Gaz de schiste : infos et mobilisation

Nucléaire, OGM, projets inutiles, ZADs ...

Re: Gaz de schiste : mobilisation

Messagede Nico37 » 09 Juil 2011, 16:55

Un influent eurodéputé souhaite une législation européenne sur le gaz de schiste 08 Juillet 2011 | Actu-Environnement.com

Dans un article du Guardian, l'eurodéputé Jo Leinen (Socialiste, Allemagne) souhaite l'adoption d'une législation européenne sur la qualité de l'énergie.
Le président de la commission Environnement (Envi) du Parlement européen estime qu'il faudrait encadrer l'usage des carburants nocifs pour l'environnement. Une telle législation viserait les hydrocarbures non conventionnels, tels que le pétrole issu des sables bitumineux et surtout le gaz de schiste.
"Nous devons regarder de plus près le gaz de schiste, et les conséquences qu'implique la poursuite de son exploitation", a expliqué le parlementaire européen, précisant qu'un tel cadre juridique serait probablement soutenu car de nombreux eurodéputés sont de plus en plus inquiets s'agissant du rôle du gaz de schiste dans le bouquet énergétique mondial.
La législation pourrait limiter le recours aux hydrocarbures non conventionnels ou sanctionner financièrement les utilisateurs.
Philippe Collet
Nico37
 
Messages: 8486
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Re: Gaz de schiste : mobilisation

Messagede Nico37 » 16 Juil 2011, 16:39

Nico37
 
Messages: 8486
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Re: Gaz de schiste : mobilisation

Messagede Nico37 » 25 Juil 2011, 23:00

" Le vrai scandale des gaz de schiste " : un livre de Marine Jobert et François Veillerette, à paraitre aux Ed Les Liens qui Libèrent fin aout 2011.

En décembre 2010, 300 personnes réunies au pied du Larzac lancent un mouvement sans précédent contre l’exploration du gaz de schiste. Un mois plus tard, plus de100 000 personnes les ont rejointes au travers d’une pétition. En 6 mois, des dizaines de collectifs d’insurgés vont naître, rassemblant des foules déchaînées dans des salles trop exigues. De Montélimar à Montpellier, en passant par les Cévennes et le Larzac, puis du Bassin parisien au Jura et à la Lorraine, des milliers de « refusants » vont se lever contre cette menace pour leur environnement et leur santé, contre une décision prise sans information et sans concertation. Pourquoi ? Et pourquoi une classe politique en apparence unanime décide t-elle aussitôt le vote d’une loi qui, au final, ne règle rien? Par peur d’un mouvement populaire qui bousculerait tout sur son passage ? Ce livre répond à ces questions, mais il va beaucoup plus loin.
L’enjeu de cette gigantesque bataille de l’énergie dépasse les frontières françaises et presque partout dans le monde l’on fore déjà à la recherche de ce gaz. Il y a bien une histoire secrète des gaz de schiste, qui mène de l’ancien vice-président américain Dick Cheney au demi-frère d’un certain Patrick Balkany en passant par la haute administration de notre pays. De même qu’il existe des liens profonds entre les milliardaires Paul Desmarais et Albert Frère d’un côté, et le président Sarkozy de l’autre. L’affaire des gaz de schiste est aussi un formidable révélateur de nos appétits de consommation, de notre aveuglement devant la crise climatique et de l’affaissement de l’esprit démocratique. Et elle ne fait que commencer. Brûlerons-nous jusqu’à la dernière molécule de gaz, quitte à détruire paysages, cultures et nappes phréatiques ? N’est-il pas temps de s’arrêter, et de réfléchir ?

(Lire à ce sujet l'article de José Bové page 16 de la Revue de la Terre n 4 : http://www.youblisher.com/p/155970-La-R ... a-Terre-N4)

Marine Jobert est journaliste
François Veillerette est porte parole de Générations Future
Nico37
 
Messages: 8486
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Re: Gaz de schiste : mobilisation

Messagede Pïérô » 30 Juil 2011, 13:37

Rassemblement dans les Cévennes du 26 au 28 août 2011 contre les gaz de schiste

ENERGIES POUR LA PLANÈTE - CONVERGENCE CITOYENNE POUR UNE TRANSITION ENERGÉTIQUE

Cévennes – 26-27 & 28 août 2011

À l’initiative de la Coordination nationale des collectifs contre le gaz de schiste, en partenariat avec les réseaux militants nationaux et internationaux, luttant pour un autre avenir énergétique.

L’extraction des gaz et pétroles de schiste est un phénomène européen, planétaire. Ces hydrocarbures posent, avec une acuité nouvelle, la question clé de l’énergie : sa production, le niveau de sa consommation, la préservation de l’environnement, de l’eau et du climat.

Le niveau de vie de notre société repose sur une gabegie énergétique et, encore, bon marché. Nos objets, nos projets, nos manières de vivre, de nous chauffer, de nous déplacer, …, imposent une offre perpétuellement croissante, stimulée par des logiques industrielles, financières et politiciennes. Les transnationales de l’énergie spolient les peuples, prennent en otage les générations futures et hypothèquent l’avenir même de l’humanité. Est-ce tenable ? Nous répondons : non.

En outre, l’année 2011 restera, définitivement, marquée par le drame atroce de Fukushima. Une fenêtre historique s’ouvre. Prenons le pari de nous y engouffrer et de pousser ensemble à l’adoption d’un projet démocratique sur la production énergétique, construit à la fois sur la mobilisation sociale et l’élaboration d’un scénario crédible, qui permettrait d’entrevoir, en même temps, la sortie du nucléaire, la diminution de nos émissions de gaz à effet de serre, assurant collectivement un avenir aux habitants de notre planète.

La bataille contre les gaz et pétroles de schiste trouverait là sa complète cohérence. Autrement, nous n’aurons, demain, aucune crédibilité à refuser près de chez nous ce que nous acceptons, si facilement, loin. Il s’agit d’états généraux citoyens sur la question de nos besoins énergétiques, embrayant sur une sobriété elle-même prélude à un scénario pour l’avenir totalement différent de celui qui nous est promis. Sans entrer dans les détails, nous avons lancé des pistes autour de plusieurs débats débouchant sur une discussion finale et fondatrice.

Les trois jours abriteraient également, parallèlement aux débats « centraux » des tables rondes et forums, au cours desquels les participants pourront s’exprimer. L’aspect festif, bien que secondaire, serait également et heureusement présent.

Afin de mutualiser et démultiplier nos connaissances et idées, la Coordination nationale des collectifs contre le gaz de schiste invite, dès maintenant, les réseaux militants concernés à la rejoindre pour penser et construire le programme de cette convergence citoyenne pour une transition énergétique.

Contact : organisation@nonaugazdeschiste.com
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22432
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Gaz de schiste : mobilisation

Messagede Nico37 » 31 Juil 2011, 13:50

Algérie : gaz sous pression 26/07/2011 à 12h:17 Par Michael Pauron

Les gazoducs algériens pourraient bien souffrir de la baisse des exportations d'hydrocarbures.

L’exploitation mondiale des gaz non conventionnels fragilise l’économie algérienne.
L’Algérie est-elle à la veille d’une crise financière ? Une étude du FMI publiée la semaine dernière met en garde le pays, qui doit de toute urgence diversifier son économie, dépendante des hydrocarbures, au risque de voir ses comptes se fissurer. Le FMI appuie son constat sur deux éléments : l’exploitation croissante des ressources de gaz non conventionnels (dont les gaz de schiste) en Europe et aux États-Unis ; et la chute des prix du gaz, en réaction à un marché saturé.

Déficit

Les exportations algériennes de gaz (49 % des exportations totales d’hydrocarbures) pourraient chuter de 5 % par an. Déjà, celles de gaz naturel liquéfié vers les États-Unis et la Belgique (10 % des volumes totaux) ont cessé depuis 2010. Le gazoduc Medgaz, ouvert en mars entre l’Algérie et l’Espagne, comblera dans un premier temps ce déficit. Malgré cela, « la reprise lente de l’activité industrielle, particulièrement en Espagne et en Italie, maintient les exportations à un niveau très bas », bien en deçà de celui d’avant la crise de 2008, souligne le rapport.
Dans la perspective de la mise en production des gaz non conventionnels en Europe, le FMI prévoit, d’ici à 2015, une détérioration de la balance fiscale (– 0,9 % du PIB) dans le cas d’une chute des volumes et des prix, ainsi que des réserves amputées de 45 milliards d’euros. « Les turbulences récentes au Moyen-Orient accentuent la pertinence de cette analyse : les prix du gaz au hub de Zeebrugge [Belgique, NDLR] ont chuté de 10 % depuis le premier trimestre 2011 », conclut le FMI.
Nico37
 
Messages: 8486
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Re: Gaz de schiste : mobilisation

Messagede Nico37 » 16 Aoû 2011, 14:54

Nico37
 
Messages: 8486
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Re: Gaz de schiste : mobilisation

Messagede Nico37 » 24 Aoû 2011, 23:17

"Le vrai scandale des GAZ DE SCHISTE" : un livre essentiel à paraître le 31 août prochain ! Par François Veillerette et Marine Jobert, Edition Les Liens qui Libérent, août 2011.

Un livre essentiel sur le prochain grand scandale écologique, préfacé par José Bové.

Accusés de polluer les nappes phréatiques, les sous-sols et d’empoisonner l’air par les produits chimiques utilisés pour leur extraction ; de faire exploser le trafic routier, de provoquer des séismes et d’aggraver le réchauffement climatique par l’intensité des creusages, les gaz et pétrole de schiste sont au cœur d’un débat national. Les opposants ont gagné la première manche, mais les potentiels bénéficiaires préparent déjà leur revanche…Les industriels et les politiques n’entendent pas en effet se priver de nouvelles ressources. Mais en courant après l'indépendance énergétique, ils poursuivent un modèle économique qui génère la crise écologique.
Ce livre est un document précieux décryptant les liens entre haute administration, industriels et politiques. Il démontre pourquoi les projets d’extraction sont encore sur la table malgré les dommages immenses et prouvés de ces exploitations sur l’environnement. A l’heure du grand théâtre de la présidentielle, voici le livre qui permet d’affronter les enjeux énergétique et climatique en connaissance de cause.

>>> Biographie des auteurs : Ecrit par Marine Jobert, journaliste et François Veillerette, notamment coauteur de « Pesticides, révélations sur un scandale français », Fayard 2007 et Porte Parole de l'association écologiste Générations Futures.

Dans quelques jours mise en ligne du site complet du livre avec des documents complémentaires, des interviews, des actualités...
Nico37
 
Messages: 8486
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Re: Gaz de schiste : mobilisation

Messagede Nico37 » 29 Aoû 2011, 12:16

L'exploitation des sables bitumineux expliquée en vidéo ÉCRIT PAR : YVES HEUILLARD DANS POLLUTION, COMPRENDRE LE 22 AOÛT 2011

"Si vous n'avez pas entendu parler de l'exploitation des sables bitumineux, préparez-vous à un choc" nous dit Josh Fox, le réalisateur de Gasland. Son montage vidéo montre l'activité la plus sale et la plus polluante jamais créée dans l'histoire de l'industrie.
e film ci-dessous est un film militant. Il a été réalisé dans le cadre d'un appel à la désobéissance civile visant à faire pression sur le gouvernement de Barrack Obama pour ne pas soutenir le projet d'oléoduc géant à travers les États-Unis (voir notre article sur la manifestation du 22 août 2011 devant la Maison Blanche et l'arrestation d'un centaine de militants). Les manifestants ont prévu un roulement devant la Maison Blanche jusqu'au 3 septembre et anticipé des milliers d'arrestations. Après la vidéo vous trouverez la traduction rapide d'une partie du commentaire de Josh Fox.

http://vimeo.com/27902739
Tar Sands Action/ Josh Fox from JFOX on Vimeo.

Traduction partielle du commentaire après les premières secondes consacrées à l'appel à la désobéissance civile comme seul outil pour changer le monde dans les périodes désespérées :

Requiem pour une espèce

La terre du Canada renferme l'un des plus grands gisements de pétrole "exploitable" du monde : "exploitable" si vous acceptez de détruire de façon irréversible une surface de l'ordre de celle de l'Angleterre jusqu'alors occupée par l'un des plus grandes forêts du monde et l'une des dernières à être totalement intacte.
C'est exactement ce qui se passe maintenant. C'est le plus grand projet industriel de tous les temps, le plus grand investissement industriel jamais réalisé, et c'est aussi la promesse de la création d'un petit enfer sur Terre.
Le pétrole est contenu dans le sable ou la roche qui agit comme une éponge. [Le pétrole n'est pas contenu dans un immense réservoir géologique comme c'est le cas dans un gisement conventionnel, ndlr]. Pour l'extraire il ne s'agit pas de le pomper mais d'extraire les sables bitumineux, de les presser, et de les chauffer. Le processus utilise plus d'eau qu'une ville de deux millions d'habitants et produit le chiffre astronomique de 36 millions de tonnes de CO2 par jour, plus que 1,3 millions de voitures ! la quantité d'énergie nécessaire à l'extraction est gigantesque. Pour la seule année 2007, 30 millions de mètres cube de gaz naturel ont été utilisés - par jour - pour extraire le pétrole ; le gaz lui même obtenu par la technique de fracturation hydraulique.
Les réservoirs d'eaux contaminées sont si grands qu'ils peuvent être vus de l'espace formant des lacs toxiques qui rejettent onze millions de litres d'eau par jour dans la nature, les rivières, les nappes phréatiques elles-mêmes sources d'eau potable pour les habitants de la région.
Les compagnies pétrolières ont investi 120 milliards de dollars dans l'exploitation des sables bitumineux et le Président Obama est maintenant face à la proposition de construire un réseau d'oléoducs gigantesque au travers des Etats-Unis, réseau appelé Keystone XL et destiné à transporter le pétrole dans tout le pays et (via ses ports, ndlr) dans le monde entier.

Construire une économie verte

La dernière partie de la vidéo est un appel aux américains à rejoindre les militants pour demander au Président Obama d'être à la hauteur de ses promesses et construire une véritable économie verte plutôt que de faire le lit d'une nouvelle ère de contamination et d'émissions de gaz à effet de serre.
Plus d'info sur la manifestation américaine sur le site de www.tarsandsaction.org
Nico37
 
Messages: 8486
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Re: Gaz de schiste : mobilisation

Messagede Nico37 » 18 Sep 2011, 17:23

WikiLeaks éclate une bulle de schiste par Sylvain Lapoix Le 31 août 2011

L'économie des gaz de schiste est une bulle. Les Etats-Unis avaient été prévenus, dès 2009, comme le révèlent des télégrammes diplomatiques d'un consulat américain en Arabie Saoudite.

Dès septembre 2009, l’ancien vice-président de la société pétrolière saoudienne Aramco, Ibrahim al-Husseini prévenait les États-Unis de la surévaluation des capacités du gaz de schiste. Selon lui, le boom de l’industrie des gaz de schiste était une bulle. Dans un télégramme diplomatique du consulat américain de Dharan (en Arabie Saoudite) publié par WikiLeaks, l’analyse de ce membre de la famille régnante, ingénieur pétrogazier d’expérience, n’est pas flatteuse :
Les réserves de gaz de schiste […] sont largement surestimées.
Une conclusion à laquelle se rangeaient de nombreux cadres de l’industrie pétrogazière et de la finance, dont le New York Times a révélé une partie des échanges entre 2009 et 2011. Alertée sur une possible bulle financière autour des gaz de schiste, l’autorité des marchés financiers américaine (la SEC) a depuis assigné en justice de nombreuses compagnies dont Chesapeake, ExxonMobil et Southwestern Energy.
Dans ces dossiers, la SEC exige de connaître la réalité des réserves en gaz de schiste dont les compagnies se sont vantées ; leur permettant de réaliser de copieux profits boursiers.

Folles spéculations

L’enquête apparaît d’autant plus justifiée à la lecture de ces nouveaux éléments apportés par WikiLeaks. En septembre 2009, al-Husseini condamnait cette nouvelle ressource et les folles spéculations dont elle faisait l’objet, avec un argument certes un peu technique, mais imparable :
Alors comme ça, la Marcellus shale [gisement du gaz de schiste du Nord Est des États-Unis] contiendrait plus de gaz que les champs Nord du Qatar ?
Eh bien, c’est formidable, mais même à un rythme de 3,4 millions de pieds cube par jour (scfd) [soit 0,1 million de mètres cubes environ] par an et par puits, ça va prendre un sacré temps pour remplacer un champ de 900 milliards de pieds cube de réserves. Dans le même temps, les États-Unis consomment 63 milliards de scfd de gaz, ce qui nécessiterait quelque chose comme 20 000 puits avec une production de 3 millions de scfd chacun. Et, à la vue de la baisse rapide de production des puits, cela nécessiterait de creuser quelque chose comme 10 000 nouveaux puits par an pour être à l’équilibre.

Fin 2009, déjà, 26 000 puits avaient été fracturés et le rythme n’a fait que s’accélérer depuis. En août 2009, un spécialiste de Anglo-European Energy avait tranché dans le vif :
Je connais bien les caractéristiques des bons puits [d'hydrocarbures] (lent déclin de la production, faible coût d’exploitation, production importante) et, comme vous le savez, les gisements de gaz de schiste n’ont aucune de ces caractéristiques.
Une information inaccessible aux autorités américaines à l’époque mais qui était, au même moment, transmise par la voie d’un document diplomatique à Washington. Télégramme terminé par une considération personnelle du consul de Dharan :
Le scepticisme [sur les ressources pétrolières] hors OPEP et sur ressources d’énergie non-conventionnelle présente un certain intérêt.

Pas sûr que Washington ait su le saisir à temps.
Nico37
 
Messages: 8486
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Re: Gaz de schiste : mobilisation

Messagede Nico37 » 07 Oct 2011, 02:23

Gaz de schiste, fracturation hydraulique: les questions-clés

PARIS - Le gaz de schiste, dont la France vient de décider d'abroger les trois permis d'exploration, est présenté par les uns comme une manne énergétique sur laquelle il faudra compter, et pour les autres, comme une catastrophe écologique annoncée.

Qu'appelle-t-on les gaz de schiste ?

Les gaz et le pétrole (huile) de schiste (ou de roche-mère) sont des hydrocarbures prisonniers dans des roches très profondes et faiblement poreuses (schiste, argile, calcaire...) dans lesquelles ils sont éparpillés en petite quantité. Pour les extraire, il faut fissurer ces roches avec la fracturation hydraulique.

Il existe d'autres hydrocarbures dit non conventionnels, comme les gaz de houille (le fameux grisou des anciennes mines de charbon) ou les tight gas, contenus dans des réservoirs très profonds difficiles à exploiter.

Avec la raréfaction de l'or noir et du gaz, il devient plus rentable d'aller chercher ces hydrocarbures. Le forage horizontal, mis au point au milieu des années 2000, a ouvert la voie à l'exploitation de ces nouvelles ressources, en premier lieu aux Etats-Unis, où des millions de fracturations ont été réalisées.

La France, dont la production actuelle d'hydrocarbures est infime (1 à 2% de la consommation), est considérée avec la Pologne comme le pays européen ayant le meilleur potentiel en gaz de schiste. Impossible d'en être sûr sans exploration, avancent les industriels...

La fracturation hydraulique, qu'est-ce que c'est ?

La France est devenue en juillet le premier pays à interdire la fracturation hydraulique.

Cette technique controversée consiste à fracturer la roche en grande profondeur (1.500 à 3.000 mètres) avec un mélange d'eau, de sédiments et de produits chimiques projeté à haute pression, afin de libérer les hydrocarbures.

Après un forage, ce mélange est projeté via un tube (parfois percé avec des explosifs) pour fissurer la roche. Le mélange mêlé de gaz remonte alors à la surface, et il faut ensuite traiter l'eau utilisée en grande quantité.

Le risque est de polluer la nappe phréatique ou que l'eau polluée reste dans les sous-sols.

Le documentaire phare des anti-schiste, Gasland, montre ainsi comment aux Etats-Unis, un riverain d'un champ gazier met le feu à l'eau de son robinet, même si ces incidents sont plus probablement liés à des forages mal réalisés qu'à la fracturation.

Permis: que cherche-t-on ?

Il y a actuellement 64 permis en cours pour trouver du gaz et du pétrole en France et outre-mer.

Selon l'administration, la grande majorité (49) concernent le gaz et le pétrole conventionnels, principalement dans les Bassins parisien et aquitain, pour lesquels la fracturation n'est pas nécessaire.

Trois, ceux de Total et de l'américain Schuepbach, concernaient exclusivement le gaz de schiste et vont être annulés pour cette raison.

Quatre, détenus par la compagnie Toreador à l'est de Paris, concernaient initialement le pétrole (huile) de schiste. Mais dans son rapport rendu au gouvernement, Toreador y a renoncé et ne vise plus que des hydrocarbures conventionnels.

Enfin, huit permis ont été accordés pour trouver des gaz de houille. Les détenteurs ont tous renoncé à la fracturation et devront se contenter de forages classiques, selon Bercy.

Y'a-t-il d'autres techniques et qu'est-il prévu pour éviter des abus ?

La fracturation hydraulique est la seule technique utilisée à l'heure actuelle. D'autres techniques sont au stade expérimental. Elles ne sont donc pas autorisées non plus, a précisé mercredi la ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet. Pour veiller au respect par les compagnies, le gouvernement a promis des contrôles renforcés, en vérifiant en préfecture que le type de forage est bien précisé. Des inspections sur place et des sanctions pénales sont prévues.
Nico37
 
Messages: 8486
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Re: Gaz de schiste : mobilisation

Messagede Nico37 » 08 Oct 2011, 14:25

La demande de permis de recherche de gaz de schiste « Lyon-Annecy » rejetée, le feuilleton continue
COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Lyon, jeudi 6 octobre 2011

Le collectif Stop Gaz de Schiste 69 apprend ce soir d’une source très bien informée au Ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie que la demande déposée pour le permis exclusif de recherche d’hydrocarbure (P.E.R.) dit « Lyon-Annecy » (1) par la Société Schuepbach et dont l’instruction était finalisée : « sera prochainement rejetée, la compagnie n'ayant pas renoncé à l'utilisation de la fracturation hydraulique ».

Un revirement du gouvernement ?

Après l'annonce samedi par la presse puis lundi par le chef de l’Etat du retrait prochain de 3 permis emblématiques de la mobilisation citoyenne (Nant, Villeneuve-de-Berg, Montélimar), les « fuites » continuent... Mais ces déclarations tonitruantes ne sauraient cacher la forêt. Il s'agit là d'un discours opportuniste en cette période électorale, en aucun cas d'une prise de conscience ou d'un changement de cap de la majorité sur cette question.

Et maintenant ?

Les membres du collectif Stop Gaz de Schiste 69 se réjouissent de cette sage décision qui fait échos à la forte mobilisation citoyenne mais attendent des confirmations :

- les demandes de permis de recherche de « Blyes », de « Gex Sud » de « Monfalcon » doivent connaitre le même sort dans les meilleurs délais
- les permis des « Moussières » et de « Gex » doivent être révoqués et les éventuels travaux déclarés par les titulaires bloqués par les préfectures

Il convient de rappeler que ces zones ont toujours été connues pour leur richesse supposée en hydrocarbure, mais techniquement et économiquement inintéressantes pour les industriels. Or leur exploitation débouchera inéluctablement sur des forages en grande profondeur avec stimulation de la roche afin d’en extraire tout hydrocarbure liquide ou gazeux.

Vigilance

Le collectif Stop Gaz de Schiste 69 en appelle à la vigilance des maires et des populations des territoires concernés et notamment dans l’Ain afin qu’aucune convention d’occupation de terrains communaux ou privés ne soient signée.

Le Collectif Stop gaz de schiste 69 invite citoyens et élus à se joindre au rassemblement à Lantenay dans le Haut-Bugey dimanche 9 octobre à partir de 11H00.

**********
(1) Permis N°1592, Zone 16, Surface : 3800 km2 / Pétitionnaire : Schuepbach Energy LLC
à En concurrence avec les permis de Blyes (Realm) et Gex sud (Egdon) soit plus de 5000 km2

**********
· Pour en savoir plus voir notre site : http://nonaugazdeschistelyon.wordpress.com
· Et plus particulièrement les cartes et dossiers de chaque permis : http://nonaugazdeschistelyon.wordpress. ... -de-permis

presse.stopgazdeschiste69(at)gmail.com
Nico37
 
Messages: 8486
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Re: Gaz de schiste : mobilisation

Messagede Nico37 » 24 Oct 2011, 23:15

Ils disent non au pétrole de schiste Gilles CORDILLOT | Publié le 24.10.2011, 07h00

Des centaines de personnes se sont rassemblées hier à La Ferté-sous-Jouarre pour redire leur hostilité à l’extraction du pétrole de schiste en Seine-et-Marne.

La ferté-sous-jouarre, hier après-midi. Les opposants à l’extraction du pétrole de schiste ont manifesté dans une ambiance bon enfant. A gauche, le président d’une compagnie pétrolière, coiffé d’un chapeau de cow-boy, a inauguré une statue représentant un émir aux lunettes de soleil en forme de dollars. | (LP/G.CO.)

« L’alcool, non ! Le pétrole, oui ! » ou encore « Le vélo, c’est pour les prolos, l’auto, c’est plus aristo ! »

Hier après-midi, les opposants à l’extraction du pétrole de schiste ont choisi la dérision et la parodie afin de demander une nouvelle fois l’abrogation de tous les permis d’extraction accordés aux compagnies pétrolières.

La guerre du pétrole de schiste redémarre Lors d’un forum citoyen organisé par les collectifs d’Ile-de-France et de Picardie, 300 sympathisants selon les organisateurs (200 pour la gendarmerie) s’étaient massés sur la place de l’église, où se déroulait une comédie à l’humour grinçant.

Sur les planches, le président d’une compagnie pétrolière, coiffé d’un chapeau de cow-boy, s’apprête à inaugurer un monument « en hommage à ces formidables pétroliers, qui font tant de bien à l’humanité et à nos belles régions ». Il y a là une ministre qui lui sert de faire-valoir et qui explique « qu’il n’est pas question d’avoir recours aux énergies renouvelables qui n’apportent pas de taxes… »

L’inquiétude des riverains

La statue représente un émir aux lunettes de soleil en forme de dollars. Il tient une pelle et a un jerrican à ses pieds. Sur sa poitrine est collé un billet de « G20 dollars », à l’effigie du président Nicolas Sarkozy, un cigare à la bouche, surnommé « le président du pouvoir d’achat ».

Mais derrière le sourire se cachait la vive inquiétude des riverains de ces futurs champs d’exploitation de pétrole de schiste. Jean-François Delesalle, le maire de Doue, où des prospections avaient débuté, était présent aux côtés de Marie Richard, conseillère régionale PS, de l’eurodéputée Sandrine Bélier et de la sénatrice PS Nicole Bricq. Ils ont rappelé que si la loi adoptée le 13 juillet 2011 interdit le recours à la fracturation hydraulique, une méthode qui consiste à fracturer la roche à l’aide d’eau mélangée à du sable et des produits chimiques et à l’envoyer dans un puits à très haute pression, les permis d’exploiter ce pétrole n’ont toujours pas été abrogés. De nombreux territoires étant toujours menacés, notamment en Seine-et-Marne, à Doue, Jouarre, Signy-Signets, Blandy-les-Tours ou encore Donnemarie-Dontilly.

Durant tout l’après-midi, une agora citoyenne permettait au public de s’informer sur la question. Entre les stands de Greenpeace, du collectif briard et autres associations militantes, les visiteurs avaient l’embarras du choix pour s’informer. Mais ils pouvaient aussi s’exprimer en lettres et en dessins et apporter leur pierre à l’édifice afin de répondre à la seule question qui ait de l’importance à leurs yeux : comment gagner le combat ?
Nico37
 
Messages: 8486
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Re: Gaz de schiste : mobilisation

Messagede Nico37 » 02 Nov 2011, 22:33

LES GAZ DE SCHISTE FONT TREMBLER L’ANGLETERRE

Malgré des analyses scientifiques liant séismes et forage pour les gaz de schiste, les autorités britanniques font preuve d'une infinie patience vis-à-vis de la société fautive. Notamment parce que ces hydrocarbures pourraient garantir l'autonomie énergétique de la Couronne.

Nous n’employons pas le mot « séisme », nous préférons parler de « secousses » car ce sont des phénomènes géologiques qui ne peuvent pas être ressentis par l’homme.


Plusieurs mois après les deux « mini tremblements de terre » qui ont fait trembler la région de Blackpool au moment où la société Cuadrila Resources fracturait des puits de gaz de schiste, scientifiques et porte-paroles du ministère de l’Environnement continuent de sortir les pinces à sucre pour évoquer l’incident. Car cet automne, la Grande-Bretagne a été secouée par deux répliques de la révolution énergétique en cours : l’annonce d’un effondrement accéléré de la production d’hydrocarbures en Mer du Nord (vache à gaz de la Couronne) et une estimation mirobolante de 5,6 milliards de mètres cubes de gaz emprisonnés dans le sous-sol de la région de Blackpool. Tombées à quelques jours d’intervalles, les deux infos ont d’emblée biaisé le débat en faveur des pro-gaz de schiste au niveau gouvernemental.

(...)
Nico37
 
Messages: 8486
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Re: Gaz de schiste : mobilisation

Messagede Nico37 » 06 Nov 2011, 15:31

Gaz de schistes : une rencontre scientifique ouverte au public le 25 novembre à Grenoble dans Science par Michel DEPROST. Mis à jour 05 nov. 2011

L’exploration puis l’exploitation possible de gaz de schistes en France, en particulier en Rhône-Alpes, a ouvert il y a un an un débat public aux répercussions sociales et politiques. Sous la pression d'association, puis de collectivités ( dont la Région Rhône-Alpes) le gouvernement a décidé d'abroger des permis d'exploration.
L’exploitation de ces gaz non conventionnels par la fracturation des roches à l’aide d’eau sous pression a posé de nombreuses questions. Quelles seraient les répercussions sur la ressource en eau ? Quelles seraient les répercussions sur les paysages ? Sur les milieux naturels ? Quelles conséquences en termes de travaux, d’infrastructures, de trafic routier ?
L’exploitation des gaz de schistes entrainerait des investissements importants, autant de moyens qui ne seraient pas consacrés aux énergies renouvelables.
Envirhonalp, réseau de 80 laboratoires de recherche public sur l’environnement et l’Institut National des Sciences de la Terre de Grenoble ont décidé de faire le point et de donner accès au public à ces informations.

La journée du 25 novembre réunira des scientifiques qui présenteront comme dans tout séminaire scientifique des communications (environ 20 minutes). La parole sera ensuite donnée à d’autres scientifiques ou au public. D’ores et déjà plus d’une soixantaine de personnes sont inscrites pour cette rencontre originale : représentants d’associations, de collectivités, d’administrations de l’Etat

Seront abordés les risques bio-géochimiques : conséquences sur les aquifères des circulations souterraines de fluides ayant lessivé les couches à gaz de schiste ; effets potentiels sur l’environnement et la santé des injections de fluides de forages. Les communications aborderont aussi les volets économiques et sociologiques de cette possible exploitation.

Cette journée s’inscrit dans un démarche de communication des chercheurs académiques vers la société : associations de citoyens, organisations non gouvernementales, élus, industriels. La thématique « gaz de schiste » sera incluse dans le futur Centre d’Information Régional sur les Risques Environnementaux et Sanitaires (CIRRES), en cours de montage avec le soutien de la Région Rhône-Alpes. Le CIRRES proposera aux décideurs et à la société civile l’état des connaissances scientifiques sur les liens entre environnement et santé.

Contact et inscription au séminaire : envirhonalp@ujf-grenoble.fr

Le programme

De 9h30-9h45 : Accueil
9h45-10h15:Introduction du séminaire François Renard, Université de grenoble. Grenoble et Envirhônalp
10h15-11h00 Interactions between fluid and shales and environmental effects Kirk Norstrom, USGS, Boulder USA
11h00-11h30Enjeux énergétiques, économiques et environnementaux liés à l’exploitation des gaz de schistes - Patrick Criqui, Univ. Grenoble
11h30-12h00Imagerie et monitoring du sous-sol : quels enjeux pour l'exploitationdes gaz de schistes ? - Jean Virieux, Université de. Grenoble
12h00-12h30Discussions
12h30-14h00 : Pause déjeuner
14h00-14h30 Sciences sociales et environnement - de la recherche à l’actionStéphane Labranche, Institut d’études politiques Grenoble
14h30-15h00Bilan toxicologique et chimique sur l’exploration et l’exploitationdes gaz de schiste - André Picot, association Toxicologie-Chimie
15h00-15h30Qualité des eaux - Laurent Charlet, Univ. Grenoble
15h30-16h00Structuration et rôle de la fracturation dans la percolationdes fluides - Jean-Raynald de Dreuzy, Univ. Rennes
16h00-16h30 Mechanics of earthquakes triggered by oil and gas recoveryJean-Robert Grasso, Univ. Grenoble
16h30-17h00 Discussions
Nico37
 
Messages: 8486
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Re: Gaz de schiste : mobilisation

Messagede Nico37 » 29 Nov 2011, 00:07

Gaz de schiste : Total va contester l'abrogation de son permis en France (AFP) 26 nov 2011 21:19

PARIS — Total va déposer un recours contre l'Etat pour l'abrogation de son permis d'exploration de gaz de schiste dans le sud de la France, qu'il juge non conforme à la loi, a annoncé samedi son PDG Christophe de Margerie.
"Nous allons faire un recours contre l'abrogation de notre permis Montélimar", a déclaré le patron du géant pétrolier et gazier français lors d'un forum organisé par le journal Libération à Lyon.
"Nous avons respecté la loi et nous ne comprenons pas que la loi soit invoquée pour abroger notre permis", a dit M. de Margerie lors d'un échange avec l'écologiste José Bové, chef de file des anti-gaz de schiste en France.
La forme du recours sera annoncée ultérieurement, la date-butoir étant le 12 décembre, a-t-on appris par ailleurs auprès de Total.
Le groupe a la possibilité de faire soit un recours de contentieux en justice, soit un recours administratif adressé aux ministères de l'Ecologie et de l'Energie qui ont abrogé son permis.
Le gouvernement avait annoncé le 3 octobre l'abrogation des trois permis d'exploration d'hydrocarbures visant exclusivement selon eux le gaz de schiste, à la suite de la nouvelle loi adoptée en juillet interdisant en France la technique controversée de la fracturation hydraulique, accusée de polluer les sous-sols.
Total avait fait part de sa "surprise", le groupe s'étant explicitement engagé à ne pas utiliser la fracturation hydraulique dans son dossier remis au gouvernement, contrairement à l'autre entreprise sanctionnée, l'américain Schuepbach.
La ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet avait dit à l'AFP à l'époque qu'elle avait "fait valoir l'argument que ce rapport n'était pas crédible". Dans une lettre notifiant Total de sa décision, dont l'AFP a eu copie, la Direction de l'Energie du ministère estime que le géant pétrolier français n'a pas "suffisamment explicité" les techniques de substitution auxquelles il comptait avoir recours.
Le permis accordé à Total, dit "de Montélimar", couvrait une vaste zone de 4.327 km2 du nord de Montélimar jusqu'à Montpellier, sur plusieurs départements dont l'Ardèche, la Drôme et le Gard, centres de la contestation contre le gaz de schiste en France.
Nico37
 
Messages: 8486
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

PrécédenteSuivante

Retourner vers Écologie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 1 invité