ZAD l’Amassada en Aveyron

Nucléaire, OGM, projets inutiles, ZADs ...

Re: ZAD l’Amassada en Aveyron

Messagede bipbip » 17 Fév 2018, 22:03

Amassada : de février à juin, construisons l’occupation !

Théolia s’étend pris une tôle au TGI, la lutte continue de plus belle : calendrier des rdv !

Construisons l’occupation

- 24,25 février : week-end bardage
- 3,4 mars : week-end enduit
- Du 16 au 23 mars week-end de chantier festif et semaine de chantier
(programme détaillé à venir). Une grande assemblée du mouvement contre le transformateur aux mille éoliennes aura lieu à ce moment là.
- Du 16 au 22 avril semaine de chantier
- Du 14 au 20 mai semaine de chantier
- Du 18 au 24 juin semaine de chantier

... Un bel été de constructions, de rencontres et......

Nous recherchons de nombreux matériaux, notamment des tôles (Min 2,10m de long), des gouttières pour la récupération des eaux de toitures,des
chevrons, des planches, des tasseaux, de la visserie...si vous vous
débarrassez de matériaux, contactez nous. Une remorque est également
recherché pour alimenter en eau potable l’amassada.

Nous appelons à constituer des groupes chez vous pour construire
l’occupation des mois qui vont venir, en pensant des bâtiments, des
actions locales de soutien et tout ce qui peut contrer RTE ici et
ailleurs. Pour coordonner l’espace d’occupation, contactez nous : amassada@riseup.net. Pour se rencontrer, rendez vous tous les
samedi 14H30 à l’amassada pour l’assemblée hebdomadaire.

Par ailleurs nous vous donnons rendez-vous à un grand carnaval/action
dont le rendez vous est à Saint Victor le mercredi 7 mars à 14h.
Ce carnaval doit servir de lieu de rassemblement pour tous ceux qui
s’opposent à l’imposture de la transition énergétique qui se matérialise
ici par les éoliennes industrielles, là par la pose forcée de compteur
linky, et par toute sorte de projets industriels ou d’aménagements soi
disant "vert" qui ne respectent pas les habitants des territoires
concernés. Un carnaval joyeux et débordant.

L’amassada sera présente ce week-end à NDDL avec un magnifique
caramantran pour partager l’émotion de cette victoire contre l’aéroport
et pour soutenir les habitants de la ZAD.

Voici deux liens vers des articles qui concernent les évènements de ces
dernières semaines.
. Sur Lundi matin https://lundi.am/L-economie-verte-sort-ses-griffes
. Sur Reporterre https://reporterre.net/L-eolien-industr ... -repressif

Pas res nos arresta !

Contact : amassada@riseup.net
blog : douze.noblogs.org

https://iaata.info/Amassada-de-fevrier- ... -2403.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29769
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: ZAD l’Amassada en Aveyron

Messagede bipbip » 27 Fév 2018, 21:22

Amassada, prochains rendez-vous pour construire la lutte

Bonsoir à tous et toutes,

en cette fraiche journée d’hiver, les chantiers ont débuté à l’Amassada pour finir le bardage des halles et affirmer notre détermintation à construire la résistance. De nombreux autres rendez-vous sont déja fixés pour continuer à bâtir le hameau de l’Amassada, voir ci-dessous pour les dates.

Lors de nos dernières assemblées, nous avons voulu consacrer une journée de réflexion pour batir tous ensemble une résistance durable et efficace contre le rouleau compresseur RTE. Nous vous proposons de se retrouver le 11 mars pour une discussion sur le principe d’occupation, sur ce qui nous tient à coeur et ce que l’on veut créer.

Un week-end de rencontres, échanges, fêtes... est aussi prévu pour la mi-avril (6,7 et 8), nous allons avoir besoin de coup de main pour l’organisation, n’hésitez pas à vous faire connaitre.

Après Notre-Dame-des-Landes, le gouvernement tente par ses moyens répressifs et violents de casser toute contestation, ils ne nous feront pas taire. Pas res nos arresta. Continuons à bâtir de tout, avec ce qu’on a !

Et surtout GROS SOUTIEN aux amis de Bure, courage et ne lachez rien !

adisiatz,



AGENDA :

Chantiers

- 3,4 mars : week-end enduit

- Du 6 au 13 avril week-end de chantier festif et semaine de chantier (programme détaillé à venir) Une grande assemblée du mouvement contre le transformateur aux mille éoliennes aura lieu à ce moment là.

Du 16 au 22 avril semaine de chantier

Du 14 au 20 mai semaine de chantier

Du 18 au 24 juin semaine de chantier

... Un bel été de constructions, de rencontres et......

PARC EOLIEN DE CRASSOUS

- réunion publique à Saint affrique, le mardi 27 février, 18h, au kiosque (jardin publique)

- manifestation carnavalresque le mercredi 7 mars à partir de 14h, rendez-vous à Saint Victor.

OCCUPATION

- journée de réflexion sur l’occupation dimanche 11 mars, de 9h à 17h, à saint victor (Amassada ou autre...)

ATTENTION BESOIN DE MATOS ! Nous recherchons de nombreux matériaux, notamment des tôles (Min 2.10M de long), des gouttières pour la récupération des eaux de toitures,des chevrons, des planches, des tasseaux, de la visserie...si vous vous débarrassez de matériaux, contactez nous. Une remorque est également recherché pour alimenter en eau potable l’amassada.

Nous appelons à constituer des groupes chez vous pour construire l’occupation des mois qui vont venir, en pensant des bâtiments, des actions locales de soutien et tout ce qui peut contrer RTE ici et ailleurs. Pour coordonner l’espace d’occupation, contactez nous via le mail : amassada@riseup.net.

Pour se rencontrer, rendez vous tous les samedi 14H30 à l’amassada pour l’assemblée hebdomadaire.

https://zad.nadir.org/spip.php?article5187
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29769
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: ZAD l’Amassada en Aveyron

Messagede bipbip » 03 Mar 2018, 11:09

[Amassada] "construire l’occupation"

Rendez vous à tous ceux et celles qui souhaitent participer aux constructions de l’Amassada dès 10h ce samedi 3 mars. Le chantier principal sera consacré aux enduits intérieurs de la deuxième cabane.

A 17h, l’université rurale du sud Aveyron organise une projection au cinéma de Saint Victor du film "Un monde sans humain", suivi d’une discussion.

Et à partir de 19h, apéro tapas en auberge espagnole à la cabane de l’Amassada.

Pour finir, à 21h, rencontre avec un couple de paysans du réseau COPAIN 44, discussion sur l’implication des paysans dans la lutte.

Et le lendemain dimanche 4 mars, poursuite des enduits à partir de 9h30.

A 12H30, nous rejoignons le rendez-vous à Tournemire devant le site de l’IRSN pour un pique nique en soutien à la lutte de Bure contre l’enfouissement de déchets radioactifs. Avant d’arriver à Tournemire, juste après le pont ferroviaire tourner à gauche : ce site accueille les expériences de validation par l’IRSN des travaux de l’ANDRA qui est l’entreprise en charge du projet CIGEO à Bure.

L’après midi fin des travaux d’enduits.

Pas res nos aresta !

Pour information, la manifestation carnavalesque du mercredi 7 mars est reportée.

Pour rappel, Dimanche 11 mars discussion de fond sur les suites du mouvement de lutte contre le transfo aux mille éoliennes :

9H30 : petit déjeuner partagé 10h:discussions 12H30 : repas partagé 14H : discussions 17H30:Résumé, compte/rendu des débats.

https://zad.nadir.org/spip.php?article5201
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29769
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: ZAD l’Amassada en Aveyron

Messagede bipbip » 24 Mar 2018, 20:26

Aveyron : Ôte tes grosses pales de là

Loin de constituer une alternative énergétique, la politique gouvernementale des énergies renouvelables ne renouvelle que le capitalisme. Et suscite des oppositions locales déterminées. Exemple du projet gigantesque d’éoliennes industrielles dans le Sud-Aveyron.

L’État a abandonné le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Mais il a promis de se lâcher contre les autres luttes opposées aux grands projets inutiles ou dangereux. Il en est ainsi du projet «  autoroute de l’énergie à Saint Victor-et-Melvieu  » en Aveyron.

L’Amassada («  assemblée  » en occitan) rassemble les opposants du Sud-Aveyron, agriculteurs et agricultrices, travailleurs et travailleuses du public et du privé, retraité.es, précaires et privé.es d’emploi. Leur motivation est aussi d’assurer un autre avenir et un autre monde à leurs enfants que celui promis par les politiciens et les capitalistes qui veulent imposer par la force publique la protection d’intérêts privés.

L’Amassada fait maintenant face à l’imminence de la déclaration d’intérêt publique et ses conséquences  : décisions d’expulsion, multiplication des procédures policières et judiciaires. Déjà aujourd’hui, intimidation, procès, gardes à vue, manœuvres politiques, tout est bon pour user l’adversaire, que ce soit moralement ou par le portefeuille. La réponse ne peut être que l’élargissement du mouvement.

Énergies renouvelables et proximité

La proximité est à la mode dans les discours gouvernementaux et capitalistes. Mais la seule réalité de leurs projets, c’est le gigantisme et la colonisation d’un territoire prétendu déserté.

Car il est nécessaire de bien distinguer une énergie de proximité et le programme gouvernemental des énergies renouvelables. Le projet éolien des Grands Causses (Aveyron, Tarn et Lozère) prévoit un millier d’éoliennes et un mégatransformateur. Ces éoliennes industrielles n’ont aucune utilité pour les populations concernées. Car ce projet d’électricité éolienne est d’abord voué à l’exportation.

Loin d’être une étape vers une alternative énergétique, ce projet s’insère dans une restructuration de l’industrie capitaliste, continuant ainsi l’exploitation des peuples et des terres, en particulier au sein des mines réparties dans les pays du Sud où la complexité des techniques mises en œuvres rend improbable leur appropriation locale.

Une alternative énergétique utilisera certes les mêmes sources énergétiques renouvelables. Mais elle ne peut que s’inscrire dans un autre mode de vie. Aussi, l’Amassada appelle à l’autogestion, au partage de pratiques et de connaissances, dans le but de créer une culture commune – non pas une identité excluante.

Son point fort  ? Le site de sept hectares sur lequel doit être construit le transformateur comprend une petite parcelle de 2 000 m² «  appartenant  » à une indivision de cent trente propriétaires. Pour l’Amassada, avec ses fêtes, ses chansons, ses constructions et sa petite éolienne auto-produisant son électricité, l’essentiel est d’occuper la place pour contrer les projets de réseau de transport d’électricité (RTE) et des promoteurs d’éoliennes.

Qu’ils s’inscrivent dans le redéploiement capitaliste de l’énergie, dans la construction de méga centres de vacance ou dans le développement d’autoroute ou de lignes ferroviaires à grande vitesse, un grand nombre de grands projets inutiles et imposés (GPII) artificialisent des terres agricoles ou des espaces forestiers, participent à la destruction de la biodiversité, causent des dommages à la vie des populations locales.

Pourtant, la véritable question quand est envisagée la construction d’une nouvelle infrastructure devrait être celle de son utilité sociale et d’abord pour celles et ceux qui habitent à proximité. Mais quand un contournement autoroutier est envisagé, c’est d’abord pour son utilité «  pour le commerce  ». Quand un projet nucléaire est présenté, c’est d’abord pour son utilité pour la défense des intérêts capitalistes.

Devenir du territoire

La question des hôpitaux ou des écoles est évidemment plus complexe. Mais aujourd’hui ce n’est pas l’intérêt de la population qui oriente les restructurations du système de santé ou de l’école. Ce sont bien les intérêts capitalistes. Il en est de même pour ce qui concerne la privatisation de l’eau, la suppression de lignes SNCF, ou de tournées postales, ou encore la pose de compteurs communicants (Linky). Nous n’acceptons pas que la désertification de l’Aveyron s’accélère sous les coups du développement touristique, de l’éolien industriel ou de l’installation de la légion étrangère sur le Larzac.

Aujourd’hui la lutte contre le projet d’éoliennes industrielles dans le Sud Aveyron rencontre des difficultés. D’une part le gigantisme du projet rend difficile l’occupation de tous les terrains concernés. Et puis il faut bien le dire, l’éolien, dans l’absolu, bénéficie d’une connotation positive. Mais surtout, la mise en œuvre d’une convergence des luttes rencontre quelques difficultés. En premier lieu, il est nécessaire de constater la différence de pratiques de lutte entre celles menées par l’Amassada et celles de bien des structures syndicales. Plus inquiétant, la Confédération paysanne Aveyron, pourtant réputée très à gauche, fait la sourde oreille aux appels à la convergence. La clé du développement et d’une future victoire de cette lutte nécessite d’avancer sur cette question en particulier  !

Reinette Noyée (AL Aveyron)


Répression du mouvement

Jeudi 25 janvier 2018 à 7 heures du matin, une centaine de gendarmes ont interpellé à leur domicile treize opposantes et opposants à la construction du parc d’éoliennes industrielles de Crassous (commune de Saint-Affrique, Aveyron), parmi lesquels il y avait deux camarades d’Alternative libertaire. Ils et elles ont été dispersé.es en garde à vue aux quatre coins du département.

Leur délit  ? S’être opposé pacifiquement aux engins de chantier qui saccagent la forêt de Crassous. Les charges retenues ont été «  vol et entrave avec voies de fait à la liberté du travail  », ce qui fait évidemment plus sérieux. En soutien aux inculpé.es, une journée de mobilisation a pu immédiatement réunir au-delà du mouvement.

Quatre jours après, le lundi 29 janvier, cinq autres opposants étaient assignés au tribunal de grande instance de Rodez. La convocation s’est faite dans le cadre d’un «  référé heure à heure  », mesure d’exception, soi-disant pour établir, selon l’avocat de la société Théolia, multinationale de l’éolien, la réalité de la «  menace imminente  »  : de dangereux criminels rôderaient, ce qui aurait causé un retard du chantier d’un mois et demi. Pour seule preuve, des personnes auraient été contrôlées par la gendarmerie sur une route à 1 km du chantier. Face à cette menace, Théolia demandait une interdiction de circuler. Les cinq prévenus ont été relaxés.

Mais que faisait la gendarmerie à cet endroit là  ? Un dispositif de quatre-vingts représentants de l’État a été déployé pour permettre le saccage d’un hectare de forêt de buis en plein parc naturel. Dépôts de plaintes reprenant des rapports de gendarmerie  ; dispositifs judiciaires d’exception  ; presse qui plaint les flics parce qu’ils auraient peur des zadistes, évidemment dangereux  ; maire de Saint-Affrique qui pond des arrêtés de régulation de la circulation pour gêner les mobilisations… Voilà une belle illustration de la réalité du «  partenariat public-privé  » créé pour ce projet  !

Reinette Noyée


http://www.alternativelibertaire.org/?A ... ales-de-la

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29769
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: ZAD l’Amassada en Aveyron

Messagede bipbip » 05 Avr 2018, 14:57

Et le 7-8 avril : Habitons l’Amassada

l’Amassada vous convie à un WE de rencontres et de célébration, pour enraciner concrètement la résistance au projet de transformateur,imaginer la suite et gripper les rouages de l’éolien industriel, sur place comme ailleurs.

Des chantiers, discussions, vous attendent samedi et dimanche. Théâtre, concerts et pizzas au four à pain samedi soir.

l’Amassada vous convie à un WE de rencontres et de célébration, pour enraciner concrètement la résistance au projet de transformateur,imaginer la suite et gripper les rouages de l’éolien industriel, sur place comme ailleurs.

Dès samedi matin :
- chantiers divers : enduits, mobilier, jardin, clôture pour les brebis
- petits-dej et repas (régimes spécifiques pris en compte) à prix libre
- bar pour les moments de relâche !

Samedi apres-midi : Assemblée

Retour sur quelques années de lutte et sur la situation actuelle de l’Amassada.De quelle manière habiter ici dès aujourd’hui, soutenir d’ailleurs,résister à ce projet et au monde qui va avec ?

Samedi soir : Thêatre, Concerts, Pizzas

"Raymonda Nada" - polar en live...

les portes blended - Rock - The Doors revisités bustic plaster - hip dub electro déjanté futurs morts - sombre rock

Du Fou rapin, mobile et nourri au bois, sortiront des pizzas avec et sans gluten, végan -ou pas-, à prix libre. Amenez de la monnaie !

Dimanche après-midi

Discussion pour préparer la suite sur place, dès les prochains jours. Et toujours des tas de choses à construire sur le moment.

Apportez vos outils et tout le matériel que vous jugerez approprié. Aussi, une frontale et de quoi vous réchauffer. Merci de laisser les comportements racistes, sexistes, homophobes ou autrement discriminants loin d’ici.

Au plaisir de vous voir, Pas Res Nos Arresta, comme il se dit par ici.

https://zad.nadir.org/spip.php?article5276
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29769
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: ZAD l’Amassada en Aveyron

Messagede bipbip » 07 Mai 2018, 00:01

Le renouvelable dévoyé

Énergie : Le renouvelable dévoyé !

Loin de constituer une alternative énergétique, la politique gouvernementale des énergies renouvelables ne renouvelle que le capitalisme. Et suscite des oppositions locales déterminées. Exemple du projet gigantesque d’éoliennes industrielles dans le Sud-Aveyron.

Tous les écologistes défendent les énergies renouvelables et la sobriété énergétique depuis des décennies. Mais la façon dont ces énergies sont produites est actuellement remise en question. Champs d’éoliennes, géothermie profonde, fermes de panneaux solaires... tous ces systèmes sont construits conformément aux intérêts des firmes multinationales. Et il y a un écart immense entre leurs caractéristiques et celles qui sont vantées par l’État et les promoteurs.

La façon dont s’organise le développement des énergies renouvelables est difficile à critiquer, car très soutenu dans l’opinion publique. Le nucléaire est un repoussoir. La communication gouvernementale affirme que cette énergie sera un jour remplacée (ou réduite en quantité dans le mix énergétique) par des techniques «  propres  », «  durables  » et locales.

Les thèmes des luttes écologistes sont appelés à la rescousse pour faire avaler la pilule d’aménagements onéreux polluants et imposés. Ainsi une ferme de panneaux solaires ou un champ d’éoliennes devient une énergie de proximité. Et tout ceci passe très bien. Nous allons le voir, il ne s’agit que d’un travestissement de la réalité.

Une proximité très distante

Le développement des énergies renouvelables s’opère aujourd’hui principalement dans des gros projets, tels celui d’un réseau de 750 éoliennes de 80 mètres en Aveyron, ou d’usines à pellets, comme actuellement dans un village du Limousin, ou d’immenses fermes photovoltaïques. Évidemment, ni les petites collectivités, ni les individus ne peuvent financer de telles installations. Ces installations ne produisent d’ailleurs pas d’énergie pour la population locale, mais elle est la seule à être exposée aux nuisances. L’énergie est convertie en profits pour multinationales par une distribution dans un marché globalisé.

Le gigantisme des installations a des conséquences. Ainsi, pour une centrale à bois dans une ville, il faudra faire venir, par centaines de camions, de la matière première depuis des distances à l’échelle des besoins, soit une centaine de kilomètres autour de la centrale. Pour une centrale à géothermie profonde, il faudra chercher des flux d’eau chaude à 2, 3, voire 5 kilomètres sous terre. Pour «  nettoyer  » les fissures de la roche, évidemment, les quantités d’acide nécessaires seront gigantesques.

Pourquoi un tel gigantisme des projets ?

Il convient aussi de se pencher sur les montages des projets  : au départ, les recherches et développements sont prises en charge par les budgets de l’État, mais l’exploitation des ressources est privatisée. Prenons l’exemple emblématique du projet de géothermie à Strasbourg. Le permis a été obtenu par la start-up Fonroche sur la base des recherches géologiques faites par l’État. Dès que les autorisations de forages ont été obtenues, la start-up voit arriver quelques 400 millions d’euros sur son compte en banque via un investisseur européen. Mais les investisseurs – dont les capitaux sont souvent hébergés dans des pays à fiscalité avantageuse voire opaque – ne va prévoir de financer l’entreprise que sur cinq à sept ans, c’est à dire la phase ascendante de valorisation de son capital. Ensuite, ce sera un autre investisseur, venu d’on ne sait où, qui gérera l’exploitation. Et le jour où il faudra fermer cette exploitation, le dit investisseur ou son lointain successeur aura plié bagage. Et à aucun moment il ne sera possible de mettre en place quelque contrôle local sur tous ces agissements. Aussi, la qualification d’énergie de proximité pour ces installations relève de l’arnaque. Et l’échelle des installations reste un problème. Les techniques développées, très pointues et coûteuses, rendent impossible la maîtrise de la production d’énergie par les usagers. Quant bien même il serait possible de collectiviser les, peut-être, futures 750 éoliennes d’Aveyron, que pourraient en faire les habitants, car celles-ci sont vouées au commerce international de l’énergie (avec les infrastructures qui suivent) et, de toute façon, le département est déjà autosuffisant en énergie renouvelable hydroélectrique.

La logique actuellement à l’œuvre dans le développement des énergies renouvelables travestit la notion de proximité et en réalité n’est qu’une politique d’exploitation capitaliste des ressources dans le cadre d’une colonisation des territoires ruraux. Le gigantisme est nécessaire au contrôle par le capitalisme et à ses profits.

Dans son numéro de février 2018, Alternative libertaire, reprenant les thèses de l’écologiste Denis Hayes formulées dans les années 1970, exposait cette notion très importante pour le développement d’une société autogestionnaire et écologique  :«  l’énergie, c’est une question de pouvoir  ». Ce constat est toujours valable. Mais aujourd’hui, ne nous laissons pas berner par le copier-coller que le capital utilise pour exploiter et coloniser de nouvelles franges de territoires. La proximité ne se résume pas à la transformation des ressources disponibles localement en électricité ou chaleur pour les distribuer globalement. Parler de proximité implique aussi une utilisation directe de l’énergie par les populations locales, éventuellement sans transformation en électricité. Elle s’inscrit dans d’autres choix d’organisation de la vie et du travail. Elle s’émancipe du « droit de propriété » pour privilégier le « droit d’usage » des populations locales. Évidemment elle s’inscrit dans une rupture avec le capitalisme.

Reinette noyée (AL Aveyron)


http://www.alternativelibertaire.org/?E ... ble-devoye
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 29769
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Précédente

Retourner vers Écologie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité