Solidarité avec les travailleurs-euses sans papiers en grève

Luttes des travailleurs-euses, chômage, précarité.

Re: Solidarité avec les travailleurs-euses sans papiers en g

Messagede Pïérô » 13 Sep 2016, 01:15

À Paris, des sans-papiers sur le chantier de la grève

Vingt-cinq Maliens employés par un sous-traitant du BTP ont cessé le travail mercredi. Ils exigent des papiers et leurs fiches de paie. Un grave accident a déclenché leur lutte.

Avenue de Breteuil, dans le chic 7e arrondissement parisien, à quelques kilomètres à pied de la tour Eiffel et de l’esplanade des Invalides. Au no 47, des drapeaux CGT sont suspendus sur le grillage d’un bâtiment. « Traite des êtres humains, travail dissimulé, exploitation, ça suffit ! » peut-on lire sur une banderole. En grève, vingt-cinq travailleurs maliens occupent nuit et jour, depuis mercredi matin, la cour d’entrée du chantier de l’entreprise de bâtiment sous-traitante MT Bat-Immeubles. Avec le soutien de la CGT, ils réclament un contrat de travail, des fiches de paie rétroactives et une régularisation de leur situation.

... http://www.humanite.fr/paris-des-sans-p ... eve-615497
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20829
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Solidarité avec les travailleurs-euses sans papiers en g

Messagede bipbip » 22 Sep 2016, 15:16

Ce jeudi 22 septembre 2016 à 18h

Rassemblement le 46 avenue de Breteuil
suite à la décision expulsion des sans papiers grèvistes

La CGT appelle à un rassemblement large demain jeudi 22 septembre 2016 a 18 heures devant le 46, avenue de Breteuil -75007 - Métro : Saint François Xavier.

Suite / conflit du 46, avenue de Breteuil.

La réunion de négociations de ce matin s'est terminée sur un non accord. MT BAT l'employeur des 25 salariés sans-papiers refuse de donner contrats et bulletins de salaire à tous les salariés.
COVEA, le maître d'ouvrage "assurément humain" (article du canard de ce jour), CAPRON son 1er sous traitant qui a sous traité avec MT BAT, feraient pression sur l'employeur MT BAT, mais dans le même temps COVEA nous annonce qu'à partir de demain midi elle donnerait des instructions aux agents de sécurité pour interdire aux salariés grévistes qui quitteraient le site d'y revenir.
Autres infos : La décision d'expulsion des salariés par le TGI de Paris est motivé par le fait que le contrat avec MT BAT a été rompu par COVEA et CAPRON le 12 septembre (après le début de la grève) et que donc les salariés ne seraient pas en droit de faire la grève sur le chantier....

Nous appelons à un rassemblement large demain à 18h devant le chantier pour soutenir les salariés qui risquent d'être bloqués sur le site.

https://paris.demosphere.eu/rv/49989
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 25229
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Solidarité avec les travailleurs-euses sans papiers en g

Messagede bipbip » 25 Sep 2016, 01:18

Paris. Ouvriers maliens en grève... et expulsés de leur chantier !

25 ouvriers non certifiés Gaulois (le problème n’est pas qu’ils sont noirs mais c’est qu’ils n’ont pas de papiers) y travaillent. À quelques jours d’intervalle, deux d’entre eux y sont sérieusement blessés. Les salariés ayant eu l’outrecuidance d’appeler eux-mêmes les secours (en dépit de leur vulnérabilité, c’est la hiérarchie qui voit du plus mauvais œil l’irruption consécutive de l’inspection du travail et la police), on les prie de ne pas revenir.

Toujours là !

Tout cela énerve non seulement le donneur d’ordres, mais aussi le maître d’ouvrage Covéa, société d’assurance mutuelle qui ne ne réunit rien de moins que la GMF, la Maaf et MMA dont l’« ’humanité » ne saurait être prise en défaut. Jouant l’ignorance, elle rompt le contrat avec le sous-traitant, et en conclut cyniquement que les ouvriers n’ont plus rien à faire sur le chantier. La justice (oui, on appelle ça comme ça...) acquiesce... et ordonne l’expulsion des 25 grévistes !

L’intervention policière est actuellement en suspens mais, indépendamment de cette menace, ils ne lâchent rien et restent sur place, sous la bonne garde de vigiles qui ont pour consigne de ne plus laisser rentrer quiconque sortirait. Pendant que la CGT tente de négocier la délivrance de fiches de paie et la reprise des ouvriers, les soutiens s’organisent pour faire passer aux grévistes enfermés nourriture et bâches car ils n’ont rien pour s’abriter.

Un rassemblement a eu lieu jeudi devant le chantier. Des syndicalistes, des éluEs, des militantEs, mais aussi des grévistes à qui un micro a pu être tendu à travers la grille se sont exprimés : la lutte continue !

http://www.revolutionpermanente.fr/Pari ... r-chantier
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 25229
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Solidarité avec les travailleurs-euses sans papiers en g

Messagede Pïérô » 01 Oct 2016, 12:50

Evacuation du 46 avenue de Breteuil : « Une atteinte inadmissible au droit de grève »

Dès 7h30 ce vendredi matin, les cars de CRS sont arrivés en nombre devant le 46 avenue de Breteuil, dans le très chic 7e arrondissement parisien, pour déloger 25 ouvriers maliens, qui avaient installé un piquet de grève sur un chantier où l’entreprise sous-traitante MT Bat-Immeuble les faisait travailler illégalement. Loin de tenter une médiation le propriétaire du bâtiment et donneur d’ordre, Covéa (GMF, MAAF et MMA), avait en effet demandé, et obtenu, par voie de justice, l’évacuation du site.

http://www.humanite.fr/videos/evacuatio ... eve-616801

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20829
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Solidarité avec les travailleurs-euses sans papiers en g

Messagede Pïérô » 09 Oct 2016, 15:24

Mardi 11 octobre 2016

Rassemblement suite à l'évacuation des grévistes du 46 Avenue de Breteuil

à 16h30, Siège du Groupe COVEA, 88 rue Saint Lazare, Paris 9e

Suite à l'évacuation du piquet de grève du 46 Avenue de Breteuil à la demande de COVEA (1er groupe Mutualiste qui regroupe la GMF, la MAAF et la MMA), l'UD CGT Paris associée à l'Union locale CGT du 7e arrondissement, à la Fédération CGT Banques et Assurances et l'US CGT Construction de Paris appelle à un large rassemblement :

Mardi 11 octobre de 16h30 à 18h30
devant le siège du Groupe COVEA
Au 88 rue Saint Lazare 75009 Paris (à proximité du Métro et RER Saint Lazare)

Pour exiger :
• L'établissement des bulletins de paye correspondant à l'ancienneté de chacun des salariés,
• Le paiement de l'intégralité des salaires non-perçus,
• L'obtention des « demandes d'autorisation de travail pour salariés étrangers » nécessaires pour la régularisation administrative des 25 salariés tous sans-papiers

Assez de tracas ! Assez de blablas !
Covea doit assumer ses responsabilites de maitre d'ouvrage !

UD CGT Paris


https://www.facebook.com/permalink.php? ... 4778775031
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20829
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Solidarité avec les travailleurs-euses sans papiers en g

Messagede Pïérô » 17 Oct 2016, 11:03

Paris, mardi 18 octobre 2016

Rassemblement devant Covea
à 17h, Siège du Groupe COVEA, 88 rue Saint Lazare, Paris 9e

Rassemblement tous les mardis entre 17h et 19h

COVEA : une entreprise inconnue du grand public mais qui possède un patrimoine immobilier de 4,5 milliards d'euros et rassemble des sigles bien connus d'assureurs mutualistes GMF, MAAF et MMA.

COVEA a acquis l'ancien siège de Michelin, dans le triangle d'or parisien, avenue de Breteuil.

Les travaux de curage ont été confiés à l'entreprise CAPRON et sous-traités à l'entreprise MT BAT Immeubles.

Si la tranquillité des riverains est importante pour COVEA, les conditions de travail des 25 travailleurs sans papiers maliens, le respect du code du travail n'émeuvent ni le maître d'ouvrage ni le donneur d'ordre. Salariés non déclarés, payes incomplètes, conditions de travail indignes, protection et sécurité inexistantes…

Le 6 septembre, un salarié est victime d'un accident du travail. Double fracture ouverte.
Les salariés secourent leur camarade malgré les menaces du patron et se retrouvent virés !

Le 7 septembre, ils se mettent en grève et occupent le chantier avec le soutien de la CGT.
La seule réponse de COVEA sera d'envoyer des vigiles, empêchant toute sortie des grévistes sous peine de ne pouvoir retourner sur le chantier et d'engager un référé d'expulsion des travailleurs.

Chacun connaît les ritournelles publicitaires des mutuelles qui peuvent être appréciées à l'aune de cette réalité sociale.

« Efficace et pas chère », certainement car le travail effectué n'a pas été déclaré et pas intégralement payé ;

« Zéro Tracas, zéro blabla », oui sans aucun doute, avec l'envoi de vigiles et le référé d'expulsion ;

Quant à « Assurément humain », les salariés attendent toujours.

Le refus d'assumer leurs responsabilités et leurs valeurs mutualistes, ce sentiment d'impunité tient aussi dans les lois et dans la réécriture du code du travail.

Les lois du 10 juillet 2014 (loi Savary) et du 21 juillet 2015 (loi Macron) énoncent le principe de responsabilités partagées entre entreprises sous-traitantes, donneur d'ordre et maître d'ouvrage afin de lutter contre le dumping social et protéger les salariés. Mais elles offrent à ces derniers la possibilité de se dégager de toute responsabilité en dénonçant dans le délai d'un mois, après en avoir été avisés par des tiers, le contrat qui les lient avec le sous-traitant.

Suite à l'accident du travail du 6 septembre et la venue des pompiers, de la police et de l'inspection du travail, COVEA a appliqué le dispositif, a fait rompre le contrat le liant au sous-traitant. Fiction juridique et hypocrisie qui font passer à la trappe, le travail de 25 salariés, les accidents du travail, et les heures non- payées.

Sans cet accident et la grève des 25 salariés, le chantier de curage de l'avenue de Breteuil serait encore une zone de non droit.

C'est le sens de ce conflit, qui est exemplaire car représentatif de ce que vivent de trop nombreux salariés du Bâtiment (et d'autres secteurs) et quel que soit leur statut ou leur nationalité.

Face au mutisme de COVEA et de l'attitude de l'État qui a apporté le concours de la force publique pour expulser les grévistes, la lutte se poursuit afin d'obtenir les fiches de paie, la reconnaissance de l'accident du travail et la régularisation des salariés.

En conséquence, la CGT et les grévistes prendront toutes les initiatives visant les différents responsables de ce scandale social et d'ores et déjà appellent à des rassemblements :

Tous les mardis à partir de 17h00 devant le siège de COVEA (88 rue saint Lazare à Paris) pour exiger :
• l'établissement des bulletins de paye correspondant à l'ancienneté de chacun des salariés ;
• le paiement de l'intégralité des salaires non-perçus ;
• l'obtention des « demandes d'autorisation de travail pour salariés étrangers » nécessaires pour la régularisation administrative des 25 salariés, tous sans-papiers ;
• la réembauche par CAPRON des 25 salariés employés par l'entreprise sous-traitante MT-BAT Immeubles sur le chantier de l'Avenue de Breteuil 75007 PARIS


http://cgtparis.fr/spip.php?article2865
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20829
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Solidarité avec les travailleurs-euses sans papiers en g

Messagede bipbip » 23 Oct 2016, 14:54

Les mardi de COVEA : pour la régularisation des 25 salariés grévistes du 46 av. de Breteuil

La lutte n’est pas terminée comme l’indique le tract CGT ci-dessous appelant à un rassemblement tous les mardi de 17h à 19h devant le siège de COVEA 88 rue saint Lazare (M° Saint Lazare).

... https://paris-luttes.info/les-mardi-de- ... ur-la-6897
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 25229
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Solidarité avec les travailleurs-euses sans papiers en g

Messagede bipbip » 10 Nov 2016, 10:33

L’affaire des coiffeurs sans papiers : une traite d’êtres humains en plein coeur de Paris ?

Dix-huit employés d’un salon de coiffure africain à Paris, tous en situation de travail dissimulé, se sont lancés en 2014 dans une grève de... neuf mois. Les « 18 du 57 boulevard Strasbourg » réclament leur dû : des mois de salaire non payés, la régularisation de leur situation, un travail dans des conditions respectant la dignité humaine. Cette affaire apporte un éclairage nouveau sur une situation assimilable à de la traite humaine, en plein cœur de la capitale. Basta ! revient sur l’affaire, avant la décision qui doit être rendue ce 10 novembre par les tribunaux.

... http://www.bastamag.net/L-affaire-des-c ... s-en-plein
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 25229
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Solidarité avec les travailleurs-euses sans papiers en g

Messagede bipbip » 11 Nov 2016, 13:43

Les 25 sans-papiers embauchés, les 25 régularisés !

La totalité des 25 travailleurs du chantier parisien de l’avenue de Breteuil reprendront leur poste ce matin, après deux mois de conflit, embauchés cette fois-ci directement par le donneur d’ordres.

«C’est une très belle victoire ! C’est immense et même assez rapide à l’échelle des mouvements de travailleurs sans papiers ! » Marilyne Poulain, de l’union départementale CGT, savoure le dénouement de deux mois de conflit sur un chantier du très chic 7e arrondissement de Paris. L’ensemble des 25 travailleurs migrants y œuvrant jusqu’ici illégalement vont pouvoir réinvestir le site ce matin la tête haute, promesses de contrat en poche. Avec une régularisation administrative en cours. « Les négociations ont été assez efficaces dans la dernière ligne droite après trois semaines de discussions constructives par rapport au début du mouvement », apprécie la syndicaliste.

... http://www.humanite.fr/les-25-sans-papi ... ses-619834
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 25229
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Solidarité avec les travailleurs-euses sans papiers en g

Messagede Lila » 13 Nov 2016, 20:43

Prison ferme pour les patrons des coiffeuses afro de Château d’Eau

Prison ferme pour les patrons véreux d’un salon de coiffure à Paris. Épilogue d’un combat exemplaire et gagné de coiffeuses sans papiers exploitées.

C’est l’épilogue d’un long combat mené en 2014, et durant des mois, par les 18 employés du salon de coiffure afro du 57, boulevard de Strasbourg (Xe), exploités par leurs patrons.

à lire : https://sanscompromisfeministeprogressi ... teau-deau/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1871
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

Re: Solidarité avec les travailleurs-euses sans papiers en g

Messagede bipbip » 20 Nov 2016, 18:48

Appel de la campagne "Travail au Noir des Sans-papiers"

Appel lancé par trois collectifs de sans-papiers et trois syndicats de l’Inspection du travail.

Le 29 mars 2016, près de 400 sans-papiers occupent la Direction Générale du Travail (DGT), quai de Javel (où s’élaborait la loi El Khomri). Ils en seront évacués par la police le 31 au petit matin, à temps pour rejoindre la mobilisation contre la "loi travail".

Cette action est coordonnée par trois collectifs : le Collectif des Travailleurs sans Papiers de Vitry (CTSPV), la Coordination 93 de lutte pour les sans-papiers, Droits devant ! et par l’Intersyndicale CGT-SUD-FSU du ministère du travail.

Elle s’inscrit dans une campagne qui a débuté suite à une AG à la Bourse du travail de Saint-Denis en décembre 2014. Une plateforme commune est rédigée en février 2015, signant le premier acte de la campagne. Axant l’analyse sur la situation des travailleurs sans-papiers en situation de travail dissimulé sans jamais perdre de vue la revendication de régularisation de tous les sans-papiers, elle adopte une stratégie claire : « Au regard de cette situation, c’est au Ministère du travail d’agir pour mettre un terme au travail dissimulé auquel sont contraints les sans-papiers, afin que ces travailleurs rentrent dans leurs droits, dans l’égalité et sans référence à leur nationalité. »

Dans les mois qui suivent, trois rassemblements vont se tenir devant le ministère du Travail (6 mars 2015), le siège de la CGPME (17 avril 2015) et le SYNHORCAT, organisation patronale de la branche des hôtels, cafés et restaurants (23 octobre 2015). A chaque fois, des centaines de sans-papiers manifestent pour exiger leur régularisation. La précarisation et le maintien dans l’illégalité des sans-papiers, organisés par les pouvoirs politique et économique, permet à une frange du patronat peu scrupuleuse de les exploiter par le travail dissimulé, leur interdisant tout espoir de régularisation.

Le 9 novembre 2015, est organisée à la Bourse du travail de Paris une journée d’échange entre les agents du ministère du Travail et les sans-papiers. C’est un véritable succès et la journée rassemble environ 130 personnes.

Ce travail de l’année 2015 permet d’aboutir à des revendications partagées qui seront le fondement des actions futures :
• Tout travailleur sans-papiers doit être régularisé sur simple preuve de relation de travail, sans condition de durée, ni de séjour, ni d’emploi
• L’Inspection du travail doit être dotée d’un pouvoir de régularisation sur simple constat d’une relation de travail
• Abrogation de la taxe OFII

En 2016, on assiste à une montée en puissance de la campagne avec une première occupation, le 27 janvier, sur le site de l’inspection du travail du 210 quai de Jemmapes par près de 300 travailleurs sans-papiers.

Ainsi, la circulaire publiée en 2012 par le ministre de l’Intérieur de l’époque, Manuel Valls, présentée comme une victoire par certains, à la suite du mouvement de grèves et d’occupation de la Bastille en 2010, laisse pour le moins perplexe. En effet, elle prévoit une régularisation à la main de l’employeur qui dispose du pouvoir discrétionnaire de les faire régulariser sur la base de fiches de paie et de cerfas ; véritable paradoxe puisqu’un patron n’a pas le droit d’embaucher un étranger en situation irrégulière. Cherchez l’erreur ! Et pour celui qui parvient à obtenir le titre de séjour « salarié », il reste enchaîné à l’employeur pour obtenir son renouvellement chaque année.

Cette politique d’asservissement à l’employeur organisée par l’Etat participe avec d’autre procédés (sous-traitance en cascade, intérim…) à l’objectif des gouvernements successifs et des organisations patronales de faire baisser les conditions d’emploi de l’ensemble des travailleurs. La régularisation des sans-papiers est donc dans l’intérêt de tous les salariés.

Dans sa grande hypocrisie, le gouvernement contraint les sans-papiers au travail dissimulé ou l’utilisation de fiches de paie sur la base d’alias (avec la carte de séjour de quelqu’un d’autre), alias que la loi Cazeneuve criminalise.

Le refus de la ministre du Travail d’ouvrir des discussions avec les organisations de la campagne conduit ces dernières à occuper la DGT le 29 mars avant d’en être évacués le 31.

Par la suite, le directeur de cabinet de la ministre du Travail propose aux représentants des collectifs de travailleurs sans-papiers et des organisations syndicales concernées d’entamer une discussion pour examiner leurs revendications, tout en informant qu’il n’a pas de marge de négociation et qu’il travaille sous l’égide du ministère de l’Intérieur. A l’issue de quatre réunions de travail entre le 30 mai et le 13 juin, dans un point de situation écrit, du 23 juin 2016, Yves CALVEZ, représentant du ministère du Travail, ne concède rien à la campagne qui ne peut alors poursuivre le processus ouvert. Une AG du 25 juin 2016 avec tous les travailleurs sans-papiers des collectifs est organisée pour faire le bilan de la séquence. Le mot d’ordre qui en ressort est qu’il faut faire monter le niveau des luttes.

Au moment où nous venons de fêter les 20 ans de Saint Bernard, les victoires des grévistes du 57 boulevard de Strasbourg et du chantier de l’avenue de Breteuil nous conforte dans l’idée qu’il est temps de réinitier une dynamique de construction d’un rapport de force dans la lutte des sans-papiers.

C’est le sens des actions à venir. Par ces actions, les sans papiers envoient un message clair au Gouvernement : "Nous ne lâcherons rien et continuerons nos actions tant que nos revendications ne seront pas satisfaites".

Pour autant, dans un contexte politique défavorable (nouvelle loi Cazeneuve, gouvernement hostile aux migrants alimentant un climat raciste, élections présidentielles,...), les sans papiers ont besoin de plus de soutiens et demandent à toutes les forces progressistes (politiques, syndicales, associatives...) de les rejoindre pour que leur combat courageux et digne aboutisse à leur régularisation.


https://www.solidaires.org/Appel-de-la- ... ns-papiers
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 25229
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Solidarité avec les travailleurs-euses sans papiers en g

Messagede bipbip » 24 Nov 2016, 07:40

Des travailleurs sans papiers investissent des locaux du ministère du Travail

«Surexploitation», travail au noir, «cadences infernales» : mercredi, en début d'après-midi, des travailleurs sans papiers ont occupé durant quelques heures des locaux du ministère du Travail pour dénoncer leurs conditions et réclamer une «égalité des droits».

Ils avaient déjà occupé l’Inspection du travail en janvier, puis la Direction générale du travail (DGT) en mars. Cette fois-ci, les collectifs de travailleur(e)s sans papiers, soutenus par l’intersyndicale du ministère du Travail (CGT-SNTEFP, Sud Travail Affaires sociales et SNUTEFE-FSU) ont décidé d’investir des locaux du ministère du Travail situés dans le XVe arrondissement de Paris, place des Cinq-Martyrs. Ils sont «des centaines de sans papiers», expliquent-ils dans un communiqué commun, issus des collectifs du 94, du 93 et de l’association Droits devant, à s’être donnés rendez-vous pour occuper les lieux, dès 13h30, ce mercredi. Avant qu’une opération d’évacuation ne débute autour de 17 heures.

... http://www.liberation.fr/france/2016/11 ... il_1530400
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 25229
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Solidarité avec les travailleurs-euses sans papiers en g

Messagede bipbip » 03 Déc 2016, 08:42

« Les 18 du 57 » : un pas vers l’égalité entre tous les travailleurs

Les visages affichaient de larges sourires ce jeudi premier décembre dans la salle Ambroise Croizat de la bourse du travail à Paris. Travailleurs et travailleuses fraîchement régularisés, syndicalistes, citoyens et politiques célébraient une double victoire contre l’esclavage moderne. Il s’agissait aussi de présenter le livre « les 18 du 57 » de Laurent Hazgui, qui raconte en images l’incroyable aventure humaine qu’ont représenté les dix mois de grève des coiffeuses.

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 25229
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Solidarité avec les travailleurs-euses sans papiers en g

Messagede bipbip » 12 Déc 2016, 11:24

Mercredi 14 décembre 2016

Meeting contre le travail au noir et pour la régularisation des sans-papiers

Image

19h: accueil

19h25 : mot d'introduction par Mamba Touré (délégué de la Coordination 93)

19h30 - 20h30 : table-ronde animée par Jérôme Beuzelin (Intersyndicale du ministère du Travail)
• Contexte politique et juridique (GISTI)
• Conditions de régularisation dans le cadre du travail (Droits devant !!)
• Travailleurs sans papiers, travailleurs surexploités (CTSP Vitry)
• Les femmes sans papiers dans le travail à domicile (Femmes en Lutte 93 sous réserve)
• Aide médicale d'État et suppression de la réduction dans les transports (Coordination 93)
• Alliance entre les agents du ministère du travail et les travailleurs sans-papiers (Intersyndicale du ministère du Travail)

> Débat avec la salle <

20h45 - 21h15 : prises de parole des soutiens politiques et des délégués des collectifs sans papiers
• Clémentine Autain (Ensemble !)
• Mamadou Sissoko (Coordination 93)
• Laurence Cohen (PCF)
• Mamadou Diallo (CTSP Vitry)
• Eric Coquerel (PG)
• Fanta Tandian et Lylia Berkane (Coordination 93)
• Serge Franceschina (LO)
• Fatiha Lali (Droits devant)
• Gaël Quirante (NPA)

21h45 : Mot de conclusion

https://www.solidaires.org/Meeting-cont ... ns-papiers
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 25229
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Solidarité avec les travailleurs-euses sans papiers en g

Messagede Lila » 26 Déc 2016, 18:00

On bosse ici ! On vit ici ! On reste ici !

Philippe Martinez souligne, entre autres, : « Cette lutte symbolise parfaitement la situation que vivent des dizaines de milliers de travailleurs de notre pays. Des salariés qui travaillent dans des conditions difficiles et dans une immense précarité, qui subissent une exploitation proche de l’esclavagisme de la part de leur employeur et dont l’état refuse de reconnaître les droits ».

Marilyne Poulain parle de ces travailleuses et travailleurs qui lèvent la tête pour dire NON, « Non à l’exploitation, Non à l’esclavage, Non à l’acceptation de l’inacceptable et Non à la résignation ». Elle décrit parfaitement « Un système de recrutement et d’exploitation massif de travailleurs sans-papiers organisé à l’échelle d’un quartier, un système de traite des êtres humains dans le milieu du travail, en plein de cœur de Paris, aux yeux de tous, qui perdure pourtant aujourd’hui » et insiste sur l’Etat de Droit et « La régularisation de tous les travailleurs sans-papiers, l’ouverture de voies légales de migration, l’égalité des droits et le droit de travailler pour les demandeurs d’asile restent les seules alternatives pour lutter efficacement contre la traite des êtres humains, le dumping social, le travail dissimulé et la fraude sociale ».

L’histoire d’une lutte en photos, des témoignages d’ancien-ne-s grévistes. « Etre sans papiers, c’est comme si tu n’existais pas », « Mais notre vie a changé. Nous avons cette liberté maintenant de circuler et de pouvoir travailler en toute quiétude, sans aucune pression de qui que ce soit. C’est comme si nous n’étions plus des esclaves, que l’on nous avait désenchainé ».

Un combat pour les droits et la dignité magnifiquement illustré.

Et comme le rappellent d’anciennes grévistes : « À Château d’eau, rien n’est clair. Et la situation n’a toujours pas évolué aujourd’hui… »

A télécharger : https://entreleslignesentrelesmots.file ... hazgui.pdf

A commander : http://l.facebook.com/l.php?u=http%3A%2 ... fVwL-P&s=1
ou là : http://cgtparis.fr/spip.php?article2828

https://entreleslignesentrelesmots.word ... reste-ici/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 1871
Enregistré le: 07 Mar 2014, 11:13

PrécédenteSuivante

Retourner vers Monde du travail

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité