conspirationisme

conspirationisme

Messagede berneri » 04 Déc 2009, 00:24

Pour lancer le débat ce petit texte issu du journal Alternative Libertaire

http://www.alternativelibertaire.org/sp ... rticle3234

Dossier conspirationnisme : Que répondre à un ami en train de basculer ?
Les conspirationnistes recrutent partout. Vous n’êtes donc pas à l’abri de voir une ou un ami en train de s’interroger : ne sommes-nous pas tous manipulés ? Une fastidieuse discussion vous attend ! Quelques conseils…

Essayer de démontrer le caractère charlatanesque d’un quelconque théorie du complot est toujours une position inconfortable. Si vous prenez, en apparence, la défense de vos ennemis de classe, n’est-ce pas parce que, vous-mêmes, faites partie – même inconsciemment – du complot ? À tout le moins, n’êtes-vous pas trop naïf pour percevoir « l’effroyable imposture » sous-tendant les agissements des puissants ? Prenons le cas le plus courant : le 11 septembre 2001. Voici quelques billes pour retourner à votre ami quelques questions dérangeantes.

Refuser le débat d’expert bidon. « Les tours ne pouvaient pas s’écrouler le 11 Septembre, elles étaient conçues pour résister à tout, elles ont en fait été dynamitées, etc. » N’essayez pas de contester la litanie de chiffres, de données physiques, mécaniques, architecturales ou autres glanées sur internet. Vous n’êtes pas ingénieur, votre ami non plus. Le Titanic « ne pouvait pas » couler, il était réputé insubmersible. Pourtant il a coulé. Alors quoi ? Le complot sioniste ?

Opposer les centaines de témoignages. Pour le pape du conspirationnisme, Thierry Meyssan, ce n’est pas un avion mais un missile qui s’est abattu sur le Pentagone. Pourtant des centaines de témoins ont vu un avion de ligne leur passer au-dessus de la tête et se crasher sur le bâtiment. Alors ? Ils ont tous été payés par la CIA pour mentir ?

S’inquiéter de la simple faisabilité d’une telle opération. Imaginons un instant l’énorme logistique qu’il aurait été nécessaire de déployer pour une opération top secrète combinant le recrutement d’islamistes prêts au suicide, manipulés par la CIA, puis leur formation au pilotage pendant des mois, puis le détournement simultané de plusieurs avions de ligne, venant exploser dans deux tours en même qu’on déclenche des explosifs dont on aurait au préalable truffé la structure… Une opération qui aurait nécessité la mobilisation de plusieurs centaines d’agents secrets pendant des années, qui seraient bien sûr tous restés bouche cousue pendant huit ans… Est-ce que vraiment les États-Unis avaient besoin d’un scénario aussi abracadabrant, et surtout aussi compromettant… pour attaquer l’Afghanistan ?

Demander quel était le mobile. Sans mobile, pas de crime. Les États-Unis sont une superpuissance qui a des dizaines d’interventions militaires à son actif depuis bientôt deux cents ans. Des prétextes montés en épingle lui suffisent d’ordinaire. Les droits des femmes en Afghanistan, la persécution de quelque minorité en Irak…Votre ami est-il assez naïf pour imaginer que la Maison-Blanche avait besoin de la destruction des tours jumelles pour déclencher une guerre de plus ou de moins ? Évidemment, non. Imaginer les dirigeants américains s’ingéniant à échafauder une telle machination pour déclencher une « simple » guerre c’est, au contraire de l’intention des conspirationnistes, les dépeindre meilleurs, ou moins cyniques, qu’ils ne sont…

Vincent Nakash (AL Paris-Sud)
berneri
 
Messages: 379
Enregistré le: 20 Sep 2009, 19:58

Re: conspirationisme

Messagede kaliméro » 04 Déc 2009, 22:28

Voici deux vidéo pour allez plus loin dans la réflexion,
Merci pour le texte !!


La vérité sur les Illuminati et le NWO part1







http://www.dailymotion.com/video/x9oz2q ... et-le_news



Illuminati : stratégie des maitres du monde 2sur2







http://www.dailymotion.com/video/x9o4hp ... es-du_news
Avatar de l’utilisateur-trice
kaliméro
 
Messages: 57
Enregistré le: 29 Nov 2009, 15:35

Re: conspirationisme

Messagede kaliméro » 07 Déc 2009, 22:27

Pour ma part, je pense que les problème n’est pas de savoir, s’il y’a eu un complot le jour du 11 septembre ou pas!
Mais de comprendre pourquoi on dénonce ce complot ?
Après de nombreuse recherche sur le 9/11, je me suis aperçu qu’il y’avait certainement des intérêt politique et commerciale derrière ce faux complot.
Je m’explique! ;)

Le complot créer le secret, le secret est quelque chose de commerciale, rien de mieux pour vendre des livres, ou des DVD de loose change.
Même si cela n’est pas vrai, la pilule passe, car il faut faire l’anti- système très très mou !
La théorie permet de faire de la pseudo-critique gauchiste, en évitant les vrai débat intelligent, qui pourrait servir à changer les choses.


La théorie du complot, c’est le socialisme des imbéciles, qui ne savent plus quoi inventé pour ébranlé le système.
Donc on va dire qu’ils sont un peu désespéré, rien de mieux qu’un complot pour faire ouvrir les yeux aux gens!
Quelle révélation dite moi , quelle lumière!!!!
C’elle ci détourne notre intention, sur des sujet sans importance réel, ça ressemble un peu au storytelling de TF1. (Mais à l’envers bien sur)
Il n’y à que l’orientation politique qui change c’est tout mais le principe est le même.


Secondo: la théorie du complot, à pour conséquence de créer de l’impuissance politique, puisque toute est planifier est organiser à l’avance bien sur!!
Je ne peux rien faire alors je regarde le monde qui s’écroule sous mes yeux.
Cela est bien triste!
Un petit tour sur l’observatoire francophone du Nouvel Ordre Mondiale, pour s’en rendre compte ,
911nwo.info/.

Le mythe du complot permet de détourner l’intention du public, qui sont souvent les masses laborieuse, vers des ennemie imaginaire inventer de toute pièce.
Elle sert de défouloir, aux esprit les plus crédule,
Hier c’était les juifs!!
Aujourd’hui ,sont les illuminatie, les sioniste, les franc-maçon et….

Mais a mon avis, il y’a certainement des agences spécialiser dans la diffusion de rumeur et de faux complot, afin de détourné l’esprit des gens tout simplement!
Et surtout faire du commerce, car la théorie du complot, c’est surtout quelque chose de commerciale, ça n’a rien de très révolutionnaire.

Ceux qui ce sont penché sur le complot, pour faire la révolution, n’ont pas misé sur le bon cheval.
Car dans quelque années, voire même dans quelque mois il retournerons leurs veste, car il s’apercevrons de l’énorme manipulation, qu’ils ont subie.

Tertio: Cette théorie, nous donne illusion de la libre pensé!
Les conspiro, ne sont des libre penseur, il impose leurs visions aux autre!
Un peu comme une secte!
Sauf que ça ne se voit pas tout de suite, mais après de nombreuse réflexion. :rastasad:
Avatar de l’utilisateur-trice
kaliméro
 
Messages: 57
Enregistré le: 29 Nov 2009, 15:35

Re: conspirationisme

Messagede kaliméro » 17 Déc 2009, 19:46

Avatar de l’utilisateur-trice
kaliméro
 
Messages: 57
Enregistré le: 29 Nov 2009, 15:35

Re: conspirationisme

Messagede RickRoll » 17 Déc 2009, 22:31

Excellent moyen métrage ! La réalisation est nickel, le jeu d'acteur plutôt crédible...
Tu l'as trouvé comment ?
RickRoll
 

Re: conspirationisme

Messagede chaperon rouge » 18 Déc 2009, 02:24

Perspectives libertaires: Et s’il n’y avait pas de complot?
19:15author by Cause commune - Union communiste libertaire

Un texte du numéro 26 du journal Cause commune

Les médias ne font que traiter de la fameuse Grippe A(H1N1) actuellement. La peur s’empare de tous, tout le monde peut y passer (c’est fou comme on peut réussir à faire oublier une crise économique rapidement). Les adeptes de la théorie du complot sont aux anges et ne cessent d’inventer des théories plus loufoques les unes que les autres. C’est une famille qui veut prendre le contrôle de la planète; ce sont les compagnies pharmaceutiques qui ont créé la maladie pour vendre des vaccins, etc.

Et s’il n’y avait pas de complot?

Si les élites n’avaient pas besoin de faire des complots pour contrôler la population? Les financiers et les industriels ne contrôlent-ils pas déjà toute l’économie, les médias et le gouvernement? Ne le font-ils pas à visage découvert d’ailleurs, sans que personne ne s’en offusque plus qu’il ne le faut? Un homme comme Paul Desmarais n’est-il pas PDG de Power Corporation, qui gère le groupe Gesca (médias tels que La Presse, Le Soleil etc.), le Groupe Investors et tous les pouvoirs qui viennent avec, sans qu’on ne crie au complot? Ce même Desmarais n’a-t-il pas ses entrées depuis longtemps au gouvernement canadien (Trudeau, Martin, Chrétien et Mulroney font tous partie de ses anciens employé-e-s) et au gouvernement français avec Sarkozy sans que personne ne s’en soucie outre mesure? Est-il vu comme un comploteur pour autant? Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres…

Warren Buffett, qui est considéré actuellement comme le deuxième homme le plus riche au monde selon le magazine Forbes, a déjà dit : « Il y a une guerre des classes, c’est un fait, mais c’est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner. » Cette phrase démontre à elle seule comment les grands financiers, industriels et politiciens de ce monde nous rient en pleine face, sans se cacher. Et même si cette domination était le fruit d’un complot, qu’est-ce que ça changerait à la réalité actuelle?

Et si on s’organisait pour faire ravaler ses paroles à ce charognard de Buffett? Si on décidait de se lever et de la mener cette lutte de classe, maintenant, sur nos lieux de travail, à l’école, dans nos quartiers, partout?
Related Link: http://www.causecommune.net
http://www.anarkismo.net/article/15207
GUERRE À LA GUERRE, À BAS TOUTES LES ARMÉES
chaperon rouge
 
Messages: 380
Enregistré le: 21 Sep 2008, 00:13

Re: conspirationisme

Messagede kaliméro » 18 Déc 2009, 07:36

RickRoll a écrit:Excellent moyen métrage ! La réalisation est nickel, le jeu d'acteur plutôt crédible...
Tu l'as trouvé comment ?



Il y’a site de propagande, qui s’appelle « Observatoire du conspirationisme » et qui met en ligne des article de réflexion .
Mais ça reste avant tout de la propagande rien plus rien moins!

Voici le site je te donne le lien http://www.reichstadt.info/complotisme/

Bonne journée Rick ROLL
Avatar de l’utilisateur-trice
kaliméro
 
Messages: 57
Enregistré le: 29 Nov 2009, 15:35

Re: conspirationisme

Messagede kaliméro » 19 Déc 2009, 18:42

Pour complété est finir le post, j’aimerai vous faire partager la réflexion de rouge de Rouge le Renard, sa vision résume bien ce qui est en train de passé en ce moment sur internet:


La lutte contre le nouvel ordre mondiale, est un pièges !!







http://www.dailymotion.com/video/xbblpm ... ion_travel
Avatar de l’utilisateur-trice
kaliméro
 
Messages: 57
Enregistré le: 29 Nov 2009, 15:35

A qui profite la théorie du complot ??

Messagede kaliméro » 15 Fév 2010, 16:22

Alex Jones : le show conspirationniste permanent


Le bimensuel américain The New Republic vient de publier un long article sur Alex Jones, « peut-être le plus célèbre théoricien du complot de toute l’Amérique ». Animateur de radio, réalisateur et producteur, Alex Jones vit au Texas. Il a réalisé une quinzaine de films.

Parmi les plus récents, on compte Endgame: Blueprint for Global Enslavement [Dernier round : projet pour un asservissement mondial], sorti en 2007. Jones entend y dévoiler les noirs desseins d’une élite démoniaque qui cherche à exterminer une partie de la population mondiale et à réduire l’autre en esclavage. Ce « Nouvel Ordre Mondial » ainsi achevé ferait ressembler la planète à une prison - d’où le nom d’un des sites gérés par Jones, Prison Planet. Parmi les conspirateurs désignés, on retrouve les noms désormais habituels de Henry Kissinger (1), Paul Wolfowitz, Dick Cheney, David Rockefeller, Bill et Hilary Clinton, Bush père et fils, mais aussi… la reine Beatrix des Pays-Bas. Selon Jones, les membres de ce réseau international, qui se réunissent régulièrement au sein du groupe Bilderberg, du Council on Foreign Relations (CFR) ou de la Commission Trilatérale, « dirigent les affaire de la planète depuis des centaines d’années. Maintenant, dans la phase finale, ils se préparent à mettre en place un gouvernement mondial »…



Bien qu’il ait toujours eu son petit auditoire de supporters inconditionnels, Alex Jones était, jusqu’à récemment, une personnalité relativement marginale de la vie politique américaine. Figure de premier plan du 9/11 Truth Movement (son nom est cité comme producteur délégué de la version de 2007 du film conspirationniste Loose Change de Dylan Avery), Alex Jones affirme avoir découvert le grand complot qui relie entre eux l’assassinat de Kennedy, la fluoration de l’eau et la crise financière. A l’instar de ces paranoïaques qui repèrent des traces d’un complot sataniste sur les bouteilles de soda, Jones accuse les Illuminatis d’avoir placé leurs symboles d’inspiration maçonnique sur le logo de la chaîne de cafés Starbucks Coffee.


Le républicain Ron Paul – représentant du Texas à la Chambre des représentants - intervient fréquemment dans son émission de radio, The Alex Jones Show. Jones, qui administre également le site web RonPaulWarRoom.com, a en effet été l’un des principaux soutiens de la candidature de Ron Paul à l’investiture du Parti républicain pour les présidentielles de 2008. Une autre des idoles de Jones est l’animateur de radio Lou Dobbs, qu’il a invité dans son émission en mars 2008. Les deux hommes ont dénoncé de conserve un énième projet secret ayant pour but ultime, selon eux, de fondre les Etats-Unis dans un ensemble supranational (la « North American Union ») dont feraient partie le Mexique et le Canada (2).

Mais ce n’est que depuis l’élection de Barack Obama que les idées de Jones sont vraiment sorties de leur ghetto conspirationniste pour toucher le cœur de l’électorat conservateur américain. Plusieurs membres du Parti républicain, du simple délégué au membre du Congrès, ont ainsi fait leur apparition dans son émission pour échanger les idées les plus folles à propos d’Obama. Certes, diverses personnalités de gauche et des acteurs de cinéma ont également été invité dans l’émission d’Alex Jones, comme le représentant démocrate Dennis Kucinich, le linguiste Noam Chomsky ou le comédien Charlie Sheen. Mais, à droite, ce phénomène est loin d’être marginal. Selon un récent sondage mené par Public Policy Polling, seuls 37 % des républicains croient qu’Obama est né aux Etats-Unis (3).



Nationaliste, antisioniste, Jones verse aussi dans la xénophobie. Par exemple lorsqu’il accuse, dans l’une de ses vidéos, des groupes de lycéens latinos de « planifier ouvertement le meurtre des hommes blancs de plus de 16 ans ». Son émission de radio et ses sites internet, infowars.com et prisonplanet.com, occupent ce lieu obscur où l’extrême gauche et l’extrême droite, les « rouges » et les « bruns », se rejoignent, se mêlent et se confondent. Auteur de Right-Wing Populism in America, et membre de Political Research Associates, un think-tank progressiste qui travaille sur les mouvements politiques d’extrême droite, Chip Berlet constate que « sur les blogs de gauche, les internautes font constamment la promotion d’Alex Jones ». Berlet a également confié à The New Republic qu’il recevait fréquemment des e-mails d’insulte « provenant de gens soi-disant de gauche » lui conseillant d’écouter ce que dit Alex Jones.


A l’origine, Jones est issu d’un très vieux courant au sein du conservatisme américain, un courant isolationniste, anticapitaliste et conspirationniste qui s’est épanoui pour la dernière fois pendant l’âge d’or de la John Birch Society. Ce mouvement d’extrême droite, viscéralement anti-communiste, allait jusqu’à accuser le président Eisenhower (1953-1961) d’être un agent soviétique. Jones a commencé sa carrière à la radio en 1996, avec l’émission The Final Edition, qui propageait toutes sortes de théories du complot toutes plus farfelues les unes que les autres sur Bill Clinton. Beignant dans la rhétorique du Militia movement (un mouvement d’extrême droite, paramilitaire, farouchement opposé à l'interdiction des armes à feu), il a été pendant longtemps un admirateur de Randy Weaver, ce suprématiste blanc dont la femme et le fils ont péri dans une fusillade avec des agents fédéraux en 1992 à Ruby Ridge. Jones soutient que ce sont les mêmes personnes qui sont respectivement derrière la bavure de Ruby Ridge, le massacre des membres de la secte davidienne de Waco (selon la théorie du complot, ce sont les forces de l’ordre et non les Davidiens qui ont déclenché l’incendie du bâtiment dans lequel ils s’étaient retranchés) ou encore l’attentat ayant visé le World Trade Center en février 1993.






Contrairement à la plupart des conservateurs américains, Jones s’en est pris violemment à George W. Bush. Pour lui, démocrates et républicains ne sont que des marionnettes aux mains du même groupe de ploutocrates qui complote pour instaurer la dictature du Nouvel Ordre Mondial. Lors des attentats du 11 septembre 2001, c’est tout à fait logiquement que Jones a commencé à incriminer l’Administration Bush pour ce qu’il considérait non comme une attentat islamiste mais comme un massacre s’inscrivant dans un vaste plan d’asservissement de l’humanité.



Le 21 octobre prochain, Alex Jones sortira son dernier film, Fall of the Republic, censé montrer « de quelle manière Obama est en train de détruire l’Amérique ». Il s’agit du deuxième film de Jones prenant directement pour cible le président américain. Dans un précédent opus, The Obama Deception - sorti le 15 mars 2009 et déjà visionné plus de quatre millions de fois sur YouTube -, Jones soutenait que Barack Obama représentait la partie visible d’une oligarchie occulte et tentaculaire qui travaille à l’avènement d’un Etat totalitaire. Le magazine The New Republic y a vu une resucée des Protocoles des Sages de Sion, les références explicites aux Juifs en moins. Là où le bât blesse, c’est que de nombreux médias « mainstream » ont assuré la publicité de ce film, qui reprend, dans une version un peu plus hard, ce que pérore quotidiennement Glenn Beck, le présentateur vedette de la chaîne conservatrice Fox News. En 2008, Jones avait déjà fait la promotion d’un pamphlet nauséabond (The Obama Nation: leftist politics and the cult of personnality, de Jerome Corsi) décrivant Obama comme un gauchiste radical, doublé d’un drogué, qui tenterait de dissimuler ses « liens étendus avec l'islam »…



Trois jours après la sortie de The Obama Deception, Andrew Napolitano, animateur de Freedom Watch, une émission du site internet FoxNews.com, a présenté Jones comme « le seul, l’unique, le grand Alex Jones ! » avant de lui avouer : « J’apprécie ce que vous dites… Je dois vous dire qu’il y avait une époque où le genre de choses contre lesquelles vous nous mettez en garde n’était pas débattu ouvertement et publiquement » (5).



FoxNews.com a également relayé très sérieusement la thèse de Jones selon laquelle l’épidémie de grippe A ne serait qu’un prétexte pour instaurer la loi martiale. Lors des premières alertes de l’OMS, en avril, Jones n’hésitait pas en effet à expliquer que le virus de la grippe porcine avait été mis au point dans un laboratoire secret et que « l’attaque à la grippe porcine était probablement un beta-test », prélude à un grand génocide planétaire. Le 22 septembre 2009, sur Fox News, Andrew Napolitano a déclaré, ajoutant de purs mensonges à l'exagération, que l’Etat du Massachusetts était sur le point de décréter une loi autorisant la police à mettre en place des procédures de quarantaines, à pénétrer chez les particuliers et à arracher à leurs parents les enfants non vaccinés.
Demain, 15 octobre 2009, Andrew Napolitano recevra Ron Paul dans son émission.

La galaxie conspirationniste francophone considère Alex Jones comme un authentique résistant au Nouvel Ordre Mondial, son thème de prédilection. On retrouve ainsi la trace de Jones sur des sites « rouges-bruns » comme altermedia.info, Egalité & Réconciliation (Alain Soral), alterinfo.net, Mecanopolis, Bellaciao.org, etc. ReOpen911, qui fédère tous les partisans de la théorie du complot sur le 11-Septembre, fait la promotion de films d’Alex Jones tant sur son site internet que sur son compte Dailymotion - à partir duquel on peut d’ailleurs visionner Endgame en version française sous-titrée (4). Heureusement, l'association prend soin de préciser qu’elle « condamne fermement l'antisémitisme et toute forme de racisme ». Cela va sans dire mais va mieux en le disant, n’est-ce pas ?
Modifié en dernier par kaliméro le 24 Mai 2010, 21:24, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur-trice
kaliméro
 
Messages: 57
Enregistré le: 29 Nov 2009, 15:35

Re: A qui profite la théorie du complot ??

Messagede Tuxanar » 15 Fév 2010, 22:07

Le mec qui "dissèque" Watchmen est complètement con.

Alan Moore a écrit Watchmen dans les années Reagan et pendant la guerre froide, à un moment où une guerre atomique pouvait se déclencher à n'importe quand. En plus, il a écrit V pour Vandetta, l'accuser de faire passer l'idéologie d'une secte qui voudrait dominer le monde et opprimer l'humanité est complètement idiot.
Avatar de l’utilisateur-trice
Tuxanar
 
Messages: 485
Enregistré le: 25 Mai 2009, 21:58

Re: A qui profite la théorie du complot ??

Messagede skum » 16 Fév 2010, 00:53

La stratégie de la diversion, c'est ce que Bourdieu disait dans son "analyse" des media, glanable pour le coup ("Le fait divers fait diversion"). Pendant que le capital file et écrase, "tout le monde" dort, hormis ceux qui le font perdurer, étant aussi bornés que ceux qui dorment, en général du moins.

En fait, ça fait le jeu de la dynamique capitaliste (et du pouvoir, et des journalistes) qui se moque absolument de ceux qui la lubrifie, c'est un peu "le singe qui passe à travers les ballons mouvants, qu'on ne voit/sent/touche (presque) pas, et qui nous laisse agiter les ballons".

Hormis aux propriétaires (héritiers, "parvenus"...), sur le long terme ça ne profite à personne en particulier, ni vraiment d'ailleurs "aux masses" de ce monde contemporain éclaboussant son nihilisme niais. Quand on perd sa bagnole, sa téloche, son 7e ordi annuel voire sa piaule, c'est tellement plus simple de placarder ensuite des têtes à couper sans s'être précédemment autocritiquer, sans avoir songer si ce qu'on faisait c'était ""bien"", ça ne remet pas en cause le système présupposé bon, sain qui conditionne la vie.

Capitalisme (où très vulgairement l'accumulation de l'argent) et mort sont étroitement liés. Suffit de voir son "instauration", les guerres et génocides, le nombre de suicides, la consommation délirante d'anti-dépresseurs, etc. Listes nominatives, photos, adresses, etc., tout est bon pour étendre la logique de mort inhérente au système, le fantasme du NWO en fait partie.
skum
 

Re: A qui profite la théorie du complot ??

Messagede kaliméro » 16 Fév 2010, 17:43

Voici un article de Pierre André taguief, bien que je ne partage pas toute sa pensé, je voulais quand même vous le faire partagé.


Le complotisme, un « mythe politique moderne »

Extrait de « Le retour de la théorie du complot. Entretien avec le politologue Pierre-André Taguieff », propos recueillis par Samuel Blumenfeld, Le Monde 2, n° 90, supplément du 5 novembre 2005.

La culture de masse aujourd’hui – Da Vinci Code, thriller ésotérique de Dan Brown, la série télévisée «X-Files», de nombreux films fantastiques et des jeux vidéo – présenterait, selon vous, des caractères, comme celui du complot international, qui étaient l’apanage de l’extrême droite jusque dans les années 1970.

La théorie du complot, juif, mondial ou capitaliste est aujourd’hui de plus en plus populaire. Comment expliquez-vous sa résurgence ?

La formule « théorie du complot » est trompeuse : le complotisme ou conspirationnisme est l’un des grands mythes politiques modernes. Son message central est que l’histoire universelle s’explique par l’action des sociétés secrètes, et que la politique mondiale est secrètement dirigée par de redoutables manipulateurs. Le mythe du complot mondial ou mégacomplot a été fabriqué à la fin du XVIIIème siècle et il s’est enrichi depuis lors.
Ce qui caractérise la vague complotiste observable depuis plus de trois décennies, et qui a récemment pris une grande ampleur, c’est qu’elle ne touche plus seulement les milieux d’extrême droite, mais s’étend à des publics divers qui ne sont pas nécessairement politisés.

En se mélangeant avec des thèmes empruntés à l’ésotérisme, la vision du complot est devenue un phénomène culturel. Ce dernier peut être éclairé par deux hypothèses portant sur de grandes transformations du champ des croyances.


Tout d’abord, le retrait des grandes religions politiques ou séculières comme le communisme. La croyance au progrès, conçu comme un mouvement global du moins bien vers le mieux, n’est plus attractive pour un nombre croissant de nos contemporains, qui se sont laissé convertir au catastrophisme de l’écologie profonde, ou radicale. Nous avons vécu, nous autres Occidentaux, pendant deux siècles et demi sous le ciel de la foi dans le progrès. L’âge de l’avenir radieux est derrière nous.


Le deuxième phénomène, bien connu des historiens des religions, est celui de la sécularisation, soit la limitation de l’influence des grandes religions monothéistes. Cette restriction de la sphère religieuse produit un vide dans lequel vont s’engouffrer des réponses simplistes à la demande de sens, dans un contexte marqué par l’incertitude et le désarroi. Cette demande est en friche. Mais l’offre l’est tout autant. Le marché de l’ésotérisme et des nouveaux mouvements religieux ou magiques est en expansion. Les réponses apportées vont de la secte totalitaire, sur le modèle de l’Ordre du Temple solaire, aux techniques de développement personnel, aux médecines douces de style New Age, à visage sympathique.


Dans ce nouvel espace des croyances proliférantes, où se mêlent quête du sens caché et rêves d’initiation, l’imaginaire du complot s’est naturellement réinstallé. Le goût du secret et du décodage, l’attrait du mystère, l’intérêt pour les machinations ou les manipulations, la fascination exercée par l’action des forces invisibles, la peur d’une dictature occulte : autant de composantes de la nouvelle synthèse que je qualifie d’« ésotéro-complotiste ». Le sens de la politique mondiale est révélé dans les mauvaises intentions des hommes, ou plutôt, de certains groupes d’hommes, manipulateurs ou conspirateurs. Ces derniers une fois démasqués, les malheurs du monde s’expliquent enfin : ils ont une cause.


Y a-t-il un socle commun entre la masse de pamphlets dénonçant des complots organisés par des puissances occultes et des artefacts culturels immensément populaires comme les romans de Dan Brown, Da Vinci Code et Anges et démons ?


On peut résumer par trois ou quatre propositions la vision du complot : rien n’arrive par accident ; tout ce qui arrive est le produit de l’accomplissement d’un programme, donc résulte d’intentions ou de volontés humaines ; rien n’est tel qu’il paraît être ; tout est lié, mais de façon occulte. Il faut donc décoder, ou plutôt décrypter, sans fin. Car derrière le secret, il y a l’ultrasecret, voire l’hyper-secret, à jamais inaccessible. Le fait même de ne pas posséder de preuves du complot devient la preuve suprême.


Les gens qui croient au complot sont contraints de faire un travail intellectuel complexe et toujours décevant. Ils sont portés par le désir de preuve, mais restent persuadés qu’on ne pourra jamais rien prouver.
L’esprit complotiste est porté par le soupçon infini. Ce plaisir du décodage qu’on trouve à la lecture du Da Vinci Code et ses dérivés (les soi-disant décodeurs du roman) est au fondement d’une consommation de type esthétique et ludique.
Le complot n’est pas seulement mis à la sauce politique des hallucinés des arrière-loges ou des maîtres cachés, il est aussi mis en scène par une industrie culturelle qui fabrique des produits avec les sociétés secrètes et les conspirations. Certes, jouer à dénoncer ne revient pas à dénoncer.
Mais des jeux vidéo comme Illuminati-Nouvel Ordre mondial (INWO), en divertissant, contribuent à inculquer les schémas complotistes. Il y a là un endoctrinement de masse, qui opère en douceur (…).


Vous craignez que cet aspect conspirationniste et ésotérique de la culture populaire ne soit pas sans conséquences politiques…


La vision du complot contribue à la délégitimation de la démocratie en ce qu’elle postule que celle-ci serait une « cryptocratie », une oligarchie ou une ploutocratie déguisée en régime fondé sur la souveraineté du peuple. La démocratie se réduirait à un décor masquant le pouvoir de l’argent, dont le pouvoir de la presse ne serait qu’un relais. Le pouvoir politique visible cacherait la puissance invisible des conspirateurs et des manipulateurs.
Les croyances complotistes impliquent une démystification totale du système démocratique, et n’en laissent rien subsister. Elles présupposent que la vérité du politique est toujours ailleurs, dans les coulisses ou dans les souterrains.

Prenez la série « X-Files », dont il faut reconnaître l’intelligence et l’efficacité : elle réalise la thèse de ce qu’on trouvait dans de multiples pamphlets relevant de l’ufologie conspirationniste : la fusion entre le complot extra-terrestre et le complot gouvernemental (américain). Le récit a été largement diffusé par la science-fiction d’épouvante : les extra-terrestres sont parmi nous, et ces êtres supérieurs mais prédateurs nous aident technologiquement en échange de cobayes humains cachés dans des laboratoires souterrains protégés par la CIA.

Et de nombreux auteurs conspirationnistes (tel Holey l’affirment : le président Kennedy a été assassiné parce qu’il voulait dévoiler le complot ourdi par le gouvernement américain et les extraterrestres. Bref, le pouvoir politique ment et manipule.
La mythologie du complot fournit une réponse à la question du sens, mais en nourrissant l’imaginaire du pire. Elle postule que les malheurs des hommes ne peuvent qu’empirer. La conclusion politique est qu’il n’y a rien à faire car les élites sont, par nature ou par fonction, cyniques, manipulatrices, intéressées, menteuses.

Comment demander à des enfants de devenir de bons démocrates, en commençant par croire en certaines valeurs, si l’on n’a à leur offrir qu’une vision de l’Histoire orientée vers un avenir nécessairement sombre, programmé par des élites malveillantes ?



Le déclin des religions du progrès et des religions institutionnalisées ne date pas d’hier. En revanche, la résurgence des mythologies du complot est plus récente. Ne croyez-vous pas qu’il y a eu une accélération de ce phénomène depuis le 11-Septembre ?

Le 11-Septembre a relancé l’imaginaire du grand complot et l’a nourri de nouveaux thèmes. Il a favorisé en particulier la diffusion de l’idée d’un « complot américano-sioniste », pour employer une expression qu’on trouve un peu partout à l’extrême droite et à l’extrême gauche ainsi que dans les mouvances islamistes, en France et en Italie, en Indonésie, au Pakistan, en Syrie ou en Irak (avant et après la chute de Saddam Hussein), en Grande-Bretagne, dans des mouvances d’extrême gauche plus radicales que leurs homologues françaises (notamment par leur alliance avec les islamistes).
Avec le 11-Septembre et la deuxième guerre d’Irak, le mythe du complot américano-sioniste a pris de la vraisemblance pour beaucoup de gens, gens de gauche compris.
Modifié en dernier par kaliméro le 24 Mai 2010, 21:31, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur-trice
kaliméro
 
Messages: 57
Enregistré le: 29 Nov 2009, 15:35

A qui profite la théorie du complot ??

Messagede kaliméro » 18 Fév 2010, 21:50

Théories du complot : un bref survol historique


Extrait de « Le retour de la théorie du complot. Entretien avec le politologue Pierre-André Taguieff », propos recueillis par Samuel Blumenfeld, Le Monde 2, n° 90, supplément du 5 novembre 2005.


Quand surgissent historiquement les premières théories du complot ?
Il faut remonter à la Révolution française. Entre 1789 et 1792, plusieurs pamphlets sont publiés sur le thème du complot maçonnique ou illuministe derrière la Révolution française. On y trouve déjà le schéma qui structure toutes les visions du complot, de la simple peur du complot à la mythologie complotiste. Le schéma est le suivant : les événements cachent leur cause ; pour accéder aux causes, il faut savoir décrypter ; pour pénétrer les coulisses du théâtre historique, il faut bénéficier d’une initiation. Le postulat est que des êtres malfaisants, dans les ténèbres, ont élaboré un plan de destruction de la civilisation chrétienne et de l’ordre monarchique. La véritable histoire est une histoire secrète. L’histoire officielle ne peut qu’être mensongère. D’où la proximité du complotisme avec l’ésotérisme, lequel implique, dans les formes qu’il a prises au XIXème, une vision de l’histoire fondée sur l’accès à un sens caché.

Quel est le premier ordre secret accusé de tous les maux ?
Cet ordre politique secret est celui des Illuminati, des « éclairés ». La mythologisation s’opère sur une base empirique : les Illuminés de Bavière ont existé. Cette société secrète de type maçonnique a bien été fondée, le 1er mai 1776, par le juriste Adam Weishaupt (1748-1830), issu d’une vieille famille allemande chrétienne, et ancien élève des jésuites. Le fait qu’il n’est pas juif va beaucoup gêner les auteurs conspirationnistes de la deuxième moitié du XIXème siècle. Mais au moment où la légende se forme, le complot juif n’est pas à l’ordre du jour, les regards inquiets ne se braquent que sur le complot maçonnique ou illuministe.
La diabolisation de l’illuminisme en France, est due principalement à Augustin Barruel, qui, pour rédiger ses Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme (1797-1798), s’est sérieusement informé à propos des Illuminés de Bavière, mais pour les reconstruire comme un mythe, en exagérant leur importance et en fantasmant leur puissance. Il est difficile d’estimer leur nombre, entre 200 et 2000, pour toute l’Europe. On n’a pas fait la Révolution avec quelques centaines d‘Illuminés bavarois. L’ordre des Illuminés est dissous par le gouvernement bavarois en mars 1785. Il n’a plus aucune importance après cette date. Mais la légende a été forgée par l’abbé Barruel et par John Robison, en Angleterre, en 1797-1798 : des conspirateurs, partisans d’une révolution mondiale, veulent détruire la civilisation chrétienne et monarchique.

Quand l’élément juif s’insère-t-il dans la mythologie du complot ?
Avec Barruel encore, lorsqu’il devient, à partir de 1806, un faussaire, qui va d’ailleurs faire école. Il rédige une lettre qu’il prétend avoir reçue, de Florence, d’un certain capitaine Jean-Baptiste Simonini. L’information confidentielle que lui transmet Simonini est que toutes les sectes et sociétés secrètes du monde ont pour tête la « secte judaïque » - ainsi, les juifs formeraient une secte internationale dont la puissance reposerait sur l’or. Ce faux est d’abord diffusé de manière confidentielle. II est republié en 1878, puis largement diffusé en Europe (puis aux Etats-Unis), et utilisé comme preuve de ce que la maçonnerie serait secrètement dirigée par les juifs, à leur seul profit.
Ce premier faux antijuif est accompagné d’un second : le Discours du rabbin (diffusé en Europe à partir de 1872), extrait d’un roman paru en 1868, à Berlin, dont un chapitre met en scène un Grand Rabbin exposant devant les représentants des « douze tribus d’Israël », au cours d’une assemblée secrète (et bien sûr nocturne), le prétendu « programme juif de conquête du monde ». L’Eglise décide de lancer, à ce moment, sa grosse machine de propagande contre la maçonnerie dénoncée comme suppôt d’une conspiration internationale (encyclique de Léon XIII : Humanum genus, 1884), en y ajoutant ce que les stratèges du Vatican pensent être un ingrédient attractif, l’idée que la maçonnerie, dans ses origines et sa direction, est juive.
Lorsqu’en 1886 Edouard Drumont publie son best-seller, La France juive, il reprend la thèse selon laquelle la « judéo-maçonnerie » aurait organisé et mené à bien la Révolution française. Drumont identifie Weishaupt comme juif, et judaïse l’ordre des Illuminés qui, pourtant, ne comportait que peu de membres d’origine juive. Mais les propagandistes n’ont que faire de la vérité historique.


(…)

C’est d’ailleurs l’un des effets spécifiques de la théorie du complot aujourd’hui : elle n’est plus l’apanage de l’extrême droite, mais est devenue aussi le fait de l’extrême gauche. La mondialisation, avec l’usage fantasmatique qui en est fait, sert-elle de repoussoir commun ?
Ce qui me paraît significatif, c’est la mutation, depuis le début des années 1970, de cette configuration antimaçonnique, antijuive et anticapitaliste en une vision antimondialiste. Cette métamorphose marque le passage au grand complot. La croyance centrale n’a plus pour objet le complot capitaliste, ploutocratique ou maçonnique. Il s’est opéré une fusion de tous les complots en un mégacomplot : le complot mondialiste. Il y a bien toujours des complots réels et particuliers, mais ils sont saisis par la fabulation. De même, la mondialisation, qui est un fait, un ensemble de processus, est mythologisée. Mais elle est mythologisée en rose et en noir. Nous avons affaire à un dualisme manichéen. Le simplisme est au cœur du complotisme, qui annule ou méconnaît la complexité croissante du monde.
Il y a d’un côté ceux qui ne veulent voir la mondialisation qu’en rose, les simplistes d’esprit optimiste : c’est le camp du néoprogressisme libéral. Ils pensent qu’être aujourd’hui dans le camp du progrès, c’est applaudir la mondialisation sans états d’âme (« bouger », disent-ils). Et de l’autre - c’est la mythologie qui est en train de se créer -, il y a ceux pour qui la mondialisation est la cause de tous les malheurs du monde. Cette version cauchemardesque de la mondialisation traverse les lignes idéologiques, rendant obsolète le clivage droite-gauche.
La quasi-totalité de l’extrême gauche s’est reconstituée autour de la posture antimondialisation. Il y a encore une dizaine d’années, elle était partagée face à la mondialisation. Elle a aujourd’hui basculé dans la diabolisation de la « globalisation chaotique ». Les euphémisations cachent mal la radicalité du refus, où se mêlent étrangement nihilisme (négation du réel) et moralisme solidariste néo-chrétien (reconversion du New Age). Se dire « altermondialiste » plutôt qu’« antimondialiste », c’est tenter de sauver magiquement le vieil internationalisme. Mais il n’y a là qu’artifices rhétoriques : l’altermondialisation, c’est l’antimondialisation, un point c’est tout.
Une partie de la gauche, qui ne peut plus se définir par rapport aux pays du socialisme réel, ou au marxisme, se définit par rapport au néogauchisme. Or le néogauchisme n’a rien d’autre à offrir que cette posture antimondialisation radicale à laquelle une gauche à l’identité problématique est très sensible, par opportunisme ou par appel du vide. D’où l’audience des sirènes antimondialistes.
Quant à l’extrême droite, elle reste elle-même, donc antimondialiste, et fière de l’être comme jamais – jubilant de voir une partie de l’opinion basculer dans ses idées reçues et ses fantasmes. La nouvelle démagogie transpolitique est à la fois conspirationniste et antimondialiste. Elle ne saurait être une politique.
Pour beaucoup de nos contemporains, l’entrée dans la civilisation du risque signifie une plongée dans l’âge de l’anxiété. Or l’imaginaire complotiste interdit tout espoir d’en sortir. Si la religion du progrès ne nourrit plus les âmes, si les promesses du communisme ne font plus chanter les masses, si l’on n’attend rien du libéralisme ou de la mondialisation heureuse, il ne reste plus que la vision du pire.

Dimanche 20 Novembre 2005
Modifié en dernier par kaliméro le 24 Mai 2010, 21:40, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur-trice
kaliméro
 
Messages: 57
Enregistré le: 29 Nov 2009, 15:35

A qui profite la théorie du complot ??

Messagede kaliméro » 19 Fév 2010, 23:51

Les conspirationnistes sont-ils des paranoïaques ?


Qu’est-ce qui différencie une personne croyant à une - et souvent à plusieurs - théorie(s) du complot, et un individu atteint de paranoïa clinique ? Cette question, l'historien américain Richard Hofstadter se l'est déjà posée dans son texte fondateur, The paranoid style in American politics, paru en novembre 1964 dans Harper’s Magazine. Pour Hofstadter, l’analogie entre conspirationnisme et psychose paranoïaque ne signifie absolument pas que les deux phénomènes doivent être confondus.

Dès les premières lignes de son article, le professeur de l'Université de Columbia précise ainsi que « l’idée du style paranoïde comme force politique aurait peu de résonance contemporaine ou de valeur historique si elle ne s’appliquait qu’à des personnes à l’esprit dérangé. C’est l’emploi de modes d’expression paranoïdes par des gens plus ou moins normaux qui rend le phénomène significatif ».

Dans la préface de son livre paru en 1965, Hofstadter poursuit : « Dans le style paranoïde tel que je le conçois, le sens de la persécution est central et systématisé dans de grandioses théories du complot. Mais il y a une différence capitale (…) : le paranoïaque clinique voit le monde hostile et comploteur (…) comme dirigé spécifiquement contre lui, alors que le porte-parole du style paranoïde le juge dirigé contre une nation, une culture, un mode de vie dont le destin affecte non pas lui seul mais des millions d’autres ».

Rassurant n’est-ce pas ?!



Rassurant n’est-ce pas ?! [/quote]


Les théories du complot (2*3)




ttp://www.dailymotion.com/video/x8obzf_ ... t-2-3_news


Les théories du complot (3*3)





http://www.dailymotion.com/video/x8obka ... t-3-3_news
Modifié en dernier par kaliméro le 24 Mai 2010, 22:03, modifié 2 fois.
Avatar de l’utilisateur-trice
kaliméro
 
Messages: 57
Enregistré le: 29 Nov 2009, 15:35

A qui profite la théorie du complot ??

Messagede kaliméro » 20 Fév 2010, 12:05

Qu’est-ce que le conspirationnisme ?


Définition:

Le conspirationnisme désigne l’attitude consistant à substituer abusivement à l’explication communément admise de certains phénomènes sociaux ou événements historiques, un récit alternatif qui postule l’existence d’une conspiration.

• « abusivement » : le récit proposé s’affranchit des règles élémentaires du raisonnement scientifique, notamment en écartant systématiquement les éléments qui seraient de nature à le contredire ou - lorsqu’il consent à les examiner - en échouant à les réfuter de manière satisfaisante.


• « postule » : la conspiration n’est jamais démontrée.



Origine

Bien que l'apparition de l'adjectif « conspirationniste » soit antérieure à celle du substantif « conspirationnisme », aucun de ces deux mots n’a encore fait son entrée dans un dictionnaire. Plus récents et beaucoup moins répandus que l’expression « théorie du complot », ils ont toutefois intégré les lexiques universitaire et journalistique. On constate en particulier une multiplication de leurs occurrences dans la presse depuis environ une dizaine d'années.

Théorie du complot et conspirationnisme

Il convient de distinguer entre « théorie du complot » et « conspirationnisme », souvent entendus, à tort, comme synonymes. Une théorie du complot est un récit tandis que le conspirationnisme est un mode de discours. Plus précisément, c'est le discours qui fournit leur structure narrative à toutes les théories du complot. En outre, le discours conspirationniste a une structure très proche du discours négationniste avec lequel il ne se confond pourtant pas complètement dans la mesure où il n’a pas vocation à nier l’existence d’un événement mais à l’expliquer différemment.





La mécanique du complot



Modifié en dernier par kaliméro le 24 Mai 2010, 22:08, modifié 2 fois.
Avatar de l’utilisateur-trice
kaliméro
 
Messages: 57
Enregistré le: 29 Nov 2009, 15:35

Suivante

Retourner vers Débats de société

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité