Des maisons de semences pour se libérer de l’agrobusiness

Nucléaire, OGM, projets inutiles, ZADs ...

Des maisons de semences pour se libérer de l’agrobusiness

Messagede shokin » 09 Nov 2012, 09:53

Des maisons de semences paysannes pour se libérer de l’agrobusiness

Bonne chose que de lutter contre le brevetage du vivant.

En fait, le droit d'auteur (via les brevets) est une manière de limiter le libre partage et le libre accès. Il semble avoir envahi tous les domaines, y compris celui de l'alimentation (Monsanto et Syngenta, vous connaissez...).

Là, des personnes diverses remettent - bonne chose ! - sur le tapis des semences "libres", et non génétiquement modifiées. Dans le domaine alimentaire comme dans tous les autres domaines, il s'agit de se libérer de l'industrie.

Industrie alimentaire : chercher des semences libres, cuisiner soi-même à partir d'ingrédients bruts, éviter les plats tout faits (en plus, on ne sait pas ce qu'ils y mettent...), aller directement au producteur, au marché local.
Industrie musicale et cinématographique : apprendre la musique, préférer le théâtre au cinéma, ne pas se sentir obligé de "tout connaître" (fier d'être inculte en films), pratiquer le pire-tout-pire, le libre partage, ne pas se procurer de télévision. Si vous êtes fans, acheter le disque au concert, pas à la FNAC, ou ne pas l'acheter (vous connaissez les paroles par coeur, après tout), voire ne pas vous procurer le mp3 (ou l'ogg ; quel sens d'écouter en boucle une chanson ?).
Industrie de l'information : éviter la télévision, FaceBook, Google et Apple (et bien d'autres du genre), diversifier ses sources sur le web.
Industrie en informatique : quitter Windows et Apple et découvrir une des distribution Linux (Ubuntu, Kubuntu, Edubuntu, Mint, Trigger, etc.), n'utiliser que des logiciels libres, des formats ouverts, des polices libres.
...
Nous sommes libres. Wir sind frei. We are free. Somos libres. Siamo liberi.
Avatar de l’utilisateur-trice
shokin
 
Messages: 19
Enregistré le: 08 Nov 2012, 15:22
Localisation: Suisse

Re: Des maisons de semences pour se libérer de l’agrobusines

Messagede digger » 09 Nov 2012, 11:46

Tu as raison, bien sûr, sur le fond. Mais attention de ne pas appliquer des recettes universelles à des comportements individuels, souvent dictés par la nécessité. Je fais pousser(en partie) mes propres légumes parce que je peux le faire. En centre ville, c'est moins facile. Et si j'ai un terrain pour le faire, c'est que je l'ai acheté et donc que j'ai utilisé le système par ailleurs. Et même si j'utilise un logiciel libre, ce qui est souvent mon cas, la bécane sur lequel il tourne sort tout droit de l'industrie capitaliste. etc...
C'est selon moi la limite de l'approche "individualiste". Ce n'est pas ou/ou mais et/et. C'est à dire que je peux essayer de vivre le plus possible en cohérence avec mes idées mais ma façon de vivre n'a que peu d'impact sur les transformations radicales nécessaires. Et ces transformations radicales ne peuvent être recherchées que dans l'action et l'organisation collective. C'est ce que j'appelle le Et/et.
digger
 
Messages: 2058
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: Des maisons de semences pour se libérer de l’agrobusines

Messagede shokin » 09 Nov 2012, 11:55

Oui, bien sûr, je ne vais pas pinailler sur la moindre imperfection.

J'habite aussi en ville et vais chaque mercredi au marché local. [Il y a des villes où il n'y en a pas.]

J'ai aussi acheté un ordinateur portable sur lequel il y avait Windows7, que j'ai tout de suite remplacé par Linux Mint Maya 13 pour essayer.

Je n'empêche personne d'aller au McDo, n'oblige personne à n'utiliser que des distributions libres. Mais j'encourage à se tourner vers le libre. Encourager le libre n'est jamais vain.

N'empêche... utiliser des logiciels libres réduit à zéro les coûts fixes dans la catégorie "informatique" (bon... il y a éventuellement l'imprimante laser et le papier... et le forfait web). N'envoyez que des messages et ne conclure aucun abonnement téléphonique également. Moins besoin de dépenser, moins besoin de faire dépenser, moins de dépendance au système monétaire, au marché.
Nous sommes libres. Wir sind frei. We are free. Somos libres. Siamo liberi.
Avatar de l’utilisateur-trice
shokin
 
Messages: 19
Enregistré le: 08 Nov 2012, 15:22
Localisation: Suisse

Re: Des maisons de semences pour se libérer de l’agrobusines

Messagede digger » 09 Nov 2012, 12:22

je ne vais pas pinailler sur la moindre imperfection.

Je parlais sur un autre plan. Celui qui sépare la démarche "individualiste" de "l'anarchisme social" -ou quel que soit le nom qu'on lui donne selon diverses tendances que tu trouveras ici.
Le second insistera plus sur la nécessité d'organisation collective (et les logiciels libres n'existeraient pas sans cette organisation) . il n'est pas vain de chercher à réduire le plus possible la collaboration avec le système marchand, de façon individuelle, mais cette approche trouve rapidement ses limites si elle ne se fonde pas aussi sur la recherche de solutions et d'actions collectives.
digger
 
Messages: 2058
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: Des maisons de semences pour se libérer de l’agrobusines

Messagede shokin » 09 Nov 2012, 12:53

Pour ce qui est du libre partage, des activités collaboratives, on en fait à échelle régionale. Elles n'ont l'air de rien, mais ne sont pas si moindres quand on voit (bon, ça ne se voit pas car les activités ne sont pas numérisables, et on ne va pas perdre de temps à toutes les filmer) :

- libre partage de savoir-faire à deux (sorte d'échange, mais on ne compte pas) : je lui enseigne le français, elle m'enseigne l'allemand ; je l'aide en mathématique, elle m'aide en violon ; etc.
- animation d'un jour : une personne (ou plusieurs) partage durant une journée son savoir-faire (pause à midi), de manière pédagogique, où les apprenants peuvent expérimenter. Elle a préparé son animation, pendant que les autres se sont inscrites à cette journée-animation.
- discussions sur les forums : ça, vous connaissez. :wink: Partager des informations, des idées, des savoirs.
- animations ludiques et artistiques : un peu comme les animations d'un jour, mais le but est moins didactique que relaxant, créatif, amusant. Il s'agit de détendre l'atmosphère, de pousser la rigolade, l'humour et l'âme d'artiste : toute action peut être art du moment qu'elle est effectuée dans un certain état d'esprit.
- cours : un peu comme les animations d'un jour, mais concerne plus le partage du savoir que le partage du savoir-faire. Un défi est de rendre cela attrayant.

Toutes ces activités sont sans monnaie, non déclarées, non officielles, non taxées, mais libres, réelles et concrètes.

Une autre activités que font certaines personnes, c'est partager leur savoir sur le web sous une des licences Creative Commons ou hors du droit d'auteur. Mais il faut un peu connaître comment faire un site, héberger des fichiers. Bon, sinon, vous connaissez le pire-tout-pire, le partage décentralisé (emule, amule, torrent, etc.). On peut aussi partager des fichiers directement de disques durs à disques durs. Partager des livres, les donner, les faire voyager, des vêtements, au lieu de les laisser croupir sur une étagère ou dans une armoire.

Bref, continuons d'apprendre. A ma famille, je leur montre comment remplacer WIndows7 par Ubuntu ou Linux. Je ne les y oblige pas, mais je leur montre un peu comment ça fonctionne. [Bon, en même temps, je suis loin de tout connaître.]
Nous sommes libres. Wir sind frei. We are free. Somos libres. Siamo liberi.
Avatar de l’utilisateur-trice
shokin
 
Messages: 19
Enregistré le: 08 Nov 2012, 15:22
Localisation: Suisse

Re: Des maisons de semences pour se libérer de l’agrobusines

Messagede digger » 09 Nov 2012, 13:26

Tu réponds un peu à côté, vu l'intitulé du forum.
Beaucoup ici sommes d'accord sur l'utilité des logiciels libres. Ce n'est pas la question.
L'approche se fait néanmoins sous un angle différent. Disons la réflexion sur l'action collective, (et l'action collective elle-même) sous différentes formes, pour une transformation radicale de la société. Si ce forum est ouvert, y compris à la rigolade, il y a à mon avis, un risque pour que tu te retrouves à un moment donné, en décalage.
Alors , je t'invite à visiter un peu plus le contenu du forum et ses différentes rubriques et réfléchir à comment tu te situes par rapport à la démarche décrite plus haut, et comment tu peux y contribuer et y participer.
digger
 
Messages: 2058
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: Des maisons de semences pour se libérer de l’agrobusines

Messagede shokin » 09 Nov 2012, 13:31

Ah ! okay. Pour l'instant, je suis en mode "lecture". Je n'ai pas encore pensé à une démarche.
Nous sommes libres. Wir sind frei. We are free. Somos libres. Siamo liberi.
Avatar de l’utilisateur-trice
shokin
 
Messages: 19
Enregistré le: 08 Nov 2012, 15:22
Localisation: Suisse

Re: Des maisons de semences pour se libérer de l’agrobusines

Messagede digger » 09 Nov 2012, 15:03

Et tu restes le bienvenu :)
digger
 
Messages: 2058
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: Des maisons de semences pour se libérer de l’agrobusines

Messagede bipbip » 25 Mai 2017, 17:07

Le combat tranquille d’un paysan pour la liberté des semences

Jean-Luc Danneyrolles a fait de son « Potager d’un curieux » un lieu de conservation de la diversité des variétés potagères. Ni les enquêtes de gendarmerie ni la Répression des fraudes ne l’ont privé de son sourire désinvolte ni fait dévier de son rêve de grainier.

Saignon (Vaucluse), reportage

... https://reporterre.net/Le-combat-tranqu ... s-semences
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des maisons de semences pour se libérer de l’agrobusines

Messagede bipbip » 11 Juin 2017, 13:07

Pourquoi nous n’irons plus acheter nos graines chez Kokopelli
https://www.lejardindespossibles.org/di ... us-acheter
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des maisons de semences pour se libérer de l’agrobusines

Messagede bipbip » 24 Juin 2017, 13:15

Qui sème le vent bio, récolte la tempête bio

Kokopelli, c’est fini...

Le monde associatif n’est pas toujours plus reluisant que celui de l’entreprise. Il même s’avère parfois pire. Illustration avec le cas d’une association reconnue, figure de la défense de la diversité des semences, Kokopelli.

Elle entend œuvrer « pour la Libération de la semence et de l’humus et la protection de la biodiversité alimentaire » – rien de moins. Depuis 1999, Kokopelli diffuse des semences de variétés libres de droits et édite un catalogue devenu référence. De quoi faire de l’association une icône de la défense des semences face à l’agro-industrie. En apparence, du moins. Parce qu’en réalité, exploitation et management moderne, théorie du complot et tromperie humanitaire ont cours au sein de Kokopelli. Une réalité décrite dans Nous n’irons plus pointer chez Gaïa https://www.hobo-diffusion.com/catalogu ... -chez-gaia, paru récemment aux éditions du bout de la ville. Interview avec quelques-uns des auteurs de ce livre collectif : Martin, salarié à Alès avant que l’association ne déménage brutalement, Julie et Laura, anciennes salariées en Ariège, et Bénédicte, jardinière et cofondatrice d’un réseau d’échange de semences en Ariège.

... http://cqfd-journal.org/Kokopelli-c-est-fini-1831
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des maisons de semences pour se libérer de l’agrobusines

Messagede bipbip » 16 Juil 2017, 17:26

Nous n’irons plus pointer chez Gaïa, jours de travail à Kokopelli

Nous publions un chapitre complet de Nous n’irons plus pointer chez Gaïa, jours de travail à Kokopelli, livre écrit par le Grimm (les Garnements rétifs aux injonctions des maître minuscules) et paru aux éditions du bout de la ville au printemps 2017.
Le texte qui suit est le 1er chapitre du livre écrit par Julie préparatrice de commande à Kokopelli de décembre 2013 à mars 2014.

... https://iaata.info/Nous-n-irons-plus-po ... -2137.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des maisons de semences pour se libérer de l’agrobusines

Messagede bipbip » 11 Oct 2017, 18:11

Kokopelli voudrait-elle faire taire la critique ?

En mars 2017, notre petite maison d’édition ariégeoise publie Nous n’irons plus pointer chez Gaïa, jours de travail à Kokopelli écrit par un collectif d’autrices, le Grimm. Essentiellement constitué de témoignages, cet ouvrage est l’aboutissement d’une réflexion et d’une écriture collective qui a duré trois ans. Il est le fruit de la solidarité entre des jardinières d’Ariège et des travailleuses employées jusqu’en 2014 par une association « écolo », Kokopelli, qui avait quelques mois plus tôt déménagé ses locaux au Mas-d’Azil en Ariège. L’objet de cette association, qui jouit d’une relative notoriété militante, est de diffuser des semences. À sa sortie, le livre n’a fait l’objet d’aucune plainte de la part de Kokopelli. Un mois plus tard, un blog, Le jardin des possibles.org, publie un article sur le livre intitulé « Pourquoi nous n’irons plus acheter nos graines chez Kokopelli ». Kokopelli le poursuit. Le procès aura lieu le 13 octobre 2017 à 11 h 30 au TGI de Paris.

... http://iaata.info/Kokopelli-voudrait-el ... -2233.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Des maisons de semences pour se libérer de l’agrobusines

Messagede Pïérô » 05 Jan 2018, 01:50

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21477
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Des maisons de semences pour se libérer de l’agrobusines

Messagede bipbip » 05 Avr 2018, 14:53

Kokopelli perd son procès pour diffamation

Poursuivi par Kokopelli pour diffamation, Daniel Vivas a finalement gagné son procès. Ce jardinier tarnais avait publié un billet de blog au vitriol dans lequel il commentait un ouvrage de témoignages très critique des conditions de travail au sein de l’association semencière. Reporterre s’était fait l’écho de cette histoire en octobre dernier.

Suite à l’audience du 13 octobre, les juges ont finalement débouté Kokopelli de toutes ses demandes et l’ont condamné à payer 3.000 euros de participation aux frais de justice. Ils ont reconnu la bonne foi et le sérieux des affirmations de l’article qui s’appuient sur le livre Nous n’irons plus pointer chez Gaïa, où quatre anciens salariés de l’association racontent comment ils ont été « exploités ».

Le 26 mars était la date limite pour faire appel.

https://reporterre.net/Kokopelli-perd-s ... iffamation
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 28910
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Suivante

Retourner vers Écologie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités