Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015...)

Nucléaire, OGM, projets inutiles, ZADs ...

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede digger » 20 Déc 2017, 10:02

Pour préparer l'évacuation de la zad et des "ultras-violents",rien de tel qu'une bonne vieille campagne de désinformation. Une de plus,mais il faut un niveau supérieur à chaque fois.
Alors les flics ont établi un dossier sur tous les "moyens de défense secrets" mis en place sur la zad avec des photos prises sur....internet et les journalistes du Journal du Dimanche en ont rajouté.
Une petite grotte creusée avec des marches rudimentaires en bois, c'est quoi à votre avis ? Moi, ce serait pour mettre des bonnes bouteilles. Pour eux, c'est une cache d'arme pardi,ou des tunnels pour fuir
Bon, il reste encore le stockage d'armes nucléaires, chimiques et bactériologiques. Après je vois pas niveau preuve d'ultra-violence
Le «Journal du viewtopic.php?f=73&t=12604Dimanche» a-t-il inventé une cache d'armes dans la ZAD de Notre-Dame-des-Landes ?
http://www.liberation.fr/checknews/2017/12/19/le-journal-du-dimanche-a-t-il-invente-une-cache-d-armes-dans-la-zad-de-notre-dame-des-landes_1617693
A Notre-Dame-des-Landes, “le Vietnam des pauvres” menace la France d’une “guérilla”
http://www.telerama.fr/television/a-notre-dame-des-landes,-le-vietnam-des-pauvres-menace-la-france-dune-guerilla,n5402676.php
digger
 
Messages: 1984
Enregistré le: 03 Juil 2011, 07:02

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede digger » 23 Déc 2017, 09:58

Dans un post récent, je parlais du débat sur "l'après-aéroport" (parce qu'il n'y aura pas d'aéroport quelle que soit la décision de Jupiter, qui ira rejoindre César). Toutes les composantes de la lutte sur le terrain se sont mises d'accord pour continuer à se référer aux six points (aussi rappelés dans le post de la page précédente)
L'assemblée des usages s'est réunie mercredi 13 décembre et a validé la
création d'une délégation pour négocier avec l'Etat au moment opportun
afin de porter les 6 points: que tout.e.s les habitant.e.s de la zad
puissent rester, légaux comme illégaux, que toutes les activités qu'on y
mène puisse subsister, le gel de la situation foncière et l'absence
d'expulsions.

Côté occupant.e ce n'était pas une décision facile à prendre, mais
l'envie de continuer à travailler main dans la main avec les autres
composantes de mouvement, nous pousse à faire le pari qu'une entité
issue de l'assemblée des usages puisse être décisionnelle sur les terres
issues de la lutte.


PS Si des éditeurs-trices viennent sur le FAR, nous sommes quelques-un-es sur la zad et autour à traduire collectivement Growing Green: Animal-Free Organic Techniques
digger
 
Messages: 1984
Enregistré le: 03 Juil 2011, 07:02

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede bipbip » 26 Déc 2017, 18:36

Décidément les mensonges continuent…
Depuis la remise au premier ministre du rapport des médiateurs, la fébrilité des porteurs du projet s’est aggravée. Ceux-ci utilisent à nouveau des arguments dont la médiation a pourtant montré de façon détaillée les faiblesses. C’est ainsi que tout récemment le Syndicat Mixte Aéroportuaire a écrit un courrier au Président de la République pour lui donner, en toute objectivité sans doute, des éléments correctifs au rapport sur neuf points. L’Atelier Citoyen ne pouvant laisser passer de telles contre-vérités y répond point par point. Il n’est décidément pire sourd que celui qui ne veut entendre…
> Lire la réponse de l’Atelier Citoyen : http://www.ateliercitoyen.org/wp-conten ... SMA-PR.pdf
https://www.acipa-ndl.fr/actualites/com ... continuent

Tapis dans le bocage : la vérité sur les armes...

Alors que l’hypothèse d’un abandon officiel du projet d’aéroport se dessine enfin, on assiste en parallèle à une campagne politique et médiatique de diabolisation des "zadistes". A partir de quelques photos et informations diffusées par des services de gendarmerie, nous voyons, depuis quinze jours, enfler des fables reprises sans aucune gêne d’articles en plateau télé par une cohorte d’"analystes", élu.e.s et journalistes. Ceci sans que les un.e.s ou les autres semblent souvent se préoccuper de vérifier quoi que ce soit avant publication.

Dans une atmosphère digne d’une mauvaise Cendrillon, un puits se transforme alors en tunnel viet-cong, des bâtons plantés dans un talus en une herse sanguinaire, des zadistes kamikazes attendent du haut des arbres pour mourir en se jetant sur la police et les sentiers empruntés quotidiennement par tout un chacun sur la zad sont piégés de toute part.

Au final, la zad serait habitée par une bande de 150 fous furieux tapis depuis des années dans le bocage le couteau entre les dents, occupés à essayer tant bien que mal de souder dans la boue des lames de rasoir sur des boules de pétanque. Il arrive heureusement parfois que des journalistes fassent aussi leur travail et que certains des mensonges les plus grossiers soient démasqués : le couple mascotte de riverains indignés contre la zad au printemps 2016 étaient de faux voisins ; le JDD a dû s’excuser mardi pour ses fausses "photos secrètes des armes de la zad"...

Ce n’est pas la première fois que nous avons à faire face à ce type de campagnes médiatiques, qui nous informent avant tout sur les fantasmes de leurs auteurs. Leurs boniments hargneux peuvent bien nous faire rire parfois lors des veillées hivernales. Mais nous n’oublions pas, qu’au-delà de vendre du papier, ils appuient des objectifs précis et pourraient avoir des conséquences funestes.

Pour préparer l’opinion à une éventuelle évacuation de la zad, il faut, de nouveau, créer l’image la plus étrangère et la plus anxiogène possible des personnes que l’on s’apprête à réprimer. Il s’agit d’opérer, dans les représentations, le glissement de la catégorie de "militant.e.s" vers celle de "terroristes". Ce que le tableau des "djihadistes verts" vient alors légitimer, c’est que l’on emploie éventuellement demain des moyens de répression extrêmement brutaux et possiblement inédits contre nous.

On retrouve dans tous ces récits la traduction d’une volonté classique de diviser un mouvement, en tentant de stigmatiser et d’isoler de leurs alliés les franges qui apparaissent comme les plus gênantes. Il faut dire qu’il y a visiblement dans ce pays une foule de décideurs pour qui la zad et le mouvement anti-aéroport représentent dans leur ensemble un insupportable affront. Pour ceux qui sentent bien que, pour une fois, le vent pourrait tourner en leur défaveur, le mot d’ordre semble clair : "Aéroport ou pas, vengez nous au moins des zadistes !". Et ce quand bien même le sens de la décision annoncée par le gouvernement finirait par donner raison à celles et ceux qui auront défendu ce morceau de bocage.

Mais si la question de l’évacuation de la zad est restée depuis 2012 ingérable pour l’Etat, cela n’a jamais tenu en soi à la question de 150 soi-disant "ultra-violents", finalement aisément éjectables en d’autres circonstances. Ce que celles et ceux qui crient au loup cherchent à gommer c’est que le gouvernement fait face depuis des années à un mouvement populaire impliquant des voisin.e.s et des paysan.ne.s, des associations et des groupes informels, des syndicats ou des comités de soutien dans toutes la France. Et ce mouvement, dans toute son hétérogénéité, a l’insolence de s’être donné les moyens de faire front commun. Si le ministère de l’Intérieur, à l’automne dernier, prévoyait en cas d’expulsion de mobiliser jusqu’au deux tiers des effectifs policiers disponibles dans ce pays, ce n’est pas parce qu’il devrait régler le problème d’une quelconque avant-garde combattante isolée, mais bien parce qu’il ferait face à des dizaines de milliers de personnes prêtes à résister sur le terrain. Ces dizaines de milliers de personnes ce sont, entre autres, celles qui sont venues planter leurs bâtons le 8 octobre 2016 sur le sol de la zad et qui demain, si le gouvernement s’entêtait, seraient partout sur les routes et dans les champs pour arrêter la police et les tractopelles. Ce sont aussi toutes ces personnes qui aux quatre coins du pays iraient occuper leur mairie, leur préfecture ou les places de leur ville en signe de protestation.

Cette détermination n’a rien de nouveau. Déjà à l’automne 2012, 2000 policiers avaient été mis en échec par des semaines d’opposition physique extrêmement hétérogène - des personnes derrière des barricades ou dans des cabanes dans les arbres, d’autres allongées sur les routes ou entrelacées sur les toits des maisons, des tracteurs enchaînés et des chantiers constants de reconstruction. Ce que cette résistance improbable avait alors suscité c’était un élan de soutien massif dans toute la région. Ce qui a changé depuis 2012, c’est que la zad est devenue plus emblématique encore et que les solidarités multiples qu’elle suscite se sont densifiées.

Dans le fond, ce que la focalisation pour les "pièges cachés" et les "boules de pétanque" cherche à mettre sous le tapis c’est qu’il ne s’agit pas simplement pour les habitants et usagers de la zad, anciens et nouveaux, d’empêcher la destruction d’un territoire mais aussi de réinventer d’autres mondes possibles. A ce niveau, il convient de préciser qu’il n’y pas sur la zad des "ultra-violents" d’un côté et des "néo-ruraux" de l’autre, mais une diversité de personnes déterminées à vivre et lutter ensemble. Nous ne séjournons pas dans des casernes mais construisons pas à pas depuis des années des formes de vie, d’habitat et d’activités fondées sur le partage, la rencontre, le soin du vivant et des biens communs.

Pour tous ceux qui, derrière leurs beaux discours, comptent bien continuer à tirer profit de la destruction des ressources naturelles, des inégalités croissantes et de la domestication des populations, il est visiblement inacceptable que quiconque essaie de s’organiser - de manière un tant soit peu visible et conséquente - à contre courant de leurs valeurs mortifères. Et pourtant, on peut parier, face à un monde qui va droit dans le mur, que ce qui se tente concrètement sur la zad de Notre-Dame-Des-Landes - et dans d’autres espaces - pour reprendre sa vie en main, continuera à être jugé essentiel et soutenu par un nombre de plus en plus important de personnes.

Des habitant.e.s de la zad.


https://zad.nadir.org/spip.php?article4971


« Pour que la ZAD demeure un grenier de luttes »
Entretien fleuve avec des occupant·es de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
« Zone en état de siège permanent », « caches d’armes à feu » voire « risque de morts ». Depuis la remise au gouvernement du rapport sur le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes le 13 décembre dernier, la même rengaine d’une ZAD aux mains de « professionnels de la contestation » qui piétine l’ordre républicain revient sur le devant de la scène médiatique. À l’heure qu’il est, tout reste encore possible : abandon du projet par le gouvernement, expulsion des occupant·es, ultime report d’une décision presque impossible. Entretien long format avec des occupant·es de la ZAD sur les derniers mois du mouvement et les perspectives de lutte, aussi réjouissantes que périlleuses.
... http://jefklak.org/?p=5418


Appel à dons pour Sème Ta ZAD
Sème Ta ZAD, c’est l’assemblée qui regroupe des personnes et des groupes qui font de l’agriculture de lutte sur la ZAD : cette année, c’était une douzaines d’hectares de sarrasin, 1,5 ha de tournesol, 1 ha de patates, quelques dizaines d’ares d’oignons, de lin et de haricots, 4 parcelles de petit maraîchage, pas mal de prairies occupées par une dizaines de vaches laitières et un troupeau de moutons, deux vergers, un jardin de plantes médicinales. C’est aussi un atelier de meunerie, deux boulangeries, une fromagerie, un groupe qui entretient les haies et bois, un séchoir pour les plantes médicinales, un « non marché » hebdomadaire à prix libre, quelques vieux tracteurs, pas mal d’outils et un atelier de mécanique agricole. C’est une façon de résister contre l’aéroport et son monde en occupant les terres, de se nourrir et d’approvisionner d’autres luttes, de pratiquer l’agriculture paysanne en dehors des circuits officiels, sans rémunération mais sans endettement individuel. En mutualisant les tracteurs, les outils et la terre, et en partageons les savoirs, on ouvre la possibilité de faire de l‘agriculture à des gens des horizons diverses. Sème Ta ZAD participe aussi, notamment avec le collectif de paysan-ne-s professionnels COPAIN 44, à des actions et des manifestations en lien avec la défense de l’agriculture paysanne et vivrière, les luttes sociales et aux mobilisations du mouvement contre l’aéroport et son monde
... https://zad.nadir.org/spip.php?article4965


Appels en vue de la prise de position du gouvernement

Rappel des différents appels à rassemblement lancés par diverses composantes du mouvement de lutte contre l’aéroport en prévision des événements à venir :
• Appel à un rassemblement le 10 février, lendemain de l’expiration de la DUP [à lire ici https://zad.nadir.org/spip.php?article4959] Appel en vue de la prise de position du gouvernement sur l’avenir du projet d’aéroport à NDDL [à lire ici https://zad.nadir.org/spip.php?article4876]
• Appel du Comité Nantais Contre l’Aéroport en vue de la prise de position du gouvernement sur l’avenir du projet d’aéroport à NDDL [à lire ici https://nantesnecropole.noblogs.org/pos ... rt-a-nddl/]
• Rassemblements locaux en cas d’expulsion de la ZAD [à lire ici https://zad.nadir.org/spip.php?article4041]
• - Appel de la ZAD face aux menaces d’expulsion ! [à lire ici https://zad.nadir.org/spip.php?article4027]

Autres ressources
• Les 6 points "Parce qu’il n’y aura pas d’aéroport" : [à lire ici https://zad.nadir.org/spip.php?article3334]
• APPEL & organisation : "ZAD-NDDL : s’ils reviennent..." [à lire ici https://zad.nadir.org/spip.php?article3188]
• Le précieux livret de formation : [à lire ici https://zad.nadir.org/IMG/pdf/livret-fomations-zad.pdf]
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 23988
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede bipbip » 28 Déc 2017, 18:20

Notre-Dame-des-Landes, retour en images sur 10 ans de lutte

En 2008, la préfecture de Nantes officialisait la « déclaration d'utilité publique » du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, et relançait un vieux projet enterré depuis les années 1970.

En 2018, le gouvernement se prononcera définitivement la question de l'abandon ou du maintien des travaux.

Entre temps, en 2009, un « camp action climat » amorçait une phase d'occupation de la ZAD. En 2012, une immense offensive policière était repoussée par la résistance des occupants et leurs soutiens. Entre 2012 et 2016, une série de manifestations réunissait à chaque fois des dizaines de milliers de personnes au cœur de Nantes, sur le périphérique, et sur la zone, dans une extraordinaire diversité, une grande combattivité et une incroyable créativité.

Pour Noël, 42 photos sur une décennie de lutte hors norme, qui pourrait bien arracher la victoire ...

https://www.facebook.com/Nantes.Revolte ... =3&theater
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 23988
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede Pïérô » 29 Déc 2017, 01:00

Emission du 20 décembre 2017 sur Notre Dame des Landes
Demain Le Grand Soir sur radio béton Tours
à écouter : http://demainlegrandsoir.org/spip.php?article1798


Quel avenir pour la Zad de Notre-Dame-des-Landes

Si l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes est abandonné, que pourrait devenir la Zad? Une zone d'expérimentations où cohabiteraient paysan.ne.s et anciens squatteurs défend le mouvement qui s'est battu contre l'aérogare.
Discussion entre Thomas et Camille, deux habitant·e·s, Angélique, paysanne et Jean-Marie, naturaliste en lutte.

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20586
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede bipbip » 04 Jan 2018, 18:35

Un Collectif syndical contre l’aéroport à NDDL et son monde

La manifestation du 1er mai à Nantes a été l’occasion de la première apparition du « Collectif Syndical contre l’aéroport à NDDL et son monde1 ». Cette première apparition a été une réussite : Le « cortège syndical contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes a réuni le plus grand nombre de manifestants et manifestantes du défilé traditionnel du 1er Mai à Nantes »2. Au delà de ce succès, ce collectif, atypique, semble porteur de nombreux espoirs.

La naissance du collectif à l’automne 2016 ne relève évidemment pas d’une génération spontanée. Dès la naissance du mouvement contre l’aéroport, des syndicalistes se sont engagé-es dans ce combat. Il en est ainsi de la CNT qui non seulement a toujours été présente aux mobilisations unitaires, aux grandes manifestations organisées soit à Nantes, soit sur le site de Notre-Dame-des-Landes, mais qui participe depuis février 2016 à l’occupation du site en y gérant une ferme, « La Pointe ». Il en est de même pour l’Union Syndicale Solidaires qui elle aussi a été de toutes les mobilisations et participe au niveau national comme au sein du département aux différents collectifs de lutte contre l’aéroport.

... http://www.lesutopiques.org/collectif-s ... ddl-monde/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 23988
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede digger » 05 Jan 2018, 21:06

Image


Pourquoi converger massivement sur la zad le 10 février ?

Depuis des décennies, les 1650ha de la zad sont menacés par un projet d’aéroport climaticide, destructeur de terres nourricières, de zone humides et de liens sociaux. En lieu et place de ce projet, des paysan.ne.s résistant.e.s ont continué de vivre sur leurs terres et de nouveaux.elles habitant.e.s sont arrivé.e.s dans les 10 dernières années. Il s’invente sur la zad des formes de vie, d’habitats et d’agriculture fondées sur le partage, la rencontre, le soin du vivant et des biens communs.

Le 9 février, la Déclaration d’Utilité Publique du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes aura 10 ans. Si le gouvernement, à l’issue de la médiation nommée il y a 6 mois, décide enfin d’abandonner ce projet mortifère, le 9 février marquera la fin officielle de la Déclaration d’Utilité Publique. Nous serons alors heureux de célébrer la préservation de ce bocage, avec toutes celles et ceux qui ont accompagné cette longue histoire de lutte au cours des dernières décennies. Nous convergerons pour poser ensemble les prochains jalons de l’avenir de la zad de Notre-Dame-des-Landes.

Si le gouvernement décidait envers et contre tout de s’entêter, il nous faudrait alors être aussi fort nombreux.ses à réaffirmer notre volonté d’empêcher le démarrage des travaux et de toute expulsion sur la zad.


Quelle que soit la position du gouvernement suite au rapport de la médiation, et en espérant le meilleur pour la suite, nous vous appelons donc à vous organiser dès aujourd’hui pour se retrouver sur la zad le 10 février et enraciner son avenir.

Pour plus d’infos : http://www.acipa-ndl.fr - [url]zad.nadir.org[/url] -
Pour des demandes de renseignements spécifiques sur le 10 février : 10fevndlzad@riseup.net
digger
 
Messages: 1984
Enregistré le: 03 Juil 2011, 07:02

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede digger » 07 Jan 2018, 17:34

Pour le rassemblement du 10 février, recherches/offres d'hébergements,covoiturages, etc...à http://www.annonces-ndl.org/
digger
 
Messages: 1984
Enregistré le: 03 Juil 2011, 07:02

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede digger » 09 Jan 2018, 07:28

Au cas zou....

Ces derniers jours les rumeurs les plus folles circulent, évoquent une intervention policière avant le rendu de la décision présidentielle.

Nous souhaitons vous rappeler que, comme les années précédentes, lesinformations vérifiées seront publiées sur le site de la zad (zad.nadir.org) et de l'acipa (acipa-ndl.fr).

Si votre comité souhaite être prévenu par téléphone en cas d'alerte, il est possible d'envoyer UN numéro de téléphone par comité au téléphone d'urgence (06 43 92 07 01). Un et seulement un, charge à vous ensuite de relayer l'info: il est peut être temps de refaire vos chaines téléphoniques :)

Donc envoyez " merci d'inscrire le comité de xxx avec le no 06....".
digger
 
Messages: 1984
Enregistré le: 03 Juil 2011, 07:02

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede bipbip » 11 Jan 2018, 16:36

Les bébés de la Zad de Notre-Dame-des-Landes
C'est un aspect méconnu de la « Zone à défendre », occupée par les militants anti-aéroport, au nord de Nantes: certains y font souche, avec leurs enfants, souvent très jeunes. Une dizaine au total.
Le rendez-vous a été donné dans une ferme occupée, au fond d'un chemin baigné de soleil d'hiver. Dans cette zone d'aménagement du futur aéroport, à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), préservée du remembrement depuis le lancement du projet dans les années 1970, les haies sont hautes et la nature foisonnante.
Avant d'arriver, on croise des piles de pneus en bord de route, prêtes à barrer le passage. Puis on aperçoit un groupe de caravanes et de cabanes entourant une maison servant de lieu collectif. Des panneaux de bois signalent qu'il faut faire attention aux enfants... Deux cents mètres plus loin, c'est la ferme.
"Black Pampers"
Lucie, Caroline et Wissem nous y attendent. Ils font partie d'un nouveau groupe, baptisé « Black Pampers, parents d'enfants de la Zad ». Ils ont débattu pour savoir s'il fallait ou non accepter notre proposition de rencontre. Ces trois-là ont dit oui.
Pourquoi ? « On présente souvent les zadistes comme des gens de passage qui viennent pour la bagarre, explique Wissem. Nous, on n'est pas de passage. On est là pour vivre ici », insiste d'une voix tranquille ce jeune éleveur de vaches, attendri par le bébé qui babille sur son ventre.
Lucie, maraîchère et mère d'une toute petite fille, poursuit : « Pour nous, défendre la Zad, c'est y habiter, y construire sa maison, cultiver la terre et faire ça avec nos enfants. »
La Zad n'est pourtant pas le royaume des Bisounours. Depuis 2010, date de l'installation des premiers occupants illégaux, elle a connu des épisodes peu glorieux, comme le pillage d'un camion perdu sur ces petites routes du nord de Nantes. Mais c'est un univers complexe, aux multiples facettes.
Ils sont « une dizaine de parents d'enfants » sur la zone, au milieu d'une population de 200 adultes. Des jeunes zadistes ont fait des bébés. Des petits-enfants d'occupants historiques aussi. « La troisième génération... »
... https://www.ouest-france.fr/pays-de-la- ... es-4693758

Paysans, ils ont choisi de s’installer sur la Zad de Notre-Dame-des-Landes
Virginie et Xavier, paysans-herboristes depuis cinq ans en Ille-et-Vilaine, viennent de s’installer à Notre-Dame-des-Landes. Un choix dicté par le désir d’imaginer d’autres possibles.
Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) reportage
... https://reporterre.net/Paysans-ils-ont- ... des-Landes


VIDÉO - La Zad racontée par celles et ceux qui y vivent
« Ce week-end, sur la Zad, j’ai compris le sens du commun. » La narratrice de cette vidéo raconte la première fois qu’elle est venue à Notre-Dame-des-Landes, combien elle a été touchée par cet « étrange miracle » d’une lutte dont la « puissance (…) brise les sombres tempêtes qui se lèvent aujourd’hui ».
Il y a quelques jours encore, on pouvait voir sur la Zad tel ou tel habitant parcourir la zone à vélo pour tourner les derniers plans de ce film. L’enjeu : montrer concrètement ce qui se vit ici, et faire pièce aux images projetées par les médias dominés, prétendant que la Zad est une zone de non-droit et de violence.
Voici donc Je n’étais jamais venue sur la Zad, un petit film né de la collaboration entre des habitantes et habitants, le réalisateur Léo Leibovici et l’actrice Lizzie Brocheré.
Il est aussi un aussi un appel à toutes et tous à venir à la grande mobilisation du 10 février 2018, pour « enraciner l’avenir à Notre-Dame-des-Landes ».
https://reporterre.net/VIDEO-La-Zad-rac ... i-y-vivent

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 23988
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede digger » 12 Jan 2018, 16:47

9/01/2018, communiqué de COPAIN

PAYSANNES ET PAYSANS DU COPAIN PLUS MOBILISÉS QUE JAMAIS !

Face à la cacophonie politique et médiatique générée par la longue séquence de médiation et de réflexion gouvernementale avant une décision annoncée prochaine, nous paysannes et paysans du collectif Copain du 44 et de toute la France tenons à rappeler et réaffirmer nos convictions et positions.

Confortés par les préconisations des médiateurs, nous sommes plus que jamais déterminés à tout faire pour que les terres de Notre Dame des Landes conservent leur vocation nourricière.

Si le gouvernement, pour des raisons qui ne pourraient être que politiques, décidait malgré tout de poursuivre le projet de transfert de l’aéroport, nous serons tous, soit dans le bocage pour en empêcher sa destruction, soit partout en France pour dénoncer le sacrifice des terres nourricières pour des projets inutiles. Rappelons que l’ensemble des syndicats agricoles y sont opposés.

Si, comme nous le souhaitons, le gouvernement fait le choix de la modernisation de l’aéroport actuel, nous resterons tous mobilisés pour l’enjeu majeur qui en découlera : faire perdurer le projet collectif et alternatif qui se construit depuis plusieurs années sur le territoire de Notre Dame des Landes.

Nous voulons que les terres sauvées du bétonnage soit destinées à l’installation de nouveaux projets paysans respectueux de l’environnement et de la biodiversité et non à l’agrandissement des fermes existantes.

Nous demandons donc, dès maintenant, que soit alors immédiatement mis en place un gel du mode d’attribution usuel de l’usage du foncier. Ceci pour donner le temps à l’émergence des ces nouveaux projets qui nécessitent deux à trois ans pour leur mise en œuvre.

Nous réclamons que la gestion des usages sur ce territoire soit confiée à une entité représentative du mouvement qui aura obtenu sa sauvegarde. Nous participons depuis plusieurs mois à sa constitution.

Nous œuvrerons à ce que la richesse des propositions alternatives qui s’y inventent depuis dix ans puisse s’y développer, dans l’objectif d’un avenir constructif et pacifié, en lien étroit avec le voisinage et les collectivités concernées. C’est possible, ça c’est fait ailleurs (Larzac, marais de Guérande,(*) ...)

Rappelons à ceux qui voudraient utiliser la force en entretenant la fantasmagorie d’une zad, bastion fortifié de radicaux ultra violents, que ce sont bien les milliers de paysannes et paysans qui se mobilisent depuis des années pour protéger et entretenir ce territoire aux côtés des habitants historiques et des dizaines de milliers de militants qu’ils devront évacuer.

Nous vous appelons tous, quelle que soit la décision du gouvernement, à converger le samedi 10 février autour de la Ferme de Bellevue à Notre Dame des Landes, emblème de notre lutte, occupée et entretenue depuis janvier 2013, pour défendre notre projet pour un autre avenir pour le territoire de Notre Dame des Landes mais aussi pour l’agriculture, l’alimentation, et l’environnement.

Copain 44


(*) Pour les non-régionaux, dans les années 60, un grand projet imposé et inutile, qu'on appelait pas comme çà, prévoyait de transformer les marais salants de Guérande en zone touristique (marina, port de plaisance, route à 4 voies...). Suite à une forte mobilisation, des paludiers se sont installés et organisés en coopérative, qui vit toujours
digger
 
Messages: 1984
Enregistré le: 03 Juil 2011, 07:02

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede bipbip » 15 Jan 2018, 19:02

Nous nous engageons pour l’avenir de la Zad

L'ensemble de ses « usagers et usagères actuelles » ont posé des fondations communes pour l’avenir de la Zad. Cette vision est soutenue par des associations, des syndicats, des organisations nationales et locales dans une tribune commune, que Reporterre et Mediapart publient ensemble.

Nous nous engageons pour l’avenir de la Zad

Depuis presque cinquante ans, des paysan.ne.s et habitant.e.s de la région nantaise résistent contre un projet d’aéroport qui viendrait détruire 1.650 ha de terres agricoles et de zones humides. Le gouvernement a annoncé qu’il trancherait en ce mois de janvier sur ce dossier brûlant devenu emblématique d’enjeux de fond et de choix de société. Au niveau national, nos organisations, associations et syndicats se sont engagés au fil du temps dans un mouvement large et populaire contre ce projet.

La commission de médiation nommée il y a sept mois par le gouvernement a mis en évidence la faisabilité de la rénovation de l’aéroport actuel, alors même que les tenants du projet de transfert vers Notre-Dame-des-Landes s’évertuent depuis des années à refuser de prendre en compte les études qui le démontrent.

Emmanuel Macron s’est engagé à agir vigoureusement contre le réchauffement climatique et pour la préservation de la biodiversité. Il serait alors absurde et dramatique que le gouvernement s’entête à vouloir construire cet aéroport. Il serait tout aussi dramatique qu’après avoir enfin abandonné ce projet, l’exécutif s’enferme dans une logique répressive visant à expulser celles et ceux qui auront su prendre soin de ce territoire. Il est pour nous impensable de laisser le gouvernement mettre fin brutalement à l’expérience singulière qui s’est construite à Notre-Dame-des-Landes. Dans la foulée de l’abandon espéré du projet d’aéroport, nous appelons au contraire au dialogue. Les différentes composantes du mouvement contre l’aéroport et pour l’avenir de la zad ont fait savoir qu’elles y travaillent depuis des mois et qu’elles sont prêtes à s’engager en ce sens dès l’abandon du projet.

Le bocage de Notre-Dame-des-Landes doit rester une terre d’inspiration et d’espoir, nourrie par l’idée des biens communs, les solidarités et le soin du vivant.

Dans ce contexte, nous voulons soutenir les bases communes pour l’avenir de la zad établies par l’ensemble des usager.e.s actuel.le.s de ce territoire [1] — paysan.ne.s, voisin.e.s, habitant.e.s, naturalistes, syndicalistes, membres d’associations, randonneurs.euses :
• la nécessité pour les paysan.ne.s et habitant.e.s résistant.e.s ayant refusé la vente amiable à AGO-Vinci et étant allés à l’expropriation de pouvoir recouvrer pleinement leurs droits au plus vite ;
• le refus de toute expulsion de celles et ceux qui sont venu.e.s habiter ces dernières années dans le bocage pour le défendre et qui souhaitent continuer à y projeter leurs vies et leurs activités ;
• une volonté de prise en charge à long terme des terres de la zad par une entité issue du mouvement dans toute sa diversité ;
• le fait que les terres sauvegardées aillent à de nouvelles installations et pas à l’agrandissement d’exploitations existantes ;
• la nécessité de continuer à préserver et faire vivre ensemble les patrimoines naturels et agricoles exceptionnels de cette zone.

Pour qu’un projet pérenne, en cohérence avec les valeurs portées par le mouvement, puisse se constituer, une période de gel de la redistribution institutionnelle des terres est nécessaire. Nous savons que cette voie est possible : par le passé et en d’autres lieux, des terres agricoles préservées ont continué à être prises en charge collectivement par celles et ceux qui s’étaient battu.e.s pour elles.

Au-delà des justes combats contre des projets destructeurs, nous sommes convaincu.e.s de la nécessité que puissent aussi se développer des espaces où des personnes réinventent d’autres formes d’habitats, d’agricultures, de rapports au travail et de relations sociales. Dans un monde miné par l’individualisme, le gaspillage des ressources naturelles, les crises sociales et environnementales, le bocage de Notre-Dame-des-Landes doit rester une terre d’inspiration et d’espoir, nourrie par l’idée des biens communs, les solidarités et le soin du vivant.

Nous relayons en ce sens l’appel du mouvement contre l’aéroport et pour l’avenir de la zad à converger massivement dans le bocage le 10 février, au lendemain des 10 ans de la déclaration d’utilité publique du projet d’aéroport. Il s’agira alors, espérons-le, de saluer ensemble une décision d’abandon et de soutenir avec détermination l’horizon souhaité collectivement pour l’avenir de ce territoire préservé. D’autres rendez-vous sont d’ores et déjà prévus sur la zad, entre autre les 7 et 8 juillet pour le rassemblement annuel de la Coordination des organisations anti-aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

LES PREMIERS SIGNATAIRES
• Signatures nationales 350.org, Agir pour l’environnement, Agter, Amis de la Terre, Alofa Tuvalu, Alternatiba, ANV-COP21, Attac, Confédération paysanne, Les Désobéissants, Droit au logement, EELV, Ensemble !, Greenpeace, Parti de gauche, Union syndicale solidaires, réseau Civam, Fédérations SUD-rail, SUD-PTT, SUD-BPCE
• Signatures locales Coordination des opposant.e.s au Lyon-Turin, Coordination Bure stop, Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet (Sivens), Solidaires Bretagne, EELV Pays de la Loire, EELV Bretagne, Groupe d’action Nantes cathédrale de la France insoumise, Ensemble ! 44, Groupe d’action Clisson de la France insoumise, Groupe d’action Pontchateau et environ, EELV Lorraine, PG 44, Rezé à gauche toute, Place au peuple 44, Sortir du nucléaire Pays nantais, MNLE Pays de la Loire, les Amis de la Terre 38, Asodedra 88, Bure stop 55, Cedra 52, Eodra (Ass. élus de Lorraine opposés à l’enfouissement des déchets radio actifs), MNE 55, Mirabel Lorraine, Habitants vigilants de Gondrecourt 55, Habitants vigilants de Void 55. SDN 57, Alternatiba Nantes, Groupe d’intervention des grenouilles non violentes (GIGNV).

[1] Ces bases communes ont été plus amplement détaillées dans un texte en six points, signé par les composantes du mouvement sur le terrain : Acipa, Coordination des opposants à l’aéroport, occupant.e.s de la zad, copain 44, naturalistes en lutte.


https://nantes.indymedia.org/articles/39758
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 23988
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (2015..

Messagede digger » 16 Jan 2018, 07:54

Lettre aux comités locaux, aux soutiens du mouvements, et à toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans le mouvement contre l’aéroport et son monde
https://zad.nadir.org/spip.php?article5028
Un long document sur les débats en cours sur la zad et les processus mis en place pour aborder ces questions.
Voir aussi Une cagnotte cachée pour la construction de Notre-Dame-des-Landes
http://www.liberation.fr/france/2018/01/16/une-cagnotte-cachee-pour-la-construction-de-notre-dame-des-landes_1622572
Vinci a déjà de quoi rénover Nantes-Atlantique et plus encore. Mais l'avenir de l'organisation du bocage est plus importante. L'aéroport, c'est du passé
digger
 
Messages: 1984
Enregistré le: 03 Juil 2011, 07:02

Précédente

Retourner vers Écologie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités