COP, Construire un contre-sommet climat

Nucléaire, OGM, projets inutiles, ZADs ...

COP, Construire un contre-sommet climat

Messagede bipbip » 20 Mai 2015, 03:39

COP21, Paris 2015 : Construire un contre-sommet climat

Négociations climatiques : Vingt-deux, v’là la Cop 21

La conférence annuelle de l’Onu sur le climat a eu lieu début décembre 2014 à Lima au Pérou. Cette « Cop 20 » était la répétition générale de la Cop 21 qui se tiendra à Paris en décembre 2015, et pendant laquelle les gouvernements du monde entier devraient signer un grand accord sur le climat.

La Cop 20 a connu le même déroulement que les précédentes : des négociations difficiles, qui débouchent sur un accord minimum juste bon à maintenir un cadre de négociation. Principaux points de discorde : fixer des objectifs contraignants aux pays en développement qui ont moins de responsabilité dans le changement climatique que les pays industrialisés ; comment financer et utiliser le « fonds vert pour l’environnement », ou encore quelle méthodologie adopter pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre (GES) ? Ces questions qui troublent les négociations depuis des années révèlent l’impossibilité structurelle des états à s’attaquer à la crise climatique. Car derrière le caractère international de cette crise, ce sont bien des États qui négocient, et qui défendent avant tout leurs intérêts économiques.

Lima a aussi confirmé l’omniprésence des multinationales dans les négociations. Avec des pavillons dans l’enceinte officielle du sommet et des minisommets parallèles, les multinationales, notamment du secteur énergétique, sont les principales actrices des négociations et bénéficiaires des mesures prises par les gouvernements : soutien à la croissance verte, recherche de solutions technologiques, privatisation de la nature, foi absolue en les mécanismes de marché et les engagements volontaires des multinationales pour résoudre les problèmes écologiques.

Réchauffement de 4 °C

Pendant ce temps, la Chine construit des centrales à charbon à tour de bras, les États-Unis se ruent sur les gaz de schiste, le Canada détruit sa forêt boréale pour accéder aux sables bitumineux, et la France construit des aéroports inutiles. Nous restons donc sur un scénario « pessimiste » où les émissions de GES continuent d’augmenter, ce qui déboucherait sur un réchauffement supérieur à 4 °C d’ici la fin du siècle selon le groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec). Et encore, certains phénomènes ne sont pas pris en compte. Exemple : le réchauffement de la planète entraîne la fonte du pergélisol, vaste étendue de terre gelée qui se trouve au Canada et en Russie. Cette fonte, qui a déjà commencé et devrait s’accélérer dans les prochaines décennies, libère le CO2 et le méthane contenu dans le sol, ce qui contribue à son tour au réchauffement climatique. Ce type de « rétroactions positives », dans le jargon climatique, pourrait entraîner un réchauffement encore bien supérieur à celui prévu.

Les négociations internationales et le capitalisme ont montré depuis longtemps qu’ils ne permettaient pas d’éviter la crise écologique qui se prépare. Bien au contraire, ils l’alimentent.

Jocelyn (AL Gard)

http://www.alternativelibertaire.org/?N ... ques-Vingt

Paris 2015 : Construire un contre-sommet climat

La mascarade des négociations internationales convainc de moins en moins, et les mobilisations pour le climat prennent de l’ampleur. D’où l’importance de se préparer à une mobilisation massive à Paris en décembre 2015.

Les mobilisations pour l’écologie, et le climat en particulier, n’ont cessé de grossir ces dernières années. Le contre-sommet lors de la Cop15 à Copenhague en 2009 (où les gouvernements avaient échoué à trouver un accord) avait rassemblé cent mille personnes.

La marche internationale pour le climat de septembre 2014 a rassemblé des centaines de milliers de personnes partout dans le monde. Et à Lima, au Pérou, 400.000 personnes ont défilé, soit la plus grosse manifestation « écolo » en Amérique latine.

En même temps, les revendications se radicalisent à mesure que l’hypocrisie des gouvernements ne peut plus être déguisée et que les luttes sociales et écologiques s’imbriquent de plus en plus. Les slogans et mouvements plus radicaux, tel que le « System change not climate change », semblent prendre le pas sur les courants environnementalistes qui s’accommodent très bien du système.

Une déclaration émanant du Forum social mondial de 2013 identifie ainsi clairement le capitalisme comme responsable de la crise écologique, les états comme les valets du capitalisme, et en appelle (sans grande proposition politique, certes) aux initiatives citoyennes pour reprendre les choses en main.

Des centaines de milliers de manifestants

Une unité nouvelle s’est aussi dégagée parmi les ONG, syndicats et organisations sociales qui participent aux négociations climatiques internationales. Lassées du poids des lobbies et de l’inaction des gouvernements, bon nombre de ces structures quittèrent les négociations lors de la Cop19 en 2013 à Varsovie, et déclarent aujourd’hui, par exemple au travers de la coalition Climat 21, qu’il n’y a rien à attendre des négociations et qu’il faut compter sur la mobilisation citoyenne.

Il y a donc fort à parier que la mobilisation sera massive lors de la Cop21 à Paris en décembre 2015. Il faut s’attendre à des centaines de milliers de personnes, dans un climat de contre-sommet probablement tendu, surtout vu l’attitude du gouvernement français face aux mobilisations sociales et écolos.

La coalition Climat 21, qui regroupe plus de 80 ONG, syndicats et organisations françaises, dispose de moyens logistiques énormes pour préparer le contre-sommet, mais sa diversité l’empêche de définir une ligne politique commune précise. Il est donc probable qu’elle n’appelle qu’à une grosse manifestation, le choix de mener d’autres actions revenant à chaque structure.

Le réseau Alternatiba (qui participe à la coalition) sera aussi mobilisé en 2015. Un tour en vélo sillonnera la France à partir du printemps, l’édition de Paris se tiendra en septembre, et il est question d’organiser un Alternatiba international pendant la Cop. Cette dynamique très mobilisatrice met en avant des alternatives concrètes pour changer notre mode de vie, mais ne représente pas (encore ?) un pôle politique vraiment cohérent.

Quelle place pour les anticapitalistes ?

Il manque donc dans ces mobilisations une dynamique radicale qui n’ait pas peur de la politique, et qui pourrait se coordonner avec les autres dynamiques pour certains événements et organiser ses propres initiatives à d’autres moments, notamment pour occuper l’espace public. Il est évident que de nombreux radicaux, y compris internationaux, seront présents lors de la Cop 21 et organiseront des actions, mais un espace de coordination pourrait être utile pour avoir plus d’impact et resserrer les liens entre les différents courants et pays.

La dynamique Climat social, à laquelle participe Alternative libertaire, souhaiterait être cet espace, mais elle aura besoin d’être grandement renforcée, notamment par les libertaires, pour avoir les moyens d’exister réellement.

Jocelyn (AL Gard)

http://www.alternativelibertaire.org/?P ... -un-contre
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27118
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: COP21, Paris 2015 : Construire un contre-sommet climat

Messagede bipbip » 25 Mai 2015, 13:46

MOBILISATIONS
Les 30 et 31 mai : pour le climat, contre l'industrialisation de l'agriculture !

Image

Dans le cadre de l'appel de la Coalition Climat 21, la Conf' se mobilise les 30 et 31 mai pour le climat, contre l'industrialisation de l'agriculture !

La conférence de l'ONU sur le climat (COP21) aura lieu à Paris fin 2015. Le sujet est loin d'être accessoire pour nous : les paysans et paysannes sont les premières victimes du changement climatique. En face, multinationales et investisseurs financiers se saisissent du changement climatique pour poursuivre l'industrialisation de l'agriculture et faire passer leur FAUSSES SOLUTIONS, au détriment de la souveraineté alimentaire et de l'autonomie des paysans et paysannes.

■ Se battre CONTRE l'industrialisation de l'agriculture, c'est se battre POUR le climat. Le système alimentaire industriel est responsable de près de 50% des émissions de gaz à effet de serre. Laisser l'agriculture suivre ce mouvement d'industrialisation, c'est aggraver la crise climatique et environnementale. Avec sa carte des fermes-usines, la Conf' a mis ce mouvement en évidence. Profitons du week-end des 30-31 mai pour lutter contre les projets climaticides et défendre l'agriculture paysanne !

http://www.confederationpaysanne.fr/mob ... 9nhph5efe5


Picardie - Usine des 1000 vaches

Rassemblement devant l'usine des 1000 vaches à 11h (ou à 10h devant la salle polyvalente de Drucat pour y aller tous ensemble)

Image


Gers - Poulaillers industriel de 115.000 poulets
Mobilisation le samedi 30 mai à Lannepax à 10h30 sur la place de Lannepax
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27118
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: COP21, Paris 2015 : Construire un contre-sommet climat

Messagede bipbip » 29 Mai 2015, 12:01

Rochefort - 25Ha de serres à tomates
Rassemblement à 14h30, place Colbert.

Gironde - Elevage de 11.000 porcs
30 mai 2015, de 15h à 20h, à Saint Symphorien.

Tours - Ferme-usine de Monts
Mobilisation le 30 mai à 10h devant le palais de justice de Tours

Vendée
Rassemblement le 30 mai à 15h place Napoléon à La Roche-sur-Yon, contre les projets inutiles en Vendée et ailleurs (NDDL, Usine à cochons de Poiroux, A831, TAFTA...)

Limousin - Usine des 1000 taurillons
La Confédération paysanne creusoise organise une soirée/débat le samedi 30 Mai à 20h30 à la salle des fêtes de ST YRIEIX LA MONTAGNE
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27118
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: COP21, Paris 2015 : Construire un contre-sommet climat

Messagede bipbip » 30 Mai 2015, 13:46

Débats, actions, rencontres militantes,
carte des initiatives : http://coalitionclimat21.org/carte_v2/d ... hp?lang=fr
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27118
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: COP21, Paris 2015 : Construire un contre-sommet climat

Messagede bipbip » 03 Aoû 2015, 09:35

Sommet climat : Les révolutionnaires mettent le cap sur la Cop

La mobilisation se construit autour de la Cop 21 de Paris (21e conférence des Nations unies sur le climat) en décembre, tandis que les analyses du futur accord soulignent ses impasses. Quels sont, dès lors, les enjeux du contre-sommet ?

Les négociations officielles en vue de la Cop s’intensifient dans les débats internationaux et nationaux : après le fiasco de Lima (endeuillé par l’accord Chine-USA qui verrouille le laisser-faire), ce furent les négociations de Bonn fin mai (deuxième « round » sur quatre), puis un G7 réputé avoir débouché sur des engagements sur la question des centrales à charbon et les autres énergies fossiles (fin des subventions notamment)... Que des promesses en réalité [1], même si plusieurs ONG soi-disant vigilantes ont applaudi à ces purs effets d’annonce, tels Greenpeace ou encore Avaaz, qui crie victoire…pour mieux l’attribuer à ses campagnes.

Démission des états et stratégies d’entreprises

À ces diverses occasions les négociateurs ont fait mine de « travailler » sur les faiblesses de l’accord, ou les mesures à prendre avant 2020, date de sa prise d’effet. Mais les problèmes de fond resteront. En février, après un premier round de négociations, le président de Focus on Global South, Pablo Solon, dénonçait la logique suicidaire que le texte entérinerait [2] , aboutissant à un scénario final à 3 ou 4 degrés supplémentaires d’ici 2030.

Sur deux engagements majeurs et nécessaires, le texte ne dit rien : laisser 80 % du pétrole restant dans le sol ; limiter les émissions de GES à 44 gigatonnes dès 2025 (soit la moitié des émissions actuelles), 35 en 2050. Ensuite, le fonds international pour l’adaptation climatique et les victimes ne contient qu’un dixième des 100 milliards de dollars promis par les États. Enfin, les accords consistent surtout à promouvoir des solutions profitables au capitalisme financiarisé et aux entreprises (marchés carbone, prix du carbone réclamé par les multinationales de l’énergie). On confirme ainsi les mécanismes Redd et Redd+ [3] , malgré leur tendance avérée à privatiser les écosystèmes au mépris des droits des populations. Et les médias de vanter une Cop qui permettrait un bras de fer sur la « responsabilité différenciée » de la crise entre puissances dominantes et pays pauvres.

On ne dira donc jamais assez le cinéma que constituent les conférences. Il n’y a qu’à regarder du côté des sponsors de la Cop 21 (de Total à Ikea en passant par Coca-Cola) pour comprendre à qui profite la transition énergétique capitalo-compatible : aux grands pollueurs qui, partiellement convertis aux « énergies vertes », espèrent à la fois une stagnation et un coup de pouce en direction de leurs installations (éoliennes offshore de Veolia, filiale Engie d’EDF…), ou de leurs investissements dans le droit à polluer.

Quelles ambitions pour le contre-sommet ?

La Coalition climat (ONG, syndicats et autres) mobilise pour le contre-sommet de décembre (voir encadré). Son aile droite croit encore « mettre la pression aux États », mais la majorité du mouvement tâche plutôt de saisir l’opportunité d’une prise de conscience de l’opinion, sur le climat et l’ensemble de la crise écologique. Précisons au passage que, si des luttes sont directement nées de la préoccupation climatique, comme la Transition, très active en Angleterre, le front pour le climat cherche encore sa cohérence à travers la convergence des luttes sous la bannière de la « justice climatique » (gros réseau Climate Justice Now qui s’internationalise), plus ou moins globales et radicales dans leur mise en évidence des contradictions du système : dénonciation des conflits et des migrations forcées liées au climat, appel au désinvestissement dans les énergies fossiles (action des Amis de la Terre sur EDF), lutte contre l’évasion fiscale (Désobéissants sur la BNP), contre la pub ou l’éclairage abusif, pour l’agriculture paysanne, contre les dégâts de l’agro-industrie, contre les accords de libre-échange… Le contre-sommet se présente donc comme l’aboutissement de quelques mois de campagne pour toutes ces luttes, que la Coalition tente de coordonner jusqu’au raout final du Bourget. Exemple les 13 et 14 juin où les journées consistaient en groupes de travail par thèmes ou dates d’action durant la Cop.

En l’absence de plate-forme politique, les mots d’ordre qui dominent la Coalition finissent par lui donner une orientation : angle d’attaque par les inégalités économiques notamment, forts mouvements de désobéissance non-violente (J.E.D.I pour le climat, Climate Games de John Jordan qui consistent à mener des actions réelles sous forme de jeu). Mais cette souplesse a ses défauts, certains acteurs tenant parfois des discours contraires à leur vraie ligne politique (CFDT), et certains problèmes restant minorés, preuve d’une absence ­d’analyse d’ensemble, comme la lutte antinucléaire pour l’instant. Pour finir, le travail sur ­l’éventuelle répression se fait sûrement mais n’est pas partagé en atelier.

La question de l’après-COP

Puisque le contre-sommet n’a pas d’enjeu en termes de rapport de force, bien des mouvements (groupes et ONG issus du « Walk out » de Varsovie, activistes ou autonomes) cherchent à en faire plutôt un ultimatum, un moment ou un point de départ d’une opposition plus durable et organisée. Cette volonté serait symbolisée par un gros blocage sur des lieux de production ou de commerce le 12 décembre (il y aurait 12 000 volontaires pour une action d’ampleur), la Coalition souhaitant éviter la gueule de bois de Copenhague. D’autres volontés se coordonnent cette fois en dehors de la Coalition. Certains comptent sur les Climate Games (à Amsterdam le 4 juillet, à Paris du 7 au 12 décembre), d’autres sur les divers camps politiques de cet été (rassemblement à NDDL, Bure, qui cherche à dépasser l’activisme, Altmark, camp climat de Rhineland…) pour construire de vrais mouvements. Pour l’instant il est difficile de prévoir la réussite de ces différentes initiatives, et même d’en évaluer la radicalité, mais un mouvement anticapitaliste concret, visant une vraie résistance, cherche à se mettre en place à la marge de la Cop.

En tant qu’organisation politique, Alternative libertaire ne rejoint pas en tant que telle la Coalition. Mais nous nous inscrivons d’ores et déjà dans certains collectifs locaux (Alternatiba, forum locaux comme à Montreuil) ainsi que dans les réflexions syndicales en prévision de la COP, de manière à porter une analyse globale, anticapitaliste et révolutionnaire de la crise écologique.

Mouchette (commission écologie)


[1] blogs.mediapart.fr/blog/maxime-combes/090615/linertie-du-g7-prepare-de-nouveaux-crimes-climatiques-decryptage.

[2] Le texte est la somme des propositions amenées par les divers États, les négociations consistant à nettoyer le texte.

[3] Mécanisme finançant la préservation des forêts du Sud, en valorisant leur fonction de captation du carbone ; des investisseurs y gagnent des « certificats de réduction d’émissions » valorisables sur les marchés carbone, et surtout opposables aux droits des autochtones.

http://alternativelibertaire.org/?Somme ... tionnaires
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27118
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: COP21, Paris 2015 : Construire un contre-sommet climat

Messagede digger » 23 Aoû 2015, 09:23

Appel depuis les zads et autres espaces en résistance. Pour que des convois convergent jusqu’à la COP 21

Nous appelons à former des convois, marches, tracto-vélos...et à nous rendre aux manifestations contre la COP 21, sommet intergouvernemental sur le réchauffement climatique début décembre à Paris. Nous cheminerons depuis des territoires en lutte jusqu’à la capitale, avec toute l’énergie composite de nos mouvements, en créant en route des espaces de rencontres et de mobilisation.

Nous convergerons à Paris parce nous ne concevons pas de laisser le gouvernement se refaire une verte image de protecteur providentiel de la couche d’ozone, alors qu’il ne veut officiellement renoncer ni à l’aéroport de Notre dame des Landes, ni à mille autres projets destructeurs de vies, forêts, et prairies, de territoires habités et cultivés. Il faut parfois aller interpeller ceux qui s’obstinent à pourrir la planète précisément là où ils espèrent donner l’illusion de la sauver.

Si l’on souhaite s’attaquer réellement aux causes du réchauffement climatique, on ne peut s’en remettre un seul instant à la mascarade répétée des négociations perdues d’avances et des échanges de marchés carbones entre lobbies industriels et gouvernements, encore moins au capitalisme vert. Ce que nous affirmerons à Paris suit un tout autre tracé.

La seule réponse cohérente possible est de sortir enfin du productivisme industriel, de la privatisation des biens communs, de la destruction des terres nourricières et de la marchandisation du vivant. Mais si l’on espère encore enrayer réellement le saccage accéléré des bases même de l’existence, on ne peut imaginer non plus construire tranquillement des alternatives et autres « processus de transition ». Pour qu’émergent des possibles, il s’agit de bloquer concrètement dès maintenant l’avancée de leurs projets d’aéroports et de lignes à grande vitesse, l’extraction des minerais et gaz de schistes, l’enfouissement vénéneux des déchets nucléaires, la poussée de l’agroindustrie et l’éclosion incessante des center parcs et des hypermarchés... Il faut en libérer des espaces où puissent s’inventer, ici et maintenant, d’autres formes de vie commune et d’organisation, de liens et d’échanges matériels, de cultures et d’habitats, émancipées du diktat économique.

A partir de zones menacées se propagent aujourd’hui des points d’ancrages où s’échafaudent des possibles partageurs. il s’y exprime dans un même mouvement cette aspiration à leur mettre des bâtons dans les roues et à tracer d’autres chemins. Malgré les chantages à la croissance, les pseudo débats publics, les pressions judiciaires et les troupes policières, on voit surgir depuis divers lieux une conviction contagieuse : celle qu’il est toujours possible de résister victorieusement face aux tractopelles des aménageurs et autres extracteurs. Nous convergerons à Paris pour matérialiser cette conviction face à la COP 21 et pour porter sur place la force de nos mouvements

Pour se coordonner, trouver des infos, se relier à des convois en préparation : marchesurlacop[@]riseup.net / site d’info : marchesurlacop.noblogs.org
digger
 
Messages: 2044
Enregistré le: 03 Juil 2011, 08:02

Re: COP21, Paris 2015 : Construire un contre-sommet climat

Messagede Floran Palin » 03 Sep 2015, 14:12

Un article que j'ai récemment publié à propos de la COP 21

COP 21 - En avant pour le climat !
On commence à en parler dans tous les sens, dans les médias, à la télé, à la radio, dans les journaux, et un peu partout sur la toile : « En décembre aura lieu le grand sommet mondial sur le climat : la COP 21 ! ». En perspective : du grand blabla stérile au sommet et un déploiement militant important pour un contre-sommet de folie ! La grande révolution qui changera la face du monde sera-telle au rendez-vous ?

Image
Lire la suite :
http://decroissancecl.revolublog.com/cop-21-en-avant-pour-le-climat-a118609908
http://espritcritiquerevolutionnaire.revolublog.com/cop-21-en-avant-pour-le-climat-a118609912
Avatar de l’utilisateur-trice
Floran Palin
 
Messages: 45
Enregistré le: 05 Jan 2015, 10:33

Re: COP21, Paris 2015 : Construire un contre-sommet climat

Messagede Tang » 22 Sep 2015, 13:01

Salut,

Durant le camp VMC de Bure, ce été, à été notamment abordé la question de la COP 21.
Des parisiens ont décidés de se retrouver après le camps afin de préparer en amont le contre sommet.
Je vous fait un résumé de ce qui s'est dit ici si il y à des parisiens qui souhaitent venir participer.

Ou nous en sommes :
Je en reviendrai pas sur pourquoi participer à une mobilisation contre la COP 21, à chacun de se forger son point de vue. Nous avons décidé de ne pas prépare d'action spécifique, que tout le monde allait venir avec ses envie, ses actions et que notre role était d'avantage d'accueillir et de faire en sorte que les envie des militants qui allait arriver de partout se passe bien.
A partir de la 3 poles de travail ont été constitués :
I/ Lieux de convergence II/ Lieux ami.e.s/lieux de vie III/Auto média

I/ lieux de convergence
L'idée serait d'ouvrir une université ou grands espaces comme Paris VII, la Halles aux farines, le bâtiment du grd Moulins..
Avec pour objectif de mobiliser les lycéen.ne.s, les étudiant.e.s, créer du rapport de foce pour les deux semaines de la cop.
Ca sera lancé sur le week end du 20/21, une semaine avant la cop et il faudra du monde à ce moment la pour investir et tenir le lieux.
Ces lieux seront ouvert légalemtn ou no (des demandes seront faites pour ouvrir des salles etc... mais si que des refus...)

II/ Lieux ami.e.s/lieux de vie
A/ des lieux pour réfléchir, s'organiser, s'informer, poser du mas, médic etc...
Une bonne grosse liste de lieux (des lieux associatifs, des suqatt) est trouvée. Ces lieux seront signalés plus tard.
B/ Hébergement
L'idée était d'ouvrir un gros lieux plutot que pleins de petit afind e ne pas se disperser et d'avoir un point de ralliement.
Ya eu des débats entre réserver un lieu légalement ou l'ouvrir.
La conclu c'était de faire les deux procédures.
Ya recherche de cantines pour nourrire tt le monde, de chapiteaux, de barnum etc...


III/ Auto-media
Une partie de Paris lutte info sera consacrée uniquement à la cop21. si pas possible un nouveau site dédié fera bientot jours.
Une affiche avec l'adresse du site le rdv de la manif du 29 sera bientôt diffusée.
Un texte international sera bientpot diffusé également.


Et sinon ca cogite pour créer une legal team, le plus international possible, le temps de la cop 21.

Prochaine réu au CICP rue Voltaire ds le 11 eme à paris à 19h00 mercredi.
Tang
 
Messages: 34
Enregistré le: 21 Sep 2015, 14:44

Re: COP21, Paris 2015 : Construire un contre-sommet climat

Messagede Tang » 24 Sep 2015, 14:11

Ci-dessous l'appel à mobilisation validé en assemblée hier soir et destiné à être traduit et diffusé :

Du 28 Novembre au 12 Décembre, nous nous mobiliserons à Paris contre la COP21. 195 chefs d'État, et un nombre incalculable d'industriels se réuniront pour décider de mesures inutiles afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre. En fait, il s'agira de statuer sur la quantité de pollution raisonnable que les industriels pourront rejeter dans l'atmosphère. Les nouveaux quotas de CO2 ne sont qu'un nouveau moyen pour les pays riches de continuer à s'octroyer le droit de polluer impunément.
Nous ne laisserons pas ceux qui sont les seuls responsables du réchauffement climatique et de la marchandisation du vivant tenir leur
énième mascarade tranquillement !

La seule solution pour régler ce problème est la fin du système capitaliste et productiviste, pas un sommet dans une zone militarisée.
Que toutes celles et ceux qui n'en peuvent plus de ce système mortifère, d'Europe et du monde, convergent vers Paris contre la COP21 !
De multiples manifestations et des rencontres auront lieu pendant la conférence. Venez avec vos propositions et votre volonté, pour créer
ensemble, d'autres formes de vie en commun loin des diktats économiques.

Des lieux d'hébergement et d'accueil seront prévus, ainsi que les actions suivantes :

-Samedi 28 Novembre :
Convergence des convois des ZAD sur Paris.

-Dimanche 29 Novembre :
Manifestation.
-Du 29 Novembre au 12 Décembre :
Diverses journées d'action.

-Samedi 12 Décembre :
Clôture et journée d'action.

Assemblée parisienne contre la COP21
COP21@riseup.net
Tang
 
Messages: 34
Enregistré le: 21 Sep 2015, 14:44

Re: COP21, Paris 2015 : Construire un contre-sommet climat

Messagede Pïérô » 08 Oct 2015, 18:17

Du 9 au 11 octobre
Week-end international d’organisation des actions sur la COP21
Suite aux réunions qui ont eu lieu à Cologne, Bruxelles, Paris et Bure, ce week-end sera l’occasion de préciser les actions qui seront menées autour de la COP21 et plus spécialement sur la journée du 12 décembre.

En octobre 2014, il y eu un appel pour se réunir à Cologne pour établir une stratégie collective pour se mobiliser à l’approche de la conférence de 2015, pendant, et au-delà. Ces discussions continuent à travers une série de rassemblements ouverts en Belgique et en France, où les décisions sont prises par consensus.

Climate Justice Action (CJA) est un réseau international de collectifs et d’individus engagés à agir pour combattre l’injustice climatique et sociale. Le réseau CJA s’est formé dans le cadre de la mobilisation alternative autour des négociations des Nations Unis sur le changement climatique à Paris de 2015, la COP21.

Cet été a vu une ré(in)surrection des mouvements anti-capitalistes avec des camps et actions dans toute l’Europe, de l’insoumis Oxi ! grec à la solidarité montrée pour les
réfugiés fuyant désespérément la dévastation causée par l’Europe et les Etats Unis,
jusqu’à la détermination collective du millier de personnes passant au travers des rangs de la police pour fermer l’immense mine de charbon en Rhénanie - la plus grande source d’émissions de CO2 en Europe. La cadence rugissante d’Ende Gelande (« jusqu’ici et pas plus loin ») a clairement retenti au-delà des frontières allemandes, cultivant ainsi les liens crées et les graines de désobéissance semées lors des 7 autres camps de l’été, dont le camp de 800 personnes anti-nucléaire de Bure - premier camp à grande échelle en France depuis 2011. Et ce combat, pour nous assurer un futur collectif sur une planète viable, ne fait que commencer.

Venez nous rejoindre à Paris le week-end du 9 au 11 octobre, pour continuer à construire le mouvement de résistance amorcé cet été, et créer une grande journée d’action directe contre le capitalisme, pendant le Sommet pour le Climat des Nations Unies (COP21) qui se tiendra à Paris en décembre prochain.

Nous discuterons des plans d’actions pour démontrer notre détermination collective ; des lieux pour se retrouver sur Paris ; de quelle manière nous pouvons soutenir les mobilisations des ZADs et autres luttes qui vont converger à Paris pour la COP21 ; et pour finir, nous verrons comment nous pouvons tirer partie de ce moment de décembre pour continuer à construire, nourrir et créer des connections pour renforcer une culture de résistance au sein de nos mouvements et luttes locales, afin que nous puissions nous projeter au-delà de la COP. Des journées mondiales d’action (global days of action) contre les grandes infrastructures de combustibles fossiles et autres causes locales de la crise climatique sont déjà prévues pour fin avril 2016.

Nous savons que la COP21 signera un arrêt de mort envers les plus vulnérables et la
planète et offrira sa bénédiction aux multinationales. Pendant que le monde regarde,
assurons-nous que notre résistance ne soit pas réduite à une note de bas de page dans le grand livre de l’histoire, mais qu’elle devienne l’histoire elle-même. Nous refusons de laisser les gouvernements nous vendre triomphalement cette fausse solution qui détruira la planète, comme l’accord qui est censé la sauver. Nous ne resteront pas tranquillement les bras croisés.

La réunion se tiendra de vendredi soir à dimanche après-midi à Paris à l’Annexe, au 35-37 rue Baudin au Pré St Gervais. Un espace d’hébergement (prévoir duvet et vêtements chauds) et de restauration (nourriture vegan) est prévu (gratuit, participation libre acceptée).

Accueil et repas vendredi soir à partir de 18h. Discussions à partir de 10h jusqu’à 19h samedi et de 10h à 18h dimanche.

Nous avons prévu de faire le tour des participants et des initiatives en place pour novembre et décembre. En voici déjà quelques unes :

- Propositions d’actions et journées d’action pendant la Cop21 (Fausses solutions, Climate Games etc.)
- D12 (12 décembre) : actions prévues pour cette journée et propositions d’action.
- Les marches des ZADs et autres luttes locales qui arrivent à Paris le 28 et 29 novembre
- Logistique (ouverture d’espaces d’hébergement, de convergence, cuisines etc.)
- Info-tour, mobilisations pendant la Cop21
- Autres initiatives en cours
- La Cop21 et au-delà

Plusieurs groupes de discussion se tiendront en parallèle, ainsi, les personnes qui souhaiteraient se consacrer à un projet en particulier pendant tout le week-end, en auront la possibilité.

A très vite !


P.-S.
contact@climatejusticeaction.net

http://paris-luttes.info/week-end-international-d-3883
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21203
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: COP21, Paris 2015 : Construire un contre-sommet climat

Messagede bipbip » 11 Oct 2015, 03:37

Marche sur la cop de la zad d'Agen

Marche sur la COP...destination Paris!

Nous partons de la ZAD d'Agen le 11 Octobre pour une arrivée sur Paris le 28 Novembre. Nous suivons jusqu'à Bordeaux le projet de tracé LGV. Nous serons au bord du lac de Bègles le 17 Octobre, et dans bordeaux le dimanche 18 Octobre.

La montée vers Paris suivra la ligne LGV_Bordeaux -Tours en construction.

Venez marcher, venez nous soutenir pour les premiers pas. Ou bien retrouvez-nous en fin d'après midi à Xaintrailles pour la première étape avec une auberge espagnole et/ou le bivouac.

... https://nantes.indymedia.org/articles/32156
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27118
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: COP21, Paris 2015 : Construire un contre-sommet climat

Messagede Pïérô » 12 Oct 2015, 12:09

Paris, mardi 13 octobre 2015

Quelle écologie contre la COP21 ?

Du 30 novembre au 11 décembre le Bourget de Paris accueille la 21ème conférence des Nations-Unies sur les changements climatiques. Tous les dirigeants des nations unies s'y réunissent pour décider d'un accord international, applicable à tous les pays, qui maintienne le réchauffement mondial en deçà de 2°C.

En vérité, il n'est pas sûr qu'ils s'accordent, les grandes puissances ne tenant pas à se voir contraintes, pas même pour la planète. Qu'espérer alors d'un tel meeting au sommet ? Car tout le monde le reconnaît, le désastre est immense, et ne va faire que s'aggraver, provoquant notamment des crises alimentaires mondiales, et d'immenses mouvements de personnes. Le capitalisme en quelques siècles s'est imposé sur la destruction, et cela semble continuer au futur inconditionnel. Que faire si nos conditions d'existences semblent condamnées ?

Pour les ONG et la « société civile », la COP21 va échouer, les dirigeants ne vont pas assez loin et s'aveuglent sur l'étendue du désastre. Il faudrait absolument qu'une décision soit prise, que le capitalisme change, quitte à voir se multiplier à l'infini des mea culpa façon Volkswagen. Assurément, il faut un grand changement, mais il est bien moins sûr qu'il faille l'attendre d'un capitalisme enfin moralisé, ou plus équilibré, ni même d'une grande solution contraignante encore à trouver. De fait, toutes les solutions proposées par le nucléaire contre le charbon, l'énergie prétendue verte, et les géo-ingénieurs du climat approfondissent le désastre. 96 millions de boules de plastique noires pour protéger les réservoirs d'eau de Los Angeles de l'évaporation, cela suffit pour l'exemple. Le désastre, nous y sommes donc déjà, et ce n'est pas le premier, ni ce qu'il faut attendre. L'espoir, ça peut pourrir la vie. On s'en remet aux Etats sans voir que leurs réponses font partie du problème. On se tourne vers le futur dans l'attente d'une solution miracle, quand il s'agit d'être à la hauteur du présent.

Les technocrates de la COP21 veulent « gérer » la Terre à coup de règlements, d'impôts, de taxes, de Big data, de nanotechnologies et de marchés carbone. Mais, ce faisant, c'est aussi nos vies qu'ils gouvernent. Ne pourrait-on pas profiter de la situation pour tenter de penser la débâcle écologique autrement, hors de ce scénario qui nous dépossède de toute capacité d'action et ne nous laisse qu'un sentiment de culpabilité devant l'impact écologique de nos moindres faits et gestes quotidiens ?

Que pouvons-nous faire ? Qu'est-ce que cela pourrait être, ici et maintenant, de s'organiser dans la catastrophe climatique ?

Quelle écologie contre la COP21 ? Mardi 13 octobre à partir de 18h, Bâtiment de la Halle aux farines, salle 253 E, Université Paris 7.

https://collectifclimatique.wordpress.com/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21203
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: COP21, Paris 2015 : Construire un contre-sommet climat

Messagede Pïérô » 13 Oct 2015, 09:02

COP 21 / CONTRIBUEZ À L’AUTOMEDIA

Du 28 novembre au 12 décembre prochains, à l’occasion de la « COP 21 », Paris et la Seine-Saint-Denis seront quadrillées par une armée de flics mobilisée pour protéger les représentants des grands pollueurs réunis pour faire croire qu’ils gèrent la catastrophe climatique qu’ils produisent, pour polluer la planète de leurs mensonges et pour négocier les profits qu’ils espèrent encore en tirer. Nous sommes nombreux à n’être pas dupes de cette mascarade, et déterminés à la dénoncer par tous les moyens dont nous saurons nous saisir.

Les principaux médias, comme d’habitude, copieront-colleront les dossiers de presse des dir-com des grands groupes industriels et les circulaires des ministères. L’information vraie ne circulera que si nous nous en chargeons nous-mêmes. C’est ce principe qui est à l’origine de la Team Automedia issue des premières assemblées autonomes de préparation des événements qui auront lieu pendant ces quinze jours. L’information indépendante est comme une énergie propre dont la production doit être décentralisée, mise en commun après contrôle qualité et redistribuée gratuitement. Elle doit être alimentée en faits bruts, en témoignages, en recherches, en analyses. Elle passe par la photo, la vidéo, la radio, le texto, le tract, l’affiche, l’autocollant, la chanson, le dessin, le graffiti, etc.

Quiconque dispose d’un appareil photo, d’une caméra, d’un enregistreur audio, d’un téléphone portable, d’une connexion Internet, d’une bombe de peinture ou même d’un simple marqueur peut y contribuer, et est chaleureusement invité à le faire en transmettant – en direct comme en différé – ses infos, ses propositions, ses coups de gueule, ses créations à la Team Automedia, et/ou en nous rencontrant lors de nos réunions ouvertes à toutes et tous.

LES SOLUTIONS NOUS LES AVONS
LE PROBLÈME C’EST LES DÉCIDEURS
QU’ILS DÉGAGENT TOUS

Groupe Automedia
Septembre 2015

e-mail : anticop21-automedia@riseup.net
Site Internet : [en construction]
Page Facebook : Anticop21
Tweet : cop21mascarade

https://paris-luttes.info/cop-21-contri ... media-3912
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21203
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: COP21, Paris 2015 : Construire un contre-sommet climat

Messagede bipbip » 17 Oct 2015, 09:07

Le "train du climat" vient jouer du pipeau à Nantes le 17 octobre

Le "train du climat" circule de ville en ville depuis le 6 octobre, propageant une propagande décomplexée en faveur de l'innovation technologique effrénée, sous le masque grotesque du capitalisme vert. Il était à Toulouse Matabiau mardi13, sera à Nantes samedi 17, à Lille le 24 et finira sa course à Nancy le 25 octobre.

À l'approche de la COP21 (21ème conférence des Nations Unies sur le réchauffement climatique) qui se tiendra au Bourget près de Paris entre le 28/11 et le 12/12/2015, les efforts de fumisterie des habituels imposteurs irresponsables se font de plus en plus frénétiques et apparents pour se réapproprier l'agenda écologique. Dernier exemple en date : le « train du climat ». À l'initiative de scientifiques toulousain-e-s [1], le docte véhicule circule de ville en ville depuis le 6 octobre. Il était à Toulouse Matabiau mardi13, sera à Nantes samedi 17, à Lille le 24 et finira sa course à Nancy le 25 octobre [2].

Innovation verte : les ordures circulent en train

À chaque étape, le même cérémonial se répète : une ribambelle de pontes locaux aux sourires béats s'avance sur un tapis rouge déroulé à même le quai et coupent un cordon bleu-blanc-rouge avant de monter à bord. Des scientifiques, autoproclamé.e.s « messagers du climat », repérables à leur tee-shirts bleus, les guident alors à travers les trois premiers wagons, qui abritent une exposition itinérante présentant différents aspects du système climatique - les cycles naturels, les changements causés par les humain.e.s et, pour finir, les scénarios désormais classiques « d'adaptation », faisant la par belle aux comportements individuels.

Jugeant leur bonne conscience écologique sauvegardée, les scientifiques de bleu vêtu.e.s font alors soudainement demi-tour, laissant leurs invité.e.s poursuivre à travers les trois wagons suivants, par lesquels on n'a d'autre choix que de passer pour ressortir de l'exposition [3]. Or si le discours scientiste des trois premiers wagons, selon lequel les problèmes et les solutions seraient avant tout technologiques et comportementaux, mérite en soi d'être démonté, la suite atteint un tel summum de crapulerie qu'une autre urgence prend en quelque sorte le dessus.

Patron.ne.s, technocrates : vos solutions sont nos problèmes !

En effet, ce sont les principales entreprises qui ont financé le projet qui, en plus de voir leur position de force confortée par le simple faite de soutenir un projet « vertueux », se sont réservé les trois wagons suivants pour présenter leurs « solutions » aux problèmes présentés précédemment. Petit tour d'horizon.

Tout d'abord, l'Union des Indistries Chimiques (UIC) déblatère un discours effarant de mauvaise foi sur son « engagement en faveur du climat », ses « innovations », etc. Mais un coup oeil à la liste de ses membres implantés dans la région toulousaine suffit à déceler la supercherie. Il s'agit en effet, entre autres, d'Héraklès, l'ex SNPE (société nationale des poudres et explosifs), dont l'usine, employant 80 personnes sur l'île du Ramier et figurant naguère parmi les principaux clients d'AZF, fabrique encore et toujours du perchlorate d'ammonium et des hydrazines pour les carburants de... fusées, d'Air Liquide, à Saint-Simon, qui fabrique de l'hydrogène pour... moteurs de fusée, d'Étienne Lacroix, qui fabrique pour les militaires des... fusées pyrotechniques, de Syntivia qui développe des nouveaux cosmétiques.

C'est ensuite au tour de Michelin, acteur historique de la propagande pro-automobile depuis l'époque où la France était le premier producteur mondial, de présenter son nouveau pneu dont la forme savamment profilée permet de réduire la consommation des véhicules... d'environ 6 %. Un peu plus loin, juste après trois petits sas équipés de gadgets censés représenter l'innondation, l'orage et la tempête, les assurances AXA prodiguent leurs bons conseils pour survivre aux évènements climatiques extrêmes [4]. Fort heureusement, les visiteur.euse.s ressortiront équipé.e.s d'un petit kit composé d'une lampe torche, d'une couverture de survie et d'une gourde souple, fort utile en cas de fin du monde inopinée.

Le reste des exposants et sponsors est du même acabit, des solutions domotique de E-Green, aux médicaments homéopathiques industriels des laboratoires Lehning, en passant par le discours toujours aussi colonialiste de la CIRAD et les sourires forcés et mal payés des agent.e.s d'accueil du groupe Armonia... Où sont les sacs pour vomir ?

Recherche nationale, bras droit du capital

Sur le quai, à quelques mètres du maire Jean-Luc Moudenc, du chef local d'AXA David Guillot de Suduiraut et des autres huiles qui faisaient les fier.e.s devant les caméras, un groupe de trublion.ne.s osèrent affirmer qu'il n'y avait aucune « solution » à attendre des plus grands pollueurs et exploiteurs : les patron.ne.s, les technocrates qui leurs construisent des ponts en or, les élu.e.s.

Le schtroumpf à lunettesLe plus déboussolé par ce message pourtant simple et suscitant même la bienveillance de la plupart des passant.e.s fut sans doute l'un des chercheurs présents. Pressé de se dédouaner, il s'est embourbé dans une piètre tentative de distinguer « eux » (les entreprises) et nous, les « schtroumpfs » (sic), pétris d'objectivité et de bonnes intentions, qui n'auraient « rien à voir » avec le reste du train. Juste derrière la tête de ce schtroumpf à lunettes, on pouvait pourtant voir, bien en évidence comme sur tous les wagons, les logos de l'union des industries chimiques et des autres.

Si on ne l'arrête pas, ce sinistre train accueillera chaque jour à son bord, de 10h à 18h30, outre quelque passant.e.s, des dizaines de collégien.ne.s et lycéen.ne.s des environs, amené.e.s là par convois pour s'y faire conscientiser. La manifestation est en effet labélisée par le ministère de l'éducation et figure en bonne place au programme de la très respectable « Fête de la Science ». Il s'agit là d'une illustration parmi d'autres de la stratégie de pipeautage selon laquelle la crédibilité offerte par les institutions scientifiques s'associe à l'argent des multinationales pour délivrer un message qui, au fond, arrange bien les uns comme les autres. Mais le casting des sponsors est cette fois tellement maladroit qu'il semble possible de faire un peu de bruit autour de cette affaire : pourquoi s'en priver ?


Notes

[1] Catherine Jeandel (LEGOS/CNRS), Serge Planton , (Météo France), Christophe Cassou (CERFACS/CNRS) et Béatrice Korc

[2] Trajet complet ici :http://trainduclimat.fr

[3] Car comme un agent de sécurité nous l'a bien fait remarquer lors que nous avons tenté de faire demi-tour, l'exposition ne se visite que dans un sens...

[4] Les proches des personnes tuées ou sinistrées lors de tels évènements apprécieront sans doute le petit frisson provoqué par l'attraction.


Le tract diffusé sur toulouse, réutilisable avec quelques modifs :
https://nantes.indymedia.org/system/fil ... /tract.odp

https://nantes.indymedia.org/articles/32195
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27118
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: COP21, Paris 2015 : Construire un contre-sommet climat

Messagede Pïérô » 18 Oct 2015, 14:04

COP 21, ou la plus grosse rave du monde !

Du 28 novembre au 12 décembre aura lieu la COP21 à Paris. Ce sera l’occasion pour les gouvernements, les élites et les multinationales de décider de notre sort et de celui de notre planète. Nous refusons cet état de fait et appelons à des mobilisations de masse !

La COP21 (21ème conférence des Nations Unies sur le réchauffement climatique) aura lieu entre le 28 novembre et le 12 décembre 2015. Ce ballet luxueux réunira entre autres les principales acteurs responsables des émissions de gaz à effet de serre : dirigeants d’Etats et lobbyistes à la solde de multinationales qui repeindront de vert leurs pratiques destructrices. Il va sans dire que cela n’aboutira à aucun résultat au vu de la gravité de la situation actuelle, tant au niveau environnemental que social. Les conférences passées le démontrent, comme à Varsovie en 2013 lorsque les grandes associations traditionnelles telle que Greenpeace ou WWF avaient quitté les négociations, dénonçant de fait la mainmise des multinationales et de leur doctrine capitaliste sur le processus. La liste des sponsors de la COP21 - Air France, BNP Paribas, Suez, Renault Nissan, Engine, EDF - n’en est que la preuve la plus tangible !

Ainsi, en plus du fait répandu que le réchauffement climatique s’accélère et dépassera probablement les deux degrés, du fait de la consommation excessive de pétrole et de gaz notamment - ce qui serait un désastre irréversible - les expertes de la question environnementale s’accordent à dire que nous sommes actuellement en train d’épuiser la plupart des ressources que nous consommons et utilisons. L’eau, les sols, mais aussi de nombreux métaux rares tels que le lithium, le cobalt ou le cuivre qui pourraient s’avérer forts utiles aux générations futures. Mais ce n’est pas tout : ce système capitaliste, qui en plus de détruire l’envrionnement, reproduit, pour assurer sa survie, un schéma de privilèges où les rapports de domination et les inégalités perdurent. Ainsi, le racisme, l’esclavage, le (néo)colonialisme, le (néo)impérialisme liés au capitalisme permettent et ont permis aux pays riches d’exploiter les pays du Sud et ainsi les priver d’une protection adéquate face au basculement climatique, provoquant notamment déplacements migratoires forcés. Le même schéma vaut pour la domination des hommes sur les femmes, ou de l’être humain sur la nature. Tous ces constats nous poussent à croire que nous arrivons à un point de rupture, que le capitalisme ne pourra, pour des raisons environnementales et sociales, plus perdurer.

En Suisse, notre consommation est 3,5 fois plus grande de ce qu’elle devrait être si l’on voulait avoir un rythme “soutenable”. La Suisse a donc une énorme responsabilité dans la crise climatique et c’est bien la dynamique capitaliste de notre système économique qui en est la cause. La croissance, la consommation comme échappatoire, la compétition, couplé à la propriété privée capitaliste ont réussi à s’imposer de manière extensive. Nous vivons dans une société avec de plus en plus de gadgets et de besoins inutiles, en déconnexion totale entre ce que l’on produit et ce que l’on consomme. Le discours dominant a fait là un fort beau boulot en nous obligeant à voir l’avenir à travers voitures électriques, appareils ménagers de catégorie A et tomates bio du mois de décembre. La COP21 ne consistera qu’en une accentuation de ces politiques qui ne s’attaquent en aucun cas aux racines du problème : le productivisme, la propriété privée des moyens de production et le maintien des rapports de domination.

Il nous faut donc une rupture rapide afin de nous extraire de ce système pervers. C’est pourquoi nous croyons essentiel de participer aux mobilisations qui auront lieu à Paris.

Non pas pour forcer la main aux négociatrices, mais principalement pour créer un mouvement social fort, constitué d’individus d’horizons différents qui répondent à d’autres logiques. Paris est une occasion à saisir pour nous rencontrer, échanger et développer des alternatives à la société capitaliste que nous connaissons. Ainsi, une ferveur populaire grandit, une optique de contestation et de création apparaît : de grandes mobilisations de masses, des occupations de places, les “climate games”, la convergence des ZAD, des espaces de débat et d’apprentissage s’organisent afin de contrer la grande messe médiatico-capitaliste de la COP21. La commune de Paris a existé il y a 144 ans, elle refleurira en cette fin d’année !

Nous refusons l’idée que le seul système économique possible soit le capitalisme, nous refusons de croire que les hommes et les femmes sont des êtres économiquement rationnels et détachés de tout aspect social, nous refusons de considérer la nature comme seule opportunité économique infinie, nous refusons la fausse idée que seule une organisation hiérarchique de la société est possible, nous refusons la primauté de la propriété privée sur les moyens de production !

Nous irons à Paris en décembre pour toutes les raisons évoquées ci-dessus et nous appelons toutes les personnes motivées à participer à nous rejoindre, à s’organiser et lutter dans un même but : la fin d’un système économique destructeur et la création d’une société nouvelle émancipatrice et heureuse au sein de laquelle les rapports de domination et les privilèges sont absents.

Nous avons créé le Collectif Genève COP21, joignable à l’adresse suivante : collectifgenevecop21@riseup.net, qui se donne pour objectif de faciliter la mobilisation anticapitaliste au sein du bassin genevois. Une réunion sera bientôt proposée. N’hésitez pas à nous envoyer un mail si vous êtes intéressées !

“La COP21 sera sociale ou ne sera pas !”

https://renverse.ch/Paris-COP-21-ou-la- ... -monde-329
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21203
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Suivante

Retourner vers Écologie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité