Forums de l’écologie sociale et radicale

Nucléaire, OGM, projets inutiles, ZADs ...

Forums de l’écologie sociale et radicale

Messagede Pïérô » 17 Jan 2014, 01:17

Appel pour un Forum de l’écologie radicale
C'est une initiative intéressante, dont l'appel semblait être de l'ordre de l'information interne dans un premier temps, mais qui est paru sur Paris luttes infos

Appel pour un Forum de l’écologie radicale

Cet appel vise à constituer un comité d’organisation pour préparer un forum de l’écologie radicale (ou sociale, ou anticapitaliste, nom à déterminer), qui pourrait se tenir sur 2 ou 3 jours en Ile de France au Printemps 2014. Nous invitons toutes les personnes, syndicalistes, organisations, associations, revues, journaux etc. souhaitant s’y associer, à la première réunion de ce comité le lundi 16 décembre à 19h30 au CICP (21 Ter Rue Voltaire,Paris)

La crise écologique globale, liée aux activité humaine, se précise et s’aggrave. Le dernier rapport du GIEC (Groupe international d’experts sur l’évolution du climat) ne laisse aucun doute sur le basculement climatique imminent qui va toucher les pays du Sud comme du Nord. Les grandes déclarations d’intention des politiciens et un petit coup de pinceau vert sur le capitalisme ne changent pas une crise systémique de cette ampleur. Le capitalisme porte en lui le productivisme, la surexploitation de la nature et le recours aux énergies nuisibles (nucléaire, hydrocarbures). Il menace la vie même sur cette planète. Tout cela en exploitant et aliénant toujours plus les hommes et les femmes (précarisation, mise en concurrence, consumérisme, impérialisme). Et ils voudraient appeler ça progrès !

Alors que l’écologie est confondue avec le « verdissement » du capitalisme, trahie par certains partis « écologistes » et des ONG qui cogèrent ce système, il nous semble primordial de remettre en avant une écologie radicale. Une écologie qui analyse les problèmes et traite à la racine leurs causes profondes : sociales, politiques et culturelles. Qui propose une transformation en profondeur de la société pour nous sortir des crises économiques et sociales à répétition et de la crise écologique, puisqu’elles ont les mêmes origines. Une écologie anticapitaliste, antiproductiviste, antinucléaire, autogestionnaire et féministe.

De nombreuses luttes et expériences alternatives préfigurent une nouvelle société. D’un côté des résistances emblématiques s’opposent à l’agressivité du capitalisme : grands projets inutiles imposés, nucléaires, OGM... D’un autre côté des communautés s’organisent pour s’émanciper de la dépendance au système économique, en recherchant l’autonomie alimentaire (des semences à la nourriture), l’autonomie énergétique, la transition écologique et d’autres modes de production. On retrouve dans tous ces mouvements écologistes et sociaux les mêmes réponses politiques aux maux du productivisme : refus de la course au profit, à la croissance, refus de l’industrialisme, autonomie vis-à-vis des États et des multinationales, autogestion.

L’écologie politique, que l’on dit dans l’impasse, existe donc pourtant, incarnée dans tous ces mouvements qui vont plus loin que les seules modifications des politiques publiques. C’est essentiellement dans ces mouvements que naissent des propositions et des alternatives. Mais une transformation écologique et sociale radicale ne se fera pas sans un rapport de force puissant. Il faut gagner de plus en plus de personnes à ce combat collectif.

C’est dans cette optique que ce forum de l’écologie radicale souhaite s’adresser à celles et ceux qui se réclament aujourd’hui d’une écologie autre qu’institutionnelle.
Quelles actions et organisations collectives pour faire avancer les idées et les pratiques ? Quelle reconversion des systèmes industriels, agricoles, énergétiques ? Quel syndicalisme ? Comment sortir des nucléaires civil et militaire ? Quelles différences et convergences entre ces mouvements et avec d’autres mouvements sociaux (antifasciste, féministe, etc.) ? En un mot, comment sortir par le haut de la crise écologique ? Autant de questions que pourrait poser ce forum.


Premiers signataires :
Fanny G (commission écologie d'Alternative Libertaire), Jocelyn M (commission écologie d'Alternative Libertaire), Christian Sunt (Mouvement des Objecteurs de Croissance), Jean-luc Pasquinet (Mouvement des Objecteurs de Croissance), Frédéric B (Mouvement des Objecteurs de Croissance et commission écologie du
NPA), Christine Poupin (NPA), Catherine S (commission écologie du NPA), Roland Mérieux (commission écologie des Alternatifs).

http://paris-luttes.info/appel-pour-un- ... l-ecologie

à suivre...
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Appel pour un Forum de l’écologie radicale

Messagede digger » 17 Jan 2014, 09:40

Voilà en quelques mots pourquoi je pense que le terme "écologie" ne doit pas être accolé à un adjectif. Non pas parce que l’écologie n’est pas "politique" (qu’est-ce qui ne l’est pas?) , mais parce qu’elle recouvre obligatoirement des visions et des moyens qui ne peuvent se combiner, dans un rapport de force nécessaire, que dans la diversité. Vouloir mettre un adjectif, c’est se condamner à s’isoler et renoncer à un mouvement à partir de la base.
L’immense majorité des "écologistes" au quotidien, celles et ceux qui essaient de mettre en place, de l’échelle individuelle à celle collective, associative, des alternatives de production alimentaire ou énergétique, de distribution, etc... se retrouve sur la pratique et non sur une idéologie. C’est la pratique qui détermine le travail collaboratif. Ou, à quelque échelle que ce soit, l’opposition de terrain à tout projet considéré comme portant atteinte à l’environnement.
C’est pourquoi l’écologie politique a failli.

La vraie question que pose cet appel, c’est "Quelles actions et organisations collectives pour faire avancer les idées et les pratiques ? "

D’abord recenser et faire connaître les expériences de terrains, dans tous les domaines, (pratiques et organisations existantes , que ce soit locales, ou en réseau) Recenser les difficultés rencontrées et les moyens d’y remédier, par l’échange, la mutualisation, etc...
Travailler sur la technicité.et la diffuser. Se passer des poisons Monsanto, respecter la biodiversité, ne s’invente pas. Mais nous savons que la diffusion sur de grandes échelles pose des problèmes, plus grands que la technicité en elle-même. En gros, nous savons faire mais nous ne pouvons pas le faire savoir) Etc...
De la capacité à organiser et à développer les pratiques, de la rencontre, de l’échange et du travail de terrain en commun, se poseront au fur et à mesure, les questions plus larges et le "politique" emergeront naturellement à un moment donné. C’est une question d’échelle.

Quelles actions et organisations collectives pour faire avancer les idées et les pratiques ? La société de demain dépend de la réponse à cette question et de la manière dont elle est abordée. Pas d’un adjectif ou d’un nom.
digger
 
Messages: 1970
Enregistré le: 03 Juil 2011, 07:02

Re: Appel pour un Forum de l’écologie radicale

Messagede Pïérô » 18 Jan 2014, 16:15

Je pense que le terme est tellement usité dans différents sens qu’il en devient aujourd’hui complètement vidé. Il a perdu tout son sens peu à peu, et c’est pourquoi sont apparus des adjectifs pour s’y retrouver. Aux vues de ce qu’ont réussi à faire celles et ceux qui s’en voulaient être les représentant-es sur le terrain électoral, on ne peut plus je pense parler d’écologie au sens large, sans en déterminer le sens, les contenus, la dynamique, les perspectives en terme de changement réel de système. Après “écologie sociale” qui subit peu à peu le même sort, je pense “qu’écologie radicale” peut être adapté. Et justement, est bien posé là l’enjeu dont je parle, et replacé dans une dynamique unitaire qui cherche à faire poids, contre-poids, et replacer ce domaine de lutte et de sens au cœur d’un des enjeux de société.

Je te rejoins ensuite sur la question des pratiques, car évidemment ne faire qu’un énième appel signé par quelques organisations et envoyé à la volée sans réelles perspectives ne servirait pas à grand chose. Je pense que ce type d’appel peut servir de point d’appui à la construction d’un réseau bien plus large, et qui peut prendre en compte, au delà de l’incantation, les expériences menées, les alternatives en actes, etc... Et je pense que l'appel en question justement se place dans la dimension à la fois du sens et de cette démarche.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Appel pour un Forum de l’écologie radicale

Messagede digger » 18 Jan 2014, 16:52

Le problème, c'est que à chaque fois que tu accoles un adjectif, tu obtiens effectivement une identité, mais en même temps tu te présentes de manière caricaturale. Et la grande majorité des gens aujourd'hui qui travaillent sur le terrain fuiront devant l'adjectif (radical, anti-capitaliste ou tout autre marquant une démarche politique)
La question est donc de savoir l'objectif poursuivi. Si l'on veut réfléchir et mettre en oeuvre quelque chose à grande échelle, l'aspect politique est dans le contenu, pas sur l'étiquette. Je connais des tas de gens qui agissent politiquement sans le savoir en mettant en place des jardins collectifs ou autres initiatives collaboratives. Tu leur parles de communisme et ils fuient.
Un autre exemple. J'ai longuement échangé avec quelqu'un sur le jardinage naturel (pas 'bio') et des mois après, elle m'a demandé comment j'étais venu à cette méthode (peu usitée à l'époque et pas encore beaucoup aujourd'hui). Et je lui ai répondu parce que je suis anarchiste. Elle est tombée de la chaise. Si je lui avais dit au début, je suis anarchiste donc le jardinage naturel m'intéresse, je doute de la faisabilité de l'échange.
digger
 
Messages: 1970
Enregistré le: 03 Juil 2011, 07:02

Re: Appel pour un Forum de l’écologie radicale

Messagede Pïérô » 25 Jan 2014, 14:41

Je partage évidemment tout cela, et si dans l'appel il me semble que cette dimension globale, dimension réseau apparait, elle apparait aussi dans l'article paru dans le mensuel d'AL qui pose en jalon et en dynamique la question du regroupement politique d'un courant écologiste anticapitaliste, pour préparer le sommet des Nations unies sur le climat de Paris de décembre 2015, tout en évoquant une dimension plus large qu'une construction politique à trois ou quatre.
En tout cas il faut continuer à défricher, et poser les enjeux tant sur le plan du sens et du message politique, que de la manière dont ça peut se concevoir et se construire justement en terme de contenus tenant compte des expériences et pratiques, et d'une mouvance éparpillée qui pourrait se fédérer d'avantage, et en pistes d'un réseau qui dépasserait largement une construction seulement d'organisations politiques.
Et si le sommet de décembre 2015 peut être un élément fédérateur en dynamique, il est clair que le réel enjeux est ailleurs.

Mouvements écologistes : Quelles mobilisations pour sauver la planète ?

L’impasse d’une écologie compatible avec le capitalisme favorise le développement de mouvements écologistes radicaux, autogestionnaires et anticapitalistes.

Cela fait maintenant près de cinquante ans que des courants de l’écologie politique, s’appuyant sur les travaux de biologistes ou de climatologues, nous préviennent des risques que fait porter le système capitaliste, comme tout système productiviste, sur la planète et donc aussi sur les conditions de vie de l’humanité. Mais ces discours ont été éclipsés par l’invention du « développement durable » dans les années 1980, censé concilier croissance capitaliste et prise en compte des contraintes écologiques. Vaine illusion, qui a malheureusement séduit une large partie du mouvement écolo qui s’est alors précipitée dans la logique du système : élections, ONG financées par les États ou les entreprises, lobbying, etc. Mais vingt ans d’efforts pour changer le système de l’intérieur n’ont abouti à rien, et la catastrophe écologique se poursuit.

Dynamisme des mouvements écolos

Face à cette situation, les pratiques, discours et luttes écolos se multiplient et se radicalisent depuis quelques années, loin de la collaboration gouvernementale naïve des partis verts. De nombreux camps Climat ont été organisés depuis celui de Drax en 2006 en Angleterre, des contre-sommets se tiennent en marge des rencontres internationales sur l’environnement (jusqu’à 100 000 personnes à Copenhague en 2009), les luttes contre les grands projets inutiles et imposés (GPII) s’organisent et se solidarisent, et les initiatives de base fleurissent : ateliers autogérés de réparation (électroménager, vélos, voitures), mouvements de retour à la terre, recherche de circuits courts, initiatives de transition, etc. Ces luttes et mouvements sont très divers, mais partagent en général quelques caractéristiques : organisation horizontale, refus des logiques partisanes, critique du syndicalisme productiviste qui oppose emploi et écologie (au profit des capitalistes), action directe. Cela les rapproches des valeurs premières, plutôt libertaires, développées par des André Gorz ou Murray Bookchin dans les années 1960 et 1970.

Ce dynamisme des mouvements écolos, qui contraste avec une certaine atonie des mouvements sociaux (retraites, ANI), souffre cependant encore d’un certain éclatement et de méfiance entre des tendances parfois très individualistes et des courants politiques plus organisés. Mais les tentatives de convergence des luttes, autour des GPII par exemple, ou la déclaration de clôture du Village des alternatives de Bayonne du 6 octobre dernier appelant à la multiplication de ces événements, ou encore le début d’un travail unitaire entre AL, les Alternatifs, le NPA et le Moc (mouvement des objecteurs de croissance) sur les questions écologiques, font espérer le renforcement progressif d’un courant écologiste anticapitaliste. Ce renforcement sera primordial pour préparer le sommet des Nations unies sur le climat de Paris de décembre 2015, et faire entendre plus fort que jamais à cette occasion le slogan « System change, not climate change ».

Jocelyn (AL Marseille)

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Appel pour un Forum de l’écologie radicale

Messagede Pïérô » 04 Juin 2014, 00:12

Forum de l’écologie radicale, le 8 juin à Montreuil

À l’initiative de militant-e-s de l’écologie radicale membres d’Alternative libertaire, des Amis de la Confédération paysanne, des Amis de la Terre, d’Ensemble, du NPA, du Mouvement des objecteurs de croissance, et des collectifs de lutte.

Les rencontres « Climat social » vont confronter les propositions de différents courants politiques qui se revendiquent de l’écologie radicale et qui appellent à une révolution économique, sociale et culturelle pour en finir avec le capitalisme.


« Évoquer l’écologie, c’est comme parler du suffrage universel et du repos du dimanche : dans un premier temps, tous les bourgeois et tous les partisans de l’ordre vous disent que vous voulez leur ruine, le triomphe de l’anarchie et de l’obscurantisme. Puis, dans un deuxième temps, quand la force des choses et la pression populaire deviennent irrésistibles, on vous accorde ce qu’on vous refusait hier et, fondamentalement, rien ne change. C’est pourquoi il faut d’emblée poser la question franchement : que voulons-nous ? Un capitalisme qui s’accommode des contraintes écologiques ou une révolution économique, sociale et culturelle qui abolit les contraintes du capitalisme et par là même, instaure un nouveau rapport des hommes à la collectivité, à leur environnement et à la nature ? Il vaut mieux tenter de définir, dès le départ, pour quoi on lutte et pas seulement contre quoi. »

André Gorz

Pour envisager en commun ce « pourquoi on lutte », les rencontres Climat social aborderons les visions et propositions de différents courants qui se revendiquent de l’écologie radicale et qui appellent, comme André Gorz en son temps, à une révolution économique, sociale et culturelle. Seule une telle révolution peut nous sortir de la crise écologique, sociale et économique actuelle, que le capitalisme a provoquée et qu’il ne pourra résoudre.

A l'espace "Comme Vous Émoi", 5 rue de la Révolution, Montreuil (métro Robespierre)


Image


PROGRAMME

1Oh-12h : Table ronde sur l’écologie radicale

Visions croisées entre décroissance, écosocialisme, écologie sociale et libertaire (avec la présence, sous réserve, de Jean-Pierre Tertrais, Vincent Gerber, Michel Lepesant).

14h-16h : Comment aborder la transition écologique dans le monde du travail et de la production ? quelle intervention des salarié-e-s ?

Désindustrialisation, reconversions, relocalisations, antiproductivisme. Avec : CGT-forêt, Confédération paysanne, Sud-chimie (Fralib), Sud-Énergie.

16h30-18h30 : Écologie : comment lutter, comment agir ?

Bilan de l’écologie « politique », stratégies de lutte d’une écologie radicale aujourd’hui (avec la participation des collectifs en lutte, contre l’extractivisme et les gaz de schiste, les grands projets inutiles et imposés, le nucléaire, etc.).

18h30 : Apéro


PDF : http://alternativelibertaire.org/IMG/pd ... ion7-1.pdf
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Appel pour un Forum de l’écologie radicale

Messagede Pïérô » 29 Sep 2014, 00:31

Rencontres unitaires : Réchauffement du climat écologiste

Le forum « Climat Social, rencontres de l’écologie radicale », a eu lieu à l’espace associatif Comme Vous émoi de Montreuil le 8 juin dernier. Organisé par des militants anticapitalistes et écologistes de divers collectifs et organisations, il a réuni, dans une ambiance conviviale et participative, environ 80 personnes pour cerner en quoi l’écologie est sociale

La première discussion du forum « Climat Social, rencontres de l’écologie radicale », tenu à Montreuil le 8 juin, a permis de croiser les différents courants et visions de l’écologie radicale, avec l’écologie sociale inspirée par Murray Bookchin, l’écologie libertaire telle que la conçoit Alternative libertaire, l’écosocialisme d’inspiration plus marxiste revendiqué par le NPA, et la décroissance défendue par le Mouvement des objecteurs de croissance. Ces courants se sont révélés très proches dans l’analyse des mécanismes sociaux du capitalisme et des ressorts de la crise écologique, dans la dénonciation de toute forme de productivisme et consumérisme, et dans la proposition d’une société décentralisée, orientant la production vers la satisfaction des besoins sociaux et non l’augmentation du profit, avec une organisation productive adaptée aux conditions locales, tant écologiques que sociales. Les quatre groupes diffèrent néanmoins la question de l’organisation politique concrète d’une telle société (rapport entre les différents niveaux de décision, formes et moyens d’une démocratie radicale). Enfin, si le vocabulaire employé est propre à chaque courant, il peut parfois désigner des concepts très proches.

La deuxième discussion, axée sur la production et le travail, est partie de la difficulté à concilier écologie et défense de l’emploi dans le système capitaliste.

Rapport producteur-consommateur

Le témoignage d’un syndicaliste de Sud-Chimie était édifiant sur les contradictions que vivent les salarié-e-s obligés de produire des produits toxiques pour la santé et la planète, avec des règles de sécurité insuffisantes pour limiter les coûts de production. La spécificité et l’importance du travail de la Confédération paysanne, qui développe une vision globale de la production et du rapport producteur-consommateur, ont été rappelées. Mais le temps a manqué pour approfondir la question du sens du travail, ou simplement de l’organisation concrète des structures productives dans une société non capitaliste.

Le dernier débat portait sur les différentes luttes actuelles, à ­Notre-Dame des Landes, contre les gaz de schiste, contre le nucléaire. Comment ces luttes, partant d’une dynamique locale et spécifique, débouchent sur une critique globale du système, et comment elles la portent politiquement, concrètement. Les perspectives de mobilisation (mouvements, rendez-vous) ont ensuite dominé les échanges entre collectifs et organisations. Il a été décidé de se retrouver à ­Notre-Dame-des-Landes (cette lutte si proche d’être gagnée) les 5 et 6 juillet sur un atelier autour de nos principales perspectives communes : l’opposition au traité transatlantique, et une mobilisation anticapitaliste et écologiste massive lors du sommet climat de Paris en décembre 2015. Des rencontres similaires à celles du 8 juin devraient se tenir en régions pour continuer les discussions et préparer cette mobilisation.

Jocelyn (AL Gard)

http://alternativelibertaire.org/?Renco ... hauffement
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Forum de l’écologie radicale

Messagede Pïérô » 29 Jan 2015, 13:48

FORUM DE L'ECOLOGIE RADICALE "CLIMAT SOCIAL"

Samedi 31 janvier à Nîmes

centre André Malraux, 2 Av de Lattre de Tassigny, NIMES

Le 31 Janvier 2015 de 9h30 à 19h aura lieu le forum de l'écologie radicale ''climat social'' sur l'énergie au centre André Malraux à Nîmes. La matinée sera consacrée à un débat avec différents courants de l'écologie radicale sur les réponses politiques et sociales possibles face à la crise énergétique et écologique qui se précise. L'après midi permettra d'approfondir les réflexions sur la problématique de l'énergie au travers d'ateliers thématiques et en présence de nombreux spécialistes du secteur.

Alors que les gouvernements du monde entier doivent signer un accord sur le climat en décembre 2015 à Paris, ce forum est une étape importante pour la sensibilisation et la mobilisation citoyenne autour des questions écologiques et du changement climatique en particulier.


Image


9h30 : Table ronde : ENERGIES ET SOCIETES

Regards croisés sur les courants de l'écologie radicale et leurs propositions et analyses sur le thème de l'énergie.

Intervenant-e-s : Didier Thevenieau (ecosocialisme), Jocelyn Michard (écologie sociale et libertaire), Christine Poilly (objectrice de croissance), Michel Buisson (agro-économiste), Frédéric Burnel (ecosocialisme)

12h30 : Repas froid sur place

13h30 : ATELIERS

COMMENT S'ORGANISER POUR CONSOMMER MOINS D'ENERGIE?

- Urbanisation et habitat, ( Ghislaine Soulet et Guillaume Faburelle)
- Transports des marchandises et des personnes, ( Henri Célié et Jean Monestier)
- Production de biens et services : agriculture, obsolescence programmée, déchets/recyclage (Henri Ferté)

QUELLES PRODUCTIONS POUR NOS BESOINS?

- Comment sortir des impasses... nucléaire, énergies carbonés, biomasse-énergie, marché carbone ( Pierre Péguin, Rémy Carrodano , Jacqueline Balvet, Marjorie Vanel)
- Les alternatives citoyennes : production, distribution
- Quelles décisions et institutions ? Du local à l'international, les enjeux de la COP21, ( Geneviève Blanc, Yannick Louche, Alain Dordé )

17h 30: restitution des ateliers , perspectives et clôture

« Climat social » est un réseau de militant-e-s de l'écologie radicale riche de sa (bio)diversité : écologie sociale, écologie libertaire, décroissance, écosocialisme... Engagé-e-s dans différents collectifs, mouvements, organisations politiques, nous partageons la volonté d'explorer et diffuser une écologie anticapitaliste, antiproductiviste et autogestionnaire.

plus d'infos : http://www.convergenceenergetique.org/

contact : climatsocialsudest@laposte.net
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Forum de l’écologie radicale

Messagede Pïérô » 15 Mar 2015, 04:37

jeudi 19 mars, Montreuil (93)
Forum de l’écologie radicale, à Montreuil le 19 mars

Comment produire autrement pour nourrir la planète ? Comment agir dans les grandes villes ? Comment organiser localement la contestation de la Cop 21 ? Pour stopper le réchauffement climatique, il faut changer ce système. La Cop 21 ne le fera pas, parce qu’on ne peut pas à la fois adhérer au capitalisme et vouloir sauver la planète.

Fin 2015, Paris accueillera la 21e Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (Cop 21). Comme à chaque fois, les États ne décideront rien pour stopper le réchauffement climatique, enchaînés qu’ils sont par les dogmes de l’économie de marché, du libre-échange et du productivisme.

La duplicité de l’Union européenne et des États-Unis est, en la matière, éclatante. Ils veulent aboutir, cette année, à un Accord ­commercial transatlantique (dit Tafta) qui va entraîner de nouvelles délocalisations, avec de graves conséquences sociales (hausse du ­chômage) et environnementales (multipli­cation des transports de marchandises sur d’immenses distances).

Ce sont les travailleuses et les travailleurs qui en paieront le prix. Ils le paient déjà, entre autres, sur le plan de l’alimentation.

Celle-ci est de plus en plus chère, et d’une qualité douteuse, malgré les normes encadrant l’industrie agro-alimentaire.

L’agriculture industrielle est une des facettes du capitalisme, et une des causes du réchauffement climatique. A l’échelle de la planète, elle est à l’origine de 11 à 15 % des gaz à effet de serre ; de 80 % de la déforestation ; de la pollution chimique des sols ; elle élimine des espèces animales et végétales au nom de la productivité, et déséquilibre ainsi l’écosystème ; elle fait du lobbying pour ­répandre ses produits transgéniques.

• Comment produire autrement pour nourrir la planète ?
• Comment agir dans les grandes villes ?
• Comment organiser localement la contestation de la Cop 21 ?

Le Forum de l’écologie radicale débattra des solutions alternatives

le jeudi 19 mars, à partir de 19 h
à l’espace Comme vous émoi, 5, rue de la Révolution, à Montreuil (métro Robespierre).


Interviendront : des membres de la Confédération paysanne, de la ferme des Bouillons (Seine-Maritime), de l’association Relocalisons et de collectifs de production locale.

Pour stopper le réchauffement climatique, il faut changer ce système

La Cop 21 ne le fera pas, parce qu’on ne peut pas à la fois adhérer au capitalisme et vouloir sauver la planète.

Pour tout contact : ✉forumecologieradicale@riseup.net

http://www.alternativelibertaire.org/?F ... radicale-a

Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

1ère Rencontre internationale Ecologie Sociale et Décroissan

Messagede digger » 04 Mar 2016, 18:23

Bonjour,

Des rencontres internationales autour de l'écologie sociale s'organisent à Lyon, pour le mois de mai (co-organisé avec les réseaux des objecteurs de croissance. L'information officielle commence à tourner officiellement et la chose à s'organiser concrètement.
L'idée, au travers des mots écologies sociales, est vraiment de rassembler pour réfléchir à une écologie de gauche, qui s'intéresse au politique en tant que vie en société, plutôt qu'à "la" politique. Parler de démocratie directe, de ce qu'il se passe au Kurdistan, d'autonomie et d'alternatives concrètes pour sortir (essayer du moins) du capitalisme.

Je ne veux pas me prononcer pour eux, mais j'ai l'impression qu'il y a aussi chez les militants français à l'origine de l'initiative une volonté de rassembler une partie des déçus des Verts et du Front de Gauche (sans parler du PS) autour d'un projet écologique et social alternatifs qui (ré)explore des bases plus libertaires également. Notamment autour de la démocratie directe et locale.

Le programme n'est pas encore indiqué, mais si ça vous intéresse, voilà ci-dessous les références. Et n'hésiter pas à faire tourner dans vos réseaux.

Bon début d'année à toutes et tous,
Vincent Gerber/Ecologie sociale.ch

SEMINAIRE ECOLOGIE SOCIALE ET DECROISSANCE - MAI 2016

Vers une 1re Rencontre internationale
Ecologie Sociale et Décroissance du 27 au 29 Mai 2016 à Lyon
Rencontres pour repenser et construire l´indispensable post-capitalisme
Encuentros para pensar y elaborar el indispensable post-capitalismo
A l’initiative de nos amis espagnoles de l’Ecologie sociale, autour de la pensée de Murray Bookchin, pour une écologie sociale radicale et libertaire, nous organisons ce premier séminaire de réflexion sur : « quelle organisation sociale pour la Transition vers une société d’a-croissance post capitaliste.
Cette rencontre est la première au niveau international,de militants de la Décroissance et de l’écologie sociale, pour mettre en place un cadre permanents de débat
« Car le propos de cette rencontre est bien de créer un espace de réflexion et de mise en commun afin de fonder et projeter un indispensable paradigme politique nouveau, crédible et palpable parce qu´alimenté par les réalisations concrètes interactives (politiques, sociales, culturelles), et d´ébaucher un indispensable et vital virage radical de notre société en vue de déboucher sur un monde nouveau, composé de mondes vivants, multiples et coopérants. »
Aujourd'hui, les Objecteurs de Croissance doivent débattre et expérimenter les formes d’organisation sociale qui permettront l’émancipation sociale et la réconciliation de l’humain avec les écosystèmes


LIRE L'APPEL POUR DES RENCONTRES DE L'ECOLOGIE SOCIALE 2016
http://www.objectiondecroissance.org/?page_id=4274
SIGNER L'APPEL http://www.objectiondecroissance.org/?page_id=4274
S'INSCRIRE AUX RENCONTRES http://www.objectiondecroissance.org/?page_id=4554
ENVOYEZ VOS CONTRIBUTIONS :
ecologiesociale@objectiondecroissance.org
digger
 
Messages: 1970
Enregistré le: 03 Juil 2011, 07:02

Re: Forum de l’écologie radicale

Messagede Pïérô » 27 Mai 2016, 11:47

Rencontres internationales de l'écologie sociale

27, 28 et 29 mai 2016 à Lyon

Image

Municipalisme libertaire - alternatives concrètes - et sortie du capitalisme - autonomie et pratiques collectives - Chiapas Rojava ZAD-s

Comment développer un nouveau paradigme social et politique international d´envergure pour mettre en place l´autogestion généralisée de la vie en harmonie avec les écosystèmes ?
Comment partant du local, mettre en place un mouvement politique de démocratie directe en réseaux, ici et maintenant, qui n´alimente plus les logiques représentatives institutionnalisées en faillite, et qui ne font que médiatiser et transmettre la loi d´airain du marché ?
Comment à travers les alternatives concrètes et les luttes autogérées et fédérées par le politique, trouver les pistes d'une transition pour sortir du capitalisme et du productivisme ?
Quelle organisation sociale, sur quelle territoire, avec quel mode de décisions, permettra cette maîtrise de nos usages dans notre espace écologique ?
Tels sont les enjeux des débats de cette première rencontre internationale.



Programme

Vendredi 27 mai


à Partir de 18H

LIEU : MJC Jean Macé
38 Rue Camille Roy - 69007 Lyon
Plusieurs solutions pour parvenir a la MJC
- Arriver à la gare SNCF Jean Macé
(trains réguliers depuis Perrache ou Part dieu)
- Prendre le métro B depuis la part dieu
et sortir à l'arrêt Jean Macé (5 minutes)
- Prendre le tram T2 depuis Perrache
et descendre à l'arrêt Jean Macé (4 minutes)

18H : Accueil et bienvenue autour d'un apéritif dînatoire.

19H : Projection du film « Kurdistan, la guerre des filles » de Mylene Sauloy en présence de la réalisatrice.

A partir de 20h30 changement de lieu (des navettes seront mises en place)
LIEU : Salle Ground Zero - 60 avenue de Bohlen, 69120 Vaulx-en-Velin
métro Vaulx-en-Velin la Soie (terminus ligne A)

20H30 : Table ronde (intervention des invités et questions réponses avec le public) sur le thème : Municipalisme libertaire et confédéralisme démocratique.
Invités : - Janet Biehl, nord américaine, auteure de plusieurs ouvrages sur l'écologie sociale (dont le Municipalisme libertaire avec Murray Bookchin),
elle suit depuis cinq ans la révolution sociale au Rojava kurde.
- Mylène Sauloy, réalisatrice du film « Kurdistan, la guerre des filles ».
- Militants kurdes du Rojava.
- Floréal Roméro, militant espagnol de l'Ecologie Sociale.


Samedi 28 mai

LIEU : MJC Jean Macé
38 Rue Camille Roy - 69007 Lyon

9H30 : Ateliers sur le thème suivant répartis en 4 salles différentes :
Municipalisme libertaire et confédéralisme démocratique.
12H30 : Pause méridienne.
14H30 /17h30 : Ateliers sur le thème :
Autonomie et pratiques collectives.
18H : Rediffusion du film « Kurdistan, la guerre des filles »
19H : Pause repas de soir.

A partir de 20h30 changement de lieu (des navettes seront mises en place)
LIEU : Salle Ground Zero - 60 avenue de Bohlen, 69120 Vaulx-en-Velin
métro Vaulx-en-Velin la Soie (terminus ligne A)

21H/23H : Table ronde :
Thème : Alternatives concrètes et sortie du capitalisme,
la question de la transition.
Introduction : Sergio Ghirardi
Traducteur italien des principaux auteurs situationnistes.
Invités : - Militants des diverses ZAD
- Militants zapatistes du Chiapas
- Daniel Berneron, membre des Amis du Monde Diplomatique,
animateur d'un projet de monnaie locale à Montpellier.


Dimanche 29 mai

LIEU : MJC Jean Macé
38 Rue Camille Roy - 69007 Lyon

9H : Ateliers sur le thème : Communs et Vie quotidienne.
12H00 : Pause méridienne.
14H30/15H30 : Restitution des ateliers du week-end.
A partir de 15H30 : Plénière finale et perspectives.

Tarifs - infos pratiques
Inscription aux rencontres : 30 €
Inscription pour les bas revenus : 10 €
Hébergement en auberge de jeunesse : 20 €/nuit
Repas bio et maison : 6 €/repas (hors boissons alcoolisées) - repas du vendredi soir offert

Pour vous inscrire :
Téléchargez le programme ainsi que le bulletin d'inscription (tarifs) aux rencontres en cliquant sur le lien ci dessous :
Flyer_A5_Ecologie_sociale_2016_Definitif
Internet : Remplissez et validez le formulaire ici:
http://www.objectiondecroissance.org/?page_id=4554
Votre inscription sera définitive lors de la réception de votre chèque ou virement

http://www.objectiondecroissance.org/?page_id=4554
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Forum de l’écologie radicale

Messagede bipbip » 23 Aoû 2016, 08:24

Rencontres : L’écologie sociale en débats

Les rencontres internationales de l’écologie sociale, qui se sont tenues à Lyon les 27, 28 et 29 mai, ont été l’occasion de partager sur les idées de Bookchin, mais aussi sur les mouvements sociaux actuels, et sur les stratégies pour un changement de système.

Organisées par les objecteurs de croissance de l’association Aderoc dans la MJC Jean-Macé et l’espace culturel et politique Grrrnd Zéro, ces rencontres ont rassemblé une centaine de militantes et militants, chevronné-e-s pour la plupart, venu-e-s d’Espagne, de Suisse, de Belgique, d’Italie, des États-Unis, d’Allemagne, de France. Elles ont traité des principaux concepts de l’écologie sociale en matière d’organisation et de pratiques politiques, d’économie (communs, propriété, démocratie, capitalisme, monnaie, etc.) et de stratégies de rupture avec le capitalisme. Il faut noter que les cultures politiques en présence étaient diverses.

Féminisme et écologie

Des féministes ont impulsé les débats et posé que l’équilibre êtres humains/nature ne se ferait pas sans égalité de sexe et de race. Remarquable également, la présence de sensibilités citoyennistes ou d’individu-e-s se cherchant du côté du mouvement Colibris (celui de Pierre Rabhi), mais dont les questionnements radicaux les ramènent aux arguments libertaires. Issus de cette diversité, voici quelques autres éléments qui ont fait consensus.

La définition de l’écologie sociale, qui désigne le courant créé par Bookchin peut néanmoins être élargie à de nombreux autres ou inversement considérée comme faisant partie d’un courant plus large, écologiste et antiautoritaire (avec Reclus, Kropotkine, Illich, Gorz, et une partie du mouvement décroissant). Le travail de diffusion réalisé entre autres par Janet Biehl (États-Unis), Vincent Gerber (Suisse) ou Floréal Roméro (Espagne), tous trois présents aux rencontres, permet de prolonger les réflexions, en les séparant de la personne parfois controversée de Bookchin. Du côté des expériences politiques proches des théories de Bookchin, l’expérience kurde du Rojava et le projet de confédéralisme démocratique du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) adopté en 2005, ont tenu une place importante : projection du film Kurdistan – La guerre des filles de Mylène Sauloy, participation de plusieurs militants kurdes. Le Chiapas, l’autre grand système alternatif actuel, a également été un centre des discussions, ainsi que les coopératives intégrales d’Espagne, qui se revendiquent du municipalisme libertaire.

La question de l’économie a fait débat, après un consensus sur la nécessaire subordination de l’économie au politique et au social. Doit-on mieux contrôler l’argent et la monnaie, ou tenter de s’en passer complètement grâce à des systèmes de troc, d’échanges de services et de libre accès ? Voilà qui rouvre la discussion sur la valeur : faut-il quantifier le travail ? En argent ? En temps ? La quantification n’est-elle pas ce qui entraîne vers la recherche de plus de productivité au détriment de la qualité du travail et des produits ?

La notion de propriété collective a ensuite été débattue, à travers les nombreux domaines qui doivent être considérés comme des communs (les ressources naturelles en général, l’alimentation, les soins, l’éducation, le logement), et dont la gestion démocratique suppose de rompre avec la propriété privée. La propriété communale, au plus près des lieux de production et de consommation, est donc adaptée, mais seulement si elle est reliée à une fédération de communes, à même d’appréhender les enjeux globaux et qui assurent la solidarité et l’égalité entre territoires.

Il existe de nombreuses formes de résistances au capitalisme. Certaines sont légales comme la récupération d’usines en coopératives ouvrières, la défense des régies municipales (de l’eau par exemple), les monnaies locales, les Amap, etc. Sans directement menacer le système, ces expériences créent ou préservent d’autres formes d’organisation, elles sensibilisent par l’exemple une certaine population encore peu encline à des actions radicales. Néanmoins, ces expériences risquent d’être récupérées ou noyées par le système marchand, telles les Amap concurrencées par La Ruche qui dit oui, forme capitaliste du concept.

Occuper, exproprier

Une autre stratégie est illégale, elle consiste à occuper des terres, des logements, des usines, c’est-à-dire à exproprier les capitalistes, et menace donc directement le système en place, d’où une ­forte répression comme à Notre-Dame-des-Landes. L’enjeu est donc de relier ces deux stratégies au maximum, de structurer des réseaux pour cela, et aussi de nourrir les alternatives concrètes d’une réflexion théorique poussée, montrant que le capitalisme n’acceptera jamais de disparaître gentiment, et qu’il y aura forcément une phase d’affrontement plus ou moins violente. À partir de ce constat, il a été proposé d’organiser une journée sur l’écologie sociale à Notre-Dame-des-Landes le 8 juillet à l’occasion du rassemblement annuel, et au printemps prochain de nouvelles rencontres internationales, très probablement à Barcelone.

Commission écologie


Prolonger la réflexion théorique

L’écologie sociale regorge d’analyses et de propositions pour nourrir nos luttes et notre projet de société, et elle mérite d’être actualisée et enrichie au regard des deux décennies écoulées depuis les derniers écrits importants de Bookchin. D’une part, le capitalisme lui même a évolué, avec un développement démesuré du secteur financier et la récupération des enjeux écologiques dans la fumeuse « croissance verte ». D’autre part, le mouvement actuel contre la loi travail rappelle que pour construire un mouvement social de masse à même d’affronter le capitalisme, il est nécessaire que les travailleurs et travailleuses se mobilisent et bloquent l’économie par la grève. Certes le prolétariat a évolué depuis Marx, mais il reste central dans toute possibilité révolutionnaire contrairement à ce que Bookchin avait conclu après sa déception face au mouvement ouvrier. Enfin, l’aggravation de la catastrophe écologique remet en question l’émancipation par la technique – relativement élevée – qu’envisageait Bookchin, car une telle société induirait des besoins que les écosystèmes ne pourraient peut être pas supporter. Il y a donc matière à organiser d’autres rencontres !

http://alternativelibertaire.org/?Renco ... -social-en
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22404
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Forums de l’écologie sociale et radicale

Messagede bipbip » 27 Aoû 2017, 16:17

27-29.10 BILBAO

IIèmes RENCONTRES INTERNATIONALES SUR L’ÉCOLOGIE SOCIALE

Image

Cela ne fait aucun doute aujourd’hui que le capitalisme fait des ravages autant dans la société qu’il a forgée à sa (dé-)mesure que dans la nature qui l’héberge.

Pas besoin d’être un expert pour prévoir, dans les années à venir, un effondrement généralisé de ce capitalisme, à cause de sa propre logique productiviste et par l’épuisement progressif de l’énergie et des matières premières.

L’État, contrairement à la croyance généralement admise, est l’outil principal du Capitalisme pour servir son expansion et pour réduire au maximum la lutte des classes qu’il provoque lui-même. Avec l’épuisement des ressources, il ne pourra plus promettre la “carotte” d’un “état de bien-être”, et il devra augmenter la violence du bâton de sa force répressive et de ses mécanismes de coercition.

Les IIèmes Rencontres Internationales sur l’Écologie Sociale ont pour objectif de créer un espace toujours plus vaste d’analyses et de réflexions fécondes.

Des réflexions alimentées par des expériences concrètes, tant historiques qu’actuelles, proches ou éloignées, avec pour but de fonder et d’ébaucher un nouveau paradigme politique émancipateur et des lignes d’action crédibles et tangibles, ayant capacité de consensus.

Pour plus d'informations sur l'événement et inscriptions, rendez-vous sur ecologia-social.net
http://ecologia-social.net/
Pour en savoir plus sur l'écologie sociale, visitez le portail francophone Ecologie sociale
http://www.ecologiesociale.ch/
Télécharger le programme en format pdf
http://www.kedistan.net/wp-content/uplo ... encontres_écosociale2017_FR.pdf
Page Facebook Écologie sociale | Evénement Facebook
https://www.facebook.com/events/1615789321827196/

http://www.kedistan.net/2017/08/04/bilb ... iale-2017/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22404
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Forums de l’écologie sociale et radicale

Messagede bipbip » 25 Sep 2017, 10:41

Lyon jeudi 28 septembre 2017

Débat sur l’écologie sociale et la démocratie radicale

Débat participatif sur l’écologie sociale selon Bookchin, une proposition de démocratie radicale (on y retrouve les idées d’éthique, de démocratie participative et directe et de critique du trio patriarcat-état-capital). Présentation des rencontres internationales sur l’écologie sociale qui auront lieu à Bilbao fin octobre. Entrée libre, à la librairie La Gryffe le jeudi 28 septembre à 19h, 5 rue Sébastien Gryphe Lyon 7e.

Débat participatif sur l’écologie sociale selon Bookchin, une proposition de démocratie radicale (on y retrouve les idées d’éthique, de démocratie participative et directe, de critique du trio patriarcat-état-capital) dont des exemples de mise en place concrète sont les communes libres d’Espagne, les ZAD, le Chiapas et le Rojava.

L’écologie sociale fait le lien entre l’exploitation de la nature et celle de l’être humain.
Convaincue que la crise écologique globale actuelle a ses racines dans les logiques de domination et de recherche du profit croissant de la société de marché, elle cherche à développer une autre société basée sur la démocratie directe et le confédéralisme.

Floréal Romero vient discuter de cette thématique en amont des prochaines rencontres internationales de l’écologie sociale qui auront lieu à Bilbao du 27 au 29 octobre prochain.

https://rebellyon.info/Debat-sur-l-ecol ... t-la-18204
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22404
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Forums de l’écologie sociale et radicale

Messagede bipbip » 27 Sep 2017, 12:46

Salinelles (30) mercredi 27 septembre 2017

Un deuxième article gratuit pour un premier gratuit !

Conférence-débat avec Floreal M. Romero + projection d'un film en présence de quelques "acteurs"

MERCREDI 27 SEPTEMBRE à SALINELLES
SALLE DE L'ORANGERIE DU CHÂTEAU
DE 19 H à 23 H 30

19 h - Floreal M. Romero, co-auteur du livre « Murray Bookchin pour une écologie sociale et radicale » et auteur (parution prochaine en Français) de « Atreviéndonos a poder »
nous propose une présentation des très prochaines « Rencontres internationales sur
l´écologie sociale » * . Suivra un échange avec Floreal (en langue française !).

* Ces secondes Rencontres internationales sur l'écologie sociale vont se dérouler à Bilbao en octobre prochain, après les premières ("Oser la sortie du capitalisme") qui eurent lieu à Lyon l'année dernière.
Des infos et des textes en espagnol et en français sur www.ecologia-social.net

21 h - Projection du film « La Cigale, le Corbeau et les Poulets » en présence de quelques uns des acteurs Cigalois
Quand la réalité rejoint les fables de La Fontaine, pas très loin de chez nous à Saint-Pons- de-Thomières dans l'Hérault... on se fend la poire avec ce super documentaire d'Olivier Azam de la Coopérative audiovisuelle « Les Mutins de Pangée » http://www.lesmutins.org/
Des stars cigalières et saint-ponaises du film seront présentes... et signeront des autographes à leurs groupies !

Pour cette soirée exceptionnelle (un deuxième article gratuit pour un premier gratuit) : Entrée libre et parking libre - Amener un grignotage pour notre auberge languedoco-espagnole (j'ai pas osé mettre franco-espagnole, allez comprendre ! ).

https://gard.demosphere.eu/rv/4137
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22404
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Suivante

Retourner vers Écologie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité