"L'identité nationale" ??

"L'identité nationale" ??

Messagede Pïérô » 10 Nov 2009, 11:16

Communiqué de l'UJFP (Union Juive Française pour la Paix) que je trouve bien fait et percutant, http://www.ujfp.org/modules/news/articl ... toryid=615 :

L’Union Juive Française pour la Paix se bat avec d’autres associations pour une paix au Proche-Orient basée sur l’égalité des droits entre les peuples et sur la justice. Elle dénonce sans arrêt le colonialisme, le racisme, l’Apartheid, l’arrogance ou le mépris qui sont les marques de la politique des différents gouvernements israéliens vis-à-vis des Palestiniens.


Au nom de ces principes et de la mémoire des persécutions que les Juifs ont subies, l’UJFP soutient résolument les Sans Papiers et dénonce les discriminations qui frappent en France les « Noirs », les Arabes, les Roms ou d’autres populations dans tous les domaines : emploi, logement, éducation, santé, harcèlement policier, stigmatisation ….
L’initiative du ministre Besson visant à imposer partout un pseudo débat sur « l’identité nationale » est très grave et dangereuse. Ce thème est une machine de guerre pour embrigader une partie de la population contre une autre et pour éviter ainsi de prendre en charge les problèmes économiques et sociaux.
Ce thème a toujours été un thème d’extrême droite, propagé entre autres par Le Pen. Il vise à manipuler l’émotion, à travestir l’histoire et les identités multiples. Il vise à opposer un « bon Français » pur, blanc et chantant la Marseillaise au mauvais immigré basané, responsable du chômage et de l’insécurité et forcément « inassimilable ».
En des temps que l’on espère révolus, les Juifs, les Italiens, les Polonais et bien d’autres ont été déclarés inassimilables. Force est de constater que des populations vivant en France ne connaissent plus l’Etat de droit. C’est évident pour les Afghans de Calais, les déboutés du droit d’asile ou les Yézidis que le gouvernement français vient d’expulser par charter.
Tout ce qui pousse à la séparation, à la discrimination, à l’inégalité des droits et à la stigmatisation mène à la barbarie. C’est vrai en Palestine comme en France. Là-bas comme ici, il n’y a qu’un seul choix possible : vivre ensemble sur la base de l’égalité des droits. Là-bas comme ici, la manipulation de l’identité est un des moyens utilisés pour opprimer et discriminer.
L’UJFP rappellera sans relâche que, même si la période n’est pas la même, ceux qui ont agité le thème de l’identité nationale ont toujours été les ennemis de l’humanité.


.


Un site, "identité internationale" vient d'être lancé sur cette question : http://identiteinternationale.net/, où l'on trouvera déjà beaucoup d'éléments :

Le Gouvernement et le Président de la République, ainsi qu’une majorité de parlementaires, ont décidé qu’il fallait maintenant parler de "l’identité nationale française".

Le FHaine des Le Pen père et fille, mais aussi d’autres groupuscules dits "identitaires", d’extrême droite, ont immédiatement emboîté le pas pour faire de la surenchère. On n’en attendait pas moins d’eux !

Nous ne sommes pas surpris non plus par la résurgence des lubies d’une madone du Poitou qui se rêve en Marianne moderne, ni par les chuchotements de pucelle effarée d’une opposition fantoche.

Tous ceux là ont donc décidé qu’en cette période où le capitalisme international se gave sur le dos de tous les travailleurs, où le capitalisme TUE, où les patrons et actionnaires apatrides pillent, oppriment, suicident, et sont non seulement impunis mais même pas poursuivis, il fallait parler du drapeau tricolore, de la Marseillaise.

Qu’on devait se demander si pour être un "bon Français", il fallait porter un béret basque plutôt qu’un foulard, une crête, un bonnet ou rien du tout.

Qu’il fallait parler du "droit du sang" aussi peut être ? Et pourquoi pas, de la "race" ?

. Nous pensons qu’il ne faut pas refuser ce débat, parce que, tout simplement, on ne pourra pas en refuser au moins la médiatisation et la manipulation, et donc qu’au contraire, il faut y entrer à fond.

Mais pas selon LEURS RÈGLES ni selon LEURS TERMES.

Ce débat est biaisé si on leur en laisse le monopole, il faut donc le "débiaiser" !

C’est pourquoi à "l’identité nationale", nous avons, nous, choisi de répondre par "l’identité INTERNATIONALE".

A la race, à la nationalité, au nationalisme, nous opposons la CLASSE et d’internationalisme.

Notre nation, sur une planète régie par le capitalisme mondialisé, c’est notre classe, celle des prolétaires, des exploités et des exclus du MONDE ENTIER.

Notre patrie, c’est la SOLIDARITÉ de classe, la lutte contre le capitalisme et le respect de la dignité de l’être humain, quelle que soit sa couleur, son ethnie, son origine.

Au drapeau tricolore, nous opposons le drapeau rouge et noir.

A la Marseillaise, nous opposons l’Internationale.

Aux départements et au centralisme jacobin, nous opposons La Commune.

A l’unité de la nation et à l’État bourgeois, nous opposons la fédération, et l’union d’êtres libres en fonction de leurs intérêts réels.

A la liberté d’aller et venir pour se vendre pour manger ou pour exploiter ses frères, nous opposons la liberté d’aller et venir pour se cultiver, se faire soigner, tomber amoureux ou écrire un roman qui aura le prix Goncourt*.

A la citoyenneté issue de l’accident de la naissance, nous opposons la citoyenneté issue de la réalité du travail et de la contribution à l’intérêt général d’un peuple, d’une classe.

A l’Histoire de France lisse et glorieuse qu’un "bon Français" est supposé connaître et dont il faudrait "être fier", cette histoire qu’on pose en référence dans les écoles, nous ajoutons (liste non exhaustive) :

- les camps d’internement des réfugiés espagnols, les 162 manifestants balancés dans la Seine par Maurice Papon, la torture en Algérie, la colonisation et le pillage, jamais achevés, de l’Asie, de l’Afrique noire et du Maghreb, aujourd’hui l’Afghanistan, les camps de rétention, la "jungle de Calais"...

bref, toutes ces choses hideuses accomplies au nom de "la République", pour lesquelles la grande "Nation française" n’a jamais demandé pardon ni même reconnu ses torts, et auxquelles elle n’a pas encore mis fin.

Face aux attaques nationalistes, ne BESSON pas notre pantalon et portons haut les couleurs et les valeurs de la lutte de classe, du combat pour la fraternité réelle !
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: "L'identité nationale" ??

Messagede Parpalhon » 14 Nov 2009, 17:09

Ce thème a toujours été un thème d’extrême droite, propagé entre autres par Le Pen.

Il me semble pas que ce soit l'extrême droite qui a fait les programmes scolaires de la III° république ... d'ailleurs, je pense que le fantasme sur l'identité nationale a commencé en 1789 avec nos chers bourgeois "révolutionnaires" ...

Qu’on devait se demander si pour être un "bon Français", il fallait porter un béret basque plutôt qu’un foulard, une crête, un bonnet ou rien du tout.

Déjà, le béret est béarnais, ensuite comme il est béarnais il n'a rien à voir avec la France !!!!! Faudrait pas tomber dans le piège ... on va bientôt nous ressortir les clichés racistes de Diam's du genre :
Non, ma France à moi c'est pas la leur qui fête le Beaujolais




Aux départements et au centralisme jacobin, nous opposons La Commune.

ou les Communes plutôt non ???


- les camps d’internement des réfugiés espagnols, les 162 manifestants balancés dans la Seine par Maurice Papon, la torture en Algérie, la colonisation et le pillage, jamais achevés, de l’Asie, de l’Afrique noire et du Maghreb, aujourd’hui l’Afghanistan, les camps de rétention, la "jungle de Calais"...

la Croisade des albigeois, les révoltes paysannes réprimés dans le sang, les punitions physiques exercées sur des enfants pour qu'ils ne parlent qu'en français, la répression qui s'exerce sur les mouvements indépendantistes ( les kanaks, les basques ...) .....
" Mort als estats visquin les terres ! "
Avatar de l’utilisateur-trice
Parpalhon
 
Messages: 436
Enregistré le: 15 Juin 2008, 14:04

Re: "L'identité nationale" ??

Messagede Pïérô » 27 Nov 2009, 19:24

Berneri l'a posté dans " Les fronts de lutte sociale " ( viewtopic.php?f=76&t=3449#p51359 ), mais je remet l'info ici aussi car il y a des éléments pour alimenter le débat, et éventuellement pour servir à faire des tracts dans votre coin (mais à plusieurs :D )

action/rassemblement contre ce type de "débat" dans le 37 (Indre et Loire) :



LICENCIONS L’IDENTITE NATIONALE !

Premiers signataires : Nouveau Parti Anticapitaliste 37, Parti de Gauche 37, Alternative Libertaire 37, Union Syndicale Solidaires 37, Collectif de Soutien Aux Demandeurs d’Asile et Sans Papiers de Tours, Collectif Anti-fasciste de Touraine, ...

Le débat sur l’identité nationale lancé par Sarkozy et son ministre Besson n’est pas le nôtre !

Nous récusons ce débat qui représente une basse manœuvre politique aux relents fascistes.

Ce débat nauséabonds rappelle des « solutions » trouvées après la grandecrise de 1929. Il vise à esquiver les réponses aux vraies questions ; il introduit le racisme en pleine période de crise sociale ; après avoir opposé les salariés entre eux en cassant les droits sociaux et en laminant les services publics, il s’agit maintenant d’opposer entre eux les habitants, en France.

Son objectif est triple :

. resserrer les rangs de la droite en pleine crise sur la taxe professionnelle et continuer à chasser sur les terres du Front National en période pré-électorale,

. laisser penser que les conséquences de la crise : les licenciements, la précarité des salariés, l’aggravation des conditions de vie, pourraient trouver des causes chez les étrangers,

. assurer tout simplement la cohérence avec une politique raciste, xénophobe et impérialiste dans la continuité de la chasse aux sans papiers, de la guerre en Afghanistan...

En proposant ce débat Sarkosy et son gouvernement espèrent nous détourner de leurs responsabilités et de celles du MEDEF pour stigmatiser l’étranger, l’immigré....

Ce débat veut nous amener à nous tromper d’ennemi !

Nous ne nous trompons pas : notre seule frontière est celle de notre camp social.

La politique de la méfiance et de la peur, mère de toutes les possibles dictatures est comme le contraire du bien vivre ensemble

Dans le département ce débat est organisé via la préfecture par Claude Greffe, députée UMP, le 2 décembre à la salle des fêtes de PARçAY MESLAY, préoccupation d’une droite raciste et xénophobe l’identité nationale ne passera pas par nous.

Nous, organisations politiques, syndicales, associatives d’Indre et Loire nous opposons à l’organisation de ce débat à fortiori dans le département.

Nous appelons la population tourangelle à se rassembler sur les lieux du débat pour manifester son opposition à cette question.

RASSEMBLEMENT DEVANT LA SALLE DES FÊTES DE PARçAY MESLAY LE MERCREDI 2 DECEMBRE 2009 À 17 H 3O


Je l'ai posté en info sur le site "identité internationale" : http://identiteinternationale.net/spip. ... 2#forum242

EDIT : liste complète des signataires : NPA 37, PG 37, Alternative Libertaire 37, La Fédération 37, PCF 37, Les Alternatifs 37, Solidaires 37, CSDASP 37, Collectif anti-fasciste 37, ATTAC 37
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

un maire UMP dérape sur l'identité nationale

Messagede abel chemoul » 02 Déc 2009, 21:20

ça y est, on a eu droit au premier dérapage médiatique du débat sur l'identité nationale. Et c'est du lourd!

La scène remonte à lundi. Elle se déroule à Verdun (Meuse), pour un des premiers débats sur l'identité nationale cher à Eric Besson. Comme le raconte un journaliste de RTL, «la salle est à moitié vide et le public plutôt âgé». Néanmoins, le sous-préfet prend ses précautions et demande aux participants d'«éviter tout anathème, toute insulte, toute expression d'opinion raciste ou xénophobe».

Sans succès. Plusieurs reporters tendent leur micro à André Valentin, maire UMP de Gussainville (une commune voisine de 40 habitants, selon le dernier recensement). Interrogé sur l'opportunité d'organiser un débat sur l'identité nationale par France 2, l'élu le juge «indispensable». Avant de déraper: «Il est temps qu'on réagisse, parce qu'on va se faire bouffer». «Par qui?» lui demande-t-on. Petit rictus. «Y'en a déjà dix millions», «dix millions que l'on paye à rien foutre», répond-il. A RTL, qui lui demande s'il pense qu'il «y a trop d'immigrés», il précise sa pensée: «sérieusement, je le crois».


article complet ici: http://www.liberation.fr/brut-de-net/06 ... -nationale
Image
Avatar de l’utilisateur-trice
abel chemoul
 
Messages: 674
Enregistré le: 26 Mai 2009, 10:40

Re: "L'identité nationale" ??

Messagede RickRoll » 03 Déc 2009, 08:07

Waouh ! il envoie du lourd, du très lourd. Mais je pense qu'il voulait parler des auvergnats, comme Brice Hortefeux.
RickRoll
 

Re: "L'identité nationale" ??

Messagede Pïérô » 06 Déc 2009, 12:44

une pierre de plus dans la mare :

« Nous exigeons la suppression du ministère de l’Identité nationale et de l’Immigration »

L’appel de vingt chercheurs « contre ce rapt nationaliste de l’idée de nation ».

« Promesse électorale de Nicolas Sarkozy, la création d’un ministère chargé de l’Immigration et de « l’Identité nationale » a introduit dans notre pays un risque d’enfermement identitaire et d’exclusion dont on mesure, chaque jour depuis deux ans et demi, la profonde gravité. Très officiellement, des mots ont été introduits sur la scène publique, qui désignent et stigmatisent l’étranger - et par ricochet, quiconque a l’air étranger. Réfugiés et migrants, notamment originaires de Méditerranée et d’Afrique, et leurs descendants, sont séparés d’un « nous » national pas seulement imaginaire puisque ses frontières se redessinent sur les plans matériel, administratif et idéologique.

« Qu’a fait naître ce ministère ? De nouveaux objectifs d’expulsion d’étrangers (27 000 par an), des rafles de sans-papiers, l’enfermement d’enfants dans des centres de rétention, le délit de solidarité, l’expulsion des exilés vers certains pays en guerre au mépris du droit d’asile, la multiplication des contrôles d’identité au faciès, enfin la naturalisation à la carte, préfecture par préfecture, qui rompt avec le principe d’égalité…

« Dans cette fissure de la République se sont engouffrés nos dirigeants. Par des propos inadmissibles dans une démocratie, banalisés et désormais quotidiens, ils légitiment tous les comportements et les paroles de rejet, de violence, et de repli sur soi. Nous ne sommes pas ici face à des « dérapages » individuels. En réalité, ces propos sont la conséquence logique d’une politique que le gouvernement souhaite encore amplifier sous le couvert d’un « débat » sur l’identité nationale. Nous sommes ainsi appelés à devenir coauteurs et coresponsables du contrôle identitaire sur la France.

« La circulaire ministérielle adressée aux préfectures pour encadrer le débat lance une interrogation : « Pourquoi la question de l’identité nationale génère-t-elle un malaise chez certains intellectuels, sociologues ou historiens ? » La réponse est simple. Nous ne pouvons pas accepter que le regard inquisiteur d’un pouvoir identitaire puisse planer, en s’autorisant de nous, sur la vie et les gestes de chacun.

« C’est pourquoi il est temps aujourd’hui de réaffirmer publiquement, contre ce rapt nationaliste de l’idée de nation, les idéaux universalistes qui sont au fondement de notre République.

« Nous appelons donc les habitants, les associations, les partis et les candidats aux futures élections à exiger avec nous la suppression de ce « ministère de l’Identité nationale et de l’Immigration », car il met en danger la démocratie. »

[Source : Libération]

Signataires : Michel Agier (anthropologue, EHESS et IRD), Etienne Balibar (philosophe, université Paris-X et university of California), Marie-Claude Blanc-Chaléard (historienne, université Paris-X) Luc Boltanski (sociologue, EHESS), Marcel Detienne (historien, EPHE et université Johns Hopkins), Eric Fassin (sociologue, ENS), Michel Feher (philosophe, Paris), Françoise Héritier (anthropologue, Collège de France), Daniel Kunth (astrophysicien, CNRS), Laurent Mucchielli (sociologue, CNRS), Pap Ndiaye (historien, EHESS), Gérard Noiriel (historien, EHESS), Mathieu Potte-Bonneville (philosophe, Collège international de philosophie), Richard Rechtman (psychiatre, Institut Marcel Rivière, CHS la Verrière) Serge Slama (juriste, université d’Evry), Emmanuel Terray (anthropologue, EHESS), Tzvetan Todorov (historien, CNRS), Paul Virilio (urbaniste, Ecole spéciale d’architecture de Paris), Sophie Wahnich (historienne, CNRS), Patrick Weil (historien, CNRS).

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: "L'identité nationale" ??

Messagede abel chemoul » 07 Déc 2009, 20:47

Dans la série "l'UMP dit des conneries", voici Estrosi !
Pour Estrosi, un débat sur l'identité nationale aurait pu bloquer Hitler
Le maire de Nice estime que si l'Allemagne -patrie de Goethe et du romantisme- avait organisé un tel débat dans les années 30, la planète aurait pu éviter la seconde guerre mondiale.
http://www.liberation.fr/brut-de-net/06 ... uer-hitler

http://www.dailymotion.com/video/xbepd0 ... a-ww2_news
Image
Avatar de l’utilisateur-trice
abel chemoul
 
Messages: 674
Enregistré le: 26 Mai 2009, 10:40

Re: "L'identité nationale" ??

Messagede Pïérô » 08 Déc 2009, 12:12

Dans L’ALlumette, bulletin d’Alternative libertaire, http://www.alternativelibertaire.org/sp ... rticle3258 :

« Identité nationale » : le rideau de fumée raciste

Le débat lancé par la droite sur « l’identité nationale », profondément nauséabond, répond à une double logique. Il s’agit d’une part de créer de la division dans la société, en stigmatisant celles et ceux dont « l’identité » ne serait pas (assez) « nationale ». La stratégie politique qui sous-tend ce débat, en cherchant les « ennemis de l’intérieur », est profondément xénopophobe et raciste. D’ailleurs, le maire UMP de Gussainville ne s’y est pas trompé. Qu’est-ce que « l’identité nationale » d’un pouvoir qui traque les sans-papiers, fait continuellement par l’intermédiaire de ses flics des contrôles aux faciès et reprend le discours de l’extrême droite ? Dans cette ambiance, les racistes de tous poils se lâchent et se sentent en confiance… Il s’agit d’autre part, d’occulter les ravages de la crise économique et du capitalisme. Vous vous faites licencier ? Les patrons profitent de la crise pour vous pressurer un peu plus encore ? Le RSA ça suffit pas pour vivre ? Qu’importe, « l’identité nationale » va répondre à tous les problèmes.  

Une logique de division

Il est nécessaire de combattre une logique visant à nous diviser. Car Sarkozy, en reprenant les bonnes vieilles logiques qui ont fait le terreau du régime de Vichy, essaye de diviser l’ensemble des personnes qui bossent, qui sont exploitées, et qui se rendent bien compte que ce pouvoir roule pour la classe des riches et des dominants. 

Nous ne nous laisserons pas avoir !

La société dans laquelle nous voulons vivre n’a pas « d’identité nationale » mais repose sur l’égalité entre les personnes qui la composent, qui y vivent.  A ce « débat », notre réponse est notre mobilisation dans les luttes de sans-papiers, les luttes des opprimé-e-s et notre solidarité internationale. Libérons nous des cases dans lesquelles les capitalistes veulent nous enfermer pour mieux nous contrôler !
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: "L'identité nationale" ??

Messagede leo » 08 Déc 2009, 13:20

Malaise dans l’identité

A en croire certains, l’affaire serait entendue.

Le « débat » sur « l’identité nationale française » ne mériterait qu’une répétition ad nauseaum de ce qui est immédiatement apparu évident à tout le monde : l’initiative est dans la continuité des manœuvres électoralistes, sécuritaires et xénophobes du président de la république dont il a fait son fond de commerce depuis ses débuts ; le moment est décidément bien choisi, au moment où s’estompe la fascination malsaine qu’il exerce, à quelques mois des élections régionales ; l’intention est claire, dans une Europe divisée, de plus en plus protéiforme, et en pleine crise économique profonde d’où le discours autoritaire et protectionnisme pourrait bien sortir revivifié. Cela est évident : à la fois symptôme et cause d’un effritement de tout ce à quoi l’on tient, l’issue ne peut qu’en être plus nuisible encore.

Et pourtant, une fois tout cela affirmée, le malaise persiste. Pire : il s’épaissit.

D’abord parce que ce « débat national » consiste en un double-bind typique d’une intériorisation des contradictions des mécanismes capitalistes : il s’agit pour le gouvernement de rappeler à l’ordre en proclamant les « Valeurs de la République » alors que tout, dans l’évolution des affaires publiques gérée par l’Etat, n’est que viol et exécration de ses principes les plus fondamentaux. La conduite cocaïnomane de M. Sarkozy n’en est pas seulement l’expression la plus pure et la plus ostentatoire : elle est plus simplement, en elle-même, une insulte permanente à la décence la plus élémentaire. Si ce n’est une nette progression dans l’irresponsabilité généralisée, rien de très nouveau là-dedans : tout le mouvement ouvrier du XIXième siècle s’est bâti sur cette hypocrisie fondamentale, et son écrasement en 1848 ou en 1871 est au fondement de l’ordre actuel. Prendre au pied de la lettre les « bonnes réponses officielles » que la maffia au pouvoir donne à ses propres questions revient donc à proclamer haut et fort l’impérieuse nécessité d’un radical bouleversement social et politique - soit renouer avec un héritage révolutionnaire. Liberté, égalité, fraternité : chiche !

Ensuite le malaise s’épaissit parce que chacun sent très bien que le tiraillement existentielle insoluble se pose aujourd’hui mondialement :
D’un coté l’occident tel qu’il devient, c’est-à-dire une machinerie extraordinaire qui broie les hommes, les cultures, les écosystèmes, tendanciellement incapable de tenir ses promesses d’émancipation et d’abondance depuis que les luttes pluriséculaires qui la contrôlait se sont évaporées.
De l’autre, le « repli identitaire », c’est-à-dire la tentative désespérée et offensive de restaurer, sur place ou en exil, des idéologies « traditionnelles » finalement closes sur elles-mêmes puisque refusant l’interrogation et l’auto-détermination, et racistes, puisque fondée sur l’origine et l’exclusion de l’autre. Deux attitudes antagonistes et complémentaires, deux parois d’un même gouffre, deux jambes d’une seule course à la guerre, avec lesquelles jouent dangereusement tous les dominants de tous les pays, y compris la petite clique oligarchique française. Plus que jamais, pourtant, l’ouverture d’un horizon viable nécessite une réelle élaboration d’un projet de civilisation, donc d’une véritable identité collective.

Enfin le malaise enfle parce qu’il est évident que, excepté en certaines marges, la question de l’identité au sens large ne sera pas posée, alors que s’effondre à un rythme accélérée tout ce qui peut faire l’unité, donc l’existence, d’un peuple. Cette insignifiance croissante des mots, des actes, des valeurs, des règles plonge loin ses racines dans l’échec (nullement définitif) des projets d’émancipation des ouvriers, des femmes, des jeunes, des écologistes, des colonisés à créer et instituer durablement de nouvelles formes sociales viables. En se retirant dans la vie privée, et en cultivant le ressentiment, les populations ont laissée les sociétés aux mains des volontés nihilistes de puissances illimités et du profit sans bornes. C’est ce délabrement généralisé qui laisse apparemment sans recours, et que les gauchismes diffus et plus ou moins dégénérés rationalisent en expliquant que le principe même d’identité serait oppressif. Issu eux-mêmes d’un effroyable bilan qu’ils sont incapables de regarder en face, ils s’enferment dans les apories idéologiques anomiques selon lesquelles il serait impossible de se définir sans exclure. Ils passent ainsi à la trappe tout l’héritage, spécifiquement occidental et notamment français, qui pourrait aider à l’élaboration pratique d’une identité commune. La réinvention de cette dernière est aujourd’hui un véritable enjeu, et en elle-même constitue déjà une libération : là où elle ne se pose pas, il y affrontement généralisé ou ordre indiscuté, qui cohabitent actuellement à travers le morcellement communautaire et l’injonction consumériste.

Ce malaise ne se dissipera pas avec le fin de la rumeur médiatico-politique qui agite temporairement le petit bocal des gens en vue : nous ne l’affronteront qu’en affirmant haut et fort ce que nous sommes, c’est-à-dire ce que nous voulons, et à lutter, partout, pour que chacun puisse faire de même.


http://www.magmaweb.fr/spip/
leo
 
Messages: 252
Enregistré le: 17 Avr 2009, 17:29

Re: "L'identité nationale" ??

Messagede leo » 10 Déc 2009, 11:57

Contre la connerie nationale, il y a aussi la force des mots !

« Mon bateau partira demain pour l'Amérique
Et je ne reviendrai jamais
Avec l'argent gagné dans les prairies lyriques
Guider mon ombre aveugle en ces rues que j'aimais

(…)
Sur le pont du vaisseau il posa sa valise
Et s'assit

Les vents de l'Océan en soufflant leurs menaces
Laissaient dans ses cheveux de longs baisers mouillés
Des émigrants tendaient vers le port leurs mains lasses
Et d'autres en pleurant s'étaient agenouillés »




L'Emigrant de Landor Road


Le chapeau à la main il entra du pied droit
Chez un tailleur très chic et fournisseur du roi
Ce commerçant venait de couper quelques têtes
De mannequins vêtus comme il faut qu'on se vête

La foule en tous les sens remuait en mêlant
Des ombres sans amour qui se traînaient par terre
Et des mains vers le ciel plein de lacs de lumière
S'envolaient quelquefois comme des oiseaux blancs

Mon bateau partira demain pour l'Amérique
Et je ne reviendrai jamais
Avec l'argent gagné dans les prairies lyriques
Guider mon ombre aveugle en ces rues que j'aimais

Car revenir c'est bon pour un soldat des Indes
Les boursiers ont vendu tous mes crachats d'or fin
Mais habillé de neuf je veux dormir enfin
Sous des arbres pleins d'oiseaux muets et de singes

Les mannequins pour lui s'étant déshabillés
Battirent leurs habits puis les lui essayèrent
Le vêtement d'un lord mort sans avoir payé
Au rabais l'habilla comme un millionnaire

Au-dehors les années
Regardaient la vitrine
Les mannequins victimes
Et passaient enchaînées

Intercalées dans l'an c'étaient les journées veuves
Les vendredis sanglants et lents d'enterrements
De blancs et de tout noirs vaincus des cieux qui pleuvent
Quand la femme du diable a battu son amant

Puis dans un port d'automne aux feuilles indécises
Quand les mains de la foule y feuillolaient aussi
Sur le pont du vaisseau il posa sa valise
Et s'assit

Les vents de l'Océan en soufflant leurs menaces
Laissaient dans ses cheveux de longs baisers mouillés
Des émigrants tendaient vers le port leurs mains lasses
Et d'autres en pleurant s'étaient agenouillés

Il regarda longtemps les rives qui moururent
Seuls des bateaux d'enfant tremblaient à l'horizon
Un tout petit bouquet flottant à l'aventure
Couvrit l'Océan d'une immense floraison

Il aurait voulu ce bouquet comme la gloire
Jouer dans d'autres mers parmi tous les dauphins
Et l'on tissait dans sa mémoire
Une tapisserie sans fin
Qui figurait son histoire

Mais pour noyer changées en poux
Ces tisseuses têtues qui sans cesse interrogent
Il se maria comme un doge
Aux cris d'une sirène moderne sans époux

Gonfle-toi vers la nuit Ô Mer Les yeux des squales
Jusqu'à l'aube ont guetté de loin avidement
Des cadavres de jours rongés par les étoiles
Parmi le bruit des flots et les derniers serments.

L’Emigrant de Landor Road, Guillaume Apollinaire.
leo
 
Messages: 252
Enregistré le: 17 Avr 2009, 17:29

Re: "L'identité nationale" ??

Messagede Pïérô » 20 Déc 2009, 01:03

à suivre...,et même si le PS se refait une virginité à bon compte, au moins çà fait le spectacle :

Besson assimilé à Laval porte plainte contre Cambadélis et Mordillat


Les deux hommes ont tenu, à quelques jours d’intervalle, des propos assimilant l’action du ministre de l’Immigration et de l’Identité nationale au régime de Vichy.

Eric Besson a décidé de porter plainte contre Jean-Christophe Cambadélis, membre de la direction du PS, et Gérard Mordillat, romancier et cinéaste.

La plainte vise des propos publics des deux hommes «assimilant l’action» du ministre «et celle des agents de son ministère aux heures sombres du régime de Vichy et à l’entreprise criminelle d’extermination des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale».

Interviewé par téléphone lors de l’Edition Spéciale, fin novembre sur Canal+, Mordillat avait évoqué un «ministère du racisme et de la xénophobie», ajoutant : «M. Besson pourrait mettre à son Panthéon l’ignoble phrase de Brasillach qui disait : "Il faut se séparer des Juifs en bloc et ne pas oublier les petits"».

Le 1er décembre, Jean-Christophe Cambadélis répondait quant à lui à une interview de Libération. Il y comparait Besson à l’un des dirigeants du régime de Vichy : «Pour moi, c’est Pierre Laval. A gauche, il n’a jamais été reconnu. Mais comme il s’estime plus intelligent que les autres, il finit par démontrer qu’il peut l’être à gauche comme à droite».

Le communiqué du ministère de l’immigration précise que le ministre «entend, à l’avenir, poursuivre systématiquement en justice tout propos similaire».

Cambadélis a réagi à cette annonce sur TF1 News, affirmant se réjouir «de pouvoir faire la démonstration publique que le ressort de l’évolution de Besson est le même que celui qui anima Laval».

http://www.liberation.fr/politiques/010 ... -mordillat

Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: "L'identité nationale" ??

Messagede Pïérô » 15 Jan 2010, 00:31

.
appel, suite :

Nous exigeons la suppression du ministère de l'Identité nationale et de l'Immigration


Promesse électorale de Nicolas Sarkozy, la création d’un ministère chargé de l'Immigration et de "l'Identité nationale" a introduit dans notre pays un risque d'enfermement identitaire et d'exclusion dont on mesure, chaque jour depuis deux ans et demi, la profonde gravité. Très officiellement, des mots ont été introduits sur la scène publique, qui désignent et stigmatisent l'étranger – et par ricochet, quiconque a l'air étranger. Réfugiés et migrants, notamment originaires de Méditerranée et d'Afrique, et leurs descendants, sont séparés d'un «nous» national pas seulement imaginaire puisque ses frontières se redessinent sur les plans matériel, administratif et idéologique.

Qu'a fait naître ce ministère ? De nouveaux objectifs d'expulsion d'étrangers (27 000 par an), des rafles de sans-papiers, l'enfermement d'enfants dans des centres de rétention, le délit de solidarité, l'expulsion des exilés vers certains pays en guerre au mépris du droit d'asile, la multiplication des contrôles d'identité au faciès, enfin la naturalisation à la carte, préfecture par préfecture, qui rompt avec le principe d'égalité...

Dans cette fissure de la République se sont engouffrés nos dirigeants. Par des propos inadmissibles dans une démocratie, banalisés et désormais quotidiens, ils légitiment tous les comportements et les paroles de rejet, de violence, et de repli sur soi. Nous ne sommes pas ici face à des "dérapages" individuels. En réalité, ces propos sont la conséquence logique d'une politique que le gouvernement souhaite encore amplifier sous le couvert d'un "débat" sur l'identité nationale. Nous sommes ainsi appelés à devenir coauteurs et coresponsables du contrôle identitaire sur la France.

La circulaire ministérielle adressée aux préfectures pour encadrer le débat lance une interrogation : "Pourquoi la question de l'identité nationale génère-t-elle un malaise chez certains intellectuels, sociologues ou historiens ?" La réponse est simple. Nous ne pouvons pas accepter que le regard inquisiteur d'un pouvoir identitaire puisse planer, en s'autorisant de nous, sur la vie et les gestes de chacun.

C'est pourquoi il est temps aujourd'hui de réaffirmer publiquement, contre ce rapt nationaliste de l'idée de nation, les idéaux universalistes qui sont au fondement de notre République.

Nous appelons donc les habitants, les associations, les partis et les candidats aux futures élections à exiger avec nous la suppression de ce "Ministère de l'Identité nationale et de l'Immigration", car il met en danger la démocratie.

Les premiers signataires :
Michel Agier (anthropologue, EHESS et IRD), Etienne Balibar (philosophe, université Paris-X et university of California), Marie-Claude Blanc-Chaléard (historienne, université Paris-X), Luc Boltanski (sociologue, EHESS), Marcel Detienne (historien, EPHE et université Johns Hopkins), Eric Fassin (sociologue, ENS), Michel Feher (philosophe, Paris), Françoise Héritier (anthropologue, Collège de France), Daniel Kunth (astrophysicien, CNRS), Laurent Mucchielli (sociologue, CNRS), Pap Ndiaye (historien, EHESS), Gérard Noiriel (historien, EHESS), Mathieu Potte-Bonneville (philosophe, Collège international de philosophie), Richard Rechtman (psychiatre, Institut Marcel Rivière, CHS la Verrière), Serge Slama (juriste, université d’Evry), Emmanuel Terray (anthropologue, EHESS), Tzvetan Todorov (historien, CNRS), Paul Virilio (urbaniste, Ecole spéciale d’architecture de Paris), Sophie Wahnich (historienne, CNRS) et Patrick Weil (historien, CNRS)

Les premières organisations signataires :
- partis politiques : MoDem, NPA, PC, PG, PRG, PS, Verts
- associations : Amoureux au ban public, ARDHIS, ATTAC, Avocats pour la défense des droits des étrangers, Association Cette France-là, CIMADE, COMEDE, CRAN, GISTI, La Bande Passante, LDH, MRAP, RESF, SOS Racisme, Sud Education, Union syndicale Solidaires


un site : http://www.pourlasuppressionduministere ... onale.org/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: "L'identité nationale" ??

Messagede Pïérô » 21 Jan 2010, 18:49

communiqué de l'Association française des anthropologues : http://www.afa.msh-paris.fr/

A propos de l’initiative ministérielle d’instauration d’un « débat sur l’identité nationale » en France


Le 2 novembre 2009, le ministère « de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire » décidait de lancer « un grand débat sur l’identité nationale » en France. L’ensemble des associations d’anthropologues, d’ethnologues et de sociologues françaises, étrangères ou internationales énumérées ci-dessous rappellent et appuient le communiqué suivant, émis dès la création de ce ministère le 31 mai 2007 à l’initiative de l’Association Française des Anthropologues.

Paris, le 16 novembre 2009

Nous estimons très alarmante la création en France d’un ministère « de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire ».

Certes, l’instrumentalisation par le gouvernement et de nombreux acteurs politiques des thèmes de l’immigration et de l’intégration n’est pas une nouveauté en France ; elle se traduit depuis une vingtaine d’années par une cascade de lois et circulaires. Une surenchère ininterrompue s’est mise en place, qui renforce la pression sur les étrangers, démantèle le droit d’asile, réduit les possibilités de renouvellement des cartes de séjour, produit des sans-papiers, amplifie les contrôles d’identité au faciès et aboutit à fragiliser des pans entiers de la société sous prétexte de lutter contre l’immigration illégale.

Néanmoins, un tournant particulièrement inquiétant a été franchi avec l’instauration d’un ministère associant les termes d’immigration, d’intégration et d’« identité nationale », suggérant que la nation serait menacée ou polluée par l’immigration. Nous, ethnologues et anthropologues, dont la discipline à vocation comparative fonde son corpus de connaissances sur les questions de l’altérité et de l’identité, tenons à affirmer que la notion d’identité nationale ne saurait avoir de validité scientifique. Elle est une construction sociale imaginaire qui, sous couvert d’unité, tend à renforcer les divisions, les discriminations et les inégalités.

A travers le monde et les époques, les exemples que nous observons montrent que lorsque l’État s’empare du thème de l’identité nationale, c’est partout une incitation directe au mieux à la xénophobie, au pire à des violences entre groupes d’origines différentes. De même que la loi ne dit ni ne fait l’histoire, un État qui se veut démocratique ne saurait édicter l’identité d’une nation, que ce soit en termes ethnique ou culturel, moral ou encore idéologique.

Se sont associées à ce communiqué les associations suivantes : /this statement was signed by: /este comunicado ha sido firmado por : /это коммюнике было подписано:
L’Association française des anthropologues (AFA)
L’Association française d’ethnologie et d’anthropologie (AFEA)
Le réseau thématique 2 « sociologie des migrations et production de l’altérité » de l’Association française de sociologie (AFS)
L’Association pour la recherche en anthropologie sociale (APRAS)
L’Association Rhône-Alpes d’anthropologie (ARA)
L’Association d’anthropologie méditerranéenne (ADAM)
Anthropologie médicale appliquée au développement et à la santé (AMADES)
EthnoArt

World Council of Associations of Anthropology (WCAA)
Colegio de Antropólogos de Chile (Association chilienne des anthropologues)
Association Nationale des Anthropologues et Sociologues de Côte d’Ivoire (ANAS-CI)
Anthropological Association of Ireland (AAI)
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: "L'identité nationale" ??

Messagede Nico37 » 23 Jan 2010, 00:38

Besson à Lyon : “en finir avec le débat de la honte”
Par Laurent Burlet
Posté le 20/01/2010 à 18:10 | lu 722 fois | 19 réactions |
Organisations et partis politiques de gauche appellent à un rassemblement contre la tenue d’un débat sur l’identité nationale organisé ce vendredi à la préfecture du Rhône, en présence d’Eric Besson .

Les consignes sont précises. Ce 22 janvier devant la préfecture, les “citoyens” sont appelés à se rassembler à 17h, vétus de noir, sans drapeaux ni autocollants partisans.

Le noir pour signifier qu'il s'agit d'un “débat de la honte” comme le qualifient les organisations politiques de gauche à l’initiative de l’action. A l’origine de cet appel, on trouve essentiellement des organisations de jeunesses (communistes, Verts, socialistes) auxquelles se sont notamment associés SOS Racisme, la Ligue des Droits de l’Homme, les Amoureux au Ban Public et Homosexualités et Socialisme*.

Tous les signataires de l’appel demandent “la suppression des débats sur l’identité nationale” : “le gouvernement prend comme prétexte une réflexion sur les valeurs de la République pour diviser les Français et pour dissimuler les problèmes actuels. Après le matraquage autour du tout-sécuritaire, le gouvernement s’applique à stigmatiser les populations issues de l’immigration”.
Pour Delphine Sall de SOS Racisme ces débats “libèrent” les paroles racistes : “On a même pu constater que des élus UMP tiennent des propos stigmatisant les populations d’origine immigrée”.
La militante anti-raciste fait allusion aux mots prononcés par le maire (UMP) de Goussainville tenus en marge d’un débat qui s’est tenu en décembre à Verdun (Meuse) : “Il est temps qu’on réagisse parce qu’on va se faire bouffer. Y’en a dix millions qu’on paye à rien foutre” (voir la vidéo).

Participants triés sur le volet

Sur la forme, ces organisations de gauche soulignent que ce débat se déroulera sur invitation alors qu’il devait être public. En tout cas à l’époque où il était censé être organisé, le 14 janvier, par François-Noël Buffet, sénateur-maire (UMP) d’Oullins. Mais depuis le ministre de l’immigration s’est invité à Lyon et l’organisation du débat a été recadrée par les services déconcentrés de l’Etat.
“J’ai argué de mon statut de chercheur auprès de la préfecture pour participer, témoigne Loïc Robert des Jeunes Verts. Le directeur de cabinet du recteur a demandé à me rencontrer. Je suis allé au rendez-vous. Depuis, j’attends toujours une invitation”.

Contactée par Lyon Capitale, la préfecture explique que des invitations ont été envoyées à tous les “pans de la société françaises, notamment au monde associatif, aux représentants des cultes, aux milieux économiques, aux personnes issues de l’immigration, aux enseignants”. Mais pas aux organisations signataires de l’appel. Elles s’inviteront donc dans la rue.

*Liste des premiers signataires de l'appel : Amoureux Au Ban Public, FIDL, HES, MJCF, Jeunes NPA, JRG, Jeunes Verts, LDH, MJS, MRAP, RESF, SOS Racisme, UNEF

La colère des associations en vidéo


Communiquée de presse Attaque fasciste du rassemblement contre l'identité nationale.

Vendredi 22 janvier a eu lieu à Lyon le -faux- débat sur l'identité nationale en présence du ministre de l'immigration et du préfet du
Rhône. Contre ce débat, pour lequel un dispositif policier digne d'un état de siège avait été mis en place, a eu lieu un rassemblement à
l'appel de nombreuses organisations. Ce dernier a été, sur les coups de 18h, attaqué par une trentaine de militants d'extrême-droite, pour
certains armés de chaines, sous l'œil impassible des forces de l'ordre.
Conscients qu'il s'agit d'un faux débat, dans lequel le grand retour d'un mythe national passéiste digne du XIXe siècle sert de paravent pour
dévier l'attention des vrais problèmes (chômage, licenciement, appauvrissement...) lié au capitalisme et pour justifier une politique
xénophobe, nous avions rejoint ce rassemblement pour protester contre l'hypocrisie d'un gouvernement qui chasse les sans-papiers en serrant la main aux patrons qui les exploitent.
Nous accusons la police d'avoir sciemment laissé les militants d'extrême-droite attaquer le rassemblement. Malgré l'importante présence
policière les fachos ont eu tout loisir de menacer, insulter puis attaquer le rassemblement qui n'a dû son salut qu'à la réactivité
antifasciste des manifestants. Un manifestant, blessé, a dû être emporté à l'hôpital par les pompiers, plusieurs autres blessés légers sont à
déplorer et pourtant les militants d'extrême-droite ont pu quitter les lieux en toute impunité.
La politique nauséabonde portée par l'actuel gouvernement dans son ensemble ne peut qu'attiser la gangrène fasciste.

Relations Extérieurs CGA – Lyon le 22/01


Des militants d'extrême droite chargent la manif' contre le débat sur l'identité nationale

Posté le 22/01/2010 à 18:39 | lu 1213 fois | 46 réactions |

3 blessés. C'est le bilan de la charge d'une trentaine de militants d'extrême-droite contre le rassemblement organisé, en fin d'après-midi, contre le débat sur l'identité nationale. Selon le journaliste de Lyon Capitale présent sur les lieux, à 17h45, à l'angle de la rue Dunoir et de l'avenue de Saxe (3e arrondissement), environ trente personnes, pour certaines armées de chaînes de vélo, ont attaqué la manifestation qui comptait environ 300 personnes. Les militants d'extrême-droite, clairement identifiés, ont été chassés par des antifascistes. Bilan : trois personnes récupérées par les pompiers (une jambe cassée, une arcade sourcilière éclatée, un hématone cranien). Les CRS sont arrivés après la bataille.


Un groupe d’extrême droite attaque la manif anti-Besson
Par Laurent Burlet
Posté le 22/01/2010 à 21:06 | lu 520 fois | 8 réactions |
Un groupe d’une trentaine de personnes a agressé des manifestants rassemblés contre le débat sur l’identité nationale, organisé ce vendredi 22 janvier à Lyon.

Il est 17h45, à l’angle de la rue Dunoir et de l’avenue de Saxe (Lyon 3e). Rassemblés à l’appel de plusieurs organisations politiques* (lire article) depuis plus d’une heure contre la tenue d’un débat sur l’identité nationale, Environ 400 manifestants crient et lancent des slogans hostiles à Eric Besson,à son ministère de l’immigration et à son débat. C’est à ce moment-là qu’un groupe d’une trentaine d’individus foncent sur la queue du rassemblement. Les slogans fusent “la France aux Français”, des bras se tendent façon salut nazi. Rapidement, ils sautent sur les personnes à leur portée. Certains utilisent des bombes lacrymogènes, d’autres sont armés de chaînes de vélos.

Les militants anti-fascistes, présents sur les lieux, répondent. Bagarre. Après plusieurs assauts, ils parviennent à chasser le groupe d’extrême droite de l’autre côté de l’avenue. Ceux-ci prennent la fuite dans les rues du quartier. Bilan de l’affrontement côté manifestants : un arcade sourcilière ouverte, un haut de crâne sanguinolent et, manifestement, une jambe cassée. Les pompiers, prudents sur le diagnostic, ont emporté la personne à l’hôpital, la jambe immobilisée.

La police protège Besson mais pas les manifestants

La poignée de membres de la police nationale n’ont pu qu’asperger de bombe lacrymogène les assaillants, arrosant au passage davantage les manifestants que les contre-manifestants d’extrême droite. Les CRS, quant à eux, sont arrivés après l’affrontement. Et à l'heure où nous postons cet article, aucune personne n'a été arrêtée. Pourtant, le quartier a été placé sous haute sécurité. Bouclé. Depuis 16 heures, les rues proches de la préfecture sont interdites au stationnement et à la circulation automobile. La ligne T1 du tramway ne fonctionnait plus. Environ quatorze camionnettes de CRS et dix cars de gendarmes mobiles stationnaient sur les voies au niveau de l’arrêt Saxe-Préfecture. Sans compter les autres véhicules positionnées dans les rues adjacentes.

“Les individus d’extrême-droite ont passé un par un les barrages de police”, justifie un policier en civil. Difficile à croire pour les premiers manifestants qui ont vu débouler sur l’avenue de Saxe les assaillants en groupe. En tout état de cause, le dispositif de sécurité n’était pas pensé pour protéger les manifestants d’une agression d’extrême droite.

Les Identitaires et “Indépendants du stade" accusés

Pour les militants antifascistes, aucun doute, ils ont repéré des militants des Jeunes identitaires lyonnais, baptisés Rebeyne. Un groupe d’extrême droite, affilié au Bloc identitaire, qui revendiquent une cinquantaine de membres à Lyon. Selon ces mêmes militants antifascistes, parmi les gros bras, il y avait des "supporters de l’Olympique Lyonnais Indépendants”. Peu avant l’agression, le président de SOS Racisme Rhône, Bruno Sauvé, avait pris la parole au mégaphone pour expliquer ce rassemblement contre le débat sur l’identité nationale : “ce débat a libéré les paroles racistes”. Le débat de Lyon sur l’identité nationale a démontré qu’il n’avait pas libéré que la parole.

*Liste des premiers signataires de l'appel : Amoureux Au Ban Public, FIDL, HES, MJCF, Jeunes NPA, JRG, Jeunes Verts, LDH, MJS, MRAP, RESF, SOS Racisme, UNEF


A Lyon, les fachos protègent Eric Besson et son débat sur l’identité nationale
Publié vendredi 22 janvier 2010

Vendredi 22 janvier, le rassemblement contre le débat sur l’identité nationale a été attaqué par une trentaine de fachos. Alors que l’impressionnant dispositif policier laissait faire, les antifascistes ont mis les fachos en déroute.

La préfecture avait bloqué et interdit aux piétons les abords immédiat de la préfecture pour permettre la tenue du pseudo-débat sur l’identité nationale. Sur invitation (faut être membre de l’UMP ?) et derrière un impressionnant dispositif policier [1], Besson, Gérault [2] et leur clique ont donc brassé leur discours nationaliste aux relents passéistes pour légitimer leur politique xénophobe de chasse au sans-papiers.

Pendant ce temps, suite à l’appel de plusieurs organisations politiques (voir l’appel) environ 500 personnes s’étaient rassemblées pour protester contre l’hypocrisie de ce débat et la xénophobie des mesures gouvernementales.

Un petit groupe de fachos avait été vu dès le début du rassemblement, derrière les CRS à proximité du Cours Lafayette. Peu avant 18h ils se sont dirigés vers le rassemblement en remontant l’avenue de Saxe du côté opposé à la manifestation en brandissant un drapeau bleu blanc rouge. Quelques-uns étaient restés de l’autre côté de l’avenue et ont tenté d’attaquer des manifestants qui se sont défendus.

Ils ont ensuite traversé la rue pour attaquer le rassemblement, brandissant chaînes ou ceinturons à la main. Quelques antifascistes ont retenu la première attaque pendant qu’un policier lâchait sur les manifestants (et non pas sur les fachos) un jet de gaz lacrymogène.
Après quelques minutes d’insultes ils ont retraversé l’avenue pour attaquer à nouveau les manifestants qui, plus nombreux pour faire face, ont réagi en repoussant les fachos jusque dans une rue de l’autre côté de l’avenue où ces derniers, après quelques derniers coups, ont pris la fuite sans plus de cérémonie, abandonnant leur drapeau sur place.

Pendant ce temps des CRS se sont massés le long de l’avenue mais avaient laissé les fachos attaquer le rassemblement sans réagir, puis les ont laissé partir sans être inquiétés, avant de former un cordon autour des antifascistes.

Un manifestant a eu la jambe cassée dans l’attaque et a dû être emporté par les pompiers. Deux autres ont à déplorer des blessures légères.

Les manifestants ont plus tard quitté la préfecture en cortège en scandant "français, immigrés, même patrons, même combat", et le nouveau slogan de la soirée “JI au lit la leçon est finie !", avant d’aller se disperser place Gabriel Péri à la Guillotière.

Ce soir a été un double échec pour les fachos, ceux du gouvernement d’abord, qui ont, par l’organisation de ce débat et la connivence avec les militants d’extrême-droite, montré une fois de plus l’hypocrisie de leur politique ; ceux venus attaquer le rassemblement d’autre part qui n’ont pas fait le poids face à la réactivité antifasciste des manifestants.

Pas de fachos dans les quartiers,
Pas de quartiers pour les fachos !


http://rebellyon.info/Echec-d-une-attaq ... _portfolio
Nico37
 
Messages: 8478
Enregistré le: 15 Sep 2008, 09:49

Re: "L'identité nationale" ??

Messagede Pïérô » 23 Jan 2010, 14:35

Marrant, mais c'est aussi et surtout révélateur de l'ambiance qui entoure ce "débat" :

Identité nationale : la nausée. Eric Besson et l’UMP interpellés au Cercle Foch (vidéo), http://www.pantheresroses.org/Identite- ... ausee.html:

Lors du dernier débat parisien sur l"identité nationale" au Cercle Foch (Paris 16) le lundi 18 janvier 2010, des Panthères roses ont exprimé à Eric Besson et à l’UMP ce que ce "débat" leur inspire : la nausée.

Réunie dans le 16e arrondissement de Paris, une assemblée constituée principalement de militants d’extrême droite triés sur le volet était venue « débattre » avec le ministre Besson. Des interventions toutes plus racistes les unes que les autres se sont succédées, des demandes de suppression du droit du sol en France, à l’obligation de renier sa nationalité pour qui deviendrait français...

Cette surenchère avec les thématiques chères au FN ayant dépassé, depuis des mois, les limites du surmontable, les Panthères Roses, prises de nausées, ont vomi de dégoût face au racisme décomplexé que propage ce « grand débat ».

Les militant-e-s féministes et antiracistes ont ensuite quitté les lieux sous les insultes et la violence de la salle, aux cris de "nos identités ne sont pas nationales" et "de l’air, de l’air, à bas les frontières". Le député Bernard Debré, qui organisait la rencontre, a qualifié cette intervention de "fascisme de gauche" !

Les Panthères roses demandent la suppression du Ministère de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire. Nous exigeons, à la place :
une réelle égalité des droits, quel que soit lieu de naissance, la religion, la couleur de peau, le sexe, l’orientation sexuelle, l’identité de genre ou l’état de santé ;
des mesures éducatives d’ampleur contre le racisme, l’antisémitisme, le sexisme, l’homophobie, la transphobie, la lesbophobie, qui vont au-delà de bonnes intentions et d’incantation à la tolérance ;
une politique de redistribution des richesses.


Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 22026
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Suivante

Retourner vers Débats de société

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités