Alternatiba

Nucléaire, OGM, projets inutiles, ZADs ...

Re: Alternatiba

Messagede Pïérô » 26 Juin 2014, 23:25

Toulouse samedi 28 juin

Présentation / invitation à rejoindre le projet d'Alternatiba à Toulouse

à 9h30, Salle Castelbou, 22 rue Léonce Castelbou, 31000 Toulouse

http://toulouse.demosphere.eu/rv/8798
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22014
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Alternatiba

Messagede bipbip » 10 Juil 2014, 23:49

Samedi 12 juillet, Rouen

réunion de création d'une Alternatiba Rouen (ou Haute-Normandie)


La dernière réunion d'information du samedi 14 juin a débouché sur une décision quasi unanime : la création d'une Alternatiba Rouen (ou Haute-Normandie).

Cette réunion de création a été fixée le samedi 12 juillet de 15h30 à 17h30 à la ferme des Bouillons (Mt St Aignan).


Proposition d'ordre du jour

Début 15h30 précises !

1) Tour de table, rapide présentation de chacun 5'

2) Présentation générale et explications si demandes des participants 5' à 10'

3) Échanges autour de la date et du lieu

Objectifs : se mettre d'accord sur 2 propositions de chaque (sachant que cela pourra évoluer) 20'

4) Propositions de constitution dès maintenant de 2 groupes :coordination générale et communication/démarches administratives
• Objectifs du groupe coordination : orga de l'AG constitutive de sept (propositions de statuts, objet, mode de fonctionnement), constitution listes mails, contacts avec Le Havre, Evreux et Dieppe (pour décider du dimensionnement)
• Objectifs du groupe comm pour sept : monter un courrier/dossier pour contact mairie et autres, proposition du nom (en fonction des territoires concernés), de slogans et sous-titres. 20'

5) Échanges sur les villages thématiques : quels thèmes ? quels liens entre eux ? comment mettre en avant la problématique climat ? qui inviter ?...
• Objectif : dresser une 1ère liste de villages thématiques et d'idées d'agencement, d'intervenants, de conférenciers etc… 40'

6) Questions diverses, inscriptions dans les différents groupes, réunions rapides par groupe pour prises de RV

et partage d'un pot (apportez boisson ou gâteau à partager !) ……
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34081
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Alternatiba

Messagede bipbip » 20 Juil 2014, 10:40

Alternatiba : la dynamique prometteuse des villages des alternatives

Le mouvement altermondialiste basque Bizi ! a initié en octobre 2013 un grand village des alternatives dénommé Alternatiba, en plein cœur de Bayonne. Depuis cet événement, des dizaines de villes et territoires ont vu éclore des initiatives pour préparer des Alternatiba. De Lille à Bastia, en passant par Nantes et Bordeaux, ces villages visent à mettre en valeur les alternatives au changement climatique et à la crise sociale et écologique. Basta ! relaie les dates des prochains Alternatiba.

... http://www.bastamag.net/Alternatiba-la-dynamique
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34081
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Alternatiba

Messagede Pïérô » 14 Aoû 2014, 09:49

Comment et pourquoi organiser un Alternatiba dans sa ville, son canton, son territoire ?
Kit Méthodologique : http://alternatiba.eu/ressources/kit-methodologique/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22014
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Alternatiba

Messagede Pïérô » 15 Aoû 2014, 13:12

Se pose un véritable problème politique avec le côté fourre-tout et le côté très large que prennent certaines initiatives.
Des éléments réactionnaires s'incrustent :
Voir
. à Lille où la CNT et la revue "N'Autre école" se retirent : http://www.cnt-f.org/59-62/2014/06/vill ... e-a-lille/
. à Nantes : http://nantes.indymedia.org/articles/29939
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22014
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Alternatiba

Messagede Pïérô » 08 Sep 2014, 15:03

Portes qui claquent et chasse aux « fachos » : l'été mouvementé du festival Alternatiba-Lille

Ils voulaient militer autrement. Débattre, avec le sourire, des alternatives à notre modèle de développement. La politique a rattrapé Alternatiba-Lille. En pleine préparation de son festival d’octobre, le collectif a été cet été au centre d’accusations d’infiltration par l’extrême-droite.

« Les plus belles fleurs poussent peut-être dans la merde, mais elles sentent quand même la merde ! » Ce 22 juillet, à l’assemblée extraordinaire d’Alternatiba-Lille, les murs tremblent. La réunion devait crever l’abcès. Elle se résume à un dialogue de sourds. Noms d’oiseaux, claquements de porte, et un mot qui tâche : « Fachos ».

La crise a éclaté un mois plus tôt. Fin juin, Jean-François Garsmeur, membre de la coordination d’Alternatiba-Lille, crie à l’infiltration par l’extrême-droite, en la personne de plusieurs Gentils Virus (lire ci-dessous). « Le fait que je dénonce des néofascistes a créé une mauvaise ambiance, euphémise Garsmeur. La force de ces gens, c’est d’avancer masqués. Je ne voulais pas qu’ils recrutent grâce à Alternatiba. » Il réclame la mise à l’écart de trois Gentils Virus. Mais c’est lui que l’assemblée exclut de la coordination, à l’unanimité. Aujourd’hui encore, les piliers d’Alternatiba attribuent la polémique à un homme « excessif, antidémocratique, instable ».

Sauf que l’affaire n’en reste pas là. Le trouble gagne d’autres participants. La fracture éclate le 22 juillet et déborde publiquement sur le web. La CNT condamne « les amitiés fascistes d’Alternatiba », la sphère antifasciste tire à boulets rouges, les moteurs de recherche accolent de vilains termes au festival. Les organisateurs s’étouffent d’indignation (lire ci-dessous), une plainte en diffamation est déposée, mais des associations prennent leurs distances : « C’est pas une question de fascisme mais d’ambiguité, estime le responsable d’une d’elles, sous couvert d’anonymat. À vouloir ouvrir à tout le monde, on peut se retrouver avec des gens douteux et on entretient le confusionnisme. »

Alternatiba fait le gros dos, muscle sa charte pour bannir explicitement tout propos raciste, sexiste, etc, s’accroche à son credo apolitique et à sa bonne foi.

« Ce sont des gens peu expérimentés, ils pèchent par naïveté, relativise un briscard de la scène militante lilloise. Mais ils viennent d’horizons trop différents pour être récupérés. » Sur le papier, Alternatiba a tout pour être un grand moment alternatif. Les bonnes intentions feront-elles un bon festival ?


«Ce sont des polémiques du web»

« J’étais devenu un pestiféré. » Il est droit dans ses bottes, Vincent Cattiau. Le jeune homme, cheville ouvrière d’Alternatiba-Lille et cible première des antifascistes, ne lâche rien. Lui se dit « militant de gauche » et juge « infamant » d’avoir reçu l’étiquette de « facho ». « C’est la construction d’une rumeur, on pioche dans votre bio, on fait un puzzle, puis c’est repris à l’extérieur, sans aucun recoupement. Ce sont des polémiques du web. »

Ce jour-là, Vincent Cattiau hésite à évoquer la polémique. Il veut tourner la page. Parler du festival. Il nous rencontre, avec d’autres membres de la coordination d’Alternatiba-Lille, Benjamin Massart et Hélène Marchal. Cette dernière, comme Vincent Cattiau, est sympathisante des Gentils Virus (lire ci-contre). Et ne voit pas où est le mal : « On me reproche de ne pas militer contre l’extrême-droite. Mais je milite pour les Roms, les sans-papiers, contre Monsanto et les gaz de couche. Je n’ai pas besoin de manifester contre l’extrême-droite, ça transpire dans ce que je fais ! »

Benjamin digère mal la violente réunion du 22 juillet. « Les gens qui attaquaient n’ont même pas pris la peine de discuter. On mélange tout, les Gentils Virus, Chouard, son public… Où est la mise à distance ? »

Là où Vincent Cattiau est indéniablement « chouardiste », c’est dans son refus de tout ostracisme. Au point de se rendre à « Jour de colère », rassemblement ultradroitier organisé en avril à Lille, pour dialoguer. L’épisode lui colle aux baskets et enrage ses ennemis. « J’en ai tiré des leçons mais je ne regrette pas », assume-t-il, en justifiant : « L’idée était, en marge de la manif, d’inviter les gens à réfléchir et d’accoucher d’une pensée positive. » Candide, dissimulateur ou démocrate pur, Vincent Cattiau s’accroche à l’approche « non partisane » du festival : « Faut-il s’interdire d’utiliser une bonne idée parce qu’elle émane de quelqu’un de détestable ? » S. B.


http://www.lavoixdunord.fr/region/porte ... b0n2358794

La messe est dite, il y a des blattes dans le moteur.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22014
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Alternatiba

Messagede bipbip » 14 Sep 2014, 10:40

trac Alternative Libertaire 47

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34081
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Alternatiba

Messagede Banshee » 14 Sep 2014, 13:19

Un premier village des alternatives s’installe en Ile-de-France

Image

Les 20 et 21 septembre, un village des alternatives écologiques et sociales (Alternatiba) s’installe en banlieue parisienne, sur le Triangle de Gonesse dans le Val d’Oise. Citoyens et élus pourront découvrir des initiatives concrètes permettant dès aujourd’hui de transformer la société et de lutter contre le dérèglement climatique en cours. Le lieu n’a pas été choisi par hasard : le groupe Auchan souhaite y implanter un immense centre commercial. Basta ! relaie l’appel de ce premier Alternatiba francilien.

Sur l’un des derniers espaces agricoles proches de Paris, dans le Val d’Oise à Gonesse près de Roissy, le groupe Auchan souhaite construire EuropaCity, « le plus grand centre commercial et de loisirs du monde » comprenant 500 boutiques, hôtels, restaurants et un parc à neige couvert soit un total de près de 680 000 m2. Ceci à proximité des deux grands centres commerciaux régionaux : O’Parinor (100 000 m2 à Aulnay-sous-Bois) et Aéroville (80 000 m2 à Tremblay-en-France et Roissy-en-France).

Situation caricaturale, c’est dans la commune voisine du Bourget que se tiendra le sommet mondial sur le climat (COP21) en décembre 2015. Dans cette perspective, les Francilien-ne-s engagé-e-s dans les alternatives concrètes ont créé le collectif Alternatiba Île-de-France. Ce rassemblement s’inscrit dans la dynamique née à Bayonne en octobre 2013 pour faire converger des initiatives autour des enjeux climatiques, de justice sociale, d’économie solidaire, de relocalisation, de qualité de l’air et de qualité de la vie.

Sur la route qui mène au Bourget, l’association Collectif pour le Triangle de Gonesse et Alternatiba Île-de-France avec le soutien de nombreuses associations et organisations, appellent à se mobiliser à Gonesse les 20 et 21 septembre 2014 pour le premier Alternatiba d’Île-de-France :
- Contre les projets d’urbanisation qui participeraient à la destruction du climat.
- Pour garder des villes de banlieue conservant leurs commerces de centre ville (et non des villes dortoirs).
- Pour que la population puisse échapper aux temples de la consommation comme seuls lieux d’animation.
- Pour maintenir une agriculture de proximité menacée par une urbanisation sauvage laissée à l’initiative privée, alors qu’actuellement l’Île-de-France couvre moins de 10 % des besoins alimentaires de ses habitants.
- Pour des pratiques alternatives qui conservent des espaces agricoles de respiration, tenant compte du risque majeur dû au réchauffement climatique de la planète.

Plus d’infos et programme sur : voe95.fr/alternatiba/

Pour se rendre à Alternatiba Île-de-France : les infos pratiques

Tous les articles de Basta ! sur la dynamique Alternatiba à retrouver ici.

Les associations signataires mentionnées ci-dessous forment le « Collectif pour le Triangle de Gonesse » pour porter leurs exigences sur l’avenir de ce territoire :
Amis de la Terre Val d’Oise ; Environnement 93 ; MNLE 93 ; Val d’Oise Environnement ; AFCEL 95 Gonesse ; Association de Défense des Habitants de l’Est du Val d’Oise ; Aulnay Environnement ; Bien Vivre au Thillay ; Bien Vivre à Vémars ; CAPADE-Sud-Aulnay ; Ecouen Environnement ; Haut Val d’Oise Ecologie-Persan ; La Vigie d’Ecouen ; Le Blanc Mesnil c’est vous, le Blanc Mesnil pour vous ; Alliance pour la Santé-Arnouville ; Toulemondeilestbio-Arnouville ; Sarcelles Environnement et Nouvelles Énergies de Villiers-le-Bel.


http://www.bastamag.net/Un-premier-village-des

Lire aussi les commentaires, histoire de garder un oeil critique.
"Si les abattoirs avaient des vitres, tout le monde deviendrait végétarien ! ", Paul McCartney
Avatar de l’utilisateur-trice
Banshee
 
Messages: 260
Enregistré le: 25 Aoû 2014, 10:44

Re: Alternatiba

Messagede Pïérô » 28 Déc 2014, 02:09

Alternatiba, mais alternative à quoi ?

20 décembre 2014 par DiOlTo

Organisé en octobre dernier, le village Alternatiba cherchait à fédérer les initiatives locales opposées au « réchauffement climatique et aux inégalités sociales ». L’événement date un peu, mais méritait bien qu’on y revienne. Pas seulement parce qu’il a drainé plus de 10 000 personnes : aussi parce qu’entre les cours de sophrologie et la « valorisation des cartouches d’imprimante dans un jeu interactif », la fameuse « alternative » a eu bien du mal à exister...

Pour le collectif Alternatiba de Lille, tout avait bien commencé. S’inspirant de l’expérience réalisée à Bayonne l’année passée, un petit groupe de personnes s’investissent dans un projet qui apparaît vite ambitieux. L’idée : fédérer, autour de collectifs « citoyens » indépendants des partis politiques, les énergies locales et les initiatives qui permettent de lutter contre le changement climatique et les inégalités. Des groupes thématiques sont organisés tout au long de l’année civile, qui sont chargés de contacter les collectifs – dont La Brique – qui, à des titres divers, fabriquent les « alternatives concrètes du quotidien ». Et puis, au début de l’été, tout a vrillé.

Confusions

En cause, des accusations d’entrisme : deux membres du groupe des Gentils Virus, actifs au sein de la coordination, sont soupçonnés au début de l’été dernier d’assurer en sous-main la promotion des thèses d’Étienne Chouard, un blogueur qui galère à se dépatouiller de ses proximités avec Alain Soral [1] . On reproche aussi à l’un de ses membres d’avoir voulu dialoguer avec les fachos de « Jour de Colère ». S’ensuit un psychodrame dont même La Voix du Nord se fait l’écho [2]. Durant tout l’été, le projet Alternatiba se trouve progressivement enseveli sous une controverse qui divise les milieux militants, et finit par provoquer le retrait d’une partie des collectifs qui avaient annoncé participer à l’événement.

Beaucoup de choses ont été dites et écrites sur le sujet. Et sur ce point, le communiqué de l’Église de la Très Sainte Consommation [3] apparaît bien ficelé : l’enjeu n’est pas tant de traquer le « fascisme » des membres de la coordination, que de dénoncer un « confusionisme » ambiant qui consiste à vouloir accueillir tout le monde, à tout prix – ou quasi – et sans base politique bien claire. Le problème, c’est que cette critique du « confusionisme », happée par l’embrouille autour des supposés « infiltré-es », a peut-être manqué l’essentiel...

À la recherche des inégalités

C’est que le projet Alternatiba lui-même est ambigu : tantôt il se donne à voir comme une mobilisation opposée au « système » dans son ensemble, tantôt comme un mouvement qui se concentre sur la seule question climatique. S’agit-il d’un pur projet d’écolos « citoyens », ou d’un objectif à la portée politique plus vaste et radicale ? Difficile de se faire très vite une idée nette. Il existe bien un « appel », édicté au niveau national et qui reste très général [4]. Sur le site lillois de la coordination, le village est rapidement présenté comme un moyen de lutter « contre le changement climatique et les inégalités ». La Charte de la coordination, de l’avis même des animateurs et animatrices que l’on a rencontré, est d’abord un règlement intérieur avant de former un socle idéologique.

Reste alors à regarder le village Alternatiba tel qu’il s’est effectivement déroulé les 4 et 5 octobre derniers. Sauf que lorsqu’on observe de près son programme, on peine à retrouver la trace des dites « inégalités ». Au sens propre : le terme ne figure nulle part (!) dans la description de la grosse centaine d’ateliers qui figure sur le site de l’initiative. Est-ce à dire qu’il n’en a jamais été question ? Sans doute pas. Le programme évoque bien la question du revenu garanti, celle du libre échange, annonce les propositions du collectif pour une gestion publique de l’eau, ou discute l’hypothèse d’une monnaie locale. Mais, de fait, l’essentiel du discours Alternatiba apparaît vite comme un discours sans adversaire. Tout y est présenté comme « positif », sans que ce à quoi il faut être « alternatif » n’apparaisse nulle part. Sur les 76 stands et ou initiatives que comporte la journée du samedi, une seule renseigne sur le nom de l’un des responsables du capitalisme globalisé (STOP TAFTA). Par contre, six d’entre eux se proposent de rendre nos bébés, ou tout au moins leurs parents, un peu plus heureux (atelier de découverte du portage de bébé etc.). Rien de criminel en soi. Mais la programmation décalque souvent plus les préoccupations des bobos trentenaires qu’elle n’esquisse de vraies priorités politiques. Idem le lendemain : seul l’intitulé correspondant au collectif « Greenpeace » pointe l’enjeu nucléaire. La critique du pouvoir technologique est absente de la programmation, qui marque au contraire son enthousiasme pour les imprimantes 3-D. Dans ces conditions, il est peu étonnant que l’événement excite la plume enthousiaste du journaliste conservateur Frédérick Lecluyse [5] : « Alternatiba démontre que d’autres chemins sont possibles ». À ce stade, ce ne sont plus des chemins, mais des trous de souris.

L’écologie est-elle un individualisme ?

L’initiative cherchait exclusivement à s’exprimer sous sa forme « positive ». « L’angle était : porter des alternatives, donc oui ça se voulait surtout positif, pour donner de l’espoir », confirme un coordinateur. Mais ce faisant, l’événement a souvent frisé l’inventaire plus ou moins complet d’initiatives limitées, et sans doute vouées à le rester. Car est-il vraiment « alternatif » de proposer pas moins de 37 ateliers consacrés au « bien être » ? Est-il vraiment utile d’accorder tant de place au Qi Dong, à la « gestion du stress », à la danse méditative, au reïki, à la réflexologie plantaire, à la naturo-phtyo ou toute autre forme de « thérapie » ? « Il y a sûrement du réconfort à trouver dans des démarches très personnelles, mais quid des raisons collectives qui nous mettent dans ces états ? » Le (très bon) blog écologie-politique.eu tenu par Aude Vidal est pris des mêmes hallucinations que La Brique.

On peut bien sûr mettre cette tendance « bien être » sur le compte de la « première fois », et de ses nécessaires tâtonnements. « C’est faute de temps, d’énergie, de gens qu’on n’a pas pu rencontrer – et puis la polémique aussi nous a pas aidée », précise une coordinatrice. Le problème reste que ces approches consistent beaucoup plus à aménager nos quotidiens individuels aliénants plutôt qu’à dégager des voies pour l’émancipation collective. Dans un sens, ce type d’appel au « réconfort » est parfaitement compatible avec l’individualisme libéral : soigne-toi toi-même, et tout ira pour le mieux. L’un des stands de la journée d’ouverture ne proposait-il pas de « vivre l’instant présent et (d’)accueillir chaque situation » ? « C’est vrai, moi-aussi ce que je regrette, c’est que ce qui était le plus lisible c’était l’aspect individuel, et pas l’aspect systémique, global » concède l’un des coordinateurs. Lapidaire, la blogueuse d’écologie-politique résumera bien le contenu politique d’Alternatiba : « Pour lutter contre le changement climatique, rien de tel que le bonheur ».

De l’essence de la femme, et autres conneries du genre...

Or, non seulement le programme d’Alternatiba s’égraine parfois comme résonne le générique de « Oui-Oui », mais il contient aussi quelques grosses bavures. « Il n’y avait rien de dérangeant en soi », assume l’un des coordinateurs. Pour ne prendre qu’un exemple, une conférence d’une heure et demi s’intitulait pourtant « Réconcilier les valeurs masculines et féminines. Les comprendre pour les ancrer ». Ou comment envoyer bouler cinquante ans de luttes féministes attachées à démolir les représentations essentialistes de l’homme et de la femme.

Aude Vidal, la blogueuse : « C’est à Alternatiba Lille que j’ai découvert lors d’un atelier qu’au lieu d’être féministe je pouvais me complaire dans la complémentarité. (…) Et l’atelier de flirter avec le concept masculiniste de co-responsabilité de la violence (Lafemme ne s’est pas écartée pour permettre à Lhomme de vivre sa colère, sa seule forme d’expression, le pauvre) et de nous faire verser une larme sur le petit cœur de Lhomme qui reste vide s’il ne s’engage pas dans la démarche de la complémentarité ». Las, ce genre d’âneries a été perpétré en d’autres lieux – comme pendant le « off » du festival, dont les organisateurs regrettent qu’il ait été peu discuté collectivement. Le 15 octobre, trois personnes ont ainsi squatté un bar pour disserter doctement sur « l’essence et les sens de la Féminité ». Dur. La volonté d’accueillir tout le monde sans discussion politique en amont atteint – une nouvelle fois – ses limites. « Frites et sourires » : le slogan enthousiaste du collectif dit peut-être assez la limite de ses objectifs.

Des groupes de travail, mais pour quoi faire ?

Pourtant, le principe de l’initiative faisait a priori du bien à la scène lilloise : tout en fonctionnant sur des bases démocratiques et autogérées, la coordination cherchait à rassembler plusieurs cercles de personnes ou de collectifs qui ne dialoguent que trop rarement. Et, partant, à s’ouvrir à un public moins confiné qu’à l’ordinaire. Mais c’est là le paradoxe : la pauvreté politique de l’événement doit sans doute beaucoup à la manière dont il s’est fabriqué.

C’était aux commissions qu’il revenait de préparer les ateliers et de faire des propositions. D’après les membres de la coordination, peu de controverses ont affleuré durant leurs réunions de travail. Les assemblées générales avaient avant tout vocation à réfléchir au bon déroulement logistique de l’événement. Conséquence : elles se sont pour l’essentiel contentées de valider les choix entérinés au sein des groupes de travail. « Au total on a fait ça en huit mois, avec des gens qu’on ne connaissait pas. Il fallait avancer, il y avait une échéance qui était là », justifient les coordinateurs. Résultat : le programme a été édité très tardivement, et les coordinateurs eux-mêmes n’en ont eu pleine connaissance que quelques jours avant la date officielle. Avec son lot de déconvenues. « Moi aussi quand j’ai vu le programme, j’ai trouvé qu’il y avait énormément de choses sur le « bien-être », et je trouvais ça dommage », reconnaît volontiers l’une des coordinatrices. « On est à l’image de celles et ceux qui se sont investis », résument les coordinateurs. Dont acte.

Alternatiba revendique un « logiciel radicalo-pragmatique », dont on peine à retrouver le versant « radical ». Surtout qu’à trop refuser de mettre les étiquettes partisanes en avant, et malgré quelques tentatives avortées, les débats contradictoires n’ont presque pas existé. Certains participants à l’événement étaient pourtant eux bien étiquetés : le Village a ainsi ménagé une tribune à Jean-François Caron, maire de Loos-en-Goëlle, membre d’Europe-Écologie-les Verts et proche du patronat local. Et si le Village a bien été subventionné – à hauteur de 6 100 euros – de la part des services de la division Développement Durable de la Communauté Urbaine, et si son opération de crowdfunding a bénéficié du soutien de quelques militants aubryistes et de nombreux élu-es, c’est peut-être précisément qu’il n’a pas été jugé trop dérangeant.

Et maintenant ?

« Peut-être que ce qu’on aurait dû faire, c’est de réduire le festival, et trancher dans le programme pour plus de pertinence », s’interroge l’une des membres actives. Soit. Sauf que pour le moment, visiblement satisfait-es de l’affluence importante qu’a drainé l’événement (11 000 visiteurs revendiqués), les membres actifs de la coordination lilloise se sont abstenus d’engager un retour critique et public sur son contenu. Le compte-rendu du bilan du Village évoque bien « l’édition trop tardive des programmes du week-end » au titre des points négatifs, mais ne relate rien qui s’apparente à un débat autour du contenu de ce qui a été présenté – et c’est peut-être bien ça le plus inquiétant. Agiter le drapeau passe-partout de la « société civile » n’est pas une fin en soi.

Sans doute que ni le principe de l’initiative, ni les énergies qui animent la coordination ne sont à clouer au pilori. Créer un mouvement sans hiérarchie, viser l’autogestion, relier localement celles et ceux qui se bougent, chercher à sortir de l’entre-soi militant : autant de mots d’ordre qui ont a priori de quoi susciter l’enthousiasme. Simplement, il n’est pas certain que parce qu’il est difficile de créer un événement unitaire un poil ambitieux, on doive s’abstenir de discuter du fond (si tant est qu’il existe) d’un projet. D’autant qu’ailleurs – comme à Nancy apparemment – certains membres locaux de la coordination ne cachent pas toujours ce à quoi Alternatiba pourrait contribuer : sortir du capitalisme.


Notes

[1] Voir par exemple la position du syndicat CNT, relayée sur le site Luttennord : luttennord.wordpress.com/2014/07/26/les-amities-fascistes-de-alternatiba-lille/ ; et la mauvaise défense de Chouard : chouard.org/blog/2014/11/28/pour-que-les-choses-soient-claires/

[2] « Portes qui claquent et chasse aux « fachos » : l’été mouvementé du festival Alternatiba-Lille », VDN, 03/09/14.

[3] « Pourquoi nous soutenons l’initiative Alternatiba et pourquoi nous n’y participerons pas », communiqué de l’Église de la Très Sainte Consommation, 2 octobre 2014.

[4] alternatiba.eu/wp-content/uploads/ressources/Alternatiba%20FR2.pdf

[5] « Lille : un festival d’alternatives pour repenser le monde », VDN, 04/10/14

http://labrique.net/numeros/en-ligne-un ... ernative-a
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22014
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Alternatiba

Messagede Banshee » 28 Déc 2014, 13:31

Je développe la note [1] de ton post :

Les amitiés fascistes de Alternatiba Lille

Texte publié par la CNT à propos du collectif Alternatiba Lille
Un festival des alternatives sociales, économiques et écologiques dénommé « Alternatiba » est en cours de préparation à Lille. Ce festival est prévu pour les 4 et 5 octobre 2014. De nombreuses personnes et organisations lilloises ont été sollicitées pour y participer.

Dans un premier temps, l’union locale CNT de Lille et le syndicat CNT éducation 59/62 s’étaient montrés intéressés par le projet.

Mais, dans un second temps, ayant été alertée de la présence au sein du collectif de coordination d’Alternatiba-Lille de plusieurs membres d’un mouvement proche de l’extrême droite (et l’assemblée plénière extraordinaire d’Alternatiba organisée suite à cette alerte ayant refusé de s’en défaire), la CNT a décidé de se désengager totalement du projet.


D’autres personnes et organisations initialement parties prenantes ont fait le même choix. Une campagne de boycott du festival (s’il a lieu) est à l’étude. Plus d’infos ici prochainement…

Quelques précisions en attendant la rédaction d’un dossier plus complet…

Le projet « Alternatiba-Lille » est infiltré par un groupe intitulé « Les Gentils Virus » (GV), mouvement fondé au niveau national par Étienne Chouard, un personnage qui entretient depuis longtemps – sur le mode confusionniste – des passerelles avec divers acteurs et organisations de l’extrême droite française et européenne (voir ci-dessous les liens n° 1 et n° 2). D’autre part, le 5 avril 2014 à Lille, plusieurs membres des GV ont participé à « Jour de colère », une manifestation organisée par différents groupes réactionnaires et d’extrême droite dans le sillage du mouvement homophobe « La manif pour tous » (cette participation ayant soit disant pour but de ne pas laisser le monopole de la colère à l’extrême droite et de porter une parole différente au sein de cette manifestation… une argumentation fallacieuse quand on sait ce qui s’est réellement passé le 5 avril à Lille et quand on connaît la sensibilité politique de certains membres des GV !).

Bref, il est clair que les GV ne sont pas les gentils alternativistes qu’ils prétendent être. L’influence des GV au sein d’Alternatiba-Lille semble tellement importante qu’il y a quelques mois un membre du projet s’étant montré critique à leur égard a été exclu par le collectif de coordination (voir ci-dessous le lien n° 3). Cette influence s’est vérifiée lors de la réunion plénière extraordinaire qu’Alternatiba-Lille a organisée le 22 juillet 2014 à la demande de plusieurs membres du projet. En effet, lors de cette AG (à laquelle ont participé 4 militants de la CNT) et bien que la majorité des gens présents ait pris conscience du problème, les GV et leurs soutiens ont réussi à faire en sorte qu’aucune décision ne soit prise à leur encontre, cela en proclamant leur attachement aux valeurs humanistes du projet, en faisant passer leurs détracteurs pour de méchants intolérants, en faisant du chantage affectif et en laissant entendre que leur départ provoquerait un effondrement du projet – cf. le poste clé qu’occupe l’un d’entre eux sur le plan technique (dépôt du dossier « Alternatiba » auprès de la mairie de Lille).

La présence des GV dans Alternatiba est renforcée par la naïveté de certains membres du projet qui ne comprennent pas que les fascistes puissent avancer masqués (phénomène pourtant typique de la nouvelle extrême droite – cf. les mouvements « Riposte Laïque », « Égalité & Réconciliation », etc.) et/ou qui pensent qu’ « on peut parler avec tout le monde » (au nom de la démocratie, de la liberté et de la tolérance !).

Pour la CNT, une chose est claire : l’extrême droite – quels que soient les formes ou les déguisements sous lesquels elle se présente – n’est pas un courant politique avec qui on peut dialoguer ou composer ! Son infiltration dans les associations écologistes, le mouvement des indignés, les syndicats, les manifestations de solidarité avec le peuple palestinien, les collectifs de défense de la laïcité, les cercles de réflexion pour une démocratie directe, etc… doit être surveillée avec vigilance, démasquée sans état d’âme et combattue vigoureusement.

Liens :

1) Sur les agissements d’Étienne Chouard et sur la nécessité de dire stop aux manipulateurs qui jouent les passerelles avec les nationalistes et les négationnistes

2) Liens entre Étienne Chouard et l’extrême droite

3) Appel aux militants francophones d’Alternatiba sur le virus rouge-brun qui nous menace
"Si les abattoirs avaient des vitres, tout le monde deviendrait végétarien ! ", Paul McCartney
Avatar de l’utilisateur-trice
Banshee
 
Messages: 260
Enregistré le: 25 Aoû 2014, 10:44

Re: Alternatiba

Messagede Pïérô » 22 Fév 2015, 01:34

Alternatiba Tours : une alternative à quoi ?

Réaction à propos la projection du documentaire « Sacré Croissance » organisée par le collectif Alternatiba Tours le 12 février http://larotative.info/projection-du-do ... e-849.html.

La projection était organisée sous les ors de la République, pour l’occasion cela s’est passé dans la salle des mariages de l’hôtel de ville de Tours. Une salle qu’il est a minima très dur d’obtenir pour n’importe quel collectif militant ou associatif particulièrement s’il prétend militer à gauche de la gauche. Une projection qui n’a pu donc être rendue possible que par le soutien d’élus. En l’occurrence, et personne ne s’en étonnera, c’est Europe-Écologie qui a rendu la chose possible. En vertu de quoi c’est son leader local, Emmanuel Denis, qui a eu l’honneur d’ouvrir la soirée.

Il n’était pas le seul politicien de base dans la salle. Outre des verts, un autre groupe était présent en masse : celui des partisans de Nouvelle Donne, nouvel eldorado électoraliste des partisans des colibris, de la transition ou du miracle de l’économie sociale et solidaire. Identifiables par leurs jolis badges roses, les militants de ce parti étaient nombreux et ont pratiqué un tractage massif dans le hall de l’hôtel de ville.

Rien de bien étonnant là-dedans lorsque l’on sait que Marie-Monique Robin, la réalisatrice du flm est membre de Nouvelle Donne. Sans rien dire de la qualité de ses films (parmi lesquels « Le Monde selon Monsanto ») qu’on trouve plutôt de bonne tenue, on ne peut que s’interroger sur l’alternative souhaitée par cette dernière et les militants de son parti.

En tous cas ses actions plaident pour elle. En 2013, l’État, totalement choqué par l’opposition qu’elle représente, lui a proposé de recevoir la légion d’honneur. Croyez-vous qu’elle ait refusé l’honneur suprême de la République ? Grand Dieu, non ! Mais elle a fait un acte qui représente sans doute pour certain le summum de la subversion : se la faire remettre à Notre-Dame-des-Landes en soutien aux opposants à l’aéroport. Elle lui a été remise par Dominique Méda, elle-même membre de Nouvelle Donne.

On dirait une mauvaise blague de clowns activistes et on a imaginé ce que ça pouvait donner en termes de dialogue :

— T’as fait quoi pour t’opposer à l’aéroport ?
— J’habite sur la ZAD depuis 2 ans, j’ai été blessé trois fois par les flics.
— J’ai fait des manifs, j’ai pris 6 mois ferme.
— J’ai fait des discours, j’ai eu la légion d’honneur.

A lire ça on pourrait croire qu’on a peur d’avoir des pépins physiques ou judiciaires si on va manifester à Nantes ou à Toulouse ce week-end. Mais Nouvelle Donne règle le problème. Son leader Pierre Larrouturou suggère en effet que les CRS ou les gendarmes mobiles arrêtent préventivement les manifestants, comme il l’expliquait récemment dans une tribune.

Si l’alternative que propose Altenatiba Tours, c’est Pierre Larrouturou à la place de François Hollande, on n’en veut clairement pas. Si c’est que des gentils citoyens regardent des films qui disent du mal du capitalisme dans un des ses temples politiques, on n’en veut pas plus. Si c’est faire des petits gestes tout en conservant une fascination morbide pour la sacro-sainte République, on n’en veut pas non plus. Si c’est moraliser le capitalisme avec les Verts et Nouvelle Donne, on n’en veut toujours pas. D’ailleurs en fait c’est pas le problème qu’on en veuille ou non, le problème c’est que ça ne sert strictement à rien.

Un des slogans des opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est « Contre l’aéroport et son monde ». Dans ce slogan la seconde partie est au moins aussi importante que la première. Le « monde » dont il est question ce n’est pas seulement la croissance, ce sont aussi les ors de la République, sa légion d’honneur, ses partis politiques qui n’ambitionnent que de changer leur pourcentage aux prochaines élections...

C’est ce « et son monde » qui nous empêche à jamais de nous réunir sous les dorures de la salle des mariages de la mairie de Tours ou d’avoir à nous poser la question d’accepter ou pas une légion d’honneur qu’on ne nous proposera jamais. C’est manifestement ce « et son monde » qui nous oppose aux politiciens de Nouvelle Donne et d’Europe-Écologie-Les-Jaunes et à ceux qui leur filent un peu de légitimité « alternative ». Tous sont tellement attachés aux oripeaux du vieux monde qu’ils n’envisagent même pas qu’il soit possible d’en sortir. C’est ce « et son monde » qui fait ce que nous sommes : révolutionnaires.

Des qui luttent contre ce monde et pour en bâtir un autre

http://larotative.info/alternatiba-tour ... e-858.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22014
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Alternatiba

Messagede Tails » 22 Fév 2015, 11:19

"Son leader Pierre Larrouturou suggère en effet que les CRS ou les gendarmes mobiles arrêtent préventivement les manifestants, comme il l’expliquait récemment dans une tribune."

Source svp (j'ai pas trouvé). J'en aurais besoin pour débattre avec un sympathisant de Nouvelle Donne dans mon entourage.
Avatar de l’utilisateur-trice
Tails
 
Messages: 19
Enregistré le: 08 Fév 2015, 19:57

Re: Alternatiba

Messagede Pïérô » 22 Fév 2015, 11:56

Tu trouveras les éléments dans le topic consacré à Nouvelle Donne : viewtopic.php?f=94&t=11102. :)
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22014
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Alternatiba

Messagede Tails » 22 Fév 2015, 13:03

Merci
Avatar de l’utilisateur-trice
Tails
 
Messages: 19
Enregistré le: 08 Fév 2015, 19:57

Re: Alternatiba

Messagede Pïérô » 17 Juil 2015, 11:33

AL Orléans quitte le Collectif Alternatiba 45
Pourquoi Alternative libertaire Orléans quitte le Collectif Alternatiba 45

Après plusieurs participations et implications dans les réunions du collectif Alternatiba 45 et notamment après celle du 16 Juin 2015, Alternative Libertaire Orléans a décidé de quitter ce collectif.

Nous pensons ne plus être en accord sur le fond et sur la forme avec les décisions et les orientations qui ont été prises lors de la réunion du 16 juin 2015.

Avant cela il nous paraissait judicieux de participer à cet événement qu’est Alternatiba, ainsi qu’à son échelle locale dans le département du Loiret. Ce mouvement nous apparaissait un bon outil pour rassembler et convaincre le maximum de personne pour s’opposer et établir un véritable rapport de force conséquent à la farce qu’est la conférence de l’ONU sur le climat (COP21). Le village des alternatives concrètes prévu dans la ville nous semblait être une initiative intéressante comme moyen de proposer des solutions, de faire la pédagogie et du partage de savoir sur l’écologie et la lutte contre les responsables du dérèglement climatique ainsi que des pistes pour l’endiguer. Le slogan « changeons le système pas le climat » nous paraissait particulièrement judicieux.

Seulement voilà, au cours des dernières réunions nous avons relevé plusieurs incohérences qui font que nous ne pouvons sérieusement continuer de participer à ce collectif pour les raisons suivantes :

. Dans les discussions plénières des réunions, l’objectif d’opposition à la COP21 n’est pas flagrant et a même pu choquer certain-e-s (car pour elles et eux ce n’est pas bien d’être contre !). Le dossier de subvention déposé auprès de la région Centre fait apparaître Alternatiba comme la déclinaison locale de la COP21 dans le Loiret. Nous refusons d’être assimilés à ce dévoiement.
. Dans la continuité de l’indépendance par rapport aux institutions et aux partis, en contrepartie du dossier de subvention de la mairie et du prêt du Campo Santo pour le village des alternatives concrètes, la mairie d’Orléans demande que le logo de la ville soit bien mis en évidence à l’entrée et sur les tracts et affiches. Une majorité des participant-e-s à la réunion du 16 juin ont accepté ces conditions et seule une toute petite minorité a voté contre. Il est pour nous évident que « l’indépendance par rapport aux institutions et aux partis » a dès lors volé en éclats. Nous ne pourrions sérieusement pas supporter que la mairie-LR (ex-UMP) se targue de contribuer à la tenues de manifestations écolo, alors qu’elle est aux mains d’un parti qui dans les paroles et dans les actes a maintes fois prouver son anti-écologisme.
. D’autre part, le village Alternatiba tiendra ses quartiers le 19 septembre… alors que les élections régionales se dérouleront avant la fin de l’année, qui peut croire que les partis gestionnaires (LR et PS) ne profiteront pas de cette « entrée » dans Alternatiba pour en détourner le sens à des fins politiciennes.
. Enfin, la participation de Colibris45, qui compterait dans ses rangs des activistes réactionnaires et/ou libéraux, représente pour nous un partenariat plus que douteux !

Pour toutes ces raisons, il serait pour nous incohérent de continuer à participer à la construction de cette initiative.

Bien entendu le collectif Alternative Libertaire d’Orléans ne compte pas arrêter son action contre les responsables du dérèglement climatique et prévoit de donner humblement des pistes pour tenter de l’endiguer.

Alternative libertaire milite pour une société qui n’ait pas le développement et la croissance comme objectif ni les rapports marchands comme nécessité.

Nous pensons qu’il faut quelques fois produire moins, ou ne plus produire certains produits car leurs conditions de réalisation, ainsi que leurs consommations peuvent avoir des conséquences néfastes sur les travailleuses, les travailleurs, l’environnement et nos libertés. Nous pensons que tout ne tourne pas obligatoirement autours de la production et que l’éducation, le partage de savoir, la solidarité, l’entraide, la détente, le jeu, la possibilité de ne rien faire… sont des valeurs essentielles pour la société.

En ce sens, nous nous opposons au « développement durable », notion reprise par plusieurs participant-e-s aux réunions sans que personnes ne s’en offusque vraiment. Ce concept suppose un aménagement du système, un capitalisme repeint en vert. Dans la même veine, la présence d’entreprises « vertes » ne pose pas de problème majeur, même si les associations restent prioritaires. C’est pourquoi nous avions proposé un débat « l’écologie est-elle soluble dans le capitalisme ? » dans le cadre d’Alternatiba 45.

Ayant acté notre retrait d’Alternatiba 45, nous préparerons bientôt une réunion publique où ce sujet aura une place principale et comptons mobiliser un maximum de personnes pour réussir la manifestation contre la conférence de l’ONU qui aura lieu à Paris en décembre prochain, afin d’établir un rapport de force contraignant.

Nous n’appelons pas à un boycott d’Alternatiba 45, d’ailleurs certains de nous passeront probablement voir le village des alternatives concrètes, par simple curiosité.

C’est pourquoi nous vous disons à bientôt dans les luttes sociales et écologistes (car elles sont intrinsèquement liées) ainsi que dans les luttes contre l’emprise de l’État sur nos Libertés !

http://alternativelibertaire45.org/pour ... natiba-45/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22014
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

PrécédenteSuivante

Retourner vers Écologie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité