Regards sur la folie, les fous, la psychiatrie

Regards sur la folie, les fous, la psychiatrie

Messagede berneri » 09 Aoû 2010, 15:07

Psychiatrie : des experts trop liés à l’industrie ?

En 2006, Jean-Michel Bader écrivait l’article suivant :

La majorité des auteurs du principal manuel de diagnostic des maladies mentales sont liés financièrement à l’industrie pharmaceutique.



LE SOUPÇON circulait depuis vingt ans dans le milieu psychiatrique. Mais la preuve vient d’en être administrée par une chercheuse américaine : la moitié des experts psychiatres qui ont participé à la rédaction du plus célèbre manuel de classification diagnostique des maladies mentales (le DSM4 *) sont payés par l’industrie pharmaceutique, qui fabrique justement les médicaments utiles dans ces maladies. Lisa Cosgrove, chercheuse à l’université du Massachusetts de Boston, a publié le 21 avril, dans la revue Psycho-therapy and Psychosomatics, le résultat d’une enquête très fouillée sur les liens des experts avec l’industrie : sur les 170 membres des groupes de travail ayant participé à l’élaboration de ce manuel, 95 (soit 56%) ont une ou plusieurs attaches financières avec des firmes. Une enquête révélée jeudi dernier par le New York Times.



Dans certains groupes, comme le panel sur les «troubles de l’humeur», ou le groupe «schizophrénie et autres maladies psychotiques», 100% des experts ont des liens financiers les attachant aux firmes. Depuis vingt ans, le DSM4 est l’objet de critiques renouvelées régulièrement d’une minorité active de psychiatres «classiques». Ceux-ci accusent l’American Psychiatric Association d’avoir fait disparaître la psychiatrie clinique «au profit de classifications, manifestement non plus basées sur le discours des patients sur leur souffrance, mais plutôt sur l’efficacité des médicaments», estime le Dr Jean-Louis Chassaing, psychiatre à Clermont-Ferrand. «Peu à peu, on a éliminé de ce classement toutes les entités difficiles, comme les formes déficitaires de schizophrénie, qui justement ne répondent pas aux médicaments», ajoute le Pr Edouard Zarifian (CHU de Caen).



Assez récemment, un jeune retraité d’un laboratoire pharmaceutique a expliqué à l’un de nos interlocuteurs que le concept «d’attaques de panique», qui est classé dans le DSM4, avait été spécifiquement élaboré par Donald Klein pour le laboratoire Upjohn qui allait mettre sur le marché le médicament Xanax. Les critiques et les exemples pleuvent : les psychoses maniaco-dépressives sont devenues dans le DSM4 des troubles bipolaires, censés être bien plus fréquents : chaque patient peut ainsi s’approprier ce diagnostic, pour réclamer un traitement à son médecin !



Une bible influente



Or le DSM4 est devenu une bible qui sert notamment lors des conférences de consensus sur les pathologies mentales : il influence donc profondément le mode de pensée, les décisions thérapeutiques et les stratégies de santé publique de la plupart des pays.



Lisa Cosgrove a identifié les membres des panels puis recherché, dans les publications médicales, quels étaient les auteurs qui avaient fait des déclarations de conflits d’intérêt (les revues savantes réclament de plus en plus cette précaution minimale). Elle a également recherché dans des bases de données d’éventuelles participations à des travaux financés par l’industrie.



La chercheuse et ses collègues ont établi que les liens financiers des membres des groupes du DSM4 appartiennent à des catégories très différentes : des simples honoraires aux salaires de consultants, en passant par des paiements en actions industrielles ; les psychiatres peuvent être au conseil d’administration d’une petite compagnie start-up liée à un géant de la pharmacie, ou directement membres payés d’un conseil scientifique d’une firme ; ou recevoir des crédits ou des contrats de recherche.



Le Dr Michael First (Université de Columbia, New York), qui a coordonné le travail de tous les groupes, se récrie : «A aucun moment, à aucun niveau des discussions, l’influence des firmes n’a pu se manifester.» Il en veut pour preuve que les groupes doivent voter à l’unanimité pour passer au niveau supérieur d’intégration au manuel DSM4. Il faudrait donc, selon lui, aller contre le consensus du groupe pour qu’une «taupe» au service d’un industriel fasse valoir le point de vue de son maître. Mais l’argument tombe si les 170 experts ont intégré une vision de la psychiatrie biologique proche des intérêts industriels. Comme en semblent persuadés le psychiatre britannique David Healy (Université de Galles) ou le Pr Irwin Savodnik (Université de Californie) : ces deux «résistants» sont persuadés que le vocabulaire psychiatrique lui-même est défini par les laboratoires.



* DSM4 : quatrième édition du Diagnostic and statistical manual of mental disorders.


http://www.agis.fr/?p=250
berneri
 
Messages: 379
Enregistré le: 20 Sep 2009, 19:58

Re: psychiatrie

Messagede RickRoll » 09 Aoû 2010, 16:36

C'est assez effrayant, heureusement il reste la CIM-10, qui est moins sujette à polémiques.

Malheureusement, il reste peu d'outils diagnostics fiables et à jour en psychiatrie.
RickRoll
 

Re: psychiatrie

Messagede AncestraL » 09 Aoû 2010, 20:41

N'est-ce point étrange ? Je n'aurais pas cru cela possible.
AncestraL
 
Messages: 19
Enregistré le: 07 Aoû 2010, 16:57

Re: psychiatrie

Messagede berneri » 10 Aoû 2010, 13:43

pur répondre à Rick Roll:
Oui enfin la CIM-10 est faite par l'OMS dont on a pu observer toute l "'indépendance" (éviemment c'es ironique) vis à vis des labos pendant l'épidémie dite de la grippe A...
berneri
 
Messages: 379
Enregistré le: 20 Sep 2009, 19:58

Re: psychiatrie

Messagede RickRoll » 10 Aoû 2010, 14:06

Oui il y a cet aspect là.
Mais pour le soin, il faut s'entendre sur ce qu'on soigne. Il faut bien circonscrire les maladies pour arriver à un traitement. Si les définitions sont vagues, on en arrive à traiter des gens pour des maladies qu'ils n'ont pas ou inversement ne pas traiter des gens pour des affections dont ils souffrent.
Il y a donc besoin de manuels de ce type, qui sont aux maladies ce que le dictionnaire est au langage.

Bien sûr que comme toi, je suis critique envers ces ouvrages, car il y a forcément une idéologie derrière. Que ce soit derrière wikipédia ou l'anarchopédia, ou d'autres ouvrages de définitions. Mais je pense aussi qu'en l'état actuel des choses il faut bien utiliser ce qu'on a sous la main, aussi imparfait soit l'outil. Et puis, qui empêche qu'un jour, un tel manuel soit édité de manière collaborative, comme wikipédia ? Avec ses avantages et ses défauts, bien sûr...
RickRoll
 

Re: psychiatrie

Messagede Spark » 10 Aoû 2010, 18:33

Mais pour le soin, il faut s'entendre sur ce qu'on soigne. Il faut bien circonscrire les maladies pour arriver à un traitement. Si les définitions sont vagues, on en arrive à traiter des gens pour des maladies qu'ils n'ont pas ou inversement ne pas traiter des gens pour des affections dont ils souffrent.
Il y a donc besoin de manuels de ce type, qui sont aux maladies ce que le dictionnaire est au langage.


Je suis d'accord avec toi, le problème c'est que les troubles psychiatriques sont parfois plus difficiles à identifier et à classifier que les maladies somatiques, une brèche où les labos peuvent s'engouffrer pour vendre des médicaments pour des troubles qui pourraient être traités différemment...
"Les braves gens n'aiment pas que l'on suive une autre route qu'eux."
(Georges Brassens)
Avatar de l’utilisateur-trice
Spark
 
Messages: 25
Enregistré le: 19 Mai 2010, 14:18

Re: psychiatrie

Messagede Tuxanar » 11 Aoû 2010, 23:22

Il faut aussi voir que les médocs sont aussi des traitements pour pallier le manque de moyens des HP. Avoir des patients sous calmant permet de réduire la surveillance, d'avoir des personnels moins formés (surement). Et puis ça coûte moins cher en infrastructure.
Avatar de l’utilisateur-trice
Tuxanar
 
Messages: 485
Enregistré le: 25 Mai 2009, 21:58

Regards sur la folie, les fous...

Messagede Pïérô » 11 Jan 2017, 22:59

Franck Seuret – Documentaire « La faim des fous »

45 000 personnes, handicapées mentales, sont mortes dans les asiles français pendant la seconde guerre mondiale. Des personnes littéralement mortes de faim notamment à cause de la politique de rationnement alimentaire mise en place pendant l’Occupation. Cette réalité, méconnue et oubliée, Franck Seuret, journaliste spécialisé dans les questions sociales veut mettre des mots et des images dessus.

Il va bientôt tourner son documentaire, « La faim des fous », grâce à une campagne de financement en ligne.
Pour la Grenouille, il revient sur son projet, ses difficultés et ces évènements qui racontent une époque et un certain regard sur la santé mentale.

... http://www.radiogrenouille.com/actualit ... -des-fous/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21217
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Regards sur la folie, les fous...

Messagede Fred1 » 15 Jan 2017, 14:17

Pïérô a écrit:Franck Seuret – Documentaire « La faim des fous »

45 000 personnes, handicapées mentales, sont mortes dans les asiles français pendant la seconde guerre mondiale. Des personnes littéralement mortes de faim notamment à cause de la politique de rationnement alimentaire mise en place pendant l’Occupation. Cette réalité, méconnue et oubliée, Franck Seuret, journaliste spécialisé dans les questions sociales veut mettre des mots et des images dessus.

Il va bientôt tourner son documentaire, « La faim des fous », grâce à une campagne de financement en ligne.
Pour la Grenouille, il revient sur son projet, ses difficultés et ces évènements qui racontent une époque et un certain regard sur la santé mentale.

... http://www.radiogrenouille.com/actualit ... -des-fous/



Il me semble que les Allemand ont protesté contre un projet nazis comparable, et qu'il ont eu gain de cause. Le rationnement alimentaire a bon dos, et minimise les responsabilité collaborationnisme, individuel et collectivement.

Eu je voulait sourcer mon propos mais je suis tombé sur se lien http://www.atlantico.fr/decryptage/quand-allemagne-nazie-exterminait-malades-mentaux-sterilisation-forcees-hitler-troisieme-reichhistoire-folie-claude-quetel-458069.html. Allez jeté un coups d’œil sur les commentaire, ont comprendra pourquoi ça a pu existé (modération a revoir sur le site atlantico). :cafe:

En tout cas le sujet pourrait nous en apprendre d'avantage sur cette période, il reste des pages d'horreur occulté ou les comportement Français n'était pas glorieux...

Rectification j'ai écrit une connerie en faite, "l’Aktion T4 au sens strict dure officiellement de janvier 1940 à août 1941, mais les exécutions se poursuivent jusqu’à la fin du régime nazi."
Nous n’avons pas peur des ruines. Nous sommes capables de bâtir aussi.

Buenaventura Durruti
Fred1
 
Messages: 129
Enregistré le: 14 Déc 2015, 17:04

Re: Regards sur la folie, les fous...

Messagede bipbip » 04 Jan 2018, 21:32

Invisibles

Comment « vivre une vie comme tout le monde » quand on est diagnostiqué schizophrène

Trente ans à construire une vie. Une nuit pour la défaire. En 2007, Marco est diagnostiqué schizophrène à la suite d’un « coup de folie ». Visions, voix, délires paranoïaques, angoisses. C’est la descente aux enfers. Depuis, il lutte pour remonter à la surface et « vivre une vie comme tout le monde ». Armé d’un optimisme inébranlable et de son éternel sourire, il reconquiert peu à peu tout ce qu’il a perdu. Et a un projet : publier un recueil de poèmes. Le média Sans A, partenaire de Bastamag, l’a rencontré.

... https://www.bastamag.net/Comment-vivre- ... agnostique
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27211
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Regards sur la folie, les fous...

Messagede bipbip » 16 Jan 2018, 01:24

Nous, les intranquilles à Cholet

Nous, les intranquilles sera projeté au cinéma Cinémovida de Cholet le 16 janvier à 20h30. La projection sera suivie d'une discussion avec Nicolas Contant et des membres des Cormorans.

réservations: http://www.cine-movida.com/cholet/reserver/

Nous, les intranquilles, long métrage documentaire co-réalisé par Nicolas Contant et le Groupe Cinéma du centre Artaud

Nous, les intranquilles commence au centre d'accueil psychothérapeutique Artaud. Le groupe cinéma du centre raconte la maladie, la thérapie, leur rapport au monde. Après un premier geste documentaire, le film devient participatif et met en scène son élaboration en collectif. Les personnages cherchent à donner une image humaine de la folie. Ils s'amusent des idées reçues pour mieux les subvertir. En s'emparant ensemble du projet artistique, ils montrent qu'un autre monde est possible.

Image

https://www.facebook.com/events/123575021732152/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27211
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Regards sur la folie, les fous...

Messagede bipbip » 03 Fév 2018, 15:25

Comment traiter humainement la psychiatrie dans notre société ?

Quelle hospitalité pour la folie ?

Avec Roger Ferreri, psychiatre, membre des 39 contre la nuit sécuritaire, Jean-Pierre Salvarelli, psychiatre, Bureau national du Syndicat des psychiatres des hôpitaux (SPH) Philippe Burgaud-Grimart, commission nationale psychiatrie CGT et Guillaume le Blanc, philosophe, professeur de philosophie à l’université de Paris-Est Créteil.

... https://humanite.fr/comment-traiter-hum ... ete-649536
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27211
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Regards sur la folie, les fous...

Messagede bipbip » 08 Mar 2018, 15:57

Psychiatrie. Le CHU de Saint-Étienne accusé de « pratiques indignes »

Contentions abusives, placements à l’isolement systématiques, attentes interminables sur de simples brancards… Un rapport de la contrôleuse des lieux de privation de liberté pointe l’accueil « dégradant » des patients relevant de la psychiatrie.

C’était il y a deux ans, quasiment jour pour jour. La contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) fustigeait les conditions indignes d’accueil des patients dans le service de psychiatrie de l’hôpital de Bourg-en-Bresse (Ain). « On a constaté le cas d’une jeune femme qui était depuis un an en chambre d’isolement, les quatre membres attachés, mais qui par contre était autorisée à rentrer chez elle tous les week-ends, où elle vivait normalement, allait chez le coiffeur… » témoignait ainsi Adeline Hazan. La magistrate et ex-élue PS pointait là « les violations les plus graves aux droits fondamentaux » constatées par ses services, après la visite de 40 % des établissements psychiatriques en France. En septembre dernier, le député (FI) François Ruffin racontait lui aussi, au lendemain de 24 heures passées à l’hôpital psychiatrique d’Amiens (Somme), une maltraitance institutionnalisée. Un constat confirmé deux mois plus tard par sa collègue LREM Barbara Pompili, qui exprimait sa « honte » devant la situation imposée aux patients et aux personnels de la structure picarde.

... https://humanite.fr/psychiatrie-le-chu- ... nes-651404
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27211
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Re: Regards sur la folie, les fous, la psychiatrie

Messagede Pïérô » 09 Avr 2018, 11:16

Psychiatrie : quels soins pour quelle inclusion ?

Conférence sur la psychiatrie le mardi 10 avril à la Fac de médecine Paris 5. Séminaire Kairos.

Quand on entend parler de la psychiatrie c’est parce qu’un nouveau rapport de la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté met en cause des pratiques de « soins » punitives et irrespectueuses de la dignité humaine ou par des faits divers. Depuis plusieurs années ces rapports s’égrènent, mais Foucault (entre autres) l’évoquait déjà il y a plusieurs décennies. En parallèle usagers et soignants s’organisent pour faire entendre des alternatives et en finir avec des méthodes archaïques. C’est le cas de nos invités :
• Un(e) membre de l’association HumaPsy France créée en 2011 par des usager.es de psychiatrie qui réclament le droit d’être écouté.e.s et entendu.e.s
• Dr Frank Drogoul, psychiatre et membre du Collectif des 39 - Quelle hospitalité pour la folie ? crée en 2008 après l’annonce de réformes sécuritaires sur l’accueil et les soins en psychiatrie par N. Sarkozy, à l’origine d’une loi promulguée en 2011

Il sera l’occasion d’évoquer l’organisation des soins actuels en psychiatrie, les maltraitances qu’on peut y observer mais aussi la place donnée par les politiques publiques à la folie dans la cité.

MARDI 10 AVRIL 2018 - 18h00
Amphithéâtre Frézal (2e étage)
Faculté de médecine - Université Paris Descartes
15 rue de l’école de médecine, Paris 6e

Initié à l’automne 2017 au sein d’une faculté de médecine parisienne, le séminaire Kairos se veut un espace de rencontre, de réflexion et d’échange autour des problématiques du soin et plus généralement du monde de la santé.
Il est ouvert à tout.e.s, étudiant.e.s et professionnel.le.s des différentes filières de santé, patient.e.s ou toute personne intéressée.
Depuis le début de l’année 2018, il est hébergé par la faculté de médecine de l’université Paris Descartes.

https://paris-luttes.info/psychiatrie-q ... -pour-9926
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 21217
Enregistré le: 12 Juil 2008, 22:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Regards sur la folie, les fous, la psychiatrie

Messagede bipbip » 22 Avr 2018, 10:16

Séminaire pour des critiques de la psychiatrie, rencontre & discussion.

Caen mercredi 25 avril 2018
à 19h30 à la Pétroleuse, 163 cours Caffarelli

De l’inhibition sociale et politique à la prise de parole des psychiatrisé-e-s : retour d’une recherche action

http://www.resistances-caen.org/index.php
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 27211
Enregistré le: 10 Fév 2011, 10:05

Suivante

Retourner vers Débats de société

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 2 invités