Contre la répression antisyndicale, contre les licenciements


Re: Contre la répression antisyndicale, contre les licenciem

Messagede bipbip » 18 Jan 2018, 18:01

Le secrétaire départemental adjoint de sud ptt poursuivi en diffamation par le chef opérationnel de la SIR

Le 16 novembre 2017 se déroulait une manifestation contre les ordonnances Macron relatives à la modification de la législation du travail. L’union syndicale SUD-Solidaires y appelait et y participait. Le parcours avait été déposé par l’union départementale CGT.
Alors que le cortège suivait le parcours déposé et était arrêté à l’entrée du boulevard de la Liberté venant de la place de Bretagne, la section d’intervention (SIR) armée de boucliers, casques et matraques, a quitté sa position place de Bretagne et a progressé sur le trottoir le long du restaurant « La Marine » et du restaurant « 4 B ».
Alors que la SIR s’apprêtait à charger devant une partie du cortège de SUD, le secrétaire départemental adjoint de SUD-PTT a pris un mégaphone et a fait une intervention spontanée indiquant que la manifestation respectait le parcours déposé en préfecture et indiquant que l’on ne comprenait pas la présence d’une vingtaine de policiers de la SIR prêts à charger.
Dans la même intervention au mégaphone, le responsable de syndicat SUD-PTT d’Ille et Vilaine indiquait que la section d’intervention rapide et son chef opérationnel étaient ceux qui avaient chargé la manifestation le 28 avril 2016 et étaient ceux qui avaient tiré au LBD 40 (Flash-Ball) contre les manifestants étudiants provoquant une blessure très grave à un étudiant rennais, celui-ci perdant l’usage d’un œil.
Pour terminer cette intervention le responsable de SUD mettait en garde contre les agissements de la SIR et les provocations comme le démontrent deux rapports relatifs aux manifestations à Rennes contre la loi travail :
• l’un d’Amnesty international publié et repris par l’ensemble de la presse le 31 mai 2017 dénonçant « les violations des droits humains lors du maintien de l’ordre de rassemblements public ».
• L’autre présenté à l’assemblée nationale et émanant de journalistes et de juristes et intitulé « rapport d’information sur les maintiens de l’ordre »

Ce sont donc ces propos qui sont considérés comme diffamatoires alors qu’ils sont l’exacte vérité démontrée par des dizaines de photos et de vidéos.
Nous rappelons que le jour de l’enquête de l’IGPN, le 24 janvier 2017, le chef opérationnel de la section d’intervention rapide se répandait dans les médias (interview à France 3 Bretagne et à Bastamag entre autres) pour couvrir ses hommes et justifier les conséquences de l’emploi de ses armes.
Nous rappelons aussi, que lors de la manifestation du 9 avril 2016, la section d’intervention rapide avec à sa tête son chef opérationnel chargeait, devant les Galeries Lafayette à Rennes les « élus rennais » du parti de gauche qui participaient à une manifestation contre la loi travail.
Le syndicat SUD-PTT d’Ille et Vilaine n’acceptera jamais que le simple fait de participer à une manifestation se termine par une infirmité permanente. Le syndicat SUD-PTT d’Ille et Vilaine n’acceptera jamais que de telles blessures soient la conséquence d’une prétendue malchance ou du hasard.

Le syndicat SUD appelle d’ores et déjà à se rassembler le mardi 13 février à 13h30 à la cité judiciaire.

Rennes le 15 janvier 2018
Le bureau départemental


https://expansive.info/Le-secretaire-de ... par-le-766
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05


Re: Contre la répression antisyndicale, contre les licenciem

Messagede bipbip » 31 Jan 2018, 09:45

La Cour d’appel de Grenoble donne raison à l’ex-salarié de Faure Vercors
sep article

Contestant son licenciement après avoir déposé une prise d’acte auprès de son employeur Faure Vercors, Julien Fouquet avait obtenu gain de cause devant les Prudhommes. Une décision dont l’entreprise avait fait appel, ce qui avait déclenché un rassemblement de soutien de syndicalistes et militants politiques. La Cour d’appel a finalement tranché, et donné raison à l’ex-salarié.

Une victoire (quasi) complète pour Julien Fouquet. Cet ancien employé de Faure Vercors avait été licencié de l’entreprise après avoir déposé une prise d’acte*, faisant valoir des conditions de travail indignes et contraires à la loi. Les Prudhommes lui avaient par la suite donné raison. Une décision que Faure Vercors a portée devant la Cour d’appel de Grenoble… sans succès.

L’appel de l’entreprise n’était pas passé inaperçu : le 8 novembre 2017, une quarantaine de militants syndicaux et politiques s’étaient réunis devant le tribunal de Grenoble pour exprimer leur soutien à Julien Fouquet, peu de temps avant l’audience. Dans un discours, l’ex-employé expliquait alors porter le combat au niveau collectif, et dénoncer les pratiques des entreprises de transport vis-à-vis de leurs salariés.

... https://www.placegrenet.fr/2018/01/25/c ... ors/173524
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Contre la répression antisyndicale, contre les licenciem

Messagede bipbip » 04 Fév 2018, 20:04

A La Poste comme ailleurs stoppons la répression !

Image

Voici un appel lancé par le syndicat Sud Activités Postales 92 contre la répression contre Gaël et plus globalement contre la répression à La Poste et partout ailleurs. Il y a bien-sûr un enjeu immédiat : le ministère du travail doit rendre un avis sur un recours hiérarchique fait par La Poste suite au refus de licenciement de l’inspection du travail., mais nous avons la volonté de pointer du doigt la politique répressive de La Poste et plus largement contre les mouvements sociaux.

Empêchons le licenciement de Gaël Quirante !
Regroupons-nous contre la répression à La Poste… et partout ailleurs !

Gaël Quirante, secrétaire départemental de SUD Activités Postales 92 et militant du Front Social, subit un véritable harcèlement disciplinaire : 10 tentatives de licenciement en 14 ans, et presque un an de mises à pied cumulées.

La Poste avait en effet tenté de le licencier en 2010 en l’accusant de séquestration alors qu’il avait participé à une occupation de la direction départementale de La Poste : son licenciement avait été refusé successivement par l’Inspection du Travail en 2010, par le Ministre du Travail en 2011, puis par le Tribunal Administratif en 2014.

En avril dernier la Cour d’Appel du Tribunal Administratif de Versailles a annulé les 3 précédentes décisions et a ainsi relancé toute la procédure ! L’Inspection du Travail a de nouveau refusé son licenciement mais c’est désormais Mme Penicaud, Ministre du Travail et ex-DRH de Danone qui va décider du sort de Gaël ! Notre mobilisation doit empêcher son licenciement !

La Poste a décidé de frapper fort contre les militantes et militants combatifs. L’intervention du GIPN contre les grévistes du centre de tri de Bègles-Bordeaux en 2005 avait constitué le coup d’envoi de cette offensive. Depuis, les poursuites disciplinaires et pénales, les licenciements, les sanctions disciplinaires se sont multipliées contre les syndicalistes et plus largement contre toutes celles et ceux qui refusent de courber l’échine : 10 ans de mises à pied cumulées par les militantes et militants SUD et CGT en Ile-de-France depuis 2012 ont été recensées, 14 ans depuis 2010 ! 4 militants syndicaux du 92 ont été mis en garde à vue en pleine grève en 2014. Olivier Rosay a subi à lui seul 69 mois de suspension de fonction ! Dans le 92 aussi, Yann Le Merrer a été révoqué, puis en attente de poste suite à l’obligation faite à son employeur de le réintégrer.

Cette logique répressive touche aujourd’hui l’ensemble du monde du travail : plus de 4000 poursuites disciplinaires ou pénales ont été intentées contre des grévistes ou des manifestants depuis le mouvement de 2016 contre la Loi Travail. Mais cette répression est combattue, que ce soit concernant les peines de prison pour les ex-Goodyear, contre les violences policières dans les quartiers populaires, pour les inculpés du procès du Quai de Valmy, à PSA Poissy, pour Loïc de la Compagnie Jolie Môme par exemple. Si la répression est là, c’est bien qu’il y a des résistances. Nous appelons à regrouper tous les cas de répression pour être en mesure de mettre un coup d’arrêt à l’offensive actuelle. Si nous regroupons nos forces, nous pouvons gagner !

Rassemblement le 6 février à 19h devant le Ministère du Travail Paris Métro Varenne

Pour signer cet appel/pétition c’est ici : https://www.change.org/p/non-au-licenci ... t-ailleurs




Nîmes mardi 6 février 2018

Rassemblement contre la répression anti-syndicale

Rassemblement devant la poste de l'Esplanade à Nîmes,
mardi 06 février 2018, à 17h30 (avant d'aller devant la Préfecture du Gard)
contre le licenciement de Gaël QUIRANTE,
Secrétaire Départemental de SUD PTT 92

Gaël QUIRANTE est victime de répression antisyndicale. La Poste avait, en effet, tenté de le licencier en 2010 en l’accusant de séquestration alors qu’il avait participé à une occupation de la direction départementale de La Poste : son licenciement avait été refusé successivement par l’Inspection du Travail en 2010, par le Ministre du Travail en 2011, puis par le Tribunal Administratif en 2014. En avril dernier la Cour d’Appel du Tribunal Administratif de Versailles a annulé les 3 précédentes décisions et a ainsi relancé toute la procédure ! L’Inspection du Travail a de nouveau refusé son licenciement mais c’est désormais Mme Penicaud, Ministre du Travail qui va décider du sort de Gaël !

Notre mobilisation doit empêcher son licenciement !

http://solidaires30.blogspot.fr/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Contre la répression antisyndicale, contre les licenciem

Messagede bipbip » 08 Fév 2018, 21:13

Bordeaux : des militants syndicaux convoqués par leurs directions

Deux mobilisations de soutien sont organisées cette fin de semaine, à La Poste et au CHU.
Une mobilisation est prévue demain matin dès 11 heures devant la direction du CHU de Bordeaux, à l’appel de Sud Santé. Il s’agira de défendre un infirmier anesthésiste du SMUR, militant de Sud Santé et animateur de la grève à Pellegrin, convoqué à un entretien disciplinaire pour non prise de service. En plein conflit social, la direction a assigné ce salarié par passage d’huissier à son domicile après 16h, pour une embauche prévue le jour même à 20 h, explique le syndicat, qui dénonce une atteinte au droit de grève.

Et puis une autre mobilisation est organisée le lendemain, vendredi. A l'origine : 3 agents de la plateforme colis de Bègles et militants syndicaux Sud PTT convoqués en commission de discipline à La Poste de Mériadeck, au motif qu’ils auraient fait entrer une bouteille d’alccol dans les locaux. Ils risquent des sanctions pouvant aller jusqu’à 3 mois de suspension sans salaire. Les syndicats dénoncent un dossier vide et un acharnement contre les délégués syndicaux. Une mobilisation de soutien sera organisée dans le même temps devant la direction de la Poste de Mériadeck dès 14 heures.

... http://www.witfm.fr/news/bordeaux-des-m ... tions-4767
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Contre la répression antisyndicale, contre les licenciem

Messagede bipbip » 08 Fév 2018, 22:47

RASSEMBLEMENT CONTRE LE LICENCIEMENT DE GAËL ET LA RÉPRESSION

Intervention de Gaël hier soir.

Plus de 200 personnes ont bravé la neige. Des Postiers et des Postières de SUD PTT de toute la France. Des camarades sont venus de Rouen, Lisieux... Merci à toutes et tous, ce n'est que le début.

Une course contre la montre s'enclenche dans les 10 jours qui viennent.

Il faut faire un maximum de motions de soutien, de vidéos de soutien, de photos de soutien contre le licenciement de Gaël et pour un regroupement permanent de toutes celles et tous ceux qui veulent s'opposer à la répression.

Une réunion unitaire sera proposé prochainement.

https://www.facebook.com/luttesinvisibles/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05


Re: Contre la répression antisyndicale, contre les licenciem

Messagede Béatrice » 06 Mar 2018, 21:09

Le droit de grève remis en question pour cinq salariés de Coca-Cola

Alors que depuis trois semaines les salariés de l’entreprise Coca-Cola des Pennes-Mirabeau sont en grève, pour cause de suppression du quart de ses effectifs, cinq salariés comparaissent ce mardi devant devant le Tribunal de Grande instance d’Aix-en-Provence.

http://www.lamarseillaise.fr/marseille/ ... n-question
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2788
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: Contre la répression antisyndicale, contre les licenciem

Messagede bipbip » 02 Avr 2018, 17:05

Discrimination syndicale : ASF – Groupe Vinci autoroutes lourdement condamnée !!!

Image

https://www.solidaires.org/o-Discrimina ... -condamnee
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Contre la répression antisyndicale, contre les licenciem

Messagede bipbip » 22 Avr 2018, 10:47

Rassemblement contre la répression anti-syndicale à l'EHPAD « Les Pensées »

Argenteuil (95) mercredi 25 avril 2018
à 10h, Les Pensées, 102 rue Antonin Georges Belin

Image

Il y a presqu'un an le 17 mai , la grande majorité des salariés de cette structure faisait un mois de grève.

Aujourd'hui, la direction aimerait bien se débarrasser des militants syndicaux CGT de l'entreprise. Elle accélère la répression envers les responsables syndicaux CGT

L'union locale CGT Argenteuil appel à la mobilisation devant les Pensées le 25 avril à partir de 10 h 102 Rue Antonin Georges Belin, 95100 Argenteuil petit changement de date yves est reçu par la direction le 25 avril le rassemblement se fera le 25 avril a partir de 10h

https://cgtargenteuil.blogspot.com/2018 ... un-le.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Contre la répression antisyndicale, contre les licenciem

Messagede bipbip » 27 Mai 2018, 18:01

Rassemblement
Contre la politique de casse sociale à l'OPH d'Aubervilliers

Mercredi 30 mai 2018 à 15h, OPH d'Aubervilliers, 122 rue André Karman, Aubervilliers (93)

Ça continue !?!

A l'été 2017 le directeur général a été licencié.
Il avait tenté de licencier Djénéba, élue du personnel CGT et n'avait pas réussi.

Mais les directions se succèdent et les mêmes méthodes persistent!

Dès son arrivée la nouvelle direction décide l'arrêt de tous les CDD en cours sans proposition d'embauche : disparition de plus de 20 postes principalement des agents d'entretien. Ensuite des ruptures conventionnelles sont négociées avec un chef de service et des directeurs (développement et finances) dont on veut se débarrasser.

Dernière casse en date : la tentative de licenciement d'un délégué du personnel CGT. Certains jeunes cadres (responsable de quartier, responsable marchés, responsable exploitation) n'ont pas attendu le prochain épisode et sont partis travailler ailleurs.

La CGT ne peut tolérer d'être systématiquement la cible des attaques patronales à l'OPH d'Aubervilliers. Les mesures gouvernementales aggravent la précarité des travailleurs et dans ce contexte il est inadmissible que la casse des salariés et agents à l'OPH d'Aubervilliers continue.

La CGT propose à toutes et tous de montrer sa solidarité le 29 mai autour :
• De l'égalité des droits pour toutes et tous, salariés du public et du privé : non application du jour de carence, stabilité de l'emploi.
• De l'amélioration des conditions de travail et de la lutte contre la souffrance au travail.
• Du respect plein et entier de la démocratie sociale, du syndicalisme, de son rôle de représentation du personnel et de ses moyens de fonctionnement et d'intervention (CE et CHSCT).
• De la défense de notre OPH et du service public du logement social.

La CGT de l'OPH, ses militants, ses syndiqués vous invitent

RASSEMBLEMENT MARDI 29 mai à 15 H au RDC de l'OPH.
122 rue André KARMAN - Aubervilliers


http://www.csd93.fr/?p=2101
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05


Re: Contre la répression antisyndicale, contre les licenciem

Messagede bipbip » 14 Juin 2018, 12:29

Vidéo. Répression chez U logistique Mulhouse : 4 grévistes risquent le licenciement

Ce mardi matin, à l’appel de la CGT 68, un rassemblement avait lieu en soutien aux grévistes du secteur frais d’U Logistique Mulhouse, contre l’énorme répression subie. Les salariés luttent depuis une semaine contre la réorganisation du travail et les bas salaires.

Après avoir fait délogé les grévistes par les CRS vendredi dernier, la direction a mis en place un cordon sanitaire de directeurs venu de la France entière, ainsi que des vigiles qui encadrent toute l’entreprise. Ce déploiement de force inédit trahit la peur présente chez la direction de U logistique. En même temps, dans sa provocation celle-ci veut faire licencier 4 grévistes dont des militants CGT de l’entreprise. La solidarité ne faiblit pas, comme l’explique Mounir Bourina, délégué CGT, dans cette vidéo.



http://www.revolutionpermanente.fr/Vide ... cenciement
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Contre la répression antisyndicale, contre les licenciem

Messagede bipbip » 14 Juin 2018, 12:56

Contre la répression syndicale à « Descours & Cabaud »,
rassemblement le vendredi 15 juin à Lyon

Après le licenciement abusif du camarade Norddine il y a 2 semaines, un nouveau camarade syndicaliste de l’entreprise Descours & Cabaud est convoqué à un entretien préalable le 15 juin 2018 en vue d’un licenciement, simplement car il réclament des meilleures conditions de travail, des salaires convenables et l’application de la convention collective de la métallurgie du Rhône.
Après un premier rassemblement le 7 juin, l’UD CGT Vénissieux appel à un nouveaux rassemblement Vendredi 15 juin 2018 à 08h45 à Descours & Cabaud, 24 rue Fos-sur-Mer à Saint-Fons (Port Edouard Herriot)

Ce patron voyou répond par la répression syndicale et remet en cause le droit de grève. Il ne fait nul doute que Descours&Cabaud entend se débarrasser de toutes contestations possibles dans l’entreprise en licenciant un à un tous les adhérents de la CGT.

Pire encore, le directeur de l’entreprise de Saint-Fons fait subir des humiliations aux salariés.

Un jour, cet individu c’est permis de tirer l’oreille à un salarié en disant : c’est comme ça que nous traitons les salariés dans l’entreprise.

Quand les humiliations ne suffiront plus, peut-être qu’il donnera des coups de fouet ???

Que fait la direction générale de Descours&Cabaud face à de tels agissements ?

Les salariés travaillent chez Descours, mais ils ne sont certainement pas des Cabots !!!

Le plus grave dans tout ça, c’est que notre ancien délégué syndical que nous avons destitué de son mandat au mois de mai dernier mais qui reste néanmoins délégué du personnel, accompagne le directeur du site dans cette répression et entretien avec lui, une relation de complaisance et de compromission qui va l’encontre des repères et des valeurs de la CGT.

Là aussi, comment cet individu qui n’a plus aucune dignité peut venir tous les matins au travail en regardant ses collègues dans les yeux alors qu’il est de mèche avec le patron pour licencier nos adhérents ?

Mais la répression syndicale ne s’arrête pas qu’au 24 rue de Fos sur Mer à Saint-Fons chez Descours&Cabaud. Dans beaucoup d’entreprise de la même branche (la métallurgie), pour en citer quelques-unes : JTECKT, Metaldyne international France, Electro calorique, Solustil, Clemessy services, nos militants subissent du harcèlement, de l’isolement, de la mise au placard, du dénigrement, voir pour certains des menaces physiques.« »

Autre exemple dans l’entreprise CODICE à Vénissieux ou d’une part, on interdit au délégué du personnel de s’adresser aux salariés de l’étage et d’autre part, quand le patron de l’entreprise organise un repas de fin d’année, il n’invite pas les maghrébins !!!

Là, on a vraiment touché le fond et on ne peut pas descendre plus bas !!!

Voilà à quoi conduit la politique ultra libérale du président des riches et de son gouvernement qui donne pouvoir aux patrons de faire ce qu’ils veulent en toute impunité et surtout dans le but d’éliminer des syndicats contestataires comme la CGT.

A tous ces patrons véreux, nous voulons leurs dirent qu’en voulant tuer la CGT, vous ne la rendrez que plus forte !!!

C’est pourquoi l’Union Locale CGT de Vénissieux appelle l’ensemble des organisations et militants à participer au rassemblement devant l’entreprise, le Vendredi 15 juin 2018 à 08h45 à Descours & Cabaud, 24 rue Fos-sur-Mer à Saint-Fons (Port Edouard Herriot)

Pour exiger :
→ La réintégration de Norddine ;
→ L’abandon de toute procédure disciplinaire à l’encontre des adhérents de la CGT ;
→ Le respect des libertés syndicales.

https://rebellyon.info/Contre-a-repress ... ours-19356
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 31889
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Syndicats, associations, mouvements sociaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 0 invités