GAFAM ( Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft)

GAFAM ( Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft)

Messagede bipbip » 16 Sep 2017, 15:08

La rentrée des GAFAM ( Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft)

Prenons un peu des nouvelles des fameux GAFAM avec l’ami Gee qui nous synthétise les derniers exploits de ces entreprises aux pouvoirs de plus en plus larges et inquiétants… malheureusement, les quelques anecdotes racontées ici sont tirées de faits réels (les sources sont données après la BD).

https://framablog.org/2017/09/08/la-rentree-des-gafam/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 25363
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: GAFAM ( Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft)

Messagede bipbip » 06 Déc 2017, 00:46

Comment Facebook achète la presse française

TF1, Le Figaro, Le Parisien, Le Monde... Depuis 2016, Facebook verse des millions d'euros à plusieurs grands médias français pour produire des contenus vidéo sur son réseau social. Une pratique qui pose la question de la dépendance des rédactions et ouvre la voie à un système à deux vitesses pénalisant les « petits médias ».

... http://www.revolutionpermanente.fr/Comm ... -francaise
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 25363
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: GAFAM ( Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft)

Messagede bipbip » 03 Fév 2018, 14:23

Ce que l’Origine du monde dit de nos libertés

Justice. Le réseau social Facebook etait poursuivi, jeudi, à Paris, pour avoir censuré, en 2011, le compte d’un internaute qui avait publié l’image du célèbre tableau de Gustave Courbet.

Facebook peut-il imposer à la France sa vision de la liberté d’expression ? Et le géant américain du Net a-t-il des comptes à rendre à la justice de l’Hexagone ? Mine de rien, derrière le vernis du célèbre tableau de Gustave Courbet l’Origine du monde, ce sont de lourdes questions que va devoir trancher la quatrième chambre du tribunal de grande instance de Paris, ce jeudi après-midi. Le réseau social fondé par Mark Zuckerberg y est poursuivi pour censure après avoir fermé le compte d’un internaute français, Frédéric Durand-Baïssas. Ce professeur des écoles parisien de 59 ans, père de trois enfants et féru d’art, avait eu le tort de publier sur son compte, en février 2011, une image du chef-d’œuvre de Courbet, qui représente le sexe et le torse d’une femme nue, allongée sur le dos. « En fait, il s’agissait d’un lien vers deux documentaires d’Arte sur l’histoire du tableau, que j’avais trouvés très intéressants. J’utilisais le réseau pour ça, à l’époque : partager mes découvertes sur des expos, des artistes de rue, écrire de petits commentaires… », raconte le passionné, à mille lieues d’imaginer, alors, que cette publication allait lui valoir une quelconque réprimande.

... https://humanite.fr/ce-que-lorigine-du- ... tes-649754
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 25363
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: GAFAM ( Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft)

Messagede bipbip » 06 Fév 2018, 11:39

Contourner, démanteler Google ? Vers un internet libre et autogéré

La pieuvre Google (et autres géants du web)

Google fait parti des dits « géants du web », et à juste titre : l’ogre Alphabet, conglomérat de sociétés précédemment détenues par la société Google créé en 2015, est valorisé à hauteur de 555 milliard de dollars. Un nombre impressionnant de nos activités sur internet dépendent de Google : le moteur de recherche, le mail, Youtube, nos téléphones avec Android, Waze, Chrome, les Google documents, Google Maps, etc. En France, 90% des internautes utilisent le moteur de recherche Google. Le ministre danois des Affaires étrangères envisage même de passer à une diplomatie qui mette Google sur le même plan que les Etats : « Dans le futur, nos relations bilatérales avec Google seront aussi importantes que celles que nous avons avec la Grèce ».1

La plupart de ces services sont gratuits. Le modèle économique est connu : la gratuité permet d’attirer largement le grand public, de l’habituer à une offre qui devient incontournable, et de se financer par la publicité ou l’offre de produits « premium » ou destinés aux entreprises. Mais il faut aussi ajouter un autre aspect qui prend de plus en plus de place, et qu’on pourrait résumer par la formule « si c’est gratuit, c’est que vous êtes le produit ». Il s’agit du « big data », cette rentabilisation de l’énorme quantité de données qui sont collectées sur les utilisateurs·trices. Les données récoltées via Google sont par exemple revendues à Amazon pour mieux cibler les client·e·s. La même logique s’applique à d’autres géants comme Facebook.

La défense principale des entreprises est qu’il s’agirait simplement d’un libre choix contre un service. La méfiance est pourtant légitime. On apprenait par exemple en novembre 2017 que Google collecte les données de géolocalisation des smartphones Android même lorsque le service de géolocalisation est désactivé2 (officiellement, ils ont arrêté depuis…).

Cette surpuissance quasi monopolistique permet notamment à Google d’abuser de sa position dominante. La commission européenne a par exemple infligé l’an dernier une amende record de 2,42 milliards d’euros à Google pour avoir abusé de sa position dominante dans la recherche en ligne afin de favoriser son comparateur de prix « Google Shopping ».

Une entreprise comme Google pose aussi de nombreux problèmes nouveaux en termes de fiscalité : son activité beaucoup moins palpable se prête particulièrement à «l’optimisation fiscale». Ainsi les revenus publicitaires dégagés en France par Google sont simplement déclarés en Irlande, où les impôts sont nettement plus faibles (dumping fiscal). Face à la complexité des preuves nécessaires, et à la puissance des avocats de Google, le fisc français a perdu un procès sur ce sujet en juillet 2017.

Les projets de réformes de la fiscalité pour récupérer le manque à gagner sont régulièrement appelés «taxe Google».3

À l’heure de son vingtième anniversaire, Google se retrouve dans l’œil du cyclone, et fait l’objet de plus en plus de critiques. La petite startup dont le slogan des débuts était «Don’t be evil» est devenue pour beaucoup un symbole de plus du capitalisme.

... http://www.anti-k.org/2018/02/04/contou ... -autogere/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 25363
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05


Retourner vers Débats de société

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 1 invité