Contre projets d'autoroutes inutiles Imposés

Nucléaire, OGM, projets inutiles, ZADs ...

Re: Contre projets d'autoroutes inutiles Imposés

Messagede bipbip » 26 Fév 2017, 12:19

Vinci n'a pas la vie tranquille : les opposants au GCO multiplient les actions et manifestations

Les opposants au projet Vinci de contournement Ouest de Strasbourg, cette autoroute à péage dont l’intérêt premier sert d'abord et avant tout les intérets des actionnaires, multiplient les actions et manifestations sur le terrain

... https://casnndl-gconddl.blogspot.fr/201 ... e-gco.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre projets d'autoroutes inutiles Imposés

Messagede bipbip » 05 Mar 2017, 18:41

Contre l’A45 et la nouvelle prison, refusons les projets d’un monde plein de barreaux !

De manière générale les projets d’autoroute ou de prison sont considérés comme des évidences, et des « nécessités sociales », alors que leur apparition est relativement récente.
La « première autoroute » voit le jour en Italie en 1924 : elle doit permettre la circulation plus rapide des marchandises et favoriser le développement du capitalisme, mais aussi assurer à l’État une emprise sur les territoires..
La prison existe, en tant qu’institution matérielle et avec son idéologie, depuis le 19ème siècle, afin de faire peser encore plus fort la coercition du pouvoir sur les récalcitrant-e-s et ses opposant-e-s, et de contenir une partie des populations indésirables
Depuis, ces outils doivent sans cesse être développés, modernisés.
Dans la Loire, il s’agit d’une part de construire l’A45 entre Lyon et Saint Étienne, en parallèle à une voie rapide déjà existante et gratuite. D’autre part de construire une nouvelle maison d’arrêt qui compterait plus de 500 places pour remplacer celle de la Talaudière, et enfermer toujours plus. On nous prépare un avenir radieux !

Il paraît logique que des personnes qui impactées directement par ces projet vont en subir des désagréments dans leur quotidien ( à commencer par les personnes qui peuvent être expropriées parce que le projet passe sur leur maison ), et que parfois elles s’opposent à ce que ce projet se fasse à cet endroit.
Cela met alors l’accent sur la question des « nuisances » qui vont être imposées aux « locaux ».
A cela l’état répond qu’il faut bien que quelques-un-es se « sacrifient » en supportant des « nuisances » pour le « bien commun ». Cela permet d’évacuer une remise en question plus en profondeur du projet, questionnant sa fonction et ses conséquences ; celles-ci restent identiques où que soit délocalisé ce projet.

Les nuisances sont évaluées par des experts, quantifiées « scientifiquement », et les mêmes experts proposent d’y apporter des solutions négociées pour faire passer la pilule. On va construire des murs anti-bruit le long des autoroutes, et décaler l’implantation de la nouvelle prison un peu plus en bas à droite sur le terrain. La nuisance est amoindrie, les « riverain-es » « pris-e en compte », les projets se font, (presque) tout le monde est content-e…

Une remarque au passage. Le fait de parler également de « nuisances » au sujet d’une prison et d’une autoroute en dit long sur la manière dont les détenu-es et leurs proches sont considéré-es par la société bien pensante.
Une autoroute crée des « nuisances » parce qu’elle fait du bruit, de la pollution, empêche la libre circulation, détruit le paysage ( et d’autres choses encore)…

Les « riverains » d’une prison s’épanchent suffisamment souvent dans les journaux pour ne pas reprendre ici leurs propos dégueulasses… On semble oublier que les problèmes les plus graves posés par la prison, ce sont les personnes enfermées et leurs proches qui les vivent.
L’enfermement permanent, les humiliations, le racket de l’administration, la privation de ses proches, la soumission à l’arbitraire des magistrats et des matons, l’absence d’intimité, les milles horreurs de la taule n’ont pas grand chose de comparables avec le petit souci de jacqueline et robert qui habitent à coté et se trouve incommodés par la « pollution lumineuse » des projecteurs du mur d’enceinte éclairés en permanence…

Pour en revenir aux stratégies mises en place pour obtenir l’acceptation des populations locales, il peut arriver que d’éventuelles retombées financières, la promesse d’emplois générés par la mise en place du dit projet ( emplois intérimaires lors de la construction, sous-traitance ponctuelle avec des entreprises locales, ou alors commerces à qui on promet de futur-es client-es ) soient des arguments suffisants.

Si ce n’est pas le cas, le projet sera imposé, de manière plus ou moins frontale. Il existe tout un panel de rendez-vous avec différents représentants politiques, de recours administratifs, de réunions de concertations, de débats publics… qui permettent parfois de gagner du temps, et surtout de donner à la population l’illusion que son avis est « pris en compte ».
Pour finir évidemment l’état et les principales entreprises concernées ont bien l’intention de faire à leur guise.
Certains grands projets ( la centrale nucléaire de Plogoff, le barrage de Serre de la Fare, un certain aéroport...) qui n’ont pas (encore) vu le jour le doivent à des résistances et des luttes solides.

Dans tous les cas, face à la contestation, l’état va argumenter la nécessité de réaliser son projet au prétexte de « l’intérêt général », parfois aussi nommé « bien public ». Ce qui semble souvent se confondre étrangement avec les intérêts financiers de certains grands groupes, ou l’intérêt de l’état à sa propre perpétuation...
Qu’il s’agisse de prison ou d’autoroute, on retrouve derrière toujours les mêmes grandes entreprises : Vinci, Eiffage, Spie-Batignolles ( et leurs nombreuses filiales), qui ont bien compris quels sont les secteurs où investir.
Ensuite les petits sous-traitants varient selon les tâches à réaliser.

Dans les deux cas, les personnes qui se trouvent là où l’état a décidé de réaliser son projet, n’ont qu’à la fermer, éventuellement prendre une somme qui est l’équivalent du prix de leur silence et de leur expropriation, et tenter de (se) reconstruire ailleurs. Dans les deux cas, des parcelles de terres, généralement agricoles, vont être détruites, recouverts de tonnes de béton.
Le serpent de béton a son lot de morts au volant ; le cube de béton avale les vies volées par l’enfermement, mais aussi les morts réelles en détention ( 7 fois plus de suicides en prison qu’au dehors, quand il ne s’agit pas de tabassages ou meurtres commis par des surveillants et camouflés en suicides).
Dans les deux cas, de nombreuses personnes se résignent et s’habituent à ce qui leur a été imposé, comme si c’était normal. Prendre l’autoroute pour gagner quelques minutes et enrichir ces grands groupes qui nous pourrissent la vie ; dire bonjour à un maton qui gagne sa vie en étant le bourreau de ceux qu’il enferme...

La multiplication des autoroutes, comme la multiplication des prisons, permet le quadrillage toujours plus serré du territoire, et donc une gestion et une mise sous contrôle plus efficace.
Le contrôle, qui est le propre de la prison ( avec entre autres : caméras de surveillance et uniformes, contrôles à l’entrée et à la sortie, vérifications impromptues du respect des règles, identification des déplacements) s’étend peu à peu à tous les domaines de notre vie.

L’autoroute répond aux besoin d’un monde basé sur la rentabilité et la conformité.
Il faut aller le plus vite possible d’un endroit à un autre… pour travailler, en faisant à répétition des trajets absurdes qui nous font perdre une partie de notre vie… pour consommer le plus vite possible le rare « temps libre » dans des loisirs, ou aller voir les personnes que l’on aime, mais dont on est éloigné-es « à cause du boulot ».
L’autoroute permet aux industries et entreprises d’acheminer le plus vite possible des marchandises d’un point A à un point B parce que « le temps c’est de l’argent »
L’autoroute est le « cadre de vie » de milliers de commercial-es et routièr-es qui passent des années à accumuler des kilomètres pour amener des marchandises ou faire signer des contrats. Relié-es à leur hiérarchie par le mouchard GPS et leur téléphone portable, la seule liberté qu’on leur tolère est de « choisir » entre deux hôtels, ou station services identiques.

La prison répond aux besoins d’un monde basé sur la rentabilité, la conformité, la soumission à l’autorité. Il faut bien travailler… il faut bien accepter les injustices de ce monde… il faut bien se soumettre…
La loi est faite par et pour les puissants, et la justice ne s’attaque pas à ceux qui organisent l’oppression que nous vivons.
Les plus grands voleurs, qui magouillent des millions et mettent sur la paille les ouvriers quand ils ont trouvé à qui revendre une entreprise pour se faire encore plus d’argent, n’ont pas de problème avec la justice. Ils auront parfois une petite amende, qui ne représente pas grand chose pour leur porte monnaie ; souvent cela restera symbolique. La justice ne s’occupe pas ceux qui au nom de l’état et payés par l’armée tuent des dizaines, centaines, milliers de personnes dans des pays qu’on ne sait souvent même pas situer correctement sur une mappemonde.
Elle ne s’occupe pas de ceux qui parés de l’uniforme de l’état, flics ou matons, tuent, violent, sont payés pour faire régner l’ordre… Cet ordre qui tient grâce aux lois, aux tribunaux, aux prisons.
Par contre les prisons sont pleines à craquer de petit-es délinquant-es ( délits routiers, petits vols et stupéfiants principalement).
La prison donne l’impression à celles et ceux qui n’y ont jamais été confronté-es, ni à la justice, d’être « libre », comme est libre le commercial qui passe sa vie sur l’autoroute.

Il faudrait accepter ce monde, il faudrait produire des marchandises pour engraisser les patrons et la fermer, il faudrait que ça aille vite…
La circulation des personnes et des marchandises, la répression par la menace de l’enfermement ( et encore beaucoup d’autres choses ! ) sont nécessaires à l’état et au capitalisme. Ils sont nécessaires pour maintenir les inégalités, pour garantir l’exploitation par le travail et les ( nombreux) rapports de domination.
Mais pour les personnes qui veulent tenter de vivre librement vis-à-vis d’eux mêmes et des autres, ce n’est pas une nécessité, c’est une entrave.

On peut l’espérer, dans les deux cas il restera des personnes qui ne se résignent pas et qui tentent d’enrayer ces machines…

A bas toutes les prisons, et les autoroutes, en activité ou en projet !

http://lenumerozero.lautre.net/Contre-l ... e-plein-de
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre projets d'autoroutes inutiles Imposés

Messagede bipbip » 17 Mar 2017, 07:39

Samedi 18 mars 2017

Chantier-réparation de la cabane anti-GCO d’Ittenheim

Le samedi 18 mars, à partir de 9h, un chantier-réparation aura lieu pour la remise en état de la cabane dont les réparations sont plus importantes qu’il n’y paraissait. Pour mémoire, des pros GCO ont tenté détruire la cabane dans la nuit du 22 au 23 février dernier.

Nous aurons des besoins :
- Chevrons,
- planches,
- panneaux (type isorel ou médium),
- vis, clou, ...
- des parpaings (ou agglos) ... mais aussi des besoins autres pour organiser et/ou aider au chantier
- un groupe électrogène,
- une remorque + voiture (il y a des gravas à dégager)

https://casnndl-gconddl.blogspot.fr/201 ... nheim.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre projets d'autoroutes inutiles Imposés

Messagede bipbip » 25 Mar 2017, 18:03

Tract contre l’A45

A St-Étienne, nous disons non à l’autoroute A45 (La Fouillouse/Brignais)

L’A45 en général

- Coût : 1,2 milliard d’euros annoncés (mais au moins 1,6 milliard) se répartissant entre les collectivités territoriales et l’Etat (±900 millions), et VINCI (±300 millions). -> projet privé financé à 75% par de l’argent public.

- Surface : destruction de + de 500 hectares de terres maraichères, agricoles, viticoles, fruitières, urbaines et de zone naturelles protégées qui abritent une biodiversité importante).

- Pollution : 30% d’émission de gaz à effet de serre en plus avec en conséquence une intensification des pics de pollution et des problèmes respiratoires. l’A45 ne remplace pas l’A47 mais y ajoute son trafic. Le projet menace également des zones de pompage d’eau potable approvisionnant 100 000 personnes

- Temps : à 10 minutes de gain de temps annoncées, qui seront perdues dans les bouchons à l’entrée des agglomérations (la fouillouse et Brignais).

- Le projet concerne 25 communes et plus de 5000 habitants (2800 annoncés).

L’A45 à Saint-Étienne

- Engorgements routiers et bouchons à La Fouillouse, lieu d’arrivée de l’A45 à Saint-Étienne

- Impacts économiques : affaiblissement de l’économie stéphanoise par :
• Le départ des habitants, entreprises, emplois, ... vers Lyon, devenue ville attractive. Saint étienne deviendrait une ville dortoir.
• L’augmentation de l’endettement de la ville Saint étienne (+ 350 000 000 d’E en 2015 à savoir + de 2000 € par habitant) et de la durée de remboursement de la dette (10 ans en 2015).
• L’augmentation probable des impôts du prix de certains services publics, ...

- Difficultés (et risque de disparition) pour les petits producteurs des environs qui approvisionnent la ville en fruits, légumes, produits laitiers... et participent à cette chance que nous avons de pouvoir choisir une alimentation locale et de qualité.

L’A45 n’est pas un projet isolé, Il existe en Région Auvergne ‐ Rhône ‐ Alpes d’autres projets inutiles imposés.
• La zone commerciale STEEL à Saint‐Etienne (Pont de l’âne ‐ Monthieu) qui prévoit 70.000 mètres carrés de commerces et 2.150 places de parking. Elle aura notamment pour conséquence l’aggravation de la désertification du centre ville par les petits commerces. De plus, les emplois créés dans la zone ne compenseront pas ceux perdus au centre‐ville.
• La carrière Delmonico­‐Dorel à Saint‐Julien-­Molin-Molette, dont l’augmentation de production suite à son extension spatiale et temporelle fournira l’empierrement nécessaire à la construction de la A45. Elle menace également la santé (poussière d’uranium et de thorium) et la sécurité (passage de camions) des habitants de ce village du Pilat.
• La construction de la prison de Saint-­Bonnet-­les‐Oules (550 places) qui remplacera celle de la Talaudière, et dont la propriété, le fonctionnement et les bénéfices seront aux mains de groupes privés.
Mais encore : le Center Park de Roybon, la ligne TGV Lyon‐Turin,...

VINCI, partenaire privé de la construction de la A45 et leader mondial du BTP, est impliqué en France dans d’autres grands projets inutiles imposés (GPII) résultant de partenariat public-­privé (PPP).
• L’aéroport de Notre‐Dame‐des‐Landes est un projet en cours depuis une quarantaine d’années, qui rencontre une forte opposition des habitants et autres citoyens dont certains occupent la zone, la ZAD (Zone à Défendre), et dont le coût est estimé à 561 millions d’euros payés à 56% par VINCI qui se remboursera avec l’exploitation de l’aéroport.
• Le grand contournement ouest de Strasbourg (GCOS) est un projet en cours (études et procédures administratives) dont la conception, le financement, la construction, l’entretien, l’exploitation et la maintenance sont accordés à ARCOS (filiale de VINCI). Mise en service prévue : 2020.
• Le stade multifonction (sports, concerts, grands évènements) Allianz Riviera à Nice, opérationnel depuis 2013, construit et exploité par VINCI et ses filiales en vue de l’Euro 2016, coûtant 400 millions d’euros à la ville (répartis sur 30 ans) au lieu des 225 initialement prévus.
• La ligne LGV Tours‐Bordeaux, dont la mise en service de 16 aller‐retour quotidiens est prévue en juillet 2017, appartient à Lisea (filiale de VINCI). La SNCF elle, prévoit des pertes de 150 à 200 millions d’euros par an. VINCI et ses filiales gèrent également en France 4.300 km d’autoroutes, 650 parkings, des stades, des aéroports, des hôpitaux, et des lignes ferroviaires à grande vitesse.

Ces gestions, auxquelles s’ajoutent des actions de spéculation immobilière et foncière, lui ont rapporté un profit net de 2,05 milliards d’euros en 2015.

Cette même année, les autoroutes françaises affichaient un taux de rentabilité de près de 25% pour VINCI, rentabilité permise notamment par la diminution des effectifs salariés du groupe (20.000 en 2006, 13.000 en 2015).


Tract PDF : http://lenumerozero.lautre.net/IMG/pdf/tract_a45v6.pdf

http://lenumerozero.lautre.net/a-St-Eti ... e-Brignais
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre projets d'autoroutes inutiles Imposés

Messagede bipbip » 07 Avr 2017, 15:25

Vendredi 7 avril 2017

« Toi aussi prend ton rond-point ! »

« Tous les vendredis, nous avons décidé d’occuper un rond-point et nous lançons (rééditons) notre appel à voir se multiplier ce genre d’opération... »

Depuis le 17 mars, des opposants au projet Vinci d’une autoroute à péage à l’Ouest de Strasbourg (GCO) ont décidé d’occuper tous les vendredis un ou plusieurs ronds-points pour dénoncer le projet et inviter « Vinci à rentrer chez lui ! ».
Vendredi 7 avril, à partir de 16h30, ils appellent à une nouvelle occupation de ronds-points sur les 22 communes impactées [1] et invitent à la solidarité ailleurs sur le département, la région et la France entière.

Sur le secteur de Duppigheim, le rendez-vous est fixé à 16h30 aux ronds-points sur la D392 à l’intersection avec la D111, entre Duttlenheim et Duppigheim ; et à proximité de l’échangeur avec l’A35, entre Entzheim et Duppigheim : « prévoir banderoles et vos gilets jaunes pour votre/notre sécurité »

Notes
[1] Innenheim • Duppigheim • Duttlenheim • Kolbsheim • Ernolsheim-sur-Bruche • Breuschwickersheim • Achenheim • Osthoffen • Ittenheim • Oberschaeffolsheim • Hurtigheim • Stutzheim-Offenheim • Dingsheim • Griesheim sur Souffel • Pfulgriesheim • Pfettisheim (nouvellement rattachée à Truchtersheim) • Lampertheim • Eckwersheim • Vendenheim • Brumath • Hoerdt • Reischtett •

https://manif-est.info/Toi-aussi-prends ... t-189.html



Samedi 8 avril à Strasbourg

Des opposant au GCO proposent une rencontre-discussion

« Se rencontrer, discuter, suscité l’intérêt, ... » telle est la volonté des défenseurs du Kochserberg et du Ried de la Bruche.

Samedi 8 avril au bar La Pétestroïka à Strasbourg, des opposants au projet GCO, acteur sur le terrain, en partenariat avec la Maison Mimir*, centre social autogéré à Strasbourg, proposent une rencontre-discussion sur la bataille contre le projet Vinci d’une autoroute à péage sur Strasbourg (GCO ou COS / pour Grand Contournement Ouest de Strasbourg). Rendez-vous à partir de 19h au 2 rue Thiergarten.
Lors de cette soirée, ils parleront de la bataille en cours, présenteront le festival des Bishnoïs « la révolte des arbres » qui aura lieu les 29 et 30 avril prochain et annoncent quelques autres surprises.

*Initialement prévu à la maison Mimir, pour des raisons de timing administratif, elle ne pourra pas accueillir la rencontre. La solution de replis se fera au bar La Perestroïka

https://manif-est.info/Des-opposant-au- ... a-188.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre projets d'autoroutes inutiles Imposés

Messagede bipbip » 14 Avr 2017, 06:47

GCO : Poursuivre l’occupation et informer !

Des opposants au projet Vinci d’une autoroute à péage sur Strasbourg poursuivent occupations et informent.

Depuis début février, des opposants au GCO – pour Grand Contournement Ouest de Strasbourg – ont décidé d’être plus présent sur le terrain. Ils ont commencé par organiser une occupation journalière de l’une ou l’autre cabane anti-GCO (il en existe 7 disposés le long du tracé du projet) : l’opération « Occupe ta cabane ». Ce sont essentiellement celles de Vendenheim et surtout Kolbsheim qui l’a été le plus.

Au fil des semaines, la cabane de Kolbsheim, rebaptisée "le spot" par certains, c’est transformée pour devenir une base de vie qui est occupée journellement depuis quelques semaines avec la mise en place d’une permanence le soir après 16h. On y dort même quelques nuits parfois, surtout le week-end. Ce n’est pas encore une ZAD comme on peut connaitre ailleurs à Notre-Dame-des-Landes, Bure ou Roybon, mais l’idée fait son chemin d’autant que les mois qui viennent vont être décisif. Les défenseurs du Kochersberg et du Ried de la Bruche n’ont pas l’intention de laisser Vinci faire ses petites affaires sans réagir.
Depuis quelque temps, ils multiplient les appels pour les rejoindre, venir à leur rencontre, participer à construire une réelle résistance sur le terrain. Il s’en explique dans cet article « Ici aussi, nous combattons Vinci et son monde ! »

... https://manif-est.info/GCO-Poursuivre-l ... r-190.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre projets d'autoroutes inutiles Imposés

Messagede bipbip » 17 Avr 2017, 15:11

Construire l'avenir sans GCO, c'est aussi savoir s'unir pour agir !

Nouvelle mobilisation sur un rond-point (6ème vendredi) pour dire non au GCO et informer. La soirée s'est ensuite poursuivie au spot de Kolbsheim où de belles discussions ont eu lieu. La cohésion se renforce ! Ce week-end, quelques personnes occuperont la cabane de Kolbsheim.

Ce vendredi nous étions une quinzaine sur le rond-point entre Duttlenheim et Duppigheim sur la D392 à l'intersection avec la D111. Nous nous sommes déployé sur les trois intersections de ce rond-point pour nous faire voir de nos banderoles et tracter.
Ici, en Alsace, il faut savoir que le vendredi de Pâques est férié. Pourtant, même si la circulation était moins importante, nous avons mené notre opération sans problème.
Vers 18h, nous avons pris la direction du spot de Kolbsheim. Nous avons formé un cortège bruyant avec nos voitures, histoire de réveiller un peu la population sur notre parcourt. À la cabane, autour d'un bon feu, en fin de soirée, nous avons refait le monde et surtout parlé de notre lutte, de nos espoirs, projets, ... Chacun s'est exprimé dans un moment de cohésion fort.

... https://casnndl-gconddl.blogspot.fr/201 ... -agir.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre projets d'autoroutes inutiles Imposés

Messagede bipbip » 29 Avr 2017, 13:20

les 29 et 30 avril à Ernolsheim/Bruche (67)

2e Festival du Bishnoï

Les opposants au projet Vinci d’une autoroute à péage sur Strasbourg (GCO) organisent leur deuxième festival-militant les 29 et 30 avril à Ernolsheim/Bruche (67)

Des dizaines d’associations environnementales, des concerts, des animations pour enfants, des promenades à dos de poney, des visites guidées naturalistes dans un écrin de verdure condamné par le BTP si rien n’est fait !
Sur scène, Joy and Glory, Caracole, Unbekandt Orkestar et bien d’autres (programme sur le site gcononmerci.org). A côté,les Sapristelles présenteront le dernier épisode de la Révolte des Arbres. Enfin, Tartine Reverdy et les Dangobishnoïs vous inviteront à enlacer les arbres et à écouter en musique l’histoire des fameux Bishnoïs (avec la participation de Léo Maurel)


Image

http://gcononmerci.org/manifs/les-29-et ... -bishnois/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre projets d'autoroutes inutiles Imposés

Messagede bipbip » 04 Mai 2017, 15:17

Lyon jeudi 4 mai 2017

Soirée contre l’A45 le 4 mai, projection de « L’intérêt général et moi »

Rdv jeudi 4 mai à 20h à l’atelier du Chat Perché pour une soirée de mobilisation contre le projet d’autoroute A45 qui prendra la forme d’un ciné-débat-repas autour du film L’intérêt général et moi.

L’A45 est le projet de seconde autoroute entre Lyon et Saint-Etienne, parallèle à l’A47 existante et traversant les coteaux du Lyonnais et du Jarrez.

Ce projet, financé principalement par de l’argent public à hauteur d’environ 850 millions d’euros (état, région, Loire, Saint-Etienne) au profit de Vinci, ne répond ni aux enjeux de transport pour les habitant.e.s, ni évidemment à ceux d’une transition vers une mobilité juste et soutenable. Détruisant des centaines d’hectares de terre agricole de proximité et amenant un nouveau flot de voitures et de pollution vers nos villes, l’information autour de l’A45 doit circuler et la mobilisation s’amplifier.

Contre ce projet d’un ancien temps, couteux et nuisible, en soutien aux territoires et aux paysans des coteaux du Lyonnais et du Jarrez menacés par l’A45, et parce que c’est en réalité tout le travail mené par notre association qui est également menacé par un tel projet, l’Atelier Vélo du Chat Perché vous invite à une soirée conviviale et déterminée de mobilisation contre l’A45 :

Jeudi 4 mai à 20h
Ciné-débat-repas autour du documentaire L’intérêt général et moi
à l’Atelier Vélo du Chat Perché, 29 rue Salomon Reinach, Lyon 7e, chatperche.org
Participation libre reversée au film et à la lutte

https://rebellyon.info/Soiree-contre-l- ... tion-17739
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre projets d'autoroutes inutiles Imposés

Messagede bipbip » 05 Mai 2017, 16:19

GCO : Se faire voir et informer

Après une courte pause dû au festival-militant des 29 et 30 avril « la révolte des arbres », le groupe terrain contre le GCO reprennent leur opération d’occupation de rond-point.

Vendredi 5 mai, les opposants occuperont une nouvelle fois le rond-point entre Duttlenheim et Duppigheim, à l’intersection entre la D111 et D392. Le rendez-vous est fixé à partir de 16h30. Pour la sécurité des manifestants, il est demandé de prévoir son gilets jaunes et pour se faire voir : prévoir panneaux et banderoles.
A l’issue de l’occupation, les anti-GCO donnent rendez-vous au spot de Kolbsheim pour un apéro-repas partagé. Chacun amène de quoi partager un moment solidaire et convivial. Ce rassemblement à la cabane, sera également l’occasion d’une rencontre-discussion sur les suites à donner à la résistance.

https://manif-est.info/GCO-Se-faire-voi ... r-211.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre projets d'autoroutes inutiles Imposés

Messagede bipbip » 08 Mai 2017, 16:51

Autoroutes : Vinci goudronne (et il n’est pas le seul)

Malgré la saturation du territoire français en la matière, huit nouveaux projets autoroutiers sont en construction, principalement motivés par le développement économique qu’ils vont créer. Mais cet argument est démenti par les faits.

Quels que soient leurs objectifs locaux et leurs formes, les projets dont il est question reposent sur un argument qui n’est en fait qu’une croyance : qui dit grands travaux et « mobilité » dit croissance, création d’emplois, dynamisme économique.

Cette foi aveugle, et la détermination des élu.es à goudronner tout ce qui se présente, se maintiennent au mépris des connaissances scientifiques montrant que ces résultats tant attendus ne sont pas forcément au rendez-vous.

Et non seulement l’argument est fallacieux, mais il masque les impacts négatifs de ces projets sur certains territoires, qui vont subir les travaux sans être desservis par l’autoroute.

Une partie de ces projets territoriaux sont dans les tuyaux depuis quarante ans, telle l’autoroute A355 appelée « GCO » (grand contournement ouest) à Strasbourg, ou l’A680 entre Toulouse et Castres. Les deux chantiers, issus des Trente Glorieuses où l’État pensait la réforme en termes d’investissement, sont devenus des investissements assumés par Vinci en échange d’une concession (durable) sur le territoire.

Développement territorial et autres fausses prophéties

Si la conscience écologiste actuelle amène à contester ces projets pour défendre le cadre de vie, la propriété terrienne, ou pointer la pollution, et si les riverains et riveraines de ces projets (élu.es, habitantes et habitants) s’affrontent en fonction de leurs intérêts, il semble qu’un front de lutte organisé ait du mal à se développer. Alors que ces projets sont d’ordre structurel, relevant de l’idéologie de l’aménagement du territoire, on ne dépasse pas le stade de luttes ponctuelles et isolées. Il y a là un vide politique et syndical.

Pourtant, en regardant de près les deux cas de l’A355 et de l’A680, on peut dégager plusieurs axes de lutte communs. En premier lieu, il faut faire un sort à l’argument des créations d’emplois. Les économistes et les géographes ont compris depuis les années 1970 que les infrastructures de transport ne créent pas d’emplois mais contribuent plutôt à leur relocalisation aux points d’entrée (cf. les travaux de F. Plassard ou encore l’article de J.-M. Offner [1]), et qu’il en va de même pour les logements. Or à Castres, on prophétise que l’A680 engendrera une revitalisation du bassin d’emploi Castres-Mazamet. Même son de cloche du côté de Strasbourg, où on promet 2000 emplois et 450 logements nouveaux (déjà, cherchez l’erreur) grâce à la reconversion de l’ex-raffinerie de pétrole de Reichstett en « écoparc » et en zone industrielle, desservis par l’échangeur de Reichstett...mais d’ici 2030 [2].

Tout cela est bien évasif. Par ailleurs, un emploi dans une zone industrielle de chargement veut juste dire une qualification de cariste et un Smic. On est loin de la requalification des 900 emplois perdus lors de la fermeture de la raffinerie en 2011 ! Pas de requalification mais de la « relocalisation », et les élu.es font passer ça pour du progrès. Pour finir, les 450 logements seront bâtis sur 30 hectares de terres aujourd’hui agricoles.

Mais ces contre-arguments sont totalement absents des luttes, probablement parce que le chantage à l’emploi calme les esprits, et aussi parce que les habitants et habitantes de ce futur territoire dévasté ne sont pas encore là.

Au-delà de la question de l’emploi, le soi-disant développement économique promis repose toujours, depuis les années 1970, sur un modèle de création destructrice. À Castres, à l’époque des premières négociations autour de l’A680, les élu.es et décideurs s’étaient affronté.es sur la pertinence de cet axe routier vers Toulouse, du fait de liens économiques plus forts avec les ports méditerranéens qui favorisaient d’autres axes. Aujourd’hui la donne a changé, les industries de peaux, cuirs et textiles ont fermé leurs portes et l’agglomération Castres-Mazamet se tourne plus vers la métropole toulousaine, d’où le retour au projet d’A680. Mais que les lubies autoroutières soient nouvelles ou anciennes, elles empêchent toujours d’envisager la réduction des réseaux pour favoriser le développement local, mot pourtant cher aux décideurs.

Vernis écologiste

Voilà pourquoi on taxe ces projets d’ « inutiles », car du point de vue de la qualité de vie, la seule certitude que peut donner le renforcement des réseaux routiers, c’est qu’on trouvera du travail… plus loin ; qu’on sera obligé de posséder une bagnole pour ça. Et qu’on aura détruit des espaces naturels et agricoles supplémentaires pour la construction de zones d’activités et de pavillons à proximité des échangeurs (lire sur les Cafés géographiques de Toulouse, Qu’est-ce qu’une autoroute ?, Michel Cohou [3]). Création destructrice, donc, malgré le vernis écologiste contemporain qui vante des chantiers « responsables » grâce à la dépollution des sites et à la gestion des déchets engendrés. Tout ceci est connu, il s’agit donc d’accepter que ces projets sont néfastes bien plus qu’inutiles.

La question du prix des autoroutes est aussi un gros morceau. Comment faire accepter qu’un Toulouse-Castres-Toulouse coûtera désormais 15 euros, pour garantir une rente à Vinci, concessionnaire du nouvel axe ? Y interdire le transit aux poids lourds ne fait qu’augmenter leur temps de trajet, et donc le prix de vente final des produits (mais ça on ne le dit pas).

Comme cela ne suffit pas, les arguments de l’écologie capitaliste peuvent entrer dans la bataille. À Strasbourg, l’autoroute actuelle pourrait redevenir une nationale, avec feux rouges, etc. La mairie fait valoir le bien-être dans la ville, la réduction du trafic... En fait, le conducteur friqué rejoindra le GCO payant, tandis que le prolo ira sur sa nouvelle nationale pleine de camions, avec moins de véhicules certes, mais toujours à l’arrêt. Il semble en effet complètement illusoire de voir une quatre voix désertée, tout autant que la pollution se dissiper.

Les premiers opposants de poids à tous ces projets sont les maires, ce sont aussi les premiers informés comme les 18 maires contre l’A680, la suite viendra ou non. Ce sont aussi eux qui peuvent faire entrave, comme le maire de Reichstett qui soutient le GCO et musele un magnifique nœud de contestation. En Alsace plusieurs foyers d’en-zad-ification se font jour contre l’autoroute, un journal est créé, Béton et biftons. Mais les foyers de luttes, éloignés, ne parviennent pas à globaliser concrètement leur contestation.

Paul et Reinette Noyée (AL Tarn et Aveyron)


[1] Voir sur le site Persee.fr, « Les “effets structurants” du transport : mythe politique, mystification scientifique ».

[2] Voir sur Alsace.alternativelibertaire.org, « La friche de Reichstett, comme on nous parle ».

[3] Voir le site Cafe-geo.net.

http://www.alternativelibertaire.org/?A ... as-le-seul
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre projets d'autoroutes inutiles Imposés

Messagede bipbip » 02 Juin 2017, 08:53

Boum et bouffe de lutte contre l’A45

Soirée contre l’A45, à la Gueule Noire (16, rue du Mont) le vendredi 2 juin.
Prix libre.

- à 19h : Bouffe de lutte, discussion sur le projet d’autoroute et les mobilisations à venir. Présentation de la marche contre l’A45 qui aura lieu fin juin, de St-Étienne à Lyon : pourquoi et comment y participer...

(Happy hour ! jusqu’à 20h)

- à partir de 21h jusqu’à plus soif, Boum avec
Les Chevals Hongrois (rap artisanal / Lyon)
Au fond du Furan (DJ / Sainté)
Le cri de ralliement sound system (princes intergalactiques de la boum / vallée du Gier)
Selecta "el professor" (ska, rocksteady, reggae)
Renoi (rap / Sainté)

http://lenumerozero.lautre.net/Boum-et- ... ntre-l-A45
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre projets d'autoroutes inutiles Imposés

Messagede bipbip » 03 Juin 2017, 11:52

Strasbourg

GCO : On enracine la lutte les 3, 4 et 5 juin

Dans la lutte contre le projet Vinci d’une autoroute à péage sur Strasbourg (GCO), le spot de Kolbsheim est devenu au fil des semaines une base de vie où les opposants se retrouvent. Les 3, 4 et 5 juin, ils enracinent la lutte avec le démarrage d’un chantier participatif, des rencontres, de la joie et de la détermination.

Depuis septembre 2016, des électrons libres, des habitants impactés par le projet et des militants issus du collectif GCO NON MERCI multiplient les actions et manifestations en plus de celles pilotées par le collectif d’opposants, dans une dynamique impulsée des suites du démarrage des prétravaux de sondages archéologiques et géothermiques par SOCOS/ARCOS filiales de VINCI : blocages et perturbations de chantiers, manifs durant l’enquête parcellaire (octobre-novembre 2016) ou encore, participation aux marches des cabanes entre décembre et mars 2017 (à raison d’une marche tous les 15 jours).
En février, une présence sur le terrain s’est accentuée avec l’occupation d’une ou plusieurs cabanes – elles sont 7 réparties sur le tracé du projet – dans une opération baptisée « Occupe Ta Cabane ». Ce sont essentiellement celles de Vendenheim et de Kolbsheim qui ont été le plus occupées. Tout ayant commencé à celle de Stutzheim. Au fil des semaines, la cabane de Kolbsheim, rebaptisé le "spot de Kolbsheim" est devenue une base de vie que les opposants occupent de façon régulière, notamment en journée et à quelques occasions la nuit.
En mars, en plus de l’occupation du spot, des opposants ont lancé l’opération « Occupe Ton Rond-point ». Tous les vendredis, en fin d’après-midi depuis le 17 mars, ils occupent un ou plusieurs ronds-points, notamment sur le sud du tracé du côté de Duppigheim, dans une ambiance bon enfant pour se faire voir, être vus et... informer !

« Pour autant, cela ne suffit pas ! Devant le défit qui les attends d’ici à la fin de l’année, enraciner encore un peu plus la lutte est devenue nécessaire » – lancent les opposant dans leur article-événement.

Durant le premier week-end de juin, les 3, 4 et 5 juin, des électrons libres, habitants impactés et militants du collectif d’opposants, nous invitent au lancement d’un chantier participatif d’une deuxième cabane sur le spot de Kolbsheim, une construction qui se veut être plus vaste que celle déjà existante sur le spot, dans l’idée de pouvoir se retrouver plus facilement, de l’occuper et préparer la résistance dans de meilleurs conditions. Rendez-vous samedi 3 juin à partir de 9h.

Pour le chantier, ils auront des besoins matériels : palettes, chevrons, planches, clous, vis, tôles, ... – une liste va être affinée, vous pourrez la consulter sur l’article-source de l’événement ici.

Ce week-end sera également l’occasion de rencontres, discussions et musiques. « Lutter, ce n’est pas simplement s’opposer pour s’opposer. Notre société en mutation, la défiance face aux politiques, nos approches sur la vision de chacun sur notre monde en devenir est autant de richesse dans la réflexion de ce que nous voulons pour demain. Nous pourrons en parler ! » – précisent-ils – « Combattre Vinci, c’est aussi dénoncer le monde qui l’entoure, ce 1% face au 99% que nous sommes ! »

Les 3, 4 et 5 juin, enracinons la lutte contre le GCO ! Vinci Dégage ! Vinci Geh Heim !

Image

https://casnndl-gconddl.blogspot.fr/201 ... lutte.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre projets d'autoroutes inutiles Imposés

Messagede bipbip » 11 Juin 2017, 12:45

Saint-Étienne

L’assemblée contre l’A45, mais pas seulement... aura lieu le mardi 13 juin à 18h30 sur la place du pain levé... (au bar à mioche si il flotte).

Ce sera la dernière assemblée avant la marche sainté Lyon, et puis avant le week-end festif des 1 et 2 juillet prochain .

http://lenumerozero.lautre.net/Assemble ... ement-3469
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Contre projets d'autoroutes inutiles Imposés

Messagede bipbip » 12 Juin 2017, 11:24

GCO : Les opposants enracinent la lutte au spot de Kolbsheim


Durant le week-end de Pentecôte, les anti-GCO ont démarré un chantier d’agrandissement du spot de Kolbsheim, leur base de vie qu’ils veulent plus fonctionnelle par tous les temps.


Décidées voilà plusieurs semaines, le chantier d’agrandissement du spot de Kolbsheim est entré dans sa phase active durant le week-end des 3, 4 et 5 juin. De nombreuses personnes sont venues participer aux travaux et ou ont apporté du matériel. Parmi elles, des copains lorrains engagés contre les gaz de couche sont venus prêter main-forte, ainsi que des écologistes.

Malgré une météo capricieuse, une nouvelle cabane est sortie de terre. L’objectif : enraciner encore un peu plus la lutte contre le projet Vinci d’une autoroute à péage sur Strasbourg. Pour les opposants, construire une nouvelle route n’a pas de sens. Elle ne règle rien des problématiques strasbourgeoises en matière de transport et de pollution. Il existe des alternatives et ils souhaitent profiter de la nomination de Nicolas Hulot au ministère de la Transition écologique pour l’interpeler et réclamer un moratoire. En attendant, les plus motivés vont poursuivre les travaux sur le spot de Kolbsheim afin d’en faire leur QG. Au programme des prochains jours : démontage de palettes, assemblage d’éléments pour les murs. Samedi matin, poursuite du chantier et assemblage des murs.

Côté matériel, ils ont des besoins. Dans les priorités : ils recherchent des lattes de grandes tailles, une dizaine de chevron, des palettes de type "europalette", des poteaux de 60x60 (longueur +/- 1m), des tôles de toit (+ 50m2), des gouttières (+/- 15 m), des tonneaux, ... La liste n’est pas exhaustive. Retrouvez l’ensemble des besoins ici : https://goo.gl/nm5Di7

Source article NON GCO « VINCI GEH HEIM »

https://manif-est.info/GCO-Les-opposant ... m-245.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Écologie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités