SNCF infos et luttes

Luttes des travailleurs-euses, chômage, précarité.

Re: SNCF infos et luttes

Messagede bipbip » 24 Juin 2017, 18:30

Le Train du quotidien devrait être la priorité !

Pour SUD-Rail / SOLIDAIRES, la priorité n’est pas de gagner une demi-heure pour aller à Paris.

Les investissements pour le TER et le transport de marchandises sont insuffisants. Des lignes secondaires sont fermées parce qu’elles n’ont pas été rénovées à temps. Il faudrait développer encore plus l’offre TER pour permettre à la population de se passer de la voiture et éviter la pollution et les risques routiers. Cela veut dire d’investir encore plus dans les matériels, les infrastructures et les personnels.

Le 2 juillet prochain, la nouvelle ligne TGV fera gagner une demi-heure entre Rennes et Paris. C’est 3,4 MILLIARDS d’argent public qui sont dépensés pour ce projet.

L’arrivée de la LGV et la mise en place du cadencement entraîne de gros changement dans les horaires, les TER sont mis en lien avec le TGV sans tenir compte des besoins des travailleurs utilisant ces trains du quotidien.

De nombreux usagers font remonter des problèmes :

Des arrêts auparavant desservis ou des trains d’extrême matinée ou de milieu de journée sont supprimés. Ces nouveaux horaires ne permettent plus d’arriver à l’heure au travail et poussent des usagers à reprendre leur voiture.

Des temps de parcours sont allongés, Il sera aussi rapide d’aller de Rennes à Paris qu’à Chateaubriand ou St-Brieuc en Bretagne.

La LGV ne répond pas aux besoins de la population mais à ceux d’une minorité.

Nous appelons les usagers et cheminots à venir exposer tous les problèmes rencontrés et à participer à un rassemblement le 1er juillet 2017 près de la gare de Rennes (jour de l’inauguration) pour exiger que les intérêts de la population passe avant la LGV et son monde.

Rassemblement le 1er juillet 2017 au 6 bis rue Pierre Martin (Rennes) à 17h00

Un préavis permet aux cheminots du GPF de se mettre en grève du mercredi 28 juin à 20h00 au lundi 3 juillet 2017 à 8h00

Syndicat SUD-Rail Bretagne 6 bis rue Pierre Martin - 35000 Rennes
courriel : ✉sudrail.bretagne@gmail.com Tel : 09 50 92 76 57


http://rennes-info.org/Le-Train-du-quot ... vrait-etre
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22396
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: SNCF infos et luttes

Messagede bipbip » 29 Juin 2017, 18:58

Après les cheminots du Bourget, les cheminots de Paris Est débrayent !

Nous avons relayé durant les derniers mois cette grève progressiste lancée au triage du Bourget par le syndicat Sud Rail, commencée fin janvier et qui s’est achevée par une victoire de leurs revendications début juin, après une grève reconductible de 30 jours.

Les cheminots du Bourget que nous avions accompagnés dans leurs différentes AG avaient réussi à créer un mouvement venu de la base, solidaire et combatif. Ils avaient d’abord effectués 3 actions de grève en janvier et mars à plus de 90% de grévistes parmi les agents circulation de l’UO du Bourget, sur 9 journées de grève par 24h. Ils avaient surpris par l’ingéniosité à penser un mouvement offensif tout d’abord en contournant le délais de prévenance de 48h imposé par la loi sur le service minimum de Sarkozy, en déclarant leur grève 48h avant mais les vendredis soir après la fermeture des bureaux pour des débrayages les lundis à 6h. Après de nombreuses fermetures de voie et de suppression de train, la direction qui a tenté de réprimer des syndicalistes, avaient envoyé sur le terrain une armada de cadres pour tenir les postes de circulation. Continuant avec la même détermination ils avaient déposé un préavis illimité le 2 mai sur des modalités de 59min par service en 3x8 sur les heures de pointe du trafic Fret. Et c’est après 30 jours qu’ils ont réussi à avoir gain de cause sur nombre de leurs revendications.
La principale revendication concernait l’obtention d’une prime panier repas pour les agents qui ne bénéficient ni de pause ni d’accès à la cantine, ni de tickets restaurants, tout cela à cause de leurs horaires décalés. La prime panier impossible à gagner vu la portée nationale de la chose, la direction a préféré concéder une prime de 900€ pour les 120 agents de l’UO.
Et c’est à l’image de cette bataille remportée au Bourget qu’un des postes voisins de Paris Est (Le poste de CHL) a décidé de débrayer, tout d’abord à cause du ras le bol des conditions de travail qui se dégradent de plus en plus, et surtout pour tenter d’obtenir comme au Bourget une augmentation des primes de travaux, ainsi que cette fameuse prime panier repas.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Apre ... -debrayent
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22396
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: SNCF infos et luttes

Messagede dom » 05 Juil 2017, 15:57

ATTENTION ! Macron rime avec Délation !?
On savait que certains Services Publics, comme l’Education, la SNCF… obligeaient leurs agent-es à « balancer » les réfugié-es, maintenant illes devraient alerter leur hiérarchie dès qu’illes croisent le/la moindre militant-e qui monte au G20 du 7 et 8 juillet à Hambourg.
Spécialement celles et ceux qui viennent de la ZAD de NDDL ou des Alpes !
Militer n’est pas un crime, c’est un droit !
Image
________________________________________________________________________
"Celui qui accepte de sacrifier un peu de liberté pour un peu plus de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre et finit par perdre les deux."
Avatar de l’utilisateur-trice
dom
 
Messages: 85
Enregistré le: 27 Déc 2014, 18:44
Localisation: Tours (37)

Re: SNCF infos et luttes

Messagede bipbip » 21 Juil 2017, 11:02

SNCF : les cheminots de Caen en grève contre les suppressions de postes

Depuis le 24 Mars 2017, les cheminots de l’Escale et de la Vente de Basse-Normandie sont fortement mobilisés tous les vendredi pour dénoncer les projets dangereux de la Direction. Le 9 juin, le préavis a été étendu sur tous les établissements du périmètre SNCF Mobilités de Normandie. Quelles sont les raisons de ce mouvement de grève ?

... http://www.revolutionpermanente.fr/SNCF ... -de-postes
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22396
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: SNCF infos et luttes

Messagede Pïérô » 22 Juil 2017, 12:35

Le mouvement de grève se durcit

Banderoles et fumigènes autour du piquet de grève hier à la gare de Pamiers. Les cheminots locaux sont en grève depuis 26 jours à l'appel de la CGT et de Sud-Rail.

«La SNCF reste sourde aux demandes des cheminots, et maintient sa position inexplicable, nous poursuivons notre mouvement de grève. Les propositions annoncées sont insuffisantes» indique Olivier Luchbert, représentant syndical pour Sud-Rail, battant le pavé devant la gare, hier matin, en compagnie de l'intersyndicale, ainsi que de 19 grévistes. Si les négociations ne sont pas rompues avec la direction, «elles restent à l'heure actuelle inadaptées face aux revendications des cheminots» expliquent les syndicats.

... http://www.ladepeche.fr/article/2017/07 ... urcit.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20295
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: SNCF infos et luttes

Messagede bipbip » 26 Juil 2017, 07:37

Rassemblement de soutien vendredi à 11h30 devant la gare

Les cheminots de Pamiers en grève depuis le 26 juin contre la suppression d’un poste de guichet

Depuis le 26 juin, l’ensemble des agents de la gare de Pamiers, en Ariège, sont en grève illimité. En effet, la direction entend fermer un poste de guichet, surchargeant un peu plus les agents et détruisant le service public.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Les- ... de-guichet
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22396
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: SNCF infos et luttes

Messagede bipbip » 17 Aoû 2017, 15:53

Occitanie
SNCF : grève régionale sur les TER jusqu’à vendredi matin

Des perturbations sont à prévoir sur certaines lignes SNCF dans les Pyrénées-Orientales, le Gard, l'Hérault, l'Aude, la Lozère, la Haute-Garonne et l'Aveyron, en raison d'une grève régionale. 2 trains sur 3 circuleront normalement. Le dispositif pour le feu d'artifice de Collioure n'est pas impacté.

... http://france3-regions.francetvinfo.fr/ ... 12303.html
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22396
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: SNCF infos et luttes

Messagede Béatrice » 01 Sep 2017, 17:15

lundi 4 septembre 2017 à 18h à La Brillanne (04)

Gare de La Brillanne

Rassemblement contre la réduction de service en gare de La Brillanne

Un rassemblement est organisé le le 04/09/2017 de 18h à 19h30 en gare de La Brillanne contre une réorganisation du service, prévue à partir du 15 décembre. Elle aboutit à une diminution de la présence humaine, qui peut être le prélude à une disparition complète de service, voire à une fermeture de la gare.

L'Union syndicale Solidaires tiendra sa réunion de rentrée sur place à l'issue du rassemblement.

https://04.demosphere.eu/rv/1870


Petit reportage (photos) sur place :

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2736
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: SNCF infos et luttes

Messagede Denis » 04 Sep 2017, 21:57

Rassemblement devant la gare de La Brillanne, environ 120 personnes (pas mal pour un petit pays comme le nôtre) Solidaires, Cgt, la FI, le NPA, des élus de La Brillanne, d'Oraison et de Forcalquier, bonnes prises de paroles, une représentante d'Alternative Libertaire, l'avenir de la gare est en jeu, et dans les mains des élus (locaux et région), et de la SNCF réseau...


Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

la reporter de Radio Zinzine !
Qu'y'en a pas un sur cent et qu'pourtant ils existent, Et qu'ils se tiennent bien bras dessus bras dessous, Joyeux, et c'est pour ça qu'ils sont toujours debout !

Les Anarchistes !
Avatar de l’utilisateur-trice
Denis
 
Messages: 1022
Enregistré le: 16 Sep 2011, 21:07
Localisation: Oraison, Alpes de Haute Provence, le zéro-quatre

Re: SNCF infos et luttes

Messagede bipbip » 12 Sep 2017, 08:18

La direction s'attaque au droit de grève

Il en est du droit de grève comme des retraites et d’autres sujets : les patrons n’en n’ont jamais fini de remettre en cause les droits que les travailleurs et les travailleuses avaient conquis ! En 2004, la direction SNCF avait enfoncé un premier coin, en obtenant la signature de toutes les fédérations syndicales, hormis SUD-Rail et FO, sur un texte visant à « prévenir les conflits sociaux »… Trois ans plus tard, était mise en œuvre la loi de 2007, dont le caractère antigrève a été renforcé à plusieurs reprises depuis. L’obligation de déposer des Déclarations Individuelles d’Intention de faire grève est un outil dont les patrons se sont dotés pour combattre nos actions. 31 500 cheminots et cheminotes sont actuellement astreints cette déclaration ; la direction a décidé de modifier la règle à compter du 1er octobre : nous serons désormais 59 000 à y être soumis.
N’attendons pas ! Dès maintenant, dans le cadre du mouvement interprofessionnel du 12, défendons notre droit de grève en l’utilisant !

http://leraildechaine.org/post/16519844 ... roit-de-grève
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22396
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: SNCF infos et luttes

Messagede bipbip » 21 Sep 2017, 21:01

SNCF : dès le 21 septembre, se préparer à l'affrontement

Dans un entretien datant du 1er juillet, Macron commençait à dévoiler sa nouvelle offensive prévue contre les cheminot.e.s et ce qu'il reste du service public ferroviaire. Les sénateurs, Hervé Maurey (UDI) et Louis Nègre (LR), ont déposé au même moment un énième projet de loi visant à accélérer la privatisation totale, ce que les technocrates appellent « ouverture de la SNCF à la concurrence ». Les travailleurs et travailleuses du rail se préparent à une nouvelle bataille majeure.

En 29 pages, le projet de loi ne propose rien de moins que la mise à mort de l’entreprise publique. Dans le cadre des textes européens imposant l’ouverture à la concurrence des services des TER et TET dès le 3 décembre 2019 et des TGV pour 2020, le matériel, les gares, les ateliers pourront passer au privé. Et les salarié-e-s SNCF aussi, car si cette dernière perd un appel d'offre, les cheminot-e-s travaillant sur la ligne ou dans la région ou le service concernés seront transférés chez l'opérateur privé. Bien sûr les entreprises privées pourront profiter d’alléchantes subventions publiques !

Remise en cause du statut

De pair avec l'ouverture à la concurrence, plusieurs mesures contre les droits des cheminot-e-s sont également envisagées : statut, mobilité, régime de retraite, facilités de circulation… Et pour justifier l'attaque, l'arnaque est simple, laisser entendre à la population que l'actuelle dette de la SNCF est due au régime social des cheminot-e-s et à leurs prétendus privilèges qui plomberaient l'entreprise. L’État accepterait gracieusement une reprise d’une partie de la dette, mais en échange d'un « effort » des cheminot-e-s. Mais la dette du système ferroviaire, n'est pas celle des cheminot-e-s ! C'est une dette d’État, conséquence directe de la politique clientéliste du tout TGV et des délirants systèmes de péages qui depuis 20 ans obligent la SNCF à payer pour faire circuler ses trains sur des lignes qu’elle a construit !

Si le statut est attaqué c'est surtout pour des raisons idéologiques. Casser le statut cheminot, c'est affaiblir davantage la corporation qui constitue un obstacle majeur à la privatisation. Moins les salarié-e-s du secteur ferroviaire auront de droits, plus leur transfert aux groupes privés sera aisé et avantageux pour les patrons ; et plus l’ensemble des travailleurs et travailleuses du secteur ferroviaire seront exploités. Le régime des cheminot-e-s, comme par exemple celui des intermittent-e-s, représente un contre-modèle gênant à l'heure de l'ubérisation du salariat et de la précarité comme norme.

Affaiblir le droit de grève

Dans le même temps la direction SNCF continue de préparer le terrain en faisant encore reculer le droit de grève. Elle avait enfoncé un premier coin en 2004, en obtenant la signature de toutes les fédérations syndicales, hormis SUD-Rail et FO, sur un texte visant à « prévenir les conflits sociaux »… Trois ans plus tard, était mise en œuvre la loi de 2007, dont le caractère antigrève a été renforcé à plusieurs reprises depuis. L’obligation de déposer des Déclarations Individuelles d’Intention (DII) de faire grève est un outil dont les patrons se sont dotés pour combattre nos actions. 31 500 cheminots et cheminotes sont actuellement astreints à cette déclaration ; la direction a décidé de modifier la règle à compter du 1er octobre : nous serons désormais 59 000 à y être soumis.

Construire la riposte

DII ou non, la grève doit se préparer dès aujourd'hui, la loi-cadre étant prévue pour le premier semestre 2018.

Avec 30 % de grévistes le 12 septembre, les cheminot-e-s ont montré qu'ils et elles n'étaient pas tombés dans le piège de la division, ni dans la tentation de « garder leurs forces » pour une bataille propre à la SNCF. La lutte qui s'engage pour faire reculer Macron et sa loi travail XXL est celle des cheminot-e-s. Un isolement des autres secteurs, tant souhaité par le pouvoir, nous coûterait cher dans la futur bataille qui s'annonce.

Face aux mensonges du gouvernement, de la Direction SNCF et des médias sur nos soi-disant privilèges, il va falloir allumer des contre-feux pour créer la solidarité avec d'autres secteurs. Il va falloir convaincre également les usagers que l'ouverture à la concurrence, eux aussi, ils vont la payer. Construire et préparer la riposte, dès maintenant et avec l'ensemble des salarié-e-s et des usager-e-s, c'est ce qu'il nous faut. Il serait temps que les fédérations syndicales se montrent un plus enclines à organiser ce nécessaire mouvement d’ampleur.

Pour le 12 septembre, il y a eu peu d’appels unitaires, même pas eu de rencontres interfédérales pour organiser l’action.

Préparons la grève à partir du 21 septembre et imposons l’unité à la base.

Plus que jamais, il faut renouer avec la pratique des assemblées générales, au plus près de chaque lieu de travail, pour que chacun et chacune puisse s’exprimer, échanger et décider !


http://leraildechaine.org/post/165394404075/sncf-dès-le-21-septembre-se-préparer-à
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22396
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: SNCF infos et luttes

Messagede bipbip » 07 Oct 2017, 14:37

Interview d'un militant de la CGT Cheminots

« Le 10 octobre, à la SNCF et ailleurs, il faut des grèves tous ensemble jusqu’à la victoire ! »

Journée initialement appelée par les organisations syndicales des fonctionnaires contre le gel du point d’indice, le 10 octobre est en train de devenir une journée qui prend de plus en plus un caractère interprofessionnel. Dans le secteur du rail, Sud Rail, FO Cheminots, UNSA ferroviaire et la CFDT Cheminots appellent à la grève le 10 octobre. Des raisons pour manifester ? Contre les ordonnances et la destruction du code du travail, contre toutes les attaques en cours au sein de la SNCF, et tout ce que le gouvernement nous prépare pour la suite. Au moment même où des révélations ont lieu concernant la ministre des armées, Florence Parly, qui aurait touché des salaires faramineux à la SNCF. Révolution Permanente a interviewé Aurélien, militant de la CGT Cheminots, sur la situation à la SNCF et la journée du 10 octobre.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Le-1 ... a-victoire
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22396
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: SNCF infos et luttes

Messagede bipbip » 11 Oct 2017, 18:35

SNCF : Lutter aujourd’hui, pour préparer 2018

Au premier semestre de l’année prochaine, une loi cadre organisera la privatisation des TER et des trains intercités. En sapant le statut cheminot au passage, pour rendre l’affaire plus alléchante pour les compagnies privées. Faut-il attendre 2018 pour se mobiliser ? Non ! La mobilisation contre la loi Travail XXL peut être un tremplin.

Dans un entretien donné au magazine interne de la SNCF, Les Infos Le Mag du 1er juillet, Macron a dévoilé sa future offensive contre ce qu’il reste du service public ferroviaire. Les sénateurs, Hervé Maurey (UDI) et Louis Nègre (LR) ont déposé au même moment un énième projet de loi de 29 pages visant à accélérer la privatisation totale, ce que les technocrates appellent « ouverture de la SNCF à la concurrence ».

Dans le cadre des textes européens imposant l’ouverture à la concurrence des TER et des TET (anciens Intercités) dès le 3 décembre 2019 et des TGV pour 2020, le matériel, les gares, les ateliers pourront passer au privé. Et les salarié.es SNCF aussi, car si cette dernière perd un appel d’of­fres, les cheminotes et cheminots travaillant sur la ligne, dans la région ou dans le service concernés seront transféré.es chez l’opérateur privé. Bien sûr les entreprises privées pourront profiter d’alléchantes subventions publiques !

Quand la SNCF encourage le transport routier

Cette libéralisation du trans­port de voyageurs rentre dans le cadre du quatrième « paquet ferroviaire », c’est-à-dire un lot de directives européennes qui ont déjà imposé, en 2006, la libéralisation du transport de mar­chandises (fret). Le bilan en est désastreux  : le trafic n’a cessé de baisser depuis l’ouverture au privé. Le transport routier, bien que largement plus polluant, est favorisé par rapport au ferroviaire. En rachetant Geodis, leader du transport routier dans l’Hexagone, la SNCF a même trouvé le moyen, en son sein même, de mettre le fret en concurrence avec la route. Les conséquences seront similaires pour le trans­port de voyageurs, les lignes les moins rentables disparaîtront progressivement. Au nom de la rentabilité et au détriment de la continuité et de l’accessibilité du service public.

La dette de la SNCF n’est pas la nôtre

De pair avec l’ouverture à la concurrence, plusieurs mesures contre les droits des cheminotes et cheminots sont également envisagées : statut, mobilité, régime de retraite, facilités de circulation… Et pour justifier l’attaque, l’arnaque est simple : laisser entendre à la population que l’actuelle dette de la SNCF est due au régime social cheminot et à leurs prétendus « privilèges » qui plomberaient l’entreprise. L’État ac­cepterait gracieusement la reprise d’une partie de la dette, contre un « effort » des salarié.es.

Mais la dette du système ferroviaire n’est pas celle des travailleuses et des travailleurs ! C’est une dette d’État, conséquence de la politique clientéliste du tout-TGV et des délirants systèmes de péage qui depuis vingt ans obligent la SNCF à payer pour faire circuler ses trains sur des chemins de fer qu’elle a elle-même construits ! Ainsi, SNCF-Réseau qui gère les voies, facture des péages aux entreprises ferroviaires, y compris à SNCF-Mobilités !

Si les prix des billets augmentent c’est donc en partie parce que la SNCF paie pour faire circuler ses trains sur les voies du réseau ferré national ! En dix ans, les péages ont augmenté de près de 30 %.

Si le statut est attaqué c’est surtout pour des raisons idéologiques. Casser le statut cheminot, c’est affaiblir davantage la corporation qui constitue un obstacle majeur à la privatisation. Moins les salarié.es du secteur ferroviaire auront de droits, plus leur transfert aux groupes privés sera aisé et avantageux pour les patrons. Le régime cheminot, comme par exemple celui des intermittents et intermittentes du spectacle, représente un contre-modèle gênant à l’heure de ­l’ubérisation et de la précarisation du salariat.

La loi-cadre étant prévue pour le premier semestre 2018, c’est dès à présent qu’il faut se préparer à un affrontement majeur.

Avec 30 % de grévistes le 12 septembre, les cheminotes et les cheminots ont montré qu’ils et elles n’étaient pas tombé.es dans le piège de la division, ni dans la tentation de « garder leurs forces » pour une bataille propre à la SNCF.

Renouer avec la pratique des assemblées générales

La lutte contre loi Travail XXL est aussi la leur. Un isolement par rapport aux autres secteurs, tant souhaité par le pouvoir, nous coûterait cher dans la fu­ture bataille qui s’annonce.

Hélas, pour le 12 et le 21 septembre, il n’y a même pas eu d’appels unitaires à la grève, pas même d’intersyndicale cheminote pour organiser l’action. Plus que jamais, il faut renouer avec la pratique des assemblées générales, au plus près de chaque lieu de travail, pour que chacun et chacune puisse s’exprimer, échanger et décider !

Face aux mensonges du gouvernement, de la direction SNCF et des médias sur nos soi-disant privilèges, il va falloir allumer des contre-feux. Convaincre les usagères et usagers que l’ouverture à la concurrence, eux aussi vont la payer. La mise en place de collectifs d’usagères et usagers contre la libéralisation pourrait ouvrir une piste. Leur construction pourrait s’appuyer sur nos unions locales interprofessionnelles.

Il serait temps que les fédérations syndicales se montrent un plus enclines à organiser ce nécessaire mouvement d’ampleur. Aujourd’hui contre la loi Travail XXL, demain contre la nouvelle loi ferroviaire, c’est toujours une même classe qui lutte. À nous de travailler à son unité.

Des cheminots et cheminotes communistes libertaires



Nouvelles mesures contre le droit de grève

La direction SNCF, elle aussi se prépare à l’affrontement en 2018... en faisant encore reculer le droit de grève.

Elle avait enfoncé un premier coin en 2004, en obtenant la signature de toutes les fédérations syndicales, hormis SUD-Rail et FO, sur un texte visant à « prévenir les conflits sociaux »… Trois ans plus tard, était mise en œuvre la loi de 2007, dont le caractère antigrève a été renforcé à plusieurs reprises depuis.

L’obligation de déposer des déclarations individuelles d’intention (DII) a un effet dissuasif. Jusqu’ici 31 500 cheminotes et cheminots étaient astreints à cette déclaration ; à compter du 1er octobre, la direction a décidé d’en soumettre près de 20 000 de plus à cette règle.

Cette mesure intervient dans un contexte de répression constante et croissante envers les syndicalistes et, plus largement, de celles et ceux qui dérangent. Répression qui va de pair avec un management agressif qui pousse à bout les collègues, parfois jusqu’au suicide. Créer du lien, de la solidarité, du collectif, voilà le seul rempart face à l’isolement et à la détresse qu’il provoque.


http://www.alternativelibertaire.org/?S ... parer-2018
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22396
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: SNCF infos et luttes

Messagede bipbip » 02 Nov 2017, 14:54

Interview de Mathieu, militant SUD Rail à Strasbourg

Ordonnances et ouverture à la concurrence à la SNCF : « Même le meilleur des tracts ne pouvait pas suffire à expliquer la gravité de la situation et l’urgence à agir »

Face aux attaques en règle contre les cheminots et contre l’ensemble de salariés mises en place par le gouvernement Macron et ses ordonnances, quelques cheminots de Strasbourg, appuyés par le syndicat SUD Rail, ont décidé de ne pas rester les bras croisés. Des réunions d’information, de discussion et d’échange avec les collègues sont organisées dans la Région Grand-Est. L’objectif est celui de sensibiliser les cheminots, et surtout commencer à s’organiser et à se battre pour ne pas laisser tous les acquis être laminés par les attaques du gouvernement et de la direction de la SNCF.

... http://www.revolutionpermanente.fr/Ordo ... ouvait-pas
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22396
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: SNCF infos et luttes

Messagede bipbip » 16 Nov 2017, 20:56

SNCF : Le sectarisme syndical nous conduit droit dans le mur !

Esprit de clocher et appels à la mobilisation divergents : ça a été du grand n’importe quoi, en octobre, du côté des fédérations syndicales cheminotes. Il est encore temps de retrouver le sens de l’action unitaire.

Le 12 septembre, les cheminots et cheminotes avaient répondu présent à la première journée de mobilisation contre les ordonnances Macron, avec un taux de grève autour de 30 %. Un début encourageant même si, à l’image des autres secteurs professionnels, la mobilisation a été en recul dès le 21 septembre. La journée d’action du 10 octobre pour la défense du service public aurait pu constituer un nouveau tremplin, et il y avait donc de quoi espérer un appel dans l’unité ! Raté, complétement raté ! L’Unsa appelait à défiler avec les fonctionnaires mais sans faire grève ; la CFDT, elle, organisait un rassemblement sur Paris mais sans rejoindre la manif. SUD-Rail a inventé un appel à « converger tous sur Paris » alors qu’il n’y avait pas de manifestation nationale, mais des manifs dans toutes les régions. Et la CGT-Cheminots appelait à… rien. En revanche elle a décidé d’appeler seule à la grève le 19 octobre. Résultat des courses : des journées de grève par ci par là, sans autre impact que d’alléger la feuille de paie à la fin du mois. Et surtout, une image déplorable renvoyée à nos collègues par nos syndicats, quant à notre capacité à construire un mouvement fort qui peut gagner.

Arrêtons les frais !

Là où il y a besoin d’unité pour donner confiance aux salarié.es, nos fédérations syndicales CGT et SUD-Rail opposent le sectarisme au sectarisme. Or le problème n’est pas de crier le plus fort possible « grève générale », mais de la préparer, de l’organiser. Au point où nous en sommes actuellement, l’important est ailleurs : service par ­service, il faut reconstruire les conditions d’un mouvement fort, unitaire, reconductible et en lien avec ce qui se passe dans les autres secteurs professionnels.

Des organisations syndicales interprofessionnelles se dirigent vers une journée de grève mi-novembre. C’est cela qu’il faut préparer dès maintenant, pour une grève massive et qui ne se limite pas à une protestation de vingt-quatre heures. Ce doit être une grève pour gagner, donc une grève portée par la masse des cheminots et des cheminotes à travers des assemblées générales où ils et elles décident de leur mouvement.

Partout, poussons pour des appels syndicaux unitaires dans ce sens. Mais surtout organisons-nous pour créer et imposer cette dynamique !

Des cheminot.es d’AL

http://www.alternativelibertaire.org/?S ... ans-le-mur
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22396
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Précédente

Retourner vers Monde du travail

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités