No TAV - No LGV

Nucléaire, OGM, projets inutiles, ZADs ...

TAV : incident grave

Messagede kuhing » 27 Fév 2012, 15:26

Décidément aujourd'hui c'est le jour...

je viens de recevoir ça :

Italie : No Tav: Solidarité internationale Clement Duval à vous-même - il y a 27 min

Grave incedent ce matin(27 fevrier) ou notre compagnon Luca est entre la vie et la mort apres avoir toucher une ligne a haute tension,celui ci s’opposer a son expropriation et ou la police a essayer de le deloger d’un pylone.
Il a ete conduit dans un etat grave a l’hopital.
Suite a cette nouvelle répression la riposte s’organise et un appel generale a ete lancer
pour se rendre en nombre a Val Susa pour s’opposer aux expropriations.
Des l’annonce de l’incident des routes(autoroutes) menant a la vallée on ete bloquer.
Egalement prévu ce soir manifestation et appel a manifester dans toute l’italie.
Temoignons notre solidarité internationale en interpellants et en occupants les representations Italiennes en France(ambassade,consulats etc...)
Resistenza / Resistance !


Infos en permanence(en italien) sur Radio Blackout (vous pouvait également intervenir
a la radio pour témoigner votre solidarité)

http://radioblackout.org/
Tel : 0039 0112495669
kuhing
 

Re: No TAV - No LGV

Messagede leo » 23 Juil 2012, 20:35

[NoTAV / Val Susa] Plusieurs milliers de manifestants prennent d’assaut le chantier

lundi 23 juillet 2012

Dans le cadre des activités du Camp d’Été de lutte contre le projet de construction de la LGV Turin-Lyon [TAV, treno a alta velocità en italien] dans le Val Susa, le mouvement No TAV avait annoncé l’organisation d’une « passeggiata » nocturne à l’intérieur du chantier pour le samedi soir 21 juillet.
Ils et elles ont tenu parole…


Le mouvement NoTav avait annoncé que ce serait un été de lutte et c’est bien le cas. Des milliers de NoTav sont sortis des campements de Giaglione et de Chiomonte et ont convergé vers le site du chantier pour l’assiéger. Ce fut un moment important s’ajoutant à une séquence de lutte qui a commencé avec le campement des étudiants NoTav.

La ‟promenade” dans le chantier se fraie plusieurs passages en force…

Deux mille manifestants NoTav ont assiégé le chantier de Chiomonte ce samedi soir. Quand ils sont arrivés au site, ils se sont approchés soudainement de la clôture et la police a commencé à utiliser les canons à eau et les gaz lacrymogènes. La réponse de la manifestation a été déterminée : des barrières ‟new jersey” (fameuses pour leur solidité) ont été arrachées et plusieurs mètres de la clôture en béton ont été abattus avec des masses, des phares utilisés pour éclairer les travaux comme en plein jour ont été cassés, des morceaux importants de la seconde clôture métalliques ont été découpés et arrachés, permettant aux NoTav d’entrer dans le chantier.
Les tirs continus de gaz lacrymogènes par les militaires ont provoqué un incendie qui a été contrôlé par les NoTAV, et ont fermé l’autoroute dans la direction de Bardenecchia - Torino.

« La vallée ne veut pas de vous ! » a été le slogan le plus crié au moment de l’attaque du chantier. Un an après l’expulsion de la ‟République libre de la Maddalena”, le mouvement NoTAV est toujours présent dans son territoire, sans crainte de poursuites judiciaires.

Environ 2000 personnes ont participé à cette « promenade nocturne », 1500 au départ du camp de Chiomonte et 500 de celui de Giaglione, afin de rappeler aux forces de police qu’elles ne sont pas les bienvenues dans la vallée. « Dehors les forces d’occupation ! » a été crié par les deux cortèges partis en direction de la clôture du chantier.
Grosse participation des personnes présentes, comme la veille (vendredi) lors de l’action de blocage des grilles des entreprises Italcoge et Martina qui font partie intégrante du système politico-maffieux du TAV Turin-Lyon.
L’assaut du chantier s’est fait en deux endroits, du côté de Val Clarea et du côté de la zone archéologique. De grands morceaux de la clôture en fil de fer barbelé ont été arrachés ainsi que de nombreuses barrières de ciments entourées de plastic appelées ‟new jersey”. Des dizaines de personnes ont pu pénétrer dans le chantier. Cette occupation des lieux a duré environ 30 minutes, puis les manifestants ont décidé d’arrêter, se sont attendus, regroupés et sont repartis ensemble, en cortège, en direction de Chiomonte.

Un policier a été blessé aux jambes, sans doute par un pétard assourdissant qui l’aurait fait chuter.

Le jour venu, il apparaît que les dégâts sont assez importants, la clôture a été totalement arrachée sur des dizaines de mètres, ainsi que le mur d’enceinte en béton rajouté pour renforcer la protection du chantier. D’autres ouvertures ont pu être faites dans d’autres endroits. Plusieurs tourelles supportant des phares d’éclairage du chantier ont été abattues.

Comme d’habitude, le gouvernement veut criminaliser et diviser

Le ministre de l’Intérieur a réagi en disant que ce qui s’était passé dans le Val Susa n’était pas « une manifestation de dissensus » mais de « la violence à l’état pur qui n’a rien à voir avec les problèmes de la construction de la ligne de chemin de fer Lyon-Turin », ajoutant qu’il fallait « condamner sans hésitation et isoler les groupes violents qui ont l’intention d’utiliser le Val di Susa pour leurs objectifs de guérilla ».
Pour renforcer ces propos, la police parle d’une action militairement organisée et préparée, et maintenant de 11 blessés dans ces rangs, dont 1 plus sérieusement touché, c’est-à-dire 10 très légèrement atteints...
Une chose est sûre, la police doit enrager devant cette action relativement bien préparée, sans arrestation, et qui l’a prise totalement au dépourvu.

Le mouvement NoTAV revendique et assume cette action directe collective

A cela, le mouvement NoTAV a répondu dans un communiqué que « cela s’appelle résistance, ministre, résistance. », en ajoutant, « on va vous aider : elle se pratique en groupe et se décide même en assemblée ouverte ».
« Cela s’appelle lutte en défense du territoire et passe nécessairement par le conflit actif avec ce qui est un chantier complètement militarisé. Cela s’appelle lutte populaire parce tout un peuple s’oppose aux trains à grande vitesse, et selon sa capacité, chacun cherche à contrer ce qui apparaît maintenant comme le plus grand vol des contribuables de l’histoire. »
Le communiqué se poursuit ainsi : « Nous croyons qu’il est important d’appeler les choses par leur nom et par conséquent cet exercice s’adresse à ceux qui aiment faire les distinguos lorsqu’ils regardent la Vallée et ne font pas de traités de sociologie à deux balles ou ne lancent pas de mandats d’arrêt comme ceux auxquels nous avons assisté.
Cela nous fait sourire de lire les chroniques des supporters qui spéculent sur combien de mètres de clôture ont été coupés, ou de lire Bersani
[secrétaire du Parti Démocrate, centre-gauche, ex-PCI] quand il nous parle de Démocratie.
Cela nous fait sourire et un peu pleurer aussi, mais pas de tristesse ou de rage, seulement par la faute des centaines de lacrymogènes qu’on nous tire dessus à chaque fois, démocratiquement s’entend.
Pour cela, nous revendiquons le droit à la Résistance et l’usage de masques à gaz pour se protéger du cyanure contenu dans les lacrymogènes qui pleuvent en masse, ainsi que, pour les mêmes raisons, la protection de la tête et du corps pour ne pas devenir la cible facile de ceux qui jouent au tir au pigeon dans le chantier.
Hier soir, nous avons ouvert plusieurs passages dans le chantier et nous avons montré qu’il n’est pas aussi inviolable qu’on le pense : nous avons fait ce que nous disons, comme toujours.
La lutte populaire est longue et est faite de moments différents entre eux, mais qui concourent tous à un unique objectif, celui d’arrêter le TAV et comme nous y croyons intensément, nous mettons tout en œuvre pour réussir. »


La lutte continue. Le camp estival se poursuit, avec des activités, débats, actions quotidiennes.

Le 23 juillet, XYZ pour OCLibertaire

_ _ _ _ _

Source : http://www.notav.info/

Plus d’infos (en italien) et une vidéo de la « promenade » sur le même site.

Original : http://oclibertaire.free.fr/spip.php?article1217

= = = = = = = =

Pour info

Marche anti TGV Pays Basque sud - 27-29 juillet


L’ASSEMBLEE CONTRE LE TGV (Pays Basque sud) appelle à une marche entre Urrugne (Pays Basque nord) et Hernani (Pays Basque sud) du 27 au 29 juillet.

L’an dernier, l’Assemblée contre le TGV a organisé à Hernani son 16ème campement contre le TGV et les grandes infrastructures. Cette année, il y a eu de nombreux événements : entartage de Y.Barcina (présidente du gouvernement de Navarre), avancée des travaux, coupes budgétaires du gouvernement à cause de la crise, plusieurs jugements pour des actions contre le TGV, travail d’opposition des groupes locaux...

Pour cet été, il nous a paru plus judicieux de changer de formule, c’est pourquoi nous organisons une marche combative de trois jours du Pays Basque nord au Pays Basque sud. A cette occasion, outre l’Assemblée contre le TGV, de nombreux autres groupes et personnes du Pays Basque nord et sud qui luttent en faveur de la terre et d’un autre modèle social ont pris part à l’organisation. Tous-tes ensemble nous développerons une vaste opposition au TGV et aux autres grandes infrastructures. La marche, partant d’Urrugne, empruntera un parcours accessible à tous-tes : Irun, Fontarrabie, Jaizkibel, Lezo... jusqu’à Hernani. Au cours de la marche, nous aurons des débats, des activités, des concerts, du théâtre, des récitals de poésie, des repas..., comme cela se faisait lors des campements, afin de créer un espace de convivialité commune permettant de développer des relations personnelles ; et comme toujours, avec l’intention de créer un espace autogéré favorisant un autre modèle social.

Pour tout ce que nous avons mentionné et pour tout ce que nous avons oublié de mentionner, nous vous invitons à participer à cette marche.

Parce que nous aimons la terre, arrêtons le TGV et les grandes infrastructures !

http://sindominio.net/ahtez/?q=es/node/4570




http://oclibertaire.free.fr/spip.php?breve456
leo
 
Messages: 252
Enregistré le: 17 Avr 2009, 18:29

Re: No TAV - No LGV

Messagede Nyark nyark » 18 Nov 2012, 19:03

Avec un peu d retard pour certaines dates, mais le plus important reste à venir :
Image

Le TGV Lyon-Turin ne passera pas.

Le 3 décembre 2012, les chefs d’état français et italien François HOLLANDE et Mario MONTI se réuniront en sommet à Lyon pour parler austérité et conclure le plan de financement de la ligne à grande vitesse reliant Lyon à Turin (le TAV), présenté pour l’occasion comme un remède à la crise.

Nous ferons de ce sommet l’occasion de montrer notre rejet du TAV (TGV) et de la structuration des territoires en Machine Économique compétitive et rentable au service du Capital.

Pour cela, nous invitons le 3 Décembre 2012 à Lyon les mouvements NO-TAV italiens et français ainsi que toutes les personnes en lutte chez elles contre des grands projets d’infrastructure et d’aménagement de leur vie à se mobiliser. Nous invitons aussi dès à présent à participer à l’organisation de cet événement à nos côtés le 27 octobre.

UNE VALLÉE QUI NE VEUT PAS SE LAISSER AMÉNAGER.

Vingt-deux ans que la vallée la plus affec­tée par ces tra­vaux, la vallée de Susa, est secouée de mani­fes­ta­tions mas­si­ves, de blo­ca­ges rou­tiers, de sabo­ta­ges, de mar­ches paci­fi­ques et d’affron­te­ments avec la police. Vingt-deux ans aussi que se suc­cè­dent expro­pria­tions, expul­sions des occu­pants du chan­tier, arres­ta­tions, procès et incar­cé­ra­tions jusqu’au récent “acci­dent” d’un habi­tant de la vallée, électrocuté en grim­pant à un pylône pour conti­nuer l’occu­pa­tion du chan­tier.

Une vallée habi­tée qui ne veut pas être relé­guée au simple rôle de voie de pas­sage pour l’inter­connexion des métro­po­les trans­al­pi­nes ; des vies qu’on ne peut pas plier indé­fi­ni­ment aux amé­na­ge­ments néces­sai­res à la bonne marche du Progrès. Cette oppo­si­tion sans com­pro­mis est aujourd’hui portée par un mou­ve­ment dans toute l’Italie, le mou­ve­ment NO-TAV.

Au quo­ti­dien, le mou­ve­ment NO-TAV mène une lutte créa­tive, offen­sive et tenace. Elle s’invente, au cours des manifs, sur les points de blo­ca­ges ou à l’occa­sion de moment de par­tage, dans les pre­sidi occu­pés (lieux de siège d’où s’orga­nise la lutte) ou dans une can­tine impro­vi­sée sur l’auto­route. Le mou­ve­ment est main­te­nant sorti de la vallée. Force consé­quente à laquelle les syn­di­cats ita­liens s’allient ponc­tuel­le­ment, il est devenu un des sym­bo­les de l’oppo­si­tion à la ges­tion tech­nico-économique du gou­ver­ne­ment. Pour faire face sur le ter­rain, ce sont aujourd’hui des esca­drons de cara­bi­niers et des chas­seurs-alpins reve­nus d’Afghanistan qui pro­tè­gent tous les jours un chan­tier retran­ché der­rière des bar­be­lés. Nous ne pou­vons pas lais­ser Monti et Hollande fêter leur crédit euro­péen sans invi­ter les No-TAV !

DE CE CÔTÉ-CI DES ALPES.

Avec 800 mil­lions d’euros déjà inves­tis, des tra­vaux pré­li­mi­nai­res enta­més et des négo­cia­tions euro­péen­nes bien avan­cées, la conclu­sion de la consul­ta­tion publi­que orga­ni­sée par la région Rhône-Alpes cette année était courue d’avance. Il ne fal­lait pas atten­dre de ce coup de vernis démo­cra­ti­que autre chose qu’un avis favo­ra­ble au TAV, évidemment mis en avant par le comité de consul­ta­tion.

Depuis un an, des comi­tés de rive­rains se cons­ti­tuent donc sur le tracé du TAV pour s’y oppo­ser. Les dis­cours s’accor­dent dif­fi­ci­le­ment, l’enjeu pour eux ne pourra décem­ment pas être de dépla­cer ce tracé au vil­lage voisin mais d’oppo­ser suf­fi­sam­ment de résis­tance pour empê­cher les tra­vaux. Il n’est pas pos­si­ble d’amen­der ni d’amé­lio­rer ce projet. Pour les pro­mo­teurs du Lyon-Turin, il n’y a pas de Plan B, il y a un seul projet, face auquel il ne peut y avoir qu’un seul mou­ve­ment d’oppo­si­tion. Des deux côtés de la fron­tière c’est la néces­sité même de refu­ser un modèle de déve­lop­pe­ment promu par le Lyon-Turin.

DES « MÉTROPOLES MULTIPOLAIRES, ATTRACTIVES ET ACCESSIBLES ».

Ce tracé s’ins­crit dans le méga-projet de ligne à grande vitesse reliant Kiev à Lisbonne. Ce n’est que l’un des 40 pro­jets des cor­ri­dors pan-euro­péens qui par­ti­ci­pent au ren­for­ce­ment de l’Union Européenne dans la guerre économique mon­diale. Il s’agit de flui­di­fier la mobi­lité des per­son­nes et des mar­chan­di­ses en reliant les gran­des villes entre elles. Par l’inter­connexion des métro­po­les il s’agit d’abolir les dis­tan­ces, de flui­di­fier le dépla­ce­ment des mar­chan­di­ses et des capi­taux humains.

Un monde lisse, sans entra­ves. En trois coups de crayon sur la carte, des lignes sont tra­cées pour reliées des « métro­po­les mul­ti­po­lai­res, attrac­ti­ves, et acces­si­bles » (Gérard Collomb), pour créer des villes uni­for­mes, ou à quel­ques détails près on pour­rait retrou­ver les mêmes quar­tiers, les même maga­sins, les mêmes moyens de trans­ports. Dans cette ville mul­ti­po­laire ce sont les Universités et entre­pri­ses de pointe regrou­pés en « clus­ter », qui por­tent en eux l’espé­rance de la crois­sance économique.

Pour assu­rer leur attrac­ti­vité, les villes doi­vent séduire cette nou­velle masse de tra­vailleurs avide de rapi­dité, d’effi­cience et de com­mo­di­tés par leur offres cultu­rels, leur spec­ta­cle, (et leur lumiè­res en l’occur­rence pour Lyon.) « Car (la culture) contri­bue à donner un nou­veau profil à la ville. Elle déter­mine à mes yeux le pro­ces­sus d’inves­tis­se­ment des grands tra­vaux, des ser­vi­ces et de la moder­ni­sa­tion. » (Piero Fassino, Maire de Turin dans Lyon citoyen)

Des trains « pan-euro­péens » donc, comme moyen de trans­port de la classe à haute valeur ajou­tée. Faites place ! Cette attrac­ti­vité orga­ni­sée génère une explo­sion des loyers fai­sant dis­pa­raî­tre les der­niers quar­tiers popu­lai­res des cen­tres urbains, relé­guant ses anciens habi­tants à la marge sociale et géo­gra­phi­que. Tout deviens une ques­tion de moyens ; dans le même cré­neau horaire, cer­tains arri­vent en gare de Marseille pen­dant que d’autres ont tout juste tra­versé l’agglo­mé­ra­tion lyon­naise.

A Lyon aussi, il s’agit à tra­vers cette lutte de réaf­fir­mer l’arrêt du déve­lop­pe­ment indus­triel, celui-ci n’a fait qu’assié­ger nos villes, gri­gno­tant tou­jours plus de terre et de marge d’auto­no­mie. L’ habillage écologique du pro­grès ne fait que ren­for­cer le déve­lop­pe­ment indus­triel et le mythe de la crois­sance infi­nie.

Quand aux men­son­ges sur la « per­for­mance énergétique » du Lyon-Turin, il faut rap­pe­ler que ce train, comme toutes les infra­struc­tu­res qui s’y rap­por­tent, fonc­tionne au nucléaire. Et que cette seule condi­tion est deve­nue inac­cep­ta­ble d’un bout à l’autre de la pla­nète. Non, le TAV n’est pas éco-com­pa­ti­ble. Des mon­ta­gnard.es seront asphyxié.es sous diver­ses pol­lu­tions visuel­les et sono­res, mais aussi par des pous­siè­res d’ura­nium et d’amiante déga­gées par ce chan­tier.

ET UN PARI.


Ce qu’il y aurait à gagner c’est une pro­pa­ga­tion des mou­ve­ments NO-TAV parce que l’on sent bien que ce qui se tente en Val de Susa dépasse les fron­tiè­res de la vallée et de l’Italie. Les luttes, pas plus que les infra­struc­tu­res qu’elles met­tent à mal, ne sont jamais que loca­les. Elles dés­ta­bi­li­sent la ges­tion glo­bale de l’économie en ins­cri­vant déjà que quel­que chose y échappe, reste ingé­ra­ble.

Et la force qui se gagne là, rentre en réso­nance et cir­cule vers d’autres points, d’autres foyers de lutte : contre l’aéro­port du grand-ouest, contre un OL-Land, contre le gaz de schiste, en Grèce, par­tout, etc… Partout où l’on se sou­lève contre les amé­na­ge­ments et le pro­grès, une géo­gra­phie des luttes se tisse face à celle des grands pro­jets de déve­lop­pe­ments inter­na­tio­naux. No-tav 69.

RDV LE 27 OCTOBRE, à partir de 14h pour s’orga­ni­ser contre le sommet franco-ita­lien du 11 décem­bre.

Pour connaî­tre le lieu et l’heure de réu­nion, nous contac­ter sur : notav69 @ rebel­lyon.info


http://rebellyon.info/Le-TGV-Lyon-Turin ... a-pas.html
La religion est la forme la plus achevée du mépris (Raoul Vaneigem)
Avatar de l’utilisateur-trice
Nyark nyark
 
Messages: 1203
Enregistré le: 30 Oct 2011, 17:46
Localisation: Région parisienne

Re: No TAV - No LGV

Messagede Pïérô » 29 Nov 2012, 16:29

Prochaines initiatives NO TAV en France

Contre la Ligne à Grande Vitesse Lyon-Turin

En France :

- 30 novembre et 1er décembre : Forum contre la LGV Lyon-Turin à Lyon le vendredi 30 novembre de 16h à 21h
le 1er décembre de 9h à 18h, à l’espace Sarrazin,8 rue Jean Sarrazin.
Contact: collectifbolgv@gmail.com.

-3 décembre 12H : place Guichard à Lyon.
Rassemblement contre le sommet de François HOLLANDE et Mario MONTI.
Repas, assemblée (prises de paroles françaises et italiennes, présentation des différentes luttes et de leurs contextes), jeux, tables d’infos…
14h00: Départ de la manifestation


En Italie :
-21 novembre à Turin: Ce jour marque le début de procès importants en Italie contre 45 personnes arrêtées au printemps suite à différents événements de la lutte NO TAV.
-8 décembre à Venaus: Cette date est l’anniversaire de la reprise de Venaus (2005) par des miliers d’habitant-e-s de la vallée, suite
à l’expulsion par la police du camp NO TAV qui s’y tenait.

Le 3 décembre 2012, les chefs d’Etat français et italien François HOLLANDE et Mario MONTI se réuniront en sommet à Lyon pour conclure le plan de financement de la Ligne à Grande Vitesse reliant Lyon à Turin (LGV ou TAV en italien).
En France, depuis un an, la lutte contre la LGV s’organise de plus en plus au travers de différents comités situés sur le tracé.
Tant mieux, car il est plus que temps de s’opposer fermement !
En effet, dans le contexte de crise économique où l’argent manque dans des domaines cruciaux tels que la santé ou l’éducation,
c’est plus de 25 milliards d’euros que les deux chefs d’ Etat veulent engloutir dans la LGV.
De plus, ce sont 15 ans de nuisances provoquées par les travaux, des dizaines de millions de mètres cubes de déblais, un bétonnage irréversible d’espaces agricoles ainsi que des pollutions d’uranium et d’amiante qui menacent les habitant.e.s en Maurienne, nord-Grésivaudan, Chartreuse et Avant-Pays Savoyard.
Autour du mouvement NO TAV cela fait vingt-deux ans qu’en Italie la vallée de Susa est en lutte. Entre manifestations à 80 000 personnes, blocages routiers, assemblées populaires, occupations de chantiers et autres le mouvement NO TAV est créatif, massif et tenace. C’est qu’il le faut pour faire face aux expropriations, expulsions et aux procès qu’on leur impose.
Enfin, que l’on soit en lutte contre d’autres LGV comme au Pays Basque, contre OL Land à Lyon, contre l’ aéroport de Notre Dame des Landes, contre le nucléaire, les OGM ou l’extraction du gaz de schiste, contre la ligne Très Haute Tension Cotentin-Maine, contre sa propre usine Ilva à Tarente (Italie) ou contre bien d’autres infrastructures encore, nous affirmons que nous luttons contre la même logique techno-industrielle : celle de la compétitivité économique dans le mépris total des populations et de leur environnement.
Afin de montrer notre détermination et vivre des moments forts de rencontres et de solidarités entre les différentes luttes françaises et italiennes, nous vous invitons à nous rejoindre :

Du 21 novembre au 8 décembre, si vous ne pouvez pas être avec nous pour ces différents rendez-vous, nous vous invitons à nous soutenir en rendant visible la lutte par chez vous !
Collectif NO TAV 69, Collectif NO TAV 73, Collectif NO TAV Paris
informations, argumentaires: no-tav-savoie.org, notavparis.wordpress.com et en italien: notav.info

Image
http://notavparis.wordpress.com/2012/11/16/441/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22388
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: No TAV - No LGV

Messagede altersocial » 07 Déc 2012, 18:33

De NOTRE DAME DES LANDES au LYON TURIN une seule solution la REPRESSION !

Communiqué des Alternatifs de Savoie

Pour le gouvernement français il se confirme que le seul langage qu’'il connaisse avec les opposants aux grands projets inutiles imposés, soit celui de la répression et de la criminalisation du mouvement social.

Alors que le sommet Hollande-Monti se tenait ce 3 décembre 2012 à Lyon pour finaliser l’'accord de percement du tunnel de base du TGV LYON TURIN, les opposants au projet s’étaient donné rendez-vous pour dénoncer une fois de plus ce projet inutile, dangereux et coûteux. Après avoir été interdits d’'accès d’'un large périmètre urbain, dit de sécurité, un millier d’'opposants No TAV français et italiens du Val de Suse, ont tenu à mi-journée un rassemblement autorisé sur la place de l'ex gare des Brotteaux.

Après 14H la souricière s’'est refermée sur les manifestants. Les forces de l’'ordre en nombre impressionnant, ont cerné et barricadé la place interdisant jusque tard dans la soirée toute issue possible puis fouillé et contrôlé tous les manifestants et en prime des dizaines de garde à vue.

Les Alternatifs, eux-mêmes opposés à ce projet, apportent leur soutien aux No Treno Alta Velocità et condamnent fermement la posture répressive de l’'Etat français face à ce mouvement citoyen respectueux de l’'environnement, exigent en matière de transports collectifs régionaux, opposé aux délocalisations, à la concurrence entre les peuples, et au dumping social.

D’autre part, les 11 cars des No TAV Italiens ont été arrêtés à Modane, St Jean de Maurienne et St Quentin Fallavier. Cette entrave à la liberté de circuler ainsi que le fichage des participants à un rassemblement pacifique de plus autorisé, constituent de très graves atteintes aux droits du citoyen de l’'U.E.

La lutte continue !

Chambéry le 4 12 2012
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 19:51

Re: No TAV - No LGV

Messagede K.O.A.L.A » 11 Déc 2012, 08:30

Nouvelles actions No-TAV dans le Val de Suse

Rien n’arrête les No-TAV : après l’épisode en demi-teinte du rassemblement à Lyon le 3 décembre, un nouveau temps fort du mouvement s’est joué ce week-end dans le Piémont.

« Et ça conti­nue encore et encore... »

Ce samedi 8 décem­bre 2012, avait lieu une jour­née d’action No-TAV du coté ita­lien. Pourquoi ce jour ? Parce que depuis plu­sieurs années, le 8 décem­bre est deve­nue une date emblé­ma­ti­que de la puis­sance que peut déployer le mou­ve­ment No-TAV. Cette date cor­res­pond à l’anni­ver­saire de la reprise du cam­pe­ment de Venaus par des dizai­nes de mil­liers d’habi­tants de la vallée en 2005. « Reprise » car ce camp No-TAV, mis en place à l’époque pour empê­cher le forage d’une pre­mière gale­rie dans la vallée, venait d’être expul­sée vio­lem­ment en pleine nuit un jour plus tôt. Cette nuit-là, la répres­sion fut pour une fois démo­cra­ti­que puis­que jeunes gens et vieillards furent également roués de coups et passés à tabac par les cen­tai­nes de poli­ciers et cara­bi­niers arri­vés sur place.

L’inter­ven­tion de la police et l’expul­sion du pre­si­dio [1] de Venaus et de ses deux cents occu­pants pro­vo­qua un sou­lè­ve­ment popu­laire dans la vallée et bien au-delà. Les réac­tions et les actions de soli­da­rité se mul­ti­pliè­rent dans toute l’Italie [2], allant de grèves sau­va­ges dans des écoles et cer­tai­nes usines, à des blo­ca­ges et des mani­fes­ta­tions de rue. Décision fut prise de réoc­cu­per sans plus atten­dre le cam­pe­ment qui mena­çait de se trans­for­mer en futur chan­tier de la ligne TGV.

« L’ins­tant d’après le vent se déchaîne... »

Le 8 décem­bre 2005, en l’espace de quel­ques heures, les flics sont débor­dés. Des dizai­nes de mil­liers de mani­fes­tants arri­vés par les sen­tiers ennei­gés encer­clent le camp. Partout des gens qui déva­lent la mon­ta­gne. La police n’arrive plus à gérer et à conte­nir la foule. Même les lacry­mos sont peu effi­ca­ces en raison du fort vent. Le camp poli­cier est lit­té­ra­le­ment pris d’assaut et repasse aux mains des No-TAV. Les flics qui ne sont pas enfuis, sont obli­gés de quit­ter le camp en file indienne, entou­rés de chaque coté par des habi­tants de la vallée qui les insul­tent. Immédiatement com­men­cent les tra­vaux pour recons­truire le pre­si­dio et détruire les équipements poli­ciers aban­don­nés sur place. De grosse bar­ri­ca­des avec des arbres sont érigées sur la route pour pré­ve­nir tout retour ennemi. Le Val de Suse vient de rem­por­ter l’une de ses plus gros­ses vic­toi­res sur le ter­rain de l’affron­te­ment brut avec l’État Italien.

Le parti de l'ordre en difficulté face aux manifestants No-TAV (Venaus, 2005). Ci-dessus photo du parti de l’ordre en dif­fi­culté face aux mani­fes­tants No-TAV (Venaus, 2005).

Depuis cette date his­to­ri­que, le mou­ve­ment No-TAV a donc pris l’habi­tude de célé­brer chaque année ce succès, comme il prends le temps, chaque année depuis 1998, de se sou­ve­nir lors de mar­ches aux flam­beaux d’Edoardo Massari et de Maria Soledad, tous deux accu­sés d’être, avec d’autres, les auteurs de mul­ti­ples actes de sabo­tage sur des chan­tiers du TAV et retrou­vés « sui­ci­der », l’un dans la prison de la Valette (Turin), l’autre chez elle. Cette année, plu­sieurs rendez-vous avaient été donné par voie de tracts.

Dans le pre­mier, une grosse cen­taine de gens se sont retrou­vés à Chiomonte pour blo­quer l’auto­route Turin/Bardonecchia. Au début un seul sens de la cir­cu­la­tion puis très vite les deux. Même blo­qués dans leurs voi­tu­res, per­sonne ne s’énerve, on sort pour dis­cu­ter, cer­tains auto­mo­bi­lis­tes allant jusqu’à saluer et encou­ra­ger les mani­fes­tants. Avant de partir, une heure plus tard, les armoi­res électriques du tunnel auto­rou­tiers sont toutes incen­diées. On aime déci­dé­ment pas la vitesse dans cette région. Toute au long de l’action, la pré­sence poli­cière est quasi-inexis­tante, une pre­mière voi­ture de cara­bi­niers est chas­sée à coups de mena­ces et de boules de neige avant qu’une deuxième, à la fin, soit chas­sée à coups de pier­res dans les vitres.

Le deuxième ras­sem­ble­ment par­tait de Gialione avec pour objec­tif d’aller jusqu’au chan­tier. Rapidement bloqué par la police, le cor­tège arrive finit par s’intro­duire en fin de jour­née dans le chan­tier mais est repoussé par un canon à eau et des gaz lacry­mo­gè­nes.

« C’est que le début d’accord d’accord... »

La force de la tech­ni­que du blo­cage est d’être réa­li­sa­ble à peu et de pou­voir se répan­dre assez vite en plu­sieurs points d’un ter­ri­toire, là où la bataille de Venaus de 2005 s’était réa­li­sée en un seul point et à l’aide du nombre (plu­sieurs dizai­nes de mil­liers de per­son­nes) ; à chaque fois, le point commun de ces actions, c’est que ce sont les gens qui les déci­dent et les effec­tuent eux-mêmes, sans média­tion, avec la simple intel­li­gence de la situa­tion. Et à chaque fois, c’est la poli­ti­que clas­si­que en état de déla­bre­ment avancé qui se trouve mis à mal, délé­gi­timé [3]. Devant la déter­mi­na­tion du mou­ve­ment et l’enli­se­ment du pays, le Président du Conseil des Ministres et père de la rigueur économique ita­lienne [4], Mario Monti, vient de jeter l’éponge et d’annon­cer sa pro­chaine démis­sion !

Et comme une bonne nou­velle n’arrive jamais seule, les deux der­niers inculpés de la vague d’arres­ta­tions liée aux mani­fes­ta­tions du 3 juillet 2011 dans le Val de Suse, Maurizio et Alessio, vien­nent d’être libé­rés début décem­bre. Ces deux cama­ra­des auront fait pra­ti­que­ment un an de déten­tion pré­ven­tive. Leur procès, comme celui des qua­rante trois autres inculpés, doit se tenir à Turin le 21 jan­vier pro­chain. Une nou­velle occa­sion de se retrou­ver.
Notes

[1] Campement.

[2] Comme après l’expulsion policière du presidio de la Baïta Clarea et la chute de Lucca d’un pylône électrique, le 27 février 2012.

[3] Là-bas comme chez nous, la politique institutionnelle est tellement désavouée que certains politiciens en sont à chercher de « faux militants » pour remplir les salles de leurs meetings

[4] La blague que se font les Italiens en ce moment : que fait Dracula quand il croise Monti ? Réponse : Il fait le signe de croix.


Avec des photos : ICI
Avatar de l’utilisateur-trice
K.O.A.L.A
 
Messages: 341
Enregistré le: 08 Sep 2012, 21:09

Re: No TAV - No LGV

Messagede Nyark nyark » 11 Déc 2012, 20:03

Communiqué du comité notav69. Appel à monter à la ZAD
samedi 8 décembre 2012

Le 3 décembre, un millier de personnes en lutte contre le TAV s’est rassemblé à Lyon, en marge du sommet franco-italien destiné à finaliser le financement du projet.

12h : les stands se mettent en place : thé, café, soupe, tables de presse... Les No TAV arrivent progressivement. Apparaissent dans les arbres des banderoles : « TAVoulu la guerre, ZAD’apprendra », « TAVu, on est là ! », « Si vous prenez la ZAD on execute les oTAV »... En face, il y a les grands classiques du maintien de l’ordre pour les contre-sommets. Il y a la zone rouge, les habituelles grilles anti-émeutes, le canon à eau, les hélicoptères, des policiers et des gendarmes aussi loin que les regards peuvent aller le long des 6 avenues donnant accès à la place. Pour l’occasion, l’espace Schengen est suspendu. L’opération médiatique qui précède et annonce le dispositif policier agite l’épouvantail de « l’ultra-gauche », des « violents ». Les bus des No TAV italiens sont arrêtés plus de cinq heures à la frontière. Il y a aussi la répression préventive : filatures, surveillances des lieux et maisons collectives, fouilles et arrestations en masse le matin du rassemblement. Tout est sous contrôle, chef ! Il y aurait de quoi rire et trouver ridicule une telle mascarade s’il ne s’agissait pas en fait d’un parfait exemple du maintien de l’ordre. Alors, la soupe et le café ont bien du mal à réchauffer l’ambiance du rassemblement où les quelques 500 français attendent impatiemment l’arrivée des 11 cars d’opposants italiens sous une pluie fine et continue, face à un dispositif qui se referme peu à peu.

15h : les bus arrivent enfin. Des feux d’artifices sont tirés depuis la place et aussi de l’autre coté des lignes de flics . La place est bouclée afin d’empêcher tout départ en manifestation. Il n’y aura désormais plus moyen de sortir de là autrement que par 2, la tête basse, malgré les tentatives de sorties collectives et les vaines négociations avec les forces de l’ordre. En solidarité les No TAV italiens refusent de partir sans que les No TAV français ne sortent aussi. Le temps passe. Les flics poussent pour contraindre les bus à partir. Gestion sans heurts ou presque. Les coups sont discrètement diffusés avec parcimonie. Ce jour-là, le maintien de l’ordre a des gants de velours. _ 20H : Les cars italiens sont escortés un à un, avec des flics à l’intérieur jusqu’au péage le plus proche : périph et autoroute vidés et bloqués pour l’occasion. L’illusion selon laquelle la vie serait plus douce sous la gauche et que la gestion policière des conflits serait l’apanage d’une droite décomplexée tombe considérablement à l’eau.
Ce rassemblement organisé par les mouvements No TAV français et italien, avec un repas chaud et des prises de parole, semblait porter un habit bien trop grand face au dispositif policier.

Pour autant, l’ampleur de ce dispositif répond à une menace bien réelle que font planer la lutte en Val Susa et celle de Notre Dame des Landes. Cette menace, c’est la constitution de territoires (ZAD, Libre République de la Maddalena), qui sont autant de réalités rejoignables où s’élabore pratiquement dans la lutte une vie hors-contrôle. Le tracé du TAV a eu la malchance d’avoir à traverser le Val Susa dans lequel il s’embourbe depuis plus de 20 ans. Le « Grand Ouest », si cher à Jean-Marc Ayrault, entendait se déployer sereinement jusqu’à St Nazaire. Mais, là aussi, les aménageurs doivent désormais ressortir leur Sun Tzu et les opposants promettent déjà que Notre Dame des Landes sera leur Vietnam. La douceur apparente du développement métropolitain, caractérisée ici par la fluidité d’un déplacement en TGV ou encore le cocooning d’un aéroport, est sérieusement mise à mal quand il s’agit, pour le réaliser, de militariser une zone.
A Lyon ce jour-là, à la ZAD ou autour du chantier de la baïta en Val Susa, c’est la même militarisation, ce sont les mêmes grilles avec lesquelles ils tentent de venir à bout de toute opposition déterminée.

La lutte contre le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes a longtemps pris la forme d’une guerre sourde, avant de devenir, depuis les expulsions, ce territoire au caractère sécessionniste. La zone d’aménagement est désormais un espace où les flux de la métropole ne circulent plus. Une zone qui s’autonomise avec ses propres réseaux de communications, ses complicités inédites où l’argent n’a plus d’importance. Départementales bloquées par des barricades, mise en commun de terres agricoles, cantines collectives, radio pirate : ce sont mille réalités en puissance qui se dessinent. Les cartes sont brouillées. La géographie est devenue une affaire partisane. Ce qui semblerait être des alliances de circonstance face à un projet d’aéroport sont désormais des liens irréversibles.

Se battre contre le TAV, ce n’est pas combattre uniquement la construction d’une ligne TGV. C’est opposer une réalité à une autre. En cela, l’opposition au TAV en France comme celle a OL Land à Lyon doit nécessairement tirer sa force de ce qui se joue maintenant à la ZAD. Ces luttes ne peuvent que se répondre et se nourrir réciproquement comme des fronts ouverts dans une même guerre. C’est d’ailleurs ce qu’ils craignent au plus haut point. C’est pourquoi, il faut se rendre à la Zad mais aussi, depuis là où nous sommes, répandre la conflictualité au coeur même des métropoles. Parce que la commune de la Zad appelle à se multiplier partout, NoTAV 69 est aussi le nom d’un des multiples fronts de notre époque.
Toute victoire sera une victoire commune.

Lyon le 8 decembre 2012
Comité NoTAV 69


notav69@rebellyon.info
La religion est la forme la plus achevée du mépris (Raoul Vaneigem)
Avatar de l’utilisateur-trice
Nyark nyark
 
Messages: 1203
Enregistré le: 30 Oct 2011, 17:46
Localisation: Région parisienne

Re: No TAV - No LGV

Messagede Nyark nyark » 09 Mar 2013, 01:30

Appel No Tav 23 Mars
vendredi 8 mars 2013

Défend ton futur.

Une fois encore, nous vous invitons, toutes et tous à manifester contre ce projet scélérat qui, avec le contexte actuel, l’avancée de la crise économique nationale et internationale, devient toujours plus inutile et insoutenable, pas uniquement pour notre territoire, mais pour le Pays entier.

Nous voulons être clairs sur un point : ce projet, malgré le martellement publicitaire qui l’entoure, prend toujours eau de toute part et s’avère surtout être balloté entre les mains tempétueuses et pleines de fantaisies des fans du TAV dont on connait toujours plus profondément la disponibilité des fonds destinés à sa réalisation.

En outre, le gouvernement et les supporters ne parlent jamais de la source du financement nécessaire pour la ligne Turin-Lyon, exclusivement publique et obtenue par des sommes soustraites aux autres secteurs pour être déplacées sur cette voie morte.

En effet, l’argent de nos impôts est l’unique source de financement existante et utilisée. Cela apparait comme étant encore plus injustifié car cela intervient dans un moment historique et signifie le déplacement de sommes considérables d’argent public consacré à la santé, à l’école et aux services sociaux et ce pour financer ce qui constitue désormais le nouveau coffre-fort du système des partis.

De par son inutilité évidente, le Turin Lyon est devenu le symbole d’une politique qui veut faire taire un mouvement populaire comme le NOTAV, résistant depuis plus de vingt ans en trouvant de plus en plus de soutien à l’intérieur d’une société dans laquelle, la torpeur quotidienne a été réveillée et qui vit en subissant toujours plus les sacrifices d’une politique d’austérité à sens unique.

Contre nous il y n’a pas de couleur politique, il y a des chœurs de corbeaux qui croassent pour nous battre et nous faire taire, effrayés par la graine de la Vallée qui Résiste et se propage sur les autres territoires et dans les autres communautés. L’État se constitue, de fait, partie civile contre nous, sans honte, en nous accusant et en nous emprisonnant, avec le seul but de nous plier et de nous soustraire à ce consentement que nous entendons pourtant de plus en plus grandir autour de notre lutte. Dans des salles bunker, les juges nous demandent des dommages incalculables qui sont autant de mesures aptes à limiter notre liberté de mouvement et qui sont le corollaire d’une militarisation insupportable du territoire, alliée de l’l’art du mensonge quotidien.

C’est contre l’escroquerie du siècle, que nous appelons à la mobilisation, invitant tous ceux qui ont à cœur leur propre futur et celui de leurs enfants à participer le 23 mars, à la manifestation populaire qui partira de Susa et qui arrivera a Bussoleno.

Le mouvement No Tav.


http://paris.indymedia.org/spip.php?article13067
La religion est la forme la plus achevée du mépris (Raoul Vaneigem)
Avatar de l’utilisateur-trice
Nyark nyark
 
Messages: 1203
Enregistré le: 30 Oct 2011, 17:46
Localisation: Région parisienne

Re: No TAV - No LGV

Messagede Pïérô » 26 Juin 2013, 06:18

Marche contre le Lyon-Turin le 29 juin à Modane

Contre le train à grande vitesse, ses tunnels géants, ses chantiers monstres, contre ce grand projet mégalo, ses tonnes de déblais et ses dangers, contre les intérêts des financiers, leurs conteneurs et leurs profits:

Marche contre le Lyon-Turin
de Modane à Villarodin-Bourget


Samedi 29 Juin 2013
. 13h Rassemblement en gare de Modane
. 14h Départ en musique
. 16h Goûter & apéro au Bourget
. 18h Concerts et soirée festive

Depuis 1991, les lobbies de l'industrie tentent d'obtenir la construction d'une nouvelle ligne à grande vitesse (LGV) entre Lyon et Turin. Alors que le chômage et la précarité enflent, il faudrait dépenser 30 milliards d'argent public pour gagner quelques minutes entre les grandes villes ? Et percer un tunnel de 53 km sous la vallée, au risque d'assécher les sources et d'exposer la population à l'amiante?

L'avenir des vallées n'est pas dans la multiplication des infrastructures, mais dans le maintien des activités les plus utiles, notamment l'agriculture et l'élevage. Si l'on veut diminuer encore le nombre de camions, et vivre d'une économie locale, il faut préserver la terre !

Les promoteurs du Lyon-Turin sont prêts à tout. Pour le faire accepter il font du chantage à l'emploi, et promettent des contrats aux entreprises locales, mais ces chantiers n'emploient que peu de main d'oeuvre (au mieux quelques centaines à la fois on est bien loin des 30 000 annoncés), et favorisent les géants du BTP. Maintenant, ils promettent aussi de mettre les camions sur les trains, mais pourquoi ne l'ont-il pas déjà fait sur la ligne actuelle ? Parce que leur but est de faire circuler toujours plus de marchandises, que ce soit sur des camions ou sur des trains. Ce projet n'est ni social, ni écologique, il est destiné à gonfler les profits des grands groupes du béton, de l'acier et des transports. Pour eux c'est une aubaine, pour nous c'est un désastre.

En Val de Susa, devant les risques de pollution et de destruction, les habitants s'opposent à la même LGV (en italien "TAV", pour treno alta velocità) par de grandes manifestations populaires et en occupant les terres, malgré une violente répression. Grâce à leur mouvement, les NO TAV ont empêché le début des travaux et révélé la corruption de cadres de Lyon Turin Ferroviaire (le maître d'oeuvre franco-italien), dont certains ont été mis en examen. En France, trois descenderies ont été creusées et déjà, des habitants ont subi les premiers dommages (sources assêchées, maisons fisurées, bruits, déblais), et LTF projete de commencer les travaux du tunnel en 2014. Il est temps que tout le monde sache, il est temps de s'informer et de se réunir pour montrer notre opposition, faire pression sur les élus, soutenir les habitants les plus menacés, en Maurienne comme en Val de Susa.

Du Val de Susa à la Maurienne, nous sommes liés par des idées communes, pas par des foreuses. Défendons la vie dans les vallées, défendons les activités dignes et durables,

Défendons notre futur !

Comités No Tav de Chambéry et de Maurienne

http://www.notav-savoie.org/2013/06/mar ... odane.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22388
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: No TAV - No LGV

Messagede Nyark nyark » 09 Sep 2013, 19:13

Communiqué – Été No Tav 2013

Un nouvel été de lutte et de résistance No Tav vient de s’achever. Un été qui a vu s’exacerber encore et encore les provocations de la justice d’Etat et le niveau de criminalisation du mouvement par les médias vendus au lobby sitav. Les journalistes, de la Stampa à la Repubblica en passant par Panorama, travaillent main dans la main avec les juges afin de désinformer et de construire la peur du No Tav : monstres vêtus de noir, incendiaires, kidnappeurs de chauffeur de camion ou pire terroristes. Mais que s’est-il vraiment passé cet été en Val de Suse?


À la fin du printemps, avec le camping des lycéens, commence le cycle des marches au chantier et des blocages des entreprises du tav. Et l’on voit déjà voler les premiers « fogli di via » (interdiction de territoire) et dénonciations. En juillet, le très fréquenté camping de lutte de Venaus est lancé alors que sur le chantier clôtures et barbelés sont renforcés. La marche nocturne du 19 juillet, le pic des affrontements de cet été, s’est terminée avec 7 arrêtés, 63 blessés graves, et les violences sexistes subies par Marta et donc par toutes les femmes No Tav, sous les yeux des deux procureurs qui persécutent la vallée. Et nous sommes déjà au mois d’août lorsque tombent les accusations de terrorisme et leurs subséquentes perquisitions aux aurores. À peine le temps d’organiser une contre-manifestation, qu’arrive la “taupe”.

La foreuse est introduite par petits bouts, camouflée en transports pas si exceptionnels que ça. Tandis que le camping de lutte déménage à Chiomonte, les No Tav s’organisent pour déranger au maximum les transports de la “taupe” avec des blocages-surprise. Afin de surveiller l’autoroute vers le chantier du tav, un nouveau presidio se crée au Vernetto, c’est-à-dire au rond-point de Chianocco qui a déjà été le lieu de rassemblements et d’affrontements dans le passé. Ce presidio devient très rapidement un nouveau point de convergence pour la lutte. Celle-ci est toujours aussi forte et peuplée, ce qui dément les cris de victoire des sitav pour qui le mouvement serait divisé, affaibli et sans plus d’espoir de victoire après le passage du premier bout de la foreuse. Puis rapidement une nouvelle intervention de masse de la police le 6 août alors que nous nous approchions d’un camion sans doute effectivement à destination du chantier: 3 arrestations et 17 garde-à-vue. En parallèle les No Tav organisent et font vivre également un camp dans les bois de la Clarea, près du chantier, dans l’objectif de surveiller l’avancement des travaux de très près. L’opération de surveillance du chantier dérange au plus haut point et la magistrature décide d’arrêter Giobbe, un camarade (assigné à résidence après quelques semaines de prison) en utilisant les accusations les plus incongrues (séquestration de personne) pour des faits remontant à l’année dernière. Comme si les initiatives du mouvement pouvaient dépendre d’un seul individu et prendre fin par une arrestation ! L’été se clôture par les dernières “battitures” et petit-déjeuners/blocages devant l’entrée du Chantier route de l’Avanà et par la semaine d’ “Université des luttes” organisée par les étudiants à Venaus. Et par les dernières perquisitions et obligations de résidences à domicile tombées la semaine dernière pour 7 camarades en lien avec les blocages des camions en direction du chantier, de même que l’arrestation de Davide et Paolo deux étudiants toujours en prison actuellement et d’une voiture composés de trois français et deux russes, dénoncés mais libres.

Malgré le climat pesant, les campings de lutte ont été, cette année à nouveau, un point de référence et de rencontres pour tou.t.e.s celle/ux qui viennent de plus ou moins loin apporter leur solidarité, en prenant des risques judiciaires conséquents. Ces deux derniers mois nous avons rencontré de très nombreuses personnes provenant de tous pays. Toutes et tous prêt.te.s à donner de leur temps pour lutter, découvrir et comprendre le mouvement, discuter de ce qui est imposé à la Vallée de Suse, venus voir de leur propres yeux la dévastation en cours en Val Clarea.

L’autogestion est certes toujours une activité des plus absorbantes, toutefois les campings nous ont laissé le temps de créer des liens et de nous confronter sur nos ‘idées et pratiques, ce qui est l’expérience la plus enrichissante qui soit.
Nous savons créer ce qu’ils veulent détruire : notre capacité à nous rencontrer, à nous connaitre, à discuter et analyser ensemble des thématiques qui nous sont à cœur, à nous unir et lutter ensemble. Là est notre arme la plus puissante et la plus crainte.
C’est pour cette raison que nous voulons répéter notre inébranlable et totale solidarité aux camarades étrangers qui ont subi les mesures répressives inventées dans ce laboratoire judiciaire nommé Val de Suse.
Nous sommes bien conscients que le parquet de Turin utilise tous les moyens à sa disposition pour effrayer ceux qui viennent témoigner de leur solidarité Val de Suse sans pour autant vivre en Italie. Globaliser la lutte est une ambition qui fait trembler nos ennemis. Mais nous résistons et nous savons que nous ne serons jamais seuls. Nous exprimons notre gratitude à tou* celle/ux qui ont “sacrifié” leurs vacances et leur temps pour s’unir à la lutte No Tav, car nos raisons sont universelles.
L’expulsion imposée au pacifiste espagnol Enrique, tout comme les dénonciations à l’encontre d’Adrian, Sami et François et des deux camarades russes, n’arrêteront jamais ni la solidarité, ni la circulation des personnes et des idées.

Les No tav n’ont pas de frontière, vous n’arrêterez jamais un mouvement sans confins.

A sarà düra
Comité No Tav Paris
02/09/2013

Pour écrire aux deux camarades arrêtés : Davide Forgione – Casa circondariale Lorusso- Cotugno, Via Maria Adelaide Aglietta 35 – Torino Italy et Paolo Rossi – Casa circondariale Lorusso- Cotugno, Via Maria Adelaide Aglietta 35 – Torino Italy


Erri de Luca: “Il faut saboter le T.A.V”

Post italien
“L’écrivain Erri De Luca, joint au téléphone, commente de manière laconique l’accusation que le procureur Giancarlo Caselli lance envers les intellectuels qui, à gauche, “sous-évaleunt dangereusement l’alarme-terrorisme” dans la vallée de Susa.
Caselli ne donne pas les noms des “connivents” mais dans la liste il est clair que figurent le philosophe Gianni Vattimo et De Luca qui ont manifesté publiquement leur soutien aux activites No Tav emprisonnés pour sabotage. Il y a quelques jours Vattimo a attiré l’attention du parquet de Turin pour ses liens étroits avec les franges les plus dures du mouvement tandis que l’écrivain a signé une intervention très dure dans le volume qui vient de sortir “Nemico pubblico, Oltre il tunnel dei media: una storia No Tav” (‘Ennemi public, Au-delà du tunnel des médias: une histoire No Tav”), ebook consacré à la lutte de la vallée écrit avec la journaliste Chiara Sasso, Wu Ming1 et Ascanio Celestini.
Hier [30 août, ndr] deux autres jeunes appartenant aux No-Tav ont été arrêtés tandis qu’ils transportaient en voiture des molotovs, des masques à gaz, des frondes, des pinces coupantes, des clous à quatre pointes et d’autre matériel destiné, selon les enquêteurs, à endommager les chantiers de la Grande Vitesse. C’est justement ce dernier épisode qui pousse Caselli contre ce qu’on appelle les “méchants maîtres”. De Luca a lu les déclarations du magistrats mais il ne bronche pas. Ce n’est pas un homme loquace. Il répond avec fermeté et sans appel.

Erri de Luca, est-ce que le procureur en chef de Turin a raison quand il met en avant le terrorisme No Tav?
Caselli exagère.
Peut-être qu’il exagère mais dans leur voiture les deux jeunes gens avaient embarqué des molotovs…
(il sourit ironiquement)… Oui du dangereux matériel de quincaillerie. Exactement ce qu’on fournit normalement en dotation aux terroristes. Je m’explique mieux: il faut saboter la TAV. Voilà à quoi servent les pinces coupantes: elles sont utiles pour couper les grillages. Aucun terrorisme.
Donc sabotage et vandalisme sont licites?
Ils sont nécessaires pour faire comprendre que la TAV est une oeuvre nocive et inutile.
Ils sont licites aussi quand ils frappent des entreprises qui travaillent pour la Grande Vitesse comme celle de Bussoleno, fermée pour les dégâts infligés continuellement? Est-ce qu’on ne risque pas un conflit entre les travailleurs et les habitants de la vallée?
La TAV ne se fera pas. C’est très simple.
Votre position est claire. Mais elle est à l’opposée de celle prise par le gouvernement.
Ce n’est pas une position politique, mais bien une décision prise par les banques et par ceux qui doivent en tirer profit aux dépens de la vie et de la santé d’une vallée entière. La politique a simplement et servilement donné le feu vert.
De ce pas, affirme Casseli, nous arriverons au terrorisme. Vous en revanche quelle solution proposez-vous?
Je ne sais ce qui va pouvoir se passer. Mais je me permets une prophétie: la TAV ne sera jamais construite. Pour l’heure, la vallée entière est militarisée, l’armée surveille le chantier et les résidents doivent montrer leurs papiers pour aller travailler la vigne. Les tables rondes avec le gouvernement ont échoué, les médiations ont échoué: le sabotage est la seule option.

Politiquement, comment cela se résout-il?
Il arrivera un gouvernement qui prendra acte de l’évidence: la vallée ne veut pas du chantier. Et enfin il donnera l’ordre aux troupes de rentrer à la maison.”

Commentaire personnel de Serge Quadruppani :
“On n’a jamais changé une société en respectant ses règles: c’est pour avoir oublié depuis longtemps cette banalité de base que la gauche historique a depuis longtemps cessé d’exister en Italie comme en France. Heureusement qu’il y a des écrivains comme Erri de Luca ou des activistes comme ces syndicalistes andalous qui viennent de sortir 30 chariots de fournitures scolaires d’un supermarché pour les distribuer aux enfants, pour rappeler la post-gauche au principe de réalité. Plongée comme elle l’est dans l’hallucination provoquée par la répétition depuis des décennies du mantra de la légalité, on peut parier qu’elle aura très bientôt un réveil difficile.”


traduit de Leur Presse (Huffington) par Serge Quadruppani


http://notavfrance.noblogs.org/
La religion est la forme la plus achevée du mépris (Raoul Vaneigem)
Avatar de l’utilisateur-trice
Nyark nyark
 
Messages: 1203
Enregistré le: 30 Oct 2011, 17:46
Localisation: Région parisienne

Re: No TAV - No LGV

Messagede Pïérô » 12 Sep 2013, 15:15

Mardi 17 septembre

Soirée projection/discussion en solidarité aux inculpés anti-THT

19h30 à l’Etincelle, 26 rue Maillé, Angers.

Prendre un peu de distance, partager le récit de nos aventures rocambolesques entre déboulonnages publics de pylônes THT, virées nocturnes en compagnie vigilesque, paperasses de tribunaux et autres cours d’appel, assemblées générales horizontales, gestion des massmedias et travail d’automedia, blocages de chantiers, occupations de bois et de château d’eau, débats interminables sur les modes d’action et la violence. Mais encore, entendre d’autres histoires, celles aux abords de chantiers d’autoroutes ou lignes à grande vitesse, de centres d’enfouissement de déchets radioactifs, de lignes THT, de gaz de couche ou de schistes, et bien d’autres…

Ce n’est pas l’achèvement de la ligne THT Cotentin-Maine, ni la répression qui l’accompagne (comme avec le procès de ce 19 septembre 2013 à Angers), qui ont entamé notre détermination et notre désir de continuer. Au contraire, car nous pensons que les liens tissés ici et là constituent notre force. En nous organisant ensemble, au-delà des frontières administratives et thématiques, et de nos divergences politiques, nous pouvons non seulement gagner quelque chose mais aussi tisser des amitiés et des solidarités pour pouvoir mieux en faire baver à celleux d’en face, voire y prendre un certain plaisir.

http://antitht.noblogs.org/1281
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22388
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: No TAV - No LGV

Messagede Nyark nyark » 09 Nov 2013, 20:34

No Tav : Grande Manifestation le 16 Novembre
Publié le 31 octobre

Contre la des­truc­tion et l’occu­pa­tion mili­taire de la vallée
Résister est un droit
Résister est un devoir

Grande Manifestation No Tav
Samedi 16 Novembre 13H
Piazza d’Armi - Susa (val susa)
Venez nom­breux dire Non a ce funeste Tav Lyon - Turin

Solidarité inter­na­tio­nale a la lutte No Tav !
Lire les arti­cles sur le No Tav.

Image

http://rebellyon.info/?Italie-No-Tav-Gr ... ifestation
La religion est la forme la plus achevée du mépris (Raoul Vaneigem)
Avatar de l’utilisateur-trice
Nyark nyark
 
Messages: 1203
Enregistré le: 30 Oct 2011, 17:46
Localisation: Région parisienne

Re: No TAV - No LGV

Messagede digger » 17 Nov 2013, 09:42

Les “entarteurs” navarrais jugés lundi
Ils risquent entre cinq et neuf ans de prison pour avoir entarté Yolanda Barcina, présidente du gouvernement navarrais, le 27 octobre 2011 à Toulouse. Ils souhaitaient protester contre le projet de ligne à grande vitesse (LGV), dont la politicienne est une fervente défenseuse.
Lundi, quatre personnes s’assiéront sur le banc des accusés de l’Audience nationale de Madrid. Selon le mouvement Mugitu! AHT Gelditzeko (“Bouge ! pour arrêter la LGV”), trois d’entre elles seront jugées pour “un délit d’attentat à l’autorité” et la quatrième pour “sa participation dans l’action de protestation et à la conférence de presse réalisée le jour suivant à Iruñea pour expliquer les raisons de cette action”.
Julio Villanueva fait partie des trois premières. Il ne se dit “pas très optimiste” pour lundi, car il estime que “l’Audience nationale a pour habitude de protéger les politiciens espagnols”. Il craint fort que tous les quatre soient “jugés très sévèrement”. Si tel était le cas, il indique qu’il ferait appel au Tribunal suprême.
Pour autant, il ne souhaite pas baisser les bras et préfère garder en tête les différentes mobilisations qui ont eu lieu “tant au Pays Basque qu’au niveau international”.
Vendredi, les membres de Mugitu! ont de nouveau apporté leur soutien aux accusés, en rappelant qu’au-delà de l’entartage, le problème de fond résidait dans la construction de la LGV. Ils ont fait savoir que ce type d’action était justifié par “la destruction de l’environnement” qu’entraîne le projet de la LGV.
Le comité de soutien a également dénoncé “les entreprises, les banques et les politiciens qui se remplissent les poches en se partageant la part du gâteau”.
Ils ont répété que les peines encourues étaient “démesurées” et ont condamné “le durcissement des mécanismes visant à criminaliser la dissidence sociale et la désobéissance civile”.
En ce sens, 40 avocats de tout l’État espagnol ont signé une pétition pour attirer l’attention et dénoncer “l’augmentation de la répression punitive des actes de protestation”.
La prochaine mobilisation aura lieu ce samedi après-midi à Iruñea, où une manifestation est organisée en soutien aux “entarteurs”, mais aussi pour dénoncer le projet de la LGV.
Lundi, ils se réuniront dès le matin devant les portes du tribunal de Madrid et organiseront une dégustation et un concours de lancer de tartes à partir de 18 h 30.

lejpb 16/11/2013
http://www.lejpb.com/paperezkoa/20131116/433092/fr/Les-%E2%80%9Centarteurs%E2%80%9D-navarrais-juges-lundi
digger
 
Messages: 2146
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: No TAV - No LGV

Messagede Nyark nyark » 13 Déc 2013, 19:55

Italie – ValSusa – Turin – Milan : Perquisitions et incarcérations pour activité à visée terroriste
Posted on 12 décembre 2013 by notavfrance
Le 9 décembre à 5 heures, la DIGOS (police politique italienne) a
perquisitionné l’Asilo Occupato et l’occupation de Via Lanino à Turin,
ainsi que l’appartement d’un compagnon à Milan. Ils recherchaient trois
personnes accusées d’avoir participé à une attaque contre le chantier du
TAV en Val Susa dans la nuit du 13 au 14 mai dernier. Les trois personnes
ont été incarcérées à la prison des Vallette à Turin, où se trouvait déjà
Niccolo’, quatrième personne mise en cause dans cette histoire. Tous les
quatre sont accusés selon la presse « d’activité à visée terroriste ». Des
nouvelles bientôt.

Leur écrire :
Chiara Zenobi
Niccolò Blasi
Claudio Alberto
Mattia Zanotti
c/o Casa Circondariale “Lorusso e Cutugno
Via Maria Adelaide Aglietta 35
10149 Torino
Italie

LIBERTÉ POUR TOU-TE-S

**************************COMMUNIQUES DE SOLIDARITÉ

Que souffle encore le vent de la délivrance
Solidarité avec Chiara, Mattia, Niccolò et Claudio

Dans la nuit du 13 au 14 mai dernier, une trentaine d’anonymes no tav a
attaqué le chantier de la Grande Vitesse en Val Susa, endommageant des
équipements. Une action rapide et précise qui avait démontré, une fois de
plus, que le camp retranché de la Clarea n’est pas inviolable, en faisant
flotter de nouveau le doux vent de la délivrance. L’action a été défendue
publiquement, dans une assemblée populaire à Bussoleno, par le mouvement
no tav.
Aujourd’hui, 9 décembre, la police politique, sur ordre des parquets de
Turin et Milan, a incarcéré quatre compagnons (il y aurait trois autres
inculpés) pour « attentat à finalité de terrorisme », accusés d’avoir pris
part à l’action de mai. Tout cela huit ans après l’invasion et les
dégradations de masse du chantier de Venaus.
Comme c’est arrivé tant d’autres fois (y compris en Val Susa il y a
quelques mois), l’État accuse de « terrorisme » ceux qui résistent à ses
projets dévastateurs, à ses chantiers militarisés, à ses gaz, à son fil
barbelé, à ses « zones rouges », à ces matraques. Nous nous fichons de
savoir si Chiara, Mattia, Niccolò et Claudio ont participé ou non à
l’action contre le chantier de Chiomonte.
Ce que nous savons c’est qu’à l’annonce de l’attaque nous avons exulté
comme tant d’autres, dans la Vallée et pas seulement.
Ce que nous savons c’est que les châtaigniers centenaires abattu par les
bulldozers à la Clarea sont une blessure ouverte, qui brûle.
Ce que nous savons c’est que le terroriste est celui qui affame, exploite,
dévaste et bombarde et certainement pas celui qui s’oppose au massacre
environnemental, qui se bat pour un monde sans profit et sans pouvoir. Ce
que nous savons c’est que Chiara, Mattia, Niccolò et Claudio sont nos amis
et compagnons, généreux et combatifs toujours en première ligne dans les
luttes, à Turin, à Milan, en Val Susa et partout où leur tête et leur cœur
les appellent.

Ce que nous savons c’est que nous les voulons libre tout de suite, dans
les rues et sur les sentiers avec nous.
Ce que nous savons c’est que ces arrestations n’arrêteront pas la lutte
contre la grande vitesse et le système qu’elle incorpore et défend. Dans
et autour du mouvement no tav est née et s’est diffusée une solidarité qui
a toujours su répondre aux manœuvres répressives (chaque fois préparées
par la machine de guerre médiatique), généralisant ses propres raisons et
ses propres pratiques. Ni innocents, ni coupables. Qu’aucun chantier de
l’injustice – avec ses mille excroissances – ne se sente à l’abri. « Nous
préférer vous fâchés ».
Troupes d’occupations, politiciens et journalistes : les terroristes c’est
vous !

Liberté pour Chiara, Mattia, Niccolò et Claudio !
Anarchistes de Rovereto et de Trento

***************************

Solidarité de compagnonnes et compagnons de Milan

Lundi 9 décembre, sur mandat des procureurs Padalino et Rinaudo du parquet
de Turin, des perquisitions ont été effectuées et quatre compagnons ont
été incarcérés à Turin et à Milan. Les faits qui leur sont reprochés
concernent l’attaque du chantier du TAV de Chiomonte qui s’est déroulée la
nuit du 13 au 14 mai 2013. Les chefs d’accusations sont lourds : articles
280 et 280bis (« attentat à finalité terroriste, acte de terrorisme avec
engins mortels et explosifs, détention d’armes de guerre, dégradations »).
Beaucoup se rappelleront de cet épisode, quand des anonymes étaient
apparus dans la nuit, avaient causé des dommages significatifs au chantier
puis disparu comme ils étaient arrivés. C’est bien en relation avec cet
épisode qu’une assemblée publique, appelée par le mouvement No Tav à
Bussoleno revendiqua le sabotage comme possibilité pratique, utile et
nécessaire à la lutte No Tav. On rappela alors les classiques de la
non-violence active (Capitini, Gandhi, Mandela) en faveur du sabotage,
d’autres auront rappelé les différents scénari de lutte, de celle des
différents peuples sous occupation militaire aux actions contre le
nucléaire, de la lutte partisane à l’immense bagage de la tradition
ouvrière. Malgré le terrorisme médiatique mis alors en scène, les
sabotages ne s’arrêtèrent pas, recueillant une sympathie diffuse dans
toute l’Italie. Les derniers remontent à quelques jours au détriment de
plusieurs entreprises collabos à Turin. [...] À suivre : l’ouverture de
dossiers d’enquêtes pour terrorisme à l’encontre de militants No Tav de la
Vallée ( avec les perquisitions qui s’ensuivent ) des rencontres bien
publicisées entre les « équipes antiterroristes » des parquets des
différentes villes et aujourd’hui les menottes. [...]
Dans la ligne de mire il n’y a pas seulement quatre compagnons généreux
que nous connaissont bien et que nous aimons, il y a une vallée entière
qui se bat. Développer les potentialités de cette lutte est notre réponse.
A sarà düra.
Compagnonnes et compagnons de Milan.


http://notavfrance.noblogs.org/post/201 ... erroriste/
La religion est la forme la plus achevée du mépris (Raoul Vaneigem)
Avatar de l’utilisateur-trice
Nyark nyark
 
Messages: 1203
Enregistré le: 30 Oct 2011, 17:46
Localisation: Région parisienne

Re: No TAV - No LGV

Messagede Pïérô » 05 Mar 2014, 13:42

SOUTIENS LA RÉSISTANCE EN VALLE DI SUSA !

Contre la criminalisation des mouvements territoriaux et sociaux.
Contre l’utilisation du chef d’accusation de terrorisme pour quelconque forme de résistance.
Parce que la liberté se gagne par la lutte.
Liberté pour Chiara, Claudio, Mattia, Niccolo’ et tou* les autres inculpé*s NoTav !


Environ 600 inculpés, plus d’un millier d’accusés, des dizaines de personnes soumises à des régimes de restriction de liberté, des fogli di via (interdictions d’accès à un territoire) que l’on n’arrive même plus à compter, un maxi procès contre 53 No Tav dans une salle de tribunal-bunker, une criminalisation médiatique quotidienne, c’est dans ce climat d’acharnement contre le mouvement No Tav que la manifestation du 16 novembre 2013 avait rappelé à toutes et tous l’unité et la force de la lutte en rassemblant 40 000 personnes à Susa. Trois semaines plus tard, le 9 décembre, 4 No Tav sont arrêtés et incarcérés avec le chef d’accusation “d’attentat à finalité terroriste”. Ils sont en fait accusés d’avoir participé à une manifestation nocturne au chantier de la Clarea entre le 13 et le 14 mai 2013 durant laquelle de l’outillage à été endommagé. Une promenade nocturne parmi tant d’autres.

Alors que les 4 No Tav incarcérés subissent l’isolement (pour Claudio), des réductions du temps de promenade et interdictions de communication (pour Niccolò e Mattia), des retards et censure de courrier, l’interdiction de visites, ont été récemment séparés sur différentes maisons d’arrêt, la répression judiciaire continue sur d’autres fronts. Procès pour diffamation, chefs d’accusation contre des mineurs, et dernière nouveauté, les amendes rédhibitoires : 3 No Tav ont été condamnés à payer une amende de 214 000€ sans délai à LTF pour un blocage en 2010. Là où les arrestations et mesures de restriction de liberté ne fonctionnent pas, le pouvoir tente de détruire la lutte en tapant au portefeuille.

Le mouvement No Tav continue à revendiquer le droit à la résistance par tous les moyens : du sabotage et dégradation de matériel, aux pratiques de dérangement des militaires présents en Val de Suse, à la préparation des listes civiques No Tav pour les élections communales de ce printemps.

Comité No Tav Paris

http://paris-luttes.info/repas-de-soutien-notav

Samedi 8 mars à Paris
Polenta de soutien No Tav
Cantine des Pyrénées - 12h30
331 rue des Pyrénées, Paris 20eme, métro Jourdain


Samedi 15 mars
à 18h, au squat Le Transfo, 57 avenue de la république, Bagnolet

Concert de soutien No Tav, discussion, bouffe, tombola
18h discussion
20h Concert Bouffe Tombola
Prix Libre
Serpe in Seno - Pugni in Tasca - Ultima colonna crew (rap, Roma)
Cerna (rap, Ariège)
Ab-Horigen - La Gorgi (hardcore, Torino)
Klunk (yiddish klezmer punk, Paris)

Le 9 décembre dernier, quatre compagnons ont été arrêtés à Turin et à Milan. Ils sont accusés d’avoir participé à une attaque incendiaire du chantier de la TAV (TGV italien) en Val Susa. Ils ont été incarcérés pour acte terroriste avec des engins mortels ou explosifs, détention d’armes de guerre et destruction. Sous de telles accusations la détention préventive peut être longue. Ils passeront en procès le 14 mai.
L’argent récolté au concert servira à leur envoyer des mandats et à les soutenir financièrement face à une procédure coûteuse.
La discussion avant le concert sera l’occasion de revenir sur les derniers événements et sur des années de lutte contre la TAV en Val Susa et ailleurs, à laquelle beaucoup de personnes de ce côté-ci des Alpes se sont intéressées et ont participé.

Le terroriste c’est l’Etat !
Liberté pour Chiara, Claudio, Niccolò, Mattia !
Liberté pour tou-te-s !


Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22388
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

PrécédenteSuivante

Retourner vers Écologie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Majestic-12 [Bot] et 1 invité