GM&S en lutte

Luttes des travailleurs-euses, chômage, précarité.

Re: GM&S en lutte

Messagede Pïérô » 31 Juil 2017, 00:45

GM&S
La lutte continue !

Manifestation de soutien, le 31 juillet devant le Tribunal de Commerce de Poitiers à 15h.

Les salariés de l’équipementier GM&S, en liquidation judiciaire, (lire notre dépêche), espéraient obtenir du Tribunal de commerce de Poitiers un délai concernant l’offre (unique) de reprise par GMD, leader français de l’emboutissage, qui prévoit de ne conserver que 112 postes et de procéder à 157 licenciements.

Le Tribunal de Commerce, qui devait en premier lieu faire connaitre sa décision le 21 juillet, a choisi de n’accorder que 10 jours de sursis, enlevant toute possibilité aux salariés et à leurs élus de mettre en place une concertation permettant de sauver plus de postes dans l’offre de reprise et d’obtenir des droits pour ceux qui seraient licenciés.

Dans ce contexte, les salariés de GM&S annoncent leur détermination à ne pas se laisser enterrer sans réagir, et appellent à une manifestation de soutien, le 31 juillet devant le Tribunal de Commerce de Poitiers à 15h.


http://www.cgt.fr/La-lutte-continue-448 ... m=facebook
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22062
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: GM&S en lutte

Messagede bipbip » 04 Aoû 2017, 11:05

GM&S : le tribunal de commerce de Poitiers statuera sur l'offre de reprise par GMD le 4 septembre
Parallèlement, le tribunal de commerce prolonge l'activité de l'usine de La Souterraine (Creuse) jusqu'au 18 septembre à minuit.
Un nouveau sursis pour les salariés de l'équipementier GM&S à La Souterraine (Creuse). Le tribunal de commerce de Poitiers (Vienne) statuera sur l'offre de reprise de GMD le 4 septembre, selon la décision du tribunal, lundi 31 juillet. C'est l'unique offre de reprise. GMD, spécialisé dans l'emboutissage, propose de reprendre l'entreprise creusoise mais prévoit le maintien de 120 salariés sur 277. Parallèlement, le tribunal de commerce prolonge l'activité de l'usine jusqu'au 18 septembre à minuit.
Les syndicats espèrent négocier le nombre de personnes reprises
Le tribunal prévoit ainsi "de rouvrir les débats après avoir recueilli notamment l'avis des institutions représentatives du personnel", a expliqué l'avocat des syndicats, Jean-Louis Borie, citant le document du tribunal. Cette décision satisfait les salariés. Ils espèrent négocier pour augmenter le nombre de personnes reprises. Ils réclament également des indemnités supralégales pour ceux qui seraient exclus de l'offre.
"Il n'y aura pas de reprise pérenne et apaisée du site de La Souterraine tant qu'on n'aura pas réglé la question de ceux qui resteront sur le carreau et tant qu'on n'aura pas réglé la question d'indemnisation des victimes", poursuit l'avocat des salariés.
... http://www.francetvinfo.fr/economie/emp ... 08335.html


Dans une lettre ouverte, les GM&S en appellent encore à Bruno Le Maire
Dans une lettre ouverte au ministre de l'Economie et des Finances envoyée ce jeudi 3 août, les salariés de GM & S demandent à ce que l'offre de reprise de GMD soit augmentée, et que les salariés qui resteront sur le carreau ne soient pas oubliés.
... http://www.lepopulaire.fr/souterraine/e ... 06240.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34540
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: GM&S en lutte

Messagede bipbip » 22 Aoû 2017, 14:03

GM&S à La Souterraine : les vacances n'ont pas tué la mobilisation des salariés

Non, les trois semaines de vacances n’ont pas démobilisé les salariés de GM&S à La Souterraine (Creuse). Au contraire. Oubliées les mines fatiguées de la fin juillet, usées par des mois de combat : ils ont repris ce lundi matin plus déterminés que jamais.

Certes, le plus gros des troupes ne reviendra que lundi prochain mais ce lundi, ils étaient une cinquantaine à retrouver l’usine. Et à renouer, direct, avec le rythme d’avant-vacances en commençant par une assemblée générale, après un point avec leur avocat maître Borie.

« On va continuer à taper »

Dans la foulée, le tableau blanc du local de la CGT s’est d’ailleurs noirci des prochains rendez-vous. Non, la démobilisation n’est pas à l’ordre du jour : « on va continuer à taper », annonce d’emblée le cégétiste Yann Augras. Ce lundi, les représentants syndicaux ont d’ailleurs contacté les députés des trois départements concernés (Creuse, Indre, Haute-Vienne) pour obtenir un rendez-vous qu’ils espèrent se voir tenir en préfecture de Guéret d’ici la fin de semaine. « Et il y aura des actions dès la semaine prochaine » enchaîne Vincent Labrousse, délégué syndical.

... http://www.lamontagne.fr/souterraine/ec ... 22362.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34540
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: GM&S en lutte

Messagede bipbip » 07 Sep 2017, 20:44

GM&S: la justice valide la reprise par GMD, plus d'un emploi sur 2 supprimés

Epilogue judiciaire du dossier social de l'été: la justice a finalement validé jeudi l'offre de reprise par GMD de l'équipementier automobile creusois GM&S, pour un euro, mais les salariés restaient mobilisés contre la suppression prévue de 156 emplois sur 276.

... http://www.lechorepublicain.fr/france/2 ... 39806.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34540
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: GM&S en lutte

Messagede bipbip » 09 Sep 2017, 19:59

En Creuse, les salariés de GM&S toujours mobilisés pour sauvegarder plus d’emplois

Alors que la reprise du site de la Souterraine a été actée par le tribunal de commerce de Poitiers ce jeudi, les salariés de GM&S dans la Creuse continuent à se mobiliser. Après une opération escargot de la Souterraine à Guéret, ils ont pu rencontrer le préfet

Après la décision du tribunal de commerce de Poitiers de valider la reprise du site GM et S de la Souterraine dans la Creuse par la groupe GMD, les salariés de l'équipementier automobile continuent de se mobiliser. Ce samedi matin, ils ont organisé une opération escargot entre le site de leur usine et Guéret avant de se retrouver place Bonnyaud. Après avoir été bloqués par les CRS, les salariés seront finalement reçus par le préfet. Près de 200 personnes sont venues sur place pour les soutenir.

Les salariés se mobilisent notamment pour faire pression sur le groupe GMD qui va reprendre le site de la Souterraine, et sauver plus d'emplois que les 120 prévus dans l'offre de reprise, sur 277 aujourd'hui. Les GM et S réclament également un meilleur accompagnement et des indemnités plus élevées pour ceux qui seront licenciés.

... https://www.francebleu.fr/infos/economi ... 1504959539
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34540
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: GM&S en lutte

Messagede bipbip » 16 Sep 2017, 14:55

DIRECT. Journées du patrimoine : des policiers déployés autour de l'usine GM&S, que les salariés voulaient faire visiter

Les salariés de l'équipementier automobile creusois, toujours mobilisés malgré la reprise par GMD, souhaitaient ouvrir au public leur usine, malgré l'opposition de leur nouveau patron.

Une cinquantaine de policiers et une quarantaine de gendarmes ont été déployés, samedi 16 sepembre, autour de l'usine de GM&S à La Souterraine (Creuse) pour empêcher les salariés d'ouvrir le site au public comme ils souhaitaient le faire pour les Journées européennes du patrimoine (JEP). Selon la préfecture, il s'agit de "la simple application du droit de propriété". Le nouveau propriétaire de l'usine, Alain Martineau, PDG du repreneur GMD, a refusé que l'usine soit ouverte au public.

... http://www.francetvinfo.fr/culture/jour ... 73424.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34540
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: GM&S en lutte

Messagede Pïérô » 29 Sep 2017, 11:47

GM&S : des lettres d'avertissement envoyées aux salariés repris

Le climat chez GM&S dans la Creuse est toujours glacial, malgré la reprise de l'entreprise par GMD. Les 120 employés non licenciés - sur 277 - ont reçu une lettre d'avertissement.

Le conflit aurait pu sinon se terminer, du moins s'apaiser. Ce n'est pas le cas. Les 120 salariés de GM&S gardés par le repreneur, sur un total de 277, très déçus par le plan de reprise, avaient d'ailleurs continué à bloquer l'entreprise de La Souterraine, en Creuse, après la décision de justice. Le nouveau PDG, Alain Martineau, avait alors averti qu'il souhaitait une reprise du travail rapide et avait menacé de saisir la justice. L'activité avait finalement repris lundi. Mais mercredi, réunis à la mairie de La Souterraine, les collaborateurs de GM&S ont à nouveau exprimé colère et doute, comme le souligne le Populaire. A l'origine de ce nouveau sursaut d'énervement ? Une lettre d'avertissement envoyée par le repreneur à tous les salariés non licenciés.

Une lettre généralisée pour un retard. L'ensemble des salariés qui ont conservé un poste ont reçu sans exception un courrier par recommandé, une lettre faisant figure de premier avertissement, à cause d'un retard à une réunion. Le quotidien régional en livre quelques lignes : "Votre retard significatif à cette réunion était tout simplement inacceptable et constituait un manque total de respect à mon égard. C’est pourquoi, je vous notifie par la présente une observation écrite qui sera consignée dans votre dossier personnel." Cette missive signée de la main du directeur général ne passe pas auprès des salariés, déjà très remontés.

... http://www.europe1.fr/societe/reprise-h ... ez-3448817
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22062
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: GM&S en lutte

Messagede Pïérô » 05 Oct 2017, 13:56

Corrèze: Bousculade entre GM&S et les forces de l'ordre avant la visite d'Emmanuel Macron

Les gendarmes mobiles ont fait usage de gaz lacrymogène pour repousser les manifestants présents lors de la visite d'Emmanuel Macron…

Une grosse bousculade a opposé ce mercredi des salariés de l’équipementier automobile creusois GM&S aux forces de l’ordre, qui ont fait usage de gaz lacrymogène, à Egletons (Corrèze) avant une visite Emmanuel Macron consacrée à la formation et à l’apprentissage.

Des salariés et des anciens employés licenciés de l’équipementier de La Souterraine (Creuse), ainsi que des élus creusois, qui souhaitaient se rapprocher du lieu où Emmanuel Macron doit effectuer sa visite, se sont heurtés peu après 15 heures à un barrage de gendarmes mobiles. Ces derniers ont fait usage de gaz lacrymogène pour les repousser.

... http://www.20minutes.fr/politique/21448 ... ite-macron
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22062
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: GM&S en lutte

Messagede bipbip » 08 Oct 2017, 18:41

Faire 150 Km pour travailler : pas question répondent les licenciés de GM&S

A La Souterraine les réactions sont vives après les propos d'Emmanuel Macron. Le président de la République a suggéré mercredi que "certains, au lieu de foutre le bordel" feraient mieux d'aller chercher du travail chez Constellium à Ussel.

1h 55 minutes, quelques clics sur internet suffisent pour déterminer le temps de trajet entre La Souterraine dans la Creuse et Ussel à l'Est de la Corrèze.

... http://france3-regions.francetvinfo.fr/ ... 40653.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34540
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: GM&S en lutte

Messagede bipbip » 15 Oct 2017, 18:51

Hommage à « ceux qui foutent le bordel »

Les propos du Président de la République qui suggèrent aux grévistes de GM&S qu’ils auraient mieux à faire que de manifester et de chercher à lui parler, suintent le mépris de classe. Cette violence langagière masquent une violence bien plus concrète.

« Au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux d’aller regarder s’ils peuvent avoir des postes ». Ces propos ont été tenus par Emmanuel Macron le mercredi 4 octobre 2017 lors d’un déplacement à Egletons (Corrèze).

Cette sortie dégueulasse s’inscrit dans une série de propos du même genre.
• Le 8 septembre 2017, devant la contestation de la nouvelle loi travail, il affirmait « Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes » ;
• En juin 2017, il avait déclaré qu’« Une gare, c’est un lieu où l’on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien » ;
• En mai 2016, il avait expliqué à un gréviste en T-shirt que « Le meilleur moyen de se payer un costard, c’est de travailler » ;
• En février 2015, il avait encore déclaré « Si j’étais chômeur, je n’attendrais pas tout de l’autre ».

Pour Macron, le mépris de classe est une seconde nature. Ici, ceux à qui il conseillait de foutre autre chose que le bordel étaient les grévistes de l’entreprise GM&S, un sous-traitant automobile situé à La Souterraine, en Corrèze, et actuellement en cours de redressement.

« La solution que propose le gouvernement c’est la violence »

Ces salariés se battent depuis des mois pour éviter un large plan social mais, après validation par l’État et les clients, 157 d’entre eux vont être licenciés par le repreneur. Mercredi 4 octobre, les grévistes de GM&S s’étaient déplacés à Egletons pour interpeller le président. Tout le contraire « d’attendre tout de l’autre » pour ces futurs chômeurs ! Et si c’était le bordel, c’est surtout parce qu’ils ne se sont pas seulement heurtés aux insultes présidentielles mais aussi à un mur de CRS qui les a copieusement gazés. L’un d’entre résumait au micro d’une chaîne de télévision : « Il refuse de nous recevoir alors que ce qu’on veut ce sont des solutions pour sortir de cette situation par le haut. La solution que propose le gouvernement c’est les CRS, c’est la violence. Mais on ne va pas se laisser faire, on ne va pas lâcher l’affaire ».

Le commentaire de Macron était une réponse au président de la région Nouvelle Aquitaine qui évoquait en aparté les difficultés de recrutement d’une entreprise de fonderie d’Ussel en Corrèze. La phrase complète est ainsi « certains, au lieu de foutre le bordel, feraient mieux d’aller regarder s’ils ne peuvent pas avoir des postes là-bas, parce qu’il y en a qui ont les qualifications pour le faire ». Il précise plus tard qu’Ussel n’est pas loin de chez eux, c’est dire s’ils sont fainéants et ne font pas d’efforts. C’est vrai que vu de Paris, la Corrèze et la Creuse c’est la même chose, en gros des coins paumés peuplés de bouseux et d’ouvriers. Et La Souterraine ou Ussel, finalement, même combat…

« Il ne connaît vraiment rien à la vie »

L’ennui c’est qu’en réalité, selon leur adresse, Ussel c’est entre 140 et 200 kilomètres des domiciles des ex-salariés de GM&S. Dire que ce n’est « pas loin de chez eux » relève donc d’une conception assez large de l’idée de ce qu’est une faible distance.

Pas la peine de préciser que les transports en commun ne sont pas légions dans la région. À ce sujet, c’est Gérard Collomb qui s’est chargé de surenchérir en matière de mépris de classe, justifiant d’une façon stupéfiante d’absurdité les propos présidentiels. Dimanche 8 octobre sur le plateau de BFMTV, il ânonnait ainsi que « c’est pas le problème de 180 kilomètres. (…) Si vous êtes relié par une autoroute ou une voie ferrée qui peut y aller... Je viens de Lyon, j’ai pas de problème pour venir chez vous [à Paris, ndlr]. » Comparer son train de vie ministre entre les deux plus grosses métropoles françaises à celui des ouvriers de GM&S dans un bassin d’emploi sinistré, il fallait quand même oser.

La meilleure analyse de la situation des GM&S, c’est l’un des salariés qui la fait le mieux au micro d’une chaîne de télévision :

« C’est une très bonne idée. J’ai 58 ans. Ma femme a subi deux licenciements économiques. Là, elle vient de retrouver un emploi. Je vais m’en aller travailler à 200 kilomètres de La Souterraine. Ma femme va rester ici. Elle ne va pas quitter son emploi. Elle a bientôt 56 ans, elle ne retrouvera rien d’autre si elle quitte son emploi. Les maisons en Creuse ne valent rien. Je vais vendre ma maison pour une bouchée de pain… Je ne vois pas son raisonnement. C’est complètement stupide ! Il ne connaît vraiment rien à la vie, il n’a vécu que de belles choses, il ne connaît pas la vraie vie. »

« Ils nous ont fait crever »

« Complètement stupide », voilà qui est bien résumé les analyses du président de la République. Ne nous contentons pas de commenter les commentaires. Car finalement, au-delà du mépris de classe, le plan social à GM&S est surtout une immense casse sociale. 157 nouveaux chômeurs dans un bassin d’emploi sinistré qui sont pour beaucoup déjà bien usés physiquement et psychiquement par leur travail.

Certains de ces salariés licenciés ont témoigné dans une vidéo tournée en soutien à leur lutte et diffusée par le Comité d’Entreprise de GM&S. Regardez la, voici un hommage à « ceux qui foutent le bordel » !




https://rebellyon.info/Hommage-a-ceux-q ... rdel-18254
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34540
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: GM&S en lutte

Messagede bipbip » 14 Jan 2018, 22:21

GM&S : le rapporteur public demande l'annulation du PSE mais pas d'indemnité pour les salariés

La CGT et le comité d'entreprise contestaient ce jeudi la validité du plan de sauvegarde de l'emploi qui a abouti au licenciement de 156 salariés. Le rapporteur public a demandé l'annulation du PSE, mais ne réclame aucune indemnité pour les salariés. La décision sera rendue lundi.

Au terme de l'audience ce jeudi devant le tribunal administratif de Limoges, le rapporteur public a demandé l'annulation du plan de sauvegarde de l'emploi qui a abouti au licenciement de 156 salariés en septembre dernier à l'usine de La Souterraine. Le représentant de l'Etat estime ainsi que le PSE devrait être re-homologué par la Direccte (direction régionale des entreprises). Mais le rapporteur estime qu'il n'y a pas lieu d'accorder des indemnités pour les salariés. Le tribunal suivra-t-il cette position ? Il rendra son jugement lundi 15 janvier.

... https://www.francebleu.fr/infos/economi ... 1515609998
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34540
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: GM&S en lutte

Messagede bipbip » 08 Mai 2018, 12:54

La lutte sans fin des GM&S

En une seule journée du mois de mai dernier, les salariés de l’usine GM&S de la Souterraine se font connaitre dans le reste du pays. C’est la journée où ils ont piégé leur usine.

Ce jour-là, le 11 mai 2017, les salariés de l'usine ont posé des bonbonnes de gaz sur des machines, des bidons d’essence. Ils entendaient faire pression sur les principaux clients de cet équipementier automobile.

Cette journée les a mis dans la lumière médiatique et politique, mais elle n’a pas été pour autant le point final de leur lutte.

Elle a commencé 6 mois plus tôt, quand le site creusois a été placé en redressement judiciaire. Mais à l’époque, Paris et le reste de la France ne s’intéresse pas au sort d’une usine d’un département rural, sinistré économiquement.

Il a fallu en passer par le désespoir de la menace pour en faire un dossier national. En l’occurrence, le tout premier pour Emmanuel Macron, fraîchement élu à l’époque.

Depuis, et au terme de longs mois de bras de fer, le site a été repris.

Le plan social a été drastique, moins d’un emploi sur deux conservé. La plupart de ceux qui sont restés sont des salariés de 50 ans et plus, ce qui fait planer des incertitudes quant à la survie du site à moyen terme. Les doutes sont d'autant plus vifs qu’aujourd’hui les carnets de commandes sont loin d’être pleins.

La lutte sans fin des GM&S c’est un reportage Isabelle Raymond et Eric Audra

https://www.franceinter.fr/emissions/in ... 6-mai-2018
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34540
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: GM&S en lutte

Messagede bipbip » 27 Sep 2018, 19:35

Des salariés licenciés de GM&S réclament 80.000 euros à Renault et PSA

Une centaine d'anciens salariés de GM&S sont prêts à attaquer Renault et PSA en justice. Ils estiment que les constructeurs français ont précipité la chute de l'usine de la Souterraine en ne maintenant pas leur niveau de commandes.

En tout, 74 salariés licenciés de GM&S réclament 80.000 euros chacun à Renault et PSA, 32 salariés repris par le groupe GMD demandent eux 20.000 euros chacun, tous au titre du préjudice moral.

Ils estiment que les constructeurs français ont précipité la chute du sous-traitant automobile de la Souterraine en ne respectant pas leurs engagements et en transférant leurs commandes sur d'autres sites de production.
Quinze jours avant de saisir le tribunal

Pour maître Jean-Louis Borie, l'avocat des salariés, il y a bien une responsabilité directe de ceux que l'on appelle dans le jargon industriel "les donneurs d'ordres". Il donne 15 jours à Renault et PSA pour négocier un dédommagement sur la base réclamée par les salariés, faute de quoi il saisira le tribunal de grande instance de Guéret pour "abus de position dominante".

... https://www.francebleu.fr/infos/economi ... 1537964531
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34540
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: GM&S en lutte

Messagede bipbip » 09 Oct 2018, 19:44

DOSSIER : Le combat des salariés de GM&S Industry pour sauver leurs emplois en Creuse

Vers une annulation du plan social chez GM&S ?

Ce lundi devant la Cour administrative d'appel de Bordeaux, le rapporteur public a demandé l'annulation du plan social de l'usine de La Souterraine. Très souvent le juge suit cet avis.

L'audience avait lieu ce lundi matin devant la Cour administrative d'appel de Bordeaux et pour la première fois, un magistrat demande l'annulation du plan social de GM&S. Ce n'est pas un jugement, c'est le rapporteur public de la Cour administrative d'appel qui va dans le sens des ex-salariés de l'usine de La Souterraine. Pour lui, il faut annuler le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) parce qu'il n'a pas été fait dans les règles. Le critère de l'ancienneté a notamment été pris en compte deux fois pour établir la liste des salariés gardés dans l'entreprise, alors que les qualités professionnelles n'ont pas été prises en compte, souligne l'avocat des salariés.

Depuis le début on dit que ce PSE est mal ficelé , on est content d'être allé jusqu'au bout de nos recours - Patrick Brun, délégué CGT chez GM&S, puis LSI

Les conclusions du rapporteur public sont souvent suivies par le juge administratif, c'est donc une bonne nouvelle dans le combat judiciaire des salariés. Le juge rendra sa décision dans huit jours. S'il décide d'annuler le plan social, cela ne veut pas dire que les salariés licenciés seront de retour dans l'entreprise, mais cela ouvrirait la voie à des indemnisations.

... https://www.francebleu.fr/infos/economi ... 1538993260
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34540
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: GM&S en lutte

Messagede bipbip » 13 Oct 2018, 14:44

GM&S. Le plan social annulé en appel

La cour d’appel administrative de Bordeaux a, ce vendredi, annulé le plan social mis en œuvre en 2017 chez GM&S.

Dans son arrêt, la cour d’appel estime que ce PSE (*) contesté en justice par des salariés a été homologué par la Directrice régionale des entreprises, de la consommation, du travail et de l’emploi de la Région Nouvelle-Aquitaine sur des « motifs entachés d’erreurs de droit ».

« C’est une première victoire qui valide ce que nous disons depuis de longs mois. Ce PSE n’est pas valide. C’est une première étape dans la reconnaissance des droits des salariés licenciés », a immédiatement réagi sur Twitter le compte des salariés « en lutte » GMS23.

... https://www.letelegramme.fr/france/gm-s ... z2URrkO.99
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 34540
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Monde du travail

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité