Gaz de schiste : infos et mobilisation

Nucléaire, OGM, projets inutiles, ZADs ...

Re: Gaz de schiste : infos et mobilisation

Messagede bipbip » 26 Déc 2017, 18:44

Gaz de schiste : Total sur le point de perdre définitivement son permis de Montélimar ?

Voilà une bonne nouvelle pour les opposants au gaz de schiste. La cour administrative d’appel de Versailles vient de confirmer l’abrogation du permis de recherche d’hydrocarbures de Montélimar détenu par Total Shale Europe (shale, schiste en français), filiale de Total. S’étendant sur 4327 km2, de l’Ardèche à l’Hérault en passant par la Drôme et le Gard, le permis de Montélimar est emblématique de la très forte mobilisation citoyenne que le pays a connu contre l’exploitation des hydrocarbures de schiste : près de 15 000 personnes manifestaient encore à Barjac (Gard) en février 2016.

Suite au vote de la loi du 13 juillet 2011 interdisant l’utilisation de la fracturation hydraulique, seule technique disponible pour exploiter les hydrocarbures de schiste, le permis de Montélimar est une première fois abrogé par le gouvernement de François Fillon à l’automne 2011. La décision est contestée par Total et est ensuite annulée par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise en janvier 2016 suite à un premier recours de la multinationale.

« Sept années de mobilisation farouche »

Total dispose désormais d’un mois pour déposer une requête devant le Conseil d’État pour faire casser la décision du tribunal administratif. Pour le collectif citoyen ardéchois contre les hydrocarbures de schiste, qui se félicite de la décision du tribunal d’appel, « le permis de Montélimar, c’est (très probablement) fini ». Mobilisé depuis plus de sept ans contre les nombreux permis d’exploration et d’exploitation d’hydrocarbures dans la région, le collectif citoyen accorde peu de crédit à l’hypothèse d’un nouveau recours de l’entreprise Total.

... https://www.bastamag.net/Gaz-de-schiste ... is-de-6520
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30526
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Gaz de schiste : infos et mobilisation

Messagede bipbip » 11 Jan 2018, 17:13

Les collectifs 32 et 65 dénoncent la prolongation du permis de Saint ­Griède

Le Permis exclusif de recherche d’hydrocarbures (PERH) de Saint-Griède (Gers, Hautes-Pyrénées, Landes et Pyrénées-Atlantiques) détenu depuis le 21 avril 2008 pour cinq ans par la société australienne Gas2Grid, a été prolongé jusqu’au 31 mai 2018 par un arrêté du ministère de la Transition écologique et solidaire et du ministère de l’Economie et des Finances, daté du 8 décembre dernier et publié au Journal officiel le 23 décembre. La superficie du permis est réduite à 652 km2 (contre 1 238 km2 auparavant).

A l’origine de cette situation, le refus tardif et mal motivé ("risques de troubles à l’ordre public") par le précédent ministère de l’Environnement, le 21 septembre 2015, de la demande de prolongation du permis faite le 24 janvier 2013 par Gas2Grid.
Un recours a été déposé devant la justice administrative fin 2015 par Gas2Grid, qui a également mis en avant son « droit de suite » sur le permis de Saint-Griède, au regard d’un engagement financier (1 1 76,86 k€) dont on ne sait à quoi il correspond concrètement. Le tribunal administratif de Pau a enjoint à l’Etat le 2 novembre 2016 d’accorder la prolongation du permis de Saint-Griède, sous peine d’astreinte. En fait, ce jugement est non exécutoire immédiatement, l’Etat ayant fait appel ; aussi, les collectifs s’étonnent que la prolongation ait été accordée avant la décision de la Cour administrative d’appel de Bordeaux.
En réalité, cette prolongation va permettre à Gas2Grid de déposer une demande de travaux de recherche par vibrosismique afin de préparer une future exploitation, et/ou encore de céder ses droits à une autre entreprise pétrolière intéressée par le permis.

Les collectifs opposés à l’exploitation des hydrocarbures non-conventionnels ont souligné dès 2012 que ce permis concernait probablement du gaz ou du pétrole de schiste, comme beaucoup d’autres dans la région ou ailleurs en France ; leur mobilisation a empêché la réalisation des demandes de travaux de recherche déjà déposées par Gas2Grid en 2012 et 2014.

Les collectifs du Gers et des Hautes-Pyrénées dénoncent la prolongation de ce permis et appelleront à la mobilisation contre toute tentative de travaux d’exploration et d’exploitation. Ils demandent à être reçus par les préfets des départements concernés et à avoir accès à l’ensemble du contenu de ce dossier.

Le 8 décembre, cinq autres prolongations de permis ont été accordées (Gironde, Marne, Moselle, Meurthe-et- Moselle, Aube, Yonne). Là encore, ces décisions sont intervenues sans aucune concertation ni information des populations concernées, puisque aucune information publique détaillée sur les permis et demandes de permis de recherche d’hydrocarbures n’est disponible depuis 2015.

La décision de prolonger ces permis a été prise au moment où le président Macron se posait en leader planétaire pour le climat lors du sommet "One planet summit" et en même temps que le débat parlementaire concernant la loi sur la fin de l’exploitation des hydrocarbures en 2040 qui vient d’être votée le 1 9 décembre. Les collectifs demandent que les actes du gouvernement soient conformes aux engagements pris, qui ne seraient sans cela qu’un effet d’annonce, alors que l’exploitation des énergies fossiles est la première cause du réchauffement climatique et que son arrêt est la seule voie possible vers la transition énergétique.


http://stopaugazdeschiste07.org/article1326.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30526
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Gaz de schiste : infos et mobilisation

Messagede bipbip » 10 Fév 2018, 19:29

LES HYDROCARBURES NON CONVENTIONNELS
NI ICI - NI AILLEURS - NI AUJOURD’HUI - NI DEMAIN

Le tract 2018

LES HYDROCARBURES NON CONVENTIONNELS
NI ICI - NI AILLEURS - NI AUJOURD’HUI - NI DEMAIN

UNE ABERRATION ÉCONOMIQUE SANITAIRE ET ENVIRONNEMENTALE

- STOP aux hydrocarbures de roche-mère et autres hydrocarbures dits non conventionnels (gaz et pétrole de schiste, huiles lourdes, gaz de réservoir compact, gaz de couche, sables bitumineux, hydrates de méthane ...).

- STOP à tous les hydrocarbures “extrêmes” dont l’extraction nécessite des techniques, quel que soit leur nom, de fracturer, stimuler, acidifier ou encore de fissurer la roche en ayant pour conséquence de porter atteinte à son intégrité.

- OUI à une transition énergétique, écologique et solidaire seule capable de préserver le climat, l’environnement, l’économie et la santé pour un futur dans un monde juste, prospère et équitable.

UNE LUTTE CITOYENNE LÉGITIME - UNE VICTOIRE MÉMORABLE

Fin 2017, après 7 années de lutte, sont enfin abrogés, annulés ou rejetés tous les permis de l’Ardèche, du Gard, de la Drôme, de l’Isère, de Savoie, du Vaucluse, du Var, des Bouches du Rhône.

7 années d’une mobilisation farouche et déterminée contre ces projets aberrants et dévastateurs pour les régions impactées et pour le climat.

Si la lutte se termine ICI, elle continue AILLEURS notamment dans le Bassin parisien, en Haute Savoie, en Languedoc, en Lorraine, Nord/Pas-de-Calais et dans le Sud-Ouest où des permis sont en cours de validité, où des demandes sont instruites, des forages ont déjà eu lieu et pourraient se poursuivre.

... ET UNE LOI IMPARFAITE

La loi « Hulot » visant à mettre fin à la recherche ainsi qu’à l’exploitation des hydro- carbures conventionnels et non conventionnels en France en 2040 a été votée en décembre 2017.

Cette loi entérine la loi de 2011 en interdisant la fracturation hydraulique ainsi que les techniques similaires, interdisant de fait l’exploration et l’exploitation des gaz et huiles de schiste.

Mais ce texte laisse la porte ouverte à d’autres hydrocarbures non conventionnels comme les gaz de couche, les huiles lourdes et les hydrures de méthane dont l’impact environnemental et climatique est pourtant tout aussi important. Cette loi n’interdit pas non plus l’importation d’hydrocarbures non conventionnels.

D’autre part, ce texte ne remet pas en cause le droit de suite, ce qui va permettre aux industriels de bénéficier du renouvellement de leurs permis ou de leurs concessions.

Une quarantaine de demande de permis de recherche risquent d’être accordés.

Pour finir, certaines conditions permettront aux pétroliers d’exploiter des hydrocarbures bien au delà de 2040.


LES HYDROCARBURES NON CONVENTIONNELS ... UNE ABERRATION ÉCONOMIQUE SANITAIRE ET ENVIRONNEMENTALE

Le prix de revient élevé, la surestimation des gisements et des rendements, la rapidité de l’épuisement des gisements, l’évaluation démesurée de la création d’emplois et les risques élevés qui pèsent sur l’économie, la santé et l’environnement font que ce secteur est fondamentalement non rentable et dangereux.

L’exploitation de ces hydrocarbures entraine :

- un impact néfaste sur la santé de par les produits toxiques utilisés qui sont cancérogènes, neurotoxiques, reprotoxiques et perturbateurs endocriniens.

- une pollution de l’air à l’origine d’une augmentation de la mortalité, de pathologies respiratoires (asthme) et de cancers.

- une augmentation du réchauffement climatique lorsque le méthane s’échappe dans l’atmosphère, l’effet de serre induit est 25 fois supérieur à celui du CO2.

- une pollution des eaux souterraines et des eaux de surface
* pénurie d’eau du fait des besoins faramineux en eau du forage
* pollution des sols due à l’impossibilité de stocker et de traiter les produits de rejet
* pollution des eaux de surface et des nappes phréatiques par les boues toxiques
* pollution des nappes phréatiques par les liquides injectés dans le sol
* pollution des eaux des nappes phréatiques par celles de nappes de grande profondeur, très salines, jusqu’alors confinées sous des couches imperméables.

Ces conséquences pesant sur l’environnement, la santé, la qualité de vie, l’économie agricole et touristique des territoires concernés ont motivé et justifié la colère et le refus immédiat et inconditionnel de la population.

NO GAZARAN - NI ICI NI AILLEURS - NI AUJOURD’HUI NI DEMAIN


http://stopaugazdeschiste07.org/article1333.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30526
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Gaz de schiste : infos et mobilisation

Messagede bipbip » 06 Mar 2018, 22:06

La Société générale encourage l’exportation du gaz de schiste vers l’Europe

Rapport : Société Générale, plein gaz sur les fossiles

Montreuil, lundi 5 mars 2018 - Dans un rapport publié ce matin, Les Amis de la Terre dénoncent l’assaut engagé par Société Générale sur un marché en pleine expansion : l’exportation des gaz de schiste des États-Unis vers l’Europe et l’Asie sous forme de gaz liquide. Ils appellent la banque à se retirer du projet controversé Rio Grande LNG et à mettre un terme à ses soutiens aux énergies fossiles les plus dangereuses pour le climat et les populations, comme l’a déjà fait BNP Paribas.

Le nouveau rapport des Amis de la Terre "Société Générale, plein gaz sur les fossiles" révèle le rôle clé joué par Société Générale dans l’exportation du gaz de schiste américain vers l’Union européenne. Aux États-Unis, la banque conseille et finance les entreprises phares du secteur pour leurs projets de terminaux d’exportation de gaz naturel liquéfié.

Parmi ses clients, on retrouve Cheniere qui a déjà signé des contrats avec EDF et Engie pour une exportation en France, mais aussi NextDecade que la banque conseille pour la construction d’un terminal d’exportation de gaz de schiste liquéfié, Rio Grande LNG, et d’un double gazoduc, Rio Bravo Pipeline. En 2017, NextDecade déclarait que Société Générale avait été impliquée dans l’intégralité des projets de terminaux GNL autorisés aux États-Unis, et pas moins de 45 transactions de ce type au niveau international [1].

Lorette Philippot, chargée de campagne Finance privée aux Amis de la Terre, commente : "Avec ces projets d’exportation, Société Générale contribue à faire entrer en France le gaz de schiste que nous avons banni il y a déjà 7 ans. L’hypocrisie est totale : si nous refusons le gaz de schiste en France, ce n’est pas pour le voir arriver par bateau des États-Unis, et avec la complicité d’une banque française. Construire ces terminaux entraînerait une hausse de la production de gaz de schiste, contraire à l’impératif climatique de laisser les fossiles dans le sol, et engendrerait des impacts désastreux sur l’environnement et la santé des populations, contre lesquels nous nous sommes battus ici".

... http://www.amisdelaterre.org/Rapport-So ... siles.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30526
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Gaz de schiste : infos et mobilisation

Messagede bipbip » 08 Mar 2018, 16:24

Les collectifs font la fête

FÊTE D’UNE BATAILLE GAGNÉE SUR LE TERRAIN

Samedi 10 mars à l’espace Lienhart d’Aubenas,
à partir de 19h00 - Entrée gratuite

Image

nous fêterons ensemble et en musique ces 7 années de lutte couronnées par l’abrogation, l’annulation, le rejet ou le non-renouvellement de tous les permis situés de part et d’autre du Rhône depuis Valence et jusqu’à la mer.

Cette victoire est dédiée à toutes celles et ceux qui, au fil des années, ont participé à cette lutte et qui, du rassemblement de Villeneuve de Berg 2011 au rassemblement de Barjac 2016, en ont été les artisans.

- Une fête animée par plusieurs des artistes engagés dans cette lutte :
* Des chanteurs : Jofroi, Hélène Deschamps, Jofroi, Jo Figaro
* Des concerts : les Souliers à Bascule, Mambous, Libertrad et associés

- Des stands militants :
* stand du "Collectif 07 Stop Gaz et Huiles de Schiste"
* stand du "Collectif Ardèche OUI à la Transition Énergétique& Écologique"

- buvette + camions-restauration

Venir à l’espace Lienhart d’Aubenas :
Espace Lienhart : Zone Industrielle Ripotier - À côté de stade.
Stationner sur le parking "Shneider" ou sur le parking du stade ou sur le parking du Lycée Agricole.
Ne pas stationner devant l’entrée de secours de l’Espace Lienhart
- en venant par Joyeuse ou Ruoms : suivre Aubenas, puis Centre Hospitalier et enfin "Espace Lienhart"
- en venant par la N 102 : suivre Aubenas, puis Centre Hospitalier et enfin "Espace Lienhart"
ou
- prendre la nouvelle déviation en suivant "Alès" et sortir à "Zone Industrielle Ripotier"

http://stopaugazdeschiste07.org/article1331.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30526
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Gaz de schiste : infos et mobilisation

Messagede bipbip » 19 Mar 2018, 17:49

Un rapport scientifique confirme les risques de l’exploitation du gaz de schiste pour l’environnement et la santé

La « fracturation », technique utilisée pour l’extraction de gaz et de pétrole « non conventionnels » en injectant des fluides chargés de produits chimiques dans les couches rocheuses profondes, empoisonne l’air, contamine l’eau et met en danger la santé des habitants des États-Unis. C’est la conclusion d’une étude qu’ont publié mi-mars les Concerned Health Professionals de New York, et Physicians for Social Responsibility, un groupe de médecins lauréats du prix Nobel de la paix. Leur travail s’appuie sur des enquêtes, des évaluations gouvernementales et plus de 1.200 articles de recherche évalués par des pairs.

« La fracturation est la pire chose que j’ai jamais vue, affirme le Dr Sandra Steingraber, une biologiste qui a travaillé sur les liens entre cancer du sein et incinérateurs toxiques et l’une des huit coauteurs du rapport. Nous nous en doutions depuis longtemps, mais l’industrie roule plus vite que la recherche scientifique. »

Le rapport « Dangers de la fracturation » met également en lumière les risques d’un groupe souvent négligé dans le débat sur la fracturation hydraulique : les travailleurs. Selon la Chambre de commerce des États-Unis, le fracking a créé 1,7 million d’emplois mais l’industrie a potentiellement exposé les travailleurs sur le terrain à des conditions extrêmement dangereuses. « Ce sont des emplois meurtriers, affirme le Dr Sandra Steingraber. Nous avons effectivement détecté du benzène dans l’urine des travailleurs à des niveaux connus pour augmenter les risques de leucémie. »

... https://reporterre.net/Un-rapport-scien ... -du-gaz-de
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30526
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Gaz de schiste : infos et mobilisation

Messagede bipbip » 23 Mar 2018, 01:22

LES TITRES MINIERS D’HYDROCARBURES
EN ARDÈCHE, GARD, SUD-EST ET FRANCE

Vous trouverez dans cet article des cartes et de la documentation sur les permis en Ardèche, dans le Gard, en Rhône-Alpes, dans le sud de la France et en France.

Du rassemblement de Villeneuve de Berg 2011 au rassemblement de Barjac 2016 jusqu’à la loi Hulot 2017, la mobilisation déterminée et exemplaire des citoyens et des élus contre l’aberration économique, sanitaire et environnementale que représentent ces projets désastreux pour les territoires impactés et pour notre planète a porté ses fruits.

... http://stopaugazdeschiste07.org/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30526
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Gaz de schiste : infos et mobilisation

Messagede bipbip » 05 Avr 2018, 14:17

RASSEMBLEMENT À AUCH

CONTRE LA PROLONGATION DU PERMIS DE SAINT-GRIÈDE

SAMEDI 7 AVRIL 2018 À PARTIR DE 14H00

Le 8 décembre dernier, le permis de recherche d’hydrocarbures de Saint-Griède (Gers, Hautes-Pyrénées, Landes et Pyrénées-Atlantiques) a été prolongé jusqu’au 31 mai 2018.

Cette prolongation permet au titulaire du permis, la société australienne Gas2Grid, de déposer une demande de travaux de recherche, de demander une nouvelle prolongation ou encore de céder ses droits à une autre entreprise.

Les démarches auprès de la nouvelle préfète n’ont pour l’instant reçu aucune réponse.

Depuis septembre, c’est plus d’une dizaine de permis ou concessions qui ont été prolongés et deux nouveaux permis de recherche ont été accordés en France, sans aucune information ni consultation.

Les collectifs "Non au gaz de schiste" du Gers (32) et des Hautes-Pyrénées (65) organise ce rassemblement afin d’exprimer le refus du permis de Saint-Griède et de l’ensemble des permis de recherche d’hydrocarbures.

http://stopaugazdeschiste07.org/article1340.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30526
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Gaz de schiste : infos et mobilisation

Messagede bipbip » 26 Avr 2018, 15:37

LE VRAI SCANDALE DES GAZ DE SCHISTE

Image

Depuis 2005, les États-Unis extraient de leur sous-sol du gaz de schiste, rendant le pays autosuffisant en énergie. Mais la fracturation hydraulique nécessaire n’est pas sans lourdes conséquences pour l’environnement. Cette enquête explique ces techniques et leurs dangers, fait le point sur les enjeux tant économiques qu’écologiques, fait le tri parmi les nombreux arguments entendus et dévoile les accointances entre le pouvoir politique et les industriels, les risques géopolitiques.

En France, le ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer, Jean-Louis Borloo signe en mars 2010, trois permis d’exploration pour vérifier la présence de gaz de schiste dans une zone totale de 15 000 km2, soit 8% du territoire français, en Ardèche, dans la Drôme et sur le Larzac. Quand les élus et les habitants concernés, qui n’ont jamais été informés, découvrent la menace quelques mois plus tard par la presse, notamment avec un article de Fabrice Nicolino dans Charlie Hebdo, ils se renseignent et se mobilisent très rapidement. Le film documentaire Gasland, tourné aux États-Unis en 2008 par Josh Fox, sera un puissant outil d’information. Dans le Val de Marne, un autre permis autorise la recherche de pétrole de schiste.
En pleine campagne électorale des cantonales, le gouvernement fait cependant marche arrière. Un rapport est bien sûr commandé puis la première loi au monde qui interdit la fracturation hydraulique est adoptée… sans pour autant annuler les permis qui sont au contraire prolongés.

Les auteurs racontent l’histoire du Corps des mines, constitué de hauts fonctionnaires. « Purs produits de la technocratie française, ils professent une foi inébranlables dans l’efficacité, le progrès, la technologie, le pragmatisme et, en conséquence, une impatience considérable devant le « manque d’efficacité » des politiciens. » Beaucoup se retrouvent aussi dans les directions de grandes entreprises, ce qui favorisent les accointances entre l’administration et le secteur économique. Ils font évidemment partie des experts, notamment au sein du Conseil Général de l’Industrie, de l’Énergie et des Technologies (CGIET) et Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable (CGEDD), qui vont, sans surprise, rendre un avis globalement favorable à la poursuite des recherches des « hydrocarbures de roche-mère », puisque leur mission fondamentale est d’assurer l’approvisionnement du pays.
Lorsqu’ils enquêtent sur le permis de Château-Thierry délivré à Toreador Energy France, les auteurs découvrent une vraie caricature en la matière puisque l’administrateur de l’entreprise, Julien Balkany, est le demi-frère de Patrick Balkany. De même, les industriels belge Albert Frère et québécois Paul Desmarais sont des proches du président Sarkozy et bénéficieront eux-aussi d’accords industriels et financiers.

Ils expliquent aussi très concrètement les techniques de forages qui nécessitent 15 millions de litres d’eau. Aux États-Unis, 35 000 puits environ sont fracturés chaque années. Des produits chimiques y sont dilués sans que jamais leur noms soient communiqués. Une scientifique, Théo Colborn, va cependant réussir à identifier pas moins de 944 produits commerciaux utilisés, dont elles va retenir 353 substances chimiques qui les composent, pour étudier leur toxicité.
Plus de 80% ont des effets sur la peau, les yeux ou le système respiratoire. La moitié peuvent impacter le cerveau ou le système nerveux. 40% ont des effets négatifs sur le système immunitaire ou cardiovasculaire. 37% sont des perturbateurs endocriniens, 25% potentiellement mutagènes et cancérigènes. Seulement 10 à 15% seraient inoffensives. Un chercheur français, André Picot, va confirmer ces résultats : « une cinquantaine de produits cancérogènes ou toxiques pour la reproduction, doivent être impérativement bannis ».
D’autre part, l’eau captée à moins d’un kilomètre d’un forage de gaz de schiste contient dix neuf fois plus de méthane que de l’eau puisée dans d’autres conditions. Dans le film Gasland, on peut voir ces images incroyables d’eau du robinet qui s’enflamme.
Les fluides de fracturation traversent des couches géologiques et rapportent des mélanges plus dangereux encore que ceux injectés, en particuliers des composés très radioactifs. C’est le cas, par exemple, sur 179 des 240 puits inspectés en Pennsylvanie.
Sans parler du bruit et de l’odeur, des centaines de passages de camions quotidiens, des secousses sismiques engendrées, des paysages ravagés… pour un taux de récupération de 1 à 2% contre 20 à 40% habituellement dans l’industrie pétrolière et gazière.

La consommation mondiale de pétrole est passée de 400 000 barils par jour en 1900 à 87 millions en 2010, dont 60% sont dédiés aux transports. Depuis 1973, lorsque les pays de l’OPEP ont quadruplé le prix du baril pour les pays qui soutenaient Israël dans la guerre du Kippour, le risque de pénurie est pris en compte mais sans toutefois jamais envisager de « sevrage » énergétique. Pour réduire sa dépendance, la France a alors lancé un titanesque programme nucléaire. Les gouvernements et les industriels, plutôt que de renoncer, cherchent en général des substitutions. C’est pourquoi l’estimation que les réserves de gaz de schiste seraient aussi importantes que celles de gaz conventionnel fut pour eux une heureuse nouvelle.

Dick Cheney dirigeait la firme Halliburton depuis 1995, lorsqu’il devint vice-président de George W Bush en décembre 2000. Aussi les intérêts de l’industrie pétrolière furent-ils bien servis : autorisation de la fracturation hydraulique, exemptée de la loi sur l’eau et de la loi sur l’air, avec falsification d’informations par son administration.

Dans le cadre des négociations successives sur le climat (Kyoto, Rio, Copenhague,…), les lobbys des industriels du secteur ont financé des recherches climato-sceptiques, afin de faire passer les gaz de schistes pour une « énergie verte », arguant que le gaz naturel émet 45% de CO2 de moins que le charbon, et 30% de moins que le pétrole. Non seulement ceci n’est exact que dans le cas d’une combustion complète mais surtout, les fuites sont inévitables : 0,01% avec les puits de gaz conventionnels et 1,9% pour gaz de schistes en phase initiale, puis 3,6 à 7,9% pendant la production, pour le gaz de schistes. Les quantités sont considérables : l’équivalent des émissions de 35 millions de voitures ! Or le méthane a un pouvoir réchauffant bien supérieur au CO2.
De plus, la demande mondiale en énergie fossile ne cessant de croître, toute nouvelle source sera consommée et ne viendra pas, bien évidemment, en substitution. Ces investissement se ferait plutôt aux dépends des énergies renouvelables.

Les auteurs font ensuite un rapide tour du monde des ressources. Les États-Unis qui en 2000 extrayait 11 milliards de m3 de gaz de schiste en produisent douze fois plus dix en plus tard, devenant le premier producteur mondial devant la Chine. Les industriels et l’administration sont cependant très inquiets de leur rentabilité réelle. La performance des puits européens est jugée « minable » par rapport aux évaluations annoncées pour séduire les investisseurs. La situation au Canada, en Pologne, Chine, Algérie, Libye, Afrique du Sud, Argentine, Australie, Inde, Turquie, Suède, Irlande… est aussi présentée. Ils reviennent en France pour conclure que l’histoire n’est pas encore écrite et que les citoyens ne semblent pas prêts à accepter la même confiscation de débat qu’avec le nucléaire dans les années 60.

Même s’il date un peu, cet ouvrage a le mérite de brosser un panorama clair de tous les enjeux.

LE VRAI SCANDALE DES GAZ DE SCHISTE
Martine Jobert et François Veillerette
242 pages – 18 euros
Éditions Les Liens qui Libèrent – Paris – Août 2011

https://bibliothequefahrenheit.blogspot ... .html#more
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30526
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Gaz de schiste : infos et mobilisation

Messagede bipbip » 13 Juin 2018, 21:07

La rupture du bassin d’une mine provoque une grave pollution au Mexique

La rupture de la digue de contention du dépôt de résidus de la compagnie minière Rio Tinto à Urique, dans l’État de Chihuahua, au Nord du Mexique, le 4 juin 2018, a laissé s’écouler un flot blanc qui a emporté des équipements lourds, des véhicules et et des ouvriers.

Le bilan provisoire est de 3 morts et 4 disparus avec des conséquences environnementales catastrophiques. La mine est située dans la Sierra Tarahumara, construite sans aucune consultation préalable des peuples autochtones de la région.

Quelque 150 personnes ont rejoint la recherche sur un parcours de 12 kilomètres à travers les montagnes où l’eau contaminée s’est précipitée. La rivière Tubares au fond du bassin versant risque d’être aussi contaminée.

On ne connaît pas la composition exacte des liquides déversés.

https://reporterre.net/La-rupture-du-ba ... au-Mexique
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30526
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Gaz de schiste : infos et mobilisation

Messagede bipbip » 13 Juin 2018, 21:33

Variscan abandonne définitivement ses projets miniers en Bretagne

La société australienne Appolo Minerals, en passe de racheter Variscan Mines, a définitivement abandonné l’idée d’exploiter trois sites miniers en Bretagne, des projets très contestés localement, a-t-on appris mercredi 13 juin auprès d’élus locaux.

« Appolo Minerals n’est pas intéressé par les permis bretons. Variscan n’a pas prouvé ses capacités techniques et financières et l’État n’est pas favorable à un transfert de ces permis à une autre société », ont annoncé dans un communiqué le député LR Marc Le Fur et le premier vice-président du conseil départemental des Côtes-d’Armor, Thibaut Guignard. Les élus bretons ont appris la nouvelle mardi lors d’une réunion avec le cabinet du ministre de l’Économie, Bruno Le Maire. « Nous nous réjouissons de cette nouvelle, qui sera confirmée par un écrit du ministre dans quelques jours », ont ajouté les deux élus. Variscan Mines, dont le siège français est à Orléans, avait décidé il y a un an de suspendre ses projets d’exploration minière après une fronde d’associations de défense de l’environnement et d’agriculteurs.

... https://reporterre.net/Variscan-abandon ... n-Bretagne
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30526
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Gaz de schiste : infos et mobilisation

Messagede bipbip » 05 Juil 2018, 22:19

PREMIÈRE RÉUNION DU COMITÉ CITOYEN D’ACTION
LE 6 JUILLET 2018 À GAROS (64410)

Afin de s’opposer au projet de recherche d’hydrocarbures sur 14 communes du Béarn.

- Procédure juridique relative au permis Claracq : Lire l’article sur
Gaz de schiste Non merci ! Garrigue Vaunage
http://antischistegv.free.fr/?p=3237

- Pas de « sismique » sur Claracq, ni ailleurs ! : Lire l’article sur
Gaz de schiste Non merci ! Garrigue Vaunage
http://antischistegv.free.fr/?p=3267

Image

http://stopaugazdeschiste07.org/article1351.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30526
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Gaz de schiste : infos et mobilisation

Messagede bipbip » 20 Juil 2018, 11:24

Permis de Claracq : tous à Pau le 21 juillet 2018

Permis de Claracq : tous à Pau le 21 juillet 2018

Afin de s’opposer au projet de recherche d’hydrocarbures sur 14 communes du Béarn.

Grand rassemblement devant la préfecture des Pyrénées Atlantique à Pau
SAMEDI 21 JUILLET 2018 à 10h30.

Appel réalisé par le "collectif citoyen d’action de Garros" at l’association "Les Amis de la Terre Nord Béarn".

Image

http://stopaugazdeschiste07.org/article1352.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30526
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Gaz de schiste : infos et mobilisation

Messagede bipbip » 08 Aoû 2018, 21:58

Claracq ; les méthodes de voyou du sous-traitant « sismique » d’Investaq !

Dans Recherche d’hydrocarbures à Garos (64) : l’entreprise Investaq sonde le sol sans l’accord des habitants, Cédric Pueyo de Sud Ouest rapporte le 6 août 2018, le forcing d’Investaq.

... http://antischistegv.free.fr/?p=4008
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30526
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers Écologie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité