Contre l’enfouissement des déchets radioactifs, Bure ...

Nucléaire, OGM, projets inutiles, ZADs ...

Re: Contre l’enfouissement des déchets radioactifs, Bure ...

Messagede Pïérô » 13 Avr 2015, 11:08

Mercredi 15 avril, Paris

Projection-débat autour du film "A Bure pour l’éternité"

Projection, suivie d'un débat avec les réalisateurs,
sur la problématique de la gestion des déchets nucléaires et en particulier avec l'exemple de Bure, village choisi pour les enfouir. C'est aussi dans ce village que se trouve la maison de résistance contre la poubelle nucléaire, où une grande partie du documentaire (52mn) a été tourné.

19h30 à l’Espace Jean Dame, 17 rue Léopold Bellan - 75002 Paris
Entrée libre et gratuite.

Bure (Meuse, France), 2013. 94 habitants, l’un des territoires les moins peuplés de France, essentiellement agricole. Sur la commune est implanté un laboratoire destiné aux recherches sur le stockage des déchets les plus radioactifs de nos centrales nucléaires en couche géologique profonde. Ce film raconte la lutte citoyenne que mènent depuis 2004 des dizaines d’hommes et de femmes regroupés au sein de l’association « Bure zone libre (BZL) » et opposés au projet d’enfouissement. Il permet d’aborder des exemples concrets d’alternatives à l’énergie nucléaire. Le documentaire « à Bure pour l’éternité » est une œuvre qui a pu voir le jour grâce aux internautes, mobilisés à l’aide d’un crowdfunding.

http://www.sortirdunucleaire.org/Projec ... ur-l-42224
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22291
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre l’enfouissement des déchets radioactifs, Bure ...

Messagede Pïérô » 15 Avr 2015, 11:14

Luttes contre l’enfouissement des déchets radioactifs en France

Retour sur la lutte contre l’enfouissement des déchets radioactifs à la fin des années 1980

A l’occasion du débat public sur le projet d’enfouissement de déchets radioactifs Cigéo, la lutte antinucléaire refait parler un peu d’elle. Ce projet est prévu à Bure, petite commune située à la limite entre la Meuse et la Haute-Marne. A priori, cette région faiblement peuplée et irriguée financièrement depuis vingt ans par le nucléaire ne semble pas être un terreau bien fertile pour la lutte contre la grosse poubelle nucléaire.
Si l’Andra1 s’y est installée, c’est d’ailleurs justement pour ça. Parce qu’elle sentait bien qu’ici, elle risquait peu de se heurter à une forte résistance.


En 1989, un rapport de l’administrateur du Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA) disait ceci : « Il apparaît de plus en plus que la contrainte principale dans ce domaine [l’enfouissement des déchets radioactifs] est la capacité de la population locale à accepter le principe de stockage, beaucoup plus que les avantages techniques relatifs des différents types de sols (granit, schiste, argile, sel). Dans ces conditions, il semble indispensable que le choix du site soit fait rapidement par les pouvoirs publics pour éviter toute cristallisation de l’opinion publique sur des projets dont trois sur quatre seront en tout état de cause abandonnés. Pour ce choix, le souci d’éviter un phénomène de rejet relayé au niveau national, comme ce fut le cas en son temps pour le projet de centrale nucléaire à Plogoff, doit être un critère majeur. » Si le CEA fait une telle analyse en 1989, c’est que l’enfouissement des déchets radioactifs a déjà été l’objet d’une importante mobilisation à la fin des années 1980.

La première solution industrielle promue par les nucléocrates pour se débarrasser de leurs déchets consistait à les déverser dans les océans. Dans les années 1970, des traités internationaux viennent fortement limiter l’utilisation de cette technique. Dès lors, l’enfouissement à plusieurs centaines de mètres en profondeur des déchets radioactifs devient la seule « solution » que propose l’industrie nucléaire pour « évacuer » les déchets qu’elle produit. Il lui faut alors absolument mettre en place ce projet. En effet, il est inimaginable pour l’industrie nucléaire de continuer à se développer sans pouvoir affirmer qu’elle maîtrise la gestion de ses déchets.

1987, annonce des projets et premières mobilisations

Le 18 mars 1987, quatre régions sont sélectionnées par l’Andra pour étudier la possibilité d’y implanter un dépôt géologique de déchets radioactifs. Ces quatre sites se trouvent au-dessus de formations géologiques différentes. Il s’agit de l’argile dans l’Aisne, du sel dans l’Ain, du schiste dans le Maine et Loire et du granit dans les Deux-Sèvres. Au Bourg d’Iré, dans le Maine et Loire, et à Neuvy-Bouin, dans les Deux-Sèvres, une lutte importante contre le projet de l’Andra eu lieu de 1987 à 19902. Celle-ci prend de nombreuses formes. De la mobilisation des élu.e.s à l’affrontement avec les forces de l’ordre. Des manifestations au sabotage des forages. De la signature de pétition aux barricades.

Au lendemain de l’annonce du choix des sites, des groupes anti-déchets se forment. Et en mai 1987 a lieu la première coordination entre des collectifs constitués dans les quatre régions choisies par l’Andra. Plusieurs manifestations regroupant plus d’un millier de personnes ont lieu à Segré dans le Maine et Loire. Durant l’été, de nombreux conseils municipaux se prononcent contre le projet d’enfouissement. Les premières prospections sont perturbées pendant plusieurs jours. Dans les Deux-Sèvres, l’Andra installe des locaux à La Chapelle Saint Laurent. Le maire met alors à disposition des opposant.e.s le terrain situé en face de celui de l’Andra. Une caravane y est installée, depuis laquelle les allées et venues des employé.e.s de l’agence ainsi que les visites qu’elle reçoit sont observées. En août, les locaux de l’Andra sont visités et l’ensemble des documents qui s’y trouvent subtilisés. Cinquante tonnes de granit dont l’Andra vante tant les mérites sont déposés devant ses portes.

1988, la lutte continue

Début mars 1988, la Coordination anti-déchets de l’Anjou édite le premier numéro de « L’Anti-Déchets ». Ce journal est tiré à 16 000 exemplaires, qui sont distribués dans toutes les boîtes aux lettres du secteur. Plusieurs numéros suivent avec des tirages encore supérieurs. Des réunions d’information se tiennent régulièrement. Le 19 mars, pour l’anniversaire de l’annonce du projet, huit tonnes de déchets ménagers sont déversés devant les locaux de l’Andra gardés par des gendarmes mobiles armés de grenades lacrymogènes et de FAMAS. Des rencontres entre les collectifs des quatre régions françaises où l’Andra tente d’enfouir des déchets ont lieu régulièrement lors de réunions de coordination ou de grandes fêtes. Des échanges ont également lieu avec des groupes espagnols confrontés au même problème. En 1988, l’Andra acquiert quatre hectares de terre à la Gâtine près de Neuvy-Bouin. Quelques jours plus tard, quatre cent personnes s’y retrouvent pour les remettre en culture.

1989, la bataille se durcit

Au printemps 1989, c’est au Bourg d’Iré que l’Andra achète des terres. Comme à la Gâtine, la remise en culture est l’occasion d’un grand rassemblement de plusieurs milliers de personnes durant l’été 1989. Le 3 septembre, on compte 15 000 personnes rassemblées à Neuvy Bouin et le 17 septembre 10 000 à la grande fête de l’Anjou sans déchets radioactifs à coté de Segré. Le 12 décembre, un escadron de gendarmes mobiles accompagné de blindés arrive à proximité de Neuvy-Boin. Repérés par les rondes de surveillance en place depuis un moment, les gendarmes mobiles sont attendus sur la route par 500 personnes. Le face à face dure un petit moment et finalement les forces de l’ordre rebroussent chemin. Le préfet qui a ordonné aux gendarmes de faire demi-tour est démi de ses fonctions quelques jours seulement après avoir été nommé. Dans les Deux-Sèvres, ni l’armée ni l’Andra n’arriveront jamais jusqu’au terrain convoité.

Le lendemain, 250 gardes mobiles arrivent au Bourg d’Iré et occupent le terrain de la Gibaudière. Rapidement, 400 opposant.e.s se regroupent et s’affrontent aux gendarmes. Cinq d’entre eux sont blessés. Le soir même, le local de l’Andra à Segré est mis à sac par une cinquantaine de personnes. Le 14 décembre, la route de la Gibaudière est bloquée par des voitures, de vieux engins agricoles et de la paille. Les barricades sont enflammées. Par ailleurs, le terrain de l’Andra est grillagé et un fossé est creusé tout autour. Le 15 décembre, trois véhicules d’une entreprises sous-traitantes de l’Andra sont incendiés. Des affrontements ont lieu toute la journée. Le samedi 16 décembre a lieu une « manifestation de la honte pour le respect de la démocratie » qui rassemble plusieurs milliers de personnes sous une pluie battante. 800 gendarmes mobiles sont présents. Un agriculteur est gravement blessé au visage par un tir tendu de grenade lacrymogène. La préfecture dénombre l’utilisation de 1500 grenades lacrymogènes à la Gibaudière pendant cette semaine dont la moitié en une seule heure le 16 décembre.

Dans la Bresse, le 19 décembre, 30 000 litres de lisier sont épandus sur le terrain acheté par l’Andra. Les routes d’accès sont barrées par des peupliers et cinq camions de laiterie. Une affiche est imprimée à 5000 exemplaires avec pour message « Déchets nucléaire = démocratie bafouée ».
Le 21 décembre, de légers affrontements ont lieu à la Gibaudière. Des sacs de souffre sont enflammés autour du terrain pour enfumer les militaires qui l’occupent. Le 22 décembre, un semi-remorque de l’entreprise sous-traitante de l’Andra, Hervé, brûle. Le 23 décembre, 350 opposant.e.s organisent une action péage gratuit entre Nantes et Angers. Le 26 décembre, 200 personnes barrent trois routes et un chemin autour du site de la Gibaudière. Sur une des barricades, on peut voir un panneau « Attention explosif ». Une tranchée est creusée dans la route et une dizaine de poteaux électriques sont couchés en travers. Le 27 décembre, un camion de 38 tonnes de l’entreprise Hervé est incendié. Le 29, celle-ci annonce qu’elle renonce à travailler pour l’Andra et qu’elle désire quitter la région. La préfecture réquisitionne son matériel de forage. Alors que les petits commerces refusent d’approvisionner les gendarmes qui occupent la zone, des pressions sont faites sur les supermarchés pour qu’eux aussi arrêtent de ravitailler les militaires. Le 30 décembre, 10 tonnes de fumier sont déversés devant une grande surface qui vend de la nourriture aux gendarmes mobiles. Ce même jour, la ligne TGV voisine est occupée pendant quelques heures.

1990, moratoire et arrêt des travaux

Le 1er janvier 1990, 2500 personnes se regroupent à la Gibaudière. Le 6, 300 opposant.e.s investissent un train pour aller manifester devant le ministère de l’industrie à Paris. Il.le.s sont accueilli.e.s par 300 policiers qui les empêchent de sortir de la gare et les remettent dans un train pour Angers où il.le.s sont accueillis par 200 personnes. Tout le monde part en manifestation. Le 11 janvier, des affrontements ont lieu à Segré autour d’un convoi de matériel de forage escorté par des gendarmes. Dans la soirée, des boulons et des pavés sont lancés contre la sous-préfecture et les gendarmes qui protègent le bâtiment, qui répondent à coups de lacrymogène. Le 17 janvier, un transport de cailloux et les gendarmes qui l’accompagnent sont attaqués par une centaine de manifestant.e.s au Bourg d’Iré. Le 20, 15 000 manifestants défilent à Angers. Toutes les mairies du Segréen affrètent des cars pour aller à la manifestation. Finalement, les travaux de forage sont suspendus le 23 janvier sur les quatre sites. Le 4 février, 10 000 personnes se rassemblent à la Gibaudière et un moratoire sur les prospections pour un stockage géologique est décidé le 9.

Aujourd’hui, le récit de cette lutte oubliée résonne avec celle qui se mène à Notre Dame des Landes. Diversité des moyens d’action, détermination sans faille et une certaine radicalité dans l’action directe. Assurément la lutte contre l’enfouissement des déchets radioactifs de la fin des années 1980 est une victoire. Certes pas définitive puisque l’Andra envisage aujourd’hui d’enfouir ses déchets mortifères dans le sous-sol de Bure. Mais une victoire tout de même. Ainsi, afin d’éviter un élargissement de cette lutte vers une remise en question du nucléaire, l’État a utilisé des moyens colossaux en arrosant de millions d’euros la Meuse et la Haute-Marnes depuis plus de quinze ans. Et aujourd’hui, c’est contre un projet implanté dans une région dont l’économie dépend des perfusions financières du nucléaire qu’il nous faut lutter. Peut-être trouverons-nous dans le souvenir de la lutte de la fin des années 1980 de quoi nous inspirer...

All Nucleocrats Are Bastards !


P.-S.

Article publié dans le numéro 233 de Courant Alternatif d’Octobre 2013 dans le cadre de la lutte contre l’enfouissement de déchets nucléaires à Bure.

http://burestop.free.fr/spip/
http://burezoneblog.over-blog.com/

Courant Alternatif est le journal de l’OCL http://oclibertaire.free.fr/spip.php?article486.

http://paris-luttes.info/luttes-contre- ... nt-des-112
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22291
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre l’enfouissement des déchets radioactifs, Bure ...

Messagede Pïérô » 17 Avr 2015, 11:24

Cigéo / Bure - La loi sur la transition énergétique pourrait faire de la France la poubelle nucléaire de l’Europe.

Le projet de stockage définitif de déchets radioactifs étrangers sur le sol français - jusque là interdit- nous concerne tous. Le gouvernement ne doit pas être autorisé à en décider seul !

Pour les associations, l’alerte aux cavaliers législatifs n’est pas levée. Si l’article 35 qui introduisait le projet Cigéo d’enfouissement des déchets radioactifs à BURE a bien été retiré du projet de loi sur la transition énergétique, suite à une large mobilisation associative, il n’en est pas de même de l’article 34. Celui-ci a résisté aux passages successifs entre le parlement et le sénat et subsiste toujours au titre VI du projet de loi.
Sous couvert de « renforcer la sûreté nucléaire et l’information des citoyens », le projet de loi - qui revient en discussion du 14 au 17 avril prochain - donnerait, via l’adoption de l’article 34, carte blanche au gouvernement, pour transposer par ordonnance la directive européenne Euratom du 19 juillet 2011 (1) sans aucun débat parlementaire en amont. Cette directive en l’état va à l’encontre de la loi française en vigueur (2) qui interdit formellement le stockage en France de déchets radioactifs en provenance de l’étranger.

Nous refusons cette gestion à la sauvette. C’est au parlement et à la population d’en décider !

La France ne sait toujours pas quoi faire de ses propres déchets radioactifs, alors même qu’ils débordent des sites d’entreposages. Depuis les années 1990, la solution de l’enfouissement irréversible dans les couches géologiques profondes a suscité partout une profonde opposition et continue de soulever plus de questions que de réponses : transports dangereux, risques non maîtrisés, coûts prohibitifs, effluents et rejets radioactifs inacceptables dans l’environnement, risque d’accident majeur…
Alors quand çà déborde, çà déborde...Le conseil d’administration de l’ANDRA a reconnu lui même que le projet Cigéo n’était pas mûr (3). Il n’existe pour l’heure aucun site d’enfouissement de ce type en fonctionnement dans le monde. La France n’a toujours pas de plan ni d’échéance précise de réduction de la part du nucléaire dans son mix énergétique, voire même souhaite relancer la construction de nouvelles centrales. Et le gouvernement et le lobby nucléaire voudraient nous faire croire que Cigéo serait en capacité de stocker les déchets radioactifs des pays qui décideraient de ne pas les gérer en interne.

Financer le projet CIGEO en accueillant des déchets européens, une aubaine pour l’ANDRA !

Tous les clignotants financiers du nucléaire sont au rouge. Areva (4) est aux abois financiers, ce qui aura des répercussions inévitables sur la capacité -déjà faible- des autres producteurs de déchets (EDF et le CEA) à assurer le financement de l’enfouissement à la hauteur des enjeux de sûreté et sur un pas de temps minimum de 100 à 150 ans.
Les tentations seront alors fortes de trouver de l’argent à tout prix : baisser le coût du projet, au mépris de la sécurité et de la santé publique, l’essentiel étant d’arriver à boucler le budget de l’enfouissement sans faire de vagues et sans trop ponctionner sur les finances publiques, en berne elles aussi.

Un scénario économique moralement inacceptable

Faire appel aux investissements étrangers, le scénario n’est pas nouveau. Il reproduirait ce qu’AREVA a mené dès 1966 à la Hague, à savoir la prestation de service. L’usine de La Hague qui s’étend sur 300 ha (précisément l’étendue des installations de surface envisagées à Bure !) est le premier centre industriel de ce type dans le monde (5), capable de traiter les combustibles usés provenant de 80 à 100 réacteurs nucléaires, soit 1 700 tonnes. Cherchez l’erreur !… la France, pays le plus nucléarisé au monde, n’ayant « que » 58 réacteurs ! Mais la médaille a son revers : au travers des nombreuses opérations d’entreposage, séparation, conditionnement et transports, AREVA concentre dans le Cotentin toute la pollution associée à son activité : effluents chimiques et radioactifs rejetés dans l’air et la mer, et retombées atmosphériques polluant au passage aussi les cours d’eau, les sols et la végétation (dont les productions alimentaires). Un marché juteux pour Cogema/Areva, cautionné par les pouvoirs publics, au mépris de notre santé et de notre sécurité (6).
Comme AREVA / La Hague, cigeo / Bure a pour objectif de devenir le site de référence européen pour l’enfouissement des déchets nucléaires les plus dangereux et -si on l’y autorise- de vendre ses services au plus offrant.
Lors du débat public de 2013 (7), l’ANDRA a annoncé que Cigéo, projet flexible et évolutif, serait dimensionné pour enfouir les déchets français dans l’hypothèse d’un allongement de la durée de vie des centrales jusqu’à 50 ans. On sait déjà que pendant 150 ans, des galeries seraient creusées en même temps que des déchets seraient stockées. Le gouvernement aurait aussi régulièrement la possibilité de revenir sur ses décisions antérieures. Nous n’aurions donc aucune garantie sur la quantité et la nature des déchets qui seraient enfouis à Cigéo.

Pour les associations, l’article 34 dont l’objectif est de transposer par ordonnance en droit français la directive européenne Euratom du 19 juillet 2011 n’a pas sa place dans le projet de loi sur la transition énergétique. C’est un sujet trop lourd de conséquences pour ne pas faire l’objet d’un large débat.
Nous demandons le retrait immédiat et inconditionnel de l’article 34 du projet de loi.


Déchets nucléaires, ne pas enfouir, arrêter d’en produire !
Contact : 03 29 75 19 72
www.burestop.eu - http://pandor.at/fr - http://burezoneblog.over-blog.com/


Notes :
(1) http://europa.eu/legislation_summaries/ ... ement/en00
(2) Article L542-2 du code de l’environnement : « Est interdit le stockage en France de déchets radioactifs en provenance de l’étranger ainsi que celui des déchets radioactifs issus du traitement de combustibles usés et de déchets radioactifs provenant de l’étranger. »
(3) http://www.assemblee-nationale.fr/14/cr ... 314061.asp
(4) http://mirabel-lne..asso.fr/content/AREVA_CIGEO
(5) http://www.areva.com/FR/activites-1092/ ... e-des-comb
(6) http://www.dissident-media.org/infonucl ... _viel.html
(7) Mars 2013, dossier de l’ANDRA pour le débat public : « 30 % des déchets HA et 60 % des déchets MA-VL destinés à Cigéo sont déjà produits. Le scénario pris en référence aujourd’hui pour le dimensionnement de Cigéo est une poursuite de la production électronucléaire avec une hypothèse de durée de fonctionnement des installations existantes de 50 ans. Cette hypothèse ne préjuge pas de la décision des autorités publiques d’autoriser ou non un allongement de la durée d’exploitation des réacteurs. Les déchets qui seront produits par les installations nucléaires en cours de construction sont également pris en compte (EPR de Flamanville, réacteur expérimental Jules Horowitz, installation de recherche ITER). Les déchets produits par un éventuel futur parc de réacteurs ne sont pas pris en compte »

http://burestop.free.fr/spip/spip.php?article642
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22291
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre l’enfouissement des déchets radioactifs, Bure ...

Messagede bipbip » 19 Avr 2015, 03:27

Lundi 20 avril à Notre Dame Des landes

[ZAD] Soirée info-tour Bure

à 19h, La Wardine

Image

En vue de la préparation du camp prévu à Bure cet été (du 1er au 10 août 2015), une soirée info-tour aura lieu sur la ZAD - à la Wardine-, afin de causer du pourquoi et du comment de ce camp, de ce qui s'organise déjà et de ce qu'on voudrait y porter. Ce sera l'occasion de lancer quelques chantiers collectifs de préparation de structures à amener là-bas, ainsi que de projeter le film "Poubelle la vie", film automédia qui raconte la lutte contre le projet d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure, le tout autour d'une petite bouffe. La rencontre autour de ce camp ne vise pas seulement à parler de la lutte contre l'enfouissement des déchets nucléaires, mais beaucoup plus largement à se retrouver autour de nos luttes respectives - NoTav, ZAD, squats, etc... - et du commun que l'on peut y trouver, ou y créer. Venir à Bure, cela ne signifie pas qu’on doive se définir comme militant écologiste ou antinucléaire, mais qu’on croit en la nécessité de s’organiser au-delà de certaines luttes spécifiques, pour créer des passerelles et des énergies communes entre des luttes qui se rejoignent : contre l’autorité et les structures de domination, contre le sexisme, contre le capitalisme, le racisme et le colonialisme, contre les logiques sécuritaires et contre les grands projets d’aménagement du territoire et de rénovation urbaine. Et, au-delà de notre rapport critique au monde existant, aussi et surtout pour la mise en place d’espaces de liberte, auto-organisés, où nous réfléchirons à des alternatives concrètes aux systèmes existants, et apporterons une attention particuliere a ce que chacun-e puisse y trouver une place et s’y sentir bien.
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Contre l’enfouissement des déchets radioactifs, Bure ...

Messagede Pïérô » 22 Avr 2015, 03:28

Blois, Vendredi 24 avril

Réunion publique sur les déchets nucléaires

20h à l’Auditorium de la Bibliothèque Abbé Grégoire à Blois.

Réunion publique organisée par SDN 41avec Irène Gunepin, militante contre l’enfouissement de déchets nucléaires à Bure (Meuse).

Irène Gunepin nous présentera le film « Déchets radioactifs, 100 000 ans sous nos pieds ? » de Philippe Hennequin. Nous en débattrons ensuite avec elle.

Bure est un petit village de Meuse. C’est là que l’industrie nucléaire veut enfouir ses déchets les plus dangereux qui resteront radioactifs pendant des millions d’années. C’est le projet CIGéo, la plus gigantesque poubelle atomique du monde avec un stockage de 100 000 Tonnes de déchets « Haute Activité à Vie Longue »(HAVL).`

- Quel impact aura la percée de dizaines de kilomètres de puits et de tunnels sur le sol argileux de la Meuse ?
- Que penser du système de ventilation qui devra évacuer en permanence l’hydrogène dégagé par les déchets sous peine d’explosion ?
- Ne vaudrait-il pas mieux y réfléchir à deux fois avant de s’engager dès 2015 dans ce processus irréversible ? Il faudra bien stocker les déchets quelque part mais faut-il aller si vite sachant que ce projet affectera nos descendants pendant plusieurs milliers de générations ?

Face à l’absence de solution durable pour l’élimination de ces déchets, n’est-ce pas le nucléaire qu’il faut abandonner ?

Contact :
sdn41@free.fr
Site web : http://www.sdn41.fr
Facebook : sortir du nucléaire 41
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22291
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre l’enfouissement des déchets radioactifs, Bure ...

Messagede bipbip » 23 Avr 2015, 14:31

Nancy, vendredi 24 avril

Infotour Bure

19h30, Centre Culturel Autogéré de Nancy, 69 rue de Mon-Desert
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Contre l’enfouissement des déchets radioactifs, Bure ...

Messagede bipbip » 24 Avr 2015, 01:54

Vendredi 24 avril à Montreuil

Soirée d'information sur le
Campement international à Bure du 1er au 10 août

à 19h30, Librairie Michèle Firk, 9 rue François Debergue, Montreuil (93)
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Contre l’enfouissement des déchets radioactifs, Bure ...

Messagede bipbip » 02 Mai 2015, 10:53

Bure : enfouissement des déchets nucléaires

En pleine discussion sur la loi Macron, le sénateur UMP de la Meuse Gérard Longuet a fait voter le samedi 18 Avril à 5h du matin, la "réversibilité" de l’enfouissement des déchets nucléaires sur le futur site de Cigéo à Bure. Pour mieux comprendre les enjeux sociaux que pose un site d’enfouissement des déchets radio-actifs, nous avons invité Laura, chargé de Campagne de Sortir du Nucléaire lors du Canut Infos du Mercredi 29 Avril. Bonne écoute !

http://www.sonsenluttes.net/spip.php?article817
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Contre l’enfouissement des déchets radioactifs, Bure ...

Messagede Pïérô » 14 Mai 2015, 02:49

Paris, vendredi 15 mai
Projection du film "À Bure pour l’éternité",
à 19h30, à la librairie Publico, 145 rue Amelot, 75011 Paris.
La projection sera suivie d’une discussion, animée par un militant impliqué localement dans la lutte.
http://paris-luttes.info/un-combat-cont ... eaire-3219


Lille, samedi 16 mai
Après-midi d'information sur le campement international à Bure du 1er au 10 août
Discussion sur le campement anticapitaliste et anti-autoritaire de rencontres et de résistances cet été dans la Meuse du 1er au 10 août suivi d'un projection du documentaire sur la lutte à Bure à l'Insoumise le samedi 16 mai à 16h
L'Insoumise (Bouquinerie occupée), 10 rue d'Arras, Lille
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22291
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre l’enfouissement des déchets radioactifs, Bure ...

Messagede Pïérô » 15 Mai 2015, 12:14

Besançon, samedi 16 mai

rencontre avec l'Infotour BURE à 20h à la librairie l'Autodidacte, place Marulaz à Besançon


Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22291
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre l’enfouissement des déchets radioactifs, Bure ...

Messagede bipbip » 24 Mai 2015, 15:14

Nantes, lundi 25 mai : soirée infotour du camp de Bure contre CIGEO et son monde

Lundi 25 mai à B17, Nantes, retrouvons-nous pour discuter de nos stratégies et envisager ensemble des modes d'actions collectives, pour ancrer nos résistances, à Bure comme ailleurs.
Infotour pour un camp anti-autoritaire et anti-capitaliste à Bure contre le project d'enfouissement de déchets nucléaires CIGEO et son monde, du 1er au 10 Août.
Projection et discussion autour d'un film sur la lutte à Bure réalisé par l'automédia et autour du camp de cet été.

Plus Bure sera la chute !

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Contre l’enfouissement des déchets radioactifs, Bure ...

Messagede Pïérô » 25 Mai 2015, 15:29

Plus Bure sera leur chute
Camp international de rencontres et d'actions du 1er au 10 août

Chantier collectif du 1 au 6 juin

Du 1er au 6 juin à Bure nous appelons à un chantier collectif de préparation du campement qui se déroulera à proximité du 1er au 10 août.

Si vous souhaitez prendre part au chantier, nous vous invitons à nous écrire sur vmc@riseup.net afin de préciser quand et à combien vous envisagez de venir.


CE QUI EST PRÉVU

• installation de gouttières pour ne pas manquer d’eau de pluie
• débroussaillage pour avoir un peu plus de place
• construction d’un plancher dans le bâtiment principal
• construction de toilettes sèches
• construction de structures légères
• mise en place de douches solaires, …

(et prendre le temps de vivre et se rencontrer aussi :) !)

On en saura plus en fonction du nombre de personnes qui viennent ..
Et si vous avez envie de construire un truc de votre cru (vélo-mixeur, chauffe-eau à bois ou autre) n’hésitez pas !


VENIR AU CHANTIER

Accueil à partir du premier juin. Prévenez du jour de votre arrivée et du nombre que vous serez histoire qu’on s’organise pour la mangeaille ! D’ailleurs si vous avez des plans récup n’hésitez pas à nous le dire. Le tout à l’adresse vmc+chantier@riseup.net

Et si vous êtes vraiment perdus, vous pouvez passer à la maison de résistance contre la poubelle nucléaire, à Bure, au 2 rue de l’église où vous serez accueilli et orienté.


À PRENDRE AVEC VOUS

De quoi camper (tente, duvet, frontale, ..), bien anticiper que les commerces sont plutôt loin (le premier tabac est à 15km!), en bref de quoi être autonome à minima (pour les douches y aura moyen dans une maison) et si certain-e-s d’entre vous sont rétif-ve-s au camping c’est possible aussi d’être hébergé-e-s.

Si vous avez de la place pour des vélos, n’hésitez pas à les amener, ça reste un bon moyen d’être autonomes, se mouvoir dans le coin, faire des repérages, découvrir les alentours, profiter de l’air frais et du soleil …

Prévoyez de ramener des récup. de fruits et légumes, du sec, des friandises, dans l’éventualité où on manquerait de réserves

http://vmc.camp/chantier-collectif-du-1-au-6-juin/


Image


Dimanche 7 juin 2015

Journée de randonnées actives autour de Bure / Sud Meuse

Pourquoi aller marcher à Bure ?

Parce que le projet d'enfouir 100 000 m3 de déchets nucléaires les plus dangereux à Bure (Meuse/Haute-Marne) se prépare activement, contre l'avis de milliers de personnes, les associations et collectifs opposés au centre de stockage Cigéo* organisent cette journée : 100 000 Pas à Bure.

Après de nombreuses tentatives dans d'autres départements, le projet d'enfouissement des déchets nucléaires voit le jour en 1994 à Bure, une région qui compte 6 habitants au km². Cigéo, ce seraient 30 km2 d'installations en surface et environ 300 km de galeries souterraines bourrées d'un cocktail radioactif explosif, composé des déchets hautement et moyennement radioactifs à vie longue, principalement issus de l'industrie nucléaire et dangereux pour plusieurs centaines de milliers d'années.
Il n'y a actuellement pas de déchets radioactifs sur place, juste un "laboratoire de recherche" de l'Andra** à 500m sous terre depuis 2001.

Mais les préparatifs vont bon train, l'argent coule à flot et la mascarade démocratique se poursuit. C'est en 2017 que la demande d'autorisation de construction du véritable centre de stockage serait déposée... si on laisse faire.
Cette manifestation "100000 Pas à Bure" invite les Meusiens et les Haut-Marnais, ainsi que tous les habitants de ce pays et plus encore, à venir marcher dans les forêts appelées à être rasées, les champs et vallons détruits, les villages condamnés, ce territoire contaminé, en cas de réalisation du stockage souterrain.
A deux ans du feu vert -ou non- à l’enfouissement, il est urgent d’envoyer un message fort aux pouvoirs publics. Cigéo, projet à très hauts risques environnementaux et économiques reste la lubie d’une poignée de décideurs et condamnerait non seulement tout un territoire, mais aussi notre avenir collectif, pour au moins... 100.000 ans.


PROGRAMME EN DEUX TEMPS pour cette journée :
4 parcours de randonnée convergentes vers le «labo» de Bure
à partir de 8h30 (détails)
+ un rassemblement devant le "labo" à partir de 12h pour un pique-nique, des animations et des stands d'info
+ une chaîne humaine autour du site à 15h.

Organisateurs : Les Habitants vigilants de Gondrecourt le Château, EODRA (collectif des élus), CEDRA 52, BureStop 55 et Bure Zone Libre, avec le soutien du réseau Sortir du nucléaire (Contacts)


http://100000pasabure.over-blog.com/pou ... -bure.html


Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22291
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre l’enfouissement des déchets radioactifs, Bure ...

Messagede Pïérô » 02 Juin 2015, 02:36

Reims, jeudi 4 juin

Projection du film "Poubelle la vie", réalisé par des militant-e-s de la Maison de la résistance à l’enfouissement nucléaire à Bure, suivi d’une discussion en amont du camp de cet été.
Jeudi 4 avril à 19h à la maison des associations (9 rue Eugène Wiet)

Dans le cadre d’un infotour pour un camp anti-autoritaire et anti-capitaliste à Bure contre le projet d’enfouissement de déchets nucléaires CIGEO et son monde, du 1er au 10 Août, le jeudi 4 avril à 19h à la maison des Associations (9 rue Eugène Wiet), aura lieu une projection d’un film réalisé par l’auto-média de Bure suivi d’une discussion autour de la lutte et du camp qui se tiendra du 1er au 10 août à Bure.

https://reimsmediaslibres.info/Projecti ... a-259.html

Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22291
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Contre l’enfouissement des déchets radioactifs, Bure ...

Messagede bipbip » 06 Juin 2015, 20:22

[Angers] Soutien local à la résistance de Bure

A tous ceux qui ne pourront pas prendre le car ce week-end pour participer à l'action 100 000 pas à Bure et rejoindre la résistance contre ce projet insensé d'enfouissement de déchets nucléaires , manifestons notre soutien en nous rassemblant place du Ralliement ce dimanche 7 juin à 15 heures.

Banderole, affichages, chansons, tracts et prises de parole.

https://nantes.indymedia.org/events/31628
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Contre l’enfouissement des déchets radioactifs, Bure ...

Messagede Pïérô » 07 Juin 2015, 01:31

Lille, dimanche 7 juin

Projection débat
A Bure pour l'éternité
Sébastien & Aymeric Bonetti | docu | Fr. | 2013 | 52 min
-en présence de Sébastien Bonetti-

à 20h, L'Univers, 16 rue Georges Danton, Lille

Bure, Meuse, 94 habitants : l'un des territoires les moins peuplés de France, essentiellement agricole. Au coeur de ce minuscule village se trouve une ferme particulière, appelée la Maison de résistance à la poubelle nucléaire. Ouverte sur l'extérieur, elle représente un véritable lieu de réflexion pour une possible « transition sociale, énergétique ou écologique ». Le film donne la parole à tous ceux qui gravitent autour de ce lieu, pro-nucléaires comme opposants.

Suivi d'une discussion avec le public
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22291
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

PrécédenteSuivante

Retourner vers Écologie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité