Pôle Emploi en luttes

Luttes des travailleurs-euses, chômage, précarité.

Pôle Emploi en luttes

Messagede Nico37 » 12 Déc 2008, 16:11

L'intersyndicale s'est finalement accordée sur la date du 8 janvier pour lancer la première grève générale de Pôle emploi.

Les partisans du 5 janvier (jour symbolique du démarrage de PE) seront sans doute un peu décus, mais l'important n'est-il pas de réunir l'ensemble des 45 000 salariés de Pôle emploi, ex-anpe et ex-assédic, dans un mouvement puissant, soutenu par toutes les organisations syndicales ?

En attendant ce jour, qui restera sans doute dans les annales de l'histoire du Service Public de l'Emploi, la mobilisation ne faiblit pas.

La date du 15 décembre, jour du 1er Conseil d'Administration de Pôle emploi, promet d'être un jour d'effervence maximale, avec un foisonnement d'initiatives dans les régions: grèves locales, envahissements, manifestations médiatiques, port de brassard ou de vêtements noirs, etc ... Nos amis du Collectif des Collègues Masqués nous ont fait parvenir un nouveau message sur le BLACK DAY , à découvrir : http://www.lafusionpourlesnuls.com/page ... 21174.html
Nico37
 
Messages: 8481
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Pôle Emploi en luttes

Messagede Nico37 » 09 Avr 2009, 17:39

QUAND DÉSOBÉIR DEVIENT UN DEVOIR
A l’attention de M Charpy, DG POLE EMPLOI, et à ses donneurs d’ordres
dimanche 29 mars 2009.

Le salarié met à la disposition de l’employeur, sa force de travail, manuelle, intellectuelle, mais pas sa personne. Le salarié en tant que personne n’est pas un instrument de production chargé d’exécuter des ordres.

Nous tenons à garder notre liberté de conscience et d’expression.

VOUS nous demandez d’exécuter des ordres :

De décider, par téléphone, de l’indemnisation ou non d’un demandeur d’emploi, après un questionnement simplifié « script suffisamment précis »
De vérifier l’authenticité des papiers, dans le dos des demandeurs d’emploi, à l’aide de lampes UV
De procéder au « traitement des doutes »
De dénoncer les suspects à la filière indemnisation

VOUS évitez soigneusement de nous communiquer les textes sur lesquels vous vous appuyez pour nous contraindre à exécuter cette sale besogne, ex : note PE/DG/CSP/2009/N°62, introuvable sur intranet.

VOUS nous faites porter les responsabilités de ces actes en vous gardant bien de nous alerter sur les conséquences.

Ce système mis en place induit l’idée d’une fraude organisée et généralisée qui n’est qu’un pur fantasme. Plus grave, il agit sur l’inconscient collectif avec tous les dangers qui peuvent en découler : malaise, culpabilisation, agressivité, violences envers soi-même et envers les autres, et ce, des deux côtés du guichet.

NOUS refusons d’être l’instrument d’une politique paranoïaque :

où tous les demandeurs d’emploi seraient considérés comme des suspects en puissance
où tous les demandeurs d’emploi seraient considérés comme des fraudeurs

NOUS refusons de collaborer avec les services de la Préfecture qu’ils soient sous la responsabilité de Monsieur Hortefeux, de Monsieur Besson ou d’un autre.

NOUS sommes solidaires des personnes que nous accompagnons vers l’emploi,

NOUS ne les trahirons pas.

Nous, salariés de Pôle Emploi et signataires de cet appel refusons d’exécuter ces ordres,

Nous, usagers de Pôle Emploi, d’hier, d’aujourd’hui et de demain soutenons cette initiative
Nico37
 
Messages: 8481
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Re: Sud Pôle Emploi Rhône Alpe : Quand désobéir devient un devoi

Messagede conan » 09 Avr 2009, 22:05

Ouaich ! Bravo à eux, respect !
conan
 

Re: Sud Pôle Emploi Rhône Alpe : Quand désobéir devient un devoi

Messagede Lepauvre » 10 Avr 2009, 21:03

Parfaitement.
En face de mon "agent pole emploi" je ressentais exactement cette malaise.
Lui se coupabilise face à son dévoir de détection de "fraude" (l'ombre de mauvaise volonté est une sorte de fraude, ou non?) et pour sa connaissance des renseignements les plus précises me concernants (et en plus parfaitements innocents) et moi qui se coupabilise d'office pour ne pas avoir trouvé un emploi et pour ne rien valoir.
Et encore, cette malaise ne crée pas vraiment l'agression.
Les dures à cuire sont, chez pole emploi, au téléphone. Demande un renseignement sur tes payements, tes jous restants ou sur les possibilitées pour le retour à l'emploi , tu comprendras vite que tu n'est q'un gratteur et fraudeur d'office.
Vous trouverez de la limonade dans l'arbre...mais il faut grimper.
Avatar de l’utilisateur-trice
Lepauvre
 
Messages: 184
Enregistré le: 13 Mar 2009, 12:47

Re: Grève le 8 janvier au Pôle Emploi

Messagede Nico37 » 07 Juin 2009, 22:25

communiqué de l'intersyndicale CGT, SNU-FSU et SUD-Solidaires de Pôle Emploi :

Ne laissons pas passer l’été sans rien faire ! — GRÈVE NATIONALE LE 18 JUIN —

La mise en place de Pôle Emploi jointe au contexte de la crise accentue la dégradation des missions, des qualifications, de l’organisation et des conditions de travail de l’ensemble des personnels. La crise aura des effets profonds et durables sur l’emploi et demandera un renforcement tout aussi durable des effectifs et des moyens de Pôle Emploi.

Le gouvernement et la direction n’ont qu’un seul objectif, au-delà de l’effet d’affichage : mettre de la main d’œuvre à moindre coût à disposition du patronat par le biais de la coercition sociale. Ils avancent coûte que coûte, quelles que soient les conséquences sur les usagers et la santé des agents.

L’arrivée massive des jeunes, la mise en place du plan seniors, les salariés victimes des plans sociaux, les personnes basculant dans le RSA,
celles arrivant plus précocement dans les minima sociaux du fait de la durée d’indemnisation revue à la baisse, les demandeurs ex-dispensés de
recherche d’emploi : les perspectives à venir ne cessent de s’assombrir.
Les personnels de Pôle Emploi alertent solennellement l’opinion publique et exigent que soient prises toutes les dispositions afin que l’automne
2009 ne se transforme pas en un cataclysme social pour les usagers et les personnels de Pôle Emploi.

Les missions - les qualifications

• Il doit être mis fin à toutes les directives qui nous transforment en auxiliaires de police, à la politique de «contractualisation du PPAE», au dispositif «offre raisonnable d’emploi» et au contrôle des papiers d’identité. Ce cadre de pressions et d’incitation à la multiplication du nombre de radiations transforme Pôle Emploi en service coercitif et répressif contraire au droit des privés d’emploi, auxquels il est interdit de choisir les offres d’emploi et/ou de formation qui leur conviennent ;
• L’accueil ne doit pas être dévoyé en machine à refouler les demandeurs d’emploi ; toutes les mesures nécessaires à des conditions de réception
dans le respect des personnes (demandeur et agent) doivent être prises : temps d’écoute, confidentialité, facilité et simplicité d’accès à l’information...
• La mise en œuvre des services à distance (pôle-emploi.fr, 3949…), doit être strictement encadré par le droit des privés d’emploi à être reçus, quand ils en expriment le besoin, par du personnel qualifié ;
• L’importation dans Pôle Emploi des modes de gestion des entreprises commerciales est profondément destructrice des missions de service public ;
• Le recours aux opérateurs privés de placement (OPP) ne cesse de s’accroître alors qu’il faudrait beaucoup plus de moyens pour Pôle Emploi ;
• Nous refusons les conditions opaques et aléatoires dans lesquelles se font les cédéisations et nous nous opposons à la décision de la Direction de recourir à l’Intérim.

L’organisation du travail – les conditions de travail

La course à l’ouverture des sites mixtes, qui désorganise les services, doit être stoppée :
• Notre revendication de densification du réseau de Pôle Emploi, que la crise rend d’autant plus nécessaire, doit s’appuyer sur le maintien de tous les actuels points d’accueil du public et la constitution de sites «à taille humaine». Cela évitera ainsi la mobilité forcée, pour les usagers comme pour les agents à qui on demande expressément de faire des fiches de vœux ;
• La mobilité, qui doit se faire à l’initiative de l’agent public comme des salariés de droit privé, doit strictement respecter les garanties statutaires et conventionnelles ;
• Les ponts imposés sont un hold-up sur les droits des agents et confirment l’inégalité de traitement du personnel sur le territoire national.

La définition des emplois et des qualifications nécessaires à l’exercice des missions de Pôle emploi que nous revendiquons, implique la mise en cause des actuelles formations indigentes de «conseillers personnels».
Elle exige l’élaboration d’un plan de formations initiales et continues incluant des garanties statutaires et conventionnelles précises ; nous revendiquons un respect des métiers et des qualifications :
• La taille trop importante des portefeuilles, le temps réduit accordé aux traitements des dossiers d’indemnisation, ont des conséquences néfastes
sur le service rendu en direction des chômeurs ;
• L’intensification des charges et des rythmes de travail exige l’arrêt du management par les objectifs et un plan d’embauches massives, assorties
des formations indispensables, pour mener à bien des missions qui répondent aux besoins des usagers dans le respect du service public.

Nous exigeons que l’ensemble des demandeurs d’emploi soumis à l’obligation de recherche d’emploi en France métropolitaine et dans les DOM, soit
inclus dans la publication des chiffres mensuels de la demande d’emploi pour rendre compte de la réalité des inscriptions et la quantité de travail demandé au personnel tant du côté de l’indemnisation que du côté de l’accompagnement.

Nous constatons un encadrement déstabilisé, constamment remis en cause et vivant des risques de déclassement, chargé de transmettre en cascade la pression qu’il subit sur les collectifs et les équipes, aussi bien dans le réseau que dans les structures.

Les activités professionnelles de travail structurées par un système informatique normatif, auxquelles s’ajoutent une évaluation et un contrôle
managérial permanents accompagnent la dégradation des services rendus. Les aménagements non concertés et la réduction des espaces de travail, dans des locaux inadaptés, participent à ces risques et multiplient les situations de nomadisme professionnel.

De façon générale, les orientations mises en œuvre par la direction dégradent les qualifications et les garanties collectives des personnels.
Partout la violence des restructurations accroît les risques psychosociaux.

Pour des conditions de travail et de réception des usagers humaines, nous exigeons la mise en place d’un plan d’urgence :

• Réception des usagers en maintenant les agents sur leurs métiers initiaux (ex RAC et ex ANPE),
• Renforts en effectifs massifs immédiatement pour répondre aux besoins des usagers dans le respect du service public,
• Un bureau attitré par agent,
• Pas de portefeuille au dessus de 60 DE par agent et 30 DE en accompagnement renforcé,
• Refus de la mobilité forcée,
• Densification du réseau,
• Abrogation du dispositif de l’offre raisonnable d’emploi,
• Non au travail d’auxiliaire de police,
• Non aux recrutements d’intérimaires,
• Revalorisation salariale conséquente.

Nous exigeons un moratoire sur la fusion à marche forcée.

Pour toutes ces raisons, nous appelons les personnels de Pôle Emploi à une grève nationale de 24 heures, le jeudi 18 juin 2009.
Nico37
 
Messages: 8481
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Re: Grève le 8 janvier au Pôle Emploi

Messagede Nico37 » 17 Oct 2009, 17:00

http://www.challenges.fr/politique_economique/20091013.CHA8188/pole_emploi__les_syndicats_appellent_a_la_greve.html

Les services de Pôle emploi devraient être réduits mardi 20 octobre suite à l'appel à la grève de l'intersyndicale qui dénoncent les conditions de travail et une situation intolérable.

Les services de Pôle emploi devraient être perturbés mardi 20 octobre suite à l'appel à la grève de 7 sept syndicats qui dénoncent "une
situation de plus en plus difficile et intolérable" et des "services dégradés pour les usagers" selon un communiqué. L'intersyndicale (CFDT,
CFE-CGC, CGT, Snpa, SNU, Unsa, Sud emploi) cite l'exemple "des convocations systématiques des demandeurs d'emploi profondément
inadaptées à leurs besoins réels et qui leur nient toute possibilité d'être reçus à leur demande".
Les syndicats pointent également une série de sources de tensions : "le management par objectif" prévalant à Pôle emploi, la quantité
"insupportable" de demandeurs d'emploi suivis par un même conseiller, la qualité "insatisfaisante" de la formation de ces derniers, le nombre "de plus en plus important" de personnels en CDD, le déploiement "à un rythme effréné et au mépris des instances représentatives du personnel" des sites mixtes, regroupant les anciennes tâches de l'ANPE avec celles des Assedic, le recours à la sous-traitance et à l'externalisation...
"Nous refusons qu'une convention collective nationale faite pour servir de référence individuelle et collective pendant de nombreuses années soit négociée à marche forcée", ni qu'elle soit "soumise à signature alors que des points fondamentaux sont renvoyés à des négociations ultérieures sans aucune sécurité pour les salariés" de Pôle emploi : "formation, durée du travail, activités sociales et culturelles, retraites...", selon le communiqué.
Nico37
 
Messages: 8481
Enregistré le: 15 Sep 2008, 10:49

Pôle Emploi en luttes

Messagede Pïérô » 04 Juin 2010, 22:15

Appel à grève reconductible à partir de mardi 8 juin, http://www.actuchomage.org/201006031124 ... aussi.html :

A Pôle Emploi, un préavis de grève a été déposé pour le 8 juin. Côté chômeurs, depuis le 3 mai, les actions se poursuivent dans toute la France.

Quatre syndicats de Pôle Emploi (SNU-FSU, CGT, Sud et Snap) appellent les salariés de l'organisme à une grève reconductible à partir de mardi prochain. A Paris, un rassemblement unitaire avec des associations de chômeurs aura lieu à midi place de la Rotonde, à Stalingrad (19e).

Sous-effectifs, manque de formation, surcharge, détérioration des conditions de travail et perte de sens sont au cœur du mal-être. Regrettant que FO et la CFDT ne s'associent pas au mouvement, déplorant des «jeux d'appareil», l'intersyndicale compte protester contre les effets désastreux d'une fusion à marche forcée, ainsi que les suppressions de postes prévues dès 2011 (3.000 en moins sur les 48.000 actuels). Les syndicats dénoncent l'impossibilité qui leur est faite aujourd'hui d'accomplir leurs missions de service public. Ils exigent l'arrêt de l'externalisation de leurs missions par la sous-traitance, des renforts conséquents et la titularisation de leurs collègues au statut précaire.

Le «plan rebond» ? Une coquille vide...

«Les déclarations de Laurent Wauquiez, indiquant que le "plan rebond" pour les chômeurs en fin de droit serait opérationnel dès le 1er juin dans tous les Pôle Emploi, constituent une véritable opération de poudre aux yeux», estime l'intersyndicale. Selon elle, «aucune communication interne en direction des agents, aucune disposition validée au sein des instances représentatives du personnel, aucune finalisation des procédures spécifiques en matière d'accès aux contrats aidés, aux formations ou à l'aide forfaitaire mensuelle n'a été mise en œuvre. De plus, ces mesures se trouvent placées sous le signe menaçant des injonctions du Président de la République : tout chômeur qui refuserait l'une de ces "propositions" se verra radié», fustige-t-elle dans son communiqué. «Une nouvelle fois, les personnels de Pôle Emploi, en première ligne, vont se trouver en difficulté pour répondre aux sollicitations pressantes et légitimes des demandeurs d'emploi qui voudront faire valoir leurs droits».


rassemblement unitaire avec des associations de chômeurs, c'est une très bonne chose, quand les luttes convergent, çà va toujours mieux que lutter dans son coin. :D
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22395
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Pôle Emploi en luttes

Messagede Pïérô » 02 Mai 2011, 01:24

une prise de position à saluer, et à soutenir.

Rue89 publie la lettre d'une agent qui refuse d'être formée au contrôle des papiers d'identité des demandeurs d'emploi :

Isabelle de Léon est convoquée ce vendredi à la direction régionale de Pôle emploi, pour les Midi-Pyrénées, pour un entretien disciplinaire. Comme d'autres agents, elle a refusé de suivre la formation « entretien d'inscription et diagnostic » qui « forme » les agents à « l'obligation de contrôler la validité des papiers d'identité, de conserver leurs copies, et de signaler les documents suspects » de demandeurs d'emploi. Nous publions le courrier qu'elle adresse à son directeur général.


Monsieur le directeur général,

J'inscris cette démarche de conscience dans le cadre d'une double responsabilité : en tant que citoyenne et comme agent d'Etat engagée dans une mission de service public.

En effet, j'ai été recrutée sur concours pour travailler à l'ANPE en 2007, j'ai signé un ordre de mission en tant qu'agent d'Etat acceptant une mission au sein du service public de l'emploi, c'est d'ailleurs l'une de mes motivations essentielles que j'ai évoquée lors de l'entretien finalisant le concours de recrutement.

Cet aspect n'est pas anodin puisque depuis, l'Agence nationale pour l'emploi a disparu pour faire place à Pôle emploi, objet juridique toujours indéterminé, regroupant l'ex-ANPE et l'ex-Assedic.

Je sors de mon devoir de réserve et je tiens à alerter le public

Je suis agent d'Etat et non pas agent d'un gouvernement, qu'en tant que tel je n'ai signé aucun engagement avec Pôle emploi, mais bien apposé ma signature au bas d'un ordre de mission de service public, c'est à cet engagement que je me sens en DEVOIR. […]

La réunion de services complémentaires (recherche d'emploi et indemnisation) dans un même lieu ne met pas en danger le service public de l'emploi. Ce qui le met en danger c'est la volonté délibérée et affichée de modifier et de fusionner les deux systèmes et les deux métiers et d'en finir avec le statut d'agent public.

Il est important, en effet, de découpler l'accompagnement des demandeurs vers l'emploi de l'indemnisation : un principe déontologique fondamental. Comment sinon établir une relation basée sur la confiance, l'échange, et le respect de la libre adhésion ?

C'est à ce titre que je sors de mon devoir de réserve et que je tiens à alerter, non seulement, le public, mais aussi les pouvoirs publics.

Au nom de la solidarité, je refuse de vérifier les papiers d'identité

Si la première réforme, la fusion, a été déjà l'amorce d'une transformation radicale, la deuxième vague de réforme au travers de l'entretien d'inscription et de diagnostic (EID) marque une nouvelle étape dans la déstructuration du service public de l'emploi.

Alors que nos syndicats et des audits commandés ne font que confirmer ces constats alarmants, notre direction générale, sourde et sûrement « impuissante », vient en réponse, rajouter de nouvelles difficultés. Que dire pour achever ce tableau désolant de l'obligation de contrôler la validité des papiers d'identité, de conserver leurs copies, et de signaler les documents suspects ?

N'est-ce pas là un symbole éloquent de ce que notre hiérarchie attend de « ses troupes », nommées à longueur de réunion « collaborateurs » et destinées à « liquider les droits » de « clients » ?

C'est au nom de la liberté que je choisis de ne pas appliquer vos consignes sur l'EID, c'est au nom de l'égalité que je défends le service public, c'est au nom de la fraternité que je refuse de fermer l'avenir à des secteurs de la population que vous semblez avoir décidé d'abandonner pour préserver ceux qui n'en ont pas besoin.

C'est au nom de la solidarité que je refuse de vérifier la validité des papiers d'identité car je suis au service du public, des demandeurs d'emploi et des chômeurs, et non pas là pour les contrôler, les suspecter et les dénoncer.

Interpeler chaque agent d'Etat, fonctionnaire, citoyen

Dans l'ordre des responsabilités, je prends les miennes, et je suis consciente de ce que j'engage. A vous, maintenant, de prendre les vôtres.

Rendre publique cette position personnelle m'a coûté et me coûtera certainement, elle n'a comme objectif que d'interpeler l'établissement, mais aussi chaque agent d'Etat, chaque fonctionnaire, chaque citoyen, pour sortir de ce discours d'impuissance qui nuit à notre avenir commun.

Je vous prie, monsieur le directeur général, de bien vouloir prendre en compte mon positionnement.


http://eco.rue89.com/2011/04/29/pole-em ... urs-201695
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22395
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Pôle Emploi en luttes

Messagede Pïérô » 21 Mai 2011, 12:30

Pôle emploi, le scandale des offres d’emploi illégales, un dossier :

Pôle emploi : Le bon coin des offres d'emploi illégales

Un sport se développe chez les patrons qui souhaitent embaucher : Exiger un tas de compétences et qualifications au salarié, tout en le payant au SMIC, parfois moins avec les temps partiels.
Et comme ils en veulent toujours plus, beaucoup de patrons souhaitent aussi supprimer les droits associés au CDI : Obligation de justifier un licenciement, droit à être représenté dans l'entreprise, droit aux congés, paiement des heures supplémentaires, droit au crédit, droit d'avoir tout simplement un avenir...

Pour aider les patrons, Pôle emploi participe aussi au travail de destruction des droits associés au CDI, en diffusant des offres d'emploi illégales


à lire ici : http://cgtchomeursrebelles56.blogspot.c ... ffres.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22395
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Pôle Emploi en luttes

Messagede Pïérô » 06 Mar 2014, 13:03

Normandie, les conseillers Pôle emploi manifestent contre le renforcement du contrôle des chômeurs

Non, vous ne rêvez pas. Ca se passe en Normandie, où les camarades de la CGT Pôle emploi manifestent avec la CGT chômeurs et l'union locale CGT du Havre, contre la mise en place d'un "pool" de "contrôleurs".
Ces contrôleurs de Pôle emploi qui passent leurs journées au téléphone et sur internet à pourrir la vie des chômeurs... Au lieu de contacter les employeurs pour décrocher des CDI temps plein pour les salariés privés d'emploi...

Extraits de ce que disent les camarades de la CGT Pôle emploi Haute Normandie :

"Ca stigmatise" le chômeur. "Nous protestons contre ces contrôleurs, qui peuvent revenir sur la décision d'un conseiller pour insister sur des offres d'emploi qui aujourd'hui ne trouvent plus preneur",

"Le motif invoqué pour renforcer les contrôles avec des équipes dédiées est la nécessité de lutter contre la "fraude sociale". Une nouvelle fois, les chômeurs sont pointés du doigt comme des fraudeurs en puissance"... "Nous retenons que les diverses études réalisées notamment par la cour des comptes, démontrent de manière irréfutable que la fraude aux prestations est très marginale, à hauteur de 0,7%, alors que le travail dissimulé serait 4 à 5 fois supérieur".

"La moindre absence à une prestation ou une convocation est passible de deux mois de radiation avec perte en conséquence de l'allocation. Avec, derrière des conséquences dramatiques".

http://cgtchomeursrebelles56.blogspot.f ... stent.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22395
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Pôle Emploi en luttes

Messagede Pïérô » 12 Juin 2014, 00:54

Communiqué FSU et SUD

Des agent-es du Pôle emploi Paris Laumière se mettent en grève

Des agent-es du Pôle emploi Paris Laumière seront en grève jeudi 12 juin 2014 pour
dénoncer le sous-effectif dans leur agence et exiger des recrutements en conséquence.


La restructuration du réseau parisien des agences Pôle emploi a entrainé la création de
l’agence Paris Laumière en novembre 2013. Depuis cette date, une partie des agent-es de
Paris Laumière ne cesse de dénoncer le sous-effectif de plus en plus préoccupant de
l’agence. Ce sous-effectif ne permet plus aux agent-es d’assurer correctement leurs missions
de Service public. Par ailleurs, il les place dans une situation de souffrance en augmentant
continuellement leurs charges de travail et en détériorant gravement les conditions
d’exercice de leurs missions.

Depuis novembre 2013, face à cette dégradation continuelle de leurs conditions de travail et
face à l’impossibilité de rendre un service de qualité aux usager-es de Pôle emploi, une
partie des agent-es de Paris Laumière a interpellé de manière répétée, directement et par le
biais des représentants du personnel, leurs Directions territoriale et régionale afin de les
alerter sur la situation.

Ces Directions n’ont pas jugé opportun de prendre en considération les interpellations
répétées de ces agent-es. Elles se sont même permis de mettre en cause leur efficacité et
leur professionnalisme. Cette attitude est inacceptable. Depuis la création de Pôle emploi,
les Directions générale et régionales n’ont d’autres obsessions que de réduire les dépenses
budgétaires de la structure, et ce au détriment de ses missions de Service public et au
dépend des conditions de travail de ses agent-es.

C’est pourquoi, des agent-es de Paris Laumière seront en grève demain jeudi 12 juin 2014 et
demandent à être reçus par les directeurs régionaux et territoriaux afin d’identifier
précisément les effectifs manquants et de procéder sans plus attendre à des recrutements
en conséquence.

Les agent-es en grève ce jour seront présents, devant leur agence (75 avenue Jean Jaurès –
Paris 19e – Métro Laumière) pour une conférence de presse à 10 heures 30.

Paris, le 11 juin 2014

doc PDF : http://www.solidaires.org/IMG/pdf/CP_Gr ... n_2014.pdf
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22395
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Pôle Emploi en luttes

Messagede bipbip » 19 Juin 2014, 00:36

Communiqué de Presse SNU SUD

3e jour de grève des agent-es du Pôle emploi Paris Laumière

Aujourd’hui mercredi 18 juin, devant le mutisme de leur Direction régionale, les agent-es du Pôle emploi Paris Laumière en sont à leur troisième jour de grève pour dénoncer le manque d’effectif de l’agence et exiger des postes supplémentaires.

Les négociations n’ayant pas abouties suite au premier jour de grève jeudi 12 juin, les agentes du Pôle emploi Paris Laumière ont reconduit le mouvement hier mardi 17 juin. Leur Direction régionale n’ayant même pas daigné prendre contact avec eux, ces derniers ont décidé d’occuper et de bloquer l’agence l’après-midi du 17 juin.

Face à l’absence totale de considération de leur Direction, les agent-es ont décidé de reconduire le mouvement aujourd’hui mercredi 18 juin et exigent d’être entendus par leur Direction régionale. Le manque d’effectif est de plus en plus préoccupant. Un tiers des postes qui devaient être pourvus dans l’agence ne le sont pas. C’est pourquoi les grévistes exigent le recrutement sans plus tarder de huit agent-es en CDI.

Aujourd’hui mercredi 18 juin, les agent-es en grève du Pôle emploi Paris Laumière ont décidé d’occuper et de bloquer l’agence jusqu’à ce que la Direction régionale accepte de rentrer en contact avec eux et d’ouvrir des négociations.

Depuis la restructuration du réseau parisien et la création de l’agence Paris-Laumière en novembre 2013, les agent-es ne cessent de dénoncer le manque d’effectif qui ne leur permet plus d’assurer correctement leurs missions de Service public, et les met dans une situation difficile en augmentant continuellement leurs charges de travail et en détériorant gravement les conditions d’exercice de leurs missions.

La Direction régionale refuse de recevoir ou d’entrer en contact avec les agent-es grévistes.
Face à la détermination des agent-es, la Direction régionale affiche un mutisme qui pousse à l’exaspération. Cette absence totale de considération pour les conditions de travail des agent-es et les conditions d’exercice de leurs missions est inacceptable.


Paris, le 18 juin 2014

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Pôle Emploi en luttes

Messagede bipbip » 03 Juil 2014, 12:59

La lutte paie

Communiqué de Presse SNU SUD

Au 5e jour de grève, la Direction de Pôle emploi cède aux revendications des agent-es de Paris Laumière !

Les agent-es, en grève pour dénoncer le manque d’effectif, ont été rejoints, mardi 24 juin, par
des collectifs de chômeurs, précaires, agent-es de Pôle emploi, intermittent-es et intérimaires.

Devant le mutisme de leur hiérarchie, les agent-es et les collectifs qui les soutenaient ont décidé
de s’inviter à la Direction générale de Pôle emploi. Bilan victorieux : la Direction a cédé et accorde
quatre postes en CDI et un poste en CDD.

Il aura fallu ce cinquième jour de grève, le soutien des collectifs solidaires du mouvement et
l’occupation de la Direction générale de Pôle emploi pour qu’enfin des propositions soient faites
aux agent-es grévistes. Ces derniers demandaient que les 8 postes en CDI prévus à la création de
l’agence soient enfin pourvus. Devant la détermination des agent-es en grève, ce sont 1 poste en
CDI en juillet, 3 postes en CDI en octobre et 1 poste en CDD fin juin qui ont été accordés.

Rappelons qu’au 1er jour de grève, jeudi 12 juin, les agent-es avaient rencontré la Direction de
Paris qui avait douté de leurs compétences en leur expliquant que les problèmes qu’ils
rencontraient venaient du fait qu’ils ne savaient pas utiliser les moyens mis à leur disposition.

Au troisième jour de grève, mercredi 18 juin, la Direction régionale avait annoncé par téléphone
qu’elle comptait engager des poursuites judiciaires, estimant scandaleux que les agent-es
entravent le Service public. Il lui avait été répondu que c’est bien la Direction qui, en n’allouant pas
les moyens nécessaires, empêchait les agent-es d’assurer leurs missions de service public.

Au quatrième jour de grève, jeudi 19 juin, la Direction générale avait répondu aux organisations
syndicales que, attachée au dialogue social, elle faisait toute confiance en l’examen par la
Direction régionale des revendications des agent-es grévistes.

Malgré le mutisme de leur Direction, la remise en cause de leurs compétences et les menaces de
criminalisation du mouvement, les agent-es grévistes ont tenu bon et ont fait plier la Direction !

Paris, le 25 juin 2014

Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Pôle Emploi en luttes

Messagede Pïérô » 21 Oct 2014, 12:17

Communiqué de la Fédération Solidaires SUD Emploi

Chômage : contrôles partout, emploi nulle part !

La Fédération Solidaires SUD Emploi, réunie en Congrès à Bordeaux, dénonce la surenchère de propositions nauséabondes de ces derniers temps, contre les chômeurs. La dernière en date est celle de la direction et Conseil d’Administration de Pôle Emploi qui annonce un nouveau tour de vis dans le contrôle des chômeurs d’ici 6 mois.

Depuis le dernier trimestre 2013, une « expérimentation » a été menée dans 4 régions Pôle Emploi sur le contrôle des demandeurs d’emploi conditionnant leurs droits (allocations...) au respect de leurs « devoirs » (recherche d’emploi…), alors même que Pôle Emploi est dans l’incapacité d’assurer correctement ses obligations envers eux (accompagnement, indemnisation, orientation).

On présente une nouvelle fois le chômeur comme profiteur d’un système, supposé fraudeur, et non pas comme une victime de la politique ultralibérale qui privilégie les profits au détriment de l’emploi.

Avec ces nouvelles organisations, les agents « spécialisés en contrôle » ne sont pas en contact direct avec ceux sur lesquels ils exercent leurs actions coercitives.

Nous savons qu’en supprimant la relation directe entre le contrôleur et la personne privée d’emploi, Pôle emploi augmente mécaniquement le nombre de radiations (dans les 4 régions expérimentatrices : de 8% à 35% de radiations consécutives).

Nous dénonçons la création de cette police anti-chômeur au sein de notre établissement public

Cette politique de contrôle s’applique en interne aux agents Pôle Emploi :
Des agents spécialisés vérifient en interne les actes des conseillers en relation avec les usagers, sous couvert de « recherche de performance » en gommant tout aspect humain supposé laxiste et trop coûteux.

C’est la montée en puissance de la police privée de Pôle Emploi, une sorte de « boeufcarottes ». On devine pour qui les carottes vont être cuites…

Le but final de tous ces contrôles est de mettre la pression sur les agents pour les contraindre eux-mêmes à mettre la pression sur les demandeurs d’emploi.

Ceux-ci doivent accepter n’importe quel boulot sans sourciller, n’importe quelle action de
formation même sans débouchés.

La Direction, dans sa présentation, parle ouvertement de « coercition » ; tout est dit !

Nous refusons de remplacer notre mission de relation de conseil, d’aide,
d’accompagnement vers le retour à l’emploi des demandeurs d’emploi par une
mission, qui deviendrait prioritaire, de contrôles basés sur une suspicion généralisée
et systématique des chômeurs.


Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22395
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Pôle Emploi en luttes

Messagede bipbip » 13 Déc 2015, 15:40

Pétition
Pour le maintien de l'ouverture des agences Pôle-Emploi

La Direction Générale de Pôle Emploi a décidé, de façon unilatérale et contre l’avis des organisations syndicales, de fermer les portes de ses agences tous les après-midis.

Une façon de masquer le manque de moyens en personnels…

Seules les personnes ayant rendez-vous peuvent avoir accès à pôle Emploi. (Consulter les offres, demander une information sur leur indemnisation, bénéficier d’une aide à la mobilité pour se rendre à un entretien d’embauche…)De plus l’ouverture sur les matinées-bien que maintenue-sera fortement dégradée : les usagers qui se présenteront ne seront reçus sans rendez-vous que pour des questions liées à l’indemnisation.

Pour toute question liée à l’emploi, ils se verront renvoyés vers un rendez-vous ultérieur.
Dans un premier temps, quatre régions sont concernées. Picardie, Corse, Guyane et Franche comté
La mise en œuvre continuera ensuite nationalement.

Avec leur syndicat CGT, les agents Pôle Emploi demandent le maintien du service les après-midis afin que le service public puisse continuer à remplir ses missions et répondre aux besoins des usagers, demandeurs d’emploi et employeurs de main d’œuvre.

Le Comité CGT Chômeurs rejoint les agents du service public de l’emploi, et demande la réouverture des agences pôle emploi l’après-midi.

Comité National Chômeurs et Précaires CGT

https://www.change.org/p/direction-g%C3 ... 4le-emploi
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 35413
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Suivante

Retourner vers Monde du travail

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités