Pirouette et cacahuètes......nuclévert non merci !

Nucléaire, OGM, projets inutiles, ZADs ...

Pirouette et cacahuètes......nuclévert non merci !

Messagede Pïérô » 07 Déc 2009, 01:36

Dans un communiqué du 1er décembre 2009, le Réseau Sortir du Nucléaire demandait aux députés européens d’Europe écologie « de faire le nécessaire pour rectifier leur vote en faveur d’une résolution, adoptée par le Parlement européen le 25 novembre 2009, qui est favorable à l’énergie nucléaire ». Cette résolution mentionne que « le passage, à l’échelle internationale, à une économie à faible intensité de carbone conférera à l’énergie nucléaire un rôle important dans le bouquet énergétique à moyen terme ».

Pirouette et cacahuètes, réponse des verts, http://lesverts.fr/article.php3?id_article=4947, ou comment prendre les gens pour des cons :

Les députés Europe écologie, Copenhague et le nucléaire

Face à l’émotion suscitée par le vote des députés européens du groupe Verts/ALE sur la résolution sur le sommet de Copenhague le 25 novembre dernier, il nous semble important de remettre les choses en perspective et d’expliquer les raisons de ce vote. Nous ne sommes évidemment pas devenus - qui pourrait d’ailleurs sérieusement le croire - des partisans du nucléaire ; nous sommes au contraire toujours le seul groupe unanimement anti-nucléaire au sein du Parlement européen, comme les votes sur cette résolution le démontrent.

Lors de ce vote, nous avons eu un choix à faire. Comme souvent au Parlement européen, où tous les groupes politiques sont parties prenantes dans les négociations, nous nous sommes retrouvés face à un texte final dans lequel nous avions obtenu des points positifs et d’autres sur lesquels nous avions perdus. En l’occurrence, nous avions sur ce texte obtenu énormément d’avancées, en faisant le mandat quasi parfait pour l’Europe à Copenhague : obligation d’un accord international contraignant d’ici la fin de l’année, objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre domestiques proche de 40% d’ici 2020, soutien aux pays du Sud d’un minimum annuel de 30 milliards d’euros en supplément de l’aide public au développement font, entre autres, de ce texte le seul mandat de négociation compatible avec la science et la responsabilité de l’Union européenne.

Si cette résolution est aussi ambitieuse, et si elle constitue l’un des meilleurs mandats au monde pour Copenhague, c’est grâce à l’acharnement et au travail des députés du groupe des Verts/ALE, dans toutes les commissions parlementaires, qui, lors de la négociation préparatoire, ont réussi à arracher tous les points positifs un à un, et à rejeter tous les points négatifs que certains tentaient de faire passer.

Mais il y a eu ce fameux amendement du groupe PPE (dont font partie les députés UMP) en faveur du nucléaire, malheureusement adopté grâce au soutien de la droite et de quelques voix à gauche, comme celles de Jacky Hénin et de Marie-Christine Vergiat du Front de gauche. Nous nous sommes évidemment unanimement opposés à cet amendement. Quelques secondes plus tard, notre amendement demandant l’exclusion du nucléaire du Mécanisme de développement propre et de tout mécanisme de soutien aux pays du Sud, fût rejeté, là encore par tous les députés de droite et quelques voix de gauche dont Jacky Hénin et Jean-Luc Mélenchon.

Nous aurions alors bien sûr pu faire le choix de l’abstention pour marquer notre désapprobation face à cette réintroduction du nucléaire dans un texte où il n’avait rien à y faire. Il s’agit en effet d’une résolution qui traite d’abord du contenu d’un bon accord pour Copenhague, pas du mix énergétique de l’UE. Cet amendement est un mauvais coup porté par la droite qui avait de plus perdu sur ce point lors du vote en commission parlementaire.

Le groupe des Verts/ALE, qui avait anticipé cette situation la veille lors de sa réunion de groupe, a estimé plus efficace politiquement de soutenir le texte final afin que la délégation officielle du Parlement européen qui se rendra à Copenhague puisse s’appuyer sur une résolution très largement soutenue pour porter les très bonnes dispositions rappelées ci-dessus. De plus, face aux ambiguïtés et aux tergiversations des Etats membres et du Conseil dans la préparation de Copenhague, il nous a semblé important d’affirmer la position du Parlement européen.

Il ne s’agit pas d’un texte qui engage la politique énergétique de l’Europe pour les 50 prochaines années mais d’une position politique à usage immédiat et limité dans le temps, celui du sommet de Copenhague. Par ce vote, nous n’avons pas proclamé le nucléaire comme solution pour faire face aux changements climatiques, nous n’avons pas décidé de la construction d’un nouvel EPR ou incité les Etats membres de l’UE qui n’ont pas recours au nucléaire à le faire. Il est évident que nous aurions voté contre si l’adoption de ce texte avait pu avoir une quelconque conséquence concrète sur le recours au nucléaire.

Notre mobilisation contre le nucléaire et toute tentative visant à le promouvoir, que personne n’en doute, reste évidemment sans faille. Tous les membres du groupe des Verts/ALE sont des anti-nucléaires notoires que l’utilisation d’un vote sorti de son contexte ne saurait remettre en cause.

Amitiés,

Les députés européens Europe Ecologie, du groupe Verts/ALE

François Alfonsi - Sandrine Bélier - Malika Benarab-Attou - Jean-Paul Besset- José Bové - Pascal Canfin - Daniel Cohn-Bendit - Karima Delli - Hélène Flautre - Catherine Greze - Yannick Jadot - Eva Joly - Nicole Kiil-Nielsen - Michèle Rivasi


nuclévert non merci !
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22247
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Pirouette et cacahuètes......nuclévert non merci !

Messagede Pïérô » 09 Juin 2012, 16:46

Communiqué de la Coordination Stop Nucléaire

EELV au gouvernement :
L’inacceptable accompagnement du nucléaire !


Il semblerait que rien, pas même les conséquences effroyables de la catastrophe de Fukushima toujours en cours, ne puisse infléchir le positionnement d’EELV sur le nucléaire.

Ce positionnement “écolo” sur l’industrie nucléaire, on le constatait déjà lors des présidentielles de 1974, avec une demande de René Dumont pour un moratoire sur les projets de centrales. Un moratoire, une simple suspension provisoire.

Puis Dominique Voynet, Ministre verte à l’Environnement et à l’Aménagement du Territoire (de la “Gauche plurielle” à partir de 1997), signait l’extension de l’usine MELOX (http://www.dissident-media.org/infonucl ... 6_3_90.jpg), productrice de MOX (http://www.dissident-media.org/infonucl ... r_mox.html), et l’installation à Bure (http://www.dissident-media.org/infonucl ... e_net.html) d’un “laboratoire” d’étude du stockage des déchets radioactifs à vie longue.

Les verts siégeant au conseil régional PACA ne s’opposèrent pas vraiment au projet ITER (http://www.dissident-media.org/infonucleaire/iter.html), mais signèrent en décembre 2006 le principe de « 1 euro pour Iter, 1 euro pour les renouvelables ».

En novembre 2009, les élus verts au Parlement Européen, quant à eux, votaient un texte comprenant la résolution suivante : « ... le passage... à une économie à faible intensité de carbone conférera à l’énergie nucléaire un rôle important dans le bouquet énergétique à moyen terme... » La revendication depuis 30 ans par les verts d’une sortie progressive du nucléaire, équivalant de fait à une prolongation programmée du nucléaire en France, s’est confirmée sans surprise durant la récente campagne pour les présidentielles de 2012.

Lors d’une de ses interventions, Eva Joly l’exprimait ainsi : une “sortie en 20 ans pour permettre une montée en puissance des énergies renouvelables... une situation douce pour les Français...” …et douce aussi pour Cécile Duflot, désormais ministre d’un gouvernement pro-nucléaire.

Le programme d’EELV pour les législatives de juin 2012 atteint un nouveau degré de renoncement. Il s’agit de “désintoxiquer nos pays des énergies fossiles et du tout nucléaire”, légitimant de fait la part du nucléaire dans le mix énergétique francais.

Le tribut “symbolique” de la fermeture des deux réacteurs de Fessenheim (http://www.dissident-media.org/infonucl ... heim2.html) durant le prochain quinquennat - comme à l’époque de Dominique Voynet la fermeture d’un Superphénix (http://www.dissident-media.org/infonucl ... ateur.html) toujours en panne était le tribut pour une “Gauche plurielle” - ne trompe personne. La France, toujours ”fille aînée” de l’atome, restera nucléaire en attendant la prochaine catastrophe qui ne manquera pas de se produire et ce, avec la complicité du parti écologiste.

Pourtant, EELV se targue de vouloir moraliser la politique mais continue, dans la droite ligne de l’écologie politicienne et du réformisme, d’accompagner les gouvernements socialistes pro-nucléaires au nom des petites avancées écologiques et surtout, en ce qui nous concerne, au mépris de la vie humaine.


LE NUCLEAIRE : UNE QUESTION ETHIQUE !

Pendant qu’à Tchernobyl (http://www.dissident-media.org/infonucl ... herno.html), la radioactivité se disperse toujours dans l’environnement, que les populations comme les “liquidateurs” sont laissés à leur triste sort, la situation pour les Japonais, elle aussi, est loin d’être douce. Les rejets massifs de radioactivité se poursuivent et contaminent de façon irréversible le sol, l’air, l’eau et la chaîne alimentaire. Des millions de personnes vivent en territoires contaminés. La centrale nucléaire de Fukushima, ses quatre réacteurs fondus, et les populations restent à la merci d’un prochain séisme aux conséquences terrifiantes sur les piscines encore pleines de combustible nucléaire (http://fukushima.over-blog.fr/article-f ... 26840.html). Les enfants encaissent des doses de travailleur du nucléaire, ils portent des dosimètres, les autorités continuent de mentir, mais les 54 réacteurs nucléaires japonais sont à l’arrêt (http://monde-solidaire.org/spip/spip.php?article5866), au moins provisoirement grâce à la population qui fait pression sur les autorités locales contre leur redémarrage, sans revenir à la bougie ni attendre la fameuse "transition énergétique" chère aux politiciens écologistes.

Tous les scénarios Négawatt, de sortie planifiée avec arrêt des plus vieux réacteurs, de diminution de la part du nucléaire dans le mix énergétique français, d’économies d’énergie au nom des sacro-saintes émissions de gaz à effet de serre n’y changeront rien. Les catastrophes nucléaires produisent et produiront des effets irréversibles pour des centaines, des milliers d’années. Elles provoqueront des cancers, des maladies (http://monde-solidaire.org/spip/spip.php?article5867) respiratoires, digestives, cardiaques, neurologiques, des mutations génétiques, des zones inhabitables, rayées de la carte, et la remise en cause même de la survie des civilisations humaines.


LA FIN DU NUCLEAIRE N’EST PAS NEGOCIABLE :
A DANGER IMMEDIAT, ARRET IMMEDIAT !


Devant l’indigence des propositions des partis politiques de tous bords ou des organisations ”écologistes”, il faut rappeler que depuis des années (http://www.dissident-media.org/infonucl ... diate.html), existe en France un point de vue antinucléaire dissident pour un arrêt immédiat du nucléaire.

Nous ne pouvons nous satisfaire de propositions de sortie du nucléaire sur 20 ans, 30 ans ou plus, ni des négociations électoralistes qui au final, ne tiennent aucun compte de la dangerosité inacceptable de cette industrie.
 Qui pense encore que la catastrophe nucléaire est impossible en France alors que les autorités s’y préparent, que des scénarios de gestion existent depuis quelques années pour la ”phase d’urgence”, et maintenant pour une stratégie de gestion post-accidentelle à long terme (le CODIRPA) pour les territoires français dont le sol serait durablement contaminé.

Faut-il attendre un désastre en France avec ses dramatiques conséquences sanitaires, sociales, économiques, pour sortir de cette impasse nucléaire ? Combien de morts, de territoires contaminés, de centaines de milliers de tonnes de déchets radioactifs légués aux générations futures comme dette éternelle avant que l’industrie nucléaire ne soit stoppée définitivement ?

L’arrêt immédiat du nucléaire ne relève pas d’un délire irrationnel, ni d’une utopie. L’arrêt immédiat du nucléaire, c’est du concret, c’est applicable, c’est possible maintenant ! Le Japon nous en donne un exemple tragique mais flagrant. Nous n’avons pas à attendre un hypothétique développement des énergies renouvelables pour une “transition énergétique”, en courant tous les jours le risque d’une catastrophe. Des solutions existent : arrêt de la production d’électricité pour l’export, de l’autoconsommation de la filière nucléaire, utilisation maximum des capacités hydroélectriques et des centrales thermiques classiques existantes (à charbon, fioul, gaz). Nous savons que de nouvelles centrales thermiques au gaz ou au charbon peuvent être construites très rapidement, et que le remplacement des centrales nucléaires par du thermique classique n’influera que très marginalement sur les émissions globales de gaz à effet de serre. 
Mettre fin au danger des centrales nucléaires n’est pas un problème technique, mais un problème politique et éthique qui dépend de l’exigence de la population vis-à-vis de ses représentants. L’incontournable urgence n’est malheureusement pas d’attendre un changement de société ou de modèle économique pour un monde meilleur. L’urgence est de sauver nos vies !

Coordination Stop Nucléaire,
pour l’arrêt immédiat du nucléaire.

✉stop.nucleaire aDA yahoo.fr
http://www.coordination-stopnucleaire.org


Suivre le lien pour les nombreux liens dans l'article, car j'ai renoncé à mettre tout tellement il y en a. C'est donc en plus d'un positionnement évidemment partagé, une très bonne source et apports en élément divers sur la question. :)
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22247
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Pirouette et cacahuètes......nuclévert non merci !

Messagede Pïérô » 21 Juil 2012, 02:53

LES CO-GESTIONNAIRES DU NUCLÉAIRE
par stop-nucléaire


LES CO-GESTIONNAIRES DU NUCLÉAIRE

Quand on entend Europe Ecologie Les Verts et d’autres parler de transition énergétique vers un monde meilleur à base d’énergies renouvelables avec du nucléaire pendant encore 20 ans ou plus, on se rappelle que Dominique Voynet, Ministre verte à l’Environnement et à l’Aménagement du Territoire de la “Gauche plurielle” à partir de 1997, signait l’extension de l’usine MELOX, productrice de MOX et l’installation à Bure d’un “laboratoire” d’étude du stockage des déchets radioactifs à vie longue, et que Les Verts siégeant au conseil régional PACA, tout en ne s’opposant pas vraiment au projet ITER, signèrent en décembre 2006 le principe de “ 1 euro pour Iter, 1 euro pour les renouvelables ”.

Quand, les élus verts au Parlement Européen votent en novembre 2009, un texte
(http://www.europarl.europa.eu/sides/get ... -2009-0141) comprenant la résolution suivante : “ ... le passage... à une économie à faible intensité de carbone conférera à l’énergie nucléaire un rôle important dans le bouquet énergétique à moyen terme... ”, ils votent presque à l’unanimité
(http://www.votewatch.eu/cx_vote_details ... _grup_id=5), pour ce texte, notamment Eva JOLY, Daniel COHN-BENDIT, Michèle RIVASI, Yannick JADOT, José Bové lui s’est courageusement abstenu !!!

Quand le député EELV Noël Mamère dénonce, à propos du projet Astrid (d’étude du réacteur nucléaire de quatrième génération), un nouvel accroc à l’accord signé entre son parti et le PS sur le nucléaire (demandant à son parti de s’interroger sur son vote de confiance au gouvernement), ce vert pâle oublie que dans les années 80 il chantait les louanges notamment du surgénérateur Superphénix dans ce qu’on appelle chez les journalistes des "ménages" (http://www.dissident-media.org/infonucl ... mamere.pdf) au service de l’industrie nucléaire. Le même Noël Mamère vient, néanmoins et sans surprise, de voter ainsi que tout le groupe parlementaire EELV la confiance au gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Cà c’est de l’indignation !

Quand le président François Hollande se prononce pour une exploitation au plus tôt par Areva, si possible avant la date prévue de 2014, de la mine géante d’uranium Imouraren au Niger, elle dit quoi Cécile Duflot ministre d’un gouvernement pro-nucléaire ? Il dit quoi le sénateur Jean-Vincent Placé ? Rien ! La soupe est trop bonne ?

Et Pascal Durand le nouveau porte parole d’EELV (http://eelv.fr/2012/06/13/lexemplarite- ... -le-niger/) il dit quoi... : "Pour Europe Écologie Les Verts, les entreprises françaises, où qu’elles se trouvent dans le monde, doivent s’y montrer exemplaires. Elles doivent s’imposer les mêmes normes environnementales qu’en France et respecter, a minima, les normes sociales définies par l’OIT. EELV réaffirme qu’un autre « développement » économique et humain est possible au Niger : il passe par un nouveau partenariat avec la France et l’Europe, la généralisation de l’agriculture vivrière et, par exemple, par la mise en valeur du potentiel solaire incomparable du pays. La France, pour pouvoir utilement accompagner cette transition, doit elle-même s’engager dans une transition énergétique qui l’amènera à réduire sa dépendance à l’uranium." Il ne veut pas fermer les mines d’uranium non, il dit "RÉDUIRE SA DÉPENDANCE À L’URANIUM", et la "sortie du nucléaire" grâce a la fameuse "transition énergétique", c’est pour quand ??? Jamais !

Quand "l’écolo libéral" Daniel Cohn-Bendit nous déclare en aparté sur le nucléaire “faudrait arrêter, mais on peut pas" (http://www.dissident-media.org/coord_st ... ai2012.mp3), on se rappelle que son (toujours) conseiller et frère, Gabriel Cohn-Bendit, dans Libération du 6 janvier 2000, proposait sous le titre "Vacances vertes". " Pourquoi ne pas imaginer un service civil, garçons et filles, géré parle ministère de l’environnement, où l’on formerait les jeunes à intervenir dans des situations telles que tremblements de terre, inondations, feux de forêts, accident nucléaire ".

Quand la direction du Réseau Sortir du Nucléaire fait la promotion du scénario Négawatt de sortie du nucléaire en 22 ans et que, au nom du "tous ensemble", elle soutient la politique d’EELV, encore membre de cette pseudo fédération d’associations et de partis politiques, que peut bien attendre la lutte antinucléaire de ce "Réseau" ?

Quand Pascal Husting, directeur général de Greenpeace France déclare page 11 dans Direct Matin n°495
(http://www.dissident-media.org/infonucl ... n_n495.pdf) le 29 juin 2009 : "Mieux vaut prolonger les centrales qu’en construire de nouvelles... Une grande partie des centrales pourrait voir leur vie prolongée de dix ans, voire même de vingt ans...". on se dit quoi ? Il est antinucléaire lui ?

Quand l’ACRO (Association pour le Contrôle de la Radioactivité dans l’Ouest) invite à un débat public
(http://monde-solidaire.org/spip/spip.php?article5074) (de concertation) sur la gestion post-accidentelle d’un accident nucléaire à l’université de Caen, elle réalise le rêve des autorités, associer la population ou les associations qui se présentent comme ses défenseurs, pour préparer la co-gestion du futur désastre.

Quand Monique Sené du GSIEN (Groupement des Scientifiques pour l’Information sur l’Energie Nucléaire) se fait le chantre de la contre-expertise et participe comme "contre expert officiel" à la concertation sur les installations nucléaires, que fait-elle à part démontrer que le nucléaire est "gérable" ?

Quand Maxime Combes, un apparatchik d’Attac, pense qu’il est politiquement inacceptable qu’à Lézan en août 2011 il y ait eu un vote direct à main levée pour "L’arrêt immédiat du nucléaire civil et militaire" et se débrouille pour faire supprimer le mot "immédiat" (http://monde-solidaire.org/spip/spip.php?article5746 ) et revoter pour un beaucoup plus neutre "Arrêter le nucléaire civil et militaire", c’est bien afin de ne pas effrrayer la nouvelle grande "union" de la gauche et des organisations environnementales avant la présidentielle de 2012.

Et puis que pensent certains intervenants "de prestige" à Notre-Dame des Landes (http://forum-gpii-2012-ndl.blogspot.fr/ ) comme la “vedette altermondialiste” Susan George du tabassage et du gazage (gaz CS) des manifestants anti-THT au Chefresnes, elle qui a toujours été prête à condamner "les violences des manifestants" notamment à Gênes où est mort Carlo Guiliani.

Comment osent-ils encore se prétendre antinucléaires, eux qui participent à la prolongation du nucléaire et à sa co-gestion avec les pouvoirs en place ?

Avec de tels "alliés", les antinucléaires dits "radicaux" ont-ils encore besoin d’être matraqués et gazés par les flics ? Tous ces pseudo antinucléaires ne suffisent-ils pas pour tenter d’étouffer notre parole ?

Qu’il soit entendu que nous ne nous laisserons pas faire !

Coordination Stop-Nucléaire, pour l’Arrêt Immédiat Inconditionnel et Définitif du Nucléaire.

http://www.coordination-stopnucleaire.org/
stop.nucleaire@yahoo.fr

http://www.coordination-stopnucleaire.o ... ?article23
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22247
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Pirouette et cacahuètes......nuclévert non merci !

Messagede Pïérô » 21 Sep 2013, 18:53

Après avoir cané sur la question du nucléaire, et après avoir joué du théâtre à nouveau en forme de "on va se barrer si on est pas entendu", les voilà en train de caner sur l'ensemble de leur programme,
même la NR, presse pas vraiment de gauche ni très écolo, en parle en des termes qui ne laisse aucun doute :

Une transition écologique vert (très) pâle :
Les espoirs suscités par une vraie transition écologique, promise en 2012, sont douchés...
http://www.lanouvellerepublique.fr/Fran ... le-1621346

Et oui, les municipales se profilent...les alliances qui sauvent les "verts" comme le PC, et qui font remiser les combats annoncés.
Et les "verts" qui maintenant trouvent çà plutôt bien comme programme à la baisse, et qui après la mise en scène de polichinelle jouent encore les godillots verts d'un système qui mène à la faillite écologique, et qui ont véritablement sombré, vont réussir à unifier côté "il y a de quoi être vert", voire violet.
Il n'y a plus qu'à tourner cette page, et si l'écologie politique reste d'actualité en terme de projet de société et de combats, l'écologie politicienne aura vécue.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22247
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Pirouette et cacahuètes......nuclévert non merci !

Messagede Pïérô » 02 Jan 2014, 02:16

Lettre ouverte à EELV Ploërmel

Le groupe EELV de Ploërmel a organisé cet automne une conférence sur la transition énergétique avec Jean-Marc Jancovici... pro-nucléaire (... et libéral).

LETTRE OUVERTE à EELV PLOËRMEL (avec texte de Didier Anger)

La Bretagne est historiquement antinucléaire*.

Est-elle en train de changer ? L'invitation de Jean-Marc Jancovici à une conférence sur la transition énergétique le 21 octobre 2013 par le groupe EELV de Ploërmel est, nous pouvons le craindre, révélatrice à ce sujet.

Dans « EELV » il y a le mot « écologie ». Or, « le fait d'habiter (éco) raisonnablement (logos) le Monde » interdit de fait le recours à des technologies qui ne sont pas à la mesure de l'Homme, et qui commencent déjà à dégrader sérieusement son monde. Nous n'étions donc pas venu-e-s à la conférence de Jean-Marc Jancovici pour débattre du nucléaire, mais pour dénoncer la tenue d'un discours qui fait système et dans lequel le nucléaire trouve naturellement sa place.

Le public était face à un discours caméléon : Jancovici sait s'adapter à son auditoire, et va jusqu'à affirmer qu'il n'est pas forcément pour le nucléaire, mais que dans la situation actuelle, il représente une solution dont on ne peut se passer.

Jancovici a joué à l'autruche : le scénario négawatt, et le scénario énergétique japonais n'ont pas été évoqués. Il n'y a pas eu de débat, de contradiction réelle.

Jancovici devrait connaître ces scénarios mais ils sont si clairs dans leurs conclusions sur l'intérêt de la sortie du nucléaire qu'il valait sans doute mieux ne pas en parler. Ne peut-on pas parler dans ce cas de mensonge par omission, de manipulation, ou au moins de partialité (il n'est donc pas « indépendant ») ?

Et quand il s'agit du nucléaire, aucune allusion bien sûr aux travaux de nombreux chercheurs indépendants démontrant le caractère inhumain, criminel, manipulateur du nucléaire : la catastrophe de Tchernobyl, par exemple, n'a pas fait qu'une cinquantaine de morts mais plusieurs centaines de milliers, et elle est toujours en cours.

Qu'un membre d'EELV (il s'agit de la personne, membre d'EELV de Ploërmel, à l'initiative de la soirée, et qui est un ancien travailleur du nucléaire) parle de militants antinucléaires en les traitant d'ayatollahs est révélateur d'une crise identitaire. Ayatollah signifie, au sens figuré (Le Petit Robert), représentant conservateur (d'une tendance). D'après les catégories établies par Didier Anger dans son texte « Mais où vont les écologistes », le groupe EELV de Ploërmel semble donc assumer pleinement sa nouvelle identité de « Verts modernes qui finiront par reconnaître que le nucléaire fait partie des solutions » (paroles rapportées de Lauvergeon).

Jancovici rêve d'être un colibri et souhaite convertir le plus de monde possible. Mais dans la parabole, le colibri n'éteint pas le feu en inondant la maison ou la forêt. Il faudrait que tous les membres d'EELV soient des colibris, mais combattant le nucléaire (avec tout ce qu'il représente en plus des risques de catastrophes et le problème des déchets) et non luttant seulement face à l'urgence climatique. Nous ne pouvons accepter que l'on oppose les combats antinucléaires et « anti-réchauffement climatique ».

Il existe de nombreuses personnes compétentes pour animer une conférence dans laquelle ces deux domaines ne seront pas opposés, ce qui permettrait de poser les bases saines d'une réflexion sur la transition énergétique. Cela permettrait sans doute aussi de dissiper les doutes sur la question de l'identité du groupe d'EELV de Ploërmel.

Rappel : nous avons TOUS, et notamment les POLITIQUES, une responsabilité morale vis-à-vis des générations passées, actuelles et futures dans le choix du développement, de la continuation ou de l'arrêt immédiat du nucléaire. Cette dernière solution est la seule véritablement à même de garantir le respect des choix sociétaux futurs dans un contexte écologique et démocratique sains.

Le Comité d'Animation de Stop nucléaire 56 / Trawalc'h

*Le logo de Stop nucléaire 56 / Trawalc'h évoque d'ailleurs la lutte victorieuse de la population d'Erdeven et de ses environs contre le projet de centrale à Erdeven en 1975 : une main verte a été dressée sur les dunes, tournée vers l'océan. Main de la victoire des Anciens qui ont fait échouer ce projet inhumain, main solidaire des générations actuelles et futures solidaires des populations souffrant du nucléaire au-delà des mers, des frontières (Japon...). Elle est le symbole d'une lutte dont le message est : « Jamais, ni ici, ni ailleurs ».

-----------------------------------------------------

Texte Mais où vont les écologistes ? de Didier ANGER (Tête de liste des VERTS EUROPE ECOLOGIE en 1984, Député européen en 1989) : http://nantes.indymedia.org/system/file ... _anger.pdf

http://nantes.indymedia.org/articles/28691

Stop Nucléaire 56 / Trawalc'h
6 rue de la Tannerie - 56000 VANNES
Tél. 06 65 72 31 66 - stop-nucleaire56@laposte.net
http://www.stop-nucleaire56.org
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22247
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Pirouette et cacahuètes......nuclévert non merci !

Messagede digger » 03 Jan 2014, 11:46

Il n'y a plus qu'à tourner cette page, et si l'écologie politique reste d'actualité en terme de projet de société et de combats, l'écologie politicienne aura vécue.

Je pense que le terme d’’"écologie politique" portait en lui la dérive actuelle d’EELV parce que la démarche qui consiste à porter un projet global au sein d’un système institutionnel parlementariste est voué à l’échec.
C’est d’ailleurs la limite du projet de Boochkin, dont l’analyse est intéressante par ailleurs, aux Etats-Unis.
Il y a, par ailleurs, dans l’histoire de l’écologie politique une inversion du sujet insurmontable. A une politique écologique a été substituée une écologie politique. Alors que l’analyse de départ était bonne en liant le sort de l’humanité à son environnement, l’erreur, ou l’hypocrisie, des partis écologistes (en France, mais aussi en Allemagne et ailleurs) a été de faire croire que l’on pouvait préserver l’environnement dans le système politique présent. Le capitalisme pouvait opérer sans destruction de la planète, sous réserve qu’une représentativité écologique veille à ce que certaines limites ne soient pas franchies. Ce qui est bien évidemment absurde. Et EELV n’est nullement une digue contre des "abus" mais uniquement un faire-valoir.
C’est la modification profonde des modes de production et de distribution qui préservera l’environnement et cette modification ne peut se faire qu’avec la disparition du modèle capitaliste. Toute participation au système est au mieux illusoire, au pire hypocrite. Elle fut sans doute illusoire au début des "verts", elle est aujourd’hui purement hypocrite.
Heureusement, une nouvelle génération a vu le jour, indifférente aux chants des sirènes politiciennes et qui a remis les bœufs devant la charrue.
La conclusion, c’est que lorsque l’on approche du pouvoir, on se fourvoie. Redevenir mouvement est beaucoup moins valorisant que de participer à un conseil des ministres et être sur un plateau TV.
J’en connais peu qui en sont revenu-es.
digger
 
Messages: 2097
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02


Retourner vers Écologie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité