Stop nucléaire, initiatives

Nucléaire, OGM, projets inutiles, ZADs ...

Stop nucléaire, initiatives

Messagede kuhing » 11 Juil 2008, 16:21

Samedi 12/07 Paris manif anti nucléaire (Répu)

Reçu avec "Alternative Libertaire" que je viens d'avoir au courrier :

Image
kuhing
 

pour fermeture de la centrale de Fessenheim, Colmar, 3/4 oct

Messagede Pïérô » 02 Oct 2009, 15:47

Mobilisation pour la fermeture de la centrale de Fessenheim
Colmar, Du 3 Au 4 octobre : Manifestation - Débat.


« Sortir du nucléaire » appelle à la mobilisation les 3 et 4 octobre à Colmar pour la fermeture de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin)


La question de la durée de vie des centrales nucléaires est posée avec le cas de la plus vieille de France, celle de Fessenheim

Le programme complet des deux journées : http://www.fermons-fessenheim.org/spip.php?article1
Des départs groupés sont organisés un peu partout en France : http://www.fermons-fessenheim.org/spip.php?rubrique35

Le Réseau « Sortir du nucléaire » se félicite du grand succès de la manifestation qui a rassemblé plus de 50 000 personnes samedi 5 septembre à Berlin, pour la sortie du nucléaire. Que ce soit en Allemagne ou en France, les incessantes publicités en faveur de l’atome n’arrivent pas à tromper l’opinion : le nucléaire reste une des énergies les plus polluantes et incontestablement la plus dangereuse.

Les centrales nucléaires françaises ont été prévues à l’origine pour durer au maximum 30 ans. Les plus anciennes, à commencer par celle de Fessenheim (Alsace), arrivent aujourd’hui à cet âge avancé… mais EDF et l’Etat pronucléaire veulent prolonger leur durée de vie, aggravant le risque nucléaire : une centrale est toujours très dangereuse, même toute neuve, mais ce risque augmente encore avec le temps.

Notons d’ailleurs que la question ne saurait être réglée par la construction de nouveaux réacteurs car ceux-ci finiront aussi par devenir… de vieux réacteurs, perpétuant le problème. Même s’il aurait été mieux de ne pas construire de réacteurs nucléaires, ou au moins de les fermer entre temps, il y a aujourd’hui une vraie opportunité à saisir pour sortir du nucléaire, en fermant les réacteurs lorsqu’ils atteignent 30 ans.

Une véritable catastrophe nucléaire en France a été frôlée à plusieurs reprises, par exemple en 1969, 1980 et 1987 à St-Laurent (Loir-et-Cher) ou en 1999 au Blayais (Gironde). La chance ne sera pas forcément toujours de mise : il faut fermer les réacteurs nucléaires avant que le pire ne se produise.

Fermer les réacteurs nucléaires permettra aussi de cesser de produire des déchets radioactifs qui s’accumulent de façon dramatique et pour lesquels n’existe aucune solution. Il faut d’ailleurs saluer la mobilisation des associations et des citoyens qui mettent en échec les tentatives actuelles de l’Etat d’imposer des sites d’enfouissement de déchets radioactifs, ce qui serait un véritable crime contre les générations actuelles et futures.

Samedi 3 et dimanche 4 octobre, des citoyens venus de la France entière, mais aussi de l’étranger (Allemagne, Suisse, Autriche, Belgique, Pays-Bas, etc) se rassembleront à Colmar pour agir avec, en particulier, une grande manifestation le samedi 3 octobre (14h, place Rapp). La soirée du 3 et la journée du 4 octobre seront consacrées à des conférences, débats, et des animations artistiques.



. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Image

pour empêcher la manif antinucléaire, le maire de colmar interdit tout déplacement à pied au centre ville samedi !!!!

Attention, changement de programme :

le lieu de réunion de la manif du samedi sera la place devant la gare à 14h.

Voici le communiqué :

Communiqué - Référé contre l'arrêté du maire de Colmar
Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 840 associations

Manifestation européenne antinucléaire à Colmar le samedi 3 octobre :
le Réseau "Sortir du nucléaire" attaque l'arrêté du maire de Colmar et appelle à se rassembler à 14h place de la Gare.


Toutes les informations ici : http://www.fermons-fessenheim.org

Le Réseau "Sortir du nucléaire" attaque aujourd'hui en référé l'arrêté ubuesque du maire de Colmar qui prétend interdire dans une bonne partie du centre-ville tous les déplacements, y compris à pieds, le samedi 3 septembre. Cet arrêté scandaleux vise à empêcher que la manifestation du 3 octobre puisse avoir lieu Champ de Mars (près de la Place Rapp) comme l'avaient initialement prévu les organisateurs. Manifester pacifiquement est un droit fondamental garanti par la Constitution.

Considérant les tergiversations des autorités, et dans le but d'éviter tout éparpillement des manifestants et toutes tensions inutiles, le Réseau "Sortir du nucléaire" les appelle à se rassembler à 14h place de la Gare.



tract du Collectif Alternative Libertaire Alsace :


Fessenheim
Un dernier p'tit vert pour la route ?


Entre le « Grenelle de l’environnement », la taxe carbone, « Une vérité qui dérange » d’Al Gore, les pub télévisées d’EDF, du gouvernement, de Total, d’Artus Bertrand et de la SNCF pour les économies d’énergie, les petites fleurs ou le ferroutage, le Pacte écologique et « Le syndrome du Titanic » de Hulot, l’idéologie du « développement durable » est devenu le nouveau Graal des boîtes de com’ ! Résumée en slogans, l’écologie sert surtout à faire gagner des voix, des places au box office et une crédibilité à des grandes entreprises, qui en ont bien besoin ! Est-il possible de recycler le capitalisme dans l’écologie ?


Le syndrome de Fessenheim

Dans le monde merveilleux des écolocathodiques, le nucléaire est toujours considéré comme une énergie « propre », et exclue à ce titre de toutes les discussions du Grenelle de l’environnement. Pourtant, le nucléaire est loin d’être sans risques, comme en témoignent les multiples incidents constatés ces dernières années. Du risque d’explosion évité de justesse à la centrale de Blaye (près de Bordeaux) pendant la tempête de 1999, à la série d’incidents de la centrale du Tricastin (Drôme), en passant par le risque terroriste d’attaque type 11 septembre, révélé en 2005 par un document classé confidentiel défense. De plus en plus, le nucléaire ne supporte même plus le beau temps : les canicules successives, de plus en plus fréquentes, multiplient les dangers : rejet d’eau trop chaude pour l’écosystème dans les cours d’eau, assèchement accéléré et manque d’eau de refroidissement du réacteur.

Heureusement, on sait bien depuis Tchernobyl que les problèmes n’arrivent qu’aux autres, que le nucléaire ne serait dangereux qu’entre les mains de l’Iran. Grâce à l’action des dévoués experts d’EDF, du gouvernement et de la DST, la population n’a pas à vivre dans l’anxiété de ces risques ! Ils sont systématiquement cachés, puis niés si découverts. L’Etat français, suite à la glorieuse épopée du Rainbow Warrior, réprime de plus belle en espionnant Greenpeace et le Réseau « Sortir du Nucléaire », interpelle le porte parole du réseau et interdit les manifestations, fort de son succès lors du sommet de l’OTAN. Mais pourquoi réprimer l’écologie si chère au gouvernement ?


Home, sweet home

Fidèle à sa tradition, la droite française a inauguré sa période verte en invitant les écolos à Grenelle, là même où les syndicats avaient trahi les ouvriers 40 ans plus tôt.

C’est là que le « développement durable » a accédé au statut de vérité d’Etat, prétendant concilier les intérêts capitalistes et environnementaux, trahissant ainsi des décennies de combat écologiste.

Il n’en sort que des mesures cosmétiques et autres « fiscalité verte », faisant l’unanimité de droite à gauche, mais qui font peser l’effort de guerre (médiatique) exclusivement sur les utilisateurs et utilisatrices, qui devront payer un modèle de production et de consommation qu’ils et elles n’ont pas choisi.

C’est bien la perpétuation du modèle productiviste que cherche à justifier le « développement durable », pour créer l’illusion d’un capitalisme vert. Dès 2006, le rapport Stern (Royaume Uni) expliquait le risque que faisait courir le réchauffement climatique au capitalisme : 20% de croissance mondiale en moins. Pas touche à la sainte croissance ! Pour sauvegarder les profits, il fallait inventer le capitalisme vert… mais si ces pauvres idiots de consommateurs peuvent en faire seuls les frais, tant mieux !


Sortir du capitalisme, une vérité qui dérange !

Toutes les sources d’énergies fossiles (gaz, pétrole, charbon et uranium) s’épuisent en faisant le jeu de la bourse : Total bat tous les records de profits. Le modèle contemporain ne profite qu’aux patrons ! Il est illusoire de concevoir des sources alternatives d’énergie non-polluantes sans changer radicalement de mode de production et consommation et sans réduire drastiquement notre exploitation des ressources. Ce ne sont pas les élites actuelles (de la droite à la gauche gouvernementale), mesurant leur réussite en terme de croissance, qui peuvent apporter une solution. Si l’écologie doit nécessairement devenir l’affaire de tous, il faudra d’abord que la collectivité se réapproprie les moyens de production et de décision !

Estimer les besoins de la population ne peut se faire que par la démocratie directe ! Seules les assemblées d’habitants et habitantes peuvent décider de leurs besoins réels, et non pas des politiciens soumis aux intérêts des groupes industriels.

Mettre la production au service de la population ne peut se faire que par l’autogestion ! Les assemblées des travailleurs et travailleuses sont les seuls capables de faire fonctionner la production en respectant à la fois les impératifs de l’environnement dans lequel ils vivent et les besoins humains.

Une telle production, décidée et effectuée collectivement par les habitants et habitantes, est naturellement relocalisée au plus proche des utilisateurs et utilisatrices.

L’environnement est à l’image de la société humaine, la lutte écologiste passe donc par la lutte sociale !


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21646
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: pour fermeture de la centrale de Fessenheim, Colmar, 3/4 oct

Messagede stench » 03 Oct 2009, 20:09

Rassemblement assez triste, puisque pas de manif finalement : un simple rassemblement, beaucoup moins de monde que ce qui était prévu (3000 à 10000suivant les sources). Un cortege libertaire s'est constitué, mais sans manifestation, un cortege c'est pas tres utile. J'ai compté plus ou moins 10 membres de la FA, une dizaine d'AL, 5 ou 6 CNT, quelques No Pasaran, (je ne parle que de ceux affichés!)et quelques autonomes, quelques drapeaux noirs ou rouges/noirs non siglés. Finalement, une présence bien visibles des libertaires, beaucoup de bonnes réactions des manifestants, ce point est encourageant, on peut mobiliser un certains nombre de libertaires et les autres manifestants signalent leur interet pour nos tracts/idées. Par contre, la prefecture a reussi à tuer la manif.
stench
 
Messages: 9
Enregistré le: 02 Oct 2009, 15:17
Localisation: Alsace

Re: pour fermeture de la centrale de Fessenheim, Colmar, 3/4 oct

Messagede Pïérô » 06 Oct 2009, 11:15

vidéos de la manif :




Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21646
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: pour fermeture de la centrale de Fessenheim, Colmar, 3/4 oct

Messagede Pïérô » 05 Nov 2009, 13:25

En réponse aux problèmes rencontrés lors de l'organisation de celle du 3 octobre avec l'entrave au droit de manifester et la mise en place d'un dispositif policier surdimentionné, appel à un rassemblement ce samedi 7 nov : http://www.fermons-fessenheim.org/spip.php?article170

7 novembre 2009 : rassemblement "Vive la place Rapp libre !"

Pour demander la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, VIVE LA PLACE RAPP LIBRE !

Rassemblement à 15h Place Rapp à Colmar (près de la préfecture du Haut-Rhin).


Action "symbolique" pour marquer le caractère anti-démocratique de l’interdiction à manifester le 3 octobre 2009 au centre ville (Place Rapp...) pour la fermeture de Fessenheim.

Pour prendre la mesure du dispositif répressif et des pressions exercées contre ce rassemblement, lisez les témoignages édifiants de nombreux manifestants.

Apportez des craies pour faire de la Place Rapp un immense lieu d’expression publique (voir photo ci-dessous).

Les banderoles contre Fessenheim et des panneaux "Vive la Place Rapp Libre !" sont les bienvenus.

Suite à cette action, un cortège se rendra jusqu’à la mairie de Colmar.
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21646
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Stop nucléaire, initiatives

Messagede Pïérô » 30 Juin 2011, 10:29

Marche pour sortir du nucléaire, 1-31 juillet, centre-ouest

Marche pour sortir du nucléaire et pour la paix,
du 1er au 31 juillet 2011,
de Bannay (18) à Nantes-Le Pellerin (44)

Arrêtons immédiatement et définitivement l'aberration nucléaire

Le Japon a été victime d'un violent séisme suivi d'un terrible tsunami. A ces désastres naturels s'est ajoutée la catastrophe nucléaire de Fukushima Daiichi qui elle, aurait pu être évitée si l'industrie, les autorités japonaises et l'Agence internationale de l'énergie atomique avaient privilégié la sécurité. En 2006, des sismologues avaient en vain décrit ce scénario.

Le besoin d'énergie, les profits de l'industrie nucléaire, et l'intérêt des Etats à posséder la technologie de l 'arme nucléaire ne doivent en aucun cas faire obstacle à l'abandon de l'énergie nucléaire.

Depuis 1945, l'air, l'eau, la terre sont contaminés par la radioactivité artificielle, responsable de millions de morts et de maladies, passées, présentes et futures.

Aucune considération économique ne peut prévaloir sur la santé et la vie présente et future.
C'est pourquoi, marchant pour la paix à travers la France, le pays le plus nucléarisé du monde par rapport au nombre de ses habitants, je demande un arrêt immédiat et définitif du nucléaire.


. 1er/2/3 juillet 2011
Bannay
. 3/4 juillet 2011
Sury-près-Léré
Centrale Nucléaire Belleville-sur-Loire
. 4/5 juillet 2011
Châtillon-sur-Loire
. 5/6 juillet 2011
Gien
Centrale Nucléaire Dampierre-en-Burly
. 6/7 juillet 2011
Sully-sur-Loire
. 7/8 juillet 2011
Jargeau
. 8/9/10 juillet 2011
Orléans
. 10/11 juillet 2011
Beaugency
Centrale Nucléaire Saint-Laurent-Nouan
. 11/12 juillet 2011
Mer
. 12/13 juillet 2011
Blois
. 13/14 juillet 2011
Monthou-sur-Bièvre
. 14/15 juillet 2011
?
. 15/16/17 juillet 2011
?
. 17/18 juillet 2011
La Fillonnerie
. 18/19 juillet 2011
Chinon
Centrale Nucléaire Avoine
. 19/20 juillet 2011
Candes-Saint-Martin
. 20/21 juillet 2011
Saumur
. 21/22/23 juillet 2011
Grézillé
. 23/24 juillet 2011
Angers
. 24/25 juillet 2011
La Pouëze
25/26 juillet 2011
Freigné
Parc éolienne
. 26/27 juillet 2011
Les Roseaux, Pannecé
. 27/28 juillet 2011
Le Cellier
. 28/29 juillet 2011
Nantes
. 29/30/31 juillet 2011
Le Pellerin

site : http://marche-pour-sortirdunucleaire-et ... 37620.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21646
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Stop nucléaire, initiatives

Messagede bipbip » 08 Juil 2011, 01:08

Appel du Réseau « Sortir du nucléaire » face à meeting AREVA au stade de France et dénoncer le financement de l'athlétisme par AREVA ce vendredi 8 juillet :

Action de protestation et de sensibilisation lors du meeting Areva

Action de protestation et de sensibilisation lors du meeting Areva du 8 juillet prochain au stade de France, afin de dénoncer le financement de l'athlétisme français par AREVA, grand champion de la pollution radioactive.

RDV vendredi 8 juillet à 15h au bar La Rotonde, 2 place de la République 93400 Saint Ouen (Métro : Mairie de St Ouen).

Sur place, nous vous expliquerons la marche à suivre et vous distribuerons du matériel.

Nous avons besoin de vous pour être suffisamment nombreux pour informer les spectateurs et dénoncer ce partenariat scandaleux.

Contacts et informations :
François Mativet 0603922013 - lapining free.fr
Laura Hameaux 0685230511 - laura.hameaux sortirdunucleaire.fr


Stop au sponsor par Areva de la FFA

Alors que le réacteur n°3 de la centrale du Fukushima Daiichi, qui contenait du MOX (combustible à base d'uranium et de plutonium) (*) produit par AREVA, se trouve toujours dans une situation alarmante et que plusieurs accidents nucléaires majeurs sont toujours en cours, l'entreprise poursuit son partenariat contre-nature avec la Fédération Française d'Athlétisme. Cette année encore, elle finance le meeting AREVA, aux frais du contribuable (**). Le Réseau « Sortir du nucléaire » dénonce le financement de l'athlétisme français par AREVA, et le partenariat qui lie la Fédération Française d'Athlétisme (FFA) et l'industriel, grand champion de la pollution radioactive. Partenariat par lequel AREVA tente de banaliser l'industrie nucléaire française.

Un message tronqué et mensonger

AREVA justifie ce financement en se targuant de valeurs communes entre l'athlétisme et l'industrie nucléaire : « progrès continu, excellence, (...), enthousiasme, énergie ». Une éthique que le leader du nucléaire s'approprie un peu vite. AREVA déclare en outre s'attacher à ne financer que des sports non émetteurs de gaz à effet de serre, tels la voile ou l'athlétisme. AREVA en grand champion de la lutte contre le changement climatique ? On n'ose y croire.

En agissant de la sorte, l'industriel profite honteusement de l'image positive du sport : il faut rappeler qu'AREVA est responsable de contaminations irréversibles de l'homme et de son environnement, contaminations soigneusement passées sous silence. Plus soucieux de sa rentabilité que de santé publique, AREVA cherche à exporter à tout prix (**) son EPR, alors même que les experts soulignent les différents défauts de sûreté et de sécurité. Et contrairement à ce qu'AREVA se plaît à clamer, l'industrie nucléaire génère une grande quantité de CO2 et est bien loin de son image « propre ». L'entreprise exploite des mines d'uranium au Niger, au mépris des populations locales et dans des conditions sanitaires insupportables. Il est donc bien difficile de trouver des valeurs similaires entre les activités d'AREVA et l'athlétisme.

Un sponsoring aux frais des Français

L'Etat français étant actionnaire à 93% de l'entreprise, les contribuables français financent donc directement cette campagne massive de désinformation : 20 millions d'euros rien que pour le budget du spot publicitaire !

Le Réseau « Sortir du nucléaire » dénonce cette gigantesque opération de désinformation aux frais du contribuable qui entache fortement l'image de l'athlétisme, et presse les dirigeants de la FFA à rompre tout lien avec AREVA.


* Combustible encore plus polluant et beaucoup plus dangereux en cas d'accident
** EDF a confirmé en juillet 2010 un retard de deux ans dans la construction du réacteur nucléaire EPR de Flamanville. L'entrée en service commercial de ce réacteur n'aura pas lieu avant 2014. Ce retard s'accompagne d'un surcoût d'au moins 2 milliards d'euros. L'EPR français coûtera donc au bas mot 5 milliards, au lieu des 3,3 milliards annoncés initialement. Par ailleurs, l'EPR en construction en Finlande accuse plus de 44 mois de retard pour un surcoût de 3 milliards, soit un doublement du coût prévu au départ. Au total, ce sont donc déjà 5 milliards d'euros de surcoût qui seront à la charge des contribuables français.
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Stop nucléaire, initiatives

Messagede Nico37 » 11 Juil 2011, 22:02

Image
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Re: Stop nucléaire, initiatives

Messagede Pïérô » 19 Juil 2011, 12:24

Pour la fermeture des réacteurs nucléaires du Tricastin
appel à rassemblement dimanche 24 Juillet à 15h sur la place de l’horloge, Avignon


Communiqué de presse

Grâce à la mobilisation des Avignonnais et des alentours, le rassemblement du 9 Juillet a compté plus de 400 personnes sur la place de l’horloge. Pour autant, le Tricastin fonctionne toujours et le gouvernement, même s’il commence à faire semblant de réfléchir à une sortie du nucléaire, n’a pas encore décidé cette sortie, loin de là !

Un nouveau rendez-vous est donc donné le

Dimanche 24 Juillet à 15h sur la place de l’horloge. Journée organisée par la commission « RÉACTION EN CHAINE HUMAINE » du groupe « SORTIR DU NUCLÉAIRE » DRÔME ARDÈCHE.

Ce rassemblement s’inscrit dans un contexte particulier :
1. · 70% des français souhaitent sortir du nucléaire et cette obstination du gouvernement est un véritable déni de démocratie.
2. · L’Allemagne, l’Italie, la Suisse, le Danemark, la Norvège, la Finlande et L’Autriche ont décidé la sortie du nucléaire.
3. · Nous sommes en période de campagne présidentielle et la sortie du nucléaire sera un thème central grâce à nos actions, ici et ailleurs.
4. · Fukushima après Tchernobyl, nous démontrent que la sécurité nucléaire est un mythe et fait cruellement apparaitre l’incapacité des hommes à contrôler des accidents majeurs.
5. · Nous sommes en période de bouleversements climatiques (inondations, séismes, sècheresses, incendies….) qui rendent les centrales encore plus vulnérables. En cas de catastrophes naturelles, il faut éviter à tout prix d’y ajouter une crise nucléaire comme cela a été le cas à Fukushima !
6. · Enfin, le risque terroriste est actuellement élevé.

« SORTIR DU NUCLÉAIRE » DRÔME ARDÈCHE.

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21646
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Stop nucléaire, initiatives

Messagede Pïérô » 21 Juil 2011, 14:42

Rassemblement-marche-pique-nique dans le 33, Val de Leyre, le 6 août :

Avec la Coordination antinucléaire du Sud Ouest / Ecologie Val de l'Eyre /
Non au Missile M51 / Tchernoblaye / VSDNG (Stop Golfech)

Le collectif Anti-Nuke-léaire invite tou/te/s les citoyen/ne/s à participer
au rassemblement du

6 août à 11H à la place du Val de l'Eyre 33114 Le Barp

pour commémorer le 66ème anniversaire du bombardement d'Hiroshima et
de Nagazaki, en faisant une marche jusqu’au laser Mégajoule et un pique
nique au cours duquel prises de paroles et débats permettront d’informer de
la réalité de son utilisation et de son inutilité !
Concert de bruit pour la grande muette pour manifester notre désir de vivre.


Image


La destruction massive par l’arme nucléaire a montré son vrai visage, des
centaines de milliers de mort/e/s, de blessé/e/s et mutilé/e/s et de funestes
effets radioactifs pour les survivant/e/s pendant des générations.

Devant les risques majeurs d’élimination de l’humanité que représentent ces
armes, un traité de non prolifération nucléaire a été signé en 1968 par la
quasi-totalité des pays, seuls 5 états ne l’ont pas ratifié.

La France, signataire, s’est engagée à de pas développer son arsenal
nucléaire, à ne pas le moderniser, à ne pas lui attribuer de nouvelles
missions, pourtant elle a en 2010 renouvelé entièrement cet arsenal et testé
le nouveau missile d’attaque M51 et ASMP/A ( Air Sol Moyenne Portée)

Partie intégrante de ce renouvellement, le laser Mégajoule, présenté comme
un outil de recherche, d'innovation et de développement économique, est en
fait uniquement orienté vers le domaine de la destruction massive dans le
but d'accroître toujours plus notre potentiel en matière d'armes nucléaires.

Le Laser Mégajoule ne servira que la recherche militaire, par le
développement de nouvelles têtes nucléaires, dont les têtes nucléaires
océaniques (TNO) qui doivent, en 2015, équiper le nouveau missile nucléaire
d'attaque M51, et la miniaturisation des armes nucléaires, véritable
banalisation de ce type d'armes. Après le renouvellement complet et la
modernisation de son arsenal nucléaire militaire, en violation des traités et
conventions internationaux, la France continue de se comporter en état
voyou en s'obstinant à mener dans le domaine militaire et nucléaire une
politique obsolète et ruineuse (20 milliards d'euros pour les 5 prochaines
années).

Vous pouvez faire un don même très modique pour aider le collectif à financer son
besoin de communication occasionnel en établissant un chèque à l'ordre de VSDNG et
en l'envoyant à :
VSDNG-Stop Golfech : 148 rue Gérard Duvergé, 47000 Agen
IPNS
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21646
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Stop nucléaire, initiatives

Messagede Nico37 » 04 Aoû 2011, 23:47

samedi 6 août 2011, 15h Rassemblement à Rocamadour contre le nucléaire militaire et civil

Depuis plusieurs années, le groupe Sortir du nucléaire Lot commémore les bombardements atomiques subis par les populations d’Hiroshima et de Nagasaki les 6 et 9 août 1945.
Le 66° anniversaire du bombardement atomique revêt cette année un caractère particulier suite à la catastrophe de Fukushima qui a débuté le 11 mars dernier et touche à nouveau le Japon dans sa chair.
Le choix symbolique de Rocamadour pour cette commémoration s'inscrit dans la continuité des positions antinucléaires de l'église, le Pape Benoit XVI s'est en effet prononcé contre l'énergie nucléaire en réaction à la catastrophe de Fukushima (discours du 9 juin 2011) - après ses prises de position pour le désarmement nucléaire. Rocamadour est en outre situé à quelques kilomètres seulement du Centre d'Études de Gramat (CEA), où des essais de tirs à l'Uranium appauvri ont servi à la France d'expérimentation pour perfectionner ce type d'armes actuellement utilisées par la France contre la Libye sous l'égide de l'OTAN.
L'État français ne peut pas ignorer les effets tératogènes de ce type d'armes et ses conséquences sur les populations civiles et les générations futures puisqu'elles sont responsables du syndrôme dit de la guerre du Golfe. Pas plus ne peuvent l'ignorer les responsables du Centre d'Études de Gramat qui ont effectué plus de 1.000 tirs à l'UA en prenant à chaque fois de multiples mesures - et en prenant à chaque fois toutes les précautions pour confiner les poussières radioactives et chimiques dégagées par les tirs. (voir notre dossier sur ce sujet). Pas plus ne peuvent l'ignorer nos responsables politiques locaux que nous avons à maintes fois avertis et sollicités sur ce sujet, et que nous interrogeons encore une fois ici.
Le groupe Sortir du nucléaire Lot, qui appelle à cette manifestation, demande que l'utilisation de ces armes soit interdite au niveau international. Il appelle la France à en cesser l'utilisation, fusse t-elle avec des munitions concédées par l'OTAN, et l'exorte à revoir sa position sur son usage (cf. question de M. Jean-Luc Warsmann du 9 novembre 2010 au Ministre de la défense sur les armes à uranium appauvri).
Nous appellons les citoyens à venir nombreux nous rejoindre, à Rocamadour, porte du Figuier (première entrée depuis l'Hospital) à partir de 15h, où un tract d'information sera diffusé.

Le Groupe Sortir du nucléaire Lot
http://leliencommun.org/sdnlot / sdnlot@free.fr / 05 65 38 08 39 / 06 30 40 96 64
http://groupes.sortirdunucleaire.org/Ra ... eaire,2772
http://www.lelotenaction.org/rubrique,r ... 10090.html
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Sortons du nucléaire ! Journée mobilisation 13 octobre

Messagede Pïérô » 28 Sep 2012, 02:21

Changeons d’ère, sortons du nucléaire !

Journée nationale d’action samedi 13 octobre 2012

La question autour de l’arrêt du nucléaire fait débat, et enjeux, car entre le stop immédiat et l’arrêt sur un temps indéterminé, flou, et sur des années, il y a comme une grosse différence, et divergence sur le choix de société. Il y a de tout dans le “Réseau Sortir du Nucléaire”, et dans celles et ceux qui appellent à la nouvelle journée de mobilisation du 13 octobre. Malgré tout cette mobilisation doit être la plus massive possible à l’heure où personne ne croit à un changement dans ce domaine venant du nouveau gouvernement, et que ce ne sera que dans la lutte qu’il pourra y avoir un rapport de force suffisant pour faire reculer le nucléaire, et à travers ces mobilisations que l’on pourra porter encore d’avantage les questions de fond, de choix de société, et de l’arrêt immédiat ou très court terme.

Rassemblements, manifestations annoncées au 28 septembre dans huit villes.

. Laval :
LAVAL accueillera la manifestation du grand ouest à 14h00 place de la mairie aussi connue sous le nom de place du 11 Novembre, en plein centre ville sur les berges de la Mayenne.
Vous aurez toutes les informations concernant le lieu et horaire de la manifestation, les départs groupés organisés pour rejoindre Laval, … ici : http://sdn-rennes.org/index.php/actualites/laval-2012
http://groupes.sortirdunucleaire.org/La ... ctobre2012

. Bordeaux :
14h : Grande manifestation antinucléaire sur les quais de Bordeaux (départ quai Richelieu, devant la Maison écocitoyenne, près du Pont de Pierre)
http://groupes.sortirdunucleaire.org/Bo ... ctobre2012

. Lyon :
14h : rassemblement quai Augagneur, Fosses aux Ours
détails : http://groupes.sortirdunucleaire.org/Bu ... ctobre2012
et : http://rebellyon.info/Marche-des-refugies-pour-la.html

. Paris :
à 15h Place de la Bastille (côté Port de l’Arsenal)
http://groupes.sortirdunucleaire.org/Ra ... nt-a-Paris

. Metz :
à 14h, place de la République, Metz (57)
http://groupes.sortirdunucleaire.org/Ra ... ent-a-Metz

. Strasbourg :
à 15h, au pied de la cathédrale, Strasbourg (67)
http://groupes.sortirdunucleaire.org/St ... ctobre2012

. Lille :
à 15h, Place de la République, Lille (59)
http://groupes.sortirdunucleaire.org/Ra ... nt-a-Lille

. Narbonne (11) :
. 13h : Présence devant l’entrée de l’usine AREVA "Comurhex" à Malvezy
RDV pour un rassemblement devant les portes de l’usine, à 5 km au nord de Narbonne.
. 15h : Défilé dans les rues de Narbonne
http://groupes.sortirdunucleaire.org/Ra ... i-Narbonne


Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21646
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Sortons du nucléaire ! Journée mobilisation 13 octobre

Messagede K.O.A.L.A » 28 Sep 2012, 21:39

Pour plus d'infos : http://www.stop-bugey.org/
(Bugey-Lyon)
DEROULEMENT DE L'EVENEMENT

Le samedi 13 octobre, le collectif Stop-Bugey organise un rassemblement à Lyon à 14h, Fosses aux Ours. Deux marches des réfugiés du nucléaire partiront de la centrale du Bugey le jeudi 11 octobre et arriveront samedi 13 octobre au matin dans l’agglomération lyonnaise (Quai Augagneur) pour rejoindre le lieu de rassemblement. Nous vous invitons à les rejoindre dès que possible, et notamment samedi matin à 10h, afin d’être de plus en plus nombreux à converger vers le rassemblement.
Avatar de l’utilisateur-trice
K.O.A.L.A
 
Messages: 341
Enregistré le: 08 Sep 2012, 21:09

Re: Sortons du nucléaire ! Journée mobilisation 13 octobre

Messagede Nico37 » 01 Oct 2012, 20:34

Nucléaire : les 19 centrales françaises seraient épinglées par Bruxelles 01/10

Les résultats des stress-tests européens post-Fukushima du parc nucléaire français ne sont pas bons, selon Le Figaro qui affirme que le bilan note des "défaillances" pour toutes les centrales françaises mais n'exige aucune fermeture.

SURETE NUCLEAIRE - Il y a en France 54 réacteurs dans un total de 19 centrales. Elles sont toutes visées par les conclusion d'un test européen de sécurité des installations tenant compte de la catastrophe de Fukushima.
afp.com/Jean-Philippe Ksiazek
Des défaillances dans chaque centrale, mais aucune fermeture imposée. Ce serait le résultat du bilan par l'Union européenne des stress-tests post-Fukushima des 19 centrales nucléaires françaises, dont Le Figaro affirme avoir obtenu une copie.

D'après le journal, les centrales tricolores manquent d'instruments de mesure sismique répondant aux exigences de l'après-Fukushima et leurs équipements de secours ne sont pas protégés comme ceux des réacteurs des pays voisins. Des défauts qui ont cependant déjà été relevés par l'Autorité de sûreté nucléaire dans un rapport, et pour lesquels EDF a assuré que des solutions seront trouvées.

La plupart des critiques concernent les centrales françaises

Fessenheim, souvent pointée du doigt pour son statut de doyenne du parc, n'est pas la plus mal notée par le rapport. Le quotidien écrit que "les procédures prévues en cas d'accident grave sont jugées insuffisantes à Chooz et Cattenom mais adéquates à Fessenheim".

Ces tests de résistance et de sécurité sont menés depuis un ans sur ses 147 réacteurs répartis dans 14 pays, dont 58 en France dans 19 centrales.

Le cas d'un crash d'avion sur une centrale

"Nos contrôles de sécurité ont été stricts, sérieux et menés en toute transparence", a déclaré le commissaire à l'Energie Gunther Oettinger, en amont de cette information, ce lundi. " Ils ont permis de révéler ce qui allait bien et là où il fallait apporter des améliorations", a-t-il ajouté.

Avant de mettre en garde: la commission européenne ne montrera "aucune complaisance" sur la sécurité du parc nucléaire européen.

Selon le journal allemand Die Welt, qui dit avoir consulté ce rapport, le commissaire Oettinger chiffre à 25 milliards d'euros les travaux de mise en conformité rendus nécessaires par les contrôles qui ont fait apparaître des "centaines d'insuffisances". Die Welt précise d'ailleurs que la plupart des critiques concernent les centrales françaises.

La Commission européenne a réclamé des contrôles sur tous les types de réacteurs installés dans l'UE et a demandé une analyse des conséquences d'un accident d'avion sur une installation.

L'objectif était de vérifier la sécurité des installations en cas de rupture des approvisionnements en électricité, comme cela s'est produit sur le site de la centrale de Fukushima au Japon après le séisme suivi d'un gigantesque tsunami qui a inondé les installations.

Gunther Oettinger espère que la commission sera en mesure de soumettre ce rapport et ses recommandations aux dirigeants de l'UE lors du sommet des 18 et 19 octobre à Bruxelles.
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Re: Sortons du nucléaire ! Journée mobilisation 13 octobre

Messagede bipbip » 08 Oct 2012, 00:31

Texte de l'OCL

Pour un arrêt immédiat du nucléaire Changeons d’ère, sortons du capitalisme

Nous assistons en direct à un psychodrame médiatisé à dessein à propos du traité européen et du refus d’EELV d’appeler à le voter tandis que ses ministres vont devoir faire la preuve de leur solidarité gouvernementale. Pendant ce temps, des manifestations antinucléaires se préparent. Ne seront-elles qu’un soutien critique au gouvernement ou bien seront-elles marquées par un rejet franc et massif du nucléaire rose ou vert ?

Comment interpréter ce psychodrame ? Une partition bien huilée entre deux acteurs/auteurs de la même pièce pour donner l’impression qu’EELV n’est pas encore absorbée par le PS, qu’elle garde une capacité de critique et d’indépendance, calmant ainsi ceux qui, à la base ou dans les milieux écolos, commençaient à douter sérieusement de la pertinence de l’accord passé avec les socialistes ? Un soupçon d’impertinence à propos du traité européen, mais qui n’ira pas jusqu’à décrédibiliser (contrairement à ce qu’exprime l’éditorial du Monde du 25 septembre) une image de responsabilité et de capacité à assumer le pouvoir patiemment tricoté au fil des ans ? Ou bien alors une crise réelle qui va s’accentuer dans les semaines et mois à venir, et qui n’est maîtrisée ni par les uns ni par les autres ? Une crise dont on avait déjà senti la présence lorsque la base avait imposé E. Joly contre N. Hulot et les futurs apparatchiks gouvernementaux alors que le parti écolo subissait une hémorragie militante conséquente. Il est à noter que cette « crise », réelle ou mise en scène, intervient quelques jours après la quasi-standing ovation que les écolos dans leur presque totalité ont accordée à F. Hollande lors de la récente conférence environnementale. Cet étalage d’autosatisfaction accréditait ainsi, aux yeux du grand public, que l’extraction du gaz de schiste n’aurait pas lieu, que Fessenheim allait fermer… dans six ans, et que 800 000 logements écolos allaient voir le jour, autant d’affirmations mensongères mais rendues crédibles par une façon d’utiliser des mots en faisant croire qu’on en utilise d’autres ! Ainsi, ce qui est condamné ce n’est pas le gaz de schiste mais la fracturation hydraulique (et encore !) ; Fessenheim fermera peut-être, mais non sans avoir absorbé des millions pour la mettre aux normes et rendre ainsi possible sa prolongation ; et puis les formules utilisées, comme « transition énergétique » qu’il faut traduire par « promotion du nucléaire ». Quelques jours plus tard, deux ministres PS assistaient aux journées parlementaires d’EELV à Nantes pour démontrer l’entente cordiale censée régner. Après cela, il fallait bien un point de discorde pour ne pas donner l’impression d’une totale inféodation !

C’est dans ce contexte politique bien particulier que vont se dérouler les prochaines mobilisations antinucléaires, contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et contre les projets concernant le gaz de schiste.

Des manifs instrumentalisées Le 13 octobre, à Laval, Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Paris, Metz, Lille et Narbonne auront lieu des manifestations organisées par le réseau Sortir du nucléaire et des associations locales, et soutenues par EELV, pour exiger les arrêts de la construction EPR de Flammanville, de sa ligne THT Cotentin-Maine, et des réacteurs de plus de trente ans, en particulier celui de Fessenheim. Changer d’ère et sortir du nucléaire, disent-ils. Oui, mais quand ? Doit-on y être présents ou non ? Beaucoup de camarades sont assez réticents. Le risque existe, en effet, de servir de marchepied à des forces que nous combattons et de ne pas y être assez nombreux pour éviter toute récupération. Nous pencherions plutôt, quant à nous, pour tenter une présence visible et claire afin de ne laisser aucun terrain entièrement libre à ces forces qui œuvrent de fait à la poursuite de la production nucléaire. Le clivage qui oppose les tenants de l’« arrêt immédiat » à ceux qui prônent un arrêt « progressif » est ancien dans le mouvement antinucléaire. Il rebondit aujourd’hui tout simplement parce que, après Fukushima, l’« arrêt immédiat » est devenu une revendication tellement évidente que les tenants de l’arrêt progressif (avec toutes ses variantes) sont obligés d’intégrer cette donnée en se livrant à toutes les contorsions politiciennes et linguistiques possibles. Le terme « immédiat » étant devenu symbolique, il suffisait de le détourner. C’est ainsi qu’est né ce concept tordu de « décision immédiate » qui permet de l’assortir de toutes les variantes : certes, « décision immédiate de sortie immédiate », mais aussi « décision immédiate de sortie dans… » 10, 20 ou 30 ans, ou encore décision de commencer immédiatement à sortir… Seulement voilà, l’« arrêt immédiat » que nous mettons en avant ne peut être réduit, et ce depuis longtemps, à une simple question de date ! Cet « arrêt immédiat » n’est pas un fétiche, il est devenu le symbole d’un clivage politique plus général entre une écologie sociale et de classe qui s’insère dans une perspective anticapitaliste et antiproductiviste et les tenants d’un néocapitalisme vert pour lesquels les questions énergétiques peuvent servir à relancer une fois encore une économie de marché en crise.

SI LE JAPON L’A FAIT… Nous savons bien qu’on n’arrête pas une centrale en appuyant simplement sur un bouton. Nous savons aussi que si on arrêtait toutes les centrales il n’y aurait pas assez d’électricité pour faire fonctionner la société telle qu’elle fonctionne actuellement. Mais, justement, nous ne voulons plus qu’elle fonctionne ainsi ! Et les « économies d’énergie » prônées par les écolos ne sont que pures paroles si on ne précise pas ce qu’on veut garder et ce qu’on veut supprimer, ou du moins si on n’en débat pas. L’arrêt immédiat est donc un marqueur politique, et non une revendication précise comme une augmentation de salaire de 3 ou 5 % ! Un marqueur politique, parce que nous savons bien que derrière le « progressif » se cache très mal la volonté 1. de ne pas toucher à l’appareil productif et aux rapports sociaux qu’il engendre et 2. de laisser le temps nécessaire aux grands groupes capitalistes pour se recycler progressivement dans le renouvelable industriel avec autant de bonheur qu’ils l’ont fait dans le nucléaire.

On peut toujours trouver des slogans ou des marqueurs politiques insuffisants, n’allant pas assez au fond des choses ou cachant mal un soutien au « Vieux Monde ». Il est sans doute possible de faire subir à l’« arrêt immédiat » ce sort-là sort et de couper des têtes. Mais nous pensons qu’il va falloir échapper au « plus radical que moi tu meurs » stérile et démobilisateur pour celles et ceux qui se retrouvent à compter les points. Nous devons éviter que chacun ne se positionne qu’en se différenciant du voisin sans imaginer des mobilisations ni proposer des objectifs à court et moyen terme. Il est temps de formuler des « discours » audibles, compréhensibles par des gens qui, simplement, s’interrogent, se méfient du nucléaire, et pourraient peut-être se retrouver dans des formes de mobilisation à inventer aussi « pour eux », afin qu’elles deviennent ensuite « avec » eux. Et qui permettent d’établir des rapports de forces sur le terrain et pas seulement sur celui des idées, si pertinentes soient-elles.

Rappelons-nous qu’en 2002 des manifestations antinucléaires étaient organisées dans cinq ou six villes de France. Elles avaient été dans l’ensemble un double succès, principalement à Nantes et à Toulouse. Double parce que, d’un côté, elles avaient réuni plus de gens que prévu et parce que, de l’autre, nous avons assisté à l’émergence d’un fort courant « arrêt immédiat » qui marquait déjà des clivages qui n’ont fait que s’accentuer ensuite. On ne sert certes pas deux fois la même soupe, mais on peut s’inspirer de la recette. Il y aura sans doute moins de monde qu’en 2002. Mais rien ne nous empêche de réactualiser le « Ni rose ni vert arrêt immédiat du nucléaire » qui avait servi alors de ralliement et d’être vigoureusement présents dans les manifs du 13 octobre afin de donner un corps et une perspective aux différents regroupements, tentatives de coordination et réunions qui parsèment l’agenda des milieux antinucléaires s’opposant aux écolos de gouvernement, et qui, surtout, entendent lier entre elles des luttes proches. Des liens qui ne sont pas seulement géographiques, mais logiques et cohérents, parce que les motifs qui les font naître s’auto-entretiennent les uns avec les autres : ainsi, d’un côté, les grands projets d’aménagement du territoire comme l’aéroport de Nantes (NDDL), les lignes ferroviaires à grande vitesse, les lignes à haute tension, le Grand Paris, la métropolisation du territoire sur de grands pôles urbains, etc., font le pari de la disponibilité indiscutable et à coût réduit d’une croissance continue de la production électrique ; de l’autre, les lobbies du nucléaire, des parcs d’éoliennes, du gaz de schiste font de la croissance continue de ces « besoins », tout aussi indiscutés et indiscutables, pour développer de nouvelles activités génératrices d’électricité et de profits pour les groupes capitalistes concernés.

L’abandon du nucléaire et d’autres équipements et projets nuisibles doit se comprendre en termes de mobilisation et de coûts politiques pour ceux qui les défendent et les implantent. La classe dirigeante n’est pas à une contradiction près. Alors qu’elle cherche à nous accabler et à nous discipliner sous le fardeau de la « dette », la poursuite du nucléaire comme le démarrage de grands projets plus ou moins pharaoniques ne peut se réaliser que par un surcroît d’endettement alors que, paraît-il, les caisses sont vides, par de nouveaux emprunts massifs garantis par l’Etat français et peut-être demain par le super-Etat européen…

Cette mobilisation antinucléaire doit aussi se comprendre comme un moment d’affirmation et d’extension d’un courant d’opinion encore diffus, mais qui s’oppose de plus en plus à la logique productiviste, qui rejette le chantage à l’emploi et à la « bonne santé » des entreprises pour accepter n’importe quoi dès lors que cela relancerait la machine à fabriquer des profits (voir l’article sur l’Italie dans ce numéro). Un mouvement qui, en creux ou explicitement, dessinerait un courant refusant de se laisser imposer des décisions dangereuses et mortifères permettant ensuite de justifier un Etat sécuritaire et une course sans fin au consumérisme, à la rentabilité et à notre adaptabilité optimale aux sources et mécanismes de la réalisation des profits, parce que, n’est-ce pas, « on n’a pas le choix » ! ; un mouvement qui, à partir des luttes de site, des mobilisations solidaires et des refus déterminés manifestés dans de multiples initiatives locales, repose, précisément, la question du choix de société, de ce qui est juste et ce qui ne l’est pas, de ce qu’il est convenable et souhaitable de faire et ce dont il est préférable de se débarrasser sans attendre.

OCL
http://oclibertaire.free.fr/spip.php?article1234
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 30383
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Suivante

Retourner vers Écologie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité