Luttes dans le nettoyage

Luttes des travailleurs-euses, chômage, précarité.

Re: Luttes dans le nettoyage

Messagede bipbip » 02 Mai 2015, 13:13

1er mai 2015 : la lutte des grévistes du nettoyage (video)

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes dans le nettoyage

Messagede Pïérô » 04 Mai 2015, 10:10

Mardi 5 mai 2015 à 15h à Paris

Image

TFN nettoyage en grève : rassemblement interprofessionnel

Grève des salarié-e-s de TFN en charge du nettoyage des sites parisiens des finances publiques

Les salariés du nettoyage de l'entreprise TFN Propreté groupe ATALIAN sont en grève depuis le 11 mars 2015 sur plusieurs sites des Finances Publiques à Paris pour l'augmentation de leurs salaires (13ème mois, progression dans la grille des salaires, 16H minimum de travail par semaine...), de meilleures conditions de travail et le respect par leur employeur de la réglementation du travail.

TFN Propreté est une entité du groupe multiservices ATALIAN. Elle compte 65 000 salariés dans le monde (45 000 en 2012). Elle est titulaire du marché de nettoyage des Finances Publiques dans le cadre d'un accord-cadre régional de prestations de nettoyage des locaux, passé par le Service des Achats de l'Etat avec TFN Propreté pour le compte de plusieurs administrations des ministères de l'Etat dans le département de Paris (Finances, Intérieur, Développement Durable, Premier Ministre, Jeunesse et Sport).

Les grévistes sont soutenus depuis le début de leur mouvement par la CGT des Finances Publiques de Paris et par l'Union Départementale CGT de Paris, rejoints par FO et Solidaires des Finances Publiques de Paris, et bénéficient d'une couverture médiatique de plus en plus large.

La direction de TFN Propreté a entamé des négociations le jeudi 9 avril 2015, un mois après le début de la grève. Après trois réunions de négociations et des propositions d'ouverture des grévistes, TFN Propreté a répondu par courrier le 17 avril, en actant de quelques points d'accord très en-dessous des revendications initiales. La société consent à appliquer la législation du travail, notamment sur le remboursement du pass navigo, l'aménagement des postes des travailleurs handicapés et le paiement des heures complémentaires. Cependant elle considère comme « un point d'achoppement » la demande de 16h hebdomadaires pour tous les salariés qui le souhaitent (minimum de la convention collective de la Propreté pour les nouveaux contrats).

C'est pourquoi, l'UD CGT et la CGT Finances Publiques de Paris appellent très largement à :
• faxer une motion à la direction de TFN Propreté groupe ATALIAN pour exiger une réponse favorable et rapide aux propositions des grévistes - N° fax : 01 55 53 05 77,
• contribuer à la solidarité financière (chèques à l'ordre de « solidarités grévistes CGT »),
• participer au rassemblement des grévistes et de leurs soutiens professionnels et interprofessionnel.

Rassemblement mardi 5 mai à 15H, devant le siège de TFN, 251 rue de Crimée, Paris 19ème, M° Crimée (ligne 7)

Le 5 mai sera la date de la prochaine séance de négociations, et la veille du démarrage de la 8ème semaine de grève ! Tous ensemble, solidarité avec les grévistes !

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22435
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Luttes dans le nettoyage

Messagede bipbip » 07 Mai 2015, 12:23

BNF : Heures sup non payées, du balai !

Le 21 avril, les employé-e-s du nettoyage de la Bibliothèque nationale de France ont signé un protocole de fin de conflit après onze jours de grève. À la clef : des embauches en CDI et cent heures de travail en plus à répartir entre les salarié-e-s.

Onze jours de grève ont permis aux salarié-e-s d’Onet en charge du nettoyage à la BNF de faire aboutir leurs revendications. Quarante-deux des quarante-quatre salarié-e-s étaient ­entré-e-s en grève reconductible le 9 avril. Majoritairement syndiqué-e-s au sein de SUD-Culture, ils et elles ont été soutenu-e-s par l’ensemble de l’intersyndicale de la BNF.

Marché au rabais

Les salarié-e-s dénonçaient le sous-effectif et réclamaient l’attribution d’un volume d’heures supplémentaires pour les agents à temps partiel et des embauches. Depuis le reprise du marché par Onet en janvier 2013, l’effectif, à l’origine de soixante et une personnes, très majoritairement à temps partiel, est descendu à quarante-quatre, suite à des incitations au départ par l’entreprise, sans qu’il y ait eu redistribution des heures perdues ou de nouvelles embauches.

Dans le même temps, la quantité de travail, elle, n’a pas diminué, entraînant une surcharge des plannings et des conditions de travail extrêmement dégradées. Cette situation ayant pour conséquences logiques la multiplication des absences, des accidents du travail et des pressions de l’entreprise sur les agents qui restent.

Cette grève ne concernait pas que l’entreprise prestataire, Onet, elle a aussi placé la BNF devant ses responsabilités de donneuse d’ordre. Au sein des établissements publics, l’externalisation d’une partie des activités depuis une trentaine d’années, comme le nettoyage, la restauration ou la surveillance, a conduit à la mise en concurrence d’entreprises qui tirent les prix vers le bas pour remporter les marchés.

La direction de la BNF, interpelée sur les conditions de travail des salarié-e-s du nettoyage, tente de se décharger de toute responsabilité sur la société prestataire et se défend d’avoir baissé le montant du marché. Onet argue de la faiblesse du budget pour se défausser. Chacun renvoie ainsi la responsabilité sur l’autre. En attendant ce sont les salarié-e-s qui subissent les conséquences.

S’organiser contre l’isolement

Les renouvellements de marchés conduisent les salarié-e-s du nettoyage du site BFM à changer d’employeur tous les trois ou quatre ans. À chaque fois, il faut batailler pour préserver les conditions d’emploi et les acquis sociaux ayant fait l’objet d’accords préalables. Ce système favorise à la fois la précarité et l’instabilité de la vie professionnelle. L’éclatement des chantiers, les clauses de mobilité 1 et la multiplicité des temps partiels imposés mettent à mal les volontés de rompre avec l’invisibilité, de sortir de ­l’isolement et de construire des mobilisations collectives.

Quant aux mandats syndicaux, ils tombent à chaque renouvellement de marché et la représentativité syndicale est, elle, à reconstruire au sein de la boîte entrante. Sur le site BFM, les agents du nettoyage ont, par le passé, mené une lutte contre la clause de mobilité et ils et elles ont ainsi obtenu de la faire disparaître de leurs contrats de travail.

Grâce à la relative stabilité des équipes depuis la suppression de cette clause, les personnels ont construit de véritables liens entre eux et elles, pour agir et lutter ensemble. Et cela paie : le protocole de sortie de grève signé le 21 avril prévoit l’embauche de trois CDI à temps partiel, l’attribution d’une centaine d’heures supplémentaires, le paiement de trois jours de grève et la tenue d’un groupe de travail pour traiter des questions liées au matériel.

Charline (amie d’AL)

http://www.alternativelibertaire.org/?B ... s-du-balai
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes dans le nettoyage

Messagede L . Chopo » 21 Mai 2015, 06:38

LYON : GRÈVE des salariés de la société GOM PROPRETÉ

Les Salariés de la société GOM PROPRETÉ travaillant sur le dépôt de bus de Vaise à Lyon, se sont réunis en assemblée générale. Après avoir analysé la situation et pris connaissance des réponses apportées par leur employeur à leurs demandes légitimes, ils ont décidé de se mettre en grève afin de faire entendre leurs revendications.

Ils demandent l’ouverture rapide de négociations concernant entre-autres l’embauche de plusieurs contrats de professionnalisation en CDI, des augmentations de salaires...
La grève débute ce soir, 20 mai, à 20 heures.

.
L. Chopo
Pour la Confédération Nationale des Travailleurs - Solidarité Ouvrière (CNT-SO)
http://www.cnt-so.org


"Il faut que la critique se dérobe à la mise en demeure permanente d'indiquer des solutions sur-le-champ." -Anselm Jappe-
L . Chopo
 
Messages: 273
Enregistré le: 30 Juin 2012, 16:00

Re: Luttes dans le nettoyage

Messagede L . Chopo » 21 Mai 2015, 17:20

LYON : Grève à GOM PROPRETE : début des négociations

Image La grève a débuté le 20 mai à 20 heures.

Du fait de l’arrêt de travail des agents de nettoyage en charge notamment de l’approvisionnement en carburant, une quinzaine de bus bloquaient la rue où se situe le dépôt TCL à Vaise (LYON 09).

Des responsables de KEOLIS ont dû faire la circulation pour désengorger le bouchon créé par l’arrêt de travail. Plus tard, la direction de GOM est arrivée. Des agents de maîtrise de la société et un salarié en CDD ont été dépêchés pour remplacer les agents grévistes. La manœuvre n’a pu fonctionner car ces personnels n’avaient pas les habilitations nécessaires pour être aux pompes à carburant.
Finalement, des négociations sont en cours et la grève est suspendue, la direction ayant répondu favorablement à la demande préalable concernant le payement des heures de grève et à plusieurs revendications.

Cependant, les salariés et leur syndicat, la CNT - Solidarité Ouvrière, restent mobilisés jusqu’à la signature du protocole de fin de conflit.


.
L. Chopo
Pour la Confédération Nationale des Travailleurs - Solidarité Ouvrière (CNT-SO)
http://www.cnt-so.org


"Il faut que la critique se dérobe à la mise en demeure permanente d'indiquer des solutions sur-le-champ." -Anselm Jappe-
L . Chopo
 
Messages: 273
Enregistré le: 30 Juin 2012, 16:00

Re: Luttes dans le nettoyage

Messagede bipbip » 22 Mai 2015, 10:20

Nettoyage Finance publiques (75) : « Nous reprenons le travail fièrement »

C’est ainsi que commence le communiqué de presse des 23 salariéEs de la société de nettoyage TFN, qui pendant 8 semaines de grève ont tenu tête à cette multinationale.

Même si ils n’ont pas obtenu tout ce qu’ils souhaitaient, ils ont fait céder leur patron sur de nombreux points, et dans un secteur où les conditions de travail (et de lutte) sont très difficiles, le mouvement des TFN a été exemplaire.

Le scandale des sociétés de nettoyage

Tout comme celle des salariéEs qui travaillent à la BNF, cette grève dans 4 des 30 sites des Finances publiques à Paris vient nous rappeler non seulement le comportement scandaleux des sociétés de nettoyage comme TFN ou ONET, mais aussi la complicité de l’État français dans la perpétuation de conditions de travail dignes d’un autre âge (voir l’Anticapitaliste n°286 et 288). Car ici, en tant que donneur d’ordre, ce sont bien les Finances publiques qui portent une lourde responsabilité en attribuant le contrat à TFN, une société régulièrement rappelée à l’ordre par l’inspection du travail, voire condamnée aux prudhommes.
TFN fait partie du groupe Atalian, une énorme multinationale. Présente dans 16 pays, son PDG compte parmi les 150 plus grosses fortunes de France. Quel contraste entre cette richesse insolente et les conditions de travail des salariéEs. Majoritairement des femmes d’origine africaine, maghrébine et srilankaise, elles triment, entre 2 et 3 heures par jour pour des salaires de 300 à 500 euros mensuels, pour un patron qui ne respecte même pas le code du travail.

Des avancées importantes

C’est justement sur le respect du droit du travail qu’une partie l’accord de fin de grève a porté. Après 8 semaines de grève, de manifestations et de rassemblements, ils ont arraché l’engagement de TFN sur des choses pourtant élémentaires comme la rémunération correcte des heures supplémentaires, le remboursement du pass Navigo, l’aménagement des postes de travail des salariéEs handicapéEs, la communication du plan de formation ou l’octroi régulier de tenues de travail.
Par ailleurs, ils ont gagné aussi le très important retrait de la clause de mobilité (avec ses déplacements sur différents sites au pied levé), la transformation en CDI de deux CDD, le passage à 16 heures de travail par semaine pour 7 salariéEs, le retrait d’une sanction contre une salariée et le paiement de 60 % des jours de grève.

« Des moments inoubliables »

Malgré la déception de ne pas avoir obtenu satisfaction sur certaines revendications, les grévistes sont conscients qu’au-delà des nouveaux acquis, ils ont gagné bien d’autres choses. Comme ils disent eux-mêmes : « Cette grève nous a fait gagner des camarades de lutte, une solidarité sans faille entre nous, des moments inoubliables, lors de nos rassemblements dans tout Paris, des articles dans la presse, des émissions de radio… ».
Soutenus par Solidaires et FO, c’est surtout par la CGT des Finances publiques que les grévistes ont été accompagnés pendant tout le mouvement, ce qui les a beaucoup aidés.
La détermination est grande à poursuivre la lutte pour obtenir enfin le contrat de 16 heures minimum pour tous, un vrai 13e mois et un passage systématique à un échelon supérieur en fonction de l’ancienneté. C’est avec cette nouvelle confiance que leur communiqué se termine : « Nous ferons tout pour imposer à TFN, le respect du droit du travail. Nous ne lâcherons rien. (…) Dans les chantiers de TFN, les salariés doivent se réunir pour améliorer leur situation. Tous ensemble, on gagnera tout ! »

Ross Harrold

http://www.anti-k.org/2015/05/21/nettoy ... %e2%80%89/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes dans le nettoyage

Messagede L . Chopo » 27 Mai 2015, 17:07

Grève à GOM - Lyon. Accord gagnant pour les salariés

Un protocole d'accord de fin de conflit a été finalisé mardi 26 mai. Les salariés du site KEOLIS de Lyon-Vaise, en grève le 20 mai, obtiennent satisfaction sur l'essentiel des revendications.

Entre autres avancées, un salarié en CDD est embauché en CDI. Un autre dispose d'une priorité absolue d'embauche à temps plein en CDI. Un troisième salarié se verra convertir à temps plein son CDI actuel à temps partiel.
Un groupe de travail décisionnel composé des salariés, du syndicat et de la direction est mis en place dans le but d'œuvrer à une amélioration concrète des conditions de travail des salariés du site. La société s'engage également à remplacer systématiquement les absences sur le site. <BR><BR>

Par ailleurs, GOM Propreté cède enfin sur la prise en charge à ses frais de l'entretien des tenues de travail et sur les compensations liées aux temps d'habillage et de déshabillage. Des négociations débuteront début juin sur les demandes concernant les augmentations salariales.

Des panneaux d'affichage seront mis sur le site pour le syndicat CNT – Solidarité ouvrière et les instances représentatives du personnel.

Enfin, les heures de grève seront rémunérées.

La CNT – Solidarité Ouvrière appelle l'ensemble des salariés de GOM Propreté à rester mobilisés pour concrétiser ce premier succès, lors des négociations salariales en juin.


Pour défendre ses droits et en gagner de nouveaux, seule la lutte paie !

.
L. Chopo
Pour la Confédération Nationale des Travailleurs - Solidarité Ouvrière (CNT-SO)
http://www.cnt-so.org


"Il faut que la critique se dérobe à la mise en demeure permanente d'indiquer des solutions sur-le-champ." -Anselm Jappe-
L . Chopo
 
Messages: 273
Enregistré le: 30 Juin 2012, 16:00

Re: Luttes dans le nettoyage

Messagede L . Chopo » 27 Mai 2015, 17:10

Marseille. Pour LASER, sous-traitant de la RTM, le syndicalisme est une faute grave !

Rassemblement le vendredi 29 juin à 14h45 devant le métro rond-point du Prado, Marseille

Notre camarade Hocine, assurant le ménage de la station de métro rond-point du Prado pour le compte de LASER, sous-traitant de la RTM (Régie des Transports Marseillais), a été licencié pour « faute grave » le 22 mai. La discrimination syndicale ne fait aucun doute pour nous et nous appelons à un rassemblement de soutien le vendredi 29 mai à 14h45 devant la station.

Nous constatons que l’ensemble des faits reprochés à Hocine pour justifier son licenciement sont tous postérieurs à la fin mars 2015, date de son adhésion à notre syndicat. Comme par miracle, une fois syndiqué, le travail de notre camarade se serait subitement dégradé au point de justifier un licenciement ?
Cela coïncide surtout avec les premiers courriers rédigés par notre juriste pour mettre fin à un certains nombres d’irrégularités : problème dans le calcul de son ancienneté, abattement illégal pour le calcul des cotisations sociales... Par ces courriers, nous alertions aussi LASER des difficultés pour entretenir seul la station rond-point du Prado, en particulier, lors d’événements au stade Vélodrome, alors qu’Hocine devrait bénéficier d’un aménagement de son poste de travail suite à la reconnaissance d’un handicap d’origine professionnel. A ce jour, LASER n’a jamais répondu à ces demandes légitimes autrement que par des procédures disciplinaires, un blâme en avril puis ce licenciement en mai.…/.…

> lire la suite sur : http://www.cnt-so.org/Pour-LASER-sous-traitant-de-la-RTM

.
L. Chopo
Pour la Confédération Nationale des Travailleurs - Solidarité Ouvrière (CNT-SO)
http://www.cnt-so.org


"Il faut que la critique se dérobe à la mise en demeure permanente d'indiquer des solutions sur-le-champ." -Anselm Jappe-
L . Chopo
 
Messages: 273
Enregistré le: 30 Juin 2012, 16:00

Re: Luttes dans le nettoyage

Messagede bipbip » 27 Mai 2015, 23:33

Les salariés de Samsic manifestent devant la société des Eaux d’Evian

Une douzaine de salariés de l’entreprise Samsic ont manifesté ce mercredi matin devant la société des Eaux d’Evian au sein de laquelle ceux-ci effectuent des travaux de nettoyage. A l’appel de la CGT, ces salariés mécontents ont tenu à protester contre la « dégradation de leurs conditions de travail » et la « pression » dont ils feraient l’objet. Des revendications d’ordre salarial font également partie des griefs de ces salariés qui demain à 14 h devraient rencontrer la direction de la société Samsic pour tenter de trouver une issue à ce conflit entamé il y a près d’une semaine.

http://www.ledauphine.com/haute-savoie/ ... ux-d-evian
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes dans le nettoyage

Messagede Pïérô » 29 Juin 2015, 11:09

à écouter

Du rififi dans le nettoyage (19 juin 2015)

Présenté par "Secret de Fabrication"

invités :
Boris : Syndicaliste SUD Culture
Christophe : Solidaire Finances publiques
Etienne : Syndicaliste - CNT - SO

- Gréves chez ONET
- Nettoyage sous traitance TFN
- Lutte à l’Hotel Hyatt

http://www.modes-d-emploi.net/spip.php?article501
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22435
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Luttes dans le nettoyage

Messagede dom » 02 Juil 2015, 04:48

Les copines et copains de ONET sont en grève illimitée depuis hier matin 0h00.
(appel : http://zimbra.aliceadsl.fr/service/home ... 826&part=2 )
SUD-Rail a mis en place une caisse de soutien pour les aider à tenir jusqu'à satisfaction de leurs revendications.
________________________________________________________________________
"Celui qui accepte de sacrifier un peu de liberté pour un peu plus de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre et finit par perdre les deux."
Avatar de l’utilisateur-trice
dom
 
Messages: 90
Enregistré le: 27 Déc 2014, 18:44
Localisation: Tours (37)

Re: Luttes dans le nettoyage

Messagede dom » 03 Juil 2015, 08:30

Une vingtaine de copains et copines de SUD-Nettoyage étaient en grève depuis la nuit de mardi à mercredi minuit sur le site SNCF de St-Pierre des Corps.
Suite à une première réponse en partie positive de leur direction, l'AG a reconduit la grève car les patrons voulaient que le délégué de SUD abandonne son mandat sous prétexte que le siège de l'entreprise prenante se situant à Nantes avait déjà ses propres représentant(e)s !
La direction a fini par céder sur tout, y compris sur notre représentation syndicale (sauf sur la prime de 50€ qui ne sera que de 32€ net). La reprise a donc eu lieu hier à la suite de l'AG.
La caisse de soutien de SUD-Rail, que certaines et certains compléteront (7 participant(e)s pour le moment pour un total provisoire de 55€) sera redistribuée aux grévistes.
________________________________________________________________________
"Celui qui accepte de sacrifier un peu de liberté pour un peu plus de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre et finit par perdre les deux."
Avatar de l’utilisateur-trice
dom
 
Messages: 90
Enregistré le: 27 Déc 2014, 18:44
Localisation: Tours (37)

Re: Luttes dans le nettoyage

Messagede bipbip » 12 Juil 2015, 14:56

Nettoyage : Briser les chaînes de la sous-traitance

Deux mois de grève : c’est ce qu’il aura fallu aux salarié-e-s de l’entreprise TFN-Atalian, société s’occupant du nettoyage pour la direction des finances publiques de Paris, pour faire céder leur patron et faire appliquer le droit du travail.

Le 11 mai, les travailleuses invisibles des finances publiques ont mis fin à une grève amorcée le 11 mars : ces femmes embauchées par la société TFN-Atalian à qui la direction régionale des finances publiques de Paris délègue la gestion de la propreté de ses locaux, se révoltaient contre des conditions de travail et de rémunération inacceptables.

Si la grève a commencé le 11 mars, les salariées ont entamé les négociations avec TFN depuis novembre : deux lettres collectives de revendications ont été envoyées à la direction entre novembre et mars, sans réponses de la part de cette société qui emploie 65 000 personnes dans 16 pays et a réalisé un chiffre d’affaire de plus d’un milliard d’euros en 2014. Alors, c’est la grève !

Les revendications des salariées concernaient en premier lieu les conditions de travail. Elles exigaient tout d’abord des contrats d’au moins seize heures par semaine au lieu des contrats à dix à quinze heures par semaine actuels. En plus d’augmenter la rémunération, ces heures supplémentaires permettraient de réduire un peu les cadences et de préserver la santé des travailleuses : les salariées doivent nettoyer 1 400 m2 par jour, ce qui est énorme, d’autant plus que le matériel est défectueux et insuffisant. Il faut dire que même dans de « bonnes conditions », ce travail reste usant physiquement : posture courbée, exposition à des produits de nettoyage toxiques sur le long terme, gestes répétitifs... Mais cette pénibilité est très peu visible, entre autres parce que les salariées sont des femmes, peu syndiquées et qu’on associe la pénibilité plutôt au travail d’usine ou de plein air.

Entorses au Code du travail

D’autres revendications visaient à améliorer le niveau de vie des salariées : outre le treizième mois, les grévistes veulent que l’employeur participe aux frais de transport à hauteur de 50 % comme la loi l’exige, qu’il leur donne accès à la formation professionnelle et qu’il prenne part au financement de l’assurance complémentaire. Enfin il s’agit de dire stop aux nombreuses entorses au Code du travail exercées par l’entreprise, entre autres la non-prise en compte de l’ancienneté, le versement de primes de remplacement au lieu du paiement des heures complémentaires, le remplacement des grévistes par des intérimaires, ou encore un avertissement injustifié adressé à une salariée.

Elles sont soutenues par une intersyndicale (Solidaires, CGT, FO) qui a lancé une pétition de soutien et demandé des rendez vous avec la direction régionale des finances publiques (DRFIP) ainsi que le services des achats de l’état (SAE). SAE et DRFIP ne se mouillent pas, se disent « non compétents » et renvoient les grévistes vers la préfecture de région. La chef de cabinet du préfet, rencontrée par les grévistes le 27 avril, a refusé d’entendre leurs revendications, démentant leurs propos sur les irrégularités pratiquées par TFN et exigeant des preuves. Elle s’est bien gardée de prendre des engagements de faire pression sur l’entreprise pour réouvrir les négociations.

Dès le 10 avril, TFN a consenti à accepter certaines revendications : retrait de l’avertissement, remboursement des frais de transport, fourniture de tenues de travail adaptées, règlement des heures supplémentaires. Puis, le 11 mai, les salarié-e-s ont arraché un certain nombre d’autres points, notamment : retrait de la clause de mobilité, deux CDD transformés en CDI, passage à seize heures de travail par semaine pour sept salarié-e-s, prime de remise en état des sites égale au paiement de 60 % des jours de grève, retrait d’une sanction prononcée contre une salariée du 13e arrondissement.

Au-delà des revendications satisfaites, les salarié-e-s ont salué la solidarité sans faille née du mouvement. Une solidarité qui les amène aussi à poursuivre la revendication des seize heures de travail et du treizième mois pour tous et toutes.

Auréline (AL Toulouse)

http://www.alternativelibertaire.org/?N ... ines-de-la
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes dans le nettoyage

Messagede bipbip » 31 Juil 2015, 00:47

La mise en œuvre d’une clause de mobilité trop large sanctionnée par le Conseil de prud’hommes de Paris

La plupart des contrats de travail des agents de nettoyage prévoient une clause de mobilité imposant au salarié d’accepter tout changement d’affectation proposée par son employeur dans une certaine zone géographique. Ces zones sont souvent définies de manière très large et posent régulièrement difficulté aux agents de service dans la conciliation de leur vie professionnelle avec leur vie privée et dans leurs relations avec leurs employeurs.

La mise en œuvre de ces clauses de mobilité doit toutefois être encadrée et le syndicat du nettoyage CNT-SO veille à ce que les employeurs du nettoyage n’en fassent pas un usage abusif. Nous avons ainsi obtenu une décision très favorable du Conseil de prud’hommes de Paris le 29 juin 2015. Il a considéré que le licenciement d’une adhérente du syndicat du nettoyage CNT-SO motivé par son refus d’accepter la mise en œuvre de la clause de mobilité prévue à son contrat était dénué de cause réelle et sérieuse.

En effet, à l’issue de son congé parental, madame K. s’était vu proposer un changement d’affectation en application de sa clause de mobilité. Or, cette modification portée à son contrat de travail avait pour conséquence de la faire travailler sur quatre sites différents répartis sur trois départements distincts.

Le Conseil de prud’hommes de Paris a estimé que la société ESPACE NETTOYAGE DISTRIBUTION, employeur de madame K, avait fait une application abusive de la clause de mobilité. Le licenciement qui a découlé de ce refus de la salarié a donc été considéré comme privé de cause réelle et sérieuse. D’importantes indemnités ont été octroyées à la salariée en dédommagement de ce licenciement abusif.

La société fait évidemment appel de ce jugement.

http://www.cnt-so.org/La-mise-en-oeuvre-d-une-clause-de
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Luttes dans le nettoyage

Messagede bipbip » 12 Aoû 2015, 14:42

Image

http://rebellyon.info/Greve-des-femmes- ... e-dans-les


Mobilisation gagnante pour les femmes de chambre STN des Hôtels Campanile

Suite à la grève des femmes de chambre dans les Hôtels Campanile de Berges du Rhône et Tassin La Demie Lune Avec cent pour cent de grévistes sur les deux exploitations du groupe Louvre HOTELS, la mobilisation fut exceptionnelle.

C’est l’arrivée d’un nouveau prestataire de service dans les Hôtels de LYON 3ème et de TASSIN voulant modifier les conditions de travail au désavantage des salariées de la sous traitance qui a mis le feu au poudre.

Après quelques heures de grève et sous la contrainte d’un prolongement du mouvement, la direction de la société de nettoyage STN a dû céder à l’essentiel des revendications et sans condition. Grâce à leur détermination et le soutien de leur syndicat les femmes de chambre obtiennent de nouveaux acquis.

Suite aux négociations avec la CNT – Solidarité Ouvrière, la société STN GROUPE s’engage à :

✔ payer les heures de grèves ;
✔ annuler la clause de mobilité ;
✔ payer l’ensemble des heures travaillées ;
✔ à accorder deux jours de repos consécutifs aux salariées au lieu
d’un ;
✔ accepter les modifications voulues par les salariées sur les cycles
de travail ;
✔ prendre en charge l’entretien des tenues de travail ;
✔ les opérations d’habillage et de déshabillage seront réalisées sur
le temps de travail ;
✔ la société renonce à l’abattement pour frais professionnel...

Contre l’exploitation et le mépris : la lutte et la solidarité paient !

http://rebellyon.info/Mobilisation-gaga ... -femmes-de
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Monde du travail

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités