Centres d'appel en lutte !

Luttes des travailleurs-euses, chômage, précarité.

Re: Centres d'appel en lutte !

Messagede bipbip » 06 Mai 2017, 20:18

Centres d’appel sous-traitants : Convergence des luttes à l’horizon

L’actualité dans les centres d’appel prestataires montre que la situation politique et sociale, toute difficile qu’elle soit, offre malgré tout des perspectives.

Les salariéEs de plusieurs entreprises de ce secteur sont entrés en lutte dans le cadre des Négociations annuelles obligatoires (NAO). Depuis cinq mois, à l’appel de la CGT et de SUD, les salariéEs des sites caennais de la société Webhelp débrayent régulièrement dix minutes par heure, avec des temps forts de grève les samedis. Leurs collègues de Vitré (35) les ont rejoints samedi 29 avril, avec pour résultat une grève majoritaire sur l’ensemble des sites concernés.

... http://www.anti-k.org/2017/05/05/centre ... -lhorizon/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33210
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Centres d'appel en lutte !

Messagede bipbip » 17 Mai 2017, 22:36

Mobilisation. Les centres d’appels raccrochent le combiné

Les « call centers » ont cessé le travail entre le 13 et 15 mai pour dénoncer leurs conditions de travail tendues et des rémunérations indignes.

Les salariés des centres d’appels sont massivement mobilisés. Des débrayages, des piquets de grève ont essaimé à travers la France ce samedi et hier, à l’appel de la CGT et de SUD, pour dénoncer des rémunérations en dessous de tout.

... http://www.humanite.fr/mobilisation-les ... ine-636138
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33210
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Centres d'appel en lutte !

Messagede bipbip » 10 Juin 2017, 21:50

Grève dans les centres d’appels 10 et 12 juin 2017

Image

Image

https://www.solidaires.org/Greve-dans-l ... s-d-appels
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33210
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Centres d'appel en lutte !

Messagede bipbip » 03 Fév 2018, 19:30

Rupture Conventionnelle collective chez Téléperformance ?

Alors que le groupe de gestion d’appels Téléperformance performe dans ces chiffres, dans la lignée de 2016, il confirme pour 2017 l’atteinte de ses objectifs financiers annuels, avec un accroissement du chiffre d’affaires supérieure ou égale à 7 %.

Annoncerait-il de nouvelles créations d’emplois ?

Non ! Et c’est bien ça le paradoxe, Téléperformance étudie la signature d’une rupture conventionnelle collective (RCC), permise par les ordonnances Macron pour supprimer 240 postes ! L’entreprise prend le prétexte d’une baisse des activités chez les opérateurs des télécoms pour proposer ce plan, alors qu’elle a enregistré une année record !

Téléperformance est contente du cadeau des ordonnances Macron, qui, pour soit-disant « relancer l’emploi », lui offre la possibilité de licencier en masse et d’embaucher illico des travailleurs précaires à moindre coût.
La mise en place de RCC nécessite un accord signé par des syndicats représentant au moins 50 % du personnel. Les négociations entre la direction et les représentant-es des salarié-es ont débuté le 30 janvier.

Sud suivra de très près le déroulement des évènements et continuera toujours de s’opposer contre un système capitalistique qui n’a de cesse de « taper » et d’appauvrir toujours les mêmes, les salarié-es, qui, comme ceux de Téléperformance participent aux si bons résultats de l’entreprise…


Le tract Sud http://www.sudptt.org/IMG/pdf/tract-sud ... r_2018.pdf

http://www.sudptt.org/La-lettre-d-infor ... n-SUD-3694
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33210
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Centres d'appel en lutte !

Messagede Pïérô » 01 Avr 2018, 17:01

Loches (37)
Au centre d’appels, la grève pour inverser " la pression"

Les salariés du centre d’appels Armatis, à Tauxigny, sont en grève. Ils font part de revendications salariales mais aussi d’une grande souffrance au travail.

Autour du café chaud, les langues se délient. Entre collègues, on compare ses conditions de travail, selon que l’on est conseiller clientèle pour EDF « pro », EDF « particuliers », Nespresso… A l’appel de Sud, premier syndicat au comité d’entreprise, près de cent personnes se sont retrouvées lundi matin sur le piquet de grève organisé à l’entrée du centre d’appels Armatis-LC sur la zone du Node Park, à Tauxigny. Avec plus de 800 salariés, l’entreprise (ex-Laser Contact) est le principal employeur du Lochois.

... https://www.lanouvellerepublique.fr/loc ... a-pression
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Centres d'appel en lutte !

Messagede bipbip » 12 Avr 2018, 16:33

Un centre d’appels bradé par Free entre en résistance

Les travailleurs de Mobipel, malgré une pression intense de la maison mère Free, ont manifesté hier devant le siège du groupe, à Paris, pour protester contre sa mise en vente à Comdata.

... https://www.humanite.fr/telecoms-un-cen ... nce-653641
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33210
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Centres d'appel en lutte !

Messagede bipbip » 18 Avr 2018, 08:59

Mutualité. Pression massive sur les téléconseillers Macif

Les 140 salariés du centre d’appels de Ris-Orangis dénoncent des conditions de travail dégradées et la pression productiviste imposée dans le groupe mutualiste.

... https://www.humanite.fr/mutualite-press ... cif-653786
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33210
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Centres d'appel en lutte !

Messagede bipbip » 31 Juil 2018, 15:59

Caen. Les salariés du centre d’appels Armatis se mettent en grève

La syndicat Force ouvrière est à l’initiative d’un mouvement de grève au sein du centre d’appels Armatis de Caen, qui débutera vendredi 27 juillet 2018. L’organisation syndicale dénonce les mauvaises conditions de travail et la multiplication des sanctions disciplinaires.

Le syndicat Force ouvrière (FO) appelle les salariés du centre d’appels Armatis de Caen à se mettre en grève, partielle ou totale, à partir du vendredi 27 juillet 2018, 8 h, jusqu’au vendredi 3 août 2018, pour dénoncer leurs conditions de travail et l’augmentation des sanctions disciplinaires.

L’organisation syndicale demande l’arrêt des heures supplémentaires imposées, la rectification des erreurs de versement de salaire, la réparation définitive de la climatisation et l’arrêt des sanctions sur la base des écoutes téléphoniques. « Le Code de la CNIL autorise ces écoutes à des fins de formation ou de montée en compétences mais pas en vue de sanctions disciplinaires. Nous avons une épée de Damoclès sur nos têtes. La plupart des salariés se trouvent dans une situation financière et morale très compliquée » , explique David Boulais, délégué du personnel FO, qui n’exclut pas de reconduire le mouvement si la direction n’accepte pas de recevoir la délégation syndicale.

... https://www.ouest-france.fr/normandie/c ... ve-5897739
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 33210
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Centres d'appel en lutte !

Messagede Pïérô » 21 Sep 2018, 12:11

Free s’achète une fermeture en douceur du turbulent centre d’appels de Colombes

Les salariés du centre syndicalement « sensible » ont signé un accord de confidentialité, moyennant d’importantes contreparties financières, et acceptent la vente du site à un sous-traitant.


La hache de guerre vient d’être enterrée au centre d’appels de Colombes (Hauts-de-Seine). Mais à quel prix ? Lieu d’importantes luttes syndicales depuis des années, Mobipel doit être cédé à Comdata, une des principales entreprises italiennes de centres d’appels implantée en France, pour devenir sous-traitant de la marque Free.

Les 230 salariés du site se sont farouchement battus contre ce projet, depuis son officialisation, en mars. Par peur de perdre les avantages rattachés au groupe Iliad (qui commercialise la marque Free) et parce qu’ils s’estiment victimes d’une « sanction collective ».

La cession initialement prévue pour le 8 juin a même été suspendue, le 28 mai, par le juge des référés de Nanterre, en attendant que soit jugé sur le fond un recours des salariés. La direction du centre est notamment accusée de ne pas jouer le jeu de la transparence, en refusant de livrer à l’expert-comptable des salariés les documents qu’il demande. À commencer par le contrat de prestation entre Iliad et Comdata, que le groupe ne semble pas disposé à communiquer à ses salariés.

Mais à quelques jours du procès, un accord vient d’être trouvé, le 11 septembre, avec les syndicats de Mobipel et la quasi-totalité des salariés du centre. Chaque salarié obtient une prime de 1 500 euros par année d’ancienneté et le maintien de certains acquis pendant quatre ans (régime de primes et mutuelle) et 40 postes sont ouverts pour des reclassements au sein du groupe Iliad. En contrepartie, les salariés et leurs représentants abandonnent toutes les poursuites en cours ou à venir et s’engagent au respect d’une stricte confidentialité.
Faire stopper toutes les expertises

Le protocole prévoit aussi la fin « immédiate et définitive » de trois expertises commandées par les représentants de salariés. L’une d’elles, révélée en février par Politis, dévoilait comment les « licenciements disciplinaires massifs » et « une logique de compression des effectifs » avait provoqué une chute de 60 % du personnel entre juin 2014 et septembre 2017.

La direction de Mobipel avait alors réagi en poursuivant le cabinet devant le conseil de discipline de l’ordre des experts-comptables et en contestant en justice ses honoraires. Le cabinet d’experts était à son tour contraint de saisir la justice pour obtenir les documents demandés et des réponses à une longue liste de questions précises, en rapport avec le projet de cession.

Un bras de fer que la direction de Mobipel semblait déterminée à faire cesser. Le protocole d’accord prévoit en effet le paiement en intégralité des missions d’expertise en cours, ainsi que la levée des procédures judiciaires et disciplinaires intentées par la direction.
La fin d’un centre particulièrement remuant

Au terme de discussions houleuses ces dernières semaines, tous les salariés de Mobipel ont fini par signer l’accord. Sauf un représentant Sud Télécom, en pointe dans le combat des salariés et dans la médiatisation des conditions de travail dans les centres d’appels du groupe, Anousone Um. Il s’en explique à Politis :

Je considère que ce protocole est rien de moins qu’un chantage. La direction paye les salariés pour qu’ils ne parlent plus et abandonnent leurs plaintes. Moi je veux conserver ma liberté syndicale de parole.

Salariés et sections syndicales, Sud comprise, ont préféré voir le verre à moitié plein, estimant que l’accord obtenu restait avantageux au regard du rapport de force sur place. « Grâce à la lutte, nous avons tiré le maximum de contreparties possibles. L’entreprise a d’ailleurs dû concéder beaucoup de choses, car elle est aux abois », juge Patrick Mahé de Sud Télécom. Les procédures légales en cours n’auraient pas pu, estime-t-il, faire définitivement annuler tout projet de cession du centre d’appels.

... https://www.politis.fr/articles/2018/09 ... bes-39329/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Précédente

Retourner vers Monde du travail

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité