouge.org/Bretagne-Les-4 ... et-relaxes
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 19817
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede Pïérô » 15 Mai 2017, 01:01

[VIDEO] Blocage de la gare de Plouaret : les prévenus relaxés
http://www.ouest-france.fr/bretagne/gui ... um=twitter
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 19512
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 17 Mai 2017, 22:07

Liste non exhaustive de procès, condamnations, poursuites, discriminations et sanctions sur les 14 derniers mois à l'encontre de 2759 militants, manifestants, grévistes et syndicalistes

https://www.facebook.com/luttesinvisibl ... 99681985:0
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 19817
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 19 Mai 2017, 21:39

Justice de merde, quand même !

La cour d’appel de Nîmes a donc prononcé ma relaxe (causes de mon procès https://lepressoir-info.org/spip.php?article856) [jeudi 11 mai] après une audience où le pitoyable dossier des flics s’est joyeusement effondré de lui-même.


Suis-je heureux de ce jugement ? Franchement non. Je suis tout juste soulagé.

Déjà, j’ai une pensée pour mon compagnon jugé en même temps que moi le 30 septembre dernier (pour jet de pétard à méche sur une policière lors d’une manif à Alès) et qui a pris 3 mois de prison avec sursis à partir d’un dossier policier et judiciaire tout aussi vide et grossier que le mien.

Cette relaxe ne peut pas nous faire oublier la réalité de la « justice » en France.

Justice de classe et d’enfermement. Justice qui prononce les expulsions de migrants (au Soudan par exemple en ce moment à Marseille).

Justice qui envoie au trou pour des années lors des comparutions immédiates.

Cette cour d’appel de Nîmes est réputée nationalement pour sa sévérité. Elle prononce à longueur d’années de lourdes peines de prison.

Je ne parlerais pas ici de la police qui s’est ridiculisée toute seule en public. Jouissif... L’avocate générale a elle-même demandé la relaxe !

Soulagé donc. Restent les 24h de garde-à-vue, les 2 procès, les heures passées pour préparer ce cirque... Reste aussi qu’il restera trace de cette procédure dans le fichier STIC que les policiers consultent à tout bout de champ. Je ne sais pas s’il fait bon par les temps qui courent d’avoir été relaxé lors d’un procès pour violences sur AFP où la parole de deux policiers a été désavouée.

Reste aussi la camaraderie. Merci à toutes et tous, au collectif CARAPACE...

Voilà, c’est la fin de cette histoire. Mais ce n’est pas la fin de la lutte.

Aurélien

https://lepressoir-info.org/spip.php?article878
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 19817
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 20 Mai 2017, 13:07

Paris samedi 20 mai 2017

Rassemblement de solidarité face à la répression

à 18h30, Place des Fêtes

Le 18 mai 2016, pendant une manifestation sauvage en réponse au rassemblement « contre la haine anti-flics » place de la République, l'embrasement d'une voiture de police a déclenché beaucoup de joie chez bon nombre de celles et ceux qui ont lutté contre la loi Travail : la joie de voir partir en fumée les outils de ceux qui harcèlent, humilient et tabassent quotidiennement les exploités, les rebelles et les marginales dans la rue, la joie de sentir que - pour quelques instants - les rapports de force se renversent.

Un an après l'embrasement de la voiture quai de Valmy, neuf personnes sont mises en cause par la Justice dans cette affaire, parmi lesquelles trois sont toujours incarcérées. Nous refusons cette logique d'une Justice qui tente de briser les liens de solidarité et de complicité en isolant les individus et en les enfermant, en somme une Justice qui veut instaurer la peur pour défendre ce monde basé sur l'exploitation et la domination.

Pour manifester notre solidarité avec les actes de révolte qui s'expriment contre ce monde de flics, de fric et de barbelés, retrouvons-nous pour un rassemblement joyeux à Place des Fêtes. Tout le monde est invité à apporter ses peintures, ses banderoles, ses tracts, ses affiches, ...

Liberté pour les inculpé-e-s de la voiture de flics brûlée le 18 mai 2016 !
Liberté pour tous et toutes !
Vive la révolte !

Image

http://paris-luttes.info/rassemblement- ... ace-a-8125
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 19817
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede Pïérô » 21 Mai 2017, 11:46

9 mois de prison ferme pour une manif : compte-rendu du procès

Dans le box S. 29 ans, crane rasé, teint mat, il s’est fait arrêter le 23 avril du côté de St-Sernin dans la foulée de la manif’ contre la mascarade électorale. Il est accusé d’avoir cassé les vitrines de l’agence immobilière Falguière (28 rue du Taur) représentée par un avocat ce jour là. Chef d’inculpation : dégradation aggravée, les circonstances aggravantes seraient le fait de l’avoir fait en réunion tout en se dissimulant le visage.

... https://iaata.info/Compte-rendu-forceme ... -2069.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 19512
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 25 Mai 2017, 15:29

[Paris] Retour sur le rassemblement de solidarité face à la répression

Samedi 20 mai, plus de 150 personnes se sont rassemblées sur la place des fêtes pour la liberté des inculpé-e-s de la voiture de flics brûlée quai de Valmy le 18 mai 2016

Une table avec de nombreux textes et brochures était posée sur la place. Un collage géant, "notre passion pour la liberté est plus forte que toute autorité" orne l'un des murs de la place, des banderoles "solidarité avec les prisonnier-e-s", "piller des supermarchés, attaquer les keufs, ça nous parle ! enfermer des gens c'est de la torture, liberté pour tout-e-s", ainsi qu'une annonçant le rassemblement sont accrochées en plus des collages ayant eu lieu toute la semaine autour de la place. Plusieurs prises de parole ont lieu, à propos de l'affaire elle-même, sur les flics, l'enfermement et la justice, autour des différentes affaires policières et judiciaires ayant eu lieu ces derniers temps, autour du mouvement contre la loi travail et de l'évolution des lois en faveur de la police, contre la prison et pour faire écho aux nombreuses actions directes ayant eu lieu ces derniers temps.

Sous l'œil de quelques flics en civil (des camions de CRS ont également été remarqués ici et là dans les environs) et des larbins de la RATP sûreté, un léger accrochage a eu lieu avec un journa-flics (ou un flic se faisant passer pour un journaleux, ou un citoyen-flic-journaleux) qui refusait d'effacer des photos volées.

Le soleil, la détermination, et l'écho rencontré (certes relatif) dans le quartier ont permis de visibiliser notre solidarité vis-a-vis de celleux prisonnier-e-s de l'état, d'exiger la libération des trois derniers inculpé-e-s incarceré-e-s dans cette affaire, et d'exprimer notre rejet de la police et du monde qu'elle protège.

Un an déjà, notre solidarité est plus forte que toutes cages !
A très bientôt dans la rue.

Des présent-e-s


https://nantes.indymedia.org/articles/37797
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 19817
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05


Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 28 Mai 2017, 16:10

Pétition

Soutien aux douze jeunes de Marseille !

Le jeudi 28 avril 2016, des dizaines de milliers de personnes battaient le pavé partout en France, pour la quatrième journée de mobilisation nationale contre la Loi El-Khomri. Il y eut ce jour-là, à Marseille, 57 interpellations dont la presse nationale s’est faite l’écho. Parmi eux, nous sommes douze jeunes manifestants pacifiques, pour la plupart étudiants, à avoir été interpellés sur le parking de la SNCF. Après avoir été entendus sur place, nous avons été embarqués en fourgon cellulaire au commissariat central, et placé en garde-à-vue. Assignés à comparaître le 3 février dernier, nous subissons à nouveau la violence d’un jugement inique et ahurissant : 12000 € de dommages et intérêts, pour atteinte à l'image de la SNCF, à payer solidairement, 300 € chacun pour les frais d’avocat de la SNCF, 5000 € d’amende chacun, assortie d’un sursis simple et inscription au B2 du casier judiciaire. L’affaire est en appel.

Les faits (racontés par Pierre, l'un des douze inculpés). C'était le début de l'après-midi et le cortège de manifestant descendait une rue. La foule soudain s'est mise à courir. J'en comprenais l'origine en voyant les nuages de gaz lacrymogènes s'élever dans le ciel derrière moi, et me mettais à courir à mon tour. Dévalant la rue, tout le monde s'est mis soudain à tourner à gauche, comme pour se mettre à l'abri. Une situation confuse qui s'est bientôt éclaircie lorsque je me suis aperçu être entré dans l'enceinte de la gare Saint-Charles. Quelques centaines de manifestants et des CRS en nombre sur un terrain vague qui m'était inconnu, une situation imprévisible que je cherchais à fuir sans plus attendre. Un cheminot a ouvert un portail qui donnait sur le parking des employés de la SNCF, me permettant ainsi, comme à une dizaine d'autres jeunes, de quitter les lieux. Alors que je pensais en avoir fini avec les événements de la journée, j'ai aperçu à cinquante mètres devant moi un groupe de policiers qui s'approchait. Mais que pouvais-je craindre ? Avais-je seulement quelque-chose à me reprocher ? Après tout, le droit de manifester étant inscrit dans notre Constitution et me trouvant sur ces lieux contre ma volonté, je n'avais rien à redouter. Déambuler dans les rues contre un projet de loi qui touche à notre avenir, est un droit élémentaire. De bonne grâce, j'allais me prêter à un contrôle d’identité, tout comme les onze autres jeunes qui se trouvaient là. Il en est allé tout autrement : garde à vue de plusieurs heures, interrogatoires en règle et annonce de poursuites judiciaires. Que reproche-t-on au juste à ces douze interpellés du parking ? Entrave à la circulation des trains.

Une longue procédure pour un jugement incompréhensible. Un même dossier et un seul chef d'inculpation pour douze jeunes qui ne se connaissaient pas, mais qui ont bien dû apprendre à se connaître au fil d'une procédure assommante et émaillée d'irrégularités. Le matin du procès, le vendredi 3 février 2017, nous étions plutôt confiants, rassurés par la jurisprudence des semaines précédentes où des cas très similaires au nôtre s'étaient conclus par des relaxes, des stages de citoyenneté, au pire de petites amendes. À chaque étape, nous nous sommes montrés de bonne foi, croyant peut-être naïvement qu'il n'y avait dans cette affaire qu'un mal-entendu. Car nous nions avoir entravé quoi que ce soit, en dépit des allégations de la SNCF qui s'est portée partie civile. Nous n'avons été que de passage, cherchant à quitter ce que l'on nous reproche d'avoir voulu entraver, à savoir les voies d'une gare déjà bloquée, d'abord par la grève des cheminots, ensuite par une foule de manifestants et presque autant de CRS. Mais voilà, ce vendredi 3 février, la sentence est tombée. Lourde et infondée.

Nous avons tous entendu parler de la dureté de la répression policière du printemps dernier, et dans son dernier rapport, Amnesty International pointe en particulier l '« usage à plusieurs reprises d'une force excessive contre des protestataires, notamment en les chargeant violemment et en utilisant des grenades lacrymogènes ». Aujourd'hui, presque un an après les événements, la répression se poursuit sous la forme d'un acharnement judiciaire irrationnel.

Pourquoi la SNCF, entreprise publique, s'entête-t-elle à vouloir poursuivre douze jeunes sans ressource, au prétexte fallacieux qu'ils auraient attenté à son image ? Pourquoi là-dessus, la Justice s'obstine à son tour et impose des peines disproportionnées ? Tout laisse penser que le pouvoir en place cherche ainsi à criminaliser les luttes qui visent à préserver les libertés fondamentales et les intérêts du peuple. Il faudrait donc dissuader la jeunesse d’exprimer ses aspirations, de l’intimider par des mesures répressives arbitraires, lui faire accepter de force l’asservissement par une loi rétrograde. L’usage du 49-3, contre l’opinion majoritaire, en est la traduction la plus évidente.

Le 28 avril 2016, nous avons manifesté, comme des centaines de milliers d’autres en France, pour faire entendre la conscience d’un peuple libre, nos rêves d’une société plus juste et fraternelle, contre l'affaissement général d'un monde qui semble avoir perdu la boussole. Un an plus tard, nombre d’entre nous risquent de voir s’effondrer leurs perspectives d’avenir avec ce jugement et l'inscription au casier judiciaire qui l'accompagne. Quelques vies brisées passeraient-elles simplement par pertes et profits d’un système décadent ? Nous avons décidé de faire appel car aux conséquences matérielles que la peine inflige à nos vies étudiantes et professionnelles, s'ajoute le poids symbolique d'une injustice insupportable.

Nous appelons solennellement les pouvoirs publics et la justice à faire preuve de mesure et de raison. Nous réclamons par ailleurs que la SNCF retire sa plainte. Quant au jugement en appel, il ne saurait se conclure que par la relaxe pure et simple.


https://www.change.org/p/soutien-aux-do ... tification
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 19817
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede Pïérô » 29 Mai 2017, 12:07

Un camarade envoyé au tribunal pour un jet d’eau sur Myriam El Khomri

Ce matin un camarade a été arrêté pour avoir jeté un verre d’eau sur Myriam El Khomri en campagne pour les législatives dans le 18e arrondissement. Il est actuellement en garde-à-vue et poursuivi pour "violence avec arme par destination" ! Un rassemblement a eu lieu à 18h devant le commissariat de la Goutte d’Or.

... http://paris-luttes.info/un-camarade-en ... bunal-8223
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 19512
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede Pïérô » 01 Juin 2017, 18:06

Pétition

Relaxe & Amnistie des Militant(e)s et syndicalistes, pour l'Immunité Sociale & Syndicale

Nous salarié(e)s du privé comme du public, privé(e)s d’emploi, retraité(e)s, sans papiers, lycéen(ne)s, étudiant(e)s…

Nous citoyen(ne)s, militant(e)s, syndicalistes discriminé(e)s et réprimé(e)s durant la lutte contre la loi travail ;

Nous victimes de discriminations et de répressions syndicales et politiques au quotidien ;

Attaché(e)s à toutes celles et ceux qui luttent chaque jour pour défendre nos intérêts dans le monde du travail, conscient(e)s que les organisations syndicales, militantes et associatives sont nos derniers outils de défenses et de revendications face au libéralisme ;

Exigeons :
La Relaxe des militant(e)s, syndicalistes et citoyen(e)s trainé(e)s devant les tribunaux pour avoir défendu les intérêts des Travailleurs;

L’Amnistie des militant(e)s et syndicalistes dans le cadre de leurs activités syndicales et notamment les victimes de sanctions arbitraires au sein de leur entreprise et services publics et la réintégration des militant(e)s licencié(e)s pour fait syndical ;

Une loi d’Immunité Sociale et Syndicale

IMMUNITÉ SOCIALE Protégeant les militant(e)s syndicalistes, associatif(ve)s, et citoyen(ne)s (anti-racistes, anti-homophobes, anti-sexistes, écologistes…) :

- Qui veillent au quotidien aux intérêts des travailleurs ;
- Qui s’engagent et agissent pour la défense et le développement des valeurs d’Humanité, de Liberté, de Fraternité et de Paix;
IMMUNITÉ SYNDICALE
- Qui protège les syndicalistes dans le cadre de leur mandat et les moyens accordés pour les exercer ;
- Qui sacralise nos Bourses du Travail et les moyens de les faire fonctionner…

Premiers signataires: CGT HÔPITAL WATTRELOS, CGT ET SMICT CGT CHRU LILLE, CGT HÔPITAL ROUBAIX, CGT HÔPITAL DENAIN, CGT HÔPITAL DOUAI, INFO’COM CGT, CGT SDIS 59, CGT GOODYEAR, IMAGES CONTEMPORAINES, association Galeano, SUD POSTE 92, UL CNT LILLE, UL CGT LILLE, UL CGT ROUBAIX, TOURCOING, USD CGT SANTÉ - ACTION SOCIALE NORD, UD CGT DU NORD…


https://www.change.org/p/emmanuel-macro ... responsive
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 19512
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: la justice fait payer le mouvement social en silence (?)

Messagede bipbip » 03 Juin 2017, 17:20

Sept interpellations dans l’affaire du motard qui avait braqué les manifestant·e·s le 27 avril

Lors d’une manifestation "Ni Le Pen, ni Macron", le 27 avril, à Rennes, un motard de la police, pris à partie par des manifestant·e·s, avait sorti son arme de service au niveau du pont Féval. Il avait alors visé un des manifestants.

Ce fonctionnaire et un autre motard, présent lors de l’évènement, avaient porté plainte le lendemain pour violence sur personne dépositaire de l’autorité publique. L’enquête a été confiée à la surêté départementale.

Ce mardi 30 mai, sept personnes ont été interpellées à Rennes et placées en garde à vue au commissariat dans le cadre de cette enquête.

Dernière minute (31 mai) : Cinq camarades sont passés en comparution immédiate cet après-midi et ont été placés en préventive en attendant leur procès le 21 juin. Ils avaient tous demandé un délai pour préparer leur défense, avaient tous des garanties de représentation et ont tous été envoyés en prison lors d’une audience d’une rapidité sidérante. Ils ont été, en plus, divisés dans des centres pénitentiaires différents !

Une sixième personne a été présentée à un juge pour enfants et la septième libérée mardi dans la soirée.

https://expansive.info/Sept-interpellat ... estant-482
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 19817
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Répression-anti-répression, résistance et soutien

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité