Pesticides et insecticides à l'index

Nucléaire, OGM, projets inutiles, ZADs ...

Re: Pesticides et insecticides à l'index

Messagede bipbip » 11 Déc 2016, 13:09

Tribune

Levons le voile sur les vies brisées par les pesticides !

Au sortir de la seconde guerre mondiale, la question de l’autosuffisance alimentaire se pose de façon aiguë : les leaders du monde libre, sous l’influence des dirigeants de l’industrie chimique, réclament aux paysans européens de passer rapidement à l’ère industrielle. Mis à genoux par six années de combat, le monde rural consent à cette industrialisation à tous crins. C’est ainsi que dès les années 1950, le recours massif aux pesticides de synthèse en agriculture devient une religion d’État. L’industrie chimique, née dans les tranchées de la Première guerre mondiale, y trouvera largement son compte.

Soixante-dix ans plus tard, quel bilan tirer de ce choix politique alors dicté par la nécessité de produire encore plus avec toujours moins de bras ? Certes les rendements agricoles atteignent des sommets. Les exportations augmentent, faisant de l’agriculture française et de sa balance commerciale excédentaire un modèle européen. Mais à quel prix ! On ne compte plus les impacts environnementaux de ce modèle agricole chimiquement intensif : contamination de nos aliments et de notre air, nous exposant, dès l’enfance, à un cocktail de pesticides, perte de milliers de ruchers, présence de résidus de pesticides dans la quasi-totalité des cours d’eau…

À ce scandale environnemental s’ajoute un scandale social et sanitaire, dont les victimes sont invisibles ! La France compte aujourd’hui dix fois moins d’agriculteurs qu’en 1945 et leur endettement, dès l’installation, dépasse l’entendement. De même, des ports céréaliers aux silos à grains, de la semence enrobée aux champs pulvérisés, celles et ceux exposés à ces traitements chimiques sont victimes - entre autres et à des âges toujours plus précoces - d’allergies, de cancers, de troubles neurologiques ou de la fertilité.

Pour les professionnels en contact avec des pesticides, et tout particulièrement les agriculteurs, le risque d’être atteint de la maladie Parkinson est six fois plus élevé qu’une personne non exposée. Signe que le phénomène s’accroît, deux récents ajouts au tableau national du régime agricole des maladies professionnelles sont liés aux pesticides : la maladie de Parkinson en 2012 et les hémopathies malignes (dont le fameux lymphome non-hodgkinien) en 2015. Les personnes atteintes antérieurement à la sortie du tableau ont jusqu’à juin 2017 pour faire une déclaration et demander leur indemnisation.
Victimes cachées

Pendant de trop nombreuses années ces victimes sont restées cachées, subissant l’omerta à laquelle elles semblaient condamnées. L’enjeu pour elles est maintenant de témoigner, ce que permettent des organisations comme Générations futures ou Phyto-victimes. Les destins devenus emblématiques de Yannick Chenet, viticulteur charentais décédé en 2011 d’une leucémie reconnue comme maladie professionnelle après trois années de combat, ou de Paul François, qui a obtenu la condamnation de Monsanto pour son intoxication au pesticide Lasso, commencent à révéler ce scandale encore si peu visible.

La récente affaire des ex-salariés de la coopérative Nutréa-Triskalia, dont deux d’entre eux, Laurent Guillou et Stéphane Rouxel, ont obtenu réparation après un marathon judiciaire de sept ans, fera date. Elle a montré que nombreux sont les travailleurs mal protégés et désinformés par leur hiérarchie sur la dangerosité des produits auxquels ils sont exposés.

Elle a également dévoilé à quel point tout est fait pour éviter un précédent, quitte à laisser des victimes dans la précarité et l’isolement. Enfin, cette affaire montre avec quelle ironie les dirigeants de cette coopérative, alors qu’ils se revendiquent de l’économie sociale et solidaire, utilisent tous les moyens pour baisser les coûts et optimiser les bénéfices aux dépens même de la santé des salariés.

Les ex-employés de Triskalia incarnent un espoir. Devant l’épouvantable série de vies brisées par les pesticides, il ne doit plus y avoir un seul lieu de travail où l’on exerce son activité sans protection. Le monde politique français n’a-t-il donc rien retenu du scandale de l’amiante ? Selon nous, la France ne respecte même pas le droit européen, pourtant protecteur en la matière ! Nous faisons appel au bon sens : tournons la page de l’agriculture industrielle, progressons vers une agriculture centrée sur l’agronomie et non la chimie de synthèse, respectueuse de l’environnement et au service de la société !

Les signataires de cette tribune sont : Eric Beynel (porte-parole de l’Union syndicale solidaires), José Bové (eurodéputé EELV), Nadine Lauvergeat (coordinatrice de l’association Générations futures), Serge Le Quéau (représentant de l’Union syndicale Solidaires au CESER de Bretagne), René Louail (porte-parole du Comité de soutien aux victimes des pesticides de Triskalia), Annie Thébaud-Mony (présidente de l’Association Henri Pézerat santé travail environnement) et François Veillerette (président de l’association Pesticide action network Europe).


https://www.solidaires.org/Levons-le-vo ... pesticides
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Pesticides et insecticides à l'index

Messagede bipbip » 29 Déc 2016, 13:06

Pesticides : L’État au service des lobbys du poison

Dans son numéro de février 2009, Alternative libertaire faisait le point sur la dangerosité des pesticides. Huit ans plus tard, bien peu de choses ont changé dans ce domaine. Nous tenons à rappeler l’urgence d’une interdiction totale des pesticides, et appelons à rejoindre les associations qui luttent contre le déversement de dizaines de milliers de tonnes de poisons divers dans l’environnement.

Les conditions d’épandage des pesticides, dits produits « phytosanitaires », sont actuellement définies par un arrêté ministériel de septembre 2006. Mais le Conseil d’État, suite à une contestation de l’« association nationale pommes poires », a cassé cet arrêté pour des raisons de forme. Un nouveau projet d’arrêté doit remettre à plat les conditions d’épandage : force du vent, distances minimales par rapport à une habitation et à un cours d’eau, délais minimaux à respecter avant que les travailleuses et travailleurs agricoles – les plus exposé.es aux effets des pesticides – puissent pénétrer à nouveau dans une parcelle traitée. Mais la FNSEA, associée à la préparation de cet arrêté, ne souhaite rien céder aux mesures de sécurité. « Le syndicat estime que ces nouvelles dispositions imposant des zones non traitées larges de 5 à 20 mètres entre les cultures et les habitations priveraient les exploitants d’un “énorme potentiel” de production (...). La FNSEA veut réduire les délais minimaux de retour dans une parcelle traitée avec des produits cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques (...). Ces jours-ci, l’organisation a aussi dépêché ses soutiens parlementaires : le député des Hautes-Alpes Joël Giraud (radical de gauche) plaide contre l’arrêté au nom de l’agriculture de montagne, déjà contrainte par la géographie. Au Sénat, Yvon Collin (RDSE, Tarn-et-Garonne) a interpellé la ministre de l’Écologie, Ségolène Royal, lors des questions au gouvernement [1]. »

Face à cette offensive du lobby de l’agro-industrie, le 17 octobre, les associations environnementales, tenues à l’écart des discussions, se sont pourtant invitées dans le débat. Eau et rivières de Bretagne, France nature environnement, Générations futures et Soutien aux victimes de pesticides réclament le maintien des dispositions minimales de protection contre les épandages : une zone non traitée d’une largeur de 1 mètre vis-à-vis de tous éléments du réseau hydrographique ; des zones non traitées à proximité des points d’eau, des habitations, des jardins et équipements collectifs ; une limite d’intensité d’un vent lors des épandages. Pourtant, il semblerait que le gouvernement se soit une fois de plus couché devant la FNSEA : alors que les statistiques sur les volumes de pesticides pour l’année 2014, récemment publiées, montrent une augmentation de 16 % des épandages de ces « phytosanitaires » en France, l’hypothèse de créer une zone non traitée de 5 mètres de large autour des habitations… a tout bonnement disparu du projet de décret [2].

Les dégâts faramineux des perturbateurs endocriniens

Les perturbateurs endocriniens (PE) sont une catégorie de molécules produisant des effets délétères à de faibles niveaux d’exposition, en interférant avec le système hormonal. Ils se ­retrouvent dans de nombreux pesticides – en particulier les organophosphorés comme le Malathion ou le Roundup –, ou sont présents dans des solvants et plastiques, dans certains cosmétiques ou conditionnements alimentaires. Selon l’étude Diabetes and Endocrinology conduite par des chercheuses et chercheurs américains [3] , l’exposition aux PE entraînerait 340 milliards de dollars par an de dégâts sanitaires aux États-Unis, et encore, il s’agit d’une sous-estimation, puisque l’étude n’a considéré que les maladies et les troubles pour lesquels existent des preuves solides du lien : obésité et diabète, troubles de l’appareil reproducteur et infertilité, et surtout effets neurologiques et neurocomportementaux qui se taillent la part du lion en diminuant les capacités intellectuelles, calculées en points de quotient intellectuel (QI), des enfants exposés in utero. Au sein de ­l’Union européenne, ces mêmes dégâts sont estimés à 157 milliards d’euros [4], un niveau deux fois moindre, mais qui reste énorme, et qui s’explique par les différences de réglementation.

Pesticides et nutrition

Une douzaine de scientifiques et de médecins, praticiens hospitaliers ou chercheuses et chercheurs attaché.es à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) ou au CNRS, ont récemment essuyé un refus de financement de leurs travaux par les ministères de ­l’Agriculture, de la Santé et de l’Environnement. Elles et ils leur ont adressé un courrier, le 10 octobre 2016, demandant des éclaircissements. Leur projet répondait à une inquiétude des médecins du service d’oncologie-hématologie du centre hospitalier d’Avignon (Vaucluse). « On y enregistre 280 à 300 nouveaux cas de différents cancers du sang par an et ce chiffre est en augmentation ces dernières années, dit l’un des pétitionnaires. Le bassin de population n’ayant pas suffisamment augmenté pour expliquer cette tendance [5]. » L’objectif des chercheuses et chercheurs était de reconstituer le parcours professionnel et les lieux fréquentés par les malades, pour suggérer ou écarter un lien avec certains usages de produits phytosanitaires. « En l’absence de toute justification scientifique précise des raisons de ce refus, écrivent-ils dans leur lettre, celui-ci nous apparaît comme une décision de nature politique qui, malheureusement, contribue au maintien de l’invisibilité des maladies liées à l’exposition professionnelle et environnementale aux pesticides. »

Outre ces dégâts sur la santé humaine, un autre constat s’impose. Le Fonds mondial pour la nature (WWF) publiait en octobre, dans son étude bisannuelle réalisée en partenariat avec la société savante Zoological Society of London, que les espèces de vertébrés avaient perdu 58 % de leurs effectifs ces quarante dernières années, avec aussi des extinctions totales d’espèces. Les milieux d’eau douce sont les plus affectés, avec un effondrement de 81 % d’individus, devant les espèces terrestres, 38 %, et celles marines, 36 %. Ces chiffres matérialisent la sixième extinction des espèces en cours : une disparition de formes de vie sur la planète dont le moteur est indéniablement liée à l’expansion du capitalisme. Les causes premières de ces reculs sont imputables à la perte et à la dégradation de l’habitat sous l’effet de l’agriculture industrielle, de l’exploitation forestière, de l’urbanisation ou de l’extraction minière ; à la surexploitation des mers par les pêcheries industrielles ; aux pollutions massives par les pesticides ; et enfin, de manière plus marginale pour l’instant, au changement climatique.

Jacques Dubart (AL Nantes)


[1] Le Monde, 18 octobre 2016.
[2] Le Monde, 8 novembre 2015.
[3] Voir la revue médicale The Lancet, 18 octobre 2016.
[4] Le Monde, 5 mars 2015.
[5] Le Monde, 17 octobre 2016.

http://www.alternativelibertaire.org/?P ... ervice-des
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Pesticides et insecticides à l'index

Messagede bipbip » 31 Déc 2016, 12:22

Pesticides. Peur sur la coopérative

Les salariés de l’usine Nutréa-Triskalia s’inquiètent des risques sanitaires encourus après la livraison de maïs traité avec un produit toxique.

L’inquiétude est à nouveau palpable chez les salariés de la coopérative Nutréa-Triskalia de Plouisy (Côtes-d’Armor), qui craignent d’avoir été exposés cette semaine à un produit antiparasitaire hautement toxique. « D’anciens salariés ont déjà été empoisonnés par des produits dangereux. Alors, forcément, on s’inquiète », lâche Serge Le Quéau, de l’Union syndicale Solidaires Bretagne, faisant référence aux multiples affaires d’intoxication aux pesticides en cours au sein de cette entreprise spécialisée dans les aliments pour bétail, qui a, en outre, toujours nié ses responsabilités.

... http://www.humanite.fr/pesticides-peur- ... ive-629192
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Pesticides et insecticides à l'index

Messagede bipbip » 01 Jan 2017, 16:20

Mercredi 4 janvier 2017 à Mirepoix (09)

Soutien aux faucheurs volontaires ariègeois

à 9h, Devant la gendarmerie, 47 av Gabriel Faure, 09500 Mirepoix

APPEL A SOUTIEN AUX FAUCHEURS VOLONTAIRES ARIÉGEOIS-ES !!

VENEZ NOMBREUSES ET NOMBREUX SOUTENIR LES FAUCHEUR-SE-S PRES DE CHEZ VOUS !!!

Nous sommes convoqué-e-s pour auditions libres aux gendarmeries de FOIX, PAMIERS, LA BASTIDE DE SEROU, ET MIREPOIX ce mercredi 4 janvier 2017 à 9h ! Ils divisent pour mieux régner ! Donc RDV devant la gendarmerie la plus proche de chez vous pour soutenir les auditionné-e-s à 9 h

Rappel des faits qui nous sont reprochés : le mardi 27 septembre nous avons rendu impropres à la vente des bidons d'herbicide contenant du glyphosate (comme par exemple le round'up de Monsanto) dans deux jardineries de Pamiers (MR BRICOLAGE Pamiers et ESPACE EMMERAUDE Saint Jean Du Falga) en écho au procès des camarades de Privas en Ardèche qui se déroula le vendredi 30 septembre 2016.

Ces produits dangereux doivent être retirés de la vente aux particuliers et éradiqués également en agriculture !! les perturbateurs endocriniens qu'ils contiennent sont le futur méga scandale sanitaire de demain ! On retrouve des traces de ces pesticides dans les cours d'eau de toute l'Europe et dans l'urine de presque tous-tes ses habitant-e-s !!

ROUND'UP = CANCERS !!

le collectif des faucheuses et faucheurs ariégeois


https://carcassonne.demosphere.eu/rv/1765
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Pesticides et insecticides à l'index

Messagede bipbip » 12 Jan 2017, 16:48

En attendant le procès …. du glyphosate !

Huit faucheuses et faucheurs volontaires ont été « auditionnéEs » mercredi 4 janvier dans diverses gendarmeries de l’ Ariège. Elles et ils avaient participé à une action de dégradation d’herbicides contenant du glyphosate dans deux grandes surfaces, simplement en les badigeonnant de peinture pour les rendre impropres à la vente. Les deux magasins ont ensuite porté plainte pour « dégradation ou détérioration volontaire d’un bien » et réclament 2 168,14 € pour l’un et à 2 038,17 € pour l’autre.

... http://www.anti-k.org/2017/01/09/en-att ... lyphosate/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Pesticides et insecticides à l'index

Messagede Pïérô » 29 Jan 2017, 03:48

Brest: le maïs empoisonné à la phosphine est une bombe à retardement

La phosphine, fabriquée depuis les années 1930 par l’entreprise Degesch est un poison létal utilisé pour tuer la vermine. Degesch est l’acronyme de Deutsche Gesellschaft für Schädlingsbekämpfung (littéralement Société allemande pour le combat contre la vermine).

Degesch est l’acronyme de Deutsche Gesellschaft für Schädlingsbekämpfung (littéralement Société allemande pour le combat contre la vermine).

Depuis mi-décembre 25 500 tonnes de maïs sont entreposées quelque part dans le port de Brest. Les associations et les syndicats se sont mobilisés à juste titre car de cette cargaison s’échappe des gaz mortels de Degesch. Ce qui n’était pas connu est que la phosphine peut également provoquer des explosions.

Les armateurs utilisent la phosphine dans les cales des vraquiers pour empêcher la prolifération des larves et autres vers qui mangent les grains de maïs quand le bateau est en mer. Les émanations sont si dangereuses qu’une organisation maritime internationale des fumigateurs, IMFO, a été créée et que des assurances spécifiques sont proposées aux armateurs au cas où il y aurait un mort parmi les marins.

... https://blogs.mediapart.fr/jose-bove/bl ... etardement
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Pesticides et insecticides à l'index

Messagede bipbip » 02 Fév 2017, 19:24

Brest: le maïs empoisonné à la phosphine est une bombe à retardement

La phosphine, fabriquée depuis les années 1930 par l’entreprise Degesch est un poison létal utilisé pour tuer la vermine. Degesch est l’acronyme de Deutsche Gesellschaft für Schädlingsbekämpfung (littéralement Société allemande pour le combat contre la vermine).

Degesch est l’acronyme de Deutsche Gesellschaft für Schädlingsbekämpfung (littéralement Société allemande pour le combat contre la vermine).

Depuis mi-décembre 25 500 tonnes de maïs sont entreposées quelque part dans le port de Brest. Les associations et les syndicats se sont mobilisés à juste titre car de cette cargaison s’échappe des gaz mortels de Degesch. Ce qui n’était pas connu est que la phosphine peut également provoquer des explosions.

Les armateurs utilisent la phosphine dans les cales des vraquiers pour empêcher la prolifération des larves et autres vers qui mangent les grains de maïs quand le bateau est en mer. Les émanations sont si dangereuses qu’une organisation maritime internationale des fumigateurs, IMFO, a été créée et que des assurances spécifiques sont proposées aux armateurs au cas où il y aurait un mort parmi les marins.

... https://blogs.mediapart.fr/jose-bove/bl ... etardement
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Pesticides et insecticides à l'index

Messagede bipbip » 25 Fév 2017, 17:54

Brest
Elevage : des salariés lancent l’alerte sur du maïs contaminé par un pesticide très toxique

En décembre dernier, 25 000 tonnes de maïs contaminé à la phosphine ont été débarqués dans le port de Brest. La phosphine est un pesticide épandue sur les stocks de céréales au moment de l’embarquement ou au cours de la traversée. Inhalée à forte dose, elle « provoque des atteintes neurologiques, respiratoires et cardiaques sévères pouvant aller jusqu’à la mort du sujet », signale l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des maladies professionnelles et des accidents du travail (INRS). L’exposition à de plus faibles doses entraine également des graves conséquences sur la santé.

Acheminée depuis un port roumain à bord d’un cargo battant pavillon des Bahamas et propriété d’un transporteur polonais, la cargaison était en partie destinée à une usine de fabrication d’aliments pour bétail appartenant au groupe Triskalia, propriétaire de marques alimentaires comme Paysan breton, Mamie Nova, Régilait, Ronsard (volailles) ou Socopa (viandes). Située à Plouisy, dans les côtes d’Armor, l’entreprise a déjà fait parler d’elle en 2008, suite à l’intoxication grave de deux de ses salariés par un autre pesticide

... http://www.bastamag.net/Du-mais-contami ... ns-bretons
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Pesticides et insecticides à l'index

Messagede bipbip » 18 Mar 2017, 17:09

Mobilisation contre le glyphosate

Depuis le 8 février 2017, les citoyens européens peuvent signer l’ICE « Stop au glyphosate ». Porté au départ par une dizaine d’ONG européennes (Campact, Greenpeace, Pesticide Action Network, CEO...), piloté par l’ONG WeMove, le mouvement cherche à mobiliser les organisations (hors politiques) dans les États membres de l’UE : l’objectif est d’atteindre au plus vite le million de signatures valides afin de peser sur l’évaluation de l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) prévue pour l’été. Le compte à rebours est en marche !

... https://www.infogm.org/6143-contre-le-g ... r-milliers
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Pesticides et insecticides à l'index

Messagede bipbip » 23 Mar 2017, 12:58

Charente: Un maire interdit la pulvérisation des pesticides près des maisons, la FNSEA s'oppose à sa décision

Le maire de Ruelle-sur-Touvre, a pris un arrêté la semaine dernière pour interdire les pulvérisations de pesticides à moins de 50 mètres des habitations...

L’arrêté municipal pris la semaine dernière par Michel Tricoche, maire de la commune de Ruelle-sur-Touvre, en Charente, ne passe pas auprès de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA). L’élu, qui dirige une commune d’un peu plus de 7.200 habitants, a souhaité interdire la pulvérisation de pesticides à moins de 50 mètres des habitations. La FNSEA a saisi le préfet pour qu’il invalide cet arrêté, rapporte la Charente Libre.

... http://www.20minutes.fr/bordeaux/203564 ... or=RSS-176
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Pesticides et insecticides à l'index

Messagede bipbip » 26 Mar 2017, 11:45

Suite aux révélations sur Monsanto, des eurodéputés demandent l’interdiction du glyphosate

27 députés européens de tous bords politiques ont envoyé vendredi 24 mars une lettre à la Commission européenne « pour exprimer leurs inquiétudes » après les révélations des Monsanto Papers et obtenir que le glyphosate ne soit plus autorisé en Europe.

Dans le cadre d’une action intentée contre Monsanto, la justice fédérale américaine a déclassifié, jeudi 16 mars, plus de 250 pages de correspondance interne de la firme agrochimique, montrant que cette dernière s’inquiétait sérieusement, dès 1999, du potentiel mutagène du glyphosate, principe actif de son produit phare, le Roundup, et molécule phytosanitaire la plus utilisée au monde.

Pour les eurodéputés, ces révélations remettent en cause la ré-autorisation du glyphosate. Cette molécule bénéficie d’un sursis jusqu’à fin 2017, le temps d’attendre un nouvel avis scientifique qui viendrait de l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA). or cette dernière a annoncé mercredi 15 mars, qu’elle ne classait pas le glyphosate parmi les agents cancérogènes.

... https://reporterre.net/Suite-aux-revela ... diction-du
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Pesticides et insecticides à l'index

Messagede bipbip » 07 Avr 2017, 15:08

Du glyphosate retrouvé en quantité importante dans les urines de 30 cobayes par Générations Futures

L'association Générations Futures, qui a fait analyser les urines de 30 personnes, a relevé la présence de glyphosate dans 100% des échantillons. Certains ont même des taux 30 fois supérieurs aux autres.

L'association Générations Futures, qui a fait analyser les urines de 30 personnes dont la chanteuse Emilie Loizeau, les humoristes de France Inter Charline Vanhonecker et Alex Vizorek, des enfants et adultes qui vivent en zone urbaine ou agricole, a relevé la présence de glyphosate dans 100% des échantillons. Un constat préoccupant pour François Veillerette, le président de l'association "le taux de glyphosate devrait être à zéro, il n'est pas normal que les personnes aient dans leur organisme cette molécule de désherbant".

Certains ont même des taux 30 fois supérieurs aux autres. Le glyphosate, c'est la substance chimique de base dans le Roundup, l'herbicide le plus vendu au monde.

... http://www.francetvinfo.fr/monde/enviro ... tor=EPR-2-[newsletterquotidienne
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Pesticides et insecticides à l'index

Messagede bipbip » 11 Avr 2017, 13:49

Des soutiens pour le maire Charentais qui avait pris un arrêté anti-pesticides, annulé par le préfet

Une pétition en ligne a été lancée pour soutenir Michel Tricoche, maire de gauche de Ruelle-sur-Touvre en Charente et elle a recueilli près de 24.000 signatures. Un collectif de médecins lui apporte également son appui…

... http://www.20minutes.fr/bordeaux/204709 ... or=RSS-176
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Pesticides et insecticides à l'index

Messagede bipbip » 30 Avr 2017, 19:40

Pesticides. La France sommée de rendre des comptes dans l’affaire Triskalia

« On a été compris au-delà de ce que l’on attendait », n’en revient pas Serge Le Quéau, membre de l’Union régionale Solidaires de Bretagne et représentant des ex-salariés de la coopérative bretonne Nutréa-Triskalia (lire l’Humanité du 25 avril 2017). Mardi, une délégation a été entendue par la Commission des pétitions du parlement européen, à Bruxelles. Victimes d’une intoxication aux pesticides dans le cadre de leur travail, les ex-Triskalia espéraient obtenir l’ouverture d’une enquête visant à vérifier si la France applique bien le droit de l’Union européenne en matière de protection de la santé au travail et de sanctionner les abus éventuellement constatés.

D’après le syndicaliste, les députés, toutes tendances politiques confondues, « ont été particulièrement scandalisés par l’attitude de l’entreprise Triskalia vis-à-vis de ses salariés et l’absence de réaction des autorités françaises ». Ils ont d’ailleurs décidé à l’unanimité d’adresser un courrier à la Commission européenne pour lui demander une enquête dès que possible sur l’utilisation des produits phytosanitaires dans l’entreprise Triskalia, et plus largement dans les autres entreprises du secteur agroalimentaire de Bretagne. « Les députés ont également décidé, toujours à l’unanimité, de demander à la France de rendre public les résultats des analyses concernant le maïs contaminé à la phosphine stocké sur le port de Brest » (lire l’Humanité du 23 décembre 2016), se félicite encore Serge Le Quéau, selon qui « la France est enfin sommée de rendre des comptes sur l’affaire Triskalia ».

... http://www.humanite.fr/pesticides-la-fr ... lia-635328
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22387
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Pesticides et insecticides à l'index

Messagede Pïérô » 08 Mai 2017, 23:56

Paris mercredi 10 mai 2017

La vie sur Terre sans les abeilles, est-ce possible ?

Conférence-débat sous le parrainage de Jean Ziegler, organisée par l'Union Nationale des Apiculteurs de France (UNAF) et le Mouvement National de Lutte pour l'Environnement (Réseau Homme&Nature).

à 19h, Maison de l’Amérique latine, 217 Boulevard Saint Germain, Paris 7e

Quand on entend le mot "abeille", on pense immédiatement au miel mais on pense moins souvent que 80% de la végétation mondiale n'existe que par l'action des pollinisateurs que sont les hyménoptères.

Sait-on que "si demain toutes les abeilles pollinisatrices venaient à disparaître de la Terre, il ne resterait plus à l'ensemble de la communauté humaine que 4 ans à vivre" (dixit Albert Einstein) ?

L'UNAF et le MNLE-Réseau Homme&Nature ont décidé de porter le débat en place publique et de lancer un appel international à cette occasion. 40% des abeilles meurent du fait des traitements des plantations avec les pesticides. À cela il faut ajouter que très peu est fait pour rechercher les moyens non toxiques de lutter efficacement contre le parasite appelé verroa et le frelon asiatique. Cela n'intéresse pas les laboratoires spécialisés dans les "phytosanitaires". Et pour cause !! Pour en savoir plus et pour recevoir une invitation (obligatoire) envoyez un mail à : maxdoni@airdisk.fr

https://paris.demosphere.eu/rv/54597
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

PrécédenteSuivante

Retourner vers Écologie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités