PMA ?, GPA, Gestation Pour Autrui...

Re: PMA ?, GPA, Gestation Pour Autrui...

Messagede abel chemoul » 10 Jan 2015, 15:07

pour nourrir les réflexions, voici un extrait très intéressant d'un papier que je viens de trouver dans le journal universitaire "Les cahiers du genre".
Il s'agit de la conclusion d'un article portant sur "Nouvelles techniques reproductives, nouvelle production du genre" d'un dossier sur les biotech et la reproduction.
De façon plus fondamentale, la visibilité croissante de ‘l’industrie’ de la reproduction invite à de nouveaux questionnements. Une étape a été franchie avec la conceptualisation de l’unité structurelle du travail productif et du travail reproductif. Ces études récentes rendent visible que la reproduction est un travail comme un autre, avec ses composantes affectives et financières. Serait-ce une voie prometteuse d’utiliser une même grille d’analyse en englobant toutes les formes d’activité dans la notion de travail ?

http://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2014-1-page-5.htm

voilà ce vers quoi tendent les "universitaires" qui taffent sur le genre, derrière un discours faussement neutre et technique : assimiler la reproduction à un travail comme un autre pour débattre ensuite de façon purement technique de PMA et GPA. Intéressant travail d'auto-légitimation de revendications LGBT libérales (aux sens économique et sociétal) par l'incrustation dans le système universitaire...
Image
Avatar de l’utilisateur-trice
abel chemoul
 
Messages: 674
Enregistré le: 26 Mai 2009, 11:40

Re: PMA ?, GPA, Gestation Pour Autrui...

Messagede Pïérô » 07 Fév 2015, 13:50

Réactions d’un collectif informel de femmes et d’hommes suite au film/documentaire pro-Gestation Pour Autrui intitulé « Naître Père » de Delphine Lanson, diffusé le 22 janvier dernier au CNP pendant le festival Désir Désirs, au cinéma Studio à Tours

"Naître père" : retour sur le documentaire pro-GPA diffusé aux Studio

Il a été retenu que le "choix" de ce documentaire est la manifestation d’une volonté de désinformation totale concernant la question de la Gestation Pour Autrui.

Le documentaire ne développe en rien sur ce que suppose être l’opération de la GPA

- en occultant les questions financières liées à l’achat d’ovocytes des mères biologiques et les salaires mensuels que perçoivent les mères porteuses,
- en occultant les critères de sélections des couples sur les mères biologiques et les mères porteuses,
- en occultant les traitements hormonaux imposés aux mères porteuses afin de maintenir et d’assurer à terme la grossesse, du dit "projet parental".

Que nous montre-t-il ?

Une femme prête à répondre au désir de parentalité d’un couple, chose extrêmement louable.

Mais que nous montre-t-il ?

Une femme opérationnelle.
Une femme prête à remplir une tâche, un contrat : un acte de grossesse.
Une femme prête à remplir son rôle de ce que doit être une bonne mère porteuse, c’est-à-dire, l’expression d’une générosité pure sans manifester de contrepartie, en gardant le sourire, s’il vous plaît !

Une femme fonctionnelle, réduite à un organe : son utérus.

Enfin, une femme extraordinaire, prête à risquer sa vie, hémorragie, fausse couche, naissance d’un mort-né, pour le bon vouloir d’un individu qui, lui, ne prend aucun risque, si ce n’est d’ouvrir le portefeuille.

Une femme capable de faire abstraction de ses émotions, dans un abandon total de soi, de son corps, outre la souffrance et les complications d’une grossesse à traitement hormonal, est une femme qui se dépasse. C’est cela le surpassement !

Le documentaire est à l’image de nos sociétés performatives, une entreprise du déni, une non-considération d’une partie de la réalité.

Il survole des questions primordiales d’éthiques et n’envisage à aucun moment les répercussions de cette entreprise sur la mère porteuse pendant la grossesse et après l’accouchement, sur l’entourage, le couple de la femme porteuse, la famille, l’enfant issu du "projet parental", ni même sur les agences qui permettent ces transactions.

Il n’ouvre en rien le débat sur la question de la GPA, au contraire, il le clôt et s’impose à notre regard et à notre conscience comme une erreur, un retard des consciences de la part des Français, en suggérant un sentiment de culpabilité, pire, un rejet de l’homosexualité.

Il reconduit et amplifie les confusions entre géniteur et parent, rabattant le second sur le premier : comme si « notre » enfant ne pouvait être que celui de « nos » gènes.

Sous le prétexte du progrès et de l’évolution, la technologie donne l’illusion d’une toute puissance capable de répondre à tous nos désirs (ici le désir d’enfant). Niant à chaque fois un peu plus les limites de notre condition humaine, cette volonté de toute puissance se trouve idéologiquement légitimée par un discours se revendiquant de l’égalité, procédant ainsi à un tour de passe-passe sophistiqué reposant sur la confusion du concept politique d’égalité et du concept biologique d’identité.

La technique tend à minimiser l’aspect "psycho-solo-gisant", voire à annihiler l’expérience sensible — toujours singulière — des individus, perçue comme une faiblesse, un signe négatif de faillibilité de nos sociétés contemporaines. Un non-sens.

Parce que nous sommes doués de sens qu’il nous faut ré-apprendre quotidiennement à respecter, oui, nous sommes faillibles et c’est en cela que réside une part de notre liberté.

Parce que nos émotions sont imprévisibles, elles font peur, parce que le doute est de l’effort déployé à résister, nous sommes incontrôlables, nous ne sommes pas des machines.

Pourquoi répondre à la volonté de deux individus en utilisant et en légalisant la location du corps féminin, plutôt que de répondre à un désir d’enfant abandonné et trouver les moyens de faciliter l’adoption ?

Les couples revendiquent la filiation biologique. Soit, mais c’est un argument peu valable quand la filiation n’est que partielle, d’autant plus lorsqu’elle est soigneusement choisie sur des critères précis par le couple désireux. Sur quels critères ? Ceux du meilleur patrimoine génétique. Cela pose des questions de pratique et de méthode eugéniste.

Jusqu’à combien de fois un donneur de sperme anonyme peut-il être père biologique ? Cela ne poserait-il pas des problèmes d’homogénéisation et de consanguinité ?

Pour toutes les raisons citées, nous sommes en droit de nous demander aujourd’hui, quel a été le choix politique, clairement idéologique et propagandiste qui a présidé à la programmation de ce film dans le cadre du festival Désir, Désirs ?

Ici, c’est le discours de l’identité de l’individu définie par son patrimoine génétique qui prime sur celle de l’individu qui se construit socialement.

http://larotative.info/n-etre-mere-reto ... o-820.html


Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21867
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: PMA ?, GPA, Gestation Pour Autrui...

Messagede Blackwater » 19 Fév 2015, 15:03

Faire des enfants, un droit nouveau ?

jeudi 19 février 2015, par ocl-lyon
La reproduction humaine constitue un sujet central qui cristallise toutes les idéologies, au niveau planétaire : la survie de l’espèce est en jeu. Le livre d’Alexis Escudero (1), dont on rendra compte ici, a animé un débat sur les nouvelles technologies proposées au monde riche et développé pour favoriser cette reproduction.

La Reproduction artificielle de l’humain présente pour l’essentiel une réflexion sur un thème devenu d’actualité – dont le titre donne l’énoncé – concernant l’avenir des sociétés modernes et donc nous-mêmes. L’auteur y dénonce, de manière souvent sarcastique, à la fois les manipulations génétiques, le pouvoir des expert-e-s, l’artificialisation du vivant, la médicalisation et la commercialisation de tous les aspects de la vie, l’atomisation des personnes dans le capitalisme mondialisé… et leurs conséquences, tant sur la liberté et la responsabilité individuelles que sur le maintien de l’exploitation capitaliste et de la domination patriarcale. La plupart des reproches ou attaques à son encontre portent sur ses formules provocatrices (2) – peu nombreuses mais assez frappantes par leur humour grinçant pour avoir focalisé l’attention sur elles – et sur sa personnalité (Escudero étant jugé élitiste ou prétentieux) ou sur sa proximité avec le groupe PMO (critiqué pour son obsession anti-industrielle).

Le mieux, c’est de s’en remettre aux technoscientifiques ?

Escudero décrit le processus qui mènera, selon lui, à une généralisation forcée de la procréation médicalement assistée, ou PMA, si rien n’est fait pour l’empêcher. Le « mode de vie délétère propagé aux quatre coins du monde par le capitalisme industriel : obésité, stress, tabagisme et manque d’activité physique », et, surtout, la pollution de notre environnement quotidien font que la production de spermatozoïdes est actuellement en chute libre en Europe et en Amérique du Nord. Face à ces ravages, démontre-t-il (sur un ton un peu donneur de leçons, mais selon un procédé efficace), il y a deux façons de se comporter : « On peut réclamer la PMA et militer en faveur de la reproduction artificielle de l’humain ou se battre contre l’industrie qui stérilise la population. » Lui choisit la seconde option, assène-t-il, car il est « radical ». Il brosse le tableau de ce qui est devenu un gigantesque baby business (3). Des personnes pauvres vivant dans des pays riches, mais bien plus souvent dans des pays pauvres, vendent leurs ovules ou leur sperme à des organismes qui les sélectionnent en fonction de certains critères (origine sociale, caractéristiques physiques, résultats aux tests de QI, etc.), afin de favoriser les chances de réussite sociale des futur-e-s enfants (intelligence, beauté, santé…). Cette matière est traitée dans des centres (installés dans des Etats comme l’Espagne, où la législation le favorise) pratiquant l’insémination artificielle, la fécondation in vitro, ou encore l’injection directe du spermatozoïde dans le cytoplasme. Parallèlement se développe la GPA, ou gestation pour autrui, de par le monde – notamment en Inde – car « la location de matériel reproductif humain séduit particulièrement des couples aisés des pays occidentaux ». On en est vite arrivé à la sélection du meilleur embryon à implanter dans l’utérus de la future mère ou mère porteuse : « Aux Etats-Unis et dans les pays où c’est autorisé, de plus en plus de couples parfaitement fertiles – et riches – choisissent désormais la fécondation in vitro dans le seul et unique but de recourir au DPI [diagnostic pré-implantatoire] et de garantir ainsi à leur descendance le meilleur potentiel génétique. » A partir de là, dixit Escudero, c’est la porte ouverte au transhumanisme, courant selon lequel l’humanité « doit être dépassée, transformée, améliorée » grâce aux outils fournis par les nanotechnologies, les biotechnologies, l’informatique et les sciences cognitives : « Implants bioniques – bio-technologiques –, intelligence artificielle et, bien sûr, amélioration génétique des embryons. » Et cela débouche aussi sur l’eugénisme qui, s’il s’est épanoui au début du xxe siècle au sein des démocraties libérales (4), a été utilisé par l’Allemagne nazie pour tenter de créer une « race supérieure ». Cette liberté consumériste de choisir son enfant « entre des modèles présélectionnés, standardisés et améliorés par de grands groupes industriels – publics, semi-publics ou privés, peu importe » – est dangereuse, souligne Escudero : « La sélection s’opérera selon deux types de critères. Le premier sera l’adéquation aux normes sociales, économiques et esthétiques du capitalisme et de l’industrie du divertissement. Ne seront retenus que les embryons garantissant des produits sains, standards, fonctionnels, et exploitables sur le marché du travail. Ensuite les futurs parents exerceront toute leur liberté de consommateurs. La distinction portera sur la couleur des yeux, des cheveux, la forme du visage. Elle suivra les modes et tendances du moment. » C’est là que l’auteur commet une grossière erreur d’appréciation, en citant (p. 131) un extrait de Réflexions sur un tabou : l’infanticide pour ranger ses auteures dans les « prétendues féministes » et « consommatrices extrémistes ». Il a visiblement mal saisi la revendication des femmes dans les années 1970 (bien qu’il la mette en avant ailleurs) concernant la libre disposition de leur corps : « Un enfant si je veux quand je veux », cela signifie que l’on doit avoir le droit non de prendre ou de jeter un enfant, mais de pouvoir choisir d’en avoir un ou non à tel ou tel moment de sa vie (quand ce n’est pas un problème, une galère ou une catastrophe, mais un « projet », dit l’extrait en question). Escudero ne s’intéresse pas au désir d’un enfant biologique à tout prix exprimé aujourd’hui ; ce désir nous interroge quant à nous fortement : pareille revendication à la fois d’une filiation génétique et d’un enfant considéré comme un droit – qui incite à recourir à des techniques très lourdes et coûteuses, même si elles sont désagréables et échouent dans près de 85 % des cas (22 401 naissances pour 139 344 tentatives en 2010) – constitue à nos yeux une bien étrange évolution du concept de maîtrise de la maternité (5). Par ailleurs, l’importance qu’Escudero donne à la baisse de qualité du sperme nous semble (à ce jour) à relativiser, car la (dé)natalité dépend de multiples facteurs (comme le désir d’enfant, mais aussi les politiques étatiques…), et le taux de natalité français ou anglais vient actuellement contredire celui de l’Italie ou de l’Allemagne. Quoi qu’il en soit, pour nous, il n’y a évidemment pas plus lieu de s’en remettre aveuglément au pouvoir de la science et de la médecine (6) qu’à celui des technocrates qui nous gouvernent afin de servir au mieux leurs intérêts de classe. Et ce refus de les laisser décider de nos vies, et de celle de la personne humaine en général, en développant un commerce lucratif qui tendrait à l’uniformisation biologique de l’espèce ne signifie pas pour autant le rejet de tout progrès ou le désir d’un retour en arrière vers quelque état naturel idyllique (de même qu’être antinucléaire n’implique en rien de vouloir revenir à la bougie).

La PMA, c’est le moyen d’atteindre l’égalité ?

Mais c’est précisément la critique de fond portée par Escudero à la PMA qui lui vaut la polémique en cours : il la refuse en tant que telle – au nom des dangers qu’elle représente pour la communauté humaine dans son ensemble – « et non, assure-t-il, pour son extension aux homosexuels »… à l’heure où une partie de la communauté homo revendique l’accès à celle-ci. Mauvais timing : l’alerte qu’il lance est de ce fait reçue par les pro-PMA pour tous et toutes comme une charge contre leur revendication – d’où l’étiquetage « homophobe » ou « réactionnaire » d’Escudero, même si rien dans son texte ne permet d’en arriver à une telle conclusion. A la vérité, s’insurger contre les pratiques de sélection et de marchandisation des bébés ne relève ni de l’homophobie ni d’un antiféminisme ainsi que l’affirment d’aucun-e-s ; en revanche, énoncer les méfaits de la PMA incite bien sûr davantage à désirer voir une limitation du recours à celle-ci que son extension à tous les êtres humains. « Aujourd’hui, rappelle Escudero, la PMA n’est ni ouverte ni remboursée à l’ensemble des couples hétérosexuels, mais uniquement à ceux dont l’un des membres souffre d’infertilité médicalement diagnostiquée. » L’accorder « aux couples infertiles de lesbiennes fertiles » constituerait donc, selon lui, un élargissement de son champ rendant possible sa généralisation à tous les couples, fertiles ou non, et même aux personnes seules. D’autant que, « en présentant la PMA, et plus largement le recours aux biotechnologies de la procréation comme la condition sine qua non de l’égalité entre homos et hétéros, les associations LGBT, et derrière elles l’ensemble de la gauche libérale, interdisent, par un chantage à la discrimination, toute critique de la reproduction artificielle de l’humain ». Pour notre part, si nous affirmons qu’en termes de droits les homos doivent bien sûr avoir les mêmes que les hétéros, nous ne militons pas seulement pour l’obtention de droits dans la société existante : nous voulons un changement radical de société par l’abolition des rapports d’exploitation et de domination. Aussi avons-nous quelque difficulté à considérer la généralisation du mariage (institution bourgeoise basée sur l’appropriation des femmes et la défense de la propriété privée) ou de la PMA (moyen susceptible de permettre une sélection des êtres humains et s’inscrivant dans le cadre de rapports marchands) comme des axes de lutte favorisant une émancipation sociale. Au regard du caractère subversif qu’avaient les revendications du Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR) dans les années 1970, nous ne pouvons que déplorer la respectabilité recherchée maintenant par certains milieux homos.

Le sociétal, c’est pareil que le social ?

« Si leur désir d’enfant dans un monde surpeuplé les travaille à ce point, estime Escudero de façon assez abrupte, ils peuvent toujours adopter. Donner des parents à des orphelins en levant les restrictions aux procédures d’adoption, voilà un engagement digne. » Mais ce qui constituerait une solution, face à la démographie mondiale galopante, implique de revoir fondamentalement la politique suivie en matière d’adoption, en particulier en France, et le gouvernement « socialiste » ne s’oriente pas du tout vers elle (7). La « gauche » a abandonné depuis belle lurette la lutte contre les inégalités économiques et sociales pour se replier sur le terrain sociétal, ajoute Escudero, et depuis qu’elle est au pouvoir elle feint « d’ignorer que (…) soutenir le développement de la PMA et de la GPA, c’est soutenir le commerce des ovules et du sperme, l’exploitation des femmes du tiers-monde, et, en définitive, le principe maître du capitalisme selon lequel tout se vend et tout s’achète ». Et parce que ses soutiens sont « terrifiés à l’idée de faire le “jeu des réactionnaires”, ou, pire, qu’on les accuse de le faire en questionnant la PMA, la plupart ont ravalé leurs idéaux anticapitalistes – ce qu’il en reste – pour se rallier à la gauche libérale ». Une faute qu’ils n’ont pas fini de payer, considère Escudero, puisque cela a permis à la droite catholique d’avoir « désormais le champ libre pour envahir ces territoires abandonnés de la critique ». Ce bilan de la « gauche » nous paraît juste, et nous considérons comme contreproductif de laisser d’une façon générale certains thèmes à la droite, que ce soit pour ne pas « faire son jeu » (elle n’a nul besoin de nous…) ou pour ne pas être assimilé-e à elle (nous n’avons rien à voir avec elle – et puis ce n’est pas parce que le Front national rejetait le traité constitutionnel européen que nous sommes allé-e-s voter en faveur de ce dernier au référendum de 2005). Si la conflictualité entre les classes sociales ne porte plus que sur les sujets dits sociétaux alors que ceux-ci sont loin de refléter le clivage existant entre elles, les gouvernants peuvent dormir sur leurs deux oreilles.

Etre égal, c’est être identique ?

« L’antienne progressiste voudrait qu’on n’oppose pas égalité sociale et égalité sociétale, constate Escudero : “On peut avoir le mariage gay ET le SMIC à 2 000 euros.” Manque de pot, on n’a pas encore le SMIC à 2 000 euros. (…) Une fois de plus, l’égalité prétendue sur le plan sociétal ne sert qu’à occulter les inégalités sociales (…) parce que les bergers de la gauche libérale confondent sciemment égalité et identité – entendue ici comme caractère de ce qui est identique. » L’égalité qui a formé jusqu’ici la matrice idéologique de la gauche est sociale, économique et politique, ajoute Escudero : « Elle est l’idée que les individus, quelles que soient leurs différences biologiques, (…) doivent bénéficier des mêmes droits, des mêmes richesses et des mêmes pouvoirs de décision dans les choses de la cité. » Or « c’est cette conception de l’égalité que les avant-gardes de la gauche libérale (…) falsifient de jour en jour, au bénéfice des biologistes, médecins et industriels spécialisés dans la reproduction artificielle. Réduisant la réalité sociale à l’opposition binaire entre dominants et dominés, hantées par l’idée que toute différence est nécessairement inégalité, elles en déduisent qu’on ne peut lutter contre la seconde sans abolir la première. L’égalité, c’est l’identité. Les bio-technologies sont les armes de ce combat pour l’uniformisation. Bientôt, la dépigmentation des personnes de couleur afin de lutter contre le racisme. » A nos yeux aussi, l’égalité n’a de sens qu’entre des personnes différentes – les femmes en mouvement dans les années 1970 ne visaient pas une identification aux hommes, ne l’oublions pas, mais cherchaient au contraire à faire entendre leur différence. Ce ne sont pas les différences (de sexe, de couleur…) en soi qui posent problème, mais la hiérarchisation établie à partir de la valeur qu’on leur accorde, et qui entraîne discriminations, dévalorisations, subordinations. Nous ne pouvons ainsi être d’accord avec un courant (qu’Escudero appelle le cyberféminisme ou le postféminisme), encore ultraminoritaire en France, qui entendrait abolir les différences biologiques entre hommes et femmes – recherches sur l’utérus artificiel, sur la possibilité de procréer jusqu’à pas d’âge (comme les hommes)… Escudero force-t-il le trait pour son tableau style SF d’horreur d’un monde prochain peuplé de « cyborgs unisexe et monocolore, où manipulations, sélections génétiques et embryonnaires, implants bioniques et technologies convergentes effacent les différences, et uniformisent les corps – et les esprits ? » ? Nous l’espérons, car la dérive vers le tout-technologique se paierait sans doute d’un renforcement des inégalités : tout le monde ne bénéficiant pas de la même façon des progrès technologiques, les inégalités sociales se doubleraient d’une inégalité biologique. Par ailleurs, le raisonnement d’Escudero concernant le désir de la « gauche » d’« assigner à la technologie la tâche de (…) rendre [tous les êtres] identiques, dans l’espoir que ce nivellement mettra fin aux discriminations et aux inégalités », nous paraît partiellement faux : le repli de cette « gauche » sur le terrain sociétal découle d’après nous d’abord de ce qu’elle est libérale et non socialiste (comme elle-même le reconnaît de plus en plus sans complexe), et également de la forte aspiration de ses composantes et soutiens à une liberté consumériste et non politique. En revanche, nous nous accordons avec Escudero sur l’idée que « l’égalité, comme toute valeur démocratique, n’est jamais acquise », mais est un combat permanent qui se joue dans l’éducation, le débat d’idées, la confrontation perpétuelle des personnes et des groupes constituant la société, comme dans l’organisation, l’établissement de règles de vie et la prise de décisions communes.

Le naturel, c’est forcément réactionnaire ?

Aux postféministes et autres transhumanistes qu’il soupçonne de détester la nature et de désirer absolument ne rien laisser au hasard en formatant tout, Escudero oppose la nature telle que la « gauche » la voyait avant : « Dans le sillage des Lumières, [elle] avait fait sienne l’idée qu’un ordre naturel, quasi divin, devait céder la place à la raison, “la faculté de bien juger, de discerner le vrai du faux, le bien du mal”, pour organiser la société des hommes. (…) La gauche combattait alors une pensée réactionnaire – au sens premier du terme, c’est-à-dire tournée vers la restauration de l’ancien régime – qui légitimait les inégalités sociales au nom de la nature. » S’affranchir des « pesanteurs charnelles et naturelles » revient en réalité à quitter la vraie vie ; or, constate Escudero, c’est bien parce que la nature existe, parce que chacun-e a des liens avec son propre corps, que des lesbiennes demandent à pouvoir recourir à la PMA plutôt qu’à l’adoption… Nous partageons avec lui l’idée que mieux vaut une vie imparfaite, parce que humaine, qu’une vie résultant d’une sélection ou d’une amélioration génétique lors de sa conception. « Je ressentirais comme un empiétement insupportable sur ma liberté d’être et d’agir l’idée que quelqu’un ait pu manipuler consciemment mon génome, déclare Escudero, décider même d’une fraction de mes caractéristiques physiques ou intellectuelles. Les attentes des parents pèsent déjà lourd sur des enfants conçus et éduqués de façon ordinaire. Imaginez ce qu’elles pèseront sur des enfants génétiquement programmés, et qui auront fait l’objet d’un investissement financier et narcissique extraordinaire ! (…) Au moins cette vie est-elle la mienne ; j’ai une responsabilité dans ce que je réussis comme dans mes échecs. (…) Mais il n’y a pas de liberté sans responsabilité. En livrant à autrui, même partiellement, la détermination de ce que je suis, l’eugénisme me prive de l’un et de l’autre. » Cette réflexion vaut tant à l’échelle individuelle qu’à celle de générations entières, continue Escudero. De plus, l’eugénisme ne peut être que de « contrainte », et non « libéral » comme d’aucun-e-s sembleraient le croire : « Quand les Etats et les gestionnaires du cheptel humain auront les outils à leur disposition, rien ne les empêchera d’améliorer la qualité de leur troupeau » – à des fins économiques aussi bien qu’environnementales (si la personne humaine est de taille plus petite, ses déjections seront moins importantes et donc pollueront moins, etc.).

On le voit, alors que dans certains milieux la science paraît être devenue le nec plus ultra pour parvenir à l’égalité, quand elle ne peut conduire qu’à un renforcement de la domination de classe, de sexe et de couleur, l’ouvrage d’Escudero mérite d’être débattu, les méthodes de procréation ainsi que leur développement marchand sans concertation aucune et débridé ne pouvant laisser indifférent-e-s. Et ce même s’il se rapproche d’un pamphlet apocalyptique et si les thèses anti-industrielles que défend le courant de pensée autour de PMO doivent être relativisées. Pour nous, tant que l’humain reste humain, l’espoir subsiste, et des résistances peuvent toujours apparaître – même là où on s’y attend le moins (8).

Vanina et Chantal

1. La Reproduction artificielle de l’humain, Le Monde à l’envers, 228 p., 7 euros.

2. C’est à partir de ces formules (reprises en tout ou partie, déformées ou non, sur des sites ou dans des tracts) que l’ouvrage est rejeté sans avoir toujours été lu.

3. En dehors de tous les spécialistes médicaux que le commerce de l’« enfant sur catalogue » fait vivre, il y a les professions qui gravitent autour : publicitaires, agents de sondage, communicants et marketeurs ; et cette filière s’expose depuis 2009 au Fertility Show, le Salon de la procréation médicalement assistée londonien.

4. Aux Etats-Unis, de nombreux Etats imposèrent la stérilisation forcée des malades mentaux, des alcooliques et des criminels.

5. Le planning familial a pourtant de tout temps consisté à avoir le moins d’enfants possible, car la nature « généreuse » nous met, nous les femmes, en capacité d’enfanter jusqu’à quatorze fois.

6. A noter que l’auteur appuie son scénario catastrophe d’une reproduction artificielle généralisée sur les capacités de scientifiques qui envisagent un développement illimité de leurs fantasmes, comme si leur parole avait force de loi. Des « experts » ont auparavant aussi été consulté-e-s face aux avancées technologiques en matière de contraception, ou à l’évolution partielle du droit en matière d’avortement – et leurs pronostics démentis.

7. La ministre Vallaud-Belkacem défend plutôt l’ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes.

8. Des scandales récents en Thaïlande ont eu un tel retentissement mondial que le Parlement a voté fin novembre 2014 l’interdiction de la GPA. Entre autres l’histoire de cette mère porteuse qui, attendant des jumeaux dont l’un se révélait trisomique au septième mois de sa grossesse, s’est vu demander un remboursement par les futurs parents australiens puis un avortement qu’elle a refusé de faire ; de plus, une fois que lesdits parents ont récupéré l’autre bébé, la presse a révélé que le nouveau père avait auparavant été emprisonné pour des actes de pédophilie.

http://oclibertaire.free.fr/spip.php?article1645
Avatar de l’utilisateur-trice
Blackwater
 
Messages: 333
Enregistré le: 18 Mar 2012, 13:57
Localisation: Toulouse, Grenoble

Re: PMA ?, GPA, Gestation Pour Autrui...

Messagede Béatrice » 30 Mar 2015, 13:54

Conférence de La Haye: intervention internationale pour l’abolition du trafic des mères

Le Collectif pour le Respect de la Personne (CoRP), le Lobby Européen des Femmes (LEF), et plusieurs associations et personnalités européennes et américaines interviennent au niveau international pour promouvoir l’abolition du recours aux mères porteuses.

http://collectif-corp.com/2015/03/23/co ... abolition/

« La GPA désintéressée n’existe pas », rappellent ces associations, et « légitimer un tel marché de l’humain serait une défaite pour le droit international ». «Une telle pratique n’a pas sa place dans un monde civilisé ».

http://www.genethique.org/fr/conference ... RlqweE72zT
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2788
Enregistré le: 09 Juil 2011, 20:58

Re: PMA ?, GPA, Gestation Pour Autrui...

Messagede Lila » 14 Mai 2015, 21:02

Une bourse des mères porteuses à Bruxelles

Ce weekend démarchage d’entreprises commerciales de maternité de substitution américaines venues se constituer une clientèle en Europe. Et on nous dira que tout ceci n’a rien à voir avec un commerce d’êtres humains.

Un bébé pour 100 000 $ !?

C’est NON !

NON à la marchandisation du corps des femmes,

NON à la GPA et au trafic d’êtres humains.


Une bourse des mères porteuses à Bruxelles suscite de vives réactions politiques
à lire : https://sanscompromisfeministeprogressi ... bruxelles/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: PMA ?, GPA, Gestation Pour Autrui...

Messagede bipbip » 25 Juin 2015, 13:08

« Il y a eu tellement de violence que les portes se sont fermées de tous côtés » – Entretien avec Aude Vidal et Aude Vincent autour de la PMA

« C’est important de situer son point de vue. Ce n’est pas une manière d’interdire le débat à ceux qui sont situés ailleurs, mais simplement de rappeler qu’il y a des efforts à faire quand les questions ne te concernent pas personnellement. »

Un entretien avec Alexis Escudero1, publié dans le numéro 18 de la version papier, a suscité un vif débat au sein de notre comité de rédaction comme sur le site d’Article112. Il fallait y revenir. Voici donc un deuxième volet de la critique des techniques de procréation médicalement assistée (PMA), cette fois avec Aude Vidal, militante féministe qui anime la revue d’écologie politique L’An 023, et Aude Vincent, militante féministe et LGBT4, qui a longtemps participé à la revue Offensive. Toutes deux ont aussi cosigné le texte « Pour une critique émancipatrice de la PMA »5.

Cet article a été publié dans le numéro 19 d’Article11, accompagné de « ’’Ne pas ouvrir la porte aux fantasmes’’ - Quelques considérations sur les conditions matérielles de la critique sociale ».

... http://www.article11.info/?Il-y-a-eu-te ... e-violence
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 32711
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: PMA ?, GPA, Gestation Pour Autrui...

Messagede Lila » 19 Juil 2015, 22:52

Bordeaux : un couple condamné pour une GPA avec une mère porteuse bulgare

Acheter un bébé comme on achète une paire de chaussures à la redoute, c’est possible.

Louer le ventre d’une femme comme on loue un bungalow pour ses vacances d’été, c’est donc aussi possible.

Les cibles privilégiées ? Les femmes précaires, au chômage, sans ressources, étrangères.. celles qui auront besoin d’arrondir leur fin de mois autant que leur ventre en louant leur utérus.

Le Royaume-Uni autorise depuis très longtemps la gestation pour autrui (1985) à condition qu’elle soit « altruiste », c’est à dire, qu’elle ne soit pas commerciale. Donc personne ne doit en tirer profit.

Seulement et curieusement, on trouve déjà beaucoup moins de candidates face aux demandes de couples qui explosent.

En France, la GPA est interdite mais certains contournent la loi et sont condamnés.. à du sursis. L’exploitation utérine, la marchandisation du corps des femmes, en trois lettres, la GPA a donc un bel avenir.. dans un monde qui favorise crise et pauvreté (cf la situation en Inde).

à lire : https://sanscompromisfeministeprogressi ... e-bulgare/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: PMA ?, GPA, Gestation Pour Autrui...

Messagede Lila » 25 Juil 2015, 21:55

PMA = Produire de la Maternité Automatique...?

La procédure médicalement assistée (PMA) est elle vraiment, un complément logique à l’obtention de nouveaux droits pour les gays et les lesbiennes, notamment sur la filiation ?

PMA, FIV, GPA, IAD (voir encart ci dessous) – autant de sigles qu’on entend de plus en plus, qu’on voit sur des pancartes en manif... Et qui peuvent susciter bien des interrogations. Pour de nombreuses militant-e-s LGBT et féministes, l’accès à la PMA pour les couples de lesbiennes est un des grands « manques » de la loi sur le mariage et l’adoption pour toutes et tous. Il devrait être inclus dans le projet de loi sur la famille repoussé à une date indéterminée. Cette revendication, qui semble couler de source pour de nombreux groupes LGBT et féministes, soulève pourtant bien des questions. On ne s’attardera pas ici sur la GPA, revendication moins courante, et dont le refus nécessite probablement moins d’argumentation : être les ventres reproducteurs d’hommes gays ou d’hommes hétéros, non merci !

à lire : http://collectif-libertaire-antisexiste.fr.nf/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: PMA ?, GPA, Gestation Pour Autrui...

Messagede Lila » 04 Oct 2015, 17:41

à lire

La PMA, le bébé et l’eau du bain, La Brique N°42 - Février/Mars 2015 - Féminismes

Alors qu’elle était au cœur des luttes politiques jusqu’au début de l’année dernière, la question de l’ouverture de la PMA aux couples lesbiens a depuis été enterrée en douce par le gouvernement. Un bouquin récent a relancé la controverse. Avec à la clé une question cruciale : comment créer les conditions de l’égalité, tout en luttant contre les dérives technologiques ?

http://labrique.net/index.php/thematiqu ... au-du-bain
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: PMA ?, GPA, Gestation Pour Autrui...

Messagede Lila » 17 Jan 2016, 20:31

Appuyons le mouvement pour l’abolition de la maternité de substitution (GPA, mère porteuse)

par Jocelyne Fildard, Catherine Morin Lesech, Marie Josèphe Devillers co-présidentes de la CLF

Avec des associations féministes, lesbiennes féministes et de défense des droits humains, des responsables politiques de toute l’Europe (de gauche bien sûr), des chercheuses et des chercheurs de toutes disciplines, des individuEs, un mouvement pour l’abolition universelle de la maternité de substitution (GPA) est lancé en vue de montrer et de combattre l’injustice d’une pratique sociale qui porte atteinte aux droits fondamentaux de l’être humain et recouvre un système d’exploitation des femmes.

Deux (2) étapes
. La signature d’une charte : http://abolition-gpa.org/charte/
. Des Assises à Paris : mardi 2 février 2016
Programme : http://abolition-gpa.org/programme/
* Inscription préalable indispensable avant le 20 janvier 2015 http://abolition-gpa.org/inscription/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: PMA ?, GPA, Gestation Pour Autrui...

Messagede Lila » 13 Mar 2016, 20:58

Pour l’abolition universelle de la maternité de substitution (GPA)

Rassemblement mardi 15 mars 2016 de 10h30

à 12h devant le Bureau du Conseil de l’Europe
55 avenue Kléber Paris16 ème (métro Boissière)

Image

Image
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: PMA ?, GPA, Gestation Pour Autrui...

Messagede Lila » 27 Mar 2016, 19:44

Rapport GPA au Conseil de l’Europe rejetée – Victoire !

Le rapport favorable à la GPA présenté le mardi 15 mars 2016 au Conseil de l'Europe réuni à Paris à
huit clos, a été rejeté par les membres de la commission. Certes à une courte majorité - 16 voix
"contre" et 14 voix "pour" ! mais rejeté. Nous redoutions que soit votée une résolution favorable à
la GPA dite « éthique » celle ci n'est pas passée.

Notre rassemblement, initié par La Cadac, la CLF et le CorP, et appelé par 41 organisations
féministes et lesbiennes féministes a bénéficié d'un magnifique ciel bleu que nous avons apprécié
pour piétiner le pavé du quartier chic où nous scandions nos slogans devant le 55 ...

Femmes pour le DIre, Femmes pour Agir, Amicale du nid ; AnA Society for Feminist Analyses, Bucarest ; Bagdam Espace
Lesbien - Toulouse ; Cibel ; CNDF - Collectif national pour les droits des femmes ; Collectif et Réseau féministe
"Ruptures" ; Collectif Midi-Prénées pour les droits des femmes ; Coordinamento Italiano della Lobby Europea delle Donne
; CQFD / Fierté Lesbienne ; ECICW - CECIF European Centre of the International Council of Women ; ECVF - Elu/es
Contre les Violences faites aux Femmes ; ELCEM - Elus Locaux Contre l’Enfance Maltraitée ; Encore féministes ; Femmes
migrantes debout ; Femmes solidaires ; FIT - Une Femme un Toit ; FNSF - Fédération Nationale Solidarité Femmes ;
GCdV - Groupe Cadre de Vie ; Images et paroles (association d’artistes féministes) ; L’Assemblée des femmes ; L’Escale -
Solidarité Femmes ; La CLEF - Coordination française pour le lobby européen des femmes ; La LUNE - Strasbourg ; La
Marche Mondiale des femmes ; Le CEL - Marseille ; Le Mouvement du Nid ; LEF - Lobby Européen des femmes ; Les
chiennes de garde ; Les effronté-e-s ; Libres MarianneS ; LIFPL - Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la
Liberté ; Maison des femmes de Paris ; No somos vasijas - Espagne ; Pour les droits des femmes du Québec ; Se Non Ora
Quando ? Libere - Rome ; SOS sexisme ; Union des Femmes Monégasques ; Zéromacho

Le Courrier de la Marche Mondiale des Femmes contre les Violences et la Pauvreté - n° 308 – 19 mars 2016
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: PMA ?, GPA, Gestation Pour Autrui...

Messagede Lila » 05 Juin 2016, 20:32

Pour info, il y avait appel à rassemblement le 2 juin

Nouvelle alerte à la GPA !

Appel à un rassemblement féministe le 2 juin 2016


à 9H devant le Conseil de l’Europe
55, Avenue Kléber 75016 Paris (métro Boissière)

Le 2 juin 2016, la Commission des affaires sociales du Conseil de l’Europe statuera de nouveau sur la question de la GPA.

Encore une fois, nous, féministes et lesbiennes féministes, nous nous rassemblerons pour manifester notre désaccord et demander l’abolition universelle de la maternité de substitution.

Alors que le Conseil de l’Europe avait repoussé le 15 mars dernier, par une courte majorité, le rapport émis par Madame de Sutter en faveur d’une GPA prétendument éthique, il délibérera à nouveau sur une version amendée de ce texte en faveur d’une GPA qualifiée de « familiale » ou « amicale » !.

Ethique, familiale, amicale !!! Derrière ces termes anodins se cache une stratégie redoutable. Elle vise à rendre admissible le recours à la GPA en introduisant subrepticement cette notion comme acceptable et acceptée dans le corpus des textes, recommandations, résolutions émis par le Conseil de l’Europe.

Il s’agit bien là d’une offensive européenne des intérêts privés et lobbies marchands auprès des institutions européennes contre les droits humains par l’instrumentalisation du corps des femmes : c’est inacceptable !

Aussi, nous vous appelons à nouveau à exprimer votre refus de la GPA

· en apportant la signature de votre organisation à ce nouvel appel en répondant à ce mail sur : coordination.lesbienne@gmail.com

· en participant au rassemblement féministe sur des valeurs de gauche qui aura lieu devant le Conseil de l’Europe Jeudi 2 juin 2016 à 9h. 55, Avenue Kléber 75016 Paris (métro Boissière)

Nous attendons que le Conseil de l’Europe travaille, non pour des lobbies mercantiles, mais pour les droits des femmes, pour l’abolition universelle de la GPA.

Cadac : Cordination des Associations pour le droit à l‘Avortement et la Contraception

CoRP : Collectif pour le Respect de la Personne

CLF : Coordination Lesbienne en France

Paris, le 25 mai 2016.

----------------------------------------------------------------------------------

Rappel des signatures de soutien au précédent rassemblement du 15 mars dernier.

Initiative de l’appel

Signataires de l’appel du 15 mars 2016 :

Amicale du nid

AnA Society for Feminist Analyses, Roumanie

Bagdam Espace Lesbien - Toulouse

Cibel

CNDF - Collectif national pour les droits des femmes

Collectif midi-pyrénées pour les droits des femmes

Coordinamento Italiano della Lobby Europea delle Donne

CQFD / Fierté Lesbienne

ECICW - CECIF European Centre of the International Council of Women - Suisse

ECVF - Elu/es Contre les Violences faites aux Femmes

ELCEM - Elus Locaux Contre l’Enfance Maltraitée

Encore féministes

Fédération Nationale SOLIDARITE FEMMES

Femmes migrantes debout

Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir

Femmes solidaires

GCdV- Groupe Cadre de Vie

Images et paroles (association d’artistes féministes)

La CLEF - Coordination française pour le lobby européen des femmes

La LUNE - Strasbourg

La Marche Mondiale des femmes

L’Assemblée des femmes

L’association FIT Une Femme un Toit

Le CEL - Marseille

Le Mouvement du Nid

LEF - Lobby Européen des femmes

Les Chiennes de garde

Les effronté-e-s

L’Escale -Solidarité Femmes

Libres MarianneS

LIFPL - Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté

Ligue du Droit International des Femmes

Maison des femmes de Paris

No somos vasijas - Espagne

Pour les droits des femmes du Québec

Réseau féministe "Ruptures"

Se Non Ora Quando ? Libere - Rome

SOS sexisme

Union des Femmes Monégasques

Zéromacho



http://www.reseau-feministe-ruptures.org/
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

Re: PMA ?, GPA, Gestation Pour Autrui...

Messagede altersocial » 27 Juil 2016, 14:16

« On peut réclamer la PMA et militer en faveur de la reproduction artificielle de l’humain ou se battre contre l’industrie qui stérilise la population. »


L'un empêche t il l'autre ?

Et que faire pour les couples déjà stérilisés ?

Encore une fois on a le droit à l'amalgame PMA/GPA. Etre contre la GPA avec Escudero c'est comme être contre le racisme avec le PIR ou contre le colonialisme israélien avec Dieudonné.

D'une façon générale Escudéro exprime toute cette tendance (Offensive, éditions L'Echappée etc.) moraliste et réactionnaire dont les liens de circonstance ont opéré des rapprochements avec par exemple les anti-IVG.

Ne faisons pas de la lutte légitime contre la GPA marchande un tremplin pour les provocations réactionnaires.
Avatar de l’utilisateur-trice
altersocial
 
Messages: 1442
Enregistré le: 14 Juil 2012, 19:51

Re: PMA ?, GPA, Gestation Pour Autrui...

Messagede Lila » 18 Sep 2016, 20:12

21 sept. 2016 Appel à rassemblement pour l’abolition de la GPA devant le Conseil de l’Europe

Pour La 2° fois, le Conseil de la l’Europe va délibérer sur un projet de recommandation en faveur de la légalisation du recours à la maternité de substitution (GPA) en Europe.

A nouveau, manifestons nous auprès du Conseil de l’Europe pour refuser toute disposition favorable à sa légalisation, que ce soit sur un mode commercial, éthique, amical ou familial.

http://coordinationlesbienne.org/spip.php?article364
Avatar de l’utilisateur-trice
Lila
 
Messages: 2172
Enregistré le: 07 Mar 2014, 12:13

PrécédenteSuivante

Retourner vers Débats de société

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité