Valence, St Jean en Royans, Drôme (26)

Liens et contacts organisations et groupes, lieux, activités, rencontres...

Drôme - 26

Messagede Banshee » 14 Sep 2014, 13:25

Dans un village de la Drôme, la révolution participative est en marche !

Image

A Saillans, dans la Drôme, une liste collégiale a remporté les municipales. Les habitants ont entièrement repensé le fonctionnement de la mairie, en s’appuyant sur les méthodes d’animation de l’éducation populaire. Depuis six mois, ils mettent en place des groupes action projet où se retrouvent élus et habitants, pour débattre des principales questions de la vie du village. Une petite révolution participative !

Cet article a initialement été publié dans le journal L’âge de faire.

Mardi 20 mai. Ce soir, l’ambiance est studieuse chez Joachim Hirschler. Attablés dans son salon, six villageois planchent sur un projet de réduction de l’éclairage public : pour éviter le gaspillage d’électricité et la pollution lumineuse, les lampadaires ne resteront plus allumés toute la nuit. Alain a conçu des graphiques permettant de visualiser les horaires – différents selon les saisons et les quartiers. Anne-Laure prend des notes pour l’affiche qui sera placardée dans le village. Il est décidé qu’après six mois de test, des ajustements seront possibles en fonction des retours des habitants.

« Et si on faisait un achat en gros de lampes de poche à manivelle, que la mairie revendrait à petit prix aux habitants ? »
« On pourrait le proposer, mais il faut voir le budget », commente Joachim, l’« élu référent » du Gap « éclairage public ».
Gap ? C’est le nom des « groupes action projet », l’un des maillons de la nouvelle organisation mise en place par la municipalité de Saillans. Bienvenue dans ce joli village de la Drôme, qui attise la curiosité des médias et des chercheurs : aux dernières municipales, un collectif d’habitants s’est emparé de la mairie. Depuis, il démontre que la « démocratie participative » ne se réduit pas forcément à un vague slogan. Juste deux chiffres, lâchés avec satisfaction par Joachim : sur 1 080 votants, 200 sont inscrits dans au moins une commission participative. Autant dire que la matière grise qui s’active pour faire avancer les affaires municipales dépasse largement celle des quinze conseillers élus [1].

Fonctionnement collégial plutôt qu’organisation pyramidale

« Si j’avais géré seul l’éclairage public, j’aurais choisi des horaires standards », confie Joachim avec son accent allemand. Les citoyens vont beaucoup plus loin. » C’est en vertu de ce principe que le collectif avait préparé, bien avant les élections, sa petite révolution. Désormais, les habitants sont invités à prendre part aux décisions avant que les projets ne soient ficelés. Sur chaque grand domaine fixé par les élus, une commission thématique est ouverte à tous les habitants une ou deux fois par an. C’est lors de ces commissions que naissent les Gap, qui réunissent un petit nombre de citoyens autour d’un élu pour travailler sur un sujet précis. Plusieurs fois par mois, un comité de pilotage réunit les élus et les habitants volontaires pour rendre compte des travaux en cours, prendre des décisions, et valider les propositions des Gap. Un conseil des sages, constitué de personnes non élues qui ont soutenu la démarche, veille à ce que la gestion reste participative. Et le conseil municipal dans tout ça ? Il sert essentiellement aux votes et délibérations officiels.

Cette organisation a été élaborée par le collectif avant les élections. « On a fait un travail de fond, pendant deux mois, sur ce que c’est qu’un fonctionnement collégial », indique Fernand Karagiannis. C’est finalement à grand renfort de gommettes, de collages et de redécoupages, que les participants ont construit des institutions locales correspondant à leur projet.

« Tu t’attends à une discussion PMU… Et tac tac tac, gommettes ! »

Mercredi 21 mai. J’ai rendez-vous avec Vincent Beillard. En général, quand ses concitoyens l’appellent « M. le Maire », c’est une boutade : le collectif s’en serait bien passé, de maire. Mais il en fallait un, ainsi qu’un premier adjoint, par obligation légale. « J’étais au boulot quand ils m’ont désigné comme tête de liste, raconte Vincent. La décision a été prise en fonction des disponibilités de chacun. » Vincent a 42 ans et travaille deux ou trois nuits par semaine dans un établissement pour handicapés. Il est en binôme avec la première adjointe, Annie Morin, une enseignante à la retraite. A eux deux, ils gèrent les affaires du quotidien. « Mais on n’a pas plus de délégations que les autres élus », souligne Vincent.

On est au sous-sol de L’oignon, le bar associatif qu’il a contribué à lancer il y a quelques années. Des caves comme celles-ci, humides et voutées, il y en a plein le centre-ville, sous les maisons de pierres reliées par des ruelles. Assis dans un vieux fauteuil de cinéma, Vincent raconte comment Saillans s’est pris au jeu de la réflexion collective. C’était il y a un peu plus d’un an. Quelques personnes ont commencé à parler de la gestion communale. « Au fil des réunions, on s’est retrouvés une bonne quarantaine, se souvient Vincent. On voulait que les gens s’impliquent vraiment dans les décisions, et, pour tester nos idées, on a organisé une première réunion publique en novembre. »

Soigneusement préparée, cette soirée a marqué les esprits. Quelques membres du collectif connaissaient les méthodes d’animation de l’éducation populaire, et ont formé les autres. « On a expliqué la démarche pendant 10 minutes, puis on a fait de petits groupes pour que tout le monde puisse s’exprimer, raconte Vincent. A chaque table, un animateur était là pour poser un cadre et éviter les guerres de chapelles. Les groupes désignaient ensuite un représentant pour faire remonter leurs propositions, et chaque participant disposait de gommettes à placer sur les actions qui lui semblaient prioritaires. On s’est retrouvés, un peu dépassés, avec 120 personnes… . » Joachim Hirschler en rigole encore : « Tu t’attends à une discussion PMU, et là, tac-tac-tac, gommettes ! »

« Néo » et « anciens »

L’efficacité de la démarche a séduit à la fois des « anciens » du village, et des néo-ruraux de 30-40 ans. Lassés de la politique traditionnelle, tous ont contribué au score de la liste collégiale – plus de 56 % – et on les retrouve aujourd’hui dans les commissions thématiques, que les élus continuent d’animer selon les mêmes méthodes. « C’est très bien mené, remarque Anne-Laure Mangou, institutrice venue de région parisienne, qui fait partie du Gap "éclairage public". Il n’y a pas d’engueulade. Les animateurs nous disent : "Ok, vos beaux rêves, on les écoute aussi, on fera un tri dans les idées, mais on les garde quelque part". Il y a une sorte d’exaltation à travailler ensemble. Ça rejoint nos expériences personnelles : on est venus pour construire du neuf. »

Annie Morin, la première adjointe, est née là. A 67 ans, elle connaît bien l’histoire de Saillans : l’élevage du vers à soie qui faisait autrefois affluer des bataillons de jeunes ouvrières ; les affres de la désertification à partir des années 60 ; maintenant, ce bol d’air apporté par les « néo », qui viennent souvent s’installer à la faveur du télétravail. Elle est ravie de ce mélange. « J’ai le passé du village, et eux apportent un regard neuf. Mais on se rejoint : les anciens ont envie de garder l’identité de Saillans, et les néo ont choisi la vie de village. On a tous dépassé le stade du développement forcé. »

« Il existe des lieux qu’il faut investir »

Mais si l’on veut bien comprendre ce qu’il se passe à Saillans, il faut remonter plus loin que l’année dernière. Membre du Gap « éclairage public », Maddy Royer est aussi adhérente de l’association Pays de Saillans vivant. Elle raconte comment, dès 2010, des habitants se sont questionnés sur le rôle qu’ils avaient à jouer dans les décisions locales. « Un jour, on a appris qu’il y avait un projet de supermarché sur la zone artisanale de Saillans. C’est une chevrière d’un autre village, élue à la communauté de communes, qui nous a avertis. On s’est dit que c’était de notre faute si on n’était pas informés : il existe des lieux pour savoir, et il faut les investir. »

Les membres de l’association décident de se relayer aux réunions de la communauté de communes. Ils publient un journal, Quèsaquo, dans lequel ils décortiquent le projet de supermarché et critiquent le fonctionnement de l’intercommunalité : des « élus sous-informés » qui votent les dossiers sans aucun recul. Suite à une forte mobilisation locale, le projet de supermarché est abandonné. Mais l’association poursuit son travail, publie une « grande enquête citoyenne », appelle les habitants à assister aux conseils municipaux…

Ni programme ni étiquette

Pour Fernand Karagiannis, élu et membre de Pays de Saillans vivant, l’association a joué le rôle de déclencheur. « Nous n’avons pas pris position contre les élus sortants, mais plutôt appelé les gens à se prendre en charge. Si les gens ont adhéré, c’est aussi parce que nous ne leur avons pas imposé de programme, ni d’étiquette politique : c’est la manière de faire qui montre ce qu’on est vraiment. Quand des élus acceptent de laisser du pouvoir aux citoyens, ça va plus loin que la politique. »

Jeudi 22 mai. La salle de réunion de la mairie est tout juste assez grande pour accueillir le comité de pilotage : les élus et une quinzaine d’habitants. Présenté par Joachim, le travail du Gap « éclairage public » est validé. Vincent fait le bilan de la commission « vie culturelle » qui a constaté le manque de salles disponibles, notamment pour les jeunes. Puis, la discussion s’anime autour de l’avenir d’un gîte délabré, que la commune n’a pas les moyens de rénover. Faut-il le confier à l’intercommunalité ? Une jeune femme demande la parole : pourquoi ne pas imaginer un chantier impliquant les jeunes, pour remettre le lieu en état et en faire un espace qui leur serait ouvert ?

« Avant, aller dans une réunion, c’était rébarbatif. Maintenant, les gens viennent, et c’est valorisant de les sentir prêts à travailler », se réjouit Fernand. Avant d’enfourcher son vélo, Joachim se tourne vers le perron avec un petit sourire : « Il y avait deux dames, ce soir, qui nous étaient farouchement opposées. Maintenant, elles participent. » Comme dit Maddy, « travailler ensemble sur quelque chose de précis, ça redonne de l’énergie ».

Lisa Giachino, L’âge de faire


http://www.bastamag.net/Saillans-la-revolution
"Si les abattoirs avaient des vitres, tout le monde deviendrait végétarien ! ", Paul McCartney
Avatar de l’utilisateur-trice
Banshee
 
Messages: 260
Enregistré le: 25 Aoû 2014, 10:44

Re: Valence, St Jean en Royans, Drôme (26)

Messagede bipbip » 17 Sep 2014, 23:22

Samedi 20 septembre

Chaîne humaine contre le nucléaire à Valence
14h - Place du Champs de Mars
Une chaîne humaine préparatoire en amont de la Grande Chaîne Humaine Tricastin-Marcoule-Cadarache du 14 mars 2015
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Valence, St Jean en Royans, Drôme (26)

Messagede Pïérô » 26 Oct 2014, 14:45

1er et 2 novembre 2014

« Un genre de festival », deux jours autour de la question du genre, à Die

En ces temps où on parle tant de la « théorie du genre », on en finirait par croire que le sexisme est dépassé dans les classes moyennes éclairées, et tout spécialement dans l’éducation nationale, qu’il ne perdure que chez les pauvres réacs et les riches réacs. Il n’en est rien. Mais que ledit sexisme se tienne bien : le collectif diois Un genre de festival compte bien lui kicker son boule !

Le samedi matin, nous serons sur le marché avec de la documentation et une soupe à partager. Pendant ce temps aura lieu de 9h à 12h à l’Espace Social (place de l’Évêché) un premier atelier en direction des professionnels de l’éducation animé par Joëlle Braeuner et Cécile Blindermann : « Les inégalités de genre au sein du système éducatif, des pistes pour comprendre et agir ». L’après-midi, un autre atelier ouvert à toutes et tous sera proposé par les mêmes intervenantes de 14h à 17h : « Comprendre la construction sociale du genre : un enjeu de justice et de liberté ». Le prix des ateliers sera de 4 euros pour les pauvres, 8 euros pour les braves citoyens, 12 euros et + pour les nantis, ces catégorisations se basant sur l’auto-définition.

Le samedi soir, à la salle des fêtes de Pont-de-Quart, un Bal Flok Dégenré nous fera danser à partir de 19h jusqu’à 3h du mat’. Où d’astucieux foulards de couleur nous permettront de désolidariser les rôles des genres... Prix de la soirée : 4 / 7 / 10 et +

Le lendemain dimanche, de retour à l’Espace Social de Die, nous partagerons un repas entre femmes dès 12h. Puis à 15h seront projetés Espace de Eleonor Gilbert, un court-métrage sur l’inégalité du partage de l’espace dans une cour d’école, et un documentaire (prog. en cours). A la suite de ces projections, un jeu-débat nous permettra de réfléchir ensemble aux questions soulevées par ces films. L’entrée sera à prix libre.


Image


Programme détaillé : http://ungenredefestival.wordpress.com/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20247
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Valence, St Jean en Royans, Drôme (26)

Messagede Pïérô » 12 Nov 2014, 16:09

Samedi 15 novembre 2014
La Colombe 26340 Aurel

Concert Anti-RePReSSioN


Suite à des violences policières à Die, cette soirée est organisée pour soutenir les inculpés du 14 juillet 2014 et plus globalement les luttes contre la répression.

Pour revenir sur les faits du 14 juillet dernier...

Un rassemblement contre la vidéo-surveillance et pour un troc de fringues ont eu lieu sur l'espace public. La sous-préfète et le maire ont appelé les renforts de 8 fourgons du PSIG (Peloton de Surveillance et d'Intervention de la Gendarmerie). S'en sont suivis gazages, matraquages et arrestations de 3 personnes pour "visages dissimulés, outrage, rébellion, et coups et blessures". La justice "impartiale" les a reconnus coupables tandis que la réalité des faits (témoignages et vidéos à l'appui) montre le contraire. En l'attente du jugement d'appel, ils encourent jusqu'à 6 mois ferme et 7500 euros d'amende. Face à une justice qui individualise les peines pour affaiblir les résistances et les luttes sociales, nous répondons par la solidarité.

Ces événements sont le reflet d'une politique municipale qui :
considère l'espace public uniquement sous l'angle marchand, niant et voulant contrôler les initiatives populaires d'autonomisation.
préfère vidéo-surveiller la population plutôt que de la laisser circuler et s'exprimer librement.
revendique le "nettoyage de la ville" des indésirables. Rappelons que des commandos fascisants ont récemment tabassé des SDF, sous le silence et le consentement tacite du maire et de ses chiens de garde...

Cette politique témoigne d'une volonté de vendre le diois aux touristes, promoteurs immobiliers, commerçant-e-s... En bref, de faire du diois une vitrine clientéliste, au détriment d'une vie sociale basée sur l'auto-organisation et la solidarité.

Cette gestion locale est directement liée à la politique actuelle plus globale de contrôle social systématique et de lois liberticides.

Celle-là même qui banalise l'acharnement policier ciblé sur des

"persona non grata" : sans papiers, prostitué-e-s, travailleur-euses précaires, trans et homos, roms, sans abris, militant-es... et criminalise une partie de la population pour diviser afin d'entretenir les dominations existantes (de classes sociales, d'origines, de genres...).

La solidarité est une arme, utilisons-la !!


Image

http://razibus.net/15-11-2014-concert-a ... 19622.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20247
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Valence, St Jean en Royans, Drôme (26)

Messagede bipbip » 02 Déc 2014, 02:52

Mercredi 3 décembre, à Valence

Projection du film “Enfermés vivants” de Félix Gonzalez

à 20h au laboratoire anarchiste, 8 place St Jean à Valence (26).

Entre fiction et documentaire, 2 anciens prisonniers et un acteur parlent de la prison en jouant la venue d’un nouvel arrivant en cellule.
Ensuite on pourra discuter de pourquoi et comment s’opposer à la prison.


“Enfermés vivants” de Félix Gonzalez

Un nouveau centre pénitentiaire va ouvrir ses portes courant 2015 à Valence. La future prison sera un centre pénitentiaire puisqu’elle regroupera un quartier maison d’arrêt (QMA) et un quartier maison centrale (QMC). Le centre pénitentiaire devrait pouvoir accueillir 456 détenus au total, dont 160 dans le quartier maison d’arrêt, 120 dans le quartier maison centrale et 16 dans un quartier dit d’accueil, sachant qu’aujourd’hui, à la maison d’arrêt de Valence, ce sont entre 10 et 15 nouveaux détenus qui arrivent par semaine. La prison accueillera les détenus condamnés vivant à Valence et dans la Drôme et les prévenus en attente de jugement ayant commis un délit à l’intérieur de la zone d’action de la prison. La superficie de la future prison sera de 33000 m², les travaux devraient être achevés en octobre 2015 (voir avant). Elle sera située dans le quartier Briffaut à 500 métres du lycée du même nom, plus à l’écart du centre ville, sur un terrain de 17 hectares.

Les conséquences

L’ouverture de cette prison entraînera la fermeture de la maison d’arrêt de Valence située actuellement près du centre ville de Valence. Cette dernière sera réhabilitée pour faire partie du projet de la construction d’une cité des sports et de la culture à Valence. En revanche, celle de Privas qui accueille actuellement 64 détenus pour une superficie de 1180 m² devrait rester ouverte du fait de son bilan plutôt positif.

Cette nouvelle prison pose un certain nombre de questions. Premièrement, le financement, la conception et la construction ainsi que l’entretien et la maintenance du lieu de l’établissement pour une durée de 25 ans ont été confiés à l’entreprise privée SPIE Batignolles par l’Agence publique pour l’immobilier de la justice (Apij) dans le cadre d’un partenariat public privé (PPP) prévu par la précédente majorité. Ce partenariat public-privé confié au groupe GEPSA Gestion établissements pénitenciers services auxiliaires) prévoit également une prestation de services à la personne, notamment la formation professionnelle et le travail des personnes détenues ou encore l’accueil des familles et la restauration des détenus et du personnel, sur une durée de 9 ans. Les PPP permettent à l’Etat d’utiliser des investissements privés en contrepartie d’un loyer, mais ce système est très critiqué par la ministre de la Justice actuelle, Christiane Taubira qui le trouve trop coûteux. Mais, dit-elle, "Rechercher une maîtrise d’ouvrage public pour ces trois nouveaux établissements aurait pris trop de temps, le format PPP a donc été conservé pour des raisons sanitaires et de dignité". L’Observatoire international des prisons (OIP) s’inquiète : "De tels partenariats coûteront très cher à la collectivité. Mais surtout, le gouvernement se lie les mains et s’empêche, à terme, de diminuer le nombre de places de prison".

On s’interroge aussi sur le manque d’humanité de cette future prison, en effet l’automatisation des ouverture installée par le groupe SPIE (un des aspects majeurs de ses prestations) va réduire le contact avec les gardiens. Caméras, interphones, ouverture et fermeture des portes et, plus largement, gestion des accès aux bâtiments, ou comment contribuer à l’emprisonnement par les technologies.
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Valence, St Jean en Royans, Drôme (26)

Messagede Béatrice » 12 Mar 2015, 18:20

TRICASTIN

samedi 14 mars 2015


-14 h Tricastin-Marcoule et Cadarache

Chaîne humaine
Contre le nucléaire

info à tous et toutes
je suis là chaîne humaine 14.3.2015 14h entre Tricastin-Marcoule et Cadarache
et toi ?????

Physicien nucléaire, polytechnicien, Bernard Laponche est formel : la France est dans l’erreur. Avec le nucléaire, elle s’obstine à privilégier une énergie non seulement dangereuse mais obsolète. Alors que d’autres solutions existent, grâce auxquelles les Allemands ont déjà commencé leur transition énergétique.
l’article de Bernhard Laponche lire plus....
http://www.telerama.fr/monde/bernard-la ... majeur-en- europe,70165.php

visitez notre site http://www.chainehumaine .fr
Facebook "Réaction en chaîne humaine"
« Simple, forte, aimant l'art et l'idéal, brave et libre aussi, la femme de demain ne voudra ni dominer, ni être dominée. »
Louise Michel
Béatrice
 
Messages: 2735
Enregistré le: 09 Juil 2011, 19:58

Re: Valence, St Jean en Royans, Drôme (26)

Messagede Pïérô » 15 Mar 2015, 04:05

Romans
FAISONS DE LA RESISTANCE

Nous sommes un groupe de citoyens et citoyennes romanaises qui refusons la vente de ce bien public, lieu unique à Romans, bordé par des centaines de mètres de berges de l'Isère.

Nous occupons la maison depuis samedi, à savoir : les locaux continuent à être utilisés par deux associations qui n'ont pas été relogé dans les temps malgré les engagements de la municipalité
(par exemple réunion du club photo vidéo hier soir lundi 2 mars dans les locaux !)

Les locaux ne sont donc pas tous dangereux puisque ces associations ont l autorisation de la mairie d'y rester actuellement.

Nous utilisons donc seulement les parties sécurisées de la maison et avons condamné les accès des parties fragilisées.

La maison est ouverte à tous pour continuer à agir et réfléchir à l'avenir du lieu, et proposer un projet viable qui bénéficierait à tous les citoyens. Un autre projet est possible, rejoignez nous !

Nous remercions les nombreuses personnes à l'extérieur qui nous apportent leur soutien, les bons petits plats, le matériel, les propositions artistiques...
N'hésitez pas à passer boire un café et échanger... MERCI !!!

http://faisonsdelaresistance.blogspot.f ... -2014.html

Vidéos
MAISON de la RESISTANCE, MAISON à RÊVER
http://faisonsdelaresistance.blogspot.f ... rever.html
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20247
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Drôme et Valence (26)

Messagede Tails » 30 Avr 2015, 15:15

1er mai

Image
Image
Avatar de l’utilisateur-trice
Tails
 
Messages: 19
Enregistré le: 08 Fév 2015, 19:57

Re: Valence, St Jean en Royans, Drôme (26)

Messagede Pïérô » 25 Mai 2015, 14:13

Samedi 30 mai dans les locaux d’Activ Royans à St Jean à partir de 20h

Tout pour tous ! L’expérience zapatiste, une alternative concrète au capitalisme

Image

Le 1er janvier 1994, date d’entrée en vigueur du traité de libre-échange entre le Mexique et les États-Unis (Alena), les zapatistes se sont soulevés et se sont emparés de plusieurs grandes villes de l’État du Chiapas, dans le sud du Mexique, pour réclamer leur droit à vivre dignement et pour remettre en cause toute la logique capitaliste.

Dépossédés de leurs terres, délaissés par les programmes publics de santé et d’éducation, victimes d’une répression implacable quand ils revendiquent leurs droits, les peuples indiens font partie des laissés-pour-compte du libéralisme.

Au-delà de la figure emblématique du Sous-commandant Marcos, ces dizaines de milliers de rebelles indiens construisent depuis maintenant plus de vingt ans une société authentiquement révolutionnaire dans les territoires qu’ils ont libérés, en totale rupture avec le capitalisme et l’État.

La rue râle de la Fédération Anarchiste organise une discussion avec Guillaume Goutte, auteur du livre « Tout pour tous – L’expérience Zapatiste : une alternative concrète au capitalisme », pour se faire une meilleure idée de ce que représente ce projet de société, ces luttes et la situation à laquelle elles se confrontent aujourd’hui.

https://laruerale.wordpress.com/
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20247
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Valence, St Jean en Royans, Drôme (26)

Messagede Pïérô » 16 Juil 2015, 17:25

FESTIVAL DE LA GRATUITE 18 et 19 Juillet, à BARNAVE

Image


Né d'un rêve partagé, ce festival a pour vocation de promouvoir la gratuité, la solidarité, le partage,

l'autonomie, l'entraide, le soutien et le respect de toutes et tous, faire découvrir d'autres horizons, permettre le rêve, légitimer l'utopie !

Les 18 et 19 juillet, tout devient (possible) gratuit !

Gratiferia Géante (vide-grenier entièrement gratuit), concerts, spectacles, conférences, ateliers, animations enfants, coin détente et lecture, Info Kiosque…

Porte-monnaie interdit !

Venez les poches vides et les mains pleines : apportez de la nourriture et des boissons à partager ! (plats cuisinés par vos soins ou ingrédients à cuisiner sur place)

Ce festival est le vôtre, venez participer à votre mesure : participer à l'évolution du festival, apporter un soutien bénévole et/ou une proposition à soumettre etc…

Un camping est installé à 500 m du site pour les festivaliers et les bénévoles.

Programme détaillé : http://ameliesaou.wix.com/festigratuit

Nous contacter : lesdecroissantsdethune@gmail.com
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20247
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Valence, St Jean en Royans, Drôme (26)

Messagede bipbip » 13 Fév 2016, 14:52

Dimanche 14 février 2016 à ROMANS sur Isère

16h // Café associatif "la boucherie chevaline" 24 r Pêcherie // INFOTOUR de la ZAD de NDDL.

http://laboucheriechevaline.blogspirit.com/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Valence, St Jean en Royans, Drôme (26)

Messagede bipbip » 10 Mar 2016, 09:17

Jeudi 10 mars

Rassemblement de soutien : procès pour tractage pendant l'état d'urgence

Pour avoir diffusé des tracts place Porte Neuve à Valence le 28 novembre, un militant de STOP Nucléaire 26-07 à été convoqué au commissariat de police le 8 décembre au motif de « manifestation interdite par la loi vu l'état d'urgence ». Il faut remarquer que les partis politiques distribuaient à la même heure à quelques mètres.

Une quinzaine de fonctionnaires de police mobilisés pour l'occasion et pour quel résultat?

Une convocation auprès du TGI le 10 mars 2016 à 15h40 devant le délégué du procureur en vue d'un rappel à la loi.

Bien sûr, STOP Nucléaire 26-07 conteste toute infraction et précise que, comme tous les samedis à 11h place Porte Neuve, les distributions de tracts continueront.

STOP nucléaire 26-07 remercie toutes celles et tous ceux qui sont venus soutenir notre camarade et informe qu'un rassemblement sera organisé le 10 mars devant le tribunal de Valence.

STOP nucléaire 26-07

http://www.sdn26-07.org/leblog/
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Valence, St Jean en Royans, Drôme (26)

Messagede Pïérô » 21 Mar 2016, 00:42

Mercredi 23 mars 2016

Projection-débat du film « Je lutte donc je suis » en présence du réalisateur Yannis Youlountas

à 19h30, Atelier du Chien rayé, 1405 route de la Bégude-de-Mazenc 26160 Portes-en-Valdaine
à 10 km à l’est de Montélimar sur la D127 entre La Bégude-de-Mazenc et Portes-en-Valdaine

Organisée par : CNT 26 et Ligue des droits de l’homme Montélimar


Image
Image------------ Demain Le Grand Soir --------- --------- C’est dans la rue qu'çà s'passe --------
Avatar de l’utilisateur-trice
Pïérô
 
Messages: 20247
Enregistré le: 12 Juil 2008, 21:43
Localisation: 37, Saint-Pierre-des-Corps

Re: Valence, St Jean en Royans, Drôme (26)

Messagede bipbip » 03 Juil 2016, 12:59

La tour de Crest est occupée

Suite à l’appel à une action à l’ini­tia­tive des Nuits Debout Drôme/Ardèche ce ven­dredi 1er juillet dans le Diois, la Tour de Crest à été occupé (2h de Lyon, en dessous de Valence). Dès maintenant nous appelons les citoyens qui le souhaitent à rejoindre la tour et ses jardins, à venir s’exprimer, à faire vivre ce lieu et à le transformer en Tour de parole

Nous, intermittent.e.s, intérimaires, salarié.e.s du public et du privé, syndiqué.e.s ou non, nuit deboutistes, mobilisé.e.s dans la lutte contre la loi travail et son monde, occupons à partir de ce samedi 2 juillet la Tour de Crest rebaptisée Tour du Peuple.

Après plus de 4 mois de lutte contre cette loi néo-libérale, face à un gouvernement sourd, dédaigneux et violent, nous souhaitons par cette action donner un espace d’expression à toutes celles, tous ceux qui ne se retrouvent pas dans la politique actuelle et qui ont envie d’un autre monde.

Dès maintenant nous appelons les citoyens qui le souhaitent à rejoindre la tour et ses jardins, à venir s’exprimer, à faire vivre ce lieu et à le transformer en Tour de parole

A notre tour de parler !

Les occupant.e.s de la Tour du Peuple

L’appel de la Tour du Peuple :



Appel à rejoindre la Tour du Peuple - Crest par latourdupeuple http://www.dailymotion.com/video/x4je0l ... est_school

Retrouvez-nous sur la radio « Tour de parole » :
http://mixlr.com/tour-de-parole

https://rebellyon.info/Drome-La-tour-de ... upee-16739
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

Re: Valence, St Jean en Royans, Drôme (26)

Messagede bipbip » 06 Juil 2016, 01:05

Crest : vidéo de la Tour du Peuple Occupée

Au milieu d’un bordel de barbeuc - de pancartes travaillées par Happy fingers - d’aller-retour de voitures de flics pendant la nuit - de passage du chauffeur du maire (« tiens voilà le valet de Mariton ! »), on vous a taillé une vidéo et une bande son parce que nous on en sait peu sur ce qu’il se passe dans les petites villes et que ça vaut le coup, on s’est régal !

... https://rebellyon.info/Crest-Tour-du-Pe ... ideo-16750
Avatar de l’utilisateur-trice
bipbip
 
Messages: 22302
Enregistré le: 10 Fév 2011, 09:05

PrécédenteSuivante

Retourner vers Vie locale, Contacts locaux

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun-e utilisateur-trice enregistré-e et 3 invités